Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Terrarium tome 1


    Nickad
    • Scenariste: HIRASAWA Yûna Dessinateur: HIRASAWA Yûna Editeur: Glenat Note :
      Résumé:

      Balade poétique dans un monde en ruine où la nature a repris ses droits. Chico la technologue d'investigation et son petit frère Pino arpentent des colonies délabrées où des robots poursuivent leurs tâches comme si de rien n'était. Les deux explorateurs tentent de les accompagner dans leurs derniers souhaits, mais à quoi bon quand la fin approche d'heure en heure ? Combien de centaines d'années faudra-t-il encore aux humains pour devenir meilleurs ? C'est la question soulevée par ce récit d'aventure SF crépusculaire.L'auteur et l'éditeur de ce beau manga n'étaient pas des plus connus au Japon. Mais la beauté de l'ouvrage a suffi pour que les libraires japonais le mettent en avant dans leurs boutiques et provoquent un vrai coup de cœur chez les libraires français, en voyage au Japon pour fêter les 50 ans de Glénat ! Le voici enfin en France, pour illuminer vos bibliothèques...

      Type: Manga L'acheter sur bdfugue Genre: Science Fiction
     Share

    Terrarium est un manga de science-fiction. Le récit se passe dans une époque assez lointaine (pas de date précise), les hommes pour survivre ont construit l’arcologie, une structure d’habitation gigantesque et autonome et encore plus loin dans le temps, certaines zones de l’arcologie ont été abandonnées car elles ne sont plus fonctionnelles.

    C’est dans ce contexte que prennent place nos personnages : Chico, apparemment humaine et son frère Pino un robot, parcourent l’arcologie à la recherche de noyaux d’anciens robots et de leur mère. Ils pensent qu’en réunissant tous les fragments, ils pourront comprendre pourquoi l’arcologie a commencé à se détériorer et espèrent ainsi trouver une solution pour sauver ce qu’il reste de l’humanité. Au cour de leur voyage, ils découvrent des ruines, des zones non répertoriées et des robots coincés dans leur tâche qui n’ont pas conscience du temps qui a passé.

    La relation entre les frère et sœur est assez intéressante, d’abord par ce mélange humain/robot mais surtout dans leurs attitudes et points de vue, leurs rapports face aux autres robots permet de se poser des questions sur l’humanité. En même temps, leur périple dans ces ruines a une certaine dimension poétique, soulignée par les mystères de ce monde et un graphisme soigné.

    Mon seul bémol serait quelques redondances dans le texte. Série finie en 4 tomes.

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 1 anonyme, 21 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Les previews !

  • Dernières Critiques

    • Grott & Brott.
      Je poste ce projet auquel je vais participer dans la journée sur Ulule 🙂 : https://fr.ulule.com/grott-brott/


       

       



      https://fr.ulule.com/grott-brott/
      • 9 réponses
    • Harlem t1
      Note :
      Apres Bootblack et Giant, Mikael revient  à ses histoires New-Yorkaises, en nous présentant cette fois la reine d'Harlem : Queenie, de son vrai nom Stéphanie St. Clair.

      Comme d'habitude Mikael nous livre une prestation graphique de toute beauté. Apres un traitement des Irlandais, des Italiens, le voici qui met ses pinceaux aux services de la communauté noir d'Harlem. Toujours très à l'aise dans cette période de début du XX ieme sicle qu'il apprécie particulièrement, Mickael nous livre un premier tome donc le seul défaut est ... d'arriver 6 mois après le Queenie de Cerise Heurteur. 

      Pour ceux qui ne l'aurait pas lu, c'est une biographie de  Stéphanie St. Clair alias Queenie... Le problème que cela amène pour Harlem c'est que la vie de Queenie est le centre du récit et donc tout personne qui ont lu la version de Cerise Heurteur savent ce qu'il va se passer. Si c'est une preuve que Mikael a bien travaillé son sujet, c'est aussi un point négatif pour ceux qui ont déjà lu le premier, car on ne découvre rien dans ce tome d'Harlem et on est obligé de se contenter de la beauté graphique de Mikael.

      Par contre si jamais vous n'avez pas lu Queenie, je vous encourage à découvrir cette femme hors du commun qui a su s'imposer à une époque où le droit des femmes était à peine évoqué.
      • 0 réponse

    • Stillwater tome 1
      Note :
      Chip Zdarsky s'est fait remarquer dernièrement avec son run sur Daredevil ou sex criminals et on le retrouve maintenant avec une série chez Image comics. Dans ce premier tome on va découvrir le mystérieux secret que cache la ville de Stillwater. En effet tous les habitants de cette petite ville vivent en autarcie sans aucun lien avec l'extérieur, comme ils sont immortels avec un pouvoir de régénération ultra rapide. Malheureusement ce don est aussi une malédiction comme vous pourrez vous en rendre compte à la lecture de ce tome d'introduction, comme Daniel West le personnage principal. Ce héros se voit remettre une lettre pour récupérer l’héritage d’une grande tante qu’il ne connaissait pas.  Pour cela, il doit se rendre à la ville de Stillwater pour rencontrer l'avocat. 
      Les dessins de de Ramon Perez sont parfaits dans un style très réaliste et très détaillé pour un comics. Le découpage reste classique mais efficace lors des scènes d'action. On retrouve de nombreuses couvertures alternatives en fin d'album en bonus.
      Stillwater débute très bien avec une idée peu originale mais bien traitée pour l'instant avec beaucoup de questionnements et d'action en cours.. Le scénariste gère bien le suspense pour donner envie de poursuivre la lecture à chaque chapitre et du prochain tome par la même occasion. 
      • 0 réponse
    • De nous il ne restera que des cendres t1
      Note :
      Nouvelle histoire de Yakuzas chez Kana avec une série en 4 tomes qui nous présente un jeune se grimant en jolie fille pour réussir ses assassinats.

      Si l'histoire est graphiquement assez sympa, je trouve qu'elle manque cruellement d'empathie pour que l'on s'attache à nos personnages. Notre héros est autant un méchant qu'un gentil et si son passé est censé nous attendrir, le comportement du personnage et son affiliation a des Yakuzas pas lus recommandable que d'autre rendent ce "héros" quasiment aussi antipathique que ses ennemis.

      On se retrouve avec une histoire de Yakuzas bien faite mais que l'on lit sans vraiment impliquer son lecteur.  On peut espérer que le prochain tome adoucisse notre héros mais sur une histoire en 4 tomes j'ai peu d'espoir.
      • 1 réponse
    • My Hero Academia Smash tome 1
      Note :
      Vous connaissez les gags en 4 cases, appelés yonkoma, que l’on trouve parfois à la fin d’un chapitre ou à la fin d’un tome ? C’est le principe ici : Hirofumi NEDA reprend le déroulé de My Hero Academia et le décline en yonkoma en proposant une variante humoristique. Il signe d’ailleurs avec ce titre son 1er manga qui est fini en 5 tomes.

      Si le manga original ne manque pas d’humour, cette déclinaison n’en manque pas non plus, on s’amuse à retrouver les personnages dans des situations variées avec des réflexions un peu plus cash parfois. Côté graphisme, l’auteur s’est appliqué on reconnait bien les héros et chaque case est travaillée avec décor et arrière-plan (ce n’est pas toujours le cas dans ce format).

      Le manga peut être lu par ceux qui ne connaitraient pas encore la série, cela permet de découvrir l’univers, les personnages, suivre globalement l’intrigue par contre, il ne faut pas s’attacher aux détails car cela reste une variante. Pour les fans de la 1ere heure, c’est le petit plus humoristique agréable et bien fait qui permet de prolonger le plaisir. En plus, comme ce sont des gags, on n’est pas obligé de lire le livre en 1 fois.

      Pour information, le film My Hero Academia : World Heroes’ Missions est sorti le 26 janvier au cinéma.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...