L'Ile Aux Remords (Voir le sujet original)



poseidon2

Posté 10 octobre 2017 - 12:54

<img src="https://www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782818942901_1_75_1.jpg" HEIGHT=320 WIDTH=240/>

Série : L'ile aux remords
Scenario : DIDIER QUELLA-GUYOT
Dessin : SÉBASTIEN MORICE
Genre : Histoire
Edition : Grand angle
Acheter sur BDfugue avec ex libris

Résumé :Un fils revient au pays après 25 ans sans avoir donné la moindre nouvelle à ses parents qu’il a quittés brutalement pour entrer dans l’armée. « Viré » d’Indochine par le Vietminh, il a fini par s’installer près de « chez lui », sans pour autant renouer vraiment avec son père, veuf, qui vit encore dans ses collines des Cévennes. C’est à la faveur des terribles inondations de 1958 qu’ils vont se reparler, remonter le temps, refaire l’histoire, leur histoire.

Voilà le retour de notre duo tu très bon "facteur pour femme". Et pour ne pas changer ils prennent une histoire avec une base régionale avec un fond de guerre. Avec pour différence notoire que la guerre n'est plus la même.
Cette base leur permet de développer une touchante histoire de famille. Histoire ou le père et le fils se raconte, lors d'un tête à tête, leur secret respectif. Entre flashback des années 20 et flashback des années 40 à 50, les auteurs ont tout le loisir de nous présenter le sujet du jour : les bagnes de la république française. Mais uniquement celui de Cayenne.

Si le thème est bien intégré dans l'histoire, il y prend cependant une place un peu trop importante à mon gout. En effet les auteurs se partagent tellement entre la description de la vue dans les bagnes et l'histoire de famille que les deux laissent une impression de traitement trop rapide. On en apprend à chaque fois un peu mais jamais assez. C'est un poil dommage car la fin arrive donc comme un cheveu sur la soupe.

Il manque à cet album soit une dizaine de page soit un choix entre un thème fort et une histoire de famille émouvante.
En faisant les deux les auteurs nous laissent sur notre faim et l'album reste au stade de "la bonne lecture".

Un peu dommage

Ma Note :Image IPB