1001 BD.com: La Geste Des Chevaliers Dragons T.29 - 1001 BD.com

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

La Geste Des Chevaliers Dragons T.29 Noter : -----

#1 L'utilisateur est en ligne   Phileas 

  • Grand vizir
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • Groupe : Membres
  • Messages : 3 506
  • Inscrit(e) : 04-juillet 10

Posté 02 décembre 2019 - 16:48

Image IPB




La Geste des Chevaliers Dragons
Tome 29 : Les Soeurs de la Vengeance

Scénario : Ange
Dessin : Looky, De cock, Ruizgé, Paty, Savarese, Reis, Vax
Edition : Soleil
Date de parution :
Genre : héroïc-fantasy qui a du souffle

Synopsis : Agnessa n'est qu'une gamine quand elle est arrachée à son Ordre des Chevaliers Dragon et envoyée au Fort pour devenir Soeur de la Vengeance. Son destin est alors tout tracé : elle va dormir près du dragon pour se charger de son énergie. Des années plus tard elle devra se sacrifier pour décharger son feu et occire la Bête. Mais Agnessa ne veut pas dormir, et mourir. Elle veut se réveiller, et vivre...

Dans la liste des longues séries qui s'essoufflent, La Geste des Chevaliers Dragons... n'en fait décidément pas partie. Nous voici au tome 29 (!) et, contre toute attente, le scénariste bicéphale Ange arrive encore à pondre un scénario qui, tout en restant dans la lignée des autres, parvient pourtant encore à se renouveler et proposer une histoire encore intéressante dotée, de surcroît, d'un twist excellent.
Je ne sais pas vous mais moi, j'appelle ça un record de résilience quand même !
Cette fois, il est question des "fameuses" (et surtout très mystérieuses) Soeurs de la Vengeance, cette caste très particulière au sein de l'ordre que l'on avait pu apercevoir dèjà dans... le tome 3 mais sur lesquelles on ne savait quasiment rien à part leur fonction : celle d'être le dernier recours lorsque les Chevaliers Dragons échouent à tuer la Bête et que celle-ci, devenue trop puissante, ne peut plus être stoppée que par ces Soeurs, sorte de bombe atomique vivante dont la puissance magique permet non seulement de détruite le dragon mais aussi toute forme de vie à des kilomètres à la ronde (elles comprises bien sûr).
Selon l'expression consacrée : à n'utiliser qu'avec parcimonie donc.

Ange choisi d'aborder son histoire sous l'angle d'une adolescente de 14 ans, Agnessa, exceptionnellement (trop) jeune pour rejoindre cette confrérie marginale en raison de ses facultés très prometteuses. On suit alors son intronisation puis la condition étrange et contraignante de ces Soeurs (baptisées par les Chevaliers Dargons les "caverneuses") dont la principale occupation est de... dormir (dans une sorte de stase durant plusieurs années) pour s'imprégner du pouvoir d'un dragon situé sous-terre. Ce qui nous vaut un premier aspect du scénario intéressant : le décalage temporel qui se crée fatalement entre ces femmes en hibernation et les "vraies" Chevaliers Dragons qui vaquent à leurs occupations. Ce décalage suscite surtout, lors de leurs réveils successifs, une rupture sociale et affective toujours plus brutale face à des Chevaliers qui, au fil du temps, peinent encore à se souvenir de leur existence, quand elles ne se font pas tout simplement tuer lors de leurs missions. Second aspect intéressant qui sera cette fois au coeur de l'intrigue (ce mot est d'ailleurs à prendre dans son double sens ^^) : Agnessa et ses soeurs ont mal "choisi" leur moment pour s'acquitter de leur sacerdoce dans une période de la saga - juste après la Guerre des Sardes - bien trouble et bouleversée, où l'Empire s'est scindé, où les enjeux politiques sont devenus différents et où, surtout, la tentation de rébellion et d'autonomie gagne de plus en plus les différents ordres de Chevaliers Dragons.
Une ère nouvelle est en marche et elle n'est pas pour plaire aux plus hautes autorités de l'Ordre. C'est ainsi qu'Agnessa va devenir, bien malgré elle, l'instrument d'un plan machiavélique pour mettre fin à ces velléités de liberté risquant, bien entendu, d'affaiblir fortement le pouvoir de l'Ordre.

Outre la véritable nature des Soeurs de la Vengeance et le destin d'Agnessa, on retrouve donc dans cet album certains ingrédients propres à la série : la primauté du devoir et du sacrifice, des manigances politiques, les dissensions entre factions et une vérité à géométrie variable selon la version donnée par les divers intervenants.
Cela pourrait paraître redondant au bout de presque 30 albums mais Ange parvient toujours à rendre l'ensemble à la fois cohérent, prenant et riche en émotion dramatique.
Graphiquement, l'album réussit aussi un tour de force : en effet, pas moins de 7 dessinateurs participent à cette histoire, ce qui pourrait laisser craindre une hétérogénéité pénible à la lecture (comme ce fut le cas avec le tome "La Faucheuse"). Ce n'est pourtant pas le cas ici et j'ai même rarement lu une BD où la transition entre dessinateurs se fait de manière aussi peu sensible, d'où une bonne cohésion graphique qui fait plaisir.
Ce tome 29 compte pour moi parmi les meilleurs de la série et l'un de mes préférés.

Ma note : Image IPB

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet


© 2000/2099 - 1001 BD.com