1001 BD.com: Phileas - Affichage d'un profil - 1001 BD.com

Aller au contenu

Profil de Phileas Note du membre : -----

Groupe :
Membres
Messages :
2 921 (0,95 par jour)
Plus actif dans :
BD Européenne (934 messages)
Inscrit(e) :
04-juillet 10
Visualisations :
18 681
Dernière activité :
L'utilisateur est hors-ligne Hier, 21:16
Actuellement :
Hors-ligne

Mes informations

Titre :
Grand vizir
Âge :
Âge inconnu
Anniversaire :
Anniversaire inconnu
Gender:
Non spécifié Non spécifié

Informations de contact

Courriel :
Privé

Sujets que j'ai initié

  1. Coup De Gueule Envers Les (Trop Grosses) Intégrales

    04 décembre 2018 - 19:29

    Ca fait déjà un moment que ça m'énerve dans la BD franco-belge avec l'édition d'intégrales épaisses et lourdes comme des annuaires téléphonique que je me demande comment on peut tenir ses pachydermes dans les mains sans utiliser un lutrin !
    Mais les comics, c'est pareil (déjà avec l'éléphantesque intégrale de Archer & Armstrong chez Valiant).

    Parce que... Pouah ! (dans le sens de "oufti !), j'ai vu la réédition de Marvel 1602 en intégrale Absolute (La Bête !)
    La première série n'était plus dispo depuis longtemps (et je la CHERCHAIS désespérément depuis longtemps !) mais là... c'est exagéré niveau format (très grand) et surtout... poids du bouquin.
    C'est une intégrale, ok, avec deux autres séries 1602 (et il y a même en plus le Spider-Man 1602) mais plusieurs volumes dans un coffret aurait été plus judicieux.
    Alors, je dis non. (Et, de toute façon, j'avais pas 77 € sur moi).
    (Du coup, j'ai dû me contenter de deux Ultimate Spider-Man)

    Est-ce que les éditeurs ne confondraient pas les bédéphiles avec les haltérophiles ? Il faut avoir la carrure de Schwarzenegger pour lire des BD maintenant ?
    Pour m'y être déjà essayé avec des intégrales pourtant moins énormes (4 tomes en un volume, c'est déjà pénible), ça me décourage d'emblée tant l'inconfort de lecture est patente.
    Et je me vois mal lire une BD posée sur une table (niveau inconfort, c'est pas mieux).
    Et côté lutrin, je ne suis ni moine copiste ni musicien.

    Bref, ça m'agace, d'autant que c'est surtout la première série de Neil Gaiman (8 numéros) qui m'intéresse (parce qu'il paraît que la seconde n'est pas terrible et le Spider-Man 1602 (que j'ai déjà lu) est... hum... passons.
    Mais au final, c'est trop encombrant (et trop cher)

    Et vous, ça vous arrive d'acheter des intégrales catégorie poids lourds ? Et vous lisez ça dans quelles conditions ?
  2. Les Bd Qui Nous Attirent Mais Que L'on Achètent Pas

    25 novembre 2018 - 23:56

    Ca vous est forcément arrivé. Moi, ça m'arrive tout le temps.
    Que ce soit par goût (déraisonnable ?) pour un genre d'histoire, une couverture aguichante, des planches superbes, une envie aussi subite qu'inexplicable (une pulsion, en somme) ou par nostalgie, je ne sais combien j'ai eu d'albums dans les mains que je tourne et retourne avec, pour prendre une image bien connue, le truc classique du petit démon et du petit ange chacun assis sur une des mes épaules.
    Et le petit démon de dire : "vas-y, laisse-toi tenter : c'est le genre de truc que tu aimes" et le petit ange qui rétorque : "repose cet album : tu vas encore te laisser entuber grave sans vaseline et être fatalement déçu, perdre ton pognon, ton temps et ton intégrité" (oui : mon ange a un langage bizarrement plus irrévérencieux que mon démon ^^)

    Ca m'arrive tellement souvent ces dernières années, en fait, que j'achète de moins en moins de BD (vous l'aurez sûrement remarqué) et que l'on pourrait en revanche remplir la bibliothèque du British Museum avec ces "BD qui m'attirent mais que je n'achète pas" (d'où le titre) en me forçant à être raisonnable.
    Réaction de mon petit démon : "tu réfléchis trop, voilà ton problème !"
    Réaction de mon petit ange : "tape m'en cinq, brother : t'es un chef"
    Mouais... je sais pas trop. Image IPB

    Voici un exemple tout récent :

    Image IPB

    Synopsis : Un mystérieux disque d'argile vieux de 3.000 ans découvert en Inde semble donner accès à une fabuleuse montagne invisible. La légende prétend que celui qui parvient à apercevoir cette montagne reçoit un don inestimable. C'est pour tenter de la découvrir que Zacharie Kahn, jeune philosophe juif, et Gunther Gruber, informaticien allemand, vont unir leurs efforts.

    Typiquement le genre de "truc" qui déclenche une sorte de conditionnement pavlovien chez moi : le thriller ésotérique avec des intellectuels-cherchant-la-vérité-affrontant-des-néo-nazis (non ! pas l'Ahnerbe, non... pas eux, pitié !) et-qui-décodent-des-trucs-menant-à-un-savoir-ancestrale-et-une-révélation-de-OUF ! (qui se révèle finalement pas si ouf que ça au final ou trop nébuleux)
    Je vois venir la chose à des kilomètres, comme dirait J.J. Jameson.
    Et pourtant, j'ai toujours été client de ce genre d'histoires abracadabrantesques, parfois pour le meilleur et souvent pour le pire. Et la couverture attire l'oeil.
    Mais je repose l'album.

    Ceci est donc la non-chronique d'un album non lu.
    Et il y en aura d'autres, j'en ai bien peur. Image IPB
  3. Black Monday Murders T.1

    03 juillet 2018 - 12:00

    <IMG SRC="https://www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/400x/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9791026814290_1_75.jpg" HEIGHT=320 WIDTH=240/>



    Black Monday Murders
    Tome 1 : Gloire à Mammon

    Scénario : Jonathan Hickman
    Dessin : Tomn Cocker
    Editeur : Urban
    Collection : Indies
    Date de parution : 22 juin 2018
    Genre : fiction cryptique

    Synopsis : Depuis les premiers trocs et la création de la monnaie, l'argent, au-delà de sa valeur symbolique, se chargea d'une véritable puissance magique.
    Cette puissance, manipulée et alimentée par un groupe d'individus vénérant Mammon, Prince des Enfers et de la Cupidité, est aujourd'hui au fait de sa gloire. Le premier krack boursier de 1929, le premier choc pétrolier de 1974, la crise bancaire de 2008... Autant d'événements qui furent orchestrés par les serviteurs du Démon pour régenter en sous-main l'humanité. C'est sur cet univers occulte que l'enquêteur s'apprête à braquer les lumières de son enquête liée au meurtre ritualisé de l'une des grandes figures de Wall Street...

    Bon... (soupir)
    Ca ne va pas être facile mais, comme on dit, quand le vin (le vain ?) est tiré...
    Toute fiction ésotérique/occulte fait comprendre au lecteur que derrière les apparences (trompeuses) se cache une vérité dissimulée au plus grand nombre et seulement connue d'une poignée d'initiés qui en tire profit. Dans ce monde-là, il n'y a que deux types de gens : ceux qui savent et ceux qui ne savent pas.
    Mais cela posé, il faut encore que le scénariste nous fasse appréhender le monde occulte à travers les yeux (et les investigations) d'un non-initié auquel le lecteur peut s'identifier. Mais aussi proposer des situations et péripéties suffisamment intéressantes pour accrocher le lecteur au-delà des signes ésotériques dissimilées au cours de l'histoire. Il suffit de penser à des séries qui ont fait leurs preuves dans le genre telles que Rex Mundi, Je suis Légion, Le Troisième Testament, WEST, etc...
    A l'opposé de ces oeuvres majeures, Black Monday Murders souffre d'une opacité décourageante par son parti-pris de mettre surtout en avant non pas "ceux qui ne savent pas" (et donc cherchent des réponses avec le lecteur) mais "ceux qui savent" (dans ce cas-ci : plusieurs familles de richissimes financiers). Des personnages par ailleurs tous froids, antipathiques, calculateurs, cyniques, "pétés de thunes" et criminels. Difficile de s'intéresser à leur destin, encore moins d'éprouver la moindre empathie.
    Hors, assez logiquement, les initiés n'ont pas besoin d'expliquer/d'expliciter ce qu'ils savent. Donc, le lecteur doit se contenter de suivre leur manège sans comprendre.

    Alors certes, il y a bien un personnage d'inspecteur de police qui enquête sur un meurtre lié aux manigances ésotériques mais le lecteur ne sera guère plus avancé car primo, il apparaît assez peu et n'est pas utilisé comme fil conducteur de l'histoire et, secundo, les questions qu'il pose "à ceux qui savent" se heurtent à des pseudo-réponses sibyllines qui n'éclaircissent absolument rien. De fait, en tant que lecteur, on reste en dehors de l'histoire, un peu comme si on se trouvait dans une pièce avec des gens parlant une langue étrangère.
    Si on ajoute que l'album ne propose aucune scène d'action et peu de scènes visuellement marquantes, on se retrouve surtout avec un album très bavard avec 240 pages de palabres sibyllines, cryptiques et elliptiques !
    On a donc une BD extrêmement opaque sur le fond et ses enjeux réels et que ne viennent pas aider des événements concrets et visibles assez peu dignes d'intérêts.
    Disons le tout net : je me suis ennuyé comme rarement et j'ai dû me forcer pour finir l'album étant donné que je comptais en rédiger la critique. Le second tome prévu viendra t-il éclaircir un peu toute cette opacité rébarbative ? J'ai quelques doutes vu la manière très alambiquée dont le scénariste a décidé de raconter son histoire.
    Graphiquement, le dessin très réaliste de Tomm Cocker est en revanche le point fort de l'album (en plus de son prix : 10 € !) et exprime à merveille une ambiance sombre, oppressante et... mystérieuse.
    Dommage que ce mystère soit ici tellement élitiste dans son principe qu'il a découragé le pauvre lecteur-néophyte que je suis de s'enthousiasmer à en décoder la crypto-trame, par un manque décourageant d'indices probants.
    Dommage aussi car le postulat - original, ambitieux et que l'on pouvait aussi considérer comme une allégorie sur le pouvoir des riches et de l'argent - aurait pu donner une BD passionnante.

    Ma note : Image IPB
  4. E3 2018 : Les Jeux Les Plus Prometteurs

    14 juin 2018 - 15:39

    Quelques "petits" jeux à venir qui ont fait beaucoup parlé d'eux à l'E3 2018 :

    - Cyberpunk 2077 (décrit comme potentiellement le meilleur jeu de l'E3)
    - Death Stranding (le nouveau Kojima)
    - Ghost of Tsushima (visuellement splendide)
    - Skull and Bones (jeu de piraterie façon AC Black Flag)
    - The Last of US 2 (encore plus réaliste, encore plus violent ^^)
    - Control (proche de Quantum Break)
    - Beyond Good and Evil 2 (la suite d'un jeu culte sorti... sur PS2)
    - Hitman 2 : Miami (un Hitman, quoi)
    - Greedfall (un jeu qui m'intrigue beaucoup)
    et déjà des extraits de gameplay + cinématiques de Assassin's Creed Odyssey.
    (Pour Spider-Man, j'ai déjà consacré un topic à son sujet)

    Je ne fais que les mentionner car j'avoue avoir la flemme de vous mettre les liens pour chaque jeu. Suffit d'aller voir sur YouTube ceux qui vous intéressent.

    Tous ces jeux ayant en commun, en plus de leur qualités déjà vantées, d'être de vraies tueries sur le plan visuel.
    Si on regarde les extraits de Ghost of Tsushima ou Last of US 2, un nouveau cap semble avoir été franchi à ce niveau.
    Le premier est probablement celui qui m'intéresse le plus : le joueur y incarne un samouraï du Japon médiéval (forcément) en open world et, visuellement, ça fait vraiment penser à ces films à l'esthétique très travaillées comme Hero ou Le secret des poignards volants (ah les feuilles aux couleurs sanguines qui voltigent au moindre mouvement de sabre Image IPB)

    En tout cas, l'année 2008 (et début 2009) s'annonce faste.
  5. Spider-Man Ps4

    13 juin 2018 - 21:31

    Image IPB



    Récapitulons...

    Il y a un an, on avait déjà eu l'occasion de découvrir, lors de l'E3 2017, un trailer de fou de près de 9 minutes (gameplay + cinématiques) qui donnait déjà une idée de l'un des jeux les plus attendus de cette annnée sur PS4 : Marvel's Spider-Man : https://www.youtube....h?v=K4zm30yeHHE
    Un second trailer (ou plutôt teaser), plus court (2 minutes) en montrait un peu plus sur Peter Parker, MJ et d'autres personnages : https://www.youtube....h?v=Pq02p3z3X2k

    Cette fois, lors de l'E3 de 2018, c'est encore un extrait énorme - et de pas moins de 13 minutes ! - qui nous est proposé, avec un Spider-Man en "visite" au RAFT et entouré de quelques-uns des plus célèbres ennemis du Tisseur : Shoker, Scorpion, Rhino, Vautour et, comme dans le premier trailer, le mystérieux Mister Negative.
    Niveau visuel et réalisation, ça envoie encore du pâté Image IPB. La preuve : https://www.youtube....h?v=yUymuWNqLak

    Encore 3 mois de patience avant la sortie (7 septembre) d'un jeu qui aura déjà beaucoup fait parler de lui.
    Et qui risque bien de reléguer les précédents jeux Spider-Man - franchement pas terribles il faut bien dire - au rayon des antiquités vidéoludiques.
    Reste à savoir si le jeu d'Insomniac Games tiendra toutes ses promesses.

Amis

Phileas n'a pas encore ajouté d'ami.

Commentaires

Phileas n'a pas encore de commentaires. Pourquoi ne pas lui dire bonjour ?


Depuis 6/2000
Visites

© 2000/2099 - 1001 BD.com