1001 BD.com: Blade Runner 2049 or not - 1001 BD.com

Aller au contenu

  • 2 Pages +
  • 1
  • 2
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Blade Runner 2049 or not Il court, il court... Noter : -----

#21 L'utilisateur est hors-ligne   Phileas 

  • Grand vizir
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 465
  • Inscrit(e) : 04-juillet 10

Posté 18 octobre 2017 - 01:17

La critique du site de référence en SF Scifi-Universe me semble une des plus pertinentes (ni dythyrambique ni massacrante) et reflète bien le sentiment général "à chaud" :

Personne n'en voulait de ce film, mais pourtant, on l'a eu quand même. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on ne s'en tire pas si mal que ça.
Certes, Blade Runner 2049 souffre de grosses lacunes en termes d'écriture : un point de départ très artificiel, une enquête peu passionnante, des raccourcis/facilités/incohérences gênant(e)s, des personnages inconsistants, des comédiens en service minimum (encore que pour une fois, la paralysie faciale de Ryan Gosling est parfaitement adaptée au rôle). Thématiquement, cette suite se contente de reprendre les mêmes idées que celles du film original, mais sans y apporter quoi que ce soit de nouveau (les quelques petites idées nouvelles ne sont qu'à peine traitées, ce qui est d'autant plus dommage que Blade Runner premier du nom passait quand même pas mal à côté du fond de l'oeuvre de Philip K. Dick). Malgré cela, Denis Villeneuve parvient à emballer un bon film, certes plus intéressant sur la forme que dans le fond, mais qu'importe. Esthétiquement, Blade Runner 2049 est un bonheur de tout les instants : on y retrouve l'ambiance bien particulière du film original, l'univers y est impeccablement retranscrit, la mise en scène est inventive et pleine de surprises (certaines scènes sont à se décrocher la machoire), c'est techniquement très abouti (la lumière de Roger Deakins est fabuleuse) et, en dépit du fait qu'il ne se passe pas grand chose, c'est impeccablement rythmé. Les fans de Denis Villeneuve adoreront, ses détracteurs obtiendront encore quelques billes supplémentaires pour remettre en cause son talent. Toujours et-il qu'en dépit de ses défauts, Blade Runner 2049 est une suite très honorable au chef d'oeuvre de Ridley Scott. Dans un projet issu d'une démarche purement mercantile, ça n'était pas gagné d'avance (regardez ce à quoi on a eu le droit avec Tron : l'héritage).



#22 L'utilisateur est hors-ligne   redfoxone 

  • Silver surfer
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • Voir la galerie
  • Groupe : Les gardiens du post
  • Messages : 15 751
  • Inscrit(e) : 16-octobre 02

Posté 18 octobre 2017 - 20:00

Ya pas que ça pour Joy.

Spoiler


Je regrette aussi le rôle de la chef de K

Spoiler


Après de mon point de vue, malgré tout ça... C'est un bon film, je sais pas très bien pourquoi pour l'instant. Ca aurait pu être bien pire, et je vois pas comment ca pouvait faire un 2e film culte au final.
Mais curieusement, autant j'ai été en revoir certain au ciné 2 semaines après, puis en boucle sur certains film (interstellar encore, bienvenue à gatacca) autant là, ça sera en vidéo un jour et je me sens pas pressé.

Et je rejoins la critique de SiFIU que tu as mis du coup, surtout le début.

#23 L'utilisateur est hors-ligne   Phileas 

  • Grand vizir
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 465
  • Inscrit(e) : 04-juillet 10

Posté 18 octobre 2017 - 23:16

Je voudrais d'abord dire à tous que si la discussion sur BR 2049 leur semble trop s'étendre et "phagocyter" le topic, je les invite à me le dire, il n'y a pas de problème : je passerai à autre chose.Image IPB
En fait, il aurait peut-être été préférable de créer un topic spécialement consacré au film (j'y ai pensé mais j'ai hésité)

Et aussi que mes réponses ne cherchent pas du tout à vouloir jouer à celui qui veut avoir le dernier mot, hein.
C'est juste que je rebondis à ce qui se dit (et qui m'intéresse) pour nourrir mes propres réflexions. C'est tout. Image IPB

Il se trouve que, outre l'intérêt personnel que j'ai pour les deux Blade Runner, leur contenu sous-jacent me passionne et recoupe des thématiques qui me sont chers, que j'ai retrouvées dans d'autres oeuvres cultes ou moins cultes pour moi (Vertigo d'Hitchock, La Quête de l'Oiseau du Temps, L'invention de Morel, les romans de Dick bien sûr, L'Eve Future, Her, Ex Machina, Elle s'appelle Ruby, etc...) et que j'ai baptisé "Le syndrome de Scottie" (en référence au personnage de James Stewart dans Vertigo). En gros, il s'agit de la confrontation entre un individu (généralement de type masculin) avec une entité-simulacre (qui peut-être de type féminin ou indifférenciée ou une fausse réalité) prise pour réelle, ne serait-ce qu'un temps. Et toutes les implications, psychologiques et philosophiques, qui en découlent.
Voilà une des raisons qui fait que, au-delà du film de Villeneuve proprement dit, j'insiste peut-être au-delà du raisonnable.

Spoiler


Oui, je comprends. Mais je n'ai parlé que du point de vue de K parce que tu en parlais toi-même, pas vraiment de Joi (ou alors c'était implicite et j'ai mal compris)
En ce qui concerne Joi, sait-elle vraiment ce qu'elle éprouve ? Ou n'est-elle, elle aussi, qu'une victime de l'illusion comme K ? Réel ou simulé ? Le sait-elle seulement ?
Cette ambiguité ne me gêne pas, personnellement (surtout qu'elle est très dickienne) même si je comprends que ça puisse poser problème à d'autres.
Et puis... sans vouloir couper les cheveux en quatre, n'est-ce pas un cas qui est parfois propre à l'humain aussi ? A savoir : si nos sentiments pour une personne sont vraiment authentiques ou bien si, comme on dit familièrement, "on se raconte des histoires". Et comme, en SF, les thèmes de l'androïde et des IA sont souvent le reflet de questionnements proprement humains...

Bien sûr, tout ça reste de l'extrapolation de ma part. Mais le flou du film sur ces questions le permet aussi.


Pour le rôle de la chef, je suis d'accord. Et l'ami dont je parlais (je l'ai revu aujourd'hui et il a fallu encore qu'on en discute Image IPB) m'a fait la même réflexion.

Citation

Mais curieusement, autant j'ai été en revoir certain au ciné 2 semaines après, puis en boucle sur certains film (interstellar encore, bienvenue à gatacca) autant là, ça sera en vidéo un jour et je me sens pas pressé.

Je suis un peu plus pressé car il me semble que je ne l'ai pas suffisamment bien assimilé pour étayer des arguments vraiment convaincants. Et ça me frustre.
Ca fait longtemps qu'un film ne m'avait autant pris la tête (je crois que la dernière fois, c'était avec Mulholland Drive de David Lynch).
Et j'en suis même à me demander si, soit j'ai très mal compris le film ou si c'est bien le film lui-même qui est en cause. Image IPB

J'ajoute que j'ai acheté aujourd'hui la revue l'Ecran Fantastique et devinez quel film est en couverture ?
Et il y a un dossier de 16 pages d'entretiens que je n'ai pas encore lu (et un autre de 24 pages sur le premier Blade Runner : avis aux amateurs).
Mais quand je lis des titres de paragraphes comme "J'ose dire que cette intrigue est meilleure que celle de Blade Runner" (Hampton Fancher, scénariste) ou "L'histoire d'abord"... je suis curieux de connaître leurs arguments.
Et un peu sceptique aussi, faut avouer. Parce que... bon... ils défendent leur film. Normal.

#24 L'utilisateur est hors-ligne   redfoxone 

  • Silver surfer
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • Voir la galerie
  • Groupe : Les gardiens du post
  • Messages : 15 751
  • Inscrit(e) : 16-octobre 02

Posté 19 octobre 2017 - 12:02

Je vais aller faire un tour chez le vendeur de magasine ^^

Mais c'est encore une période de promo donc tout ce que disent les personnes du film c'est que c'est génial en général, (marche quelque soit le film, le magazine, les interviewés)

#25 L'utilisateur est hors-ligne   redfoxone 

  • Silver surfer
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • Voir la galerie
  • Groupe : Les gardiens du post
  • Messages : 15 751
  • Inscrit(e) : 16-octobre 02

Posté 19 octobre 2017 - 12:09

Globalement on est d'accord en fait.
:)

Perso j'avais pas des masses aimé Her au final parce que... je ne sais pas. J'aime pas la narration sans doute, ou ça fait pas très SF.
Ex-machina est par contre assez génial.

Sinon j'ai jamais été un grand fan de K. Dick, du coup j'ai pas lu beaucoup de choses de lui à ma grande période de lecture SF (qui remonte à des décades maintenant), c'était trop axé sur la folie dans mon souvenir.

Il y a beaucoup d'analyses qui me paraissent pertinente sur youtube en fait, j'ai même découvert pas mal de choses.
Des zones d'ombres sont volontairement laissées.

Il se dit même quand pour le 1er BR, comme dekard

Spoiler


Drôle non ?
:D

Tu as pas fini de te prendre la tête, et c'est malin comme hypothèse je trouve.

#26 L'utilisateur est hors-ligne   redfoxone 

  • Silver surfer
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • Voir la galerie
  • Groupe : Les gardiens du post
  • Messages : 15 751
  • Inscrit(e) : 16-octobre 02

Posté 19 octobre 2017 - 19:03

spoiler BR 1 (et 2049 du coup)

Spoiler


#27 L'utilisateur est hors-ligne   Phileas 

  • Grand vizir
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 465
  • Inscrit(e) : 04-juillet 10

Posté 19 octobre 2017 - 22:43

Voir le messageRenardrouge, le 19 octobre 2017 - 12:09, dit :

Tu as pas fini de te prendre la tête, et c'est malin comme hypothèse je trouve.

Raaah ! J'ai pas fini, en effet. Pour Harrison Ford, je ne savais pas. Mais ça ne m'étonne pas de lui Image IPB
Par contre, pour l'affirmation de Ridley Scott, je savais et ça m'a agacé (encore un grief de plus contre lui) et il l'a dit très tard.
Primo, je préférais que l'ambiguïté soit gardée. Et deuxio, j'ai toujours été sceptique sur le fait que Deckard soit un réplicant.
Sans doute parce que je n'ai jamais vu le film dans cette optique.
Et si Deckard est un réplicant, comment expliquer qu'il soit si faible physiquement dans le premier ? Parce que, franchement, il n'est qu'une poupée de chiffon entre les mains des réplicants qu'il traque : Zora est sur le point de l'étrangler, Léon l'aurait écrasé facilement si Rachel n'était pas intervenue in-extremis, Priss lui flanque une raclée (et il ne réussit à l'avoir qu'avec son blaster) et quant à Batty... c'est encore pire.
Pour moi, toutes ces scènes montraient bien à quel point Deckard était fragile par rapport aux réplicants. Donc humain.

Alors, on peut toujours imaginer l'hypothèse que Deckard serait un répliquant d'un modèle plus ancien (et pas un Nexus 6) mais je ne trouve pas l'argument probant.
Il y aussi le fait, bien sûr, que dans le 2, il est fort vieux alors qu'un réplicant a une durée de vie courte (4 ans pour les Nexus 6 et j'ignore combien pour les autres modèles).
Par contre, K est assez balèze physiquement quand on le voit se battre au corps-à-corps avec Sapper au début puis avec Luv.
Ce qui, d'ailleurs, explique mal qu'il se fasse ruer de coups par le vieux Deckard de plus de 70 ans à Las Vegas (bon, ok, ça peut s'expliquer par le fait qu'il ne veut pas se battre avec Deckard mais bon...)

Pfff... des interrogations, toujours des interrogations.
Des hypothèses... toujours des hypothèses.
C'est à la fois amusant et épuisant. Image IPB

Citation

Sinon j'ai jamais été un grand fan de K. Dick, du coup j'ai pas lu beaucoup de choses de lui à ma grande période de lecture SF (qui remonte à des décades maintenant), c'était trop axé sur la folie dans mon souvenir.

Le plus difficile avec les romans de Dick, c'est le côté mouvant de la "réalité" qu'il décrit et l'incertitude permanente. On est toujours sur des sables mouvants. C'est très loin de la SF rationnelle d'un Asimov ou Arthur C. Clarke.
Et tu fais bien de parler de folie car... j'ai eu une grosse période dickienne dans les années 90 : 13 romans, plusieurs recueils de nouvelles, deux biographiques, des essais analytiques... et je dois dire qu'au bout d'un moment, j'ai ressenti que je devenais moi-même un peu cinglé Image IPB et très oppressé, aussi, car son univers est alimenté par ses angoisses, ses obsessions récurrentes, sa paranoïa. Même si on trouve aussi pas mal d'humour (un humour étrange qui lui est bien personnel).
En tout les cas, c'est un auteur à lire à petites doses. Sinon, ça devient dangereux pour la santé mentale Image IPB

Et à propos de Dick, j'ai réalisé que BR 2049 était peut-être le film le plus fidèle aux romans de l'auteur... car ceux-ci souffrent de tous les mêmes défauts que tu relevais dans le film.
Les idées de Dick sont fascinantes mais la construction de ses romans est souvent erratique, lacunaire, et ses intrigues et personnages innabouti(es). Il avait aussi du mal à finir ses intrigues, qui se terminent souvent de manière peu concluante. Et il lâchait aussi beaucoup de personnages en cours de route, sans qu'on sache ce qu'il deviennent. Je me souviens de "Simulacres", par exemple : un vrai bordel !

De ce point de vue, BR 2049 est du Dick pur jus (pour de mauvaises raisons), contrairement au premier BR qui est à la fois mieux construit, plus cohérent et, en fait, très différent du roman dont il s'inspire.
En réalité, son propos est l'opposé de celui du roman. Dans Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques, Deckard n'a aucune empathie pour les andros. Et Dick non plus, qui considéraient clairement les androïdes (dans ce roman-ci mais aussi tous ses autres) comme des créatures négatives, de sinistres simulacres d'être humains qui ont leur apparence pour mieux les tromper, voir les détruire.
Dans le film, par contre, même s'ils sont assez effrayants, on a de l'empathie pour eux. Notamment parce que leur condition et leur rapport à la mort est pareil à celle des humains.
Rien de tel chez Dick.

Pour le coup des yeux, c'est marrant car j'en parlais dernièrement. Non pas à propos de cette histoire de reflets (à vérifier) mais plutôt à la manière dont, sur le plan esthétique, Scott filme parfois ses acteurs (y compris le hibou Image IPB) en mettant dans leurs yeux une luminosité inquiétante. C'est frappant par exemple quand Rachel se fait interroger par Deckard lors du test Voigt-Kampft alors qu'elle est en train de fumer : il y a ces très beaux plans où l'on voit ses yeux luminescents (sans doute à cause de la machine de Deckard qui envoie de la lumière, je crois) à travers les volutes de fumée de sa cigarette.
Wow. Visuellement, c'est superbe.

Les deux Blade Runner, malgré leurs divergences, ont sans doute en commun d'être non seulement des films de qualité mais de véritables oeuvres d'art.
Et, au-delà de tout ce que l'on peut dire sur leur fond, c'est sans doute cet aspect-là qui me fascine le plus.

PS : cool d'avoir créé ce topic. Merci RR Image IPB

#28 L'utilisateur est hors-ligne   Phileas 

  • Grand vizir
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 465
  • Inscrit(e) : 04-juillet 10

Posté 03 janvier 2018 - 13:32

J'ai revu BR 2049 sur un site de streaming.
Je me disais qu'en le revoyant, j'allais saisir des choses qui m'avaient échappé, surtout au niveau du scénario. En fait, pas vraiment, à part un petit détail : en effet, je ne comprenais pas comment Rachel avait pu mettre au monde un enfant et je ne pensais pas que c'était expliqué. Car parler de "miracle", c'est bien beau mais ça n'explique rien.
En fait, j'ai compris cette fois-ci que c'est Tyrell qui avait conçu la capacité d'enfanter de Rachel. Et, détail troublant, Wallace suggère même que Deckard aurait été choisi par Tyrell pour faire cet enfant à Rachel.
Bien sûr, il n'y avait rien de tel dans le premier mais le scénariste s'est amusé à suggérer cette idée dans celui-ci.

Sinon, ça reste un très beau film, un des plus mémorables de l'année 2017 pour moi et qui figure déjà dans mon petit panthéon cinématographique personnel.
Plus qu'un film même : une véritable oeuvre d'art (mais je me répète). Et je l'ai encore plus apprécié en le revoyant.

Dommage qu'il soit un peu gâché par trois défauts qui m'avait déjà gêné à sa sortie :
1. Le personnage de Wallace, pompeux et ridicule, avec son verbiage pseudo-philosophico-poétique inutilement alambiqué.
2. L'apparition du groupe de répliquants rebelles avec la réplique : "nous constituons une armée, etc..." qui ne mène à rien mais surtout n'est pas dans le ton du film.
3. Le combat final entre K et Lev qui, là aussi, fait tâche et ressemble trop à une scène conventionnel de blockbuster.
Dommage : sans ces trois éléments, le film aurait été proche du chef-d'oeuvre.

Incontournable quand même.
PS : sans oublier Ana De Armas dans le rôle de JOY qui m'a tapée dans l'oeil Image IPB

Image IPB

#29 L'utilisateur est hors-ligne   redfoxone 

  • Silver surfer
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • Voir la galerie
  • Groupe : Les gardiens du post
  • Messages : 15 751
  • Inscrit(e) : 16-octobre 02

Posté 04 janvier 2018 - 14:47

Toujours pas revu, et j'en éprouve toujours pas le besoin/l'envie.

Pour le point 2, comme ça, des suites affreuses vont pouvoir sortir genre terminator 4 et tout saccager, trop cool.
:D

#30 L'utilisateur est hors-ligne   Phileas 

  • Grand vizir
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 465
  • Inscrit(e) : 04-juillet 10

Posté 04 janvier 2018 - 21:11

Voir le messageRenardrouge, le 04 janvier 2018 - 14:47, dit :

Toujours pas revu, et j'en éprouve toujours pas le besoin/l'envie.

Qu'on te donne l'envie, l'envie d'avoir envie (petit hommage tardif à un chanteur qui nous a quitté)

Citation

Pour le point 2, comme ça, des suites affreuses vont pouvoir sortir genre terminator 4 et tout saccager, trop cool.:D

Je sais que je me répète mais... pourquoi tant de cruauté ? Image IPB

Le pire, c'est que tu n'es peut-être pas loin de la vérité : j'ai lu quelque part que le studio pourrait faire de Blade Runner une franchise, surtout après l'échec des derniers Alien.
Autrement dit c'est la faute à Ridley Scott. Non content de ne plus réaliser que des bouses, il crée en plus des dommages collatéraux Image IPB

Partager ce sujet :


  • 2 Pages +
  • 1
  • 2
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet


© 2000/2099 - 1001 BD.com