Aller au contenu
poseidon2

La Bdtheque De 1001Bd : Fables

Messages recommandés

banner11.jpg




Fables
Scénario : Bill Willingham
Dessin : Lan Medina, Mark Buckingham, Bryan Talbot, Linda Medley, Craig Hamilton, P.Craig Russel, Tony Akins, David Hahn, Jim Fern, Shawn MCManus, Gene Ha, etc... etc...
Editeur : Urban Comics
Collection : Vertigo

Série de 25 tomes (en version softcover) et 23 tomes (en version hardcover)

Date de parution du tome 1 (en français, chez Semic) : 2004
Date de parution du dernier tome (en français) : janvier 2016

Good bye, farewell, good bye farewell...
Le titre original du dernier tome de Fables ("Farewell", isn't it ?) a pour moi les accents de cette chanson de marins bien connue. Avec cette sensation de tristesse qui se mêle à celle d'un aboutissement que l'on espère à la hauteur de treize années d'aventures.
Ce n'est en tout cas pas sans une émotion certaine que j'ai refermé le vingt-cinquième et dernier tome de cette série au long cours, créée et scénarisée par Bill Willingham qui, en plus d'être doté d'un talent de conteur hors-normes, a réussi à garder un niveau d'excellence tout au long de cette relecture originale et inspirée des contes classiques, comptines et autres mythes.
Et de gratifier le lecteur d'une conclusion (de l'histoire principale) inattendue qui le prend à contre-pied. Une fois encore. Car le scénariste, cocasse et iconoclaste, ne s'est jamais privé de surprendre et de faire prendre des directions imprévues dans ses arcs narratifs. Une de ses nombreuses qualités qui permet de tenir le lecteur en haleine.

Serait-ce trop exagéré d'affirmer aujourd'hui, à l'aune de la saga maintenant complète, que Fables restera une référence incontournable du monde des comics et déjà un classique ?
Le panégyrique est toujours forcément subjectif mais la série ne m'a de toute façon pas attendu pour récolter succès critique et public. Et de fait, je dois dire qu'il y avait longtemps qu'une BD n'avait pas suscité chez moi un tel engouement, d'autant que je n'ai jamais été très attiré par la BD anglo-saxonne à part de très rares exceptions (Courtney Crumrin, Locke & Key, Y le dernier homme). Mais comment rester de marbre devant un tel feu d'artifice d'inventivité, d'audaces, de qualité d'écriture, de densité psychologique, de suspense, d'émerveillement autant que de violence et de cruauté ? A partir d'un matériau brut qui plonge dans l'imaginaire collectif et même la culture universelle, Willingham a patiemment ouvragé et poli ces petits bijoux - certes plaisants mais limités - se perpétuant de générations en générations et qui n'offraient théoriquement plus guère de surprises en une saga véritablement littéraire où Blanche Neige, Pinocchio, Rose Rouge ou Barbe-Bleue ne sont plus de simples silhouettes réduites à une fonction souvent édifiante mais des êtres (presque) humains vivant, agissant, aimant, complotant, empêtrés dans leurs contradictions, leurs dilemmes moraux, leurs actes de gloire ou leurs erreurs (voir leur monstruosité).
Tel est le premier aspect remarquable de Fables : celui d'avoir donné du relief à des figures archétypales sans consistance. On se surprend, du coup, à suivre les aventures de ces dizaines de personnages dont les destins se croisent ou s'activent en parallèle en oubliant presque leurs origines enfantines. C'est que Willingham s'est tellement bien emparé d'eux et permis d'énormes libertés (que ce soit dans leur comportement ou leur "pedigree") que l'on a l'impression d'avoir affaire à des personnages complètement originaux. Ce qui n'est pas tout à fait faux, vu le traitement en profondeur qu'il fait subir à certains. Exit la Blanche Neige, éternelle victime faisant le ménage en chantant dans la chaumière des sept nains avant de croquer la pomme : bonjour Mlle Blanche, femme de tête, survivante, gestionnaire impeccable et superviseuse implacable en temps de guerre. Pour ne donner qu'un exemple de la manière dont le scénariste détache ces personnages de leur contexte féérique un brin neu-neu pour les rendre plus pragmatiques et en phase avec un monde complexe où sévit rarement un rassurant manichéisme. Ce qui n'empêche nullement le merveilleux la fantaisie et surtout la magie (très présente à un certain stade de la série) de garder leurs prérogatives.

Car l'auteur ne démolit pas les mythes et légendes pour en faire une sorte de soap au Perrault : avec un art consommé de la référence (parfois très pointue) et du clin d'oeil, il se les réapproprient, les modernisent, les triturent, les fait entrer dans des genres a priori fort éloignés des contes tel que le policier, l'espionnage ou encore l'univers des super-héros, pour en parsemer sa vaste (re)création flamboyante et en faire l'un des univers les plus riches et denses que j'ai pu rencontrer en bande dessinée.
Evidemment, la matière première étant elle-même quasi illimitée, on ne s'en étonnera pas et Fables aurait tout aussi bien pu continuer jusqu'au tome 250.
Encore faut-il être capable de puiser dans ce riche vivier à histoires et personnages hauts en couleur sans tomber dans la confusion, la répétitivité, l'incohérence, voir le n'importe quoi. La série n'est pas exempte de défauts pour autant. On peut ainsi reprocher au scénariste certaines facilités : utilisation d'événements, de personnages ou du fameux Deus Ex Machina venant débloquer une situation sans que l'auteur n'en explique vraiment la raison et/ou la cause. Comme si le fait que ses histoires se déroulent dans un monde féerique et gorgé de magie (bref un monde où tout est possible ou presque) le dispensait d'explications. Ou encore certains personnages aux destinées trop vite expédiés (conséquence fatale lorsque l'on jongle avec plus d'une centaine de protagonistes). Le besoin de surprendre à tout prix, peut-être aussi. Mais Willingham parvient toujours à rester clair et cohérent avec l'essentiel, malgré une structure souvent très éclatée où l'on passe souvent d'une histoire à une autre le temps d'une page ou deux, avant d'y revenir... Loin de donner une lecture saccadée, ce rapide passage d'un lieu à l'autre, d'un personnage à l'autre, crée une dynamique qui empêche tout ennui sans risquer de rompre pour autant le(s) fil(s) narratif(s).

Devant l'impossibilité évidente de rendre compte, même superficiellement, du contenu de vingt cinq tomes de plus de cent pages chacun (sans compter les spin-offs de la série-mère comme Jack of Fables ou Fairest), j'en suis donc réduit ici à simplement dégager ces généralités, notamment sur la réappropriation inspirée et décalée du vaste corpus de l'imaginaire enfantin à la sauce ado-adulte, le développement des principaux protagonistes et une narration fragmentée mais néanmoins fluide.
Amateurs de contes ou non, je ne peux que conseiller l'acquisition d'une série dont la longueur pourrait en rebuter plus d'un. Car, contrairement à tant d'autres séries contemporaines qui s'éternisent inutilement, Fables offre dans chacun de ses volumes (évidemment avec des hauts et des bas) de quoi contenter le lecteur, que ce soit en terme d'intrigues ou de révélations venant enrichir toujours davantage le background. Un mot en ce qui concerne les récits courts, intercalés ou placés en fin des tomes : ceux-ci ont généralement pour fonction d'approfondir l'histoire personnelle de certains personnages plus secondaires tandis que d'autres ressemblent plus à de simples récréations un brin anecdotiques et inégalement appréciables, surtout en ce qui concerne les dessinateurs différents qui s'y succèdent.

Voilà qui me permet d'en venir au travail graphique effectué sur la série, celui-ci étant bien souvent le critère principal d'adhésion ou non à une bande... dessinée.
Qu'on se le dise : davantage habitué à la BD franco-belge/européenne, j'apprécie généralement peu les styles et parti-pris graphiques des comics, notamment en ce qui concerne l'encrage et surtout la colorisation (souvent trop "flashy"). Comme d'autres séries made in US/UK, Fables n'échappe pas à la règle (cela dit, ça reste subjectif, bien sûr).
La colorisation, surtout, reste toujours trop criarde à mes yeux et donne ainsi la (fausse) impression de lire une BD ciblée jeunesse. C'est d'autant plus frappant si on établi la comparaison avec les couvertures de James Jean. Mais ce contraste est, on le sait, assez fréquent dans les comics. Toutefois, outre le fait que cela colle bien à l'univers, j'ai fini par m'y habituer et le savoir-faire du scénariste m'a permis d'aller au-delà de mes préférences/a-priori esthétiques. De même, le dessin de Mark Buckingham (qui, heureusement, officie sur la plus grande partie de la série) reste assez agréable et colle bien à l'univers, bien qu'assez basique. Idem pour un découpage classique cherchant avant tout la plus grande lisibilité tout en s'autorisant quelques audaces (les fameuses frises en bordure de planches, certains découpages plus osés, des splash pages ou double-pages, etc...) Les autres dessinateurs qui prennent parfois le relais le temps d'un chapitre n'ont pas son talent. Attendez-vous ainsi sur certains chapitres à un résultat parfois franchement médiocre, voir carrément... laid (tout simplement) ou très convenu. On se dit que certains tâcherons n'ont apparemment été convoqués que lorsque le dessinateur attitré était indisponible. Plus gênant est lorsque l'un de ces "seconds de cordée" trahit carrément la physionomie d'un personnage en accord avec son caractère (établis sans doute conjointement par Willingham et Buckingham : je pense notamment à Pinocchio ou Bigby). Soit... L'essentiel étant dû au pinceau de Mark Buckingham et en considérant un nombre de pages plus conséquent et/ou un rythme de parution plus soutenu, on s'en contentera. On notera que sur le dernier tome, le travail des 20 dessinateurs conviés pour illustrer les mini-récits de la seconde partie de l'ouvrage est nettement supérieur à leurs prédécesseurs, parmi lesquels on trouve il est vrai quelques pointures comme Gene Ha, Neal Adams ou encore Terry Dodson. Histoire de fêter le baisser de rideau en grande pompe.

Au final, Fables aura réussi le pari de proposer une série grand public (mais pas tout public, comme le mentionne les couvertures) se dégageant des histoires de super-héros et de ses codes/contraintes de continuité souvent obscurs pour le néophyte autant que des comics à la limite de l'underground pour un public très ciblé.
Accessible tout en étant audacieuse, dotée d'une narration (et d'un découpage) classique mais solide, maniant un sens du décalage par rapport à son matériau de base qui amuse autant qu'il surprend tout en exploitant au maximum les possibilités, Fables est une série dont le succès, la notoriété et le statut de classique s'expliquent assez aisément.

Post par Phileas, le 8 février 2016

Note générale : 4_511.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mince. J'avais oublié que j'avais rédigé cette critique [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/huh.gif[/img]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
[quote name='Phileas' timestamp='1585594284' post='186111']
Mince. J'avais oublié que j'avais rédigé cette critique [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/huh.gif[/img]
[/quote]


Tu ne m'en veux pas de remettre des vieilles critiques ? Car en m'absence de nouveauté, ca comble pas mal et remet au gout du jour de vieille série :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
En plus bon Fables, on reste dans l'actualité de la BD vu les rééditions actuelles.
A l'époque de ta critique Phil' j'avais pas encore osé m'y plonger, ça m'a fait basculer. C'est désormais dans ma bibli bien au chaud, et je les ai prêtés à tous mes potes qui ont tous adoré.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
[quote name='poseidon2' timestamp='1585636625' post='186113']Tu ne m'en veux pas de remettre des vieilles critiques ? Car en m'absence de nouveauté, ca comble pas mal et remet au gout du jour de vieille série :)[/quote]
Bien sûr que non. Sers-toi. C'est buffet à volonté [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/smile.gif[/img]


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

l'integrale 9 est sortie 🙀🙀🙀🙀🙀

 

l'avant dernier..... je vais etre triste au dernier....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vu que c'est environ 30 par comics oui c'est pas mal. ca fait 190 au lieu de 270.... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non car tu as aussi Wolf is Among us 😉 

 

Ce ce sont deux tomes sur le notre Amis Wolfy 🙂 

 

Une histoire très sympa en deux tome qui se passe avant la trame principale. 

 

Donc bien 9  bouquins en tout 😉 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, poseidon2 a dit :

Non car tu as aussi Wolf is Among us 😉 

 

Ce ce sont deux tomes sur le notre Amis Wolfy 🙂 

Adapté d'après l'excellent jeu vidéo de Telltales Games The Wolf Among Us (pour les gamers) 🙂 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 30 minutes, Phileas a dit :

Adapté d'après l'excellent jeu vidéo de Telltales Games The Wolf Among Us (pour les gamers) 🙂 

Ah oui , ce n'est pas un studio espagnol qui fait des jeux point and click ? Il me semble que j'en avais fait un autre chez eux ! Si je te dis : " Hmmm peut-être pas" avec un fort accent anglais 😉 , ça te fait pas penser à un célèbre jeu de ce type ??

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne sais pas si c'est le même studio (c'était espagnol Telltale Games ?).
Ils ont fait aussi The Walking Dead et Game of Thrones.

il y a 5 minutes, Kevin Nivek a dit :

Si je te dis : " Hmmm peut-être pas" avec un fort accent anglais 😉 , ça te fait pas penser à un célèbre jeu de ce type ??

Hum... peut-être pas 🙂 Les jeux Sherlock Holmes ?
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, Phileas a dit :

Hum... peut-être pas 🙂 Les jeux Sherlock Holmes ?
 

Le plus célèbre des pointandclick

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Heyyyyyyyyyyyyyy j'ai joué et finit ca  !!! Un des derniers jeux auquel j'ai du jouer.....🤔🤔

 

SInon 150 les 8 c'est honnête. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 46 minutes, poseidon2 a dit :

SInon 150 les 8 c'est honnête. 

En fait ça risque d'être 160 plus 19 d'envoi les 8 , 22,50 le tome

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après tout ça, si Kevin n'accroche pas du tout à la série (c'est une possibilité, non ?), il va nous garder rancune pendant longtemps, Pos 🤕 

Sinon, The Wolf Among Us le jeu, ça ressemble plutôt à ça

ozwx.jpg

Et c'est génial 🙂

Modifié par Phileas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...