Aller au contenu
  • S’inscrire

Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Aujourd’hui
  2. Mais qu’est ce que c’est bien!!!! C’est prenant happant intelligent !!! Même sur 3 nouvelles (dont 1 prix Hugo roman court au passage), la dernière nouvelle c’est carrément un remake de la grande évasion (alors en fait non mais je ne connais pas c’est inspiré de James Clavel source)). Bon bah j’attaque la suite (entre 2 bd), je signale au passage les chouettes couvertures de Caza):
  3. Ah ben moi j’attends avec impatience la suite , sur mars ça pourrait être bien sympa . Si j’ai bien compris , ils veulent imprimer un peu de réel sur les conditions de vie là-bas . Les bouquins doivent pas être si mal .
  4. Tu as raison pour 300 mais c’est tellement beau que je la garde celle-là
  5. Nickad

    Given tomes 5 et 6

    Mafuyu a hérité de la guitare de son défunt petit ami, il rencontre une jour Uenoyama, guitariste qui a un peu perdu son envie de jouer. Ce dernier va découvrir que Mafuyu a une super voix et va l’inviter à rejoindre son groupe. Given, c’est une histoire qui mêle habilement musique et amour. Et bien que ce soit un yaoi, car on suit les amours de garçons principalement, ne vous attendez pas à des scènes de sexes explicites, ce sont les sentiments qui sont mis en avant : le 1er amour, pur et innocent, l’amour à sens unique, l’amour déçu et l’amour perdu par la disparition d’un être cher. En plus de cela, la musique est tout aussi importante, elle est abordée du côté passionnel où elle supplante les relations humaines, mais elle est là aussi comme moyen d’expression, mettre des mots sur des sentiments que l’on a du mal à exprimer autrement. Given est un manga très équilibré entre relations humaines et ascension du groupe, desservie par un scénario travaillé et un graphisme agréable. Deux très bon tomes qui ne faiblissent pas côté intensité et émotions. Au niveau du ressenti, de l’impression que m’a laissé la lecture, c’est la citation de Musset qui m’ait venue à l’esprit « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots ».
  6. Nickad

    Given tomes 5 et 6

    Titre de l'album : Given tomes 5 et 6 Scenariste de l'album : KIZU Natsuki Dessinateur de l'album : KIZU Natsuki Coloriste : Editeur de l'album : Taifu Note : Résumé de l'album : Uenoyama est un lycéen féru de guitares et de basket. Seulement, la passion qui l'animait semble s'être éteinte pour laisser place à un quotidien morne, rythmé par de simples siestes. Un jour, il tombe sur Mafuyu, qui s'est endormi à l'un de ses endroits favoris, une superbe guitare Gibson serrée contre lui. Ce dernier le supplie alors de la réparer et de lui apprendre à en jouer. Si Uenoyama refuse catégoriquement au début, il finit par l'aider et va même jusqu'à l'intégrer dans son groupe.Il découvre derrière la candeur de Mafuyu un talent incroyable et bouleversant. Malheureusement, ce dernier est également hanté par un lourd traumatisme qui l'empêche de s'exprimer pleinement... (résumé du tome 5) Mafuyu n'arrive toujours pas à coucher sur le papier des paroles qui lui conviennent pour leur nouvelle chanson. Trouvera-t-il l'inspiration avant la troisième étape du concours qui approche à grands pas ? Dernière étape durant laquelle, pendant deux jours, les dix groupes finalistes vont devoir s'affronter pour remporter la victoire. Critique : Mafuyu a hérité de la guitare de son défunt petit ami, il rencontre une jour Uenoyama, guitariste qui a un peu perdu son envie de jouer. Ce dernier va découvrir que Mafuyu a une super voix et va l’inviter à rejoindre son groupe. Given, c’est une histoire qui mêle habilement musique et amour. Et bien que ce soit un yaoi, car on suit les amours de garçons principalement, ne vous attendez pas à des scènes de sexes explicites, ce sont les sentiments qui sont mis en avant : le 1er amour, pur et innocent, l’amour à sens unique, l’amour déçu et l’amour perdu par la disparition d’un être cher. En plus de cela, la musique est tout aussi importante, elle est abordée du côté passionnel où elle supplante les relations humaines, mais elle est là aussi comme moyen d’expression, mettre des mots sur des sentiments que l’on a du mal à exprimer autrement. Given est un manga très équilibré entre relations humaines et ascension du groupe, desservie par un scénario travaillé et un graphisme agréable. Deux très bon tomes qui ne faiblissent pas côté intensité et émotions. Au niveau du ressenti, de l’impression que m’a laissé la lecture, c’est la citation de Musset qui m’ait venue à l’esprit « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots ». Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/given-tome-6?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. @Kevin Nivek: je comprends. Je le dis moi même ma note est dure. mais en fait quand je l’ai eu en main je l’ai feuilletée et finalement je ne me suis pas précipité pour la lire. et quand je l’ai lu je n’ai pas été dingue de ne pas lire la suite. Que je ne sais pas si je prendrais neuve. voila y a plein de bonnes choses. Mais je n’ai pas été emballé plus que cela malheureusement. je sais te citer pleins de séries dont j’attends avec impatience le prochain tome et clairement phobos n’en fait malheureusement pas partie... ceci dit je suis content que ça t’ai plut. Cela me confirme bien qu’il s’agit avant tout d’une impression personnelle...
  8. The_PoP

    Redsun - Tome 1 - Mon frère

    @VladNirky : je vais essayer de faire la chronique du tome 2 maintenant. mais je ne suis pas sûr que tu aies toutes les réponses à tes questions, le tome 2 va presque encore plus vite. Ceci dit il finit. Oui c’est un défaut un peu récurrent je trouve sur les parutions Kamiti. Graphiquement intéressantes. scenaristiquement toujours originales et osées. par contre d’un point de vue narratif je trouve que cela pêche un peu et freine toujours mon enthousiasme. Le meilleur exemple c’est 300 grammes. Histoire super sympa periode originale Mythes très sympas dessin de très grande qualite mais narration mal maîtrisée. c’est dommage mais j’espère fort qu’ils vont s’améliorer.
  9. Hier
  10. Titre de l'album : the reincarnated swordmaster t1 Scenariste de l'album : Enji Tetta Dessinateur de l'album : Enji Tetta Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Un guerrier légendaire veut se la couler douce après sa réincarnation ! Et pour s'en mettre plein les poches, il doit protéger la (prétendue invincible) Princesse-Épéiste ?! Leur histoire s'étire du bout de leurs épées ! Alta, le plus jeune chevalier de toute l'histoire du royaume, est en réalité la réincarnation du légendaire Maître-Épéiste. Epuisé par sa vie précédente, Alta décide de passer la nouvelle à se détendre. Il est chargé d'assurer la protection d'Iris, prétendante au trône du royaume, et doit rejoindre le lycée Fiorum en tant qu'enseignant pour s'en rapprocher. Les élèves d'Alta sont perplexes face à l'apparence de leur nouveau professeur, mais sa maîtrise de l'épée les ramène très vite à la réalité. « Affrontez-moi. Sérieusement, cette fois-ci ». Sur ces mots, Iris, la Princesse-Épéiste défie Alta, l'ancien maître de son monde ! Ce duel marque le début de leur destin, celui qui lie les combattants qui choisissent la voie de l'épée. Avant, j'entraînais comme un fou... Maintenant, je vais profiter de la vie !! Critique : Encore un Isekai ? Et bien avant de Nickad me tape sur les doigts, on n’est pas totalement dans un Isékai ici. C'est une réincarnation d’un sabreur mais mort de sa belle mort et revenant dans le même monde. Mais avec toutes ses connaissances en combat. On passe donc, Oh miracle, la fastidieuse (ou trop rapide) phase d'apprentissage et de gain en pouvoir pour arriver directement tout en haut. Et la bonne nouvelle c'est que notre auteur ne se sert pas de ses temps gagner pour faire des niaiseries comme dans classroom for heroes par exemple. Ici Enji Tetta met l'accent sur des vrais méchants. Des méchants organisés, puissants et qui nous promettent des combats de plus en plus grandioses. On sent aussi que notre héros, qui voulait rester tranquille, se retrouve prit au piège dans une histoire dont il n'entrevoit que le petit bout. Bref un vrai bon premier tome d'une série de réincarnation, le meilleur de ce genre que j'ai ou lire depuis Je suis un assassin. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-reincarnated-swordmaster-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. poseidon2

    the reincarnated swordmaster t1

    Encore un Isekai ? Et bien avant de Nickad me tape sur les doigts, on n’est pas totalement dans un Isékai ici. C'est une réincarnation d’un sabreur mais mort de sa belle mort et revenant dans le même monde. Mais avec toutes ses connaissances en combat. On passe donc, Oh miracle, la fastidieuse (ou trop rapide) phase d'apprentissage et de gain en pouvoir pour arriver directement tout en haut. Et la bonne nouvelle c'est que notre auteur ne se sert pas de ses temps gagner pour faire des niaiseries comme dans classroom for heroes par exemple. Ici Enji Tetta met l'accent sur des vrais méchants. Des méchants organisés, puissants et qui nous promettent des combats de plus en plus grandioses. On sent aussi que notre héros, qui voulait rester tranquille, se retrouve prit au piège dans une histoire dont il n'entrevoit que le petit bout. Bref un vrai bon premier tome d'une série de réincarnation, le meilleur de ce genre que j'ai ou lire depuis Je suis un assassin.
  12. VladNirky

    Redsun - Tome 1 - Mon frère

    Lu, et c’est pas mal. C’est sur un fond plutôt original pour l’histoire. La mise en place graphique est chouette, les planches sont belles même si je pense qu’il y a une marge de progrès. Certains cases ne sont pas très lisibles je trouve. Celles où il y a de l’action en début d’album surtout. Par contre effectivement ça va vite du coup. Et des tas de questions se posent tout de même. Mais les enjeux sont clairs. A confirmer dans le T2 (quand je le trouverai).
  13. Faut que je lise le cycle 2 ici (je sais même pas si j’ai les derniers du cycle 2). C’était bien comme série.
  14. J'ai bien aimé moi , oui c'est un peu ambiance teenager parfois , mais le dessin et surtout ces nombreux rebondissements sont plus qu'intéressants . Il y a les bases pour 3 ou 4 tomes je pense , vu le nombre de petites intrigues balancées comme ça . Dur dur @The_PoP avec ta note
  15. poseidon2

    Bons Plans

    Comme toujours chez marvel : oui mais pas tout seul Le reve est mort c'est le point final de Civil War. Donc faut au moins avoir lu le run principale de civil war car c'est la conclusion en gros. L'autre c'est un recueil de plein d'auteur diffèrent qui nous montre leur vision de captain america. Moi je n'aime pas trop ce genre de recueil.....
  16. Ben alors faut aller en bibliotheque non mais scrogneugneu de scrogneugneu ne pas avoir lur le pouvoir des innocents c'est... scrogneugneu de scrogneugneu
  17. Merci , mais je peux pas tout avoir , je suis au dessus des 2000 titres là ! C'est ma limite , faut que je vende
  18. VladNirky

    Bons Plans

    Et les histoires sont bonnes ? C'est un perso qui m'attire (un peu)
  19. poseidon2

    Nijigahara holograph

    Hlmmmm faut que je le relise
  20. Ahhhhh faut aboslument au moins lire le pouvoirs de innocents. regarde : bon c'est pas de l'eo car c'est l'eo de la reedition mais bon) https://www.leboncoin.fr/livres/1975040843.htm?ac=2404136686 ( https://www.leboncoin.fr/livres/1978402855.htm?ac=2404136686 C'est une excellentissime série. Vraiment Les autres aussi bien sur mais la première n'avait pas forcement été prévue pour avoir une suite.
  21. Nickad

    Nijigahara holograph

    il y a 3 moments pour cette scène, les 3 se passent quand ils sont adultes mais pas au même moment, la 1ere fois, c'est juste après que kota, mikoto et arakawa se retrouve sur la berge (chapitre 8). Après dans l'épilogue, il y a deux temporalités mélangées : quand mikoto parle, le temps n'est pas vraiment défini, c'est sans doute quelque chose qu'il faisait régulièrement (d'ailleurs ce passage revient sur le 2eme prologue mais on ne voit pas la table à ce moment), je pense qu'on est dans l'illusion, il parle à un mannequin censé représenté Arie car finalement il l'a toujours cherchée et attendue. Et la dernière image c'est le dur retour à la réalité. Enfin, c'est comme ça que je le comprends
  22. Une série que j’ai jamais faite , et mes 14 de retard me conforte , ça doit être bien mais je passe .
  23. Titre de l'album : Le pouvoir des innocents cycle 3, les enfants de jessica, t4 Scenariste de l'album : Brunschwig Dessinateur de l'album : Hirn Coloriste : Hirn Editeur de l'album : Futuropolis Note : Résumé de l'album : A travers les personnages emblématiques du Pouvoir des innocents (Jessica Ruppert, Joshua Logan)... , Luc Brunschwig et Laurent Hirn posent la question de savoir si les Etats-Unis (et le monde) sont capables de sortir de la logique de l'économie de marché et de la mondialisation, pour créer une société plus juste... et à quel prix ? Les enfants de Jessica est le dernier cycle de la série culte de Brunschwig et Hirn. A l'occasion de la parution de la nouveauté, les deux premiers tomes de la série font peau neuve et sont réédités sous une nouvelle couverture. Critique : Plus qu'un tome. Un tome pour que Luc Brunschwig et Laurent Hirn termine la plus grande fresque politique de l'histoire de la bd franco-belge. Oui oui je vais loin dans le superlatif. Mais c'est vrai. Fichtrement vrai. Que ce soit pour les 15 tomes que formeront cette histoire ou sur la cohérence d'=une histoire écrite sur 30 ans, c'est sans conteste la plus grande fresque politique écrite à ce jour. Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Il manque le tome final. Parlons donc de ce tome 4. Pour dire qu'il est forcément tout aussi bon que les précédents. La tension monte encore d'un cran à mesure que l'on s'approche du tome finale. Les différents protagonistes sont de plus en plus tendu et nos "héros" se retrouvent de plus en plus être les marionnettes des mouvements qu'il ne maitrise pas. On sent que le pays est au bord de l'explosion mais on est surtout encore une fois impressionner par l'écho que peut avoir cette histoire sur certains évènements récents aux états unis (émeutes, problèmes avec les force de l'ordre etc....)* Cette dystopie est plus actuelle que jamais et ce tome quatre une superbe rampe de lancement à un tome cinq qui devrait nous réserver bien des surprises. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-pouvoir-des-innocents-cycle-3-les-enfants-de-jessica-201323?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. Plus qu'un tome. Un tome pour que Luc Brunschwig et Laurent Hirn termine la plus grande fresque politique de l'histoire de la bd franco-belge. Oui oui je vais loin dans le superlatif. Mais c'est vrai. Fichtrement vrai. Que ce soit pour les 15 tomes que formeront cette histoire ou sur la cohérence d'=une histoire écrite sur 30 ans, c'est sans conteste la plus grande fresque politique écrite à ce jour. Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Il manque le tome final. Parlons donc de ce tome 4. Pour dire qu'il est forcément tout aussi bon que les précédents. La tension monte encore d'un cran à mesure que l'on s'approche du tome finale. Les différents protagonistes sont de plus en plus tendu et nos "héros" se retrouvent de plus en plus être les marionnettes des mouvements qu'il ne maitrise pas. On sent que le pays est au bord de l'explosion mais on est surtout encore une fois impressionner par l'écho que peut avoir cette histoire sur certains évènements récents aux états unis (émeutes, problèmes avec les force de l'ordre etc....)* Cette dystopie est plus actuelle que jamais et ce tome quatre une superbe rampe de lancement à un tome cinq qui devrait nous réserver bien des surprises.
  25. poseidon2

    Bons Plans

  26. Ouaip ca peut valoir le coup meme si graphiquement j'ai un peu de mal sur les plans éloignés
  27. poseidon2

    Nijigahara holograph

    Moi c'est la scene autour de la table qui me perturbe. Celle ou "le psychopathe" a la fille masqué en face de lui.... je n'arrive même pas a trouver dans quelle temporalité elle se passe cette scene et ca me perturbe à mort !
  1. Charger plus d’activité
  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Un best of BD au hasard

  • Dernières Critiques

    • Le pouvoir des innocents cycle 3, les enfants de jessica, t4
      Note :
      Plus qu'un tome. Un tome pour que Luc Brunschwig et Laurent Hirn termine la plus grande fresque politique de l'histoire de la bd franco-belge. Oui oui je vais loin dans le superlatif. Mais c'est vrai. Fichtrement vrai. Que ce soit pour les 15 tomes que formeront cette histoire ou sur la cohérence d'=une histoire écrite sur 30 ans, c'est sans conteste la plus grande fresque politique écrite à ce jour.

      Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Il manque le tome final. Parlons donc de ce tome 4. Pour dire qu'il est forcément tout aussi bon que les précédents. La tension monte encore d'un cran à mesure que l'on s'approche du tome finale. Les différents protagonistes sont de plus en plus tendu et nos "héros" se retrouvent de plus en plus être les marionnettes des mouvements qu'il ne maitrise pas.

      On sent que le pays est au bord de l'explosion mais on est surtout encore une fois impressionner par l'écho que peut avoir cette histoire sur certains évènements récents aux états unis (émeutes, problèmes avec les force de l'ordre etc....)* 

      Cette dystopie est plus actuelle que jamais et ce tome quatre une superbe rampe de lancement à un tome cinq qui devrait nous réserver bien des surprises.
      • 5 réponses

    • Given tomes 5 et 6
      Note :
      Mafuyu a hérité de la guitare de son défunt petit ami, il rencontre une jour Uenoyama, guitariste qui a un peu perdu son envie de jouer. Ce dernier va découvrir que Mafuyu a une super voix et va l’inviter à rejoindre son groupe.

      Given, c’est une histoire qui mêle habilement musique et amour. Et bien que ce soit un yaoi, car on suit les amours de garçons principalement, ne vous attendez pas à des scènes de sexes explicites, ce sont les sentiments qui sont mis en avant : le 1er amour, pur et innocent, l’amour à sens unique, l’amour déçu et l’amour perdu par la disparition d’un être cher.

      En plus de cela, la musique est tout aussi importante, elle est abordée du côté passionnel où elle supplante les relations humaines, mais elle est là aussi comme moyen d’expression, mettre des mots sur des sentiments que l’on a du mal à exprimer autrement.

      Given est un manga très équilibré entre relations humaines et ascension du groupe, desservie par un scénario travaillé et un graphisme agréable. Deux très bon tomes qui ne faiblissent pas côté intensité et émotions. Au niveau du ressenti, de l’impression que m’a laissé la lecture, c’est la citation de Musset qui m’ait venue à l’esprit « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots ».
      • 0 réponse
    • the reincarnated swordmaster t1
      Note :
      Encore un Isekai ? Et bien avant de Nickad me tape sur les doigts, on n’est pas totalement dans un Isékai ici. C'est une réincarnation d’un sabreur mais mort de sa belle mort et revenant dans le même monde. Mais avec toutes ses connaissances en combat. On passe donc, Oh miracle, la fastidieuse (ou trop rapide) phase d'apprentissage et de gain en pouvoir pour arriver directement tout en haut.  

      Et la bonne nouvelle c'est que notre auteur ne se sert pas de ses temps gagner pour faire des niaiseries comme dans classroom for heroes par exemple.  Ici  Enji Tetta met l'accent sur des vrais méchants. Des méchants organisés, puissants et qui nous promettent des combats de plus en plus grandioses.

      On sent aussi que notre héros, qui voulait rester tranquille, se retrouve prit au piège dans une histoire dont il n'entrevoit que le petit bout.

      Bref un vrai bon premier tome d'une série de réincarnation, le meilleur de ce genre que j'ai ou lire depuis Je suis un assassin.

       
      • 0 réponse
    • Black marriage tome 1
      Note :
      AIKAWA Saki est une autrice assez connue, c’est sa 12eme série à être publiée en France et sa plus récente (4 tomes en cours). Rien qu’à voir la couverture, on reconnait son trait et on sait que l’on va avoir un shojo de qualité.

      Si certains aspects de l’histoire ont déjà été abordés dans d’autres mangas : aide financière contre mariage, orpheline qui doit se débrouiller et travailler, ami d’enfance secrètement amoureux, star qui sort avec une élève … il ne me semble pas les avoir vus dans un seul shojo.

      Le dessin de Aikawa est agréable, avec beaucoup de rondeur comme dans les shojo, il y a des décors en arrière-plan soignés, l’histoire est fluide et ne manque pas de rebondissements. C’est un bon manga, bien fait où l’on ne s’ennuie pas.

      Extrait : Editions Delcourt - Découvrez l’actualité Bande Dessinée, Manga, Comics et Jeunesse (editions-soleil.fr)


       
      • 0 réponse
    • Suicide squad présente : Peacemaker
      Note :
      Je ne suis pas fan des comics des années 80. J'ai toujours eu du mal avec le graphisme et il faut un scénario en béton pour que j'accroche. 

      Et bien il se trouve que c'est ce qui s'est passé pour ce Peacemaker. Je ne me donnais pas 50% de chance d'accrocher et en fait j'ai vraiment apprécié. J’ai apprécié le coté sans pite ni morale du héros. En effet dans notre 21ieme siècle policé ou les méchants deviennent gentils, un gentil ouvertement violent est un vrai rafraichissement. Il ne fait pas bon être méchant avec les Peacemaker en face de soi !

      On se retrouve avec une vraie BD de barbouze digne des Expendables. Une vraie BD sans pitié avec des méchants très méchants mais qui en prennent plein les rotules.

      Et, à ma grande surprise, c'est super prenant ! On pourra juste regretter le premier chapitre avec le Vigilante ou le Peacemaker parait plus méchant et ou le héros est bien le Vigilante.
      • 0 réponse
  • Qui est en ligne (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

×
×
  • Créer...