Aller au contenu
  • S’inscrire

Nickad

Members
  • Compteur de contenus

    2 803
  • Inscription

  • Jours gagnés

    63

Tout ce qui a été posté par Nickad

  1. Nickad

    Sweet home tome 4

    Titre de l'album : Sweet home tome 4 Scenariste de l'album : KIM Carnby Dessinateur de l'album : HWANG Youngchan Coloriste : Editeur de l'album : Ki-oon Note : Résumé de l'album : Hyeon-Su, aidé de quelques voisins, est parvenu à sauver les enfants d'une mort certaine. Après s'être débarrassés du monstre géant, lui et ses compagnons décident de se réfugier dans l'appartement 1408 où vit Du-Shik Han, l'expert en bricolage, afin de se reposer et de réfléchir à un plan... Pendant ce temps, les habitants qui s'étaient regroupés dans le hall d'entrée ont monté une équipe pour explorer l'immeuble, dans le but de trouver des vivres et d'éventuels survivants. Mais alors que Sang-Wook et Eun-Yu s'apprêtent à barricader le quatrième étage, leurs voix attirent l'attention de la créature aveugle... qui se propulse jusqu'à eux ! Arriveront-ils à la tuer alors qu'ils ne sont que deux ? Critique : Le groupe du rez-de-chaussée grimpe dans les étages pour trouver de la nourriture et des survivants. Le groupe de Hyeon-Su décide de descendre pour trouver une voiture et voir au-delà de leur résidence, ils savent qu’ils ne pourront pas vivre indéfiniment dans l’immeuble. Après un affrontement avec un monstre, les deux groupes se rejoignent et Hyeon-Su est mis de côté car tout le monde sait à présent qu’il est infecté. Si au niveau de l’action à proprement parler, cela avance toujours aussi lentement, il y a un passage très intéressant sur ce qui se passe dans la tête de Hyeon-Su quand le monstre en lui essaye de sortir. On comprend mieux les mécanismes de transformation et on a des débuts de piste pour savoir comment refreiner ces pulsions. En plus de cela, on peut assister à une discussion du groupe qui montre bien les comportements humains en tant de crise : qui doit-être sauvé et qui doit-être sacrifié ? Un tome intéressant donc qui permet d’avancer dans l’analyse du phénomène mais qui n’apporte pas pour autant toutes les réponses. A suivre Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sweet-home-tome-4?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Nickad

    Sweet home tome 4

    Le groupe du rez-de-chaussée grimpe dans les étages pour trouver de la nourriture et des survivants. Le groupe de Hyeon-Su décide de descendre pour trouver une voiture et voir au-delà de leur résidence, ils savent qu’ils ne pourront pas vivre indéfiniment dans l’immeuble. Après un affrontement avec un monstre, les deux groupes se rejoignent et Hyeon-Su est mis de côté car tout le monde sait à présent qu’il est infecté. Si au niveau de l’action à proprement parler, cela avance toujours aussi lentement, il y a un passage très intéressant sur ce qui se passe dans la tête de Hyeon-Su quand le monstre en lui essaye de sortir. On comprend mieux les mécanismes de transformation et on a des débuts de piste pour savoir comment refreiner ces pulsions. En plus de cela, on peut assister à une discussion du groupe qui montre bien les comportements humains en tant de crise : qui doit-être sauvé et qui doit-être sacrifié ? Un tome intéressant donc qui permet d’avancer dans l’analyse du phénomène mais qui n’apporte pas pour autant toutes les réponses. A suivre
  3. Nickad

    Mardock Scramble tome 1

    le tome 2 est annoncé pour le 10 février
  4. Nickad

    Suc

    C'est un peu ce qu'il me reste de l'album Sève (que je n'ai pas gardé d'ailleurs) : un graphisme intéressant et des histoires qui s'effacent...
  5. Titre de l'album : Dresseur dans un autre monde tomes 2 et 3 Scenariste de l'album : YOSHIGAE Tamaki Dessinateur de l'album : RHYTHM Niwa / KATTO Coloriste : Editeur de l'album : Komikku Note : Résumé de l'album : Varius poursuit sa progression phénoménale et de nouveaux combats épiques s'annoncent ! Critique : Toujours dans l’optique de faire reconnaitre la classe de dresseur, Valius passe le concours d’entrée de l’académie d’élite, il finit major avec des scores encore jamais vu. En parallèle, il s’inscrit à la guilde des aventuriers et commence sa première quête. C’est là qu’il rencontre Artemis, une sélénite, qui lui permet de récupérer des pouvoirs divins. Dans ma critique précédente, j’avais dit qu’il fallait attendre la suite pour se prononcer sur l’intérêt de la série. C’est plutôt un point négatif sui se profile : Valius utilise sa magie et ses sorts, il est tellement fort, que finalement être dresseur n’apporte rien de plus. Il ne rencontre aucune difficulté devant lui (ou les règle en claquant des doigts, façon de parler bien sûr) et en plus peut se rendre de la Terre à la Lune aussi facilement que s’il franchissait une porte ! Quant à la partie dresseur, elle est plutôt mise de côté dans ces deux tomes. Graphiquement parlant, s’il y a des idées intéressantes, notamment dans la mise en scène des combats, le manga pêche sur les personnages. Il y a des problèmes de proportion et l’auteur a tendance à aller à la facilité : il ne se donne pas toujours la peine de dessiner les deux yeux de ses héros ; un dessin globalement encore assez jeune. Une lecture finalement pas très passionnante, voir assez quelconque qui ne restera pas dans les annales. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/dresseur-dans-un-autre-monde-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Toujours dans l’optique de faire reconnaitre la classe de dresseur, Valius passe le concours d’entrée de l’académie d’élite, il finit major avec des scores encore jamais vu. En parallèle, il s’inscrit à la guilde des aventuriers et commence sa première quête. C’est là qu’il rencontre Artemis, une sélénite, qui lui permet de récupérer des pouvoirs divins. Dans ma critique précédente, j’avais dit qu’il fallait attendre la suite pour se prononcer sur l’intérêt de la série. C’est plutôt un point négatif sui se profile : Valius utilise sa magie et ses sorts, il est tellement fort, que finalement être dresseur n’apporte rien de plus. Il ne rencontre aucune difficulté devant lui (ou les règle en claquant des doigts, façon de parler bien sûr) et en plus peut se rendre de la Terre à la Lune aussi facilement que s’il franchissait une porte ! Quant à la partie dresseur, elle est plutôt mise de côté dans ces deux tomes. Graphiquement parlant, s’il y a des idées intéressantes, notamment dans la mise en scène des combats, le manga pêche sur les personnages. Il y a des problèmes de proportion et l’auteur a tendance à aller à la facilité : il ne se donne pas toujours la peine de dessiner les deux yeux de ses héros ; un dessin globalement encore assez jeune. Une lecture finalement pas très passionnante, voir assez quelconque qui ne restera pas dans les annales.
  7. Titre de l'album : Ikusa no Ko - La légende d'Oda Nobunaga tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : KITAHARA Seibô Dessinateur de l'album : HARA Tetsuo Coloriste : Editeur de l'album : Mangetsu Note : Résumé de l'album : Dans le ventre de sa mère, Nobunaga Oda entendait le fracas des batailles. La guerre le prit dans ses bras à sa naissance et ne le lâcha plus jamais. Les champs de bataille furent son berceau. Tout ce qu'il sut, il l'apprit des combats. Plus que nul autre, Nobunaga fut l'enfant de la guerre !Avant d'être Nobunaga Oda, il fut Kippôshi, le pire vaurien qu'on n'ait jamais vu. Voici le récit des méfaits flamboyants qu'il signa fièrement dans le Japon des provinces en guerre ! Retrouvez la toute nouvelle série de Tetsuo Hara et Seibô Kitahara, ancien responsable éditorial du mangaka chez Shueisha, dans cette biographie romancée de la vie d'Oda Nobunaga. Critique : Ikusa no Ko ou la légende d’Oda Nobunaga est un manga historique retraçant, comme son nom l’indique, la vie de Nobunaga Oda. On commence d’abord par voir ses derniers instants avant d’avoir un aperçu rapide de sa naissance. Le récit commence vraiment quand il a 12 ans, il s’appelait alors Kippôshi Oda. Honnêtement, l’histoire est très intéressante, la façon dont le récit se déroule ressemble à une aventure où l’on commence à comprendre pourquoi Oda est devenu une légende. C’est un garçon curieux, très intelligent qui cherche sans cesse à se cultiver et quand c’est fait, il expérimente, il essaye, il tente ! En plus de ça, il n’a pas d’a priori et pour lui, tout est bon à prendre ! On ne s’ennuie pas du tout à la lecture et on a même très envie de voir comment ce garçon va réussir à évoluer. Hélas, si le dessin de Tetsuo Hara est toujours aussi travaillé, surtout dans les décors et les ombrages, sa tendance à la disproportion devient de plus en plus gênante. Dans Soten no Ken, il y avait déjà des personnages peu crédibles (au niveau de la taille notamment) ce qui déservait le manga. Ici, c’est encore plus visible, notamment un rendu du corps féminin dérangeant ou des enfants à la tête disproportionnée. Peut-être qu’au travers de ce graphisme l’auteur cherche à faire ressortir un trait de caractère… ce n’est pas flagrant. Heureusement l’histoire est passionnante et aide à aller au-delà de ce problème. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ikusa-no-ko-la-legende-d-oda-nobunaga-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Ikusa no Ko ou la légende d’Oda Nobunaga est un manga historique retraçant, comme son nom l’indique, la vie de Nobunaga Oda. On commence d’abord par voir ses derniers instants avant d’avoir un aperçu rapide de sa naissance. Le récit commence vraiment quand il a 12 ans, il s’appelait alors Kippôshi Oda. Honnêtement, l’histoire est très intéressante, la façon dont le récit se déroule ressemble à une aventure où l’on commence à comprendre pourquoi Oda est devenu une légende. C’est un garçon curieux, très intelligent qui cherche sans cesse à se cultiver et quand c’est fait, il expérimente, il essaye, il tente ! En plus de ça, il n’a pas d’a priori et pour lui, tout est bon à prendre ! On ne s’ennuie pas du tout à la lecture et on a même très envie de voir comment ce garçon va réussir à évoluer. Hélas, si le dessin de Tetsuo Hara est toujours aussi travaillé, surtout dans les décors et les ombrages, sa tendance à la disproportion devient de plus en plus gênante. Dans Soten no Ken, il y avait déjà des personnages peu crédibles (au niveau de la taille notamment) ce qui déservait le manga. Ici, c’est encore plus visible, notamment un rendu du corps féminin dérangeant ou des enfants à la tête disproportionnée. Peut-être qu’au travers de ce graphisme l’auteur cherche à faire ressortir un trait de caractère… ce n’est pas flagrant. Heureusement l’histoire est passionnante et aide à aller au-delà de ce problème.
  9. Nickad

    CONCOURS GOODIES

    jusqu’à

    Concours janvier 2023 - jour 7 - lot BD Comme promis voilà donc le lot BD ! Vous y trouverez un poster réversible The midnight order, des ex-libris de Madeleine résistante, Shi, Les pizzlys et Révolution 2, des cartes de Joe la Pirate, Un roi sans divertissement, L'heure H et Les contes drolatiques, un sac Thorgal, un tote bag 404Comics, 2 petite figurines et 2 badges Les vieux Fourneaux, une petite figurine Le loup en slip, l'album n° 25 des filles de Soleil accompagné de 3 badges, une mini bd Un si grand artiste, un badge pour les 60 ans de Lefranc et une grand plaque métallique pour les 70 ans de Lefranc
  10. Nickad

    CONCOURS GOODIES

    jusqu’à

    Ah et non il n'est pas fait que pour ceux qui vont en convention je cherchais juste des questions inédites qui sont issues de mon expérience personnelle.
  11. Nickad

    CONCOURS GOODIES

    jusqu’à

    Le but n'est pas de tout connaître c'est de s'amuser et de toute façon il y aura un gagnant par lot Alors il ne faut pas hésiter à mettre une réponse au hasard.
  12. Titre de l'album : Slice of life tome 2 Scenariste de l'album : YOSHINO Satsuki Dessinateur de l'album : YOSHINO Satsuki Coloriste : Editeur de l'album : Ki-oon Note : Résumé de l'album : Naruhiko vivote depuis dix ans de sa plume de mangaka. Ses récits remplis de dragons et de magie lui ont permis de se faire une place dans les pages des magazines, sans lui assurer un revenu suffisant pour quitter sa petite île natale... Il vit donc dans la maison de sa grand-mère, entouré des bons soins de sa mère et de Toshihito, son assistant dévoué. Alors que sa dernière série vient encore d'être interrompue par manque de succès, il se lance sans conviction dans une histoire tirée de son environnement immédiat : les aventures quotidiennes de quatre garçons nés sur une petite île et liés par une amitié indéfectible. Critique : Naruhiko fait pour la 1ère fois face à ses fans ! D’abord avec une fillette de 10 ans amoureuse d’un des personnages du manga et qui est complétement obsédée même au point de menacer les autres fans. Ensuite parce qu’il doit se rendre à Tokyo pour sa 1ère séance de dédicaces, une première pour lui car malgré ses 10 ans de carrière, on ne lui avait encore jamais proposé. C’est une épreuve de taille pour le mangaka qui non seulement doute beaucoup de lui-même lais qui n’a jamais vraiment quitté sa petite ile. J’avoue que ce second tome m’a bien fait rire, la jeune fan de 10 ans est assez extrême, on comprend mieux les comportements d’hystériques que l’on voit parfois à la télé. Et puis il y a le duo de Naruhiko et de son jeune assistant Toshi, le dernier s’amuse beaucoup des déboires du mangaka, il y a des dialogues souvent drôles. Mais on voit aussi toute la complexité du métier, comment il s’inspire des petites scènes du quotidien pour construire son histoire, et surtout les doutes et les angoisses de l’auteur confronté pour la 1ere fois de sa vie à un succès. Un manga fort sympathique où il fait bon de vivre. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/slice-of-life-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Nickad

    Slice of life tome 2

    Naruhiko fait pour la 1ère fois face à ses fans ! D’abord avec une fillette de 10 ans amoureuse d’un des personnages du manga et qui est complétement obsédée même au point de menacer les autres fans. Ensuite parce qu’il doit se rendre à Tokyo pour sa 1ère séance de dédicaces, une première pour lui car malgré ses 10 ans de carrière, on ne lui avait encore jamais proposé. C’est une épreuve de taille pour le mangaka qui non seulement doute beaucoup de lui-même lais qui n’a jamais vraiment quitté sa petite ile. J’avoue que ce second tome m’a bien fait rire, la jeune fan de 10 ans est assez extrême, on comprend mieux les comportements d’hystériques que l’on voit parfois à la télé. Et puis il y a le duo de Naruhiko et de son jeune assistant Toshi, le dernier s’amuse beaucoup des déboires du mangaka, il y a des dialogues souvent drôles. Mais on voit aussi toute la complexité du métier, comment il s’inspire des petites scènes du quotidien pour construire son histoire, et surtout les doutes et les angoisses de l’auteur confronté pour la 1ere fois de sa vie à un succès. Un manga fort sympathique où il fait bon de vivre.
  14. Nickad

    CONCOURS GOODIES

    jusqu’à

    Concours janvier 2023 - jour 6 Dans ce lot, vous trouverez plein de goodies en provenance de la Japan expo 20222 : le gobelet, tote-bag (illustrations différentes de chaque côté) et clear file Frieren, 3 magnets Spy x Family, des badges Ranking of Kings et Tokyo Revengers, des tours de tête One Piece, un marque page magnétique Tower of God, un pin's Jujutsu Kaisen Accompagnés bien sûr de posters, ex-libris, marque pages...
  15. Nickad

    Solo leveling tome 7

    Solo Leveling revient ! A la fin de la série, les auteurs avaient annoncés qu'il y aurait quelques chapitres épilogues. Le décès de Jang Sungrak (ou Seong Rak) alias DUBU en juillet dernier a retardé ces épisodes. Ce sont ses disciples qui ont repris la suite en lui rendant hommage La série a donc repris sont cours
  16. Nickad

    Webtoon

    Le webtoon est à la mode, les confinements et la crise sanitaire a permis son expansion numérique qui s'est vite transformée en expansion du livre physique en plus des plateformes de lecture en ligne. Retrouvez ici les éditeurs de Webtoon papier ! K!ADDICT KAMONDO Books KBOOKS (Delcourt) KI-OON KMICS KOTOON (Kurokawa) KOYOHAN OTOTO SIKKU (Michel Lafon) TAIFU VEGA (Dupuis)
  17. Nickad

    Webtoon

    Un genre particulier du Webtoon Le MURIM : le monde des arts martiaux coréens
  18. Nickad

    Webtoon

    PRESENTATION DU WEBTOON
  19. Titre de l'album : Raspoutine le patriote tome 2 Scenariste de l'album : NAGASAKI Takashi Dessinateur de l'album : ITO Junji Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt - Tonkam Note : Résumé de l'album : Celui qu'on appelle le Raspoutine du ministère des affaires étrangères a été arrêté par la brigade spéciale du ministère public de Tokyo. Pourquoi ce diplomate semble-t-il impliqué dans la rétrocession des îles du nord de Hokkaido par la Russie? Basé sur l'expérience personnelle de l'ancien diplomate Masaru Satô, ce récit présente son combat contre un procureur de la brigade spéciale au cours de ses interrogatoires quotidiens Critique : Yuki répond aux interrogatoires du procureur tous les jours. Il ne se laisse pas faire, non seulement il tient bon, ne cède pas à la pression mais il réfléchit aussi à tout ce qui se trame ou pourrait se tramer en arrière-plan. Cela lui permet de garder son calme et d’attaquer également le procureur. C’est alors que Tsuzuki est à son tour arrêté. Au départ je me suis demandé pourquoi Junji Itô était dessinateur dans cette série politique assez loin de son univers. Finalement son graphisme fait excessivement bien ressortir les émotions des personnages et toute la pression qu’il y a dans ces attaques verbales. De son côté le scénario retraçant une histoire vraie rappelons-le, est bien travaillé, on suit le déroulé de l’enquête au travers des interrogatoires. On voit les réflexions de Yuki qui passe en revue ses souvenirs pour analyser la situation et qui n’a aucun moyen de savoir si ce que l’on dit est vrai ou non. C’est un manga qui demande à réfléchir et à comprendre. D’un autre côté, on y dépeint aussi une justice manipulatrice et dérangeante où l’on ne peut que revenir à un questionnement universel : la fin justifie-t-elle les moyens ? Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/raspoutine-le-patriote-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. Nickad

    Raspoutine le patriote tome 2

    Yuki répond aux interrogatoires du procureur tous les jours. Il ne se laisse pas faire, non seulement il tient bon, ne cède pas à la pression mais il réfléchit aussi à tout ce qui se trame ou pourrait se tramer en arrière-plan. Cela lui permet de garder son calme et d’attaquer également le procureur. C’est alors que Tsuzuki est à son tour arrêté. Au départ je me suis demandé pourquoi Junji Itô était dessinateur dans cette série politique assez loin de son univers. Finalement son graphisme fait excessivement bien ressortir les émotions des personnages et toute la pression qu’il y a dans ces attaques verbales. De son côté le scénario retraçant une histoire vraie rappelons-le, est bien travaillé, on suit le déroulé de l’enquête au travers des interrogatoires. On voit les réflexions de Yuki qui passe en revue ses souvenirs pour analyser la situation et qui n’a aucun moyen de savoir si ce que l’on dit est vrai ou non. C’est un manga qui demande à réfléchir et à comprendre. D’un autre côté, on y dépeint aussi une justice manipulatrice et dérangeante où l’on ne peut que revenir à un questionnement universel : la fin justifie-t-elle les moyens ?
  21. Nickad

    CONCOURS GOODIES

    jusqu’à

    Concours janvier 2023 - jour 5 Parmi les cadeaux du jour : des post-it One punch Man, une serviette et des marque pages The quintessential Quintuplets, des baguettes Les carnets de l'apothicaire (japan expo), un shikichi dragon quest, un strap The rising of shield hero, un porte-clef so I'm spider so what, le 1er tome de blue exorcist Et en plus le 1er tome de Talento seven généreusement offert par kana
  22. Nickad

    Adieu Eri

    Titre de l'album : Adieu Eri Scenariste de l'album : FUJIMOTO Tatsuki Dessinateur de l'album : FUJIMOTO Tatsuki Coloriste : Editeur de l'album : Crunchyroll Note : Résumé de l'album : « Je veux que tu me filmes jusqu'à ma mort. » Yûta, adolescent mordu de cinéma, accomplit cette dernière volonté de sa mère avec un brio... explosif. Dépité par la réception de son court-métrage, il s'apprête à en finir à son tour. Lorsqu'il rencontre Eri. Cinéphile, comme lui, la mystérieuse jeune fille va inspirer Yûta et l'aider à réaliser un nouveau film... Après Look Back, Tatsuki Fujimoto revient explorer la frontière floue entre le réel et la fiction, pour livrer, dans ce troublant court-métrage dessiné, une vibrante déclaration d'amour au septième art. Critique : Il y a plusieurs histoires dans Adieu Eri, on ne sait pas vraiment ce qui est vrai, ce qui ne l’est pas et peu importe à vrai dire. Car ce qui est important c’est l’histoire, les images, ce que l’on peut en faire. Là où le scénario peut nous emmener. Et Le manga est riche de possibilités, les histoires sont imbriquées, comme si chacune incluait la précédente. On est d’abord un peu spectateur puis on est touché, submergé par l’émotion du scénario. Le sujet est délicat (filmer la fin d’un proche) et le propos interroge. Puis on revient vers une tranche de vie qui ressemble à un épilogue mais qui finalement ne l’est pas. Le manga est comme un film, ou plutôt comme plusieurs courts métrages, il est monté comme un storyboard, avec l’enchainement des plans, la mise au point des images, le jeu des acteurs. On ne sait jamais vraiment ce qui est filmé ou ce qui ne l’est pas, ce qui est histoire ou vérité. Adieu Eri est une expérience intéressante, d’abord déroutante et assez bouleversante car l’auteur est bon et sait nous emmener là où il veut. C’est un bel hommage au 7e art ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/adieu-eri?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Nickad

    Adieu Eri

    Il y a plusieurs histoires dans Adieu Eri, on ne sait pas vraiment ce qui est vrai, ce qui ne l’est pas et peu importe à vrai dire. Car ce qui est important c’est l’histoire, les images, ce que l’on peut en faire. Là où le scénario peut nous emmener. Et Le manga est riche de possibilités, les histoires sont imbriquées, comme si chacune incluait la précédente. On est d’abord un peu spectateur puis on est touché, submergé par l’émotion du scénario. Le sujet est délicat (filmer la fin d’un proche) et le propos interroge. Puis on revient vers une tranche de vie qui ressemble à un épilogue mais qui finalement ne l’est pas. Le manga est comme un film, ou plutôt comme plusieurs courts métrages, il est monté comme un storyboard, avec l’enchainement des plans, la mise au point des images, le jeu des acteurs. On ne sait jamais vraiment ce qui est filmé ou ce qui ne l’est pas, ce qui est histoire ou vérité. Adieu Eri est une expérience intéressante, d’abord déroutante et assez bouleversante car l’auteur est bon et sait nous emmener là où il veut. C’est un bel hommage au 7e art !
  24. Nickad

    Gannibal T11

    Elle avait de la volonté Gin !! A sa place, moi... AH que je suis contente de ne pas faire partie de la famille Gotô !!
  25. Nickad

    CONCOURS GOODIES

    jusqu’à

    Concours janvier 2023 - jour 4 Un lot pour les amateurs de culture coréenne et de webtoon avec : un tote-bag Webtoon, des stickers God of High school, des badges Kbooks, un sac + une to do list + un éventail The abandoned empress, un poster Tower of God, des cartes postales webtoon factory Mais aussi une carte animée Mieruko-chan : slice of horror, une plaque métallisée Les chefs-d'oeuvre de Lovecraf, un standee Attaque des titans, le tome 1 de Mashle, une maquette papier de One Piece
×
×
  • Créer...