Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'enquête'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Si je ne suis pas l'un des plus grand fan de Larry Max, j'avoue suivre ses aventures avec un certain intérêt. Malheureusement j'ai trouvé cet épisode un cran en dessous des derniers qui avaient su m'intéresser. Stephen Desberg est bien une référence en matière de scénarios en bd, mais là son intrigue m'a semblée bien bancale ce qui est un peu un comble pour une bd sur l'univers politico financier. C'était surtout jusqu'ici l'un des points fort de cette série. Pourtant, dans ce tome 24, le complot final m'a semblé peu crédible, et les motivations des uns et des autres pour le moins légères par rapport à la portée de leurs actes. Le message du scénariste sur les enjeux de notre monde s'en trouve à mon sens un peu dilué devant des complications un peu inutiles secondaires au récit. De même certains faits majeurs émotionnellement sont traités finalement très rapidement, ne nous laissant guère percevoir leur portée émotionnelle. Le dessin lui ne progresse guère en terme de qualité et s'il remplit toutefois son office pour une bd de thriller, il manque à mon goût bien trop de détails et de soin pour faire honneur à l'intérieur à sa jolie couverture. Les fans de la première heure de Larry B. Max y trouveront probablement leur bonheur mais pour les nouveaux lecteurs cela me semble un peu juste.
  2. Titre de l'album : I.R.$ - Tome 24 - Les prédateurs climatiques Scenariste de l'album : Stephen Desberg Dessinateur de l'album : Bernard Vrancken Coloriste : Marquebreucq Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : En présentant un projet trans-partisan d'action contre le réchauffement climatique, Larry Max espère encore faire bouger les choses par la voie démocratique. Mais n'est-ce pas peine perdue au sein d'une Amérique où les extrémistes pèsent sur le débat à coups d'explosifs et autres rafales de balles ? Pourtant, il n'est pas seul à mener le combat écologique. L'ancien vice-président Shore semble décidé à revenir en politique. Et lui a très bien compris la façon dont fonctionne ce pays... Critique : Si je ne suis pas l'un des plus grand fan de Larry Max, j'avoue suivre ses aventures avec un certain intérêt. Malheureusement j'ai trouvé cet épisode un cran en dessous des derniers qui avaient su m'intéresser. Stephen Desberg est bien une référence en matière de scénarios en bd, mais là son intrigue m'a semblée bien bancale ce qui est un peu un comble pour une bd sur l'univers politico financier. C'était surtout jusqu'ici l'un des points fort de cette série. Pourtant, dans ce tome 24, le complot final m'a semblé peu crédible, et les motivations des uns et des autres pour le moins légères par rapport à la portée de leurs actes. Le message du scénariste sur les enjeux de notre monde s'en trouve à mon sens un peu dilué devant des complications un peu inutiles secondaires au récit. De même certains faits majeurs émotionnellement sont traités finalement très rapidement, ne nous laissant guère percevoir leur portée émotionnelle. Le dessin lui ne progresse guère en terme de qualité et s'il remplit toutefois son office pour une bd de thriller, il manque à mon goût bien trop de détails et de soin pour faire honneur à l'intérieur à sa jolie couverture. Les fans de la première heure de Larry B. Max y trouveront probablement leur bonheur mais pour les nouveaux lecteurs cela me semble un peu juste. Autres infos : Crayonné de Jacomelli Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/i-r-s-tome-24-les-predateurs-climatiques?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Titre de l'album : Les âmes fendues Scenariste de l'album : Xavier Bétaucourt Dessinateur de l'album : Jean-Luc Loyer Coloriste : Editeur de l'album : Steinkis Note : Résumé de l'album : Schizophrénie : du grec skizo qui signifie " fendre, séparer " et de phrên qui signifie " l'âme, l'esprit " . L'hôpital psychiatrique est un endroit empreint de fantasmes et d'appréhensions. Lieu de libération pour certains, de peur pour d'autres, il traverse nos imaginaires. Mais que se passe-t-il réellement derrière ses murs ? Quelles maladies y sont soignées et par quelles méthodes ? Qui sont ces malades souffrant de stigmatisation sociale ? C'est en plongeant dans le quotidien de l'hôpital et dans la relation singulière entre les soignants et les patients que vous découvrirez la vie de ces " âmes fendues "... Réalisé avec la participation du Centre hospitalier Camille Claudel (La Couronne). Critique : La psychiatrie a toujours été le parent pauvre des services hospitaliers . Celui que l'on met dans un pavillon loin à l'écart , ou au sous-sol . Je le sais car j'y ai travaillé et mon épouse est infirmière dans un service d'addictions . Cet endroit mystérieux que l'on nommait "l'asile" , trouve peu à peu quelques lettres de noblesses avec de nombreuses avancées en matière de traitement médicamenteux et thérapies cognitives . Les patients ne sont plus des "fous" mais de réels malades souffrant de pathologies reconnues et traitées en tant que telles . Cette immersion intra muros dans le CH Camille Claudel tente de démystifier cette spécialité de médecine et démontre tout le courage des soignants y exerçant . On suit les équipes pluri-disciplinaires dans leur quotidien avec les difficultés rencontrées . Manque de moyens , à l'image de locaux vétustes et d'une pénurie de personnels ! On passe donc au cours du récit d'un soignant à l'autre , avec des explications de cas concrets sur des patients atteints de troubles psychiatriques , tout en alternant avec leurs témoignages sur le combat mené . Schizophrénie , les différents types de névroses , dépression etc .... Le journaliste Xavier Bétaucourt tente de rendre ces pathologies moins mystérieuses pour le lecteur , en les illustrant avec des témoignages et des définitions employées par le corps soignant tout au long de la lecture . Le dessinateur Jean-Luc Loyer réalise une ligne claire en colorant soignants et décors mais pas les patients , afin d'aider le lecteur à mieux les identifier . Ils sont représentés en teintes de gris , comme des âmes en peine . Grâce à Freud entre autres, et une pharmacologie en constants progrès , des avancées sont réalisées en ce domaine , mais le combat est encore long car les maladies mentales ne se traitent pas comme une entorse ou une fracture du myocarde . Une BD sincère qui mérite d'être lue par le plus grand nombre , pour peu que le sujet intéresse . Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-ames-fendues/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Kevin Nivek

    Les âmes fendues

    La psychiatrie a toujours été le parent pauvre des services hospitaliers . Celui que l'on met dans un pavillon loin à l'écart , ou au sous-sol . Je le sais car j'y ai travaillé et mon épouse est infirmière dans un service d'addictions . Cet endroit mystérieux que l'on nommait "l'asile" , trouve peu à peu quelques lettres de noblesses avec de nombreuses avancées en matière de traitement médicamenteux et thérapies cognitives . Les patients ne sont plus des "fous" mais de réels malades souffrant de pathologies reconnues et traitées en tant que telles . Cette immersion intra muros dans le CH Camille Claudel tente de démystifier cette spécialité de médecine et démontre tout le courage des soignants y exerçant . On suit les équipes pluri-disciplinaires dans leur quotidien avec les difficultés rencontrées . Manque de moyens , à l'image de locaux vétustes et d'une pénurie de personnels ! On passe donc au cours du récit d'un soignant à l'autre , avec des explications de cas concrets sur des patients atteints de troubles psychiatriques , tout en alternant avec leurs témoignages sur le combat mené . Schizophrénie , les différents types de névroses , dépression etc .... Le journaliste Xavier Bétaucourt tente de rendre ces pathologies moins mystérieuses pour le lecteur , en les illustrant avec des témoignages et des définitions employées par le corps soignant tout au long de la lecture . Le dessinateur Jean-Luc Loyer réalise une ligne claire en colorant soignants et décors mais pas les patients , afin d'aider le lecteur à mieux les identifier . Ils sont représentés en teintes de gris , comme des âmes en peine . Grâce à Freud entre autres, et une pharmacologie en constants progrès , des avancées sont réalisées en ce domaine , mais le combat est encore long car les maladies mentales ne se traitent pas comme une entorse ou une fracture du myocarde . Une BD sincère qui mérite d'être lue par le plus grand nombre , pour peu que le sujet intéresse .
  5. Ce Sherlock Holmes vient conclure le diptyque sur l'enquête des mystères de Londres. On y retrouve la même équipe que pour le tome 1 sorti en avril de l'année dernière. Si sur le premier tome je regrettais parfois le manque de détail dans le dessin de Michel Suro, je crains que sur ce second tome cette impression se soit renforcée, au point que j'ai eu du mal à prendre plaisir à parcourir ses planches. C'est évidemment subjectif mais je trouve que l'ensemble manque un peu de profondeur et de richesse, et que les personnages sont un peu secs à mon goût. Reste que soyons honnêtes, pour un polar, ce style sérieux et un peu froid ne nuit pas vraiment à la lecture de la fin de cette intrigue. Et c'est bien le second reproche que je ferais à ce tome, on lit généralement un Sherlock Holmes pour y voir du génie, le sens du détail et de l'enquête du meilleur détective au monde (non ce n'est pas Batman, je vous vois venir), et de ce côté là, et bien l'enquête n'impressionne pas beaucoup. Pire j'ai eu le sentiment que certaines déductions du détective sont contredites en fin d'affaire sans pour autant qu'il y ai eu d'explications. L'humour, est parfois aussi mal dosé, avec un comique de répétition qui finit par devenir un peu lourd sur le couple Watson Rose. J'ai été un peu déçu par la conclusion de ce diptyque sur Sherlock. Reste que retrouver la Tamise et l'europe de la fin du XIX est très agréable et que les références historiques sont nombreuses.
  6. Titre de l'album : Sherlock Holmes et les mystères de Londres tome 2 - Le Retour de Spring-Heeled Jack Scenariste de l'album : Jean-Pierre Pécau Dessinateur de l'album : Michel Suro Coloriste : Scarlett Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Londres a peur, la Tamise continue à charrier les cadavres de jeunes filles affublées d'un horrible masque. Les autorités sont sur les charbons ardents. Dans les quartiers du EastEnd, les classes populaires commencent à s'agiter en accusant sans preuve les étrangers de commettre ces forfaits. Pour Holmes il faut faire vite avant que Londres s'embrase. Fénéon demande l'aide de ses amis anarchistes. Critique : Ce Sherlock Holmes vient conclure le diptyque sur l'enquête des mystères de Londres. On y retrouve la même équipe que pour le tome 1 sorti en avril de l'année dernière. Si sur le premier tome je regrettais parfois le manque de détail dans le dessin de Michel Suro, je crains que sur ce second tome cette impression se soit renforcée, au point que j'ai eu du mal à prendre plaisir à parcourir ses planches. C'est évidemment subjectif mais je trouve que l'ensemble manque un peu de profondeur et de richesse, et que les personnages sont un peu secs à mon goût. Reste que soyons honnêtes, pour un polar, ce style sérieux et un peu froid ne nuit pas vraiment à la lecture de la fin de cette intrigue. Et c'est bien le second reproche que je ferais à ce tome, on lit généralement un Sherlock Holmes pour y voir du génie, le sens du détail et de l'enquête du meilleur détective au monde (non ce n'est pas Batman, je vous vois venir), et de ce côté là, et bien l'enquête n'impressionne pas beaucoup. Pire j'ai eu le sentiment que certaines déductions du détective sont contredites en fin d'affaire sans pour autant qu'il y ai eu d'explications. L'humour, est parfois aussi mal dosé, avec un comique de répétition qui finit par devenir un peu lourd sur le couple Watson Rose. J'ai été un peu déçu par la conclusion de ce diptyque sur Sherlock. Reste que retrouver la Tamise et l'europe de la fin du XIX est très agréable et que les références historiques sont nombreuses. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sherlock-holmes-et-les-mysteres-de-londres-tome-2-le-retour-de-spring-heeled-jack?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. C'est probablement après l'affaire du petit Grégory , le fait divers qui a le plus passionné les français ces dernières années ! L'affaire Dupont de Ligonnès . Nombre de livres et documentaires tv sont sortis depuis , avec chacun des éléments de réponses et des suppositions . Il y avait donc la place pour un documentaire en BD , une des spécialités de la maison d'édition petitàpetit , qui raison de plus , possède ses bureaux à Nantes ville du drame . Dans une chronologie des faits , l'équipe d'auteurs de ce livre , nous dévoile nombre d'éléments d'enquêtes et témoignages des proches . Quelques flashbacks clairsemés illustrent le passé du père de famille et ses discussions avec ses amis ou parents . Cela nous permet de mieux identifier la personnalité de Xavier Dupont de Ligonnès , ou XDDL comme le surnomment les policiers . Comment en arriver là et pourquoi ? Les auteurs amènent le lecteur à prendre part à l'enquête , ils ne donnent pas leur vision ni leur interprétation . On tourne les pages et on découvre de nouveaux indices ou ce qui semble en être , car la complexité est réelle . Cette serpillère encore humide des jours après la tuerie ... Tant de questions pour une histoire hors normes ! 12 ans que cela dure , la plus grande probabilité serait son suicide dans les nombreuses cavités du massif de Roquebrune sur Argens dans le Var , mais ....
  8. Titre de l'album : La traque - L'affaire Ligonnès Scenariste de l'album : Olivier Petit , Valérie Morice Dessinateur de l'album : Valette Coloriste : Editeur de l'album : Petit à petit Note : Résumé de l'album : Le 21 avril 2011, 5 membres d'une même famille sont retrouvés morts, leurs corps soigneusement emballés sous la terrasse d'une maison mitoyenne bourgeoise. Absent de cette macabre découverte, le « chef » de famille est immédiatement qualifié de suspect N°1. Désormais il va devenir l'homme traqué. Ballotté de rumeurs en fausses pistes, le lecteur va suivre les enquêteurs et se lancer à son tour à la recherche de l'homme traqué, en se posant la question que tout le monde se pose : Mort ou vivant ? Critique : C'est probablement après l'affaire du petit Grégory , le fait divers qui a le plus passionné les français ces dernières années ! L'affaire Dupont de Ligonnès . Nombre de livres et documentaires tv sont sortis depuis , avec chacun des éléments de réponses et des suppositions . Il y avait donc la place pour un documentaire en BD , une des spécialités de la maison d'édition petitàpetit , qui raison de plus , possède ses bureaux à Nantes ville du drame . Dans une chronologie des faits , l'équipe d'auteurs de ce livre , nous dévoile nombre d'éléments d'enquêtes et témoignages des proches . Quelques flashbacks clairsemés illustrent le passé du père de famille et ses discussions avec ses amis ou parents . Cela nous permet de mieux identifier la personnalité de Xavier Dupont de Ligonnès , ou XDDL comme le surnomment les policiers . Comment en arriver là et pourquoi ? Les auteurs amènent le lecteur à prendre part à l'enquête , ils ne donnent pas leur vision ni leur interprétation . On tourne les pages et on découvre de nouveaux indices ou ce qui semble en être , car la complexité est réelle . Cette serpillère encore humide des jours après la tuerie ... Tant de questions pour une histoire hors normes ! 12 ans que cela dure , la plus grande probabilité serait son suicide dans les nombreuses cavités du massif de Roquebrune sur Argens dans le Var , mais .... Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-traque-l-affaire-ligonnes/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. J'avoue que je ne suis pas un lecteur assidu des Clifton, mais j'ai pris beaucoup de plaisir à la lecture de celui-ci. L'essentiel des vannes reposent sur la rivalité franco anglaise, que Turk et Zidrou nous présentent officiellement du point de vue anglais, mais qui reste avant tout une source de blagues inépuisables pour qui aime détester la perfide albion. Petits et grands gags se succèdent donc avec toutefois un petit moment émotion bien vite balayé pour laisser place à l'aventure et l'humour. Je trouve que le format d'aventure ou d'histoire complète est particulièrement bien adapté à l'humour développé, puisque si une série de gags auraient peut être finis par nous lasser, là le parfum de l'aventure ou de l'enquête permet un relais agréable. Une lecture des plus sympathique donc.
  10. Titre de l'album : Clifton - Tome 24 - Le dernier des Clifton Scenariste de l'album : Zidrou Dessinateur de l'album : Turk Coloriste : Kaël Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Si le colonel Harold Wilberforce Clifton s'enorgueillit de son inestimable collection de bagues de cigares, il est plus fier encore de son nom et de sa lignée. Mais qui dit dynastie séculaire dit secrets de famille. Et, par la faute d'un de ses ancêtres, notre colonel favori doit faire face à une mystérieuse bande d'assassins français - donc antipathiques - bien décidés à éteindre la lignée des Clifton ! Holy cow ! Critique : J'avoue que je ne suis pas un lecteur assidu des Clifton, mais j'ai pris beaucoup de plaisir à la lecture de celui-ci. L'essentiel des vannes reposent sur la rivalité franco anglaise, que Turk et Zidrou nous présentent officiellement du point de vue anglais, mais qui reste avant tout une source de blagues inépuisables pour qui aime détester la perfide albion. Petits et grands gags se succèdent donc avec toutefois un petit moment émotion bien vite balayé pour laisser place à l'aventure et l'humour. Je trouve que le format d'aventure ou d'histoire complète est particulièrement bien adapté à l'humour développé, puisque si une série de gags auraient peut être finis par nous lasser, là le parfum de l'aventure ou de l'enquête permet un relais agréable. Une lecture des plus sympathique donc. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/clifton-tome-24-le-dernier-des-clifton?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Titre de l'album : Le mystère du col Dyatlov Scenariste de l'album : Cédric Mayen Dessinateur de l'album : Jandro González Coloriste : Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Janvier 1959. Un groupe d'alpinistes chevronnés entame une ascension en direction d'un mont russe. Aucun d'entre eux n'en reviendra vivant. Un mois plus tard, le procureur Lev Ivanov est appelé pour assister à la recherche des corps. Le « limier de Sverdlovsk » s'interroge : pourquoi les alpinistes se sont-ils séparés ? Pourquoi certains ont-ils lacéré leur tente pour en fuir sans leurs chaussures ? Et pourquoi les autres ont-ils été atrocement mutilés ? Et le pire, c'est que personne ne semble tenir à ce qu'il trouve les réponses... Critique : Humpf encore une bd inclassable... On est presque sur un documentaire concernant un fait divers ayant eu lieu dans le grand nord russe sous période URSS, sauf que voilà, le mystère n'ayant jamais été officiellement résolu, il s'agit ici de la présentation de la partie la plus probable de l'histoire. Car si la partie concernant l'enquête s'avère relativement documentée et précise, ce qu'il s'est passé pour ces alpinistes reste encore aujourd'hui un mystère. A noter qu'à ce titre l'enquête présentée dans le dossier documentaire de la fin d'album est presque plus intéressante que la partie bd pour ceux qui veulent comprendre les dessous de ce dossier mystérieux... J'ai par contre du coup plus de mal avec la partie reconstitution de l'aventure de ces alpinistes puisqu'on s'enfonce là alors dans les conjectures... Un mystère irrésolu reste très très frustrant pour le lecteur, et la conclusion de l'enquête soviétique en bd nous laisse forcément sur notre faim. La partie graphique de Jandro Gonzalez est plutôt très réussie avec une vraie expressivité des personnages, même si la colorisation, imposée par le contexte (paysages fortement enneigés et mauvais temps) à tendance à rendre un peu terne. Par contre j'avoue que pour ceux qui ne connaissent pas ce fait divers, se plonger dans un mystère de l'ère soviétique dans un univers aussi hostile et glacial cela change et apporte pas mal de fraicheur à l'ensemble pour le lecteur occidental moyen que je suis. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-mystere-du-col-dyatlov?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. The_PoP

    Le mystère du col Dyatlov

    Humpf encore une bd inclassable... On est presque sur un documentaire concernant un fait divers ayant eu lieu dans le grand nord russe sous période URSS, sauf que voilà, le mystère n'ayant jamais été officiellement résolu, il s'agit ici de la présentation de la partie la plus probable de l'histoire. Car si la partie concernant l'enquête s'avère relativement documentée et précise, ce qu'il s'est passé pour ces alpinistes reste encore aujourd'hui un mystère. A noter qu'à ce titre l'enquête présentée dans le dossier documentaire de la fin d'album est presque plus intéressante que la partie bd pour ceux qui veulent comprendre les dessous de ce dossier mystérieux... J'ai par contre du coup plus de mal avec la partie reconstitution de l'aventure de ces alpinistes puisqu'on s'enfonce là alors dans les conjectures... Un mystère irrésolu reste très très frustrant pour le lecteur, et la conclusion de l'enquête soviétique en bd nous laisse forcément sur notre faim. La partie graphique de Jandro Gonzalez est plutôt très réussie avec une vraie expressivité des personnages, même si la colorisation, imposée par le contexte (paysages fortement enneigés et mauvais temps) à tendance à rendre un peu terne. Par contre j'avoue que pour ceux qui ne connaissent pas ce fait divers, se plonger dans un mystère de l'ère soviétique dans un univers aussi hostile et glacial cela change et apporte pas mal de fraicheur à l'ensemble pour le lecteur occidental moyen que je suis.
  13. poseidon2

    Ne lache pas ma main

    Très honnêtement, je ne me souviens plus combien de temps que cela fait qu'une BD ne m'avait pas happé comme cela, au point de me coucher tresss tard pour la finir, sans jamais avoir d'impression de fatigue. Je ne saurais dire qui du roman ou de la bas est le meilleur support, mais reste que cette lecture fut magique. Une enquête menée de main de maitre. Des rebondissements bien cachés. Des moments de drame et une conclusion qui nous satisfait, le tout porté par un dessin superbe. Un dessin qui réussi le difficile challenge d'allier la beauté, et le côté vacances de l'ile de la réunion tout en représentant le côté stressant et tendu de l'histoire. On est littéralement passionné par cette chasse à l'homme, sans jamais réussir à avoir une longueur d'avance sur l'histoire. Après le succès des Nymphéas Noirs, on aurait pu avoir peur que la comparaison plombe le ressenti. Il n'en est rien.
  14. Titre de l'album : Ne lache pas ma main Scenariste de l'album : Fred Duval adaptant Michel Bussi Dessinateur de l'album : Didier Cassegrain Coloriste : Didier Cassegrain Editeur de l'album : Dupuis - Air Libre Note : Résumé de l'album : Quand Liane disparaît de l'hôtel, son mari, Martial, devient le coupable idéal. Désemparé, ne sachant comment prouver son innocence, il prend la fuite avec leur fille de 6 ans. Pour la police, cela sonne comme un aveu : la course-poursuite, au coeur de la nature luxuriante de l'île, est lancée. Une officier de police opiniâtre pourra-t-elle appréhender le suspect ? Après le succès de l'adaptation en bande dessinée de son roman Les Nymphéas noirs, Michel Bussi revient en compagnie de Fred Duval et Didier Cassegrain pour Ne lâche pas ma main, un thriller haletant au coeur de l'île de La Réunion. Critique : Très honnêtement, je ne me souviens plus combien de temps que cela fait qu'une BD ne m'avait pas happé comme cela, au point de me coucher tresss tard pour la finir, sans jamais avoir d'impression de fatigue. Je ne saurais dire qui du roman ou de la bas est le meilleur support, mais reste que cette lecture fut magique. Une enquête menée de main de maitre. Des rebondissements bien cachés. Des moments de drame et une conclusion qui nous satisfait, le tout porté par un dessin superbe. Un dessin qui réussi le difficile challenge d'allier la beauté, et le côté vacances de l'ile de la réunion tout en représentant le côté stressant et tendu de l'histoire. On est littéralement passionné par cette chasse à l'homme, sans jamais réussir à avoir une longueur d'avance sur l'histoire. Après le succès des Nymphéas Noirs, on aurait pu avoir peur que la comparaison plombe le ressenti. Il n'en est rien. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ne-lache-pas-ma-main?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Titre de l'album : Sherlock Holmes et les mystères de Londres - Tome 1 - La noyée de la tamise Scenariste de l'album : Jean-Pierre Pécau Dessinateur de l'album : Michel Suro Coloriste : Scarlett Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Une jeune fille est retrouvée morte, noyée dans la Tamise. Elle porte un masque étrange sur le visage. Aussitôt, les autorités pensent à la communauté jamaïcaine de l'East End, mais le célèbre détective n'est pas d'accord. Pour étayer ses dires, il va faire appel à Felix Fénéon, spécialiste des masques anciens, mais qui est poursuivi pour avoir posé une bombe dans un restaurant parisien ! Critique : Attention ceci n'est ni une one shot, ni une enquête complète au sein d'une série sur Sherlock Holmes mais bien le premier tome d'une nouvelle enquête de Sherlock Holmes apocryphe imaginée par Jean-Pierre Pécau. Il est important de le dire, car je le sais parmi vous se cachent des puristes en Sherlock Holmes. Cette nouvelle aventure démarre en 1894 et s'intercale donc parmi les autres enquêtes de Sherlock écrites par Sir Arthur Conan Doyle. Les dessins de Michel Suro collent bien à cette ambiance de polar sérieux, même si parfois l'on regrettera le manque de détails sur certaines cases ou visages. L'ambiance de la fin du 19ème siècle est palpable et réussie. L'intrigue est bien ficelée pour le moment et nous entraîne dans plusieurs endroits et ambiances différentes, et la personnalité complexe de Sherlock Holmes est toujours aussi prégnante. Ce premier tome est agréable à lire et ravira les amateurs de polar et ceux de Sherlock ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sherlock-holmes-et-les-mysteres-de-londres-tome-1-la-noyee-de-la-tamise?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. Attention ceci n'est ni une one shot, ni une enquête complète au sein d'une série sur Sherlock Holmes mais bien le premier tome d'une nouvelle enquête de Sherlock Holmes apocryphe imaginée par Jean-Pierre Pécau. Il est important de le dire, car je le sais parmi vous se cachent des puristes en Sherlock Holmes. Cette nouvelle aventure démarre en 1894 et s'intercale donc parmi les autres enquêtes de Sherlock écrites par Sir Arthur Conan Doyle. Les dessins de Michel Suro collent bien à cette ambiance de polar sérieux, même si parfois l'on regrettera le manque de détails sur certaines cases ou visages. L'ambiance de la fin du 19ème siècle est palpable et réussie. L'intrigue est bien ficelée pour le moment et nous entraîne dans plusieurs endroits et ambiances différentes, et la personnalité complexe de Sherlock Holmes est toujours aussi prégnante. Ce premier tome est agréable à lire et ravira les amateurs de polar et ceux de Sherlock !
  17. Titre de l'album : Une aventure des spectaculaires - Tome 6 - Les spectaculaires font leur cirque chez Jules Vernes Scenariste de l'album : Régis Hautière Dessinateur de l'album : Arnaud Poitevin Coloriste : Christophe Bouchard Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Les Spectaculaires sont en pleine remise en question : les finances du cabaret des ombres sont au plus mal, et leurs aventures de justiciers masqués ont fait passer leur carrière artistique au second plan. Pour leur prochain spectacle, ils n'ont donc pas le droit à l'erreur ! Alors en pleine recherche d'une ville de province pour pouvoir le tester avant de le jouer face au terrible public parisien, ils sont interrompus par un professeur Pipolet tout à fait bouleversé : son ami Jules Verne lui a écrit et lui demande le rejoindre au plus vite à Amiens. Seul problème : l'écrivain est déjà décédé il y a plus de six ans... Pour les Spectaculaires, plus aucun doute sur la ville qui accueillera les préparatifs de leur spectacle... et leurs prochaines aventures ! Critique : Oh qu'elle commence à être sympathique cette série. Toujours très orientée jeunesse, elle coche cependant la nécessaire case : lecture super sympa aussi pour papa ou maman. Toujours située dans cette époque qu'on peine tant à situer dans notre histoire moderne, avec ses héros, souvent ridicules mais jamais vaincus, on se régale des jeux de mots, humour de situation et personnages ubuesques et autres trognes connues dans les décors. Le scénario se tient bien comme toujours et nous donne du fil à retordre jusqu'à la fin, multipliant quelques savoureuses fausses pistes. Alors je ne vais pas crier au génie, mais c'est quand même bien réussi tout cela, et je ne suis guère surpris d'arriver à ce sixième tome avec toujours autant de fraicheur. Le dessin d'Arnaud Poitevin est remarquable depuis le début de cette série, ne cédant pas à la facilité de réaliser une série jeunesse, à l'image de son compère Régis Hautière au scénario qui nous livre des histoires claires mais pas simplistes. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/une-aventure-des-spectaculaires-tome-6?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Oh qu'elle commence à être sympathique cette série. Toujours très orientée jeunesse, elle coche cependant la nécessaire case : lecture super sympa aussi pour papa ou maman. Toujours située dans cette époque qu'on peine tant à situer dans notre histoire moderne, avec ses héros, souvent ridicules mais jamais vaincus, on se régale des jeux de mots, humour de situation et personnages ubuesques et autres trognes connues dans les décors. Le scénario se tient bien comme toujours et nous donne du fil à retordre jusqu'à la fin, multipliant quelques savoureuses fausses pistes. Alors je ne vais pas crier au génie, mais c'est quand même bien réussi tout cela, et je ne suis guère surpris d'arriver à ce sixième tome avec toujours autant de fraicheur. Le dessin d'Arnaud Poitevin est remarquable depuis le début de cette série, ne cédant pas à la facilité de réaliser une série jeunesse, à l'image de son compère Régis Hautière au scénario qui nous livre des histoires claires mais pas simplistes.
  19. Difficile de parler de cet ouvrage objectivement au vu de l'actualité notamment de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Cet ouvrage s'inscrit en plein dans cette actualité pourtant, tentant de nous montrer et de nous expliquer comment Poutine a pu en arriver là. Pour tout passionné de géopolitique il est donc très intéressant, d'autant plus qu'il est écrit par un spécialiste américain de la Russie plutôt reconnu et sérieux. J'ai simplement deux bémols qui m'ont gênés pendant cette lecture pourtant ô combien instructive. Tout d'abord, dans le lien permanent fait à l'amérique et à sa politique intérieure et extérieure, je trouve l'auteur très très mesuré sur les faits reprochables aux américains. Je trouve que sa pertinence s'arrête là où commencent l'auto-critique nécessaire sur les actions de la diplomatie américaine. C'est particulièrement frappant sur les affaires wikileaks, Snowden et Assange. Simplement il vous faudra être bien armés en connaissances factuelles sur ses évènements pour mieux comprendre les limites de cette lecture. Toute enquête sur une personnalité politique finit nécessairement par être teintée du parti pris de l'auteur et cela ne me gêne en rien, mais ici cela manque parfois de nuance, et cela interroge malheureusement sur la crédibilité du reste des informations, tant la légèreté sur ces dossiers contraste avec le propos soutenu sur d'autres dossiers. Mon second grief concerne la chronologie peu claire. C'est dommage car si certains sauts dans le temps sont nécessaires pour comprendre ou interpréter une réaction, d'autres le sont moins et noient un peu le propos et la logique du dénouement. Ce Tsar par accident reste en tous cas une lecture majeure et passionnante de 259 pages ayant en plus le mérite de citer sa bibliographie et ses sources clairement en fin d'ouvrage. En cette période complexe, il faudra néanmoins je crois le lire avec un oeil critique mais nul doute que vous y apprendrez beaucoup de choses passionnantes sur la société russe et sur Vladimir Poutine.
  20. Titre de l'album : Tsar par accident - Mythes et mensonges de Vladimir Poutine Scenariste de l'album : Andrew S. Weiss Dessinateur de l'album : Brian "Box" Brown Coloriste : Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Dans l'imaginaire collectif occidental, Vladimir Poutine est un personnage sournois et complotant constamment pour détruire ses ennemis dans le monde entier. Mais comment un officier intermédiaire du KGB sans distinction est-il devenu l'un des dirigeants les plus puissants de l'histoire russe ? Dans quelle mesure sa posture de leader intraitable est-elle une performance calculée ? Dans Tsar par accident, Andrew S. Weiss, un ancien expert russe de la Maison Blanche, et Brian Brown montrent dans un roman graphique captivant comment Poutine s'est présenté avec succès comme un cerveau politique rusé et hors du commun, et comment le reste du monde a interagi avec lui en l'estimant comme tel. Ils brisent tous ces mythes en révélant la vérité derrière la personnalité d'homme fort qu'il a passé sa carrière à cultiver. Critique : Difficile de parler de cet ouvrage objectivement au vu de l'actualité notamment de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Cet ouvrage s'inscrit en plein dans cette actualité pourtant, tentant de nous montrer et de nous expliquer comment Poutine a pu en arriver là. Pour tout passionné de géopolitique il est donc très intéressant, d'autant plus qu'il est écrit par un spécialiste américain de la Russie plutôt reconnu et sérieux. J'ai simplement deux bémols qui m'ont gênés pendant cette lecture pourtant ô combien instructive. Tout d'abord, dans le lien permanent fait à l'amérique et à sa politique intérieure et extérieure, je trouve l'auteur très très mesuré sur les faits reprochables aux américains. Je trouve que sa pertinence s'arrête là où commencent l'auto-critique nécessaire sur les actions de la diplomatie américaine. C'est particulièrement frappant sur les affaires wikileaks, Snowden et Assange. Simplement il vous faudra être bien armés en connaissances factuelles sur ses évènements pour mieux comprendre les limites de cette lecture. Toute enquête sur une personnalité politique finit nécessairement par être teintée du parti pris de l'auteur et cela ne me gêne en rien, mais ici cela manque parfois de nuance, et cela interroge malheureusement sur la crédibilité du reste des informations, tant la légèreté sur ces dossiers contraste avec le propos soutenu sur d'autres dossiers. Mon second grief concerne la chronologie peu claire. C'est dommage car si certains sauts dans le temps sont nécessaires pour comprendre ou interpréter une réaction, d'autres le sont moins et noient un peu le propos et la logique du dénouement. Ce Tsar par accident reste en tous cas une lecture majeure et passionnante de 259 pages ayant en plus le mérite de citer sa bibliographie et ses sources clairement en fin d'ouvrage. En cette période complexe, il faudra néanmoins je crois le lire avec un oeil critique mais nul doute que vous y apprendrez beaucoup de choses passionnantes sur la société russe et sur Vladimir Poutine. Autres infos : Type de l'album : Roman graphique Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/tsar-par-accident?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. J'aime vraiment ce que Zidrou et Van Liemt ont fait avec le redémarrage des aventures de Ric Hochet car ils ont su jusqu'ici garder l'essence du personnage, l'époque, l'ambiance de la série, mais en nous livrant toutefois de nouvelles aventures à la narration plus dynamique je trouve. Ce tome 6, déjà, de ces nouvelles aventures va nous emmener dans le petit monde de la course hyppique et celui plus fréquenté du très grand banditisme. Ce coup-ci Ric aura fort à faire tant ses adversaires ne lui feront pas de cadeaux. Tenez vous le pour dit, ce n'est pas game of throne, mais ici non plus, tout le monde ne se relèvera pas à la fin de l'épisode. Vous l'aurez compris, en conservant ce qui a fait son succès mais en rendant l'ensemble plus adulte, Zidrou nous livre de nouvelles histoires se déroulant dans ses années 70 à la française dont j'ai du mal à me lasser en BD. Je ne peux que recommander aux vieux fans de ric hochet d'essayer ces nouvelles aventures.
  22. Titre de l'album : Les nouvelles enquêtes de Ric Hochet - Tome 6 - Le tiercé de la mort Scenariste de l'album : Zidrou Dessinateur de l'album : Van Liemt Coloriste : Cerminaro Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Si Ric Hochet est du genre à toujours forcer sa chance, tous ne sont pas du même avis. Un mystérieux réseau criminel semble avoir trouvé la combine pour gagner aux courses à tous les coups : rançonner directement le Pari Mutuel Urbain ! Et pour traquer le faux aveugle qui joue du fusil sur les hippodromes, Ric va devoir s'asseoir sur ses principes, et traiter avec son criminel de père... Notre héros parviendra-t-il à coiffer l'obscure « Ligue du Braille » sur le poteau...? Critique : J'aime vraiment ce que Zidrou et Van Liemt ont fait avec le redémarrage des aventures de Ric Hochet car ils ont su jusqu'ici garder l'essence du personnage, l'époque, l'ambiance de la série, mais en nous livrant toutefois de nouvelles aventures à la narration plus dynamique je trouve. Ce tome 6, déjà, de ces nouvelles aventures va nous emmener dans le petit monde de la course hyppique et celui plus fréquenté du très grand banditisme. Ce coup-ci Ric aura fort à faire tant ses adversaires ne lui feront pas de cadeaux. Tenez vous le pour dit, ce n'est pas game of throne, mais ici non plus, tout le monde ne se relèvera pas à la fin de l'épisode. Vous l'aurez compris, en conservant ce qui a fait son succès mais en rendant l'ensemble plus adulte, Zidrou nous livre de nouvelles histoires se déroulant dans ses années 70 à la française dont j'ai du mal à me lasser en BD. Je ne peux que recommander aux vieux fans de ric hochet d'essayer ces nouvelles aventures. Autres infos : D'après les personnages créés par Tibet et Duchâteau Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-nouvelles-enquetes-de-ric-hochet-tome-6-le-tierce-de-la-mort?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Que c'est difficile de noter cette BD pour moi. C'est l'histoire d'un fait divers sordide dont beaucoup d'entre vous ont entendu parler. Le format BD est entrecoupé d'éléments graphiques et de documents d'époques permettant de mettre en valeurs les témoignages et les narrations qui entrecoupent le récit. Celui-ci se concentre finalement sur ce que l'on sait de la victime, sur les mois qui précèdent son assassinat. Je vous avoue que je me suis ennuyé sur cette BD, alors même que le traitement graphique de Florent Maudoux est juste sublime comme à son habitude. Reste que c'est un documentaire sur une vieille affaire de fait divers sanglante et macabre, et que la victime n'attire même pas la sympathie, ajoutez à cela qu'à la fin on n'en sait pas bien plus qu'au début sur l'identité du meurtrier, et pour cause, celui-ci n'ayant toujours pas été formellement identifié, et bien j'ai eu du mal à trouver un intérêt à cette lecture. J'avais eu le même ressenti sur l'homme qui tua Chris Kyle par Nury et Büno, alors même que c'est également deux auteurs que j'adore. Je vous avoue également que le personnage et la personnalité de Melle Short ne m'a pas passionné outre mesure bien que les auteurs aient visiblement été très intéressés par cette partie là. Bref, pour les amateurs de faits divers et de cette amérique d'après guerre, foncez, le dessin de Florent Maudoux est juste exceptionnel et la quantité de travail documentaire réalisé stupéfiante. L'album est énorme, et la quantité de textes, témoignages et photos d'époque vous immergeront à coups sûr, en plus de vous occuper une longue soirée. Pour les autres, passez votre tour.
  24. Titre de l'album : A Short Story - La véritable histoire du Dahlia Noir Scenariste de l'album : Run Dessinateur de l'album : Florent Maudoux Coloriste : Run & Florent Maudoux Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : A Short Story retrace avec un souci du détail sans précédent la vraie histoire d'Elizabeth Short, plus connue sous le pseudonyme du Dahlia Noir, qui avait quitté son Massachusetts natal pour s'installer à Los Angeles, envisageant une carrière de star hollywoodienne. L'histoire et les dialogues, écrits d'après les documents déclassifiés du FBI, retrace la vie de cette jeune femme perdue dans Hollywood, en particulier les 3 mois qui ont précédé son horrible assassinat, et repose sur les témoignages recoupés de gens l'ayant connue et côtoyée. De son séjour au Figueroa Hotel avec Marjorie Grahams, à l'incident des trois de San Diego, un récit méticuleusement documenté, loin des clichés habituels sur une figure féminine dont on pensait tout connaître. Critique : Que c'est difficile de noter cette BD pour moi. C'est l'histoire d'un fait divers sordide dont beaucoup d'entre vous ont entendu parler. Le format BD est entrecoupé d'éléments graphiques et de documents d'époques permettant de mettre en valeurs les témoignages et les narrations qui entrecoupent le récit. Celui-ci se concentre finalement sur ce que l'on sait de la victime, sur les mois qui précèdent son assassinat. Je vous avoue que je me suis ennuyé sur cette BD, alors même que le traitement graphique de Florent Maudoux est juste sublime comme à son habitude. Reste que c'est un documentaire sur une vieille affaire de fait divers sanglante et macabre, et que la victime n'attire même pas la sympathie, ajoutez à cela qu'à la fin on n'en sait pas bien plus qu'au début sur l'identité du meurtrier, et pour cause, celui-ci n'ayant toujours pas été formellement identifié, et bien j'ai eu du mal à trouver un intérêt à cette lecture. J'avais eu le même ressenti sur l'homme qui tua Chris Kyle par Nury et Büno, alors même que c'est également deux auteurs que j'adore. Je vous avoue également que le personnage et la personnalité de Melle Short ne m'a pas passionné outre mesure bien que les auteurs aient visiblement été très intéressés par cette partie là. Bref, pour les amateurs de faits divers et de cette amérique d'après guerre, foncez, le dessin de Florent Maudoux est juste exceptionnel et la quantité de travail documentaire réalisé stupéfiante. L'album est énorme, et la quantité de textes, témoignages et photos d'époque vous immergeront à coups sûr, en plus de vous occuper une longue soirée. Pour les autres, passez votre tour. Autres infos : Type de l'album : Roman graphique Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/a-short-story?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. poseidon2

    The last detective t1

    Oui oui je ne me suis pas trompé. L'éditeur est bien Drakoo.Et on parle bien d'un comic dans une collection dirigée par Arleston, qui n'avait jamais caché son peu d'intérêt pour les super héros. Comment cela se fait-ce donc me demanderez vous ? Et bien il semblerait que monsieur Arleston ait été demarché par les auteurs Chiliens de The Last Detective. Auteurs qui étaient en recherche de visibilité internationale. Apres lecture Arleston a accepté... et il aurait eu bien tord de refuser. En effet cette enquête est un petit blade runner d'amérique du sud. Un blade runner suvitaminé devrais-je dire. Mais la ou ce The Last Detective est vraiment bon, ce n'est pas uniquement sur son enquête dans un futur rempli d'androïde. non il est bon parce que, déja, graphiquement c'est superbe mais aussi parce que cet album est bien pensé et innovant. Par l'intermeiaire de page de journal, nos auteurs réussissent à densifier le récit sans pour autant rendre la lecture de ces pages obligatoire à la compréhension de l'intrigue principale. Ces pages permettent de bien mettre en avant certaines spécificités d'Amérique latine et les problematiques qui en découle, comme les trafics de drogues, la corruption et j'en passe. On se retrouve donc avec une enquete interessantes et trépidantes et un comic, si on prend le temps de lire les journaux, qui apporte une trame et un décors vraiment spécifique qui differencie cet album de ses cousins d'amérique du nord. Une belle pépite tombée dans les mains de Drakoo qui j'espère fera des émules.... à commencer par une deuxième enquête de Joe Santos !
×
×
  • Créer...