Aller au contenu
  • S’inscrire

alx23

Les gardiens du post
  • Compteur de contenus

    12 040
  • Inscription

  • Jours gagnés

    41

Tout ce qui a été posté par alx23

  1. Titre de l'album : Macadam Shooters Tome 1 Scenariste de l'album : Mike Zonnenberg Dessinateur de l'album : Roger Vidal Coloriste : Roger Vidal Editeur de l'album : Steinkis Note : Résumé de l'album : La guerre des gangs va-t-elle éclater ? Depuis que la crise économique a frappé Briquestone, les adultes ont quitté la ville. Pour survivre, les jeunes qui ont décidé de rester se sont réunis en bande et en ont pris le contrôle. Les clans les plus forts se sont installés dans des squats stratégiques et règnent en maître sur leur territoire. Ils s'affrontent dans les rues et sont appelés les Macadam Shooters. Les Kingstones squattent l'ancienne usine textile à l'Ouest de la ville et cherchent à retrouver une vie dans ce chaos. Mais l'atmosphère est électrique et même si la trêve a été déclarée, la paix est si fragile que la moindre étincelle risque de déclencher un nouveau conflit... Critique : Macadam Shooters est le premier tome d'une série pour adolescents ou jeunes ados. L'histoire n'est pas sans rappeler la guerre des boutons mais remis au gout du jours avec des bandes de jeunes qui se battent pour conserver leur territoire ou en gagner. Les bandes suivent un règlement strict en trois règles lors des affrontements avec des lances pierres et toutes les autres armes improvisés pour combattre. Dans ce premier tome, les auteurs nous donnent le contexte avec une ville pratiquement abandonnée à la suite de la fermeture de l'usine principale. Ensuite on rencontre les bandes les plus importantes et leur projet de conquête. Les dessins de Roger Vidale sont de qualité et soignés pour mettre en image la ville désertée et industrielles. Les scènes de combats sont dynamiques et bien rythmées. Les jeunes lecteurs devraient trouver leur compte avec cette introduction. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/macadam-shooters/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. J'ai bien aimé aussi ce premier tome et Olivier Peru avait déjà assuré avec la série zombies, d'ailleurs je me rappelle même plus si on avait eu une fin.
  3. alx23

    Highland games

    Highland games mélange fiction et réalité avec une équipe de lancer de marteau breton dont le coach souhaite participer aux highland games en Ecosse. Fabien Grolleau écrit le scénario de cette histoire en se basant sur les faits relatés des vrais élèves de l'équipe bretonne. Ensuite l'auteur met en place tout le voyage mais aussi l'avant voyage pour débloquer des fonds afin de financer et trouver des sponsors. L'histoire ne manque pas d'humour avec cette équipe et le coach un peu loufoque qui dessine cette bande dessinée. Quelques photos des aventures de l'équipe sont en fin d'album en bonus et en hommage aux véritables personnes. Les dessins sont de qualité avec un coté caricatural mais proche de la réalité surtout quand on peut comparer en fin d'album avec les photos. Highland games est une aventure sympathique avec un sport peu développé ou peu médiatisé en tout cas. La lecture de cet album est agréable et un bon moment en compagnie de l’équipe.
  4. alx23

    Highland games

    Titre de l'album : Highland games Scenariste de l'album : Fabien Grolleau Dessinateur de l'album : Nicolas Cado Coloriste : Nicolas Cado Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Fascinés par les jeux traditionnels écossais, où leurs lointains cousins en kilt lancent des troncs d'arbres et des rochers, de jeunes bretons et leur coach bougon partent à l'aventure. Avec la vieille camionnette du club, direction les highlands afin de participer à la compétition ! Le fourgon et l'équipe résisteront-ils à cette épopée entre fiction et réalité de plus de mille kilomètres ? Critique : Highland games mélange fiction et réalité avec une équipe de lancer de marteau breton dont le coach souhaite participer aux highland games en Ecosse. Fabien Grolleau écrit le scénario de cette histoire en se basant sur les faits relatés des vrais élèves de l'équipe bretonne. Ensuite l'auteur met en place tout le voyage mais aussi l'avant voyage pour débloquer des fonds afin de financer et trouver des sponsors. L'histoire ne manque pas d'humour avec cette équipe et le coach un peu loufoque qui dessine cette bande dessinée. Quelques photos des aventures de l'équipe sont en fin d'album en bonus et en hommage aux véritables personnes. Les dessins sont de qualité avec un coté caricatural mais proche de la réalité surtout quand on peut comparer en fin d'album avec les photos. Highland games est une aventure sympathique avec un sport peu développé ou peu médiatisé en tout cas. La lecture de cet album est agréable et un bon moment en compagnie de l’équipe. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/highland-games/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. alx23

    Yojimbot t1

    Le tome 2 est prévu pour fin janvier !
  6. alx23

    Prochaines sorties...

    Je vois que j'avais oublié de te répondre Pos ! Je ne reçois jamais d'album aussi gros de Panini.
  7. Tant mieux, car j'ai souvenir d'avoir été un peu déçu au niveau du scénario du premier tome. J'enchainerai les deux comme toi
  8. alx23

    Monstres

    Barry Windsor-Smith est avant un dessinateur de renommé dans le milieu des comics, avec plusieurs participations sur Conan le barbare, Wolverine ou encore Daredevil. Aujourd'hui, les éditions Delcourt nous permettent de découvrir Monstres un roman graphique imposant avec plus de 350 pages de lectures. Barry Windsor-Smith s'était lancé dans l'écriture d'un récit sur la vie et la psychologie d'Hulk, mais l'histoire a été jugée trop sombre à l'époque. L'auteur a conservé son idée de base en la transformant au fur et à mesure pour devenir indépendante des super-héros, tout en gardant un côté fantastique. Monstres est donc le résultat de plusieurs d'années d'écriture et de dessins. Ce roman graphique se déroule sur plusieurs époques de la vie de Bobby Bailey mais aussi celle de son père à la fin de la seconde guerre mondiale. On plonge dans les dérives des docteur nazis et de leurs expérimentations pour finir aux Etats-Unis au début des années 60. L'auteur gère la partie graphique avec beaucoup de maitrise pour la mise en scène dans un style très réaliste. L'ensemble des dessins est en noir et blanc proche des productions EC Comics. L’histoire est rondement menée malgré les thèmes abordés déjà utilisés de nombreuses fois en bande dessinée ou dans les films. Barry Windsor-Smith signe une œuvre forte avec Monstres.
  9. alx23

    Monstres

    Titre de l'album : Monstres Scenariste de l'album : Barry Windsor-Smith Dessinateur de l'album : Barry Windsor-Smith Coloriste : Barry Windsor-Smith Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Windsor Smith fait remonter la personnalité complexe de ce monstre iconique à une enfance maltraitée, doublée d'expérimentations scientifiques menées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à partir d'essais scientifiques nazis. Autrement dit : comment la société américaine des années 1950 a engendré un monstre à partir d'autres monstres. Critique : Barry Windsor-Smith est avant un dessinateur de renommé dans le milieu des comics, avec plusieurs participations sur Conan le barbare, Wolverine ou encore Daredevil. Aujourd'hui, les éditions Delcourt nous permettent de découvrir Monstres un roman graphique imposant avec plus de 350 pages de lectures. Barry Windsor-Smith s'était lancé dans l'écriture d'un récit sur la vie et la psychologie d'Hulk, mais l'histoire a été jugée trop sombre à l'époque. L'auteur a conservé son idée de base en la transformant au fur et à mesure pour devenir indépendante des super-héros, tout en gardant un côté fantastique. Monstres est donc le résultat de plusieurs d'années d'écriture et de dessins. Ce roman graphique se déroule sur plusieurs époques de la vie de Bobby Bailey mais aussi celle de son père à la fin de la seconde guerre mondiale. On plonge dans les dérives des docteur nazis et de leurs expérimentations pour finir aux Etats-Unis au début des années 60. L'auteur gère la partie graphique avec beaucoup de maitrise pour la mise en scène dans un style très réaliste. L'ensemble des dessins est en noir et blanc proche des productions EC Comics. L’histoire est rondement menée malgré les thèmes abordés déjà utilisés de nombreuses fois en bande dessinée ou dans les films. Barry Windsor-Smith signe une œuvre forte avec Monstres. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/monstres-209664/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. alx23

    Harley-Joker Criminal sanity

    Je viens de regarder les dessins et ça pourrait bien me plaire en plus c'est thriller bien dark, c'est pour moi
  11. alx23

    Frank Lee, l'après Alcatraz

    Oui, c'est une erreur de ma part mais comme je l'ai depuis longtemps, j'ai confondu les dates
  12. alx23

    Frank Lee, l'après Alcatraz

    ça doit pas être évident de vivre en cavale toute une vie, mais il y a des infos dans la BD.
  13. alx23

    Frank Lee, l'après Alcatraz

    Quand on pense à Alcatraz, on a tous en tête le film inspiré de l'évasion spectaculaire des trois détenus avec Clint Eastwood. A ce jour, les trois évadés n'ont jamais été retrouvé par les autorités. Hasteda va construire son intrigue autour du Frank Lee mais surtout spéculer sur sa vie après son évasion. A l'aide de flashback, l'auteur revient sur les moments forts de l'évasion et de la préparation du plan durant ces deux années d'incarcération. En parallèle, on suit Frank dans une vie qu'il aurait pu potentiellement vivre. L'histoire est prenante et l'on aime à croire que le héros de l'histoire puisse se rendre à l'avant-première du film qui retrace son passage à Alcatraz. Les dessins de Ludovic Chesnot sont parfaits, j'avais beaucoup aimé sa prestation sur des histoires des Doggybags ou le one shot Mapple square. Le découpage des planches ainsi que les angles de vues sont très bien gérés par Chesnot. Le format de l'album plus grand que les doggybags permet de profiter de ses dessins. Il y a beaucoup de dynamisme et de mouvement dans son trait. L'album se termine sur quelques recherches graphiques de l'auteur et de l'histoire de Frank Lee. Frank Lee, l'après Alcatrz est une fiction bien ficelée pour être crédible en se basant sur quelques éléments détaillés en fin d'album.
  14. Titre de l'album : Frank Lee, l'après Alcatraz Scenariste de l'album : Hasteda Dessinateur de l'album : Ludovic Chesnot Coloriste : Ludovic Chesnot Editeur de l'album : Ankama Note : Résumé de l'album : Frank Lee Morris, un adepte du braquage, un quotient intellectuel supérieur à la normale et un artiste de l'évasion comme le mentionne sa fiche d'admission au centre pénitentiaire d'Alcatraz. Son plus haut fait d'arme est de s'être évadé de la prison la plus sécurisée des États-Unis dans la nuit du 11 juin 1962 ; son corps et celui de ses deux complices ne furent jamais retrouvés. Pourtant présumés morts par noyade, le FBI n'a jamais cessé les recherches. Aujourd'hui encore, le dossier reste ouvert. Pourrait-il être en vie et quelle aurait été sa vie après l'évasion de la terrible prison d'Alcatraz ?! Critique : Quand on pense à Alcatraz, on a tous en tête le film inspiré de l'évasion spectaculaire des trois détenus avec Clint Eastwood. A ce jour, les trois évadés n'ont jamais été retrouvé par les autorités. Hasteda va construire son intrigue autour du Frank Lee mais surtout spéculer sur sa vie après son évasion. A l'aide de flashback, l'auteur revient sur les moments forts de l'évasion et de la préparation du plan durant ces deux années d'incarcération. En parallèle, on suit Frank dans une vie qu'il aurait pu potentiellement vivre. L'histoire est prenante et l'on aime à croire que le héros de l'histoire puisse se rendre à l'avant-première du film qui retrace son passage à Alcatraz. Les dessins de Ludovic Chesnot sont parfaits, j'avais beaucoup aimé sa prestation sur des histoires des Doggybags ou le one shot Mapple square. Le découpage des planches ainsi que les angles de vues sont très bien gérés par Chesnot. Le format de l'album plus grand que les doggybags permet de profiter de ses dessins. Il y a beaucoup de dynamisme et de mouvement dans son trait. L'album se termine sur quelques recherches graphiques de l'auteur et de l'histoire de Frank Lee. Frank Lee, l'après Alcatrz est une fiction bien ficelée pour être crédible en se basant sur quelques éléments détaillés en fin d'album. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/frank-lee-l-apres-alcatraz?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. alx23

    Prochaines sorties...

    Il dessine pas du tout !! Je viens de regarder et c'est Matteo Scalera, dommage bon après a voir les dessins de Scalera
  16. alx23

    Prochaines sorties...

    Il sort par le 12 novembre ce comics ?
  17. J'ai découvert Lou Lubie avec Goupil ou face, un album sur les personnes bipolaires et cette maladie peu connue. Aujourd'hui, l'autrice revient avec un album plus léger et plein d'humour avec Et à la fin, ils meurent, La sale vérité sur les contes. Ce roman graphique est avant tout un joli livre avec les pages dorées couleur or comme les vieux livres d'époque. Ce livre est une analyse des contes de notre jeunesse mais pour un public adulte. Pour écrire son étude, Lou Lubie se base sur les versions des contes des frères Grimm, de Perrault, de Basile ou alors d'auteurs inconnus et plus vieux. On va s'apercevoir dès les premières pages que les premières versions des contes n'étaient pas destinés aux plus jeunes. A chaque génération, Basile, Perrault ou les frères Grimm réécrivaient les contes en les adaptant à leur public. Plusieurs contes sont décortiqués et analysés comme Cendrillon, Blanche neige, le chaperon rouge et d'autres moins connus ou alors que je ne connaissais pas. Lou Lubie met en scène les contes avec beaucoup d'humour dans les dialogues et situations. Elle réalise également les dessins dans un style minimaliste avec quelques couleurs. Les contes étaient encore bien exploités dernièrement comme Walt Disney qui a redonné une nouvelle mouture pour convenir à un plus large public en version animé. Et à la fin, ils meurent est un roman graphique plein d’humour avec une analyse pertinente.
  18. Titre de l'album : Et à la fin, ils meurent - La sale vérité sur les contes Scenariste de l'album : Lou Lubie Dessinateur de l'album : Lou Lubie Coloriste : Lou Lubie Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : De l'Antiquité à Perrault et Grimm, Lou Lubie présente les versions authentiques et croustillantes des contes, où la fin heureuse s'arrose à la vodka et le prince n'est pas si charmant. À travers ces récits savoureux, l'autrice aborde avec humour une réflexion sur l'éthique des contes : violence, sexisme, racisme... une exploration culturelle et littéraire passionnante ! Critique : J'ai découvert Lou Lubie avec Goupil ou face, un album sur les personnes bipolaires et cette maladie peu connue. Aujourd'hui, l'autrice revient avec un album plus léger et plein d'humour avec Et à la fin, ils meurent, La sale vérité sur les contes. Ce roman graphique est avant tout un joli livre avec les pages dorées couleur or comme les vieux livres d'époque. Ce livre est une analyse des contes de notre jeunesse mais pour un public adulte. Pour écrire son étude, Lou Lubie se base sur les versions des contes des frères Grimm, de Perrault, de Basile ou alors d'auteurs inconnus et plus vieux. On va s'apercevoir dès les premières pages que les premières versions des contes n'étaient pas destinés aux plus jeunes. A chaque génération, Basile, Perrault ou les frères Grimm réécrivaient les contes en les adaptant à leur public. Plusieurs contes sont décortiqués et analysés comme Cendrillon, Blanche neige, le chaperon rouge et d'autres moins connus ou alors que je ne connaissais pas. Lou Lubie met en scène les contes avec beaucoup d'humour dans les dialogues et situations. Elle réalise également les dessins dans un style minimaliste avec quelques couleurs. Les contes étaient encore bien exploités dernièrement comme Walt Disney qui a redonné une nouvelle mouture pour convenir à un plus large public en version animé. Et à la fin, ils meurent est un roman graphique plein d’humour avec une analyse pertinente. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/et-a-la-fin-ils-meurent?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. alx23

    Les Séries Récentes

    Regarde juste le premier car il vaut le coup
  20. alx23

    Ténébreuse t1

    J'ai bien aimé aussi et j'aurais 4 étoiles ou la même note que toi.
  21. alx23

    Les Séries Récentes

    Pour sw? il n'y a que le premier épisode d'intéressant, le reste est trop enfantin pour moi. J'ai réussi à regarder What if.
  22. alx23

    Hérauts tome 1 - La brisure

    Ce premier tome démarre une nouvelle série d'enquête durant le XIIIème siècle avec pour héros un moine défroqué et un jeune dessinateur. Les deux hérauts d'arme ont pour mission de parcourir le royaume pour recenser tous les blasons des différents chevaliers. A partir de cette idée originale, Corbeyran nous offre une enquête intéressante avec les dessins et représentations de l'art héraldique. Les emblèmes sont devenus au fil du temps des symboles très travaillés avec d’avantage de signification pour représenter l'identité des chevaliers des familles nobles. Les deux personnages principaux sont charismatiques avec beaucoup de profondeur et un passif pour être exploité dans les prochains tomes. Les dessins de Nicolas Begue sont de qualité pour dépeindre cette époque de chevalerie, de tournoi et de château avec des grands banquets. On est vite pris dans l'histoire avec tous les blasons et leur signification. L'histoire se termine avec ce premier tome mais une trame de fond est mise en place en fin d'album en fil conducteur pour poursuivre l'aventure des deux hérauts d'armes au service de la couronne. Je trouve la couverture de cet album très réussie et m’a permis de découvrir une bonne introduction à une série d’époque.
  23. Titre de l'album : Hérauts tome 1 - La brisure Scenariste de l'album : Corbeyran Dessinateur de l'album : Nicolas Begue Coloriste : Jean-Paul Fernandez Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Landri est un moine défroqué à l'esprit vif. Mayeul, jeune peintre talentueux, a été abandonné à la naissance et confié à l'ancien monastère de Landri. Quand celui-ci décide de partir pour constituer un armorial comportant l'ensemble des blasons et armoiries de son temps, Mayeul le suit, comme une évidence. Une mission impossible qui va les entraîner pourtant dans de passionnantes aventures... Critique : Ce premier tome démarre une nouvelle série d'enquête durant le XIIIème siècle avec pour héros un moine défroqué et un jeune dessinateur. Les deux hérauts d'arme ont pour mission de parcourir le royaume pour recenser tous les blasons des différents chevaliers. A partir de cette idée originale, Corbeyran nous offre une enquête intéressante avec les dessins et représentations de l'art héraldique. Les emblèmes sont devenus au fil du temps des symboles très travaillés avec d’avantage de signification pour représenter l'identité des chevaliers des familles nobles. Les deux personnages principaux sont charismatiques avec beaucoup de profondeur et un passif pour être exploité dans les prochains tomes. Les dessins de Nicolas Begue sont de qualité pour dépeindre cette époque de chevalerie, de tournoi et de château avec des grands banquets. On est vite pris dans l'histoire avec tous les blasons et leur signification. L'histoire se termine avec ce premier tome mais une trame de fond est mise en place en fin d'album en fil conducteur pour poursuivre l'aventure des deux hérauts d'armes au service de la couronne. Je trouve la couverture de cet album très réussie et m’a permis de découvrir une bonne introduction à une série d’époque. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/herauts-tome-1-la-brisure/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. Une nouvelle adaptation de la ferme des animaux de George Orwell vient de sortir aux éditions Delcourt. Le scénariste Rodolphe se charge de cette adaptation qui conviendra autant à un jeune public qu'aux adultes. Cette histoire fait partie des classiques de George Orwell avec toute la bassecour qui se révolte face aux bipèdes incapables de travailler, de se nourrir sans les animaux. Bien évidement ce conte est une critique de la société avec des régimes autoritaires. Les dessins de Patrice Le Sourd sont dans un style semi réaliste pour dépeindre cette fable. Les animaux sont dotés de la parole et seul les cochons copieront les humains dans leurs attitudes et leur déplacement sur deux pattes. Cet album de la ferme des animaux est très fidèle à l’œuvre d’origine pour les lecteurs voulant découvrir cette histoire politique ou la redécouvrir en bande dessinée.
×
×
  • Créer...