Aller au contenu
  • Dans mon village on mangeait des chats


    poseidon2
    • Scenariste: Philippe Pelaez Dessinateur: Francis Porcel Editeur: Grand Angle Note: 3.5
      Résumé:

      Le parcours initiatique d'un jeune garçon dans le crime organisé et son cortège de violence. Jacques et Lily surprennent Charon, le boucher-maire, dans le bois en train de capturer des chats, matière première de ses fameux pâtés que tout le monde s'arrache. Lorsque Charon s'aperçoit que sa recette est éventée, il décide tout simplement d'éliminer les enfants qui pourraient trahir son secret. Jacques se défend et tue le boucher. En rentrant chez lui, le garçon s'interpose entre son père ivre et sa petite soeur et tue le tyran. Devenu meurtrier pour sa survie, et parricide par accident, Jacques est envoyé cinq ans en institut d'éducation surveillé pour en sortir chef de bande.

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue

    Quand on voit des films comme Mesrine ou encore des films sur les mafieux on se dit que leurs destins étaient prédéterminés. On s'imagine que depuis tout petit ils "devaient" être mafieux. Philippe Pelaez nous montre la qu'en fait il n'en est souvent rien.

    Au travers de l'enfance de J'acques, il nous montre qu'il s'agit souvent de petits riens qui peuvent faire bacsuler des enfants dans la délinquance.... et même plus. Pour Jacques ce fut un chat. Un chat et être au mauvais endroit au mauvais moment. Un chat qui a lancé l'histoire. Et quelle histoire ! De ce fameux chat à la fin de l'album, la vie de Jacques est rempli à raz-bord. Pas une seconde de sa vie n'a été perdue.

    Mais comme dans toute vie vécue à 200 à l'heure, le moindre dérapage incontrolé peu finir en drame. Si la vie de Jacques est intense, l'album l'est tout autant avec un recit manié de main de maitre avec une voix off nous racontant l'enfance de Jacques et nous amenant jusqu'à un dénouement... marquant. 

    Le reproche que l'on pourrait faire à cette histoire est l'aspect reportage de la présentation. Poussé par la voix off, on se croirait en train de regarder un documentaire. Et un documentaire n'est jamais très immersif. Le choix du one shot ne permet pas de vraiment s'attacher aux personnages et c'est un poil dommage car la voix off cherche elle à créer de l'empathie pour Jacques.   

    En ajoutant qu'une fois la fin connue on aura du mal à relire cette histoire.... on se retrouve avec un bon one shot sur une bonne histoire sur le parcours initiatique d'un mafieux. Mais une histoire à qui il manque quelque chose pour passer ce statut de bonne histoire. 



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Intéressant.
    Par contre, le titre a fait dresser le poil de l'adorateur de matous que je suis 😼

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Nos choix

    • Les soeurs Gremillet T1
      Qu'est ce que c'est beau ! Fiouuuuu. Depuis un moment Dupuis fait attention aux qualités graphiques de ses albums pour jeunes. Plus que des BDs marrantes  et sympa pour jeune publique, ils sortent du lots en proposant un rendu graphique qui n'a rien à envoyer aux BDs pour adultes.

      Et la quand on voit le travail d'Alessandro Barbucci on se dit que c'est plutot les autres qui devraient avoir peur. Qu'est ce que c'est beau !!!! J'en reviens encore à peine... c'est magnifique. Pas juste les personnages. La mise en page, les décors, les cases de formes différentes... une très belle BD. Une des plus belles sortie depuis un moment. 

      Quand on parle beaucoup de Raven et du dessin de Monsieur Lauffray... et bien je dois dire que ne pas regarder du coté de ces soeurs Grémillet, pour élir le plus bel album de ce post civid, cela serait se priver d'un véritable outsider.

      Mais et le scénario alors ? Et bien le scénario est... un scenario pour jeunEs ados. Les trois soeurs sont des chippies (on dirait mes 3 enfants !) très réalistes avec tout ce qui fait l'intérêt (ou la source d'énervement) des enfants : espiègles, calines, intriguées et profondement humaines. 

      Si l'histoire de ce secret de famille n'est ni nouvelle ni révolutionnaire, elle est suffisamment bien mise en image pour qu'on se régale du debut à la fin, sentant meme une pointe de larme montée au moment fatidique.

      Bref une sublime BD. Une histoire en un seul tome....

      La BD à offrir aux ados (allez on va quand meme dire ado avec un grand E) cet été !
      • 3 réponses
    • La BDtheque de 1001BD : John Lord : Bêtes Sauvages
      John Lord : Bêtes Sauvages

      Scénario : Denis-Pierre Filippi
      Dessin : Patrick Laumont
      Couleurs : Sebastien Gerard
      Editeur : Les Humanoïdes Associés
      Date de parution : 2004 -2011 (2012 pour l'intégrale)
      Genre : policier/thriller/étrange

      Synopsis : Lorsque John Lord revient à New-York, la Grande Guerre vient de s'achever, son ami Winkley vient de mourir et le service d'enquête qu'ils avaient créé et dont ils faisaient tous deux partie a été dissout en son absence. Clara Summers, étudiante en psychologie et maîtresse du défunt Winkley va le persuader de s'associer avec elle pour découvrir la vérité. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que cette enquête va les entraîner sur la piste d'autres meurtres terriblement sanglants, liés entre eux par un secret dont nul ne pourra sortir indemne.

      Triptyque ! Encore un triptyque qui mérite d'être (re)découvert et qui figure en tout cas parmi mes préférés avec quelques autres trilogies favorites comme Horacio d'Alba, Le Codex Angélique, L'Esprit de Warren ou Cromwell Stone.
      John Lord ne bénéfice pas, hélas, de la même visibilité que ces derniers (certes, il n'en a pas tout à fait l'excellence non plus) et rejoindrait plutôt le bataillon des trilo inconnues comme Le Tombeau d'Alexandre, Le Manuscrit Interdit ou Providence d'Alan Moore. Qu'à cela ne tienne : je suis toujours disposé - tel un Michel Drucker bédéphile (!) - a ressortir des vieux fourneaux quelques oeuvres boudées du public. Comme de juste, il semble évident que ces trois tomes de John Lord devaient constituer le début d'une série si l'on en croit la mention "fin de l'enquête" en conclusion de la dernière planche et... certains détails entourant le héros demeurés dans l'ombre, gardant ainsi à jamais son mystère.

      Suite en cliquant sur la chronique...
        • Like
      • 6 réponses
    • The weatherman t2
      Aller on est vendredi, et aujourd'hui on lâche les grand mots : Je pense que la fin de ce tome deux est le meilleur Cliffhanger que je n'ai lu depuis... Je ne m'en souviens plus en fait... C'est limite indécent de faire ça au bout deux tome....

      Ce qui est encore meilleur c'est que... ben personne ne m'en avait parlé. C'est série ne remue pas forcement les foule mais... c'est un tort que je me charge de rectifier. Car si la fin de tome est exceptionnelle, le tome lui-même est très bon. De la très bonne intro qu'était le tome 1, on passe ici dans le vrai et bon space opera : population en danger, choix cornélien entre sauver des gens ou penser au bonheur de tous, un anti héros de plus en plus attachant et de l'action de l'action de l'action.... à et j'oublie des terroristes interplanétaire, une présidente de mars qui pète un câble, un super virus.... 

      Voilà j'ai envie de relire les deux premiers tomes. Il faut remonter aux premiers Deadly Class pour que je repense à une sensation d'évolution parfaite d'une série.... Avant de s'enflammer encore plus on va attendre le tome 3 mais nos auteurs tiennent tellement un bon filon que je ne peux que penser que ça sera excellent

      Vivement le t3 !!!
        • Like
      • 5 réponses
    • La pin up du B24 t2/2
      J'avais déjà été agréablement surpris par le tome 1 de la Pin Up du B24. En effet ce tome un était vraiment bien construit avec un mystère qui grossissait au fur et à mesure.

      Et bien ce tome 2 finit en beauté un très bon dytique sur une histoire de guerre pas comme les autres. On se concentre beaucoup plus l'histoire des membres de l’équipage que sur l’appareil et ont comble, de bien belle façon d'ailleurs, les trous dans la mémoire de Glenn.

      On bascule dans une vraie histoire de guerre, avec espionnage et autre qui justifie un certain nombre de faits "magiques" qui sont arrivés dans le tome précédent. On aurait aimé un troisième tome pour développer un peu les histoires des personnages secondaires qu'on perd un peu de vu mais reste que ce deuxième tome clôture une vraie bonne histoire, bien dessinée et bien finie.

      Et c'est déjà pas mal 🙂
      • 2 réponses
    • Raven t1
      Difficile de passer après Long John  Silver..... Surtout en restant dans le même genre. Un genre que j’apprécie particulièrement. Bon ce qui est sûr c'est que graphiquement Mathieu Lauffray est toujours dans le haut du panier des dessinateurs actuels. Ces grandes planches sont sublimes. Le dessin est globalement excellent et porte ce tome 1 à bout de bras.

      Car niveau scénario on se dit... que Mathieu Lauffray aurait être du changer de style entre temps et ne pas spécialement enchaîner les histoires de pirates. Car si celle-ci est une vraie histoire de flibuste,  avec un trésor, des femmes et des îles mystérieuses, la tension et l'ambiance sont quand même un cran en dessous de Long John Silver.

      Alors il faut quand même se rappeler que Long John Silver est une série qui est énormément montée en puissance au fil des tomes. Ce qui sera, je l'espère; surement le cas ici. Mais reste que notre esprit est bloqué sur le final majestueux de Long John Silver... et peu donc trouver ce premier tome un peu plus "commun".

      En fan du genre, j'avoue que cela ne m'a pas spécialement dérangé. On retrouve la trame standard de l'histoire de pirate. Un scénario a moitié entre "Les Campbell" et "Barracuda". Un scénario classique donc. Dont on attend qu'il nous sorte un peu de ce classicisme dans les prochains tomes.
      • 22 réponses
  • Qui est en ligne (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

×
×
  • Créer...