1001 BD.com: Phileas - Affichage d'un profil - 1001 BD.com

Aller au contenu

Profil de Phileas Note du membre : -----

Groupe :
Membres
Messages :
3 526 (0,99 par jour)
Plus actif dans :
BD Européenne (1002 messages)
Inscrit(e) :
04-juillet 10
Visualisations :
31 671
Dernière activité :
L'utilisateur est hors-ligne Hier, 20:43
Actuellement :
Hors-ligne

Mes informations

Titre :
Grand vizir
Âge :
Âge inconnu
Anniversaire :
Anniversaire inconnu
Gender:
Non spécifié Non spécifié

Informations de contact

Courriel :
Privé

Sujets que j'ai initié

  1. La Manette De La Ps5 : La Dualsense !

    07 avril 2020 - 23:47

    En attendant de découvrir la console, la manette de la PS5 a été dévoilée aujourd'hui.


    Design assez différent des autres DualShock (très futuriste) et quelques nouvelles fonctionnalités dont une fonction "aptique".
    Traduction ? Comme le nom de la manette l'indique, le joueur ressentira davantage de sensations en jeu et donc ça renforcera l'immersion.
    Un exemple concret : dans un jeu où l'on utilise un arc, la sensibilité des gâchettes L2 et R2 devraient tenir compte de la force de "bandage" de la corde de l'arc ^^
    Le bouton SHARE a par contre disparu, remplacé par un bouton "création".

    Bon voilà. Vous en pensez quoi, déjà esthétiquement ?

    Image IPB


  2. Ok Computer Reloaded

    04 avril 2020 - 16:14

    Je n'ai pas mis le titre de la vidéo comme titre du topic parce que ça aurait découragé d'emblée vu l'actu ("Le confinement de Radiohead") et, de toute façon, ce n'est qu'un titre clin-d'oeil, limite opportuniste (même s'il parle aussi des conditions particulières d'enregistrement de l'album OK COMPUTER du groupe).

    Je mets juste ce lien - comme une bouteille à la mer - pour ceux que ça intéresserait.
    Cette vidéo de 26 mn revient sur la création de cet album phénoménal (bon... perso, j'ai pris une énorme claque à sa sortie et ça reste une référence absolue) qui est l'un de ceux à avoir le plus marqué les années 90 avec Nevermind de Nirvana.
    Vidéo passionnante qui fourmille d'anecdotes sur la conception de l'album en analysant chaque titre et, pour les non-anglophones, parle du sujet de chacune et du contenu des paroles.
    Et on réalise - si besoin est - à quel point Ok Computer a été une création profondément réfléchie et maîtrisée (et pourtant a contrario enregistrée en peu de temps).
    Définitivement culte !

    https://www.youtube....h?v=yIURTHghkgE
  3. Le Constat (Trop ?) Tardif De Philip K. Dick

    03 avril 2020 - 17:03

    Inutile de présenter encore Philip K. Dick, l'un des plus éminents écrivains de science-fiction.
    Durant toute sa vie et son oeuvre (1928-1982) - constituée de 47 romans et 121 nouvelles, sans compter une dizaine de milliers de pages de réflexions théologico-philosophiques (souvent absconses) réunies sous l'appellation de L'Exégèse - Dick n'a cessé de poser la même question sur la nature du réel caché derrière des apparences trompeuses. Ce fut l'unique sujet de toute son oeuvre.
    Alors qu'il est en train de rédiger son dernier roman, La Transmigration de Timothy Archer, dans les toutes dernières années de sa vie, Dick - prit subitement d'un éclair foudroyant de lucidité ou d'une de ses crises coutumières de versatilité ? - écrit un texte que l'on peut considérer comme un constat amer et (trop ?) tardif sur l'inutilité de ses questionnements et, donc, de son oeuvre elle-même, si ce n'est à la considérer simplement comme un jeu divertissant mais vain où se débattent androïdes, moutons électriques, dieu venu du Centaure, drogues hallucinogènes et univers truqués.
    Je ne pense pas, toutefois, que l'auteur considérait tout cela à la légère et se voyait comme un simple saltimbanque galactique jonglant avec des voitures volantes et des robots. Des tas de témoignages - à commencer par les siens - l'attestent : Dick croyait en ce qu'il faisait, même si son intelligence n'oubliait pas assaisonner le tout d'une bonne dose d'humour et de dérision. Déjà.
    Difficile, toutefois, de ne pas voir dans le texte ci-dessous le constat d'un échec, la triste confession d'un labeur voué à ne mener nulle part mais, pire encore : après tant de circonvolutions philosophiques parfois ardues, devoir se rendre à une évidence toute simple qui est à la portée de n'importe qui : rien n'a de sens et rien n'existe.
    Ironie que connaissent en fait bien tous les intellectuels, penseurs, croyants de toute obédience, depuis que l'humanité pense et que ses plus lettrés rédigent des ouvrages inutiles et poussiéreux que l'orgueil humain s'entête toutefois à préserver des ravages du temps.
    Voici ce texte (définitif à défaut d'être vraiment testamentaire ?) sur lequel je ne peux m'empêcher d'y déceler le rire sardonique d'un certain Joker,
    Et je ne peux m'empêcher, à la lecture du dernier paragraphe, de penser à un autre aveu d'un homme non moins célèbre, Albert Einstein : "si j'avais su, je serais devenu horloger".


    Si je devais analyser la colère qui réside en moi et qui s'exprimer par tant de sublimations, je supposerais que ce qui éveille mon indignation, c'est probablement de constater l'absence de signification de toutes choses. Ce qui est chaos, la force de l'entropie. En ce qui me concerne, il n'existe aucune valeur rédemptrice dans quelques chose qui ne peut être compris.
    Je tente dans mes écrits de me servir de ma vie et tout ce que j'ai vu et fait pour façonner à partir de cela une oeuvre qui acquiert finalement un sens. Je ne suis pas certain de parvenir à mes fins. Premièrement, je ne puis changer ce à quoi j'ai assisté : j'ai vu le désordre et le chagrin et je dois coucher cela par écrit. J'ai également vu le courage et l'humour et cela apparaît également dans mes récits. Mais lorsqu'on effectue la somme de tout cela, qu'obtient-on ? Quelle est la grande vision globale qui va donner un sens à l'ensemble ? Ce qui m'aide - si quelque chose peut encore m'aider - c'est de découvrir que le germe du comique est toujours présent au coeur de l'horrible et du futile.
    Voilà cinq ans que je me penche sur des questions théologiques fondamentales et solennelles pour mon roman en cours. Quoiqu'il en soit, j'ai commencé l'autre nuit la lecture d'un article sur la philosophie indienne et là, au coeur de cet article, je trouvais ceci : "en appliquant la notion du rasoir d'Occam à la question épistémologique de savoir ce qu'est la réalité, les idéalistes bouddhistes arrivent à la conclusion que la croyance en un monde extérieur est une hypothèse superflue, c'est à dire qu'elle va à l'encontre du principe de parcimonie, base de toute la science occidentale. Ainsi, le monde extérieur est aboli et nous pouvons nous occuper de choses plus importantes, quoiqu'elles puissent être.
    Cette nuit-là, je me suis couché en riant. J'ai ri durant une heure. Et je ris encore.
    En poussant à l'extrême philosophie et théologie - et l'idéalisme bouddhiste est probablement un extrême des deux - qu'obtenons nous ? Rien. Rien n'existe.
    Il est également prouvé que le "moi" n'existe pas, lui non plus.
    Ainsi que je l'ai déjà dit, il n'y a qu'une issue : considérer en fin de compte que tout est comique.
    Kabir - que j'ai cité - a lui aussi trouvé une porte de sortie dans la danse, la joie et l'amour. Et il a parlé du son produit par les anneaux fixés aux pattes d'un insecte alors qu'il marche. J'aimerais pouvoir entendre ce son.
    Peut-être que si j'en étais capable, mes colères, mes craintes et mon hypertension disparaîtraient.

    J'ai toujours eu l'intuition - notamment dans ma plus forte période de lecture de Dick - qu'il valait mieux, en tant que lecteur, prendre l'oeuvre de Dick sous un angle divertissant voir récréatif que de se prendre la tête avec tout ça.
    Il semble que j'avais peut-être raison.
    J'aimerais aussi entendre le son produit par les anneaux fixés aux pattes d'un insecte alors qu'il marche Image IPB
  4. Que La Bête Meure ! Ma Réaction Devant Un Doc...

    02 avril 2020 - 19:34

    J'en ai encore la nausée !

    Me croiriez-vous si je vous disais que je viens de voir un documentaire sur une histoire "incroyable mais vraie" qui m'a inspiré plus de dégoût, d'horreur, de perplexité mais surtout d'indignation que toutes les saloperies dont j'ai pu avoir connaissance dans ma vie (et elles ne manquent pourtant pas !)
    Et ce n'est pourtant qu'une histoire entre une mère et sa fille... qui va, certes, tourner au fait divers criminel (qui, en comparaison, m'a pourtant semblé plus anodin)

    On a coutume de penser dans nos sociétés modernes qu'une mère est une figure intouchable, sacrée, un modèle d'amour inconditionnel.
    Il faut aimer et respecter sa mère, celle à qui on doit la vie (ou ce purgatoire malfamé que l'on nomme la vie, c'est selon) et notre éducation.
    Dans toutes les sociétés de toutes les civilisations, la mère est la figure prééminente et se livrer à un matricide est probablement considéré comme le plus odieux des crimes.
    Toutefois...
    J'ai déjà eu l'occasion de constater certains exemples de mères effroyables, de créatures véritablement maléfiques dont la stature maternelle s'accompagne d'une évidente monstruosité, devenant une ogresse destructrice pour sa progéniture.
    L'Antiquité nous a donné deux exemples édifiants, l'un mythologique (Médée) et l'autre authentiquement historique (Agrippine, mère de Néron).
    D'autres exemples, plus contemporains, ont été parfois portés à ma connaissance, comme la mère du célèbre roman d'Hervé Bazin Vipère au poing en littérature ou, dans la catégorie des faits divers, l'horrible génitrice de celui qui deviendra, à force de mauvais traitements et d'humiliations à répétition, le tueur en série tristement célèbre Henry Lee Lucas (qui ferait passer la mère de Norman Bates pour un ange, je peux vous l'assurer !)

    Restons bédéphiles avec ce petit clin d'oeil à Murena et cette merveilleuse Agrippine Image IPB :

    Image IPB


    Pourtant, je n'avais encore jamais rencontré un cas de mère (qui ne mérite même pas de porter ce titre à ce stade) qui inspire autant de répugnance que de stupeur que celle qui est présentée dans ce documentaire.
    Une mère qui, durant toute l'enfance et une partie de l'adolescence de sa fille unique, se livra à une odieuse manipulation en lui faisant croire - ainsi qu'à toute sa famille et la communauté d'un bled de Louisiane - qu'elle était atteinte d'un grand nombre de pathologies graves et notamment d'une leucémie et d'une atrophie musculaire des jambes (obligeant la gamine à circuler en fauteuil roulant). Mais aussi d'un retard mental par rapport à son âge réel.
    Tout cela s'étant finalement avéré faux.
    Cette histoire débute par un meurtre : celui de cette mère abominable que sa fille, n'en pouvant plus de la condition dans laquelle elle l'obligeait à vivre, a finalement tuée avec la complicité de son petit ami (un type tordu proche du psychopathe rencontré sur Internet)
    Qui pourrait lui en tenir rigueur ?
    C'est sans doute un des rares cas criminels où la "victime" s'est révélée être, après enquête, le véritable bourreau.
    Un cas de légitime défense, en somme !

    Comment expliquer l'impensable ?
    Les spécialistes parleront de "syndrome de Münchhausen par procuration".
    Pour dire le choses plus clairement : cette "mère-ogresse" s'est arrangée de la manière la plus monstrueuse qui soit pour rendre sa fille totalement dépendante d'elle !
    Au point d'en faire une (fausse) handicapée et même de la rendre malade (ironie du sort : les médicaments prescrits pour les maux imaginaires engendraient bien sûr des effets secondaires).

    Je n'ai fais ici qu'établir les grandes lignes de cette histoire.
    Dans la hiérarchie des monstres humains, Agrippine a peut-être trouvé - ce qui n'est pas un mince défi quand on y pense - une candidate capable de s'asseoir à ses côtés, voir de la détrôner.
    Vous croyez que j'exagère ?
    Regardez donc ce doc et on en reparle : https://www.youtube....h?v=kqjbIhfYL6Q

    Sur ce, je m'en vais aux toilettes vomir une dernière fois avant d'essayer de penser à autre chose.
    Si j'y arrive... Image IPB

    PS : une série télé sortie en 2019, intitulée The Act, a été tirée de cette histoire. Franchement pas le courage de la regarder...
  5. Des Sujets Pas Encore Traités En Bd (Ou Si Peu) ?

    30 mars 2020 - 20:34

    On pourrait croire que, vu le nombre pléthorique de parutions (enfin... nettement moins de ces temps-ci vous me direz), quasiment tous les sujets ont sûrement été traités en bande dessinée.
    Hé bien... c'est pas sûr. Ou alors incomparablement peu traités par rapport à tant d'autres. Ou encore mal traités.
    Et j'en ai pris conscience tout dernièrement en voyant un documentaire (c'est ma marotte ces temps-ci) sur Gilles de Rais.

    En bon bédéphile, je me dis donc "tiens, je vais aller voir sur BDgest s'il existe des BD sur cette sinistre figure de l'Histoire".
    Ben... pas vraiment.
    Il existe juste un tome (le 17) de la série Jhen de Jacques Martin.
    Une série considérée "jeunesse" qui doit donc donner une vision très "light" (je n'ose dire "aseptisée Image IPB) du plus grand monstre, sans doute, de l'histoire de France.
    Et d'ailleurs, l'album en question ne s'intéresse qu'au procès :

    Image IPB

    et, dans la même collection (décidément...), il y a aussi ceci :

    Image IPB

    C'est tout.
    Pas de biopic véritable et surtout mature, dans le genre de ce que l'on peut trouver avec Les Reines de Sang par exemple.

    On notera en passant que c'est très étrange que les deux seules parutions (à ma connaissance) sur le chevalier-psychopathe-pédophile-sataniste-tueur en série, condamné (notamment) pour avoir abusé (de) et assassiné 140 enfants (!) soient... des BD pour la jeunesse Image IPB
    Bien sûr, on peut y voir le fait que Gilles de Rais ait inspiré Charles Perrault pour son Barbe Bleue mais... la vérité historique est quand loin du conte (sans jeu de mots)
    Enfin soit...

    Ce cas particulier m'a en tout cas fait penser à une question plus générale, qui est celle du titre de ce sujet.
    Ca m'a semblé intéressant de s'y pencher et, en plus, pourrait faire office de petit jeu qui mettrait à l'épreuve notre culture bédéphilique Image IPB

    Alors ?
    Des idées sur des sujets généraux et/ou personnages connus de l'Histoire qui n'ont pas encore (ou très très peu) connus les faveurs du 9iè Art ?
    (et... oui : certains peuvent être à la fois des personnalités connues ET des généraux : De Gaule par exemple, déjà traité celui-là par contre...)

Amis

Phileas n'a pas encore ajouté d'ami.

Commentaires

Phileas n'a pas encore de commentaires. Pourquoi ne pas lui dire bonjour ?


© 2000/2099 - 1001 BD.com