Aller au contenu
  • S’inscrire

Nickad

Members
  • Compteur de contenus

    815
  • Inscription

  • Jours gagnés

    15

Tout ce qui a été posté par Nickad

  1. Le sexisme ordinaire, voilà un sujet intéressant et important, si de tels comportements étaient courants il y a quelques années et que la majorité des gens ne disaient rien car c’était la norme, l’heure actuelle est à la prise de conscience que ce soit pour ceux qui commettent les actes ou pour les victimes, car il faut comprendre que le sexisme est partout et quand on a grandi avec ces agissements dans une société patriarcale, il est difficile de se dire que ce n’est pas normal. J’ai eu l’occasion de suivre une formation en situation virtuelle et il est intéressant de voir à quel point le sexisme est présent dans la vie courante et bien que la majorité des victimes soient des femmes, certains hommes le subissent aussi et d’ailleurs, il n’y avait pas une seule personne à cette formation qui n’y avait pas déjà été confronté. J’attendais tellement de ce livre ! Et bien qu’il décrit très bien des situations inadmissibles à l’école et dans le milieu du mannequinat, bien qu’il montre à quel point la peur d’intervenir est présente (surtout pour les jeunes), il aurait pu être tellement plus fort ! J’aurais aimé que l’histoire se déroule dans une situation plus ordinaire (une situation familiale plus classique, un monde professionnel moins élitiste), montrer que le sexisme est omniprésent, cela aurait eu tellement plus d’impact ! Et puis, je regrette que la majorité du livre tourne autour des règles, car non seulement, c’est restrictif et il est dommage de se dire que c’est le seul aspect de la féminité avec lequel on peut lutter (c’est un peu le message qui reste de cette lecture).
  2. Titre de l'album : Notre guerre contre le sexisme ordinaire Scenariste de l'album : SHERRY Kev & MULLANE Mullane Dessinateur de l'album : VECCHIO Katia Coloriste : Editeur de l'album : Les humanoides associés Note : Résumé de l'album : À seize ans, Sélène est une féministe militante admirée de ses amis. Elle ne craint pas les petits caïds, ni même les professeurs, et n'hésite pas à leur tenir tête. Mais un jour la provocation va trop loin, et Sélène est humiliée publiquement. Désormais l'adolescente n'a plus qu'une idée en tête : dénoncer les comportements sexistes au lycée, à la manière forte s'il le faut. Critique : Le sexisme ordinaire, voilà un sujet intéressant et important, si de tels comportements étaient courants il y a quelques années et que la majorité des gens ne disaient rien car c’était la norme, l’heure actuelle est à la prise de conscience que ce soit pour ceux qui commettent les actes ou pour les victimes, car il faut comprendre que le sexisme est partout et quand on a grandi avec ces agissements dans une société patriarcale, il est difficile de se dire que ce n’est pas normal. J’ai eu l’occasion de suivre une formation en situation virtuelle et il est intéressant de voir à quel point le sexisme est présent dans la vie courante et bien que la majorité des victimes soient des femmes, certains hommes le subissent aussi et d’ailleurs, il n’y avait pas une seule personne à cette formation qui n’y avait pas déjà été confronté. J’attendais tellement de ce livre ! Et bien qu’il décrit très bien des situations inadmissibles à l’école et dans le milieu du mannequinat, bien qu’il montre à quel point la peur d’intervenir est présente (surtout pour les jeunes), il aurait pu être tellement plus fort ! J’aurais aimé que l’histoire se déroule dans une situation plus ordinaire (une situation familiale plus classique, un monde professionnel moins élitiste), montrer que le sexisme est omniprésent, cela aurait eu tellement plus d’impact ! Et puis, je regrette que la majorité du livre tourne autour des règles, car non seulement, c’est restrictif et il est dommage de se dire que c’est le seul aspect de la féminité avec lequel on peut lutter (c’est un peu le message qui reste de cette lecture). Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/notre-guerre-contre-le-sexisme-ordinaire?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Nickad

    Les caprices de la lune tome 1

    Luna et Ayumu ont un an d’écart et se connaissent depuis quelques années, le premier a toujours passé son temps à embêter la seconde. Ils se retrouvent dans le même lycée où Ayumu a bien l’intention de montrer qu’elle est l’ainée et ne plus se laisser faire. Pour être tout à fait honnête, je me suis ennuyée, le scénario est vu, revu et encore revu. Aucune originalité dans les personnages, aucune originalité dans le déroulé de l’histoire : dès les premières pages, on sait déjà ce qui va se passer. Après, si on fait abstraction de tous les autres shojos, le livre est agréable, la lecture fluide et le graphisme tout en rondeur, assez typique du genre. Les personnages sont sympathiques et le côté tête en l’air d’Ayumu plutôt mignon et apporte de la fraicheur. A réserver aux débutants…
  4. Titre de l'album : Les caprices de la lune tome 1 Scenariste de l'album : KIUCHI Ramune Dessinateur de l'album : KIUCHI Ramune Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Ayumu retrouve au lycée le garçon qui la taquinait au collège. Mais cette fois-ci, la jeune fille impopulaire compte bien prendre sa revanche sur le bellâtre. Pourtant, elle ne se rend pas compte que tout ce jeu n'est que l'expression puérile des sentiments amoureux de Luna à son égard. Ce dernier aimerait pouvoir ouvrir son cœur, mais il ignore encore comment le faire sans être rejeté... Critique : Luna et Ayumu ont un an d’écart et se connaissent depuis quelques années, le premier a toujours passé son temps à embêter la seconde. Ils se retrouvent dans le même lycée où Ayumu a bien l’intention de montrer qu’elle est l’ainée et ne plus se laisser faire. Pour être tout à fait honnête, je me suis ennuyée, le scénario est vu, revu et encore revu. Aucune originalité dans les personnages, aucune originalité dans le déroulé de l’histoire : dès les premières pages, on sait déjà ce qui va se passer. Après, si on fait abstraction de tous les autres shojos, le livre est agréable, la lecture fluide et le graphisme tout en rondeur, assez typique du genre. Les personnages sont sympathiques et le côté tête en l’air d’Ayumu plutôt mignon et apporte de la fraicheur. A réserver aux débutants… Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-caprices-de-la-lune-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Nickad

    Le bruit de la pluie

    Plus construite comme un documentaire avec un exemple concret, cette bande dessinée permet d’aborder le sujet douloureux de la tumeur au cerveau chez l’enfant. Elle revient rapidement sur les signes de la maladie et le traitement mais s’attarde sur les conséquences, sur les séquelles qui peuvent arriver, celles qui ne sont pas forcément visibles à l’œil nu (fatigue, problème de concentration, de mémorisation…) Cet ouvrage est comme un guide à destination des familles qui seraient touchées, qui permet de mieux comprendre la maladie et qui permet de faire découvrir les organismes et solutions pour aider l’enfant dans sa vie courante. Ce livre apporte surtout de l’espoir, la famille est soutenue, l’enfant grandit et arrive à mener une vie normale. L’histoire est vraiment concrète, on est vraiment dans des faits mais c’est abordé avec une certaine douceur, rendue en partie par des colorisations monochromes et des aquarelles.
  6. Nickad

    Le bruit de la pluie

    Titre de l'album : Le bruit de la pluie Scenariste de l'album : ALESSANDRA Joël Dessinateur de l'album : ALESSANDRA Joël Coloriste : Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Antoine et sa famille croquent la vie à pleines dents mais des signes inquiétants dans le comportement de l'enfant viennent troubler cette joyeuse ambiance. Le diagnostic révèle rapidement qu'Antoine est atteint d'une tumeur au cerveau. L'accompagnement de la famille, des amis, des enseignants et du corps médical s'avèrera essentiel dans sa guérison. Critique : Plus construite comme un documentaire avec un exemple concret, cette bande dessinée permet d’aborder le sujet douloureux de la tumeur au cerveau chez l’enfant. Elle revient rapidement sur les signes de la maladie et le traitement mais s’attarde sur les conséquences, sur les séquelles qui peuvent arriver, celles qui ne sont pas forcément visibles à l’œil nu (fatigue, problème de concentration, de mémorisation…) Cet ouvrage est comme un guide à destination des familles qui seraient touchées, qui permet de mieux comprendre la maladie et qui permet de faire découvrir les organismes et solutions pour aider l’enfant dans sa vie courante. Ce livre apporte surtout de l’espoir, la famille est soutenue, l’enfant grandit et arrive à mener une vie normale. L’histoire est vraiment concrète, on est vraiment dans des faits mais c’est abordé avec une certaine douceur, rendue en partie par des colorisations monochromes et des aquarelles. Autres infos : Edition Des ronds dans l'O Type de l'album : Roman graphique Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-bruit-de-la-pluie?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Nickad

    Tomie

    pas lu remina, d'ailleurs comme la plupart de ses œuvres en France c'était introuvable, et venus in the blind date de 2020 On va peut-être les voir arriver dans le catalogue Mangetsu...
  8. Nickad

    Tomie

    Sacrée expérience que la lecture de Tomie, cette œuvre qui lança la carrière de Junji Ito et qui débute la collection de l’auteur chez Mangetsu. Tomie est une jeune fille, extrêmement belle, qui ne laisse pas les hommes indifférents et attisent la jalousie des femmes ; mais une jeune fille destinée à avoir un destin tragique à chacune de ses renaissances. Si le principe de base était d’inventer un personnage qui pourrait se régénérer à partir d’un morceau de son corps, l’histoire est imprégnée de deux autres points importants de la vie de l’auteur : la mort d’un de ses amis quand il était adolescent et sa peur des femmes. Mais résumer Tomie à ces aspects serait vraiment restrictif. Tomie est d’abord l’incarnation du mal, le mal à l’état pur, sans état d’âme, qui devient de plus en plus violent mais c’est aussi une malédiction, destinée à ne jamais trouver le repos, à être assassinée à chaque fois. Et plus on lui fait du mal, plus il y a de Tomie. S’il y avait un fil conducteur entre les premiers chapitres, où l’on voyait bien d’où elle venait, Tomie a fini par prendre son indépendance, et les chapitres aussi ; comme si Tomie s’était répandue dans le monde pour mettre les humains face à leurs plus sombres instincts. Tomie est donc un manga incontournable, vous n’êtes pas obligé d’aimer, cela reste un manga d’horreur et l’univers de Junji Ito est assez particulier, par contre, il ne vous laissera pas indifférent. De plus, Mangetsu nous propose une édition de qualité avec une préface d'Alexandre Aja (réalisateur français) et une postface de Morolian, spécialiste de l’auteur qui revient sur l’origine de l’œuvre et en fait une analyse.
  9. Nickad

    Tomie

    Titre de l'album : Tomie Scenariste de l'album : ITÔ Junji Dessinateur de l'album : ITÔ Junji Coloriste : Editeur de l'album : Mangetsu Note : Résumé de l'album : Tomie Kawakami est le mal incarné. Reconnaissable entre mille grâce à ses longs cheveux noirs et son grain de beauté sous l’œil gauche, elle déclenche les passions chez tous les hommes qui croisent son regard, jusqu'à les pousser à l'assassiner dans d'atroces circonstances. Ce que ses amants ne savent pas, c'est qu'une fois sous son emprise démoniaque, il est impossible de lui échapper et que la mort elle-même fait partie de son plan de conquête. Ses victimes, partagées entre l'amour et la folie, vont petit à petit réaliser l'indicible : peu importe le nombre de fois qu'ils la tueront, le monde ne pourra jamais se débarrasser de Tomie. Pire, son pouvoir ne fait que grandir inlassablement à chacune de ses renaissances. Critique : Sacrée expérience que la lecture de Tomie, cette œuvre qui lança la carrière de Junji Ito et qui débute la collection de l’auteur chez Mangetsu. Tomie est une jeune fille, extrêmement belle, qui ne laisse pas les hommes indifférents et attisent la jalousie des femmes ; mais une jeune fille destinée à avoir un destin tragique à chacune de ses renaissances. Si le principe de base était d’inventer un personnage qui pourrait se régénérer à partir d’un morceau de son corps, l’histoire est imprégnée de deux autres points importants de la vie de l’auteur : la mort d’un de ses amis quand il était adolescent et sa peur des femmes. Mais résumer Tomie à ces aspects serait vraiment restrictif. Tomie est d’abord l’incarnation du mal, le mal à l’état pur, sans état d’âme, qui devient de plus en plus violent mais c’est aussi une malédiction, destinée à ne jamais trouver le repos, à être assassinée à chaque fois. Et plus on lui fait du mal, plus il y a de Tomie. S’il y avait un fil conducteur entre les premiers chapitres, où l’on voyait bien d’où elle venait, Tomie a fini par prendre son indépendance, et les chapitres aussi ; comme si Tomie s’était répandue dans le monde pour mettre les humains face à leurs plus sombres instincts. Tomie est donc un manga incontournable, vous n’êtes pas obligé d’aimer, cela reste un manga d’horreur et l’univers de Junji Ito est assez particulier, par contre, il ne vous laissera pas indifférent. De plus, Mangetsu nous propose une édition de qualité avec une préface d'Alexandre Aja (réalisateur français) et une postface de Morolian, spécialiste de l’auteur qui revient sur l’origine de l’œuvre et en fait une analyse. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/tomie?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Nickad

    A sign of affection tome 2

    Itsuomi et Yuki semblent s’être rapprochés, mais si du côté de Yuki, elle commence à prendre conscience qu’elle éprouve de l’amour, cela semble moins évident du côté d’Itsuomi. En effet, on apprend quel son projet d’avenir et le doute est permis quant à son comportement : est-il vraiment attiré par Yuki ou se rapproche-t-il d’elle par commodité par rapport à son handicap ? (Par exemple, pour mieux lire sur son téléphone portable quand elle veut lui parler) L’histoire est toujours remplie de beaucoup de douceur, et comme elle se déroule du point de vue de Yuki, on se rend compte de toutes les difficultés ou différences qu’elle peut avoir dans son quotidien que ce soit dans la communication ou dans les interactions avec le monde extérieur. Le manga ne fait pas de clichés, il ne rentre pas dans l’apitoiement, il se contente de montrer la vie d’une personne malentendante et nous propose une belle romance.
  11. Titre de l'album : A sign of affection tome 2 Scenariste de l'album : MORISHITA Suu Dessinateur de l'album : MORISHITA Suu Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Yuki et Itsuomi sont de plus en plus attirés l'un par l'autre. La jeune femme a bien compris qu'elle ressent plus qu'une simple curiosité pour ce dernier. Et malgré les reproches d'Ôshi, un de ses amis d'enfance, elle est bien déterminée à apprendre à mieux connaître celui sur qui elle a jeté son dévolu. Aidée par Rin lors d'une sortie peu habituelle, elle pourrait bien trouver l'occasion de se rapprocher d'Itsuomi... Critique : Itsuomi et Yuki semblent s’être rapprochés, mais si du côté de Yuki, elle commence à prendre conscience qu’elle éprouve de l’amour, cela semble moins évident du côté d’Itsuomi. En effet, on apprend quel son projet d’avenir et le doute est permis quant à son comportement : est-il vraiment attiré par Yuki ou se rapproche-t-il d’elle par commodité par rapport à son handicap ? (Par exemple, pour mieux lire sur son téléphone portable quand elle veut lui parler) L’histoire est toujours remplie de beaucoup de douceur, et comme elle se déroule du point de vue de Yuki, on se rend compte de toutes les difficultés ou différences qu’elle peut avoir dans son quotidien que ce soit dans la communication ou dans les interactions avec le monde extérieur. Le manga ne fait pas de clichés, il ne rentre pas dans l’apitoiement, il se contente de montrer la vie d’une personne malentendante et nous propose une belle romance. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/a-sign-of-affection-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. Nickad

    Given tomes 5 et 6

    Mafuyu a hérité de la guitare de son défunt petit ami, il rencontre une jour Uenoyama, guitariste qui a un peu perdu son envie de jouer. Ce dernier va découvrir que Mafuyu a une super voix et va l’inviter à rejoindre son groupe. Given, c’est une histoire qui mêle habilement musique et amour. Et bien que ce soit un yaoi, car on suit les amours de garçons principalement, ne vous attendez pas à des scènes de sexes explicites, ce sont les sentiments qui sont mis en avant : le 1er amour, pur et innocent, l’amour à sens unique, l’amour déçu et l’amour perdu par la disparition d’un être cher. En plus de cela, la musique est tout aussi importante, elle est abordée du côté passionnel où elle supplante les relations humaines, mais elle est là aussi comme moyen d’expression, mettre des mots sur des sentiments que l’on a du mal à exprimer autrement. Given est un manga très équilibré entre relations humaines et ascension du groupe, desservie par un scénario travaillé et un graphisme agréable. Deux très bon tomes qui ne faiblissent pas côté intensité et émotions. Au niveau du ressenti, de l’impression que m’a laissé la lecture, c’est la citation de Musset qui m’ait venue à l’esprit « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots ».
  13. Nickad

    Given tomes 5 et 6

    Titre de l'album : Given tomes 5 et 6 Scenariste de l'album : KIZU Natsuki Dessinateur de l'album : KIZU Natsuki Coloriste : Editeur de l'album : Taifu Note : Résumé de l'album : Uenoyama est un lycéen féru de guitares et de basket. Seulement, la passion qui l'animait semble s'être éteinte pour laisser place à un quotidien morne, rythmé par de simples siestes. Un jour, il tombe sur Mafuyu, qui s'est endormi à l'un de ses endroits favoris, une superbe guitare Gibson serrée contre lui. Ce dernier le supplie alors de la réparer et de lui apprendre à en jouer. Si Uenoyama refuse catégoriquement au début, il finit par l'aider et va même jusqu'à l'intégrer dans son groupe.Il découvre derrière la candeur de Mafuyu un talent incroyable et bouleversant. Malheureusement, ce dernier est également hanté par un lourd traumatisme qui l'empêche de s'exprimer pleinement... (résumé du tome 5) Mafuyu n'arrive toujours pas à coucher sur le papier des paroles qui lui conviennent pour leur nouvelle chanson. Trouvera-t-il l'inspiration avant la troisième étape du concours qui approche à grands pas ? Dernière étape durant laquelle, pendant deux jours, les dix groupes finalistes vont devoir s'affronter pour remporter la victoire. Critique : Mafuyu a hérité de la guitare de son défunt petit ami, il rencontre une jour Uenoyama, guitariste qui a un peu perdu son envie de jouer. Ce dernier va découvrir que Mafuyu a une super voix et va l’inviter à rejoindre son groupe. Given, c’est une histoire qui mêle habilement musique et amour. Et bien que ce soit un yaoi, car on suit les amours de garçons principalement, ne vous attendez pas à des scènes de sexes explicites, ce sont les sentiments qui sont mis en avant : le 1er amour, pur et innocent, l’amour à sens unique, l’amour déçu et l’amour perdu par la disparition d’un être cher. En plus de cela, la musique est tout aussi importante, elle est abordée du côté passionnel où elle supplante les relations humaines, mais elle est là aussi comme moyen d’expression, mettre des mots sur des sentiments que l’on a du mal à exprimer autrement. Given est un manga très équilibré entre relations humaines et ascension du groupe, desservie par un scénario travaillé et un graphisme agréable. Deux très bon tomes qui ne faiblissent pas côté intensité et émotions. Au niveau du ressenti, de l’impression que m’a laissé la lecture, c’est la citation de Musset qui m’ait venue à l’esprit « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots ». Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/given-tome-6?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Nickad

    Nijigahara holograph

    il y a 3 moments pour cette scène, les 3 se passent quand ils sont adultes mais pas au même moment, la 1ere fois, c'est juste après que kota, mikoto et arakawa se retrouve sur la berge (chapitre 8). Après dans l'épilogue, il y a deux temporalités mélangées : quand mikoto parle, le temps n'est pas vraiment défini, c'est sans doute quelque chose qu'il faisait régulièrement (d'ailleurs ce passage revient sur le 2eme prologue mais on ne voit pas la table à ce moment), je pense qu'on est dans l'illusion, il parle à un mannequin censé représenté Arie car finalement il l'a toujours cherchée et attendue. Et la dernière image c'est le dur retour à la réalité. Enfin, c'est comme ça que je le comprends
  15. Nickad

    Nijigahara holograph

    J'ai fini la lecture et franchement, ce n'est pas un manga facile à aborder car il est très complexe, d'abord par sa construction (le fait que les 2 époques soient imbriquées), par un mélange de réalité et d'illusions et par les thèmes abordés. S'il y a des événements concrets : ce qui s'est passé quand les personnages étaient enfants et leurs vies à l'époque actuelle (en passant une critique sur la peur de l'inconnu, sur les relations parents-enfants et sur la violence entre enfants qui sont très cash dans leurs comportements), il y a également toute une partie philosophique : Amahiko dépourvu devant la vacuité de sa vie, qui espère à un moment trouver une réponse dans la religion. Une approche de l'absurde telle qu'on peut la retrouver chez Camus ou Sartre; et aussi, une forte influence de la mythologie nippone avec la présence des papillons qui représentent l'âme des défunts. Et que penser de la similitude entre le 1er prologue et l'épilogue ? Est-ce qu'il n'y aurait pas une réflexion sur la destinée ? Même 2 lectures ne suffisent pas à décortiquer et comprendre l'ensemble, il faudrait faire une analyse plus poussée. Finalement quand on revient sur les 2 premières pages, on se rend compte qu'il y a les clés de compréhension du livre. Asano nous pousse à la réflexion, il faut non seulement remettre les pièces du puzzle dans l'ordre mais aussi être attentif à chaque détail. Moi non plus je n'ai pas encore tout saisi et je suis sûre que l'on découvre de nouvelles choses à chaque lecture
  16. Nickad

    Black marriage tome 1

    AIKAWA Saki est une autrice assez connue, c’est sa 12eme série à être publiée en France et sa plus récente (4 tomes en cours). Rien qu’à voir la couverture, on reconnait son trait et on sait que l’on va avoir un shojo de qualité. Si certains aspects de l’histoire ont déjà été abordés dans d’autres mangas : aide financière contre mariage, orpheline qui doit se débrouiller et travailler, ami d’enfance secrètement amoureux, star qui sort avec une élève … il ne me semble pas les avoir vus dans un seul shojo. Le dessin de Aikawa est agréable, avec beaucoup de rondeur comme dans les shojo, il y a des décors en arrière-plan soignés, l’histoire est fluide et ne manque pas de rebondissements. C’est un bon manga, bien fait où l’on ne s’ennuie pas. Extrait : Editions Delcourt - Découvrez l’actualité Bande Dessinée, Manga, Comics et Jeunesse (editions-soleil.fr)
  17. Nickad

    Black marriage tome 1

    Titre de l'album : Black marriage tome 1 Scenariste de l'album : AIKAWA Saki Dessinateur de l'album : AIKAWA Saki Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Suite au décès de ses parents, Akari, une lycéenne, hérite d'un orphelinat. Cependant, celui-ci est menacé car le propriétaire souhaite vendre les lieux. Un beau jour, alors que la jeune femme négocie ardemment pour éviter la vente, un mystérieux jeune homme rachète la maison et l'offre à Akari pour sauver l'orphelinat. Seulement, il y a une contrepartie : elle doit épouser le bel inconnu ! Critique : AIKAWA Saki est une autrice assez connue, c’est sa 12eme série à être publiée en France et sa plus récente (4 tomes en cours). Rien qu’à voir la couverture, on reconnait son trait et on sait que l’on va avoir un shojo de qualité. Si certains aspects de l’histoire ont déjà été abordés dans d’autres mangas : aide financière contre mariage, orpheline qui doit se débrouiller et travailler, ami d’enfance secrètement amoureux, star qui sort avec une élève … il ne me semble pas les avoir vus dans un seul shojo. Le dessin de Aikawa est agréable, avec beaucoup de rondeur comme dans les shojo, il y a des décors en arrière-plan soignés, l’histoire est fluide et ne manque pas de rebondissements. C’est un bon manga, bien fait où l’on ne s’ennuie pas. Extrait : Editions Delcourt - Découvrez l’actualité Bande Dessinée, Manga, Comics et Jeunesse (editions-soleil.fr) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/black-marriage-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Nickad

    The cave king t1

    Fais-toi plaisir ... Le héros passe quand même très vite du niveau 0 à très élevé je trouve. Tu verras dans chillin life (qui est vraiment un isekai) c'est encore plus rapide (comme dans réincarné dans un autre monde... )
  19. Nickad

    The cave king t1

    ben juste un livre de fantasy. D'ailleurs, l'histoire d’emblème sur la main, je l'ai déjà vu dans un autre manga mais je ne me souviens plus du nom...
  20. Nickad

    The cave king t1

    Je te rejoins sur le côté distraction et pas prise de tête du manga. Mais ceci n'est PAS un isekai , le héros n'a pas changé de monde il a juste été exilé. A part ça, la vraie originalité c'est que son "royaume" est une grotte. Après, je regrette que ça tourne au "je réussis tout facilement" et ce que je regrette encore plus c'est la transformation de Liena afin que son physique corresponde plus aux critères de beauté humain. Mais cela reste un bon moment de détente.
  21. Nickad

    Légende vivante tome 1

    Dans un monde d’heroic fantasy, trois hommes se battent côte à côte contre le roi des démons, il y a le héros, le mage et le guerrier. Leur victoire n’est pas assurée et pour pouvoir reprendre la lutte plus tard, Luck le mage doit protéger le héros. Il reste en retrait, combat seul la horde de démon, sans s’arrêter, sans avoir la notion du temps passé. Et quand enfin, il y met un terme et pars rejoindre ces compagnons pour d’autres aventures, il a non seulement rajeuni mais 10 ans ont passés. Souvent dans ce genre d’histoire on a la rencontre des héros, leur apprentissage et évolution jusqu’au combat final mais rarement ce qui se passe après. C’est donc une approche originale que nous propose le manga : est-ce que tout est fini quand le roi des démons meurt ? Que deviennent les héros après ? Continuent-ils leurs aventures ? Fondent-ils une famille ? Est-ce qu’ils deviennent célèbres ou tombent-ils dans l’oubli ? Et que va faire Luck ? Comment va-t-il trouver sa place dans ce monde où il est devenu une légende ? Aucun temps mort dans ce premier volume, l’histoire est intéressante, le dessin agréable, le manga ne manque ni d’action ni d’humour, surtout quand Luck découvre toute la légende autour de lui. Adapté d’un roman, c’est un très bon début pour cette série qui compte 6 volumes à l’heure actuelle. extrait : https://www.editions-delcourt.fr/mangas/preview/legende-vivante-t01
  22. Titre de l'album : Légende vivante tome 1 Scenariste de l'album : EZO Gingitsune Dessinateur de l'album : ABENO Chako Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : « Laissez-moi faire, partez devant ! » pour permettre à ses compagnons de fuir et éviter l'annihilation totale, Luck décide de se battre seul contre un nombre infini de démons. Il finit par terrasser le roi des démons mais, lors de son retour à la civilisation, il se rend compte que dix ans se sont écoulés... Considéré comme le sauveur du monde, il est maintenant devenu une LÉGENDE VIVANTE. Critique : Dans un monde d’heroic fantasy, trois hommes se battent côte à côte contre le roi des démons, il y a le héros, le mage et le guerrier. Leur victoire n’est pas assurée et pour pouvoir reprendre la lutte plus tard, Luck le mage doit protéger le héros. Il reste en retrait, combat seul la horde de démon, sans s’arrêter, sans avoir la notion du temps passé. Et quand enfin, il y met un terme et pars rejoindre ces compagnons pour d’autres aventures, il a non seulement rajeuni mais 10 ans ont passés. Souvent dans ce genre d’histoire on a la rencontre des héros, leur apprentissage et évolution jusqu’au combat final mais rarement ce qui se passe après. C’est donc une approche originale que nous propose le manga : est-ce que tout est fini quand le roi des démons meurt ? Que deviennent les héros après ? Continuent-ils leurs aventures ? Fondent-ils une famille ? Est-ce qu’ils deviennent célèbres ou tombent-ils dans l’oubli ? Et que va faire Luck ? Comment va-t-il trouver sa place dans ce monde où il est devenu une légende ? Aucun temps mort dans ce premier volume, l’histoire est intéressante, le dessin agréable, le manga ne manque ni d’action ni d’humour, surtout quand Luck découvre toute la légende autour de lui. Adapté d’un roman, c’est un très bon début pour cette série qui compte 6 volumes à l’heure actuelle. extrait : https://www.editions-delcourt.fr/mangas/preview/legende-vivante-t01 Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/legende-vivante-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Nickad

    Le secret de Madoka

    sans aucun problème ! et je dirai même que c'est bien que les jeunes le lise !
  24. Nickad

    Nijigahara holograph

    il est dans mon tas des livres à lire, je vais le lire cette semaine, comme ça je te donnerais mon avis
  25. Nickad

    Hana l'inaccessible tome 3

    Hana a fait sa déclaration, Tsuyoshi lui a répondu, leur amour est réciproque, seulement il ne veut pas encore sortir avec elle, il souhaite devenir un homme digne d’elle avant de pouvoir le faire. Un tome particulièrement mièvre, nos deux amoureux sont gênés l’un par rapport à l’autre, rougissent pour un rien… on ne croirait vraiment pas qu’ils sont adultes ! Le manga n’est pas désagréable mais ce qui est mignon à 10 ans l’est beaucoup moins à 27 ! Il ne se passe donc pas grand-chose dans ce volume, l’auteur fait trainer en longueur les regards, met 4 pages quand 1 suffirait… Heureusement que la fin du tome apporte des changements qui provoqueront surement des rebondissements et du dynamisme pour la suite !! Un peu de piquant serait bienvenu.
×
×
  • Créer...