Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'bd'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


913 résultats trouvés

  1. alx23

    La guerre des mondes

    Thilo Krapp réalise intégralement cette nouvelle adaptation du récit culte de Wells, la guerre des mondes. Ce volume regroupe l'équivalent de deux albums traditionnels en pagination. Au niveau de l'histoire, l'auteur reste très fidèle à l'œuvre d'origine en reprenant l'histoire du héros confronté à l'attaque des martiens. Les extraterrestres ont une avancée technologique très importante par rapport aux hommes qui peinent à les combattre. L'histoire se sépare en deux partie avec la découverte des vaisseaux, l'analyse de cette technologie et ensuite l'invasion qui commence. Thilo Krapp réalise des planches de qualité pour dépeindre l'époque, la représentation des vaisseaux et extraterrestres peut paraître simpliste pour certainement convenir au plus large public. Cette nouvelle adaptation conviendra à merveille pour les plus jeunes lecteurs souhaitant découvrir ce monument de la science-fiction.
  2. poseidon2

    Basilico

    Ah la famille.... Comme on dit : on choisit ses amis, et non sa famille. Et la famille de Maria est comme toutes les autres : elle a ses secrets, ses mensonges et ses personnalités. Et quelles personnalités. Giulio Macaione a trouvé des personnages vraiment sympas. Un poil caricatural mais permettant de nous livrer des vrai tranches de vies sympathiques. Comme on peut le voir dans les comédies romantiques anglaises, Giulio Macaione nous présente une histoire ou l'on découvre la fin et qui, par l’intermédiaire de la découverte des personnages les uns après les autres, nous fait découvrir les secrets de familles. Et souvent dans ce genre d’histoire c'est le secret qui fait tout et qui fait que l'on garde un bon souvenir de la série. Et bien là le fameux secret est très bien. Pas trop gros, pas trop aberrant mais quand même choquant. Ce qu'on peut particulièrement relever sur cet album c'est le soin apporté à la mise en page. L'introduction de chaque partie sur chaque personnage est faite par un intelligent petit bout d'histoire et est présentée d'une coloration différente. Cela permet de distiller des infos d'enfance sur les enfants mais aussi de faire avancer la découverte du secret. Bref un beau one shot familiale dont la fin (la dernière phrase pour être exacte).... venez discuter la fin !:)
  3. poseidon2

    Basilico

    Titre de l'album : Basilico Scenariste de l'album : Giulio Macaione Dessinateur de l'album : Giulio Macaione Editeur de l'album : Ankama Note de l'album : 4 Résumé de l'album : Maria, une mère sicilienne de cinq enfants, cache un passé lourd de secrets. Lors d'un dîner de famille où elle est parvenue à réunir sa progéniture, elle rend son dernier souffle sans avoir pu assaisonner le plat de son ingrédient favori, le basilic. Critique : Ah la famille.... Comme on dit : on choisit ses amis, et non sa famille. Et la famille de Maria est comme toutes les autres : elle a ses secrets, ses mensonges et ses personnalités. Et quelles personnalités. Giulio Macaione a trouvé des personnages vraiment sympas. Un poil caricatural mais permettant de nous livrer des vrai tranches de vies sympathiques. Comme on peut le voir dans les comédies romantiques anglaises, Giulio Macaione nous présente une histoire ou l'on découvre la fin et qui, par l’intermédiaire de la découverte des personnages les uns après les autres, nous fait découvrir les secrets de familles. Et souvent dans ce genre d’histoire c'est le secret qui fait tout et qui fait que l'on garde un bon souvenir de la série. Et bien là le fameux secret est très bien. Pas trop gros, pas trop aberrant mais quand même choquant. Ce qu'on peut particulièrement relever sur cet album c'est le soin apporté à la mise en page. L'introduction de chaque partie sur chaque personnage est faite par un intelligent petit bout d'histoire et est présentée d'une coloration différente. Cela permet de distiller des infos d'enfance sur les enfants mais aussi de faire avancer la découverte du secret. Bref un beau one shot familiale dont la fin (la dernière phrase pour être exacte).... venez discuter la fin !:) Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/basilico?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Titre de l'album : Les soeurs Gremillet T1 Scenariste de l'album : Giovanni Di Gregorio Dessinateur de l'album : Alessandro Barbucci Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Plonger dans l'histoire comme dans un rêve... Dans un turquoise lumineux et mélancolique apparaissent pour la première fois les trois sœurs Grémillet, guidées par des méduses qui flottent, jusqu'au grand arbre et son palais de verre. À l'intérieur, une petite méduse lévite au-dessus d'un lit. Sarah, l'aînée, ne s'explique pas ce rêve étrange. Obsédée par ce mystère, elle parviendra à l'élucider avec l'aide de ses deux sœurs. Alessandro Barbucci illumine de son dessin virtuose cette chronique familiale moderne qui, derrière les révélations d'un drame du passé, célèbre l'amour d'une mère pour ses enfants. Dans ce trio féminin, chacune a son caractère attachant : Sarah, l'aînée autoritaire, Cassiopée la cadette artiste, et Lucille la plus petite qui ne parle qu'à son chat. Les belles pierres de la ville, le jardin des plantes, la végétation luxuriante, les petits marchés... le lecteur ne voudra plus quitter cet univers enchanteur créé par Barbucci et Di Gregorio ! Critique : Qu'est ce que c'est beau ! Fiouuuuu. Depuis un moment Dupuis fait attention aux qualités graphiques de ses albums pour jeunes. Plus que des BDs marrantes et sympa pour jeune publique, ils sortent du lots en proposant un rendu graphique qui n'a rien à envoyer aux BDs pour adultes. Et la quand on voit le travail d'Alessandro Barbucci on se dit que c'est plutot les autres qui devraient avoir peur. Qu'est ce que c'est beau !!!! J'en reviens encore à peine... c'est magnifique. Pas juste les personnages. La mise en page, les décors, les cases de formes différentes... une très belle BD. Une des plus belles sortie depuis un moment. Quand on parle beaucoup de Raven et du dessin de Monsieur Lauffray... et bien je dois dire que ne pas regarder du coté de ces soeurs Grémillet, pour élir le plus bel album de ce post civid, cela serait se priver d'un véritable outsider. Mais et le scénario alors ? Et bien le scénario est... un scenario pour jeunEs ados. Les trois soeurs sont des chippies (on dirait mes 3 enfants !) très réalistes avec tout ce qui fait l'intérêt (ou la source d'énervement) des enfants : espiègles, calines, intriguées et profondement humaines. Si l'histoire de ce secret de famille n'est ni nouvelle ni révolutionnaire, elle est suffisamment bien mise en image pour qu'on se régale du debut à la fin, sentant meme une pointe de larme montée au moment fatidique. Bref une sublime BD. Une histoire en un seul tome.... La BD à offrir aux ados (allez on va quand meme dire ado avec un grand E) cet été ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-soeurs-gremillet-tome-1-le-reve-de-sarah?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. poseidon2

    Les soeurs Gremillet T1

    Qu'est ce que c'est beau ! Fiouuuuu. Depuis un moment Dupuis fait attention aux qualités graphiques de ses albums pour jeunes. Plus que des BDs marrantes et sympa pour jeune publique, ils sortent du lots en proposant un rendu graphique qui n'a rien à envoyer aux BDs pour adultes. Et la quand on voit le travail d'Alessandro Barbucci on se dit que c'est plutot les autres qui devraient avoir peur. Qu'est ce que c'est beau !!!! J'en reviens encore à peine... c'est magnifique. Pas juste les personnages. La mise en page, les décors, les cases de formes différentes... une très belle BD. Une des plus belles sortie depuis un moment. Quand on parle beaucoup de Raven et du dessin de Monsieur Lauffray... et bien je dois dire que ne pas regarder du coté de ces soeurs Grémillet, pour élir le plus bel album de ce post civid, cela serait se priver d'un véritable outsider. Mais et le scénario alors ? Et bien le scénario est... un scenario pour jeunEs ados. Les trois soeurs sont des chippies (on dirait mes 3 enfants !) très réalistes avec tout ce qui fait l'intérêt (ou la source d'énervement) des enfants : espiègles, calines, intriguées et profondement humaines. Si l'histoire de ce secret de famille n'est ni nouvelle ni révolutionnaire, elle est suffisamment bien mise en image pour qu'on se régale du debut à la fin, sentant meme une pointe de larme montée au moment fatidique. Bref une sublime BD. Une histoire en un seul tome.... La BD à offrir aux ados (allez on va quand meme dire ado avec un grand E) cet été !
  6. Titre de l'album : Raven t1 Scenariste de l'album : Mathieu Lauffray Dessinateur de l'album : Mathieu Lauffray Editeur de l'album : Dargaud Note de l'album : 4 Résumé de l'album : Au XVIIe siècle, alors que le pavillon de l'Union Jack flotte sur la mer des Caraïbes, Raven, un jeune et impétueux pirate décide de mettre la main sur un prétendu trésor, promis à l'infâme gouverneur de Tortuga qui fait appel à lady Darksee, une redoutable femme pirate, en échange du pardon royal. Mais Raven, qui assiste à la scène, décide de les devancer et d'agir seul grâce à un plan de l'île où se situerait le trésor. L'île volcanique, perdue dans les Caraïbes et peuplée par une tribu cannibale, s'avère pourtant dangereuse... Et c'est précisément sur celle-ci que le nouveau gouverneur de Tortuga et sa famille, venus de France, ont échoué après un long voyage... Critique : Difficile de passer après Long John Silver..... Surtout en restant dans le même genre. Un genre que j’apprécie particulièrement. Bon ce qui est sûr c'est que graphiquement Mathieu Lauffray est toujours dans le haut du panier des dessinateurs actuels. Ces grandes planches sont sublimes. Le dessin est globalement excellent et porte ce tome 1 à bout de bras. Car niveau scénario on se dit... que Mathieu Lauffray aurait être du changer de style entre temps et ne pas spécialement enchaîner les histoires de pirates. Car si celle-ci est une vraie histoire de flibuste, avec un trésor, des femmes et des îles mystérieuses, la tension et l'ambiance sont quand même un cran en dessous de Long John Silver. Alors il faut quand même se rappeler que Long John Silver est une série qui est énormément montée en puissance au fil des tomes. Ce qui sera, je l'espère; surement le cas ici. Mais reste que notre esprit est bloqué sur le final majestueux de Long John Silver... et peu donc trouver ce premier tome un peu plus "commun". En fan du genre, j'avoue que cela ne m'a pas spécialement dérangé. On retrouve la trame standard de l'histoire de pirate. Un scénario a moitié entre "Les Campbell" et "Barracuda". Un scénario classique donc. Dont on attend qu'il nous sorte un peu de ce classicisme dans les prochains tomes. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/raven-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. poseidon2

    Les Arkeos t1

    Titre de l'album : Les Arkeos t1 Scenariste de l'album : Alkeo / Jean-Luc Garrera Dessinateur de l'album : Cedric Ghorbani Editeur de l'album : Bamboo Note de l'album : 3.5 Résumé de l'album : Tout le monde n’est pas Indiana Jones, archéologue en quête de l’ultime relique ou artefact qui sauvera le monde ou livrera le secret de l’Atlantide... Alors si vous avez cette vision épique de l’archéologie, il va falloir réviser vos standards. Non pas que la réalité soit moins sexy ! Attirante, passionnée, envoutante, la « vraie » archéologie peut l’être tout autant. Loin des budgets pharaoniques de chantiers qui ne le sont pas moins, cet album vous fait pénétrer ce fabuleux métier où on découvre le passé et la grande aventure… un pinceau à épousseter à la main. Critique : Alors comme chaque nouvelle série de BD d'humour, j'ai tendance à ouvrir la BD à contre cœur. L'humour est un art difficile à manier, surtout à une époque où il est traité pour être vendu en centre commerciale à la chaine. Mais l'archéologie, Indiana Jones, jurassique parc tout ça tout ça quoi... Et bien la lecture fut plus intéressante que prévue. Et elle commença par une page en forme de révélation : les gens pensent comme moi Car l'une des première blague est un enfant qui arrive en stage pour chercher des dinosaures.... à qui on dit : A non les Dinosaures ce sont les paléontologues. Nous on cherche des cailloux Ajouter à cela un autre ou Une femme se prend pour Lara Croft mais revient trempée en ayant dénichées que des saletés... et vous aurez une BD d'humour avec pas mal de référence dont des "fun fact" de la vie devrais archéologue. Celui qui m'a le plus fait rire c'est un archéologue qui dit à son apprentis, tout en fouillant le sol avec une balayette, que pour en arriver là il a passé plein de diplôme, de doctorat tout ça ... qu'il a un équivalent BAC +10.... Passe une mère à côté avec son fils qui ne veut pas aller à l'école : - Tu ne te rends pas compte ! SI tu ne vas pas à l'école tu finiras comme ces gens, à gratter la terre pour te nourrir ! Ajoutez à cela une partie légale intéressante sur les nouvelles constructions qui découvre des vestiges et autres trucs d'archéologues.... et vous aurez au final un BD très sympathique à offrir à tout jeune qui veut faire comme Indiana ! Autres infos : Au final..... intéressant Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-arkeos-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Titre de l'album : La pin up du B24 t2/2 Scenariste de l'album : Manini Dessinateur de l'album : Chevereau Editeur de l'album : Grand Angle Note de l'album : 4 Résumé de l'album : Pour Glenn, la tragédie qui survient en mai 1944 est totale. Le jour même du crash de son bombardier dont il est le seul survivant, le navire-hôpital Louisiana saute sur une mine en mer. À son bord, trois infirmières, Lana la femme de Glenn, Alice l’épouse de Fred son copilote et Candy celle de Johnny le bombardier. Tous disparus à jamais… Quinze ans plus tard, l’ancien major Glenn Baxter est missionné par une société de prospection pétrolière en Libye. Il compte en profiter pour tenter de retrouver l’épave de son bombardier et découvrir enfin ce qui est arrivé à son équipage. Critique : J'avais déjà été agréablement surpris par le tome 1 de la Pin Up du B24. En effet ce tome un était vraiment bien construit avec un mystère qui grossissait au fur et à mesure. Et bien ce tome 2 finit en beauté un très bon dytique sur une histoire de guerre pas comme les autres. On se concentre beaucoup plus l'histoire des membres de l’équipage que sur l’appareil et ont comble, de bien belle façon d'ailleurs, les trous dans la mémoire de Glenn. On bascule dans une vraie histoire de guerre, avec espionnage et autre qui justifie un certain nombre de faits "magiques" qui sont arrivés dans le tome précédent. On aurait aimé un troisième tome pour développer un peu les histoires des personnages secondaires qu'on perd un peu de vu mais reste que ce deuxième tome clôture une vraie bonne histoire, bien dessinée et bien finie. Et c'est déjà pas mal Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-pin-up-du-b24-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. poseidon2

    La pin up du B24 t2/2

    J'avais déjà été agréablement surpris par le tome 1 de la Pin Up du B24. En effet ce tome un était vraiment bien construit avec un mystère qui grossissait au fur et à mesure. Et bien ce tome 2 finit en beauté un très bon dytique sur une histoire de guerre pas comme les autres. On se concentre beaucoup plus l'histoire des membres de l’équipage que sur l’appareil et ont comble, de bien belle façon d'ailleurs, les trous dans la mémoire de Glenn. On bascule dans une vraie histoire de guerre, avec espionnage et autre qui justifie un certain nombre de faits "magiques" qui sont arrivés dans le tome précédent. On aurait aimé un troisième tome pour développer un peu les histoires des personnages secondaires qu'on perd un peu de vu mais reste que ce deuxième tome clôture une vraie bonne histoire, bien dessinée et bien finie. Et c'est déjà pas mal
  10. poseidon2

    Raven t1

    Difficile de passer après Long John Silver..... Surtout en restant dans le même genre. Un genre que j’apprécie particulièrement. Bon ce qui est sûr c'est que graphiquement Mathieu Lauffray est toujours dans le haut du panier des dessinateurs actuels. Ces grandes planches sont sublimes. Le dessin est globalement excellent et porte ce tome 1 à bout de bras. Car niveau scénario on se dit... que Mathieu Lauffray aurait être du changer de style entre temps et ne pas spécialement enchaîner les histoires de pirates. Car si celle-ci est une vraie histoire de flibuste, avec un trésor, des femmes et des îles mystérieuses, la tension et l'ambiance sont quand même un cran en dessous de Long John Silver. Alors il faut quand même se rappeler que Long John Silver est une série qui est énormément montée en puissance au fil des tomes. Ce qui sera, je l'espère; surement le cas ici. Mais reste que notre esprit est bloqué sur le final majestueux de Long John Silver... et peu donc trouver ce premier tome un peu plus "commun". En fan du genre, j'avoue que cela ne m'a pas spécialement dérangé. On retrouve la trame standard de l'histoire de pirate. Un scénario a moitié entre "Les Campbell" et "Barracuda". Un scénario classique donc. Dont on attend qu'il nous sorte un peu de ce classicisme dans les prochains tomes.
  11. poseidon2

    Les Arkeos t1

    Alors comme chaque nouvelle série de BD d'humour, j'ai tendance à ouvrir la BD à contre cœur. L'humour est un art difficile à manier, surtout à une époque où il est traité pour être vendu en centre commerciale à la chaine. Mais l'archéologie, Indiana Jones, jurassique parc tout ça tout ça quoi... Et bien la lecture fut plus intéressante que prévue. Et elle commença par une page en forme de révélation : les gens pensent comme moi Car l'une des première blague est un enfant qui arrive en stage pour chercher des dinosaures.... à qui on dit : A non les Dinosaures ce sont les paléontologues. Nous on cherche des cailloux Ajouter à cela un autre ou Une femme se prend pour Lara Croft mais revient trempée en ayant dénichées que des saletés... et vous aurez une BD d'humour avec pas mal de référence dont des "fun fact" de la vie devrais archéologue. Celui qui m'a le plus fait rire c'est un archéologue qui dit à son apprentis, tout en fouillant le sol avec une balayette, que pour en arriver là il a passé plein de diplôme, de doctorat tout ça ... qu'il a un équivalent BAC +10.... Passe une mère à côté avec son fils qui ne veut pas aller à l'école : - Tu ne te rends pas compte ! SI tu ne vas pas à l'école tu finiras comme ces gens, à gratter la terre pour te nourrir ! Ajoutez à cela une partie légale intéressante sur les nouvelles constructions qui découvre des vestiges et autres trucs d'archéologues.... et vous aurez au final un BD très sympathique à offrir à tout jeune qui veut faire comme Indiana !
  12. Titre de l'album : Alter t1 : ceux qui partent Scenariste de l'album : Philippe Pelaez Dessinateur de l'album : Laval NG Editeur de l'album : Drakoo Note : Résumé de l'album : 2082. Une planète inconnue, un climat glaciaire, une atmosphère viable, mais un environnement hostile. Alors que deux de ses hommes viennent de disparaitre, victimes d’êtres monstrueux à l’aspect vaguement humain, le commandant Sylan Kassidy ne peut que se rendre à l’évidence : l’Hybris ne peut pas repartir. Assailli par les créatures qui trouvent le moyen de pénétrer dans le vaisseau minier, faisant une victime supplémentaire, l’équipage est obligé de s’enfuir à bord d’une navette de secours. Depuis le début de leur mésaventure, les hommes et les femmes de la mission Orus restent en contact radio avec la terre. Leur interlocuteur privilégié ? Le président des États-Unis, Ashton Saint-John, qui voit d’ailleurs dans l’épopée du commandant Kassidy une formidable opportunité pour l’humanité, sur Terre. Car celle-ci se meurt, victime de la folie des hommes qui n’ont eu de cesse de s’entretuer depuis des décennies, depuis 2070, lorsque le président Lyndon Cooper, opposé à l’alliance sino-russe, a fait le choix de la guerre bactériologique et chimique, de la guerre nucléaire. Le choix de l’holocauste. Proche d’une aventure classique de science-fiction qui pose le progrès scientifique comme toile de fond, l’univers de Alter est clairement revendiqué et assumé, puisque le récit se tourne résolument vers l’anticipation et la dystopie : le lecteur est projeté dans un futur proche, balisé d’éléments facilement identifiables qui dévoilent les conséquences désastreuses d’un conflit planétaire. Critique : Enfin ! Enfin une nouvelle BD de science-fiction qui prend son temps. Un bon gros premier tome de 100 pages sur une histoire de SF pas forcément très compliquée mais bien pensée. Ça fait du bien ! Les dernières parutions (Conquêtes et autres) m’avaient déçu par la légèreté du scenario et de l’utilisation du thème. Le thème SF est trop souvent juste la pour montrer des images de vaisseaux spatiaux et/ou des extra-terrestre et rien d’autre. Dans Alter on a un, « petit scope » de science-fiction mais creusé et très bien raconté. Sur une base sensiblement identique à beaucoup d’autre avec une mission de sauvetage envoyée dans l’espace, ALTER sort du lot parce que nos auteurs prennent bien le temps nécessaire à nous expliquer le background mais surtout ils prennent le temps de nous faire découvrir, en même temps que nos héros, le pourquoi de cette planète et ce qu’elle cache. Graphiquement le travail de LAVAL N.G. est vraiment tres sympa. Les visages dure et le parti pris graphique très mature change des albums de SF estampillé « ados ». Niveau narration le choix de la voix off est bon car on ne sait pas, jusqu’à tard dans l’album qui est le narrateur. Ca ajoute un coté intriguant à une histoire qui l’est déjà pas mal. Autres infos : De la vraie SF comme j'aime :) Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/alter-tome-1-ceux-qui-partent?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. poseidon2

    Alter t1 : ceux qui partent

    Enfin ! Enfin une nouvelle BD de science-fiction qui prend son temps. Un bon gros premier tome de 100 pages sur une histoire de SF pas forcément très compliquée mais bien pensée. Ça fait du bien ! Les dernières parutions (Conquêtes et autres) m’avaient déçu par la légèreté du scenario et de l’utilisation du thème. Le thème SF est trop souvent juste la pour montrer des images de vaisseaux spatiaux et/ou des extra-terrestre et rien d’autre. Dans Alter on a un, « petit scope » de science-fiction mais creusé et très bien raconté. Sur une base sensiblement identique à beaucoup d’autre avec une mission de sauvetage envoyée dans l’espace, ALTER sort du lot parce que nos auteurs prennent bien le temps nécessaire à nous expliquer le background mais surtout ils prennent le temps de nous faire découvrir, en même temps que nos héros, le pourquoi de cette planète et ce qu’elle cache. Graphiquement le travail de LAVAL N.G. est vraiment tres sympa. Les visages dure et le parti pris graphique très mature change des albums de SF estampillé « ados ». Niveau narration le choix de la voix off est bon car on ne sait pas, jusqu’à tard dans l’album qui est le narrateur. Ca ajoute un coté intriguant à une histoire qui l’est déjà pas mal.
  14. Titre de l'album : Le serment de l'acier Scenariste de l'album : Gwenael Marce Dessinateur de l'album : Elisa Ferrari Editeur de l'album : Drakoo Note de l'album : 3 Résumé de l'album : Alors que les peuples du Vaste Pays se remettent à peine de la guerre civile qui a ravagé leurs terres, voici qu'on assassine, au coeur de la cité de Torrède, l'un des héros du conflit. Estèla Ascensal, jeune auxiliaire de la garde aux capacités particulières, est appelée à l'aide par les miliciens pour enquêter sur le meurtre. Facile de se laisser convaincre quand son père adoptif est le maître-chien de la garde. Dans le même temps, Aelis Mendigal, ancienne combattante de Torrède, quitte la ville, elle est chargée par les autorités de cette-dernière de rechercher un scribe disparu aux confins des Provinces Onarques. Elle ne fera pas le voyage seule, une caravane Romani, ce peuple voyageur et marchand, l'accueille en son sein. Tandis que l'une va plonger dans le ventre de la ville pour en arracher quelques secrets, l'autre va accompagner les Romanis sur les traces de la guerre passée et l'obliger à redécouvrir, non sans difficultés, ces peuples qui furent ses ennemis d'hier. Le bout de son voyage sera aussi celui de ses illusions. Entre Torrède et les confins, les deux intrigues vont peu à peu révéler leurs liens, liens faisant ressurgir les vieux démons d'un conflit fratricide aux plaies encore béantes. Et si les héros du peuple n'étaient que des criminels de guerre capables des actes les plus vils pour protéger leur légende ? Critique : Bon alors je vous avoue que ma première émotion fut la déception en lisant ce tome 1. Mais après mon cerveaux s'est mis en route et il s'est souvenus que cette collection avait pour but de sortir des albums pour adultes ET ados. Et ça c'est pile poil de la BD pour ados. Il y a tout ce qui plait à ma fille : Une héroïne dans un monde de mec. Une intrigue compliquée mais pas trop, des rebondissements qui finissent bien et des dessins très sympas. Alors certes on pourra dire qu'il manque une seconde lecture. Mais c'est notre esprit d'adulte qui cherche ça. Apres deux tomes résolument plus adultes avec Terence Trolley et Alter, on s'était dit que Drakoo nous promettait de la vraie aventure SF/Fantastique pour grand. Et bien pas que mais en partie parce que ce n'est pas l'unique but. Pour rassurer les grands, il suffit de voir le planning pour savoir qu'on va avoir de quoi se faire plaisir. Il nous faut juste attendre un peu et laisser aux ados leurs albums.... Autres infos : Ma note pour Ado : 4/5 Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-serment-de-l-acier-tome-1-une-gloire-fantome?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. poseidon2

    Le serment de l'acier

    Bon alors je vous avoue que ma première émotion fut la déception en lisant ce tome 1. Mais après mon cerveaux s'est mis en route et il s'est souvenus que cette collection avait pour but de sortir des albums pour adultes ET ados. Et ça c'est pile poil de la BD pour ados. Il y a tout ce qui plait à ma fille : Une héroïne dans un monde de mec. Une intrigue compliquée mais pas trop, des rebondissements qui finissent bien et des dessins très sympas. Alors certes on pourra dire qu'il manque une seconde lecture. Mais c'est notre esprit d'adulte qui cherche ça. Apres deux tomes résolument plus adultes avec Terence Trolley et Aster, on s'était dit que Drakoo nous promettait de la vraie aventure SF/Fantastique pour grand. Et bien pas que mais en partie parce que ce n'est pas l'unique but. Pour rassurer les grands, il suffit de voir le planning pour savoir qu'on va avoir de quoi se faire plaisir. Il nous faut juste attendre un peu et laisser aux ados leurs albums.....
  16. Parution 1997 -> 2003: T1 : Marc ou le reveil du Lion T2 : Matthieu ou le visage de l'ange T3 : Luc ou le souffle du taureau T4 : Jean ou le jour du Corbeau Série: Le Troisième Testament Dessinateur: Alice Scénariste: Dorisson Genre: Aventures Historiques Editeur: GLENAT Acheter la série sur BDfugue Résumé : Dieu apparut un jour à Julius de Samarie et lui confia un coffre. Il dit : Ce coffre représente tout ce qu'un homme doit connaître. Je te le confie. Quitte ta terre et les tiens pour chercher l'endroit le plus secret du monde. Là, sans jamais l'avoir ouvert, tu déposeras le coffre. Telle est Ma Volonté. Alors Julius quitta sa terre et les siens. Il trouva l'endroit le plus secret du monde et y déposa le coffre. Mais, au moment de partir, il ne put s'empêcher d'ouvrir le couvercle. Ce que le coffre contenait, Julius ne le vit jamais car Dieu ouvrit la Terre sous ses pieds et Julius fut englouti pour l'éternité. Telle est l'histoire de Julius de Samarie telle qu'elle fut retranscrite dans plusieurs codex. Mais ce qui ne fut jamais écrit c'est que Julius a tenu un carnet de voyage. Ce qui ne fut jamais dit c'est que ce carnet a été trouvé par l'Eglise et placé en lieu sûr. Ce que Conrad de Marbourg sait, c'est qu'il a été volé. mais ce que personne ne sait, c'est par qui. En réfléchissant à un nouvel incontournable, je me suis replongé dans mes premières BD. Non pas les premières BD lues, celles de ma jeunesse, mais surtout les premières BD achetées. Celles qui font de nous non plus des lecteurs de bibliothèque mais des acheteurs/collectionneurs effréné en quête de la moindre nouveauté intéressante. En faisant cette liste, je me suis souvenu de mon premier émerveillement en BD.... Le troisième testament ! Bizarrement ce n'est peut être pas LA BD que tout le monde citerait en tant que incontournable de la BD. On citerait facilement Les passagers du vent comme je l'ai déjà fait, ou encore Tintin et Black et Mortimer. Mais le troisième Testament ne devrait pas être oublié c'est pourquoi je le "re présente" ici. C'est tout d'abord l'avènement de deux grands noms de la BD. Dorison au scénario et Alex Alice au dessin. C'est la BD qui les a fait connaitre du grand publique et du milieu de la BD. On ne citera pas depuis les réussites des deux, tellement il y en a. Niveau Scénario, cette BD est un exemple de gestion du suspens. Dorison arrive à nous faire découvrir les mystères au même rythme de Conrad de Marbourg. Le fait d'introduire la narration comme la lecture d'un ouvrage d'une personne ayant participé à l'aventure, un peu comme dans "Le nom de la rose", est une vraie merveille. Chaque tome à son lot de surprise et rien ne pourrait être deviné longtemps à l'avance ! Coté dessin c'est encore mieux. Avec un style basé entre le dessin animé et le dessin de BD classique, Alex Alice nous livre un dessin super détaillé avec une représentation des visages mais aussi du mouvement bluffante. Le jeu des couleurs et des ombres nous fait vraiment nous sentir avec les personnages et non pas juste un simple lecteur. Il n'y à quasiment aucune défaut à ces quatre tomes! Je dis quasiment car certains ergoteront sur la fin des l'histoire. Surement parce que le dernier tome a été trop attendu ou trop souhaité. Reste qu'il est clairement dans la lignée des trois premiers. Enfin rien que d'en parler j'ai envie de les relire ! J'y retourne ! Poseidon2, grand inquisiteur de la BD Ma Note:
  17. Titre de l'album : Emma et capucine t5: un ete trop court Scenariste de l'album : Jerome Hamon Dessinateur de l'album : Lena Sayaphoum Editeur de l'album : Dargaud Note de l'album : 3 Résumé de l'album : Cet été, pour les vacances, les parents d'Emma et Capucine ont prévu d'emmener la petite famille en Bretagne. Direction Carnac, chez des amis de longue date ! Une décision qui est loin d'enthousiasmer les deux soeurs. Entre la météo capricieuse, la mer gelée et les garçons de leurs hôtes qui ne pensent qu'aux jeux vidéo, les vacances semblent destinées à tourner au cauchemar. Une chance qu'elles soient ensemble et que la danse puisse se pratiquer n'importe où ! Critique : C'est assez drôle car le titre "un été trop court"... convient super bien à la description de cet album. Car on pourrait résumer cette critique par : Un album trop court. Et donc un album frustrant. En effet on retrouve avec plaisir notre famille de danseurs et l'on s'interroge sur "la mère" et cette famseuse histoire de prof de musique. Et si cette histoire est bien évoquée dans ce tome 5, autant vous dire que c'est assez rapide. En fait ce tome est super rapide. On a l'impression que Jerome Hamon s'est un peu trop reposé sur le sublime dessin de Lena Sayaphoum. On enchaine les moments de danses et les beaux dessins mais pour au final ne parler.. de rien. Ce tome 5 nous raconte, vu d'avion, une semaine de vacances qui titille les coeurs et les relations de toutes les filles/femmes en presences. Mais rien de bien poussé et de bien developpé. A force de jouer sur les sous entendu rendu par le dessin.... et bien on arrive à une BD ou il ne se passe pas grand chose. Ce tome 5 est malheureusement trop vite lu. Mais genre 15 minutes.... Donc si les premières pages nous ont réjoui car elle nous ont permis de retrouver nos jeunes danseurs, on est super frustrée par la rapidité de lecture de ces vacances. Espérons que cela ne soit qu'une parenthese dans l'histoire... Autres infos : Un album trop court Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/emma-et-capucine-tome-5-un-ete-trop-court?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. C'est assez drôle car le titre "un été trop court"... convient super bien à la description de cet album. Car on pourrait résumer cette critique par : Un album trop court. Et donc un album frustrant. En effet on retrouve avec plaisir notre famille de danseurs et l'on s'interroge sur "la mère" et cette famseuse histoire de prof de musique. Et si cette histoire est bien évoquée dans ce tome 5, autant vous dire que c'est assez rapide. En fait ce tome est super rapide. On a l'impression que Jerome Hamon s'est un peu trop reposé sur le sublime dessin de Lena Sayaphoum. On enchaine les moments de danses et les beaux dessins mais pour au final ne parler.. de rien. Ce tome 5 nous raconte, vu d'avion, une semaine de vacances qui titille les coeurs et les relations de toutes les filles/femmes en presences. Mais rien de bien poussé et de bien developpé. A force de jouer sur les sous entendu rendu par le dessin.... et bien on arrive à une BD ou il ne se passe pas grand chose. Ce tome 5 est malheureusement trop vite lu. Mais genre 15 minutes.... Donc si les premières pages nous ont réjoui car elle nous ont permis de retrouver nos jeunes danseurs, on est super frustrée par la rapidité de lecture de ces vacances. Espérons que cela ne soit qu'une parenthese dans l'histoire...
  19. poseidon2

    Les 5 terres t3

    Titre de l'album : Les 5 terres t3 Scenariste de l'album : Patrick Wong / David Chauve) / Andoryss Dessinateur de l'album : Jérôme Lereculey Editeur de l'album : Delcourt Note de l'album : 4.5 Résumé de l'album : C'est l'arme à la main que le nouveau roi et son frère ont réglé leur différend, sous les yeux de leur cadet Mederion. C'est plus que n'en espéraient les lions qui, menés par l'ambitieux Lyrio, se lancent dans une campagne de reconquête du pouvoir que les tigres ont bien l'intention d'empêcher. Tandis que Sameus tente de retrouver Astrelia, disparue sans laisser de trace, et que les otages mettent la dernière main à leur plan d'évasion, les rues d'Angleon retiennent leur souffle... Critique : Je faisais parti des gens qui ne cachaient pas leur scepticisme sur cette série. En effet les deux premiers tomes ont été encensés par le petit monde de la BD alors même qu'il ne se passait pas grand-chose de surprenant. Tentant de faire un Games Of thrones en BD, nos auteurs restaient dans un classicisme un peu regrettable. Pas de mauvais albums mais pas très prenant. Et bien il faut bien reconnaître que celui-ci monte la barre d'un cran. Si la moitié des personnages ne servent encore à rien, les petites miettes semées sur les deux premiers albums commencent à former un vrai chemin intéressant. Les choses s’emboîtent de plus en plus, et les personnages qui contrôlent ce petit univers ne sont pas forcément ceux que l'on croit. On se rapproche d'un vrai jeu de trône beaucoup plus sophistiqué et donc plus prenant. La dernière image est assez représentative (des influences comme de la tournure de la série). On attendra donc des prochains tomes de récupérer les cailloux restant (les enfants servent à qui bordelllll) en espérant que nos auteurs n'aient pas vu trop grand au début (les ours ont disparu par exemple) Bref le meilleur album des 3.... Qui annoncent des tomes suivants encore meilleurs Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-5-terres-tome-3-l-amour-d-un-imbecile?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. Elle approche, elle approche. Cette fin tant attendue de ce qui est peut-être la meilleure série de fantasy jeunesse de la décennie. Plus qu'un tome après celui-ci et c'est fini.... Et au vu des premières pages de ce tome 9, autant vous dire que le tome 10 devrait être épique au possible. Une fin en apothéose.... qui m’oblige à nuancer un petit peu ce tome 9. En effet on salive au vu des premières pages mais ce tome 9 est avant tout un résumé global et une préparation au choc final. Et assez malheureusement la partie "résumé" n'est pas super bien faite. Un petit chien vient nous rappeler les références aux albums précédents dès qu'il y en a une. C’est un poil grossier et cela arrive trop souvent. On lit rarement un tome 9 sans avoir lu les précédents. Par contre la partie préparation est-elle excellente. La dernière pièce manquante est trouvée, le calme revient et nos héros semble épanouis et maîtriser la situation... le calme avant la tempête. Kid Toussaint réussi à bien rassembler toutes les pièces de son histoire sans perdre le lecteur et nous offre dans ce tome 9 une rampe de lancement pour une mise en orbite du tome 10. Qui, a n'ne pas douter, sera excellent. Monsieur Toussaint attention vous avez la pression
  21. Titre de l'album : Magic 7 t9 : le dernier livre des mages Scenariste de l'album : Kid Toussaint Dessinateur de l'album : Kenny Ruiz Editeur de l'album : Dupuis Note de l'album : 4 Résumé de l'album : Dans le désert du Sinaï, les sept mages partent sur les traces d'une secte aussi discrète qu'impitoyable : la secte des "gardiens du Livre". Les Sept espère trouver dans ce livre, le seul à avoir été écrit par le premier mage, toutes les réponses à leurs questions : qui sont-ils ? Pourquoi ont-ils hérité de ces pouvoirs ? Et dans quel but ? La localisation de l'endroit où se trouve le Livre étant répartie dans la mémoire des différents gardiens, c'est un jeu d'enfants pour Milo, le télépathe, d'aller chercher ces infos dans les cerveaux des gardiens qu'ils ont réussi à enlever. Grâce au Runaway train en mode aéroglisseur, les Sept traversent le désert de Jordanie et arrivent à une cité creusée dans la roche. Ils ignorent, que dans ce piège brûlant, ils auront à affronter leurs plus redoutables ennemis : les sept contre-mages ! Critique : Elle approche, elle approche. Cette fin tant attendue de ce qui est peut-être la meilleure série de fantasy jeunesse de la décennie. Plus qu'un tome après celui-ci et c'est fini.... Et au vu des premières pages de ce tome 9, autant vous dire que le tome 10 devrait être épique au possible. Une fin en apothéose.... qui m’oblige à nuancer un petit peu ce tome 9. En effet on salive au vu des premières pages mais ce tome 9 est avant tout un résumé global et une préparation au choc final. Et assez malheureusement la partie "résumé" n'est pas super bien faite. Un petit chien vient nous rappeler les références aux albums précédents dès qu'il y en a une. C’est un poil grossier et cela arrive trop souvent. On lit rarement un tome 9 sans avoir lu les précédents. Par contre la partie préparation est-elle excellente. La dernière pièce manquante est trouvée, le calme revient et nos héros semble épanouis et maîtriser la situation... le calme avant la tempête. Kid Toussaint réussi à bien rassembler toutes les pièces de son histoire sans perdre le lecteur et nous offre dans ce tome 9 une rampe de lancement pour une mise en orbite du tome 10. Qui, a n'ne pas douter, sera excellent. Monsieur Toussaint attention vous avez la pression Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/magic-7-tome-9-le-dernier-livre-des-mages?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. poseidon2

    Les 5 terres t3

    Je faisais parti des gens qui ne cachaient pas leur scepticisme sur cette série. En effet les deux premiers tomes ont été encensés par le petit monde de la BD alors même qu'il ne se passait pas grand-chose de surprenant. Tentant de faire un Games Of thrones en BD, nos auteurs restaient dans un classicisme un peu regrettable. Pas de mauvais albums mais pas très prenant. Et bien il faut bien reconnaître que celui-ci monte la barre d'un cran. Si la moitié des personnages ne servent encore à rien, les petites miettes semées sur les deux premiers albums commencent à former un vrai chemin intéressant. Les choses s’emboîtent de plus en plus, et les personnages qui contrôlent ce petit univers ne sont pas forcément ceux que l'on croit. On se rapproche d'un vrai jeu de trône beaucoup plus sophistiqué et donc plus prenant. La dernière image est assez représentative (des influences comme de la tournure de la série). On attendra donc des prochains tomes de récupérer les cailloux restant (les enfants servent à qui bordelllll) en espérant que nos auteurs n'aient pas vu trop grand au début (les ours ont disparu par exemple) Bref le meilleur album des 3.... Qui annoncent des tomes suivants encore meilleurs
  23. poseidon2

    No war t4

    Si le voyant de la cocotte était rouge mais qu'elle ne sifflait pas encore, là elle se met à faire un bruit d'enfer ! Elle est vraiment tout prête à exploser !!!. Et on ne peut que féliciter Anthony Pastor et la maison Casterman pour cet album ! Cette réussite est vraiment une réussite d'équipe. En effet tout était déjà en place pour lancer une conclusion à cette histoire. Mais plutôt que de se précipiter, Anthony Pastor a préféré prendre son temps pour faire monter un peu plus l'ambiance et nous offrir un tome d'une tension extrême. Un tome dont on se dit que l’histoire va basculer à chaque page..... Un vrai thriller sur papier. Et pour ce faire il faut bien sur avoir une maison d'édition qui autorise un auteur à partir sur une série de plus de 4 tomes. Ce qui est malheureusement de plus en plus rare. On ne peut que féliciter Casterman pour avoir laissé le champ libre à Anthony Pastor qui en en train de nous livrer un des meilleurs thrillers politico-financier depuis un petit moment.
  24. poseidon2

    No war t4

    Titre de l'album : No war t4 Scenariste de l'album : Anthony Pastor Dessinateur de l'album : Anthony Pastor Editeur de l'album : Casterman Note de l'album : 4.5 Résumé de l'album : Sur Saarok, l’île sanctuaire des Kiviks, la situation dégénère. Les contestataires enchainent les sabotages sur le site du barrage soutenu par le gouvernement. En répercussion de quoi la répression policière est de plus en plus dure, les autochtones étant arrêtés en grand nombre. Run et Jo, toujours forcés de cohabiter par les pierres magiques Kafikadiks, échappent ainsi de peu à une rafle. Ils trouvent refuge dans la grotte aux esprits, lieu sacré s’il en est, où Oruk, l’oncle de Run, les accueille. Ils y apprendront comment est réellement mort Luka, le grand frère de Run. Au même moment, sur le chantier du barrage, Georg, le père de Run, se fait forcer la main par ses patrons chinois, qui l’obligent à annoncer publiquement la suspension du projet, au grand dam du président Pürson... Chaque jour, le chaos gagne un peu plus le Vukland ! Critique : Si le voyant de la cocotte était rouge mais qu'elle ne sifflait pas encore, là elle se met à faire un bruit d'enfer ! Elle est vraiment tout prête à exploser !!!. Et on ne peut que féliciter Anthony Pastor et la maison Casterman pour cet album ! Cette réussite est vraiment une réussite d'équipe. En effet tout était déjà en place pour lancer une conclusion à cette histoire. Mais plutôt que de se précipiter, Anthony Pastor a préféré prendre son temps pour faire monter un peu plus l'ambiance et nous offrir un tome d'une tension extrême. Un tome dont on se dit que l’histoire va basculer à chaque page..... Un vrai thriller sur papier. Et pour ce faire il faut bien sur avoir une maison d'édition qui autorise un auteur à partir sur une série de plus de 4 tomes. Ce qui est malheureusement de plus en plus rare. On ne peut que féliciter Casterman pour avoir laissé le champ libre à Anthony Pastor qui en en train de nous livrer un des meilleurs thrillers politico-financier depuis un petit moment. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/no-war-tome-4?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. Titre de l'album : Nevada tome 2 - Route 99 Scenariste de l'album : Fred Duval et Jean-Pierre Pécau Dessinateur de l'album : Colin Wilson Editeur de l'album : Delcourt Note de l'album : 3 Résumé de l'album : À peine remis de son excursion au Mexique pour y rattraper l’Étoile du Texas en mal d’émotions fortes, Nevada repart pour une nouvelle mission. Tout ne va pas se passer comme il l’espérait, mais après tout il a l’habitude. Louise confie à Nevada, l’homme à tout faire des studios d’Hollywood, une livraison de la plus haute importance. À Los Angeles, dans le célèbre quartier de Chinatown, le destinataire attend ce « cadeau » qui facilitera la signature d’un contrat d’exclusivité avec le studio. Malheureusement, le contenu du paquet a l’air de beaucoup intéresser un chef des redoutables triades chinoises… Critique : La deuxième mission pour Nevada commence avec beaucoup d'action pour nous remettre dans le bain avec cet homme de main à tout faire qui travaille pour les studios de cinéma. Le héros va devoir faire une pause dans sa poursuite de Caldwell comme on lui confie une livraison un peu particulière, pour un acteur en vogue. Fred Duval et Jean-Pierre Pécau signent une série d'action pure et dure avec Nevada. Leur héros est prêt pour toutes les missions et rien de semble pouvoir l'arrêter pour les mener à bien. Nevada vise le divertissement avant tout, sans trop de réflexion avec une légère trame de fond qui n'est pas si importante comme les auteurs ne donnent aucun indice supplémentaires sur leur héros. Au niveau dessin, Colin Wilson confirme son aisance à avec les histoires d'action avec les décors désertiques de chinatown pour ce tome. Le visage du héros est étrange sur certaine cases mais ne gâche en rien le plaisir de lecture. Une version noir et blanc est sortie le même jour en librairie pour profiter des dessins de Wilson. Après le Mexique, les lecteurs peuvent continuer l'aventure avec ce héros imperturbable qui affronte tous les dangers. Comme pour le premier tome, l'histoire se termine en un tome qui ne laisse pas trop voir le passé du héros pour l'instant. Les lecteurs auront peut-être du mal à s'attacher à Nevada si la trame de fond ne gagne pas en profondeur. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nevada-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...