1001 BD.com: Dreamfall Chapters : Découverte Tardive - 1001 BD.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Dreamfall Chapters : Découverte Tardive

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Phileas 

  • Grand vizir
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 345
  • Inscrit(e) : 04-juillet 10

Posté 07 octobre 2019 - 16:13

Image IPB

Il est très rare que je me lance dans un "nouveau" jeu (sorti en 2014 sous forme épisodique, 2017 en boîtier) sans rien savoir du tout de son contenu, sans m'être renseigné un mimimim au préalable sur le Net. Normal : vu le prix des jeux vidéo à l'état neuf, il est judicieux de savoir dans quoi on met son argent.
Dans le cas de Dreamfall Chapters, cependant, je me suis lancé à l'aveuglette pour deux raisons : le PS Store le proposait à 5 € (au lieu de 30) et les quelques visuels me plaisaient bien.
De même que le petit pitsch qui parlait d'un jeu dont l'univers se situait à cheval entre deux mondes très différents, le premier (Stark) futuriste et le second (Arcadia) de fantasy.
Pour seulement 5 pépettes... why not ?

Je viens aujourd'hui de passer plusieurs heures dessus en ayant du mal à lâcher la manette.

Image IPB
Le monde futuriste de Stark, anno 2220

Image IPB
et celui d'Arcadia



Dreamfall Chapters est un jeu essentiellement narratif (par ailleurs très riche en dialogues) qui, à l'instar d'un Detroit, mêle le jeu d'aventure 3D avec des mécanismes de point'n'click et des choix (surtout moraux) qui influent sur l'histoire. Niveau contexte et histoire, je me suis plongé dans l'inconnu et, à l'heure actuelle, alors que j'entame le second chapitre, je ne sais toujours absolument pas de quoi il retourne ni où le jeu va m'emmener, d'autant que son scénario semble assez complexe, créant apparemment des interattractions entre des mondes mais aussi des espèces de "mondes intermédiaires", notamment une maison où vit un couple et son bébé et située "en dehors du temps et de l'espace".
On a d'autant moins de repères que cette déclinaison PS4 semble être la suite d'un (voir plusieurs) jeux antérieurs si on en croit les nombreuses références à des événements passés et personnages déjà croisés. Malgré tout, ça ne semble pas être vraiment un problème pour jouer à celui-ci, chaque personnage possédant sa bio et son background assez bien esquissé.

Pour le moment, la partie située dans le monde futuriste de Stark - où l'on incarne une héroïne amnésique du nom de Zoé Castillo - paraît bien plus développée que celle du monde d'héroïc-fantasy - où l'on joue un ancien soldat (Kian Alvane) qui a fait partie d'un régime simili-nazi.
Car, aussi différents soit-ils, ces deux mondes présentent tout deux un contexte politique clairement fasciste... avec, évidemment, une résistance qui s'organise.
Rien de bien original de ce côté-là mais le jeu m'a très vite emporté dans son récit grâce à la qualité de son écriture, les nombreux mystères qui le parsème et un gameplay au classicisme agréable qui permet de prendre directement ses marques. Autre aspect positif : le jeu prend le temps (son rythme est d'ailleurs assez lent) pour bien décrire le quotidien de Zoé, comme ses aspirations professionnels, ses rapports avec son petit ami, ses entretiens chez le psy, ses relations, tout ça encore renforcé par un journal intime qui permet de partager ses pensées.
Du coup, on est vraiment dans la peau et la tête de la jeune femme et ça participe bien sûr à l'immersion.
J'ai aussi trouvé intéressant le fait que, dans les choix de réponses, chaque proposition est précédée d'un commentaire du protagoniste en voix-off qui permet de bien faire comprendre le choix que le joueur fera. En effet, sur la plupart des jeux de ce genre, les indications de choix sont souvent trop vagues, voir même parfois confuses, au point que le joueur voit son personnage sortir une réplique qui n'était pas celle attendue. D'où un malentendu pénible. Rien de tel ici puisque l'on a accès aux pensées du perso avant qu'il ne prenne la parole.
De mémoire, c'est la première fois que j'ai affaire à un jeu qui utilise cette méthode.

Petite anecdote : le jeu n'oublie pas la carte de l'humour, malgré son contexte assez sombre.
Je pense notamment à une mission de Zoé avec un robot (baptisé "robot de merde" en raison de son incompétence) que l'on doit amener à remplir quatre tâches très simples dans la ville mais qui n'est pas fichu d'en faire une correctement, notamment en raison d'un comportement qui tient de la névrose et de la paranoïa. C'est bien simple : on dirait Woody Allen en version droïde.
J'ai beaucoup apprécié cette partie, vraiment cocasse, et espère qu'il y en aura d'autres de ce genre par la suite.

Voilà tout ce que je peux dire d'un jeu que je viens seulement de commencer, qui reste un jeu assez modeste dans son budget mais qui m'a séduit pour le moment par son écriture, les nombreuses questions qu'il pose, un doublage (en anglais) de qualité et un visuel plaisant (surtout la futuriste Stark) dans un style "semi-réaliste" varié.
Et puis... le tout pour 5 euros.
Petit jeu, petit prix et au final une plus grande satisfaction que sur certains gros triple A ennuyeux.

Image IPB
Sans être une tuerie graphique, le jeu propose quelques jolis designs

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet


Depuis 6/2000
Visites

© 2000/2099 - 1001 BD.com