Aller au contenu
  • S’inscrire
Phileas

La Bdthèque De 1001Bd : La Guerre Eternelle

Messages recommandés


uyao.jpg....6ryy.jpg....q36i.jpg




La Guerre Eternelle

T.1 : Soldat Mandella 2010/2020
T.2 : Lieutenant Mandella 2020/2203
T.3 : Major Mandella 2203/3177

Scénario : Joe Haldeman
Dessin : Marvano
Couleurs : Bruno Marchand
Edition : Dupuis
Collection : Air Libre
Date de parution : 1988-1989
Genre : science-fiction tripale

Synposis : En 2010, la terre entre pour la première fois en contact avec des extraterrestres les Taurans. Cette rencontre marque le début d'une guerre sans merci. Les autorités terriennes décident d'envoyer un contingent délite, et mettent au point un programme d'entraînement dune rudesse inhumaine, destiné à « produire » des soldats capables de tout subir.
William Mandella est l'un d'eux, et c'est sans crainte qu'il part au combat. Mais le voyage dans l'espace n'est pas sans inconvénients : aux confins de l'univers, l'armée terrienne va franchir sans le savoir, des portes de distorsion spatio-temporelle. Pour william, qui survit miraculeusement d'une mission a l'autre, cette guerre semble partie pour durer...

C'était dans les dernières années de la décennie 80 (1988 pour être précis), une époque charnière pour moi dans le domaine de la BD ado- adulte, la décennie de presque toutes les grandes découvertes ou en tout cas celle des séries m'ayant durablement marqués et suscité un enthousiasme que j'ai rarement retrouvé depuis (La Quête de l'Oiseau du Temps, La Trilogie Nikopol, Les Cités Obscures, Le Grand Pouvoir du Chninkel et quelques autres). C'était aussi l'époque où Dupuis lançait sa collection Air Libre, destinée à un lectorat plus mature que ses publications habituelles, et parmi les premiers albums publiés figuraient les premiers tomes de S.O.S. Bonheur, Le Voyage en Italie de Cosey et cette fameuse Guerre Eternelle. Autant dire du lourd, pour une collection prestigieuse qui accumulera au fil des années des BD de grande qualité, voir des chef-d'oeuvres, avec une tendance très littéraire.
Pour La Guerre Eternelle, c'est deux fois plus vrai puisque le triptyque est l'adaptation du roman de SF éponyme de Joe Haldeman, qui avait déjà raflé à son époque tous les prix les plus importants du genre (Prix Hugo et Prix Nébula entre autres). Récompenses amplement méritées - je découvris le roman bien des années plus tard - pour cette oeuvre qui interpelle surtout pour son ton sec et brut de décoffrage à l'instar d'un reportage sur le vif - ou le fil du rasoir. Normal : Haldeman s'était en grande partie inspiré de son expérience de soldat pendant la guerre du Vietman, transposée dans un contexte de SF.
D'où ce sentiment d'authenticité et de familiarité à la lecture à laquelle la science-fiction habitue rarement le lecteur, la tête plutôt plongée dans les étoiles (ou les infra-mondes virtuels)

Avec le recul, l'adaptation d'un tel roman qui insiste beaucoup sur l'intériorisation de son personnage principal semblait vraiment difficile. Mais, à l'époque, je n'avais pas à m'en soucier et prenait quand même le premier tome de l'adaptation BD en plein dans la gueule, comme si j'avais reçu un parpaing catapulté (et deux autres allaient suivre...). Dès les premières planches, avec sa narration à la première personne - comme dans le roman et d'autant plus immersive - le ton est donné et respecté, et même rendu avec plus de sécheresse encore que le roman en raison de l'espace plus restreint octroyé au texte.
Dès la première phrase : "La mort frappa au troisième jour de notre instruction sur Charon". Pas de fioritures, pas d'effets de style ou de palabres inutiles : toute la narration et les dialogues de La Guerre Eternelle ont la froideur impitoyable d'un rapport factuel dans sa plus brutale expression. Pourtant, paradoxalement, c'est justement cette sécheresse apparente qui crée une vraie émotion débarrassée de tout pathos complaisant qui en déforcerait le propos : Mandela et ses frères/soeurs d'armes voués à une boucherie galactique généralisée ont simplement les mots adéquats à leur situation : lucides, désabusés, conscients de l'absurdité de cette guerre dont les enjeux et les intérêts semblent bien confus (remember Vietnam !). Une guerre aussi où l'ennemi prend autant, sinon davantage, le visage de toute l'infrastructure militaire terrienne - et ses officiers bornés envoyant sans état d'âme leurs trouffions au casse-pipe - que celui de l'adversaire extra-terrestre - les Taurans - que Mandela et ses compagnons entraperçoivent plus qu'ils ne les voient vraiment.
Qu'importe d'ailleurs : pour être plus efficaces sur le champ de bataille, les soldats humains subiront de toute façon un conditionnement chimique provisoire afin de se livrer à un vrai carnage... dans les deux camps. Quand l'hypnose s'interrompt, le résultat apparaît dans toute son horreur.
Difficile de ne pas penser à deux célèbres films de Kubrick quand on lit La Guerre Eternelle : Les Sentiers de la Gloire (avec sa critique acerbe des officiers) et surtout bien sûr Full Metal Jacket, avec lequel la BD partage cette même vision clinique, cette distanciation qui ne parvient pourtant pas à amoindrir les tourments physiques et psychologiques de ses anti-héros.
La Guerre Eternelle, c'est le Full Metal Jacket de la BD de science-fiction... mais avec le cynisme en moins et l'amertume en plus.

En parallèle de son propos-pamphlet foncièrement anti-militariste, l'oeuvre traite aussi d'une déshumanisation qui va au-delà des champs de bataille pour contaminer une Terre future dystopique digne des romans de John Brunner (Tous à Zanzibar, Le Troupeau Aveugle, Sur l'onde de choc) ou d'un certain... S.O.S. Bonheur (!) que le tome 2 dépeint quand Mandella est de retour "chez lui". Chez lui ? A force de sauts collapsar (ces bonds hyper-spatiaux qui créent un décalage toujours plus grand entre les soldats et les habitants de la Terre), Mandella ne reconnaît plus rien de la société qu'il a connu, devient complètement étranger aux nouvelles coutumes et moeurs si éloignées des siennes. Mais il découvre aussi une Terre où le chômage touche les 2/3 de la population et où l'Etat encourage l'apathie et l'abrutissement des masses grâce aux médias et à une désinformation généralisée. Alors, il ne lui reste plus qu'à rempiler, repartir pour cette guerre qu'il hait pourtant mais qui, ironiquement, est devenu son nouveau foyer. Encore faut-il qu'il parvienne à composer - lui, le vétéran aux tempes grisonnantes, le "vieux bouc" - avec de nouvelles jeunes recrues qu'il ne comprend pas davantage que ceux qu'il a laissé sur Terre et une technologie toujours plus sophistiquée (tome 3).

Inutile de tergiverser : pour moi, La Guerre Eternelle est un véritable chef-d'oeuvre et l'un des représentants de toute la science-fiction que j'aime (elle vient de là, elle vient du blues :) ) et une des BD les plus mémorables que j'ai pu lire et qui figurera toujours en bonne place dans mon panthéon personnel. Une oeuvre-choc qui connaît peu d'équivalent à mes yeux en matière d'intelligence, d'âpreté et de puissance dramatique, non seulement sur la guerre - toutes les guerres - mais aussi plus profondément sur la dépossession, le déphasage, la déshumanisation, le déracinement et une société technophile aliénant l'individu pour en faire un pantin docile ou... un soldat de plomb.
Dans toute cette noirceur sans concession, l'oeuvre se permet pourtant - ou trouve le chemin - de quelques instants de répit (rares et courts), notamment les sentiments qui lient Mandella et Marygay, une "soeur d'armes" qui reste son seul point d'ancrage. Un peu comme de nouveaux Adam et Eve à la dérive dans le torrent des siècles. Et une conclusion d'une grande ironie concernant les belligérants qui montre bien que la guerre est l'antithèse même de la communication !
Sur la forme, même si le dessin de Marvano ne fait pas l'unanimité chez les lecteurs d'aujourd'hui (qui diront que dessins et couleurs ont un côté trop vieillot ^^), on peut au moins lui reconnaître sa maîtrise concernant les engins spatiaux (très inspirés par ceux du célèbre illustrateur de SF Christopher Foss) et un sens du découpage toujours pertinent, que ce soit pour les séquences - toujours très tendues - d'affrontements ou celles où une place privilégiée est laissée au texte.
Et quel texte ! Avec des formules qui font mouche et à l'ironie tranchante.
"Nous étions poursuivis. J'avais peur. Qui n'aurait pas eu la trouille ? A part un fou, un robot, un candidat au suicide... ou un officier !"

Ma note : 5.0.png
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je connais pas cette série !! je vais chercher à voir des planches

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sinon c'est tiré d'un livre de 250 pages environ (si ma mémoire est bonne) qui est absolument génial.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites


Je connais pas cette série !! je vais chercher à voir des planches



Alors meme si graphiquement c'est jolie, ca reste "ligne claire".... vraiment claire. Mais l'histoire de SF fait partie des meilleures !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sinon c'est tiré d'un livre de 250 pages environ (si ma mémoire est bonne) qui est absolument génial.


Je l'ai mentionné dans le premier paragraphe :
le triptyque est l'adaptation du roman de SF éponyme de Joe Haldeman, qui avait déjà raflé à son époque tous les prix les plus importants du genre (Prix Hugo et Prix Nébula entre autres). Récompenses amplement méritées - je découvris le roman bien des années plus tard - pour cette oeuvre qui interpelle surtout pour son ton sec et brut de décoffrage à l'instar d'un reportage sur le vif - ou le fil du rasoir. Normal : Haldeman s'était en grande partie inspiré de son expérience de soldat pendant la guerre du Vietman, transposée dans un contexte de SF.

Je connais pas cette série !! je vais chercher à voir des planches


Même si tu n'accroche pas vraiment au dessin, je t'inciterais quand même à la lire car (comme le dis Pos) le scénario vaut vraiment la lecture. Et ce n'est que 3 tomes.
A moins que le dessin te donne vraiment la nausée mais bon... c'est pas du Sfar ou du Vuillemin non plus.

Alors meme si graphiquement c'est jolie, ca reste "ligne claire".... vraiment claire


Ligne claire ?? huh.gif Je ne comprends pas ce que tu veux dire par là.
Les BD de SF de Léo ont pour moi un côté nettement plus "ligne claire" (et encore : entre guillemets, c'est pas du Hergé non plus).
Mais La Guerre Eternelle... C'est pas du Mathieu Laufray, ok, mais de là à parler de "ligne claire"...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C'est plus l'aspect "pale" des couleurs que je voulais décrire. Comme on le voit sur la couverture....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites


Je l'ai mentionné dans le premier paragraphe :
le triptyque est l'adaptation du roman de SF éponyme de Joe Haldeman, qui avait déjà raflé à son époque tous les prix les plus importants du genre (Prix Hugo et Prix Nébula entre autres). Récompenses amplement méritées - je découvris le roman bien des années plus tard - pour cette oeuvre qui interpelle surtout pour son ton sec et brut de décoffrage à l'instar d'un reportage sur le vif - ou le fil du rasoir. Normal : Haldeman s'était en grande partie inspiré de son expérience de soldat pendant la guerre du Vietman, transposée dans un contexte de SF.





Ce petit livre m'a marqué..... comme rarement un livre l'a fait en fait. Peut-être car je l'ai lu jeune, mais ce truc était fou tellement c'était bien pensé. Et la BD transpose pas tout malheureusement.

J'ai perdu la suite que j'avais trouvé par hasard dans un fnac vers 2010 dans un TGV Paris - St Malo. Ami lecteur si tu le trouves, retourne le moi. Je n'ai jamais pu le retrouver par la suite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce petit livre m'a marqué..... comme rarement un livre l'a fait en fait. Peut-être car je l'ai lu jeune, mais ce truc était fou tellement c'était bien pensé. Et la BD transpose pas tout malheureusement.


Oui, le roman est mémorable (pas pour rien qu'il a reçu les deux plus grands prix de la SF à l'époque, chose rare quand même).
Il m'a sans doute moins fait d'effet car je l'ai lu longtemps après la BD - du coup, je savais à quoi m'en tenir - mais même ainsi, il reste impressionnant.
Evidemment, la BD ne retranscrit pas tout mais je trouve qu'elle s'en sort très bien pour une adaptation en seulement 3 tomes.

J'ai perdu la suite que j'avais trouvé par hasard dans un fnac vers 2010 dans un TGV Paris - St Malo. Ami lecteur si tu le trouves, retourne le moi. Je n'ai jamais pu le retrouver par la suite.


Vu ce qui se passe en ce moment, ça risque de ne pas être pour tout de suite. Et si on te l'envoie, n'oublie pas de bien désinfecter ;)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bel hommage ! Cette BD reste pour moi une énorme claque, quand je ne lisais que des Tintin, Spirou Lucky Luke, etc...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tiens... salut Arn [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/smile.gif[/img]
Ca fais un bail.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yep, confinement oblige, j'ai lu un paquet de BD dernièrement, et j'ai eu envie de revenir partager ça avec vous ! :-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oups huh.gif Désolé, Pop, j'ai effacé ton post par erreur.
Heureusement que ce n'était pas une chronique unsure.gif

@Arn : yep. Plus on est de fous...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ouaip ca faisait un moment qu'on ne t'avais pas vu.... welecom back...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Pop : Dis plutôt que je t'ai évité la honte puisque ton post sous-entendait que tu n'avais jamais lu La Guerre Eternelle.
Oups ! J'ai dérapé sur mon clavier tongue.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Et bien voilà, censure et pensee unique nous y voila. Phil dévoile son jeu tel un mini palpatine de forum !!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourquoi "mini" wink.gif

Ouiiiii ! A partir de maintenant, moi Phileas Palpatine, je décrète placer la galaxie sous la loi martiale et dorénavant, chaque citoyen sera tenu de ne lire, aimer (voir vénérer) que les holo-BD que je leur indiquerai sur une liste conçue à cet effet.
Toute entorse à cette loi - qui prend effet aujourd'hui même 28/04/20020 - sera passible de la désintégration par mon bourreau attitré Boba Fett.
Ah ! Ah ! Ah Ah ! Ma victoire est totale !

PS : à peine promu "fish" et voilà que j'ai déjà la grosse tête tongue.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bon suite à votre promo inconsidérée de la guerre éternelle, j'ai craqué.
Et bien m'en a pris c'est effectivement très bon. Pas sûr que le potentiel de relecture soit là ceci dit, mais c'est de la très très bonne science fiction.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Content que tu as aimé [img]http://www.1001bd.com/forums_BD/public/style_emoticons/default/smile.gif[/img]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dur de ne pas être saisi par cette SF la. C’est sur que c’est plus verbeux et cérébral que du Arleston hein mais ça a un vrai intérêt autre que le divertissement.
J’ai juste un doute sur le potentiel de relecture tant les œuvres qui marquent par leurs idées et leurs scénarios/histoires on a du mal à revenir dessus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai juste un doute sur le potentiel de relecture tant les œuvres qui marquent par leurs idées et leurs scénarios/histoires on a du mal à revenir dessus.


Ce n'est pas le même genre de relecture. Les BD de pur divertissement, ça se relit comme ça, juste pour le plaisir.
Et celles comme La Guerre Eternelle... ça se relit dans des délais plus espacés, oui, mais ça peut se relire aussi. Différemment.

Mais je vois ce que tu veux dire : il y a certaines BD marquantes que je n'ai jamais relues (Watchmen, Ibicus, Daytripper, etc...)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ah ouais... Daytripper ... c'était vachement bien ca... mais pas relu non plus....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...