1001 BD.com: Tchernobyl - La Zone - 1001 BD.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Tchernobyl - La Zone Noter : -----

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Cox 

  • Grand vizir
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • Groupe : 1001 Rédacteurs
  • Messages : 2 125
  • Inscrit(e) : 06-juin 04

Posté 23 septembre 2011 - 07:38

Image IPB

Titre : Tchernobyl - la zone
Genre : Roman graphique
Scenario : Francisco Sanchez
Dessin : Natacha Bustos
Editeur : Des ronds dans l'O
Parution : 09/06/2011
Acheter sur bdfugue

Derrière chaque catastrophe se cache un drame humain.

Comment réagirions-nous si, du jour au lendemain, nous étions obligés de laisser derrière nous tout ce que nous possédons ?

Ce livre raconte les tribulations d'une famille au lendemain de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Comme de nombreux autres, ces gens furent contraints de quitter leur foyer, persuadés qu'ils seraient de retour au bout de quelques jours. Mais il était déjà trop tard. Un ennemi invisible s'était approprié durablement toutes leurs possessions, leurs maisons, leurs terres.

Un quart de siècle s'est écoulé depuis le 26 avril 1986, une goutte d'eau comparée à la durée de vie des résidus radioactifs qui se compte en dizaines de milliers d'années. Ceci est un hommage à toutes les victimes de l'énergie nucléaire hors de contrôle.

Pour que nous n'oublions pas ce qui s'est passé.

Ce livre est non pas une diatribe contre le nucléaire (quoique) mais un livre sur le déracinement. A travers trois générations, trois manières de le vivre.

Tout d'abord Léonid et Galia, la première génération, ce sont des revenants n'ayant pu supporter leur sort, ils reviennent s'installer dans leur ferme en pleine zone interdite. D'entrée, on s'aperçoit qu'ils n'ont plus rien à se dire, des taiseux dans un monde de silence et de mort. Leonid se réfugiant dans la boisson et Galia dans la prière.

Vladimimir et Anna forment la deuxième génération. Cette partie se passe avant la précédente et rappelle les jours précédents la catastrophe jusqu'à l'évacuation la zone. Vladimir travaille à la centrale, il passe ses week-end avec sa belle-famille (Léonid et Galia). Anna est enceinte de leur deuxième enfant. Vladimir sera une des premières victimes de l'explosion. Anna et son fils seront évacués le lendemain dans une zone plus sure.

La troisième génération, Youri et Tatianna, enfants de Vladimir et d'Anna partent 20 ans après l'explosion à la recherche de leurs racines, en retournant sur les lieux du drame. La visite de la ville Pripiat à 3 km de la centrale se fait dans le silence le plus total. Silence qui nous renvoit à la première partie du livre.

Le dessin de Natacha Bustos dont il s'agit de la première oeuvre est un monument de maturité. Certains dessins à eux seuls expriment tous les sentiments qui peuvent nous traverser. Par exemple, cet arbre en décomposition ressemble étrangement à un arbre généalogique ou alors cette porte coulissante qui se referme en avalant les employés de l'usine ne laissant apparaitre sur la fin que le sigle nucléaire. On regrettera alors les deux ou trois passages de tentatives à nous tirer des larmes (Youri qui retrouve son dessin 20 ans après et Tatiana qui reçoit les jouets que sa mère avait préparé pour sa naissance).

Tchernobyl, la zone est sans aucun doute un des livres de cette année (je sais, il faut que j'arrête de dire cela). Avec Tchernobyl, la zone et l'art de voler, les auteurs espagnols viennent de nous livrer deux grandes oeuvres.

Ma note : Image IPB

Cox

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet


Depuis 6/2000
Visites

© 2000/2099 - 1001 BD.com