Fashion Week (Voir le sujet original)



poseidon2

Posté 11 mai 2020 - 10:11

<img src="https://www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782205084849_1_75.jpg" HEIGHT=320 WIDTH=240/>

Série : GLe nicois
Scenario : Joann Sfar
Dessin : Joann Sfar
my 2 cents Et pourtant d'habitude je ne suis pas fan
Edition : Dargaud
Acheter sur BDfugue

Résumé :Jacques Merenda, alias le Niçois, passe une soirée aussi peu tranquille que d'habitude avec son amoureuse, Loulou Crystal. Un coup de fil, et les voilà en route au débotté pour la capitale – ils étaient à Nice, évidemment, où d'autre ? But du déplacement en terre hostile : un gros coup. Un très gros coup. Une vedette à détrousser, au sens figuré, cette fois. Des bijoux. En pleine Fashion Week, on peut être sûrs que les flics seront occupés à mater beaucoup plus bas qu'il ne faudrait pour surveiller les colliers, bagues, et autres colifichets de la vedette. Ça va être facile, dans deux jours, ils sont de retour sur la Côte... Joann Sfar poursuit les aventures du Niçois en bande dessinée !

Bon alors autant vous le dire tout de suite je ne suis pas un grand fan de Joann Sfar. Non pas que je ne reconnaisse pas le talent de conteur du monsieur, juste que d'habitude je m'ennuie pas mal.
J'ai voulu retenter l'expérience sur cette adaptation du Niçois en BD (le niçois étant un personnage de roman de Joann Sfar). ET j’ai tout de suite retrouvé ce que je redoutais : C'est plein de texte et de description, dans le phrasé très approximatif de notre "héroïne", et très contemplatif.... enfin surtout au début. Car en poussant ma lecture et en me forçant à lire cela au calme (sans les enfants quoi) j'ai été pris dans cette histoire.

J'ai même été charmé par ce gangster anachronique. Ce Bebel mafieux tout droit sorti des années 60 et déboulant dans notre monde ultra rapide. Son détachement et son assurance ont réussi à dépasser les pages pour m'emmener dans ce cambriolage ubuesque.
Bref on ne peut qu'appeler cela une réussite. Je ne pourrais plus dire : je n'aime pas Joann Sfar. Je devrais dire : pour que j'aime Joan sfar, il faut que je m'isole :)

Blague à part cette lecture était un excellent moment dans une ambiance de film des années 60-70 envoutante.


Ma Note: Image IPB