Les Oubliés De Prémontré (Voir le sujet original)



poseidon2

Posté 13 juin 2018 - 10:01

<img src="https://www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782754822732_1_75.jpg" HEIGHT=320 WIDTH=240/>

Série : Les oubliés de Prémontré
Scenario : : Stéphane Piatzszek
Dessin : Jean-Denis Pendanx
Genre : Docu fiction
Edition : Futuropolis
Acheter sur BDfugue

Résumé : En septembre 1914, l'asile de Prémontré, dans l'Aisne, près de Soissons, abrite quelque 1 300 malades. Des aliénés, des fous, des « zinzins », comme les appelle le gardien-chef Loisel. L'armée prussienne, avec à sa tête le colonel Von Stauffenberg, qui se dirige à marche forcée vers Paris, est en vue. Le directeur se fait la malle, promptement suivi du médecin-chef adjoint et de quelques autres, abandonnant les malades à l'envahisseur. André Letombe, l'économe en fin de carrière, quelques gardiens et religieuses refusent de quitter leur poste. Avec les fous, ce sont les oubliés de Prémontré. Sous la tutelle des nouveaux maîtres prussiens, la vie, à Prémontré, devient périlleuse. Les vivres viennent à manquer, et la faim gagne. Le charbon se fait rare, et le froid mord les corps et brûlent les âmes. Au coeur de cette enceinte de misère et de désolation, les malades tombent comme des mouches. Alors Letombe, secondé par le jeune et mystérieux Clément, va passer un accord inouï avec les paysans des alentours. Puisque les bras des mobilisés manquent, les malades valides travailleront aux champs. Comme Letombe le dit lui-même, il « troque » ses fous contre de la nourriture... pour les sauver tous d'une mort certaine.

Le duo Piatzszek/Pendanx nous avait habitué à des albums plus exotiques laissant libre court au talent de Jean-Denis Pendanx via des planches sublimes. Les voir se lancer dans le récit de guerre était donc assez étrange et a suscité ma curiosité.

Curiosité récompensé par une histoire très intelligente qui ne parle pas de la guerre en elle mais qui traite de ce qui arrive aux "faibles" en temps de guerre. Super bien documenté et avec un dessin plus précis que d'habitude (avec moins de grandes planches et plus de gros plans sur les visages), nos auteurs nous font entrer dans cet asile et nous font ressentir la détresse du personnel face à l'absolu manque de considération des autorités françaises.

On vit au rythmes des petits bonheurs des patients et des encadrant durant tout l'album et ce avec un véritable plaisir. On ne pourra que reprocher une fin trop rapide qui ne laisse pas au lecteur le temps de "faire ses deuils".

Ma Note: Image IPB