1001 BD.com: Accueil 1001 BD.com

Aller au contenu

La Sélection Des Membres Du Deuxième Semestre 2017

L'utilisateur est hors-ligne  
poseidon2 
- 15-12-17 08:18 - 4 commentaires


Salut à tous !!

Alors cette année en tant que bon grenoblois je ne vais pas me plaindre : il y a plein de neige ! oui oui ceci n'est pas de la publicité pour les stations de ski. Il est vraiment tombé plein de neige ! Quoi de mieux que de prévoir des vacances aux ski, avec de belles soirées lecture devant un feu de cheminée ? Ou tout simplement regarder l'hiver s'installer par la fenetre de chez soit avec la selection de 1001bd sous le coude.

Et cette année le choix fut difficile. En effet si le premier semestre fut assez pauvre en titre vraiment remarquable, cette deuxième partie d'année fut, elle, prolifique. A un tel point que cette année nous avons invité tous les membres actifs à donner leur avis pour décrire vraiment l'étendue de la qualité des parutions de cette fin d'année.

Les observateurs noteront l'absence de manga dans cette sélection. Très honnetement ce n'est pas faute d'en lire mais je dois avouer qu'ils ne tiennent pas la compariason avec le feu d'artifice BD Européene et US.
Je vous souhaite donc de bonnees fêtes de fin d'année accompagnées de bonnes lectures et vous dit à l'année prochaine pour une année de lecture avec 1001bd !

Poseidon2, pour toute l'équipe de www.1001bd.com


La sélection du deuxième semestre 2017 des membres et chroniqueurs


Selection deuxième semestre 2017


Selection deuxième semestre 2017


Selection deuxième semestre 2017


Selection deuxième semestre 2017


Selection deuxième semestre 2017


Selection deuxième semestre 2017

Et il y a tellement de bonnes parutions durant ces 6 mois passés que l'on peu aussi vous conseiller de prendre les yeux fermés : Punk Rock Jesus, ls gens honnêtes, Corto maltese T14, Private Eye, Levius est t3 (et oui une manga quand meme), le tome 4 des vieux fourneaux, Black hammer, Arthus trivium t3 et j'en passe.....

On vous donne tous rendez vous l'année prochaine pour toujours autant de critiques et un depart sur les chapeaux de roues avec la grande messe de la bd : Angoulème.
Lu 862 fois - dernier commentaire par ArnLeRouge     

Théodore Poussin T. 13 : Le Dernier Voyage De L'Amok

L'utilisateur est hors-ligne  
Phileas 
- 20-04-18 19:18 - 0 commentaires

Image IPB


Théodore Poussin

Tome 13 : Le Dernier Voyage de l'Amok
Scénario : Frank Le Gall
Dessin : Frank Le Gall
Couleurs : Robin Le Gall
Editeur : Dupuis
Date de parution : avril 2018

Synopsis : Dépossédé de son ancienne cocoteraie florissante désormais entre les pinces du capitaine Crabb, Théodore Poussin nourrit son infortune avec Novembre dans les bas quartiers de Singapour. Bien qu'ils semblent n'être plus que l'ombre des fiers marins qu'ils étaient, leur volonté reste d'acier et leur intransigeante acuité dans les négociations n'a d'égale que la sage détermination qu'ils ont à acheter un navire, à engager un nouvel équipage et à reprendre la mer. Pour ce qui sera peut-être leur dernier voyage...


"On s'ennuie tellement
On s'ennuie tellement
Alors la nuit quand je dors
Je pars avec Théodore
Dehors, dehors"

Non, je ne me prends pas pour Alain Souchon mais avouez que ces premières paroles de la chanson "La vie Théodore" sied à merveille à notre aventurier que certains ont surnommé le "Corto Maltese de la ligne claire".
Théodore Poussin, ce fut une série-culte de mon adolescence (surtout le premier cycle de 6 tomes) que je considère comme une série incontournable d'aventures, d'initation à la vie et de poésie ("amer savoir celui qu'on tire du voyage").
Ensuite, les albums étaient certes plaisants mais moins marquants, jusqu'à un tome 12, Les Jalousies, que je n'avais pas du tout apprécié : devenu planteur de palmiers (?) Poussin délaissait l'Aventure pour un mélodrame sentimental mou du genou. Le Gall avait sans doute voulu, à travers cet album, apporter une maturité (et une dimension humaine) encore supplémentaire à son personnage mais... bah... on peinait à s'y intéresser.
Bref... après les Jalousies, plus rien.

Treize ans après, Poussin revient. Et j'avoue que j'avais espéré que notre aventurier binoclard laisserait derrière lui son île et sa palmeraie pour aller de l'avant et partir pour de nouveaux horizons. Hélas, ce n'est pas le cas : non seulement ce tome 13 est la suite quasi directe du précédent mais, avec un Théodore qui a la ferme intention de récupérer l'île des mains pinces du capitaine Crabb, on a l'impression de tourner un peu en rond. Et après plus de dix ans d'absence, c'est frustrant.
La moitié de l'album (de 60 pages) voit donc le héros, flanqués de ses amis Novembre et Martin, acheter un nouveau bateau, puis recruter un équipage, puis trouver des armes, puis se rendre sur l'île, la reprendre à Crabb...
Le programme est à la fois réglé comme du papier à musique et, hélas, sans aucune surprise : le scénario est une suite logique d'événements (les préparatifs entrecoupés des agissements de deux espions à la solde de Crabb) jusqu'à un final qui, pour ne rien arranger, est très déconcertant : sans trop en révéler, disons qu'un personnage très important de la série s'arrange pour se faire tuer (une sorte de suicide, en somme) sans que l'on comprenne vraiment la raison de cet acte radical. Et Le Gall de nous laisser en plan à l'instar de son héros, sans trop savoir s'il y aura une suite ou si ce tome est une conclusion. Disons tout de suite que, dans ce dernier cas de figure, ce serait la conclusion la plus WTF de l'histoire de la BD ! Mais je n'ose y croire, ce n'est pas possible !

Ceci dit, Le dernier voyage de l'Amok possède des qualités indéniables : en premier lieu son écriture. Les dialogues, souvent caustiques, sont excellents, et comme l'album est fort verbeux, cela donne l'occasion à Frank Le Gall de démontrer un talent de la réplique proche d'un Michel Audiard.
Ensuite, de nouveaux personnages font leur apparition - engagés dans l'équipage de l'Amok - et certains sont vraiment réussis et pittoresques, comme le nain roublard Mr. Chandelle, le colosse simple d'esprit Mickymos (oui, son nom contient une référence - savoureuse ! - à la petite souris) ou encore Colombe, un bad guy toujours de blanc vêtu. Ce sont là pour moi les points forts de ce tome : l'écriture et le "casting", même s'ils ne parviennent pas à faire oublier l'aspect convenu et ronronnant de l'histoire. Et l'ennui qui pointe parfois le bout de son nez.
Je n'insisterai pas longtemps sur le dessin : Le Gall est fidèle à lui-même, avec son style "ligne claire-gros nez" qu'on lui connaît. L'album étant édité dans un format plus grand qu'auparavant, c'est d'autant plus agréable pour ceux qui apprécient, et il se dégage toujours des planches une ambiance unique qui sent bon le grand large et les îles à la végétation dense, les villes asiatiques des années 20 et leurs tavernes borgnes et enfumées.
Dommage que le scénario soit trop à l'aise dans ses pantoufles, avec ses péripéties trop prévisibles et son déroulement basique, et que la fin, comme je le disais, laisse vraiment songeur.

Note : Image IPB
Lu 46 fois - poster un commentaire     

Warship Jolly Roger T4/4 : Dernières Volontés

L'utilisateur est hors-ligne  
poseidon2 
- 20-04-18 17:05 - 0 commentaires



Série : Warship Jolly Roger
Scenario : Runberg
Dessin : Montillo
Genre : Bataille.. politique
Edition : Dargaud
Acheter sur BDfugue

Résumé :Les rumeurs étaint fondées : le président Vexton va épouser la jeune actrice Pénélope Tora en pleine campagne électorale, tandis que la guerre civile déchire la Confédération. Candidate à l'élection elle aussi, Rebecca Veri, l'ancienne assistante de Vexton, ne manque pas de souligner l'attitude irresponsable de son adversaire. Pendant ce temps, à bord du vaisseau Jolly Roger, arme de guerre plus redoutable que jamais, le général déchu Jon T. Munro expose son objectif : détruire le croiseur présidentiel, réduire en poussière les jeunes mariés, et venger enfin son fils. À son côté, Kowalski désapprouve profondément ce projet. Va-t-il trahir ses compagnons ? Et que vont faire Roberto et Djema, à qui Munro refuse de rendre la liberté avant l'attaque, comme il l'avait pourtant promis ? De leur côté, Katya et les autres leaders rebelles ont leur idée pour faire du mariage présidentiel un événement inoubliable...

On sait à quel point il est difficile de terminer une série. Peut d'auteurs reussisent à cloturer toutes leurs séries de belles façons tellement de bons albums ammènent de grandes attentes.
Et je pensias Runberg être de ceux la... jusqu'à ce tome 4. Car meme si ce tome 4 est loin d'etre mauvais, cela va sans dire, il m'a déçu. Décu car ce n'était pas, de mon point de vue, ce à quoi menaient les 3 premiers tomes. Non pas la toute fin qui est elle bien pensée, mais plus le corps de ce quatrieme tome. En effet ce quatrieme tome est concentré pour 50% sur la bataille presidentielle entre Vexton et son ex-conseillère. Une magouille politico-financière sur fond du mariage qui nous détache de Munro et de sa douleur d'avoir perdu son fils. On se détache globalement de l'équipe de Munro (pas completement bien sur) mais ce détachement ne nous permet pas de bien finir les différentes histoires commencées sur les differents personnages : 13 a t il vraiment tué ses parents adoptifs ? Quel est le passé de Kowalski, seul personnage dont on ne sait pas grand chose ? D'ou sorte d'un coup tout ses vaisseaux rebelles ? Comment la mère vie-t-elle l'assassinat de son fils ?

Et cela rend la lecture frustrante car cela nous presente quasiment Vexton comme le personnage central et le plus important de l'histoire la ou moi je voyais forcement Munro.

Alors ma vision est peut etre faussée depuis le début mais j'ai bien peur que beaucoup d'autre lecteurs avaient eu la meme que moi.

Ma Note : Image IPB
Lu 78 fois - poster un commentaire     

Ken'En T1

L'utilisateur est hors-ligne  
poseidon2 
- 20-04-18 16:51 - 0 commentaires



Série : Ken'en
Scenario : Do Fuuetsu
Dessin : Hitoshi Ichimura
Genre : pas grand chose
Edition : Doki Doki
Acheter sur BDfugue

Résumé :Les habitants du village de Mitsuke sont sommés par un kakuen, une créature mi-homme mi-singe, de déposer une jeune fille en sacrifice au sanctuaire dédié à Tenjin. Le jeune bonze Benzon part alors pour le temple Kôzen-ji chercher de l'aide, et revient en compagnie du célèbre Hayate, un chien exorciste, pour tendre un piège à la créature malfaisante qui terrorise les villageois. Mais rien ne se passe comme prévu quand Mashira le kakuen décide d'adopter le superbe chien. Ainsi commencent les relations tumultueuses, « comme chien et singe », de ces deux êtres surnaturels au gré des saisons du Japon légendaire !

Mmmmhhhh j'avoue très sincèrement ne pas trop savoir quoi dire sur ce manga tellement... ben il ne s'y passe pas grand chose. Les mangakas actuels nous ont habitué à avoir toujours plus de rythme dans les premiers tomes de leurs séries pour attraper le lectueur et ne surtout pas le relacher pour les tomes qui suivent.
Ici c'est gloablement tout le contraire. Ce qui se passe peut etre resumé en 2 lignes. Et ensuite le manga n'est que découverte du japon médieval et des légendes qui vont avec.

On en apprend beaucoup sur les mythes du japon de l'éopque et on prend le temp de découvrir tout doucement nos personnnages. Mais autant vous le dire : c'était trop doucement pour moi. J'avais envie de plus rapide et de plus d'information.
Donc la je reste clairements sur ma faim....

Ma Note : Image IPB
Lu 70 fois - poster un commentaire     

Le Sculpteur

L'utilisateur est hors-ligne  
The_PoP 
- 20-04-18 07:09 - 4 commentaires

Le sculpteur

Image IPB


Auteur : Scott Mc Cloud

Genre : Roman Graphique - Le mythe de Faust revisité
Edition : Rue de Sèvres
L'acheter sur BD Fugue

Résumé : David Smith consacre sa vie à l'art – jusqu'à l'extrême. Grâce à un pacte avec le diable, le jeune artiste voit son rêve d'enfance réalisé : pouvoir sculpter tout ce qu'il souhaite, à mains nues. Mais ce pouvoir hors norme ne vient pas sans prix... il ne lui reste que 200 jours à vivre, pendant lesquels décider quoi créer d'inoubliable est loin d'être simple. D'autant que rencontrer l'amour de sa vie le 11e jour ne vient rien faciliter !


Mon avis : Je ne vais pas y aller par 4 chemins : c'est une claque de 500 pages. Prenant, haletant même, terriblement humain ou se mêlent amour, vie, mort et art, le tout servi par des graphismes de grande qualité. Le mythe de Faust est ici complètement revisité et modernisé. Oui je sais ce que je vous écris ici ressemble furieusement à la communication de l'éditeur. Mais (pour une fois ?) cela m'a semblé tellement pertinent !
L'univers et les personnages créés par l'auteur rendent cet ouvrage immersif au possible, les seconds couteaux sont attachants, quand aux personnages principaux, eux, on a presque l'impression de les connaître et c'est un déchirement que de les quitter en refermant ce livre. Signe plutôt d'un travail de grande qualité pour ma part. Avec en plus un goût de reviens y. Car si l'on prend son temps à découvrir et profiter de la première moitié de l'ouvrage, le rythme devient très rapidement insoutenable et on se retrouve devant un véritable page turner.

On ne voit clairement pas passer ces 500 pages qui alternent régulièrement entre philosophie de la vie, histoire d'amour, et réflexion artistique... De quoi nourrir et donner matière à réflexion ce qui n'est franchement pas pour me déplaire. Le vrai mérite de cet album est de nous mélanger le tout sans jamais nous lasser d'aucune de ses composantes pourtant bien diverses et parfois profondes. Le rythme est pour cela génial, car il laisse du temps quand il le faut et est bien soutenu le reste du temps. Le crescendo final en est diabolique.

Graphiquement on est assez proche de noirs et blanc épurés mais somme toute bien travaillés. Toute la bd est réalisée dans des tons noirs, gris, bleutés des plus réussis, les traits sont clairs, et les personnages et émotions sont très bien rendus et facilement identifiables.

Il a été reproché à Scott Mc Cloud d'avoir réalisé une bd "trop parfaite". Je pense qu'il lui est fait là une critique bien facile basée exclusivement sur son passé professionnel de décortiqueur reconnu de la bande dessinée. Parce que mon opinion à moi est toute autre, cette BD est magistrale et l'émotion y est bien présente de bout en bout.

Il s'agit ici d'une réédition complète du "Sculpteur", enrichie d'entretien et de carnets de l'auteur. L'objet est magnifique.

A lire, absolument et que je recommande à tous. Il y en a pour tout le monde dans ce livre. Ma plus belle découverte de cette année en BD. Pos' je sais que t'as déjà trouvé ta bd préférée de l'année, mais si tu n'as pas lu le Sculpteur, je pense qu'il y a là un challenger. Clairement c'est l'une des bd qui m'a le plus marqué à ce jour. Alors oui je suis très enthousiaste, à la limite du lyrisme peut être, mais c'est un véritable coup de coeur pour moi et une belle réflexion.

Ma Note :Image IPB The Pop, un peu amoureux de Meg quand même.
Lu 102 fois - dernier commentaire par Phileas     

Super Sons T1 : Quand Je Serais Grand

L'utilisateur est hors-ligne  
poseidon2 
- 19-04-18 15:27 - 0 commentaires



Série : Batman/Superman
Scenario : Peter J. Tomasi
Dessin : Jorge Jiménez / Alisson Borges Da Costa
Genre : Supers crise d'ados
Edition : Urban
Acheter sur BDfugue

Résumé :Si Jon Kent est le fils du plus grand super-héros, Damian Wayne est celui du plus dangereux. Et malgré l'amitié que se portent les deux membres de la Ligue de Justice Superman et Batman, leur progéniture, elle, a plus de mal à s'entendre. La menace de Kid Amazo va cependant lier à jamais les deux jeunes héros, Superboy et Robin, dans un tandem destiné à reprendre les rênes de leurs parents dans la lutte contre le crime ! Contenu vo : Super Sons Vol.1 (#1-5).

En voila une bonne suprisz ! J'ai tendance à vraiment me mefier des séries "secondaires" dans le comics. En effet qui dit secondaire ou dérivé dit souvent série de second couteau et assez malheureusement série sur laquelle se font les dents des jeunes auteurs avec au final des resultats en dents de scie.
Et bien ce Super Sons est dans le très haut du panier des séries derivées de l'univers de batman et Superman. En plus de dessins de très haut niveau, les personnages sont super bien travaillés. Elevé comme un adulte, Damian à autant de réflexions supers matures que des envies de s'amuser avec un partenaire de son "age". Il chambre Jon à tout va mais ne peux pas se passer du seul camarade de jeu qui peu comprendre son besoin d'aventure. Coté Jon, on a un fils à papa qui en à un peu marre de rester sage sans pour autant se l'autoriser.

Pour pimenter cette relation déja très sympa, nos auteurs on eu le bon gout de nous montrer un Jon Kent qui n'a pour l'instant qu'une infime partie des pouvoirs de son père. On se retrouve avec des situations cocasses entre les deux jeunes héros mais pas qu'entre eux. La petite touche de parentalité amené par Lois et Alfred (plus que bruce, normal) ajoute un coté très drole pour les lecteurs adultes.

Une vraie bonne surprise avec une lecture super rafraichissante.

Ma Note : Image IPB
Lu 127 fois - poster un commentaire     

Les Chevaliers D'Héliopolis Tome 2 : Albedo, L'Oeuvre Au Blanc

L'utilisateur est hors-ligne  
alx23 
- 19-04-18 12:17 - 0 commentaires



Les chevaliers d'Héliopolis
Tome 2 : Albedo, l'oeuvre au blanc
Scénario : Alexandro Jodorowsky
Dessin : Jérémy
Couleur : Felideus
Genre : Aventure
Edition : Glénat
Date de parution : Dispo
L'acheter sur BDFugue

Résumé :
Ils ne l'ont pas laissé devenir roi de France. L'alchimie lui réserve un plus grand destin. Dix-sept est un être unique. Fils caché de Louis XVI et de Marie-Antoinette, il est l'héritier légitime du trône de France. Il est également un puissant alchimiste, membre de l'ordre secret des Chevaliers d'Héliopolis. Mais son initiation ne fait que commencer... Son prochain adversaire avait longtemps été pressenti pour devenir chevalier lui-aussi. Exceptionnel mais dangereux, il est probablement l'homme le plus craint au monde. Celui qui vient de renverser Louis XVIII et s'apprête à devenir l'égal d'un dieu : Napoléon Bonaparte.

Suite de la nouvelle série de Jodorowsky qui nous propose une aventure ésotérique autour des chevaliers d'Héliopolis, une confrérie secrète. Dans cet épisode, Louis XVII devient à son tour un chevalier en bravant les dangers et risques. Dans le premier épisode, il devait voler la couronne de sa mère, Marie Antoinette d’Autriche, pour devenir membre de la confrérie. Cependant après une introduction sur Louis XVII, Jodorowsky focalise son album sur Napoléon Bonaparte. En effet, ce dernier était destiné à rejoindre les chevaliers avec l’aide d’un membre qui l’aiguillé sur le chemin à suivre. On suit donc les aventures de conquêtes de Bonaparte en Egypte avec une partie fantastique. Au niveau dessin, Jérémy assure à lui seul l’intérêt majeur de cette série. Après Barracuda, Jérémy prouve son talent de dessinateur, les planches sont magnifiques du début à la fin.

Cette série les chevaliers d'Héliopolis nous propose de suivre les aventuriers et alchimistes en utilisant des personnages historiques.

Note : Image IPB

Alx23
Lu 114 fois - poster un commentaire     

Re:Teen T1

L'utilisateur est hors-ligne  
poseidon2 
- 18-04-18 13:39 - 0 commentaires



Série : Re:Teen
Scenario : Masanori Date
Dessin : Yutaka Oohori
Genre : Banal
Edition : Doki Doki
Acheter sur BDfugue

Résumé :Il y a 13 ans, un dôme infranchissable s'est matérialisé autour de Sumihama. Depuis, la ville est totalement isolée du reste du monde. Lorsque le lieutenant Oro Gataka, 24 ans, réussit à pénétrer à l'intérieur, il est englouti par une lumière aveuglante... Il se retrouve 13 ans en arrière, le jour où une explosion avait retenti. Le jeune homme va revivre cette journée et tenter d'éviter un drame qui avait bouleversé sa vie et celle de ses amis. Va-t-il réussir à changer le cours des choses ? Quels sont les liens entre les événements de l'époque et le dôme actuel ? Oro ne le saura qu'en réussissant à percer le mystère qui est derrière tout ça !

Nouvelle mini série de Doki-Doki avec une serie en 4 tomes sur....ben sur un mec qui revit une situation deja vécue pour tenter de sauver un ami et de modifier l'histoire. Quoi ? Comment ? Vous avez deja lu ça ? Ah... vous aussi ? :)
Non sans rigoler ce premier tome ne nous présente rien de folichon et surtout rien de très nouveau. L'idée de base du dôme opaque était sympa mais le retour en arrière dans la peau du héros "ados" pour changer le passé c'est vraiment déja vu...

Alors certes la realisation est bien, le dessin aussi mais l'impression de déjà vu prédomine. J'espère franchement que le tome 2 nous offrira de gros changements.... car sinon c'est niet !

Un premier tome qui sera donc à reserver aux nouveaux lecteurs de mangas.

Ma Note : Image IPB
Lu 117 fois - poster un commentaire     

Je Vais Rester

L'utilisateur est hors-ligne  
The_PoP 
- 18-04-18 07:50 - 0 commentaires

JE VAIS RESTER

Image IPB


Scénario : Lewis Trondheim
Dessin/ Couleur : Hubert Chevillard
Genre : Roman graphique
Edition : Rue de Sèvres
L'acheter sur BD Fugue

Résumé : C’est l’été, Fabienne et Roland arrivent à Palavas pour une semaine de vacances. Il a tout organisé, réservé, payé et noté dans un carnet les moments importants du séjour. Un accident tragique survient alors qu’ils n’ont pas encore déposé leurs bagages à l’appartement... et elle se retrouve seule. Contre toute attente, elle décide de rester sur place et faire ce qui était prévu. Son hébétude et son déni laisseront-t-ils de la place à l’imprévu ?...

Mon avis : Je ne suis pas très objectif à propos de cette bd car l'une des choses que j'ai le plus apprécié dans cette bande dessinée est qu'elle se déroule intégralement à Palavas les Flots. Hors j'y ai passé beaucoup trop de beaux moments pour ne pas éprouver une grande tendresse et ressentir d'autant mieux le propos des auteurs. Je préfère vous prévenir.
C'est avant tout l'histoire d'un deuil brutal, et donc c'est aussi l'histoire de la vie. Et de la vie, il y en a beaucoup dans cet album, notamment à travers tout l'espace laissé à ces cases sans texte, ces tranches de vie de cette petite station balnéaire familiale.
Graphiquement c'est très réussi, suffisamment détaillé et fin quand il le faut, et au contraire très simple quand ce n'est plus nécessaire. Je ne sais pas s'il faut regretter que certains fonds n'aient pas été plus travaillés, mais il me semble qu'ici c'est plus une aide pour le lecteur. Une façon de lui indiquer ce qui est important. L'histoire quand à elle à le grand mérite de ne pas céder à la facilité. Le traitement du deuil est ici très juste et très bien rendu. Et à l'heure où Hollywood massacre régulièrement ses scénarios, c'est très agréable.

Cependant j'imagine que pour les lecteurs qui seront plus à la recherche d'une histoire plus concrète, plus aboutie, avec des rebondissements ou de l'action, il vaudra mieux passer son chemin. Ici on s'intéresse beaucoup à l'âme humaine, à la vie, dans ce qu'elle peut avoir de futile. D'ailleurs une grande partie de la bd est muette, car parfois ici, le silence est le plus important.

C'est une histoire touchante et réussie qui nous est livrée là. Je ne mettrai pas de meilleure note car je suis sans doute beaucoup plus enthousiaste qu'il ne le faudrait pour cette bd qui a été une madeleine de Proust pour moi en faisant ressortir en arrière plan tous ces souvenirs de vacances familiales passées à Palavas les Flots.

Ma Note :Image IPB Pour les amoureux des vacances en famille à la mer.
Ma Note :Image IPB Pour les autres.
Lu 134 fois - poster un commentaire     

La Route De Tibilissi

L'utilisateur est hors-ligne  
alx23 
- 17-04-18 20:38 - 0 commentaires



La route de Tibilissi
Scénario : David Chauvel
Dessin : Alex Kosakowski
Couleur : Lou
Genre : Aventure
Edition : Delcourt
Date de parution : Dispo
L'acheter sur BDFugue

Résumé :
Jake et Oto viennent de voir leurs parents se faire assassiner sous leurs yeux par des miliciens masqués. Les derniers mots de leur père : « Allez à Tibilissi ! ». Pour se préparer, ils repassent par leur village dévasté pour y récupérer des vivres. Là, le cadet retrouve ses deux amis Doubie et Trois-Trois, une drôle de bestiole à fourrure et un robot rafistolé qui vont les accompagner tout au long de leur dangereux voyage...

David Chauvel nous revient au scénario d’une histoire classique mais dont le traitement originale apporte une autre dimension au récit. Lors de l’introduction, nous sommes perdus avec une famille qui fuit un danger imminent. On n’arrive pas bien à déterminer l’époque, les habits des personnages principaux ressemblent à ceux du moyen âge mais les poursuivants paraissent sortir d’une histoire fantastique. Puis alors que l’on est plongé dans le récit avec une idée établie, l’auteur nous surprend avec de nouveaux éléments étonnants. On se laisse rapidement prendre dans l’histoire avec ces deux orphelins dans un paysage hostile en temps de guerre. La partie graphique d’Alex Kosakowski apporte la touche finale pour réaliser un excellent roman graphique avec une pagination importante. Les décors sont très détaillés malgré le temps hivernal de l’histoire, le design des personnages est très travaillé pour perdre le lecteur dans une époque ou un genre bien définit.

Je recommande fortement la lecture de sur la route de Tibilissi, avec un final très intéressant et impossible à prédire.

Note : Image IPB

Alx23
Lu 144 fois - poster un commentaire     

The End

L'utilisateur est hors-ligne  
The_PoP 
- 17-04-18 10:48 - 0 commentaires

The End

Image IPB


Scénario : Zep
Dessin/ Couleur : Zep
Genre : Fable écologique
Edition : Rue de Sèvres
L'acheter sur BD Fugue

Résumé : Dans le cadre d'un stage, Théodore Atem intègre une équipe de chercheurs basée en Suède qui travaille sur la communication des arbres entre eux et avec nous. Ce groupe de travail dirigé par le professeur Frawley et son assistante Moon, tente de démontrer que les arbres détiennent les secrets de la Terre à travers leur ADN, leur codex. C'est en recoupant ces génomes avec la mort mystérieuse de promeneurs en forêt espagnole, le comportement inhabituel des animaux sauvages et la présence de champignons toxiques que le professeur comprendra, hélas trop tard, que ces événements sonnent l'alerte d'un drame planétaire duquel seul Théodore et quelques survivants seront épargnés. Serait-ce une nouvelle chance pour l'espèce humaine ?

Mon avis : J'aime beaucoup le travail que réalise Zep sur ses One Shot. J'avais notamment beaucoup apprécie "Une histoire d'hommes". Force est de constater que c'est un auteur qui choisit et maitrise ses sujets, et donc l'univers graphique me plait beaucoup.

Par contre de prime abord j'ai eu du mal à accrocher à cette couverture. Les couleurs ne me donnaient pas envie. Cela traduisait pour moi un récit profondément fantastique ou fantasmatique que je craignais. Hors ici, il n'en est pas question. La persévérance à ceci de bon qu'elle m'a permis dans ce cas de découvrir une chouette bande dessinée. La fable écologique que nous a concocté Zep n'est finalement très peu onirique ou fantastique. Il donne d'ailleurs un gros parfum de science à son aventure afin de la rendre plausible. L'intrigue écologique sur fond de fin du monde est ici subtilement mise en valeur par un petit huis clos bien agréable en arrière plan. Alors forcément on reste bien accroché. Les personnages nous parlent, ils sont humains, vivants et attachants. Le tout donne beaucoup de consistance à l'histoire au point qu'on en oublie parfois si on lit bien une fable, un énième récit de fin du monde ou simplement une histoire scientifique bien réelle.

Au niveau graphique il y a de vraies trouvailles avec ses tons de couleurs changeants suivant les cases, les lieux et le déroulé de l'histoire, le tout sans perdre en lisibilité. Bon ok, il m'a fallut deux lectures pour m'en apercevoir mais je reste convaincu que cela apporte beaucoup à l'ambiance tout en restant suffisamment discret pour ne pas gêner la lecture :)

Côté petits "défauts" qui ont pu m'embêter, j'ai trouvé que quelques cases manquaient de vie, la faute peut être à une utilisation abusive du combo "2 visages l'un de profil l'autre de face", mais très franchement je pinaille, cela reste très marginal. Reste le manque de surprise global de l'histoire, et l'absence de suspens créé. L'histoire est montée de telle façon qu'on a beau s'attacher aux personnages, leur sort ne m'a bizarrement jamais vraiment ému. Comme si l'humain passait au second plan derrière la nature. Mais c'est peut être aussi là la volonté de l'auteur.

Au final (vous l'avez ?) The End est une belle lecture, une bd que je recommande pour le plaisir de sa lecture, de ses graphismes réussis, de sa sensibilité écologique et des réflexions qu'elle soulève mais qui a peut être manqué un peu de souffle pour me laisser une meilleure impression.

Ma Note :Image IPB
Lu 129 fois - poster un commentaire     

Jour J Tome 33 : Opération Downfall

L'utilisateur est hors-ligne  
alx23 
- 17-04-18 06:19 - 0 commentaires



Jour J
Tome 33 : Opération Downfall
Scénario : Fred Duval & Jean Pierre Pécau
Dessin : Denys
Couleur : Scarlett Smulowski
Genre : Fantastique
Edition : Declourt
Date de parution : Dispo
L'acheter sur BDFugue

Résumé :
Des agents secrets sont chargés d'exfiltrer Oppenheimer par le Mexique. Mais ce ne sont pas les seuls à poursuivre le professeur. Le FBI et le général Grooves traquent sans relâche les deux fugitifs, Oppie et Kerouac. La fin de cette folle cavale à travers les États-Unis décidera de l'issue de la guerre du Pacifique... Se terminera-telle dans le feu nucléaire ou en terrible bain de sang ?

Après la parution d’un album double spécialement réédité dans ce format pour l’anniversaire de mai 68, on reprend la suite du tome 32. On retrouve Oppenheimer en compagnie de Kerouac sur la route de la débauche et des soirées. Alors que le FBI poursuit toute cette petite équipe d’artistes, les espions russes sont également de la partie. Ce diptyque de Jour J est certainement le plus loufoque jamais réalisé par Fred Duval et Jean Pierre Pécau. Les deux auteurs s’amusent à positionner des personnalités connues historiquement pour participer à leur intrigue. Un Eliott Ness alcoolique recherche aussi Kerouac et Oppenheimer. On s’amuse à retrouver toutes ces personnalités dans des rôles complétement différents de la réalité. Le trait de Denys rend dynamique l’aventure, avec des planches de grandes qualités.

Ce 33 ème tome clôture ce diptyque qui rejoint les nombreuses histoires de la sage de Jour J qui nous présente des réalités différentes dans des uchronies de qualité.

Note : Image IPB

Alx23
Lu 126 fois - poster un commentaire     

Zarathustra T1

L'utilisateur est hors-ligne  
poseidon2 
- 16-04-18 17:26 - 5 commentaires



Série : Zarathustra
Scenario : Richard Marazano
Dessin : Amad Mir
Genre : Fables mais pas le comic
Edition : Dargaud
Acheter sur BDfugue

Résumé : Alors que la civilisation des oasis est à son apogée, le dieu solaire Ahura Mazda et son frère ennemi, Angra Manyu, se sont chacun choisi un héros pour prolonger leur lutte dans le monde des hommes... Mais de la rencontre entre Amru et Vivana doit naître ce qui scellera le crépuscule des dieux et décidera du devenir de l'humanité....

Richard Marazano sort de sa science foiction pour nous emmener aux temps des contes et légendes. un temps avant les 1001 nuits, aux confins des civilisations pour nous raconter la fin d'une société et la naissance d'un dieu. Un dieu unique qui restera l'ancêtre de toutes les religions monothéistes.
Et pour cette sortie de l'imaginaire futuriste, Marazano s'en sort pas mal. Bien aidé par un sublime dessin à l'aquarelle de Amad Mir qui porte la BD du début à la fin, Marazano arrive à nous faire suivre avec intérêt cette fable en reussisant à nous donner un personnage principal attachant malgré des personnages secondaire un peu caricaturaux.

On regrettera un tout petit peu les coupures de récits nous montrant notre héros et son fils, arrogant et caractériels, qui tranche avec l'histoire conmptée et nous donne, sauf surprise, un peu trop d'indice sur le final de l'histoire.

On se retrouve avec un beau conte qui, à défaut d'etre credible,nous fait passer un agreablement moment de lecture.

Ma Note : Image IPB
Lu 164 fois - dernier commentaire par Phileas     

Injustice Ground Zero T2/2

L'utilisateur est hors-ligne  
poseidon2 
- 16-04-18 17:22 - 1 commentaires



Série : Injustice
Scenario : Collectif
Dessin : Collectif
Genre : Mais sortez moi le Joker de la !
Edition : Urban comics
Acheter sur BDfugue

Résumé : Au cours de sa carrière de criminelle, Harley Quinn a toujours vécu dans l'ombre de son amant, Monsieur J. Mais quand le Joker décide de s'en prendre à Superman, le poussant à commettre l'impensable et à s'autoproclamer souverain implacable de la Terre, s'en est trop pour elle. Elle rejoint alors la résistance aux côtés de héros menés par Batman, que sa présence plaise ou non. Pour la première fois de sa vie, l'ancienne psychiatre vit pour elle-même et ses propres idéaux moraux.

Comme dirait ma grand mère, je suis colère !

Vraiment colère ! Car la ou il y avait une histoire sympa, bien qu'un peu verbeuse, qui nous plongeait dans un aspect très humain de la mini série Injustice, il a fallut en ajouter trop en ramenant le Joker. Et franchement pour en faire ça autant le laisser dans sa dimension parrallèle. Car autant vous le dire tout de suite, la partie avec le Joker est chiante. Je ne vois pas d'autre mot. Franchement chiante. On s'ennuie avec une harley qui devient apathique sans raison, un scenario debile qui s'éloigne de l'intriogue principale, un Joker trop violent pour etre crédible et un role beaucoup mon centrale pour notre héroine dans cette histoire mondiale.

Ce qui me rend encore plus "colère" c'est qu'une fois le joker evincé, l'histoire repart de plus belle pour nous livrer une conclusion très sympathique mais trop rapide. Et c'est super frustrant car sans l'intevention du joker il y avait moyen de faire moins verbeux sur l'histoire principale tout en restant centré sur le personnage de Harley.

En gros un raté particulièrement énervant !

Ma Note : Image IPB
Lu 127 fois - dernier commentaire par Phileas     

Bonjour Tristesse

L'utilisateur est hors-ligne  
The_PoP 
- 16-04-18 09:30 - 0 commentaires

Bonjour tristesse

Image IPB


Dessin/ Scénario : Frédéric Rébéna
Genre : Adaptation littéraire
Edition : Rue de Sèvres
L'acheter sur BD Fugue

Résumé : 1954, Cécile, lycéenne parisienne passe l’été de ses dix-sept ans dans une villa avec son père Raymond, veuf, et Elsa, la maîtresse de ce dernier. Cécile et son père ont une relation fusionnelle, faite de plaisirs et d’insouciance. Cécile connaitra ses premières étreintes avec Cyril. L’ambiance change quand Raymond annonce l’arrivée d’Anne, une amie. Différente d’Elsa et Cécile, Anne est une femme stricte et moralisatrice, elle apprécie la culture, les bonnes manières et l’intelligence. Dès son arrivée, un combat subtil commence entre les trois femmes. Elsa tente de maintenir la relation avec Raymond, qui est aussi attiré par Anne. Quant à Cécile, elle craint de perdre la complicité qui la lie à son père, ainsi que leurs libertés. Comment écarter la menace ? Dans la pinède embrasée, un jeu cruel se prépare…

Mon avis : Cette bande dessinée est l'adaptation en bd du roman de Françoise Sagan "Bonjour Tristess". Je ne connaissais pas du tout le livre, excepté quelques passages vaguement étudiés il y a longtemps au lycée. Et je n'avais pas spécialement envie de le lire. Alors quand l'occasion s'est présentée de découvrir un classique de la littérature adapté en BD, je me suis jeté dessus.

Je n'ai pas été déçu, loin de là.

L'histoire d'abord est sublime de futilité, d'oisiveté, et des complexes relations humaines. L'atmosphère est très très bien rendue par le graphisme. On sent très bien la tension monter progressivement. J'ai d'abord eu un peu de mal au niveau des traits, et des visages mais je me suis littéralement fait happé. C'est indubitablement le bon auteur pour le bon roman. L'oeuvre originale est sans nul doute puissante pour permettre ainsi une adaptation aussi réussie.
C'est effectivement presque un roman graphique, où, il faut le reconnaître, il ne se passe finalement que très peu de choses. Mais ce peu d'action, ce vide assumé, met en valeur toute la puissance de la complexité des relations humaines, de l'adolescence, et cette "tristesse", ce "spleen" d'une grande bourgeoisie est magnifiquement rendu.

Nul doute que cela ne plaira pas à certains : ceux qui sont trop amoureux du livre, ceux qui n'y verront que futilité. Mais quelle belle manière de découvrir une oeuvre. Je ne sais pas si je lirai le roman de Sagan, mais cela m'en a donné une belle envie.

Quelle belle qualité d'adaptation, quelle belle mise en abîme de certains sentiments humains pour une ambiance parfaitement réussie. Je me suis régalé, les défauts, parfois réels de l'ouvrage passent très clairement derrière la réussite de cet album : son ambiance, son histoire.

Ma Note :Image IPB
Lu 146 fois - poster un commentaire     


IcônePartagez nous !

Icône Ephémérides

IcôneNos interview dessinées



Plus d'interviews

Avril 2018

  L M M J V S D
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30

Derniers sujets


Icône MiniChat

  • redfoxone - yop, ici nouveau serveur, ca aura été rapide pour moi
  • poseidon2 - Pour la note il faut voir avec le patron si on peut ajouter une image dans le titre...
  • poseidon2 - Vas y phil pour Theodore, ce retour m'intrigue :)
  • The_PoP - Est-ce que vous pensez qu'il est possible d'afficher la note dans la liste des sujets ?
  • The_PoP - Par contre je pensais à quelque chose, mais peut être que cela demande trop de boulot...
  • The_PoP - Je viens de poser la critique du Sculpteur. Sincèrement une très grosse claque !
  • Phileas - Puis-je me réserver la chronique du nouveau Théodore Poussin ? Merci :)
  • poseidon2 - Dans le doute met une annonce dans la section "recherche" car sur le mini chat na ne sera que fugitif ;)
  • jungbluthelodie - bonjour scenariste, je suis à la recherche d undessinateur pour un comics comtemporain et science fiction ; 50/50; je suis sur Lille mais on peut travailler via les reseaux`;
  • poseidon2 - bonjour. Il y une section "recherche". N'hesite pas à poster la bas ;)
  • Walden - Bonjour, je suis a la recherche d'un dessinateur mangas, puis-je déposer mon annonce quelque part sur le forum ? :)
  • poseidon2 - je m'etonne de l'avoir raté dit donc... completment mon truc :D :D
  • Phileas - C'est...hum... un comic érotico-lesbien-horrifique-insectoïde publié par Snorgleux (oui, ça existe). Tout un programme, quoi. :)
  • poseidon2 - Pas de soucis :) Pour ma part je ne vois meme pas ce que 'est :)
  • Phileas - Si personne ne l'a encore chroniquée, j'aimerais me réserver celle de Insexts. Is it possible ?
  • edo - Joyeux anniversaire, avec un peu de retard ! :)
  • poseidon2 - 36 pour mois et pas de soucis mister Pop pour le critiques on est pas au poil et vu mon retard je serais mal placé pou dire quelque chose :)
  • The_PoP - joyeux anniv' Pos'. Pour les 2 chroniques je m'y met dès la semaine prochaine ou ce weekend.
  • Phileas - Bon anniv, Pos (ça te fait combien, là ? :) )
  • poseidon2 - sans enfants :D

Utilisateurs connectés

1 membre(s), 1498 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)

redfoxone



Depuis 6/2000
Visites

© 2000/2099 - 1001 BD.com