Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'shojo'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Sakura est une otaku qui ne sort que très peu de chez elle, elle passe ses journées à jouer sur sa console à un jeu sur les Yakuzas. Un jour, ses parents la pousse à aller à l’école, complétement effacée dans la vraie vie (elle est du genre à longer les murs et se cacher derrière ses cheveux), elle sauve un vieux monsieur qui n’est autre qu’un chef de clan de vrais Yakuzas. Séduit par son courage, le monsieur l’invite dans le clan qui est en proie à un problème de succession et décide que le nouveau chef de clan serait celui qui séduirait Sakura (parmi ses trois petit-fils). Le contexte est totalement invraisemblable, les 3 garçons beaucoup trop beaux et Sakura a un tempérament caché qui va sans doute, au fur et à mesure des tomes, faire d’elle une cheffe idéale ! Passés ces détails, on a un shojo plutôt bien fait, agréable à lire et à regarder, 3 garçons différents : le gentil, l’intello et le bagarreur, une jeune femme qui va s’affirmer et trouver sa place, de la romance et de l’action. Malgré quelques clichés, l’histoire est efficace et plaisante. 11 tomes en cours
  2. Titre de l'album : Trois yakuzas pour une otaku tome 1 Scenariste de l'album : HASEGAKI Narumi Dessinateur de l'album : HASEGAKI Narumi Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Sakura est une jeune otaku qui adore jouer aux jeux vidéo. Un jour, elle sauve la vie d'un vieil homme. Mais elle découvre que ce dernier est le chef d'un gang de yakuzas qui cherche un successeur parmi ses trois petits-fils. Il décide alors que celui qui prendra le cœur de celle qui l'a sauvé deviendra le nouveau chef du clan. Qui des trois beaux et jeunes yakuzas saura l'emporter ? Critique : Sakura est une otaku qui ne sort que très peu de chez elle, elle passe ses journées à jouer sur sa console à un jeu sur les Yakuzas. Un jour, ses parents la pousse à aller à l’école, complétement effacée dans la vraie vie (elle est du genre à longer les murs et se cacher derrière ses cheveux), elle sauve un vieux monsieur qui n’est autre qu’un chef de clan de vrais Yakuzas. Séduit par son courage, le monsieur l’invite dans le clan qui est en proie à un problème de succession et décide que le nouveau chef de clan serait celui qui séduirait Sakura (parmi ses trois petit-fils). Le contexte est totalement invraisemblable, les 3 garçons beaucoup trop beaux et Sakura a un tempérament caché qui va sans doute, au fur et à mesure des tomes, faire d’elle une cheffe idéale ! Passés ces détails, on a un shojo plutôt bien fait, agréable à lire et à regarder, 3 garçons différents : le gentil, l’intello et le bagarreur, une jeune femme qui va s’affirmer et trouver sa place, de la romance et de l’action. Malgré quelques clichés, l’histoire est efficace et plaisante. 11 tomes en cours Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/trois-yakuzas-pour-une-otaku-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Titre de l'album : Qu'est-ce qui cloche avec la secrétaire Kim ? tome 1 Scenariste de l'album : GYEONG-YUN Jeong Dessinateur de l'album : MYONG-MI Kim Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Lee Young Joon est l'héritier d'une entreprise prestigieuse qu'il tient d'une main de fer. Il considère qu'il est l'incarnation de la perfection. Alors quand sa secrétaire, Kim Mi So, lui annonce qu'elle veut démissionner pour trouver un petit ami, c'est la douche froide ! Qu'est-ce qui lui prend ? Pour la garder auprès de lui il est prêt à tout... Critique : Delcourt nous propose de nous faire découvrir cette comédie sentimentale, actuellement c’est l'un des webtoon le plus lu en Corée. Adapté d’un web novel, il bénéficie aussi d’une version drama (série TV avec de vrais comédiens !). La série est finie en 6 tomes. Kim est la secrétaire de Lee Yong Joon, un jeune héritier d’un groupe puissant qui se la pète grave. Il pense qu’il est la perfection même et que personne ne peut lui résister ! Un jour, la secrétaire Kim, lui annonce sa démission, elle a bien l’intention de ne pas sacrifier sa vie privée à son travail et souhaite fonder une famille. On verra plus tard, qu’elle recherche quelqu’un de particulier, lié à sa jeunesse. Lee, ne comprenant pas du tout l’intérêt que l’on peut avoir pour le mariage et se rendant compte après tout ce temps, que Kim est la secrétaire parfaite, va tout faire pour la faire changer d’avis. Le manga est plutôt sympathique, l’histoire est fluide et facile à comprendre. Les dessins sont soignés, avec des décors un peu passe partout (l’action se passe surtout en intérieur), un design pas forcément original mais bien fait et agréable à l’œil. La relation entre les deux personnages principaux ne manque pas de piquant et de réparties, aucun des deux ne va lâcher du terrain facilement. L’humour et le charme sont au rendez-vous pour cette comédie pétillante ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/qu-est-ce-qui-cloche-avec-la-secretaire-kim-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Delcourt nous propose de nous faire découvrir cette comédie sentimentale, actuellement c’est l'un des webtoon le plus lu en Corée. Adapté d’un web novel, il bénéficie aussi d’une version drama (série TV avec de vrais comédiens !). La série est finie en 6 tomes. Kim est la secrétaire de Lee Yong Joon, un jeune héritier d’un groupe puissant qui se la pète grave. Il pense qu’il est la perfection même et que personne ne peut lui résister ! Un jour, la secrétaire Kim, lui annonce sa démission, elle a bien l’intention de ne pas sacrifier sa vie privée à son travail et souhaite fonder une famille. On verra plus tard, qu’elle recherche quelqu’un de particulier, lié à sa jeunesse. Lee, ne comprenant pas du tout l’intérêt que l’on peut avoir pour le mariage et se rendant compte après tout ce temps, que Kim est la secrétaire parfaite, va tout faire pour la faire changer d’avis. Le manga est plutôt sympathique, l’histoire est fluide et facile à comprendre. Les dessins sont soignés, avec des décors un peu passe partout (l’action se passe surtout en intérieur), un design pas forcément original mais bien fait et agréable à l’œil. La relation entre les deux personnages principaux ne manque pas de piquant et de réparties, aucun des deux ne va lâcher du terrain facilement. L’humour et le charme sont au rendez-vous pour cette comédie pétillante !
  5. Titre de l'album : A sign of affection tome 1 Scenariste de l'album : MORISHITA Suu Dessinateur de l'album : MORISHITA Suu Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Yuki est une étudiante qui, comme beaucoup d'autres, construit son quotidien autour de ses amis, des réseaux sociaux et de ce qu'elle aime. Mais quand un jour, dans le train, elle croise un jeune homme qui voyage à travers le monde, son univers va être chamboulé : ce dernier, bien que trilingue, ne connaît pas la langue des signes. Pourtant, très vite, il manifestera pour elle un intérêt bien particulier... Comment réagira-t-elle face à ce camarade d'université entreprenant et communicatif ? Critique : Après « a silent voice » ou « comme les autres » voici un nouveau manga abordant le thème de la surdité. Mais contrairement aux deux autres, le narrateur ici, est la personne malentendante : Yuki, une jeune étudiante. L’auteure s’est beaucoup renseignée avant de l’écrire, afin de le rendre le plus réaliste possible, tant sur la représentation de la langue des signes que sur les émotions de l’héroïne et sa perception du monde. Yuki est une jeune fille, plutôt positive, qui vit plutôt bien sa surdité, l’ambiance du manga est à son image, il y a beaucoup de douceur, tant par le graphisme que par les attitudes et réactions des personnages. Un jour elle rencontre un garçon, elle va découvrir pour la 1ere fois l’amour, si faire le premier pas est déjà difficile, pour elle, ça risque d’être encore plus compliqué. Itsuomi, lui, est un adepte des voyages, toujours à la recherche de rencontres, il va se rendre compte que parfois, il ne faut pas aller très loin pour faire de nouvelles expériences. Moi qui pensait que la langue des signes était universelle, j’ai au mois découvert qu’il y en avait plusieurs, rien qu’au Japon, il y en a déjà 2 !! En tout cas, cette romance s’annonce agréable à découvrir, avec beaucoup de générosité et de douceur. Le manga a reçu le grand prix An An du meilleur manga 2020. 4 tomes en cours. Pour lire un extrait : A Sign of Affection T.1 - AKATA (akazoom.fr) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/a-sign-of-affection-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Nickad

    A sign of affection tome 1

    Après « a silent voice » ou « comme les autres » voici un nouveau manga abordant le thème de la surdité. Mais contrairement aux deux autres, le narrateur ici, est la personne malentendante : Yuki, une jeune étudiante. L’auteure s’est beaucoup renseignée avant de l’écrire, afin de le rendre le plus réaliste possible, tant sur la représentation de la langue des signes que sur les émotions de l’héroïne et sa perception du monde. Yuki est une jeune fille, plutôt positive, qui vit plutôt bien sa surdité, l’ambiance du manga est à son image, il y a beaucoup de douceur, tant par le graphisme que par les attitudes et réactions des personnages. Un jour elle rencontre un garçon, elle va découvrir pour la 1ere fois l’amour, si faire le premier pas est déjà difficile, pour elle, ça risque d’être encore plus compliqué. Itsuomi, lui, est un adepte des voyages, toujours à la recherche de rencontres, il va se rendre compte que parfois, il ne faut pas aller très loin pour faire de nouvelles expériences. Moi qui pensait que la langue des signes était universelle, j’ai au mois découvert qu’il y en avait plusieurs, rien qu’au Japon, il y en a déjà 2 !! En tout cas, cette romance s’annonce agréable à découvrir, avec beaucoup de générosité et de douceur. Le manga a reçu le grand prix An An du meilleur manga 2020. 4 tomes en cours. Pour lire un extrait : A Sign of Affection T.1 - AKATA (akazoom.fr)
  7. Nickad

    Banale à tout prix tome 13

    Après avoir eu l’idée de se marier à la fin du lycée, nos deux tourtereaux reviennent un peu sur terre et réalisent que l’amour ne fait pas tout. Il est temps de penser à l’avenir, à trouver sa voie et choisir un métier. Et tant qu’à faire choisir un métier, autant se diriger vers un qui leur plaît, où ils ont un intérêt particulier. Toute la difficulté pour eux se trouve là, la première ayant toujours chercher à être dans la norme et ne pas se faire remarquer, le deuxième, ayant des facilités pour tout, ne s’est jamais vraiment investit nulle part. Tout ça rend le tome un peu plus intéressant, on sort de leur histoire d’amour pour se confronter à la réalité, et oui, on ne peut pas vivre d’amour et d’eau fraiche ! Leurs réflexions risquent de les amener à faire des études dans des villes éloignées… Dénouement dans le prochain et dernier tome ! Si l’histoire est mignonne, elle est un peu trop idéalisée, car finalement, c’est un peu : « tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes », même la sœur de l’héroïne va rentrer dans le moule. Le manga n’est pas déplaisant mais n’est pas captivant.
  8. Titre de l'album : Banale à tout prix tome 13 Scenariste de l'album : NANAJI Nagamu Dessinateur de l'album : NANAJI Nagamu Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Koiko et Tsurugi commencent enfin à réfléchir à leur avenir et aux différentes possibilités qui s'offrent à eux. Après l'hospitalisation de sa mère et le festival de l'école, la jeune fille se dit que la cuisine pourrait très bien être l'une de ces possibilités. Pour être sûre que ça lui plaît avant de s'embarquer dans cette voie, Koiko décide de préparer des bentô à Tsurugi tous les jours. Tsurugi, lui, de son côté, se renseigne sur les différentes universités qu'il pourrait intégrer... Critique : Après avoir eu l’idée de se marier à la fin du lycée, nos deux tourtereaux reviennent un peu sur terre et réalisent que l’amour ne fait pas tout. Il est temps de penser à l’avenir, à trouver sa voie et choisir un métier. Et tant qu’à faire choisir un métier, autant se diriger vers un qui leur plaît, où ils ont un intérêt particulier. Toute la difficulté pour eux se trouve là, la première ayant toujours chercher à être dans la norme et ne pas se faire remarquer, le deuxième, ayant des facilités pour tout, ne s’est jamais vraiment investit nulle part. Tout ça rend le tome un peu plus intéressant, on sort de leur histoire d’amour pour se confronter à la réalité, et oui, on ne peut pas vivre d’amour et d’eau fraiche ! Leurs réflexions risquent de les amener à faire des études dans des villes éloignées… Dénouement dans le prochain et dernier tome ! Si l’histoire est mignonne, elle est un peu trop idéalisée, car finalement, c’est un peu : « tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes », même la sœur de l’héroïne va rentrer dans le moule. Le manga n’est pas déplaisant mais n’est pas captivant. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/banale-a-tout-prix-tome-13?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Titre de l'album : Ocean Colored Polaris Scenariste de l'album : WU Yushi Dessinateur de l'album : WU Yushi Coloriste : Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Un jour Zi-Xuan, qui a essuyé des revers dans sa vie, se rend sur la côte afin de mettre fin à ses jours. C'est là qu'elle fait la rencontre d'une sirène nommée Xiao-Hai. Celle-ci lui propose un deal : Si Zi-Xuan l'aide à conquérir le coeur de la personne qu'elle aime, la sirène l'aidera à mourrir. Mais l'identité de la sirène n'est pas tout à fait celle que Zi-Xuan pensait être... Critique : Le manhua (manga chinois) est composé d’une histoire principale, de 2 bonus autour de ces personnages et de 2 autres petites histoires d’amour. C’est la rencontre d’une jeune humaine désespérée, harcelée et voulant se suicider avec une sirène, amoureuse d’un humain qui va être la trame de l’histoire. Au travers d’un marché où chacune va apporter son aide à l’autre, l’auteure va explorer les sentiments humains : l’amour, l’amitié, l’envie, la haine… Si la présence d’une sirène amène un peu de fantaisie, la trame n’est pas forcément originale et finalement, les sentiments sont les mêmes quelle que soit l’espèce. Les deux bonus sont plus axés sur les croyances autour des sirènes et sur les personnages secondaires. Si le manhua n’est pas désagréable à lire et dégage une certaine mélancolie avec de belles illustrations de début de chapitres, il manque d’un peu de développement sur certains aspects : le 1er bonus est particulièrement fouillis alors que c’est celui qui parle le plus des légendes autour des sirènes. Le thème n’est pas assez exploité et au final que l’un des 2 personnages principaux soit une sirène n’apporte pas grand-chose à l’histoire. Autres infos : Editions ChattoChatto Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ocean-colored-polaris?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Nickad

    Ocean Colored Polaris

    Le manhua (manga chinois) est composé d’une histoire principale, de 2 bonus autour de ces personnages et de 2 autres petites histoires d’amour. C’est la rencontre d’une jeune humaine désespérée, harcelée et voulant se suicider avec une sirène, amoureuse d’un humain qui va être la trame de l’histoire. Au travers d’un marché où chacune va apporter son aide à l’autre, l’auteure va explorer les sentiments humains : l’amour, l’amitié, l’envie, la haine… Si la présence d’une sirène amène un peu de fantaisie, la trame n’est pas forcément originale et finalement, les sentiments sont les mêmes quelle que soit l’espèce. Les deux bonus sont plus axés sur les croyances autour des sirènes et sur les personnages secondaires. Si le manhua n’est pas désagréable à lire et dégage une certaine mélancolie avec de belles illustrations de début de chapitres, il manque d’un peu de développement sur certains aspects : le 1er bonus est particulièrement fouillis alors que c’est celui qui parle le plus des légendes autour des sirènes. Le thème n’est pas assez exploité et au final que l’un des 2 personnages principaux soit une sirène n’apporte pas grand-chose à l’histoire.
  11. Nickad

    Comme les autres tome 1

    Ces dernières années, on a vu se multiplier les histoires de romance mettant en scène des personnages atypiques : ceux qui ont un physique différent (rond, petit, baraqué...), ceux qui ont une maladie, ceux avec un handicap… Si cette tendance est à la hausse ce n’est pas seulement pour trouver de l’originalité mais souvent pour défendre une cause. Les auteurs se penchent avec bienveillance sur ces problèmes en montrant les sentiments de leurs personnages, comment ils vivent leur différence. Ils cherchent aussi à faire comprendre aux autres ce que cela représente, lutter contre des préjugés et essayer d’apporter des réponses sur la manière de communiquer et de vivre ensembles. C’est le cas ici, d’une part on a Ibuki, adolescent malentendant assez replié sur lui-même et accordant difficilement sa confiance aux autres et Tsubaki, jeune fille extrêmement positive, qui va de l’avant et fait en sorte de ne rien regretter. Si le personnage de Tsubaki peut paraître surfait, limite énervant genre « c’est facile pour elle, elle n’a aucun souci », il n’en est rien. Quand on revient de loin (elle a eu une greffe de cœur), on sait que chaque instant compte et qu’il faut profiter de la vie ! Voici donc l’univers de ce manga : affronter, gérer et comprendre le handicap. Si le très bon « a silent voice » parlait déjà d’un problème de surdité, le sujet est ici traité de façon très différente : avec plus de rondeurs et de positivité. Un manga intéressant qui aborde ce sujet avec une certaine délicatesse, 6 tomes en cours.
  12. Titre de l'album : Comme les autres tome 1 Scenariste de l'album : NOJIN Yuki Dessinateur de l'album : NOJIN Yuki Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : La devise de Tsubaki c'est de vivre selon ce que lui dicte son coeur. Alors, lorsqu'elle rencontre fortuitement Ibuki et craque pour ce garçon, elle fait tout pour le retrouver. Dans une lettre qui lui est adressée, elle exprime son souhait de vivre une histoire d'amour heureuse et ordinaire avec lui. Sauf que la jeune fille ne sait pas encore qu'Ibuki est malentendant : il ne peut pas lui offrir cette histoire d'amour « ordinaire » qu'elle désire tant... L'essentiel est inaudible pour les oreilles, on n'entend bien qu'avec le coeur... Critique : Ces dernières années, on a vu se multiplier les histoires de romance mettant en scène des personnages atypiques : ceux qui ont un physique différent (rond, petit, baraqué...), ceux qui ont une maladie, ceux avec un handicap… Si cette tendance est à la hausse ce n’est pas seulement pour trouver de l’originalité mais souvent pour défendre une cause. Les auteurs se penchent avec bienveillance sur ces problèmes en montrant les sentiments de leurs personnages, comment ils vivent leur différence. Ils cherchent aussi à faire comprendre aux autres ce que cela représente, lutter contre des préjugés et essayer d’apporter des réponses sur la manière de communiquer et de vivre ensembles. C’est le cas ici, d’une part on a Ibuki, adolescent malentendant assez replié sur lui-même et accordant difficilement sa confiance aux autres et Tsubaki, jeune fille extrêmement positive, qui va de l’avant et fait en sorte de ne rien regretter. Si le personnage de Tsubaki peut paraître surfait, limite énervant genre « c’est facile pour elle, elle n’a aucun souci », il n’en est rien. Quand on revient de loin (elle a eu une greffe de cœur), on sait que chaque instant compte et qu’il faut profiter de la vie ! Voici donc l’univers de ce manga : affronter, gérer et comprendre le handicap. Si le très bon « a silent voice » parlait déjà d’un problème de surdité, le sujet est ici traité de façon très différente : avec plus de rondeurs et de positivité. Un manga intéressant qui aborde ce sujet avec une certaine délicatesse, 6 tomes en cours. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/comme-les-autres-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Nickad

    Telle que tu es tome 8 (fin)

    Telle que tu es est un shojo atypique, pas dans le sens de l’histoire car il s’agit bien d’une romance entre une fille et un garçon au lycée mais par rapport à ses personnages principaux. On a d’abord Tsumugi, jeune fille ronde qui passe son temps à sourire et puis Tagami, beau gosse qui n’aime que les filles avec des rondeurs mais pas n’importe lesquelles ! Ce duo improbable au premier abord permet à l’auteur de parler de sujets sérieux : la grossophobie, le jugement des autres sur les apparences, l’acceptation de soi-même. Ce qui est vraiment bien, c’est que Kaname Hirama ne se contente pas d’aligner les clichés, elle étudie avec soin la psychologie de Tsumugi, raconte les comportements qu’elle a subi à cause de son poids, les efforts qu’elle a faits au quotidien et qui peuvent passer inaperçus aux yeux des autres. Combien de fois ai-je entendu que ceux qui sont gros le sont parce qu’ils se laissent aller et que c’est de leur faute, qu’ils n’ont qu’à faire un régime ! Au travers de ce manga, et comme le personnage de Tagami le dit, c’est les mentalités que l’auteur veut faire changer. L’auteur revient aussi sur d’autre préjugés dont notamment celui de cataloguer les gens, Tagami est indéniablement un beau gosse qui fait rêver les filles, et parce qu’il est beau et sort avec une ronde, les autres parlent de « gâchis de beau gosse ». Elle dénonce cette société où l’on juge les gens sur leur physique (pas inutile au vu des derniers propos sur de la chanteuse Hoshi) En conclusion, ce shojo de 8 tomes est plutôt classique par rapport à la romance mais véhicule tellement de propos intéressants sur les préjugés et apporte une réelle bienveillance qu’il serait dommage de passer à côté.
  14. Titre de l'album : Telle que tu es tome 8 (fin) Scenariste de l'album : HIRAMA Kaname Dessinateur de l'album : HIRAMA Kaname Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Tsumugi Motohashi est une jeune fille avec quelques rondeurs, mais elle a comme devise de s'aimer soi-même et de sourire à la vie. Ce qui semble plaire à Yukiya Tagami, l'un des beaux gosses du lycée. Une histoire d'amour serait-elle en train de naître...? Critique : Telle que tu es est un shojo atypique, pas dans le sens de l’histoire car il s’agit bien d’une romance entre une fille et un garçon au lycée mais par rapport à ses personnages principaux. On a d’abord Tsumugi, jeune fille ronde qui passe son temps à sourire et puis Tagami, beau gosse qui n’aime que les filles avec des rondeurs mais pas n’importe lesquelles ! Ce duo improbable au premier abord permet à l’auteur de parler de sujets sérieux : la grossophobie, le jugement des autres sur les apparences, l’acceptation de soi-même. Ce qui est vraiment bien, c’est que Kaname Hirama ne se contente pas d’aligner les clichés, elle étudie avec soin la psychologie de Tsumugi, raconte les comportements qu’elle a subi à cause de son poids, les efforts qu’elle a faits au quotidien et qui peuvent passer inaperçus aux yeux des autres. Combien de fois ai-je entendu que ceux qui sont gros le sont parce qu’ils se laissent aller et que c’est de leur faute, qu’ils n’ont qu’à faire un régime ! Au travers de ce manga, et comme le personnage de Tagami le dit, c’est les mentalités que l’auteur veut faire changer. L’auteur revient aussi sur d’autre préjugés dont notamment celui de cataloguer les gens, Tagami est indéniablement un beau gosse qui fait rêver les filles, et parce qu’il est beau et sort avec une ronde, les autres parlent de « gâchis de beau gosse ». Elle dénonce cette société où l’on juge les gens sur leur physique (pas inutile au vu des derniers propos sur de la chanteuse Hoshi) En conclusion, ce shojo de 8 tomes est plutôt classique par rapport à la romance mais véhicule tellement de propos intéressants sur les préjugés et apporte une réelle bienveillance qu’il serait dommage de passer à côté. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/telle-que-tu-es-tome-8?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Nickad

    Analog drop tome 1

    Titre de l'album : Analog drop tome 1 Scenariste de l'album : AIDA Natsumi Dessinateur de l'album : AIDA Natsumi Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Aku n'est pas une fille bien : très populaire sur Instagram, elle ment comme elle respire. Profitant de son succès, hypocrite, elle sort simultanément avec trois hommes différents pour profiter de chacun d'eux... sans jamais leur donner ce qu'ils espèrent en retour. Mais un jour, sa vie va basculer : après avoir été poignardée dans une rue, elle tombe, inconsciente... et se réveille dans les années 80 ! Son smartphone reste son seul lien avec le monde d'aujourd'hui. Désormais investie d'une mission étrange qu'elle doit accomplir avant que la batterie de son portable ne se vide, elle va devoir (de gré ou de force) apprendre ce qu'est l'altruisme ! Critique : Voici le dernier manga de Natsumi AIDA, l’auteur du très célèbre switch girl, ce diptyque catalogué en shojo n’est pas seulement axé sur la romance même s’il parle aussi d’amour. Aku, jeune fille hyper égocentrique, prête à tous les mensonges pour avoir le plus de followers et susciter l’envie va un jour se retrouver projetée en 1983. Loin de la modernité, d’internet, et surtout des réseaux sociaux, elle va devoir accomplir une mission pour pouvoir retourner dans son époque en 2017. Comme à son habitude, Natsumi AIDA met beaucoup d’humour dans son récit, son héroïne ou plutôt anti-héroïne vu comment elle est au premier abord antipathique, ne mâche pas ses mots, elle juge, ne fais aucun cas des autres sauf si cela peut lui apporter quelque chose et va être contrainte bon gré mal gré de corriger son comportement. Au travers de la confrontation des 2 époques, l’auteur souligne les évolutions, raconte avec tendresse et nostalgie les années qui l’ont vu grandir, analyse les stéréotypes, dénonce à sa façon la dérive des réseaux sociaux fondée en partie sur les apparences. Une comédie sympathique qui permettra aux adolescents de découvrir une facette des années 80. pour lire un extrait : Analog Drop T.1 - AKATA (akazoom.fr) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/analog-drop-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. Nickad

    Analog drop tome 1

    Voici le dernier manga de Natsumi AIDA, l’auteur du très célèbre switch girl, ce diptyque catalogué en shojo n’est pas seulement axé sur la romance même s’il parle aussi d’amour. Aku, jeune fille hyper égocentrique, prête à tous les mensonges pour avoir le plus de followers et susciter l’envie va un jour se retrouver projetée en 1983. Loin de la modernité, d’internet, et surtout des réseaux sociaux, elle va devoir accomplir une mission pour pouvoir retourner dans son époque en 2017. Comme à son habitude, Natsumi AIDA met beaucoup d’humour dans son récit, son héroïne ou plutôt anti-héroïne vu comment elle est au premier abord antipathique, ne mâche pas ses mots, elle juge, ne fais aucun cas des autres sauf si cela peut lui apporter quelque chose et va être contrainte bon gré mal gré de corriger son comportement. Au travers de la confrontation des 2 époques, l’auteur souligne les évolutions, raconte avec tendresse et nostalgie les années qui l’ont vu grandir, analyse les stéréotypes, dénonce à sa façon la dérive des réseaux sociaux fondée en partie sur les apparences. Une comédie sympathique qui permettra aux adolescents de découvrir une facette des années 80. pour lire un extrait : Analog Drop T.1 - AKATA (akazoom.fr)
  17. Titre de l'album : @Ellie#JeNaiPasDePetitAmi tome 10 Scenariste de l'album : FUJI Momo Dessinateur de l'album : Fuji Momo Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Ellie, une fille dont le hobby est de tweeter ses fantasmes, et Ômi, le plus beau garçon de la promo, sortent ensemble ! Libérés des pensées érotiques qui les assaillaient, ils approfondissent leurs liens. Mais Ômi réussit les présélections d'un "concours de lycéens" ! De son côté, Ellie accepte d'être responsable de la fête du sport pour sa classe et ses journées sont bien remplies. Quand Sara vient au concours des lycéens, elle se retrouve nez à nez avec Reo et Ayaka ? ! Voici le volume 10 de l'amour peu ordinaire d'une perverse discrète ! Critique : Omi se rend au concours du plus beau lycéen (et oui, le genre d’événement typiquement japonais), après sa participation, les commentaires sur internet vont bon train. Ellie en vient à prendre une décision qui va semer le trouble dans leur couple. Dans ce tome, l’auteur aborde les problèmes liés aux réseaux sociaux et le thème de la dispute. Mais pas une petite dispute, non, une vraie, celle où on ne se comprend plus, où les mots dépassent la pensée, celle où on va trop loin. La lecture est toujours agréable et sans longueur, et bien que les sujets abordés soient plus sérieux, ils ne sont pas traités avec lourdeur. Je regrette le manque d’humour qui venait avec les fantasmes d’Ellie, ce côté-là a presque disparu du manga et c’est ce qui faisait son originalité. Espérons que cela ne soit que passager car on risque sinon de tomber dans un shojo plus classique, mais un bon shojo quand même ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ellie-tome-10?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Nickad

    @Ellie#JeNaiPasDePetitAmi tome 10

    Omi se rend au concours du plus beau lycéen (et oui, le genre d’événement typiquement japonais), après sa participation, les commentaires sur internet vont bon train. Ellie en vient à prendre une décision qui va semer le trouble dans leur couple. Dans ce tome, l’auteur aborde les problèmes liés aux réseaux sociaux et le thème de la dispute. Mais pas une petite dispute, non, une vraie, celle où on ne se comprend plus, où les mots dépassent la pensée, celle où on va trop loin. La lecture est toujours agréable et sans longueur, et bien que les sujets abordés soient plus sérieux, ils ne sont pas traités avec lourdeur. Je regrette le manque d’humour qui venait avec les fantasmes d’Ellie, ce côté-là a presque disparu du manga et c’est ce qui faisait son originalité. Espérons que cela ne soit que passager car on risque sinon de tomber dans un shojo plus classique, mais un bon shojo quand même !
  19. Like a little star est un shojo assez classique dans le déroulé de l’histoire : une jeune fille plutôt esseulée (par choix) va un peu par hasard rejoindre le club d’astronomie entourée des 4 garçons les plus populaires du lycée (star a ici un double sens : pour le côté populaire et pour les étoiles). Elle va bien sûr évoluer et connaître l’amour. Mais ce manga véhicule des pensées plus profondes : Mirai, perturbée par le sentiment d’abandon de ses parents, a peur de s’attacher à nouveau et redoute de perdre encore les personnes à qui elle tient, elle va apprendre que la solitude n’est pas la solution et qu’elle a besoin des autres pour évoluer et lui permettre de changer son regard sur le monde qui l’entoure. L’auteur nous montre aussi qu’il ne faut pas juger les gens sur les apparences, qu’il est important d’apprendre à se connaître. L’histoire est joliment menée, les personnages sont francs et assume ce qu’ils sont, le texte est ponctué de métaphores liant les sentiments et l’astronomie « je crois bien que Mashiba est mon étoile polaire. Un astre qui me guide grâce à sa lumière, depuis l’autre bout de l’univers. ». Une histoire pas forcément très originale mais racontée avec simplicité et poésie et résolument positive !
  20. Titre de l'album : Like a little star tome 1 et 2 (fin) Scenariste de l'album : HOSHIYA Kaori Dessinateur de l'album : HOSHIYA Kaori Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Lycéenne depuis peu, Mirai Tsukishima grandit le plus possible à l'écart des autres. Une attitude qui s'explique par la solitude que lui a imposée sa mère, divorcée et remariée, en la laissant habiter seule dans leur appartement. Depuis, la jeune fille préfère vivre sans attache, de peur d'être blessée au prochain abandon. Mais la voici embarquée contre son gré dans le club d'astronomie de son lycée. La compagnie des quatre garçons qui en sont membres, comme celle des cieux étoilés, pourraient amener Mirai à voir le monde autrement... Critique : Like a little star est un shojo assez classique dans le déroulé de l’histoire : une jeune fille plutôt esseulée (par choix) va un peu par hasard rejoindre le club d’astronomie entourée des 4 garçons les plus populaires du lycée (star a ici un double sens : pour le côté populaire et pour les étoiles). Elle va bien sûr évoluer et connaître l’amour. Mais ce manga véhicule des pensées plus profondes : Mirai, perturbée par le sentiment d’abandon de ses parents, a peur de s’attacher à nouveau et redoute de perdre encore les personnes à qui elle tient, elle va apprendre que la solitude n’est pas la solution et qu’elle a besoin des autres pour évoluer et lui permettre de changer son regard sur le monde qui l’entoure. L’auteur nous montre aussi qu’il ne faut pas juger les gens sur les apparences, qu’il est important d’apprendre à se connaître. L’histoire est joliment menée, les personnages sont francs et assume ce qu’ils sont, le texte est ponctué de métaphores liant les sentiments et l’astronomie « je crois bien que Mashiba est mon étoile polaire. Un astre qui me guide grâce à sa lumière, depuis l’autre bout de l’univers. ». Une histoire pas forcément très originale mais racontée avec simplicité et poésie et résolument positive ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/like-a-little-star-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Contrairement à ce que l’on trouve habituellement dans les shojos, ici, on suit 4 personnages principaux, 2 filles et 2 garçons. Le manga n’est pas orienté qu’autour de leurs histoires d’amour mais aussi autour des relations familiales et de leurs perspectives d’avenir. Les personnages évoluent tout au long du récit. Ce qui est intéressant avec ce manga, c’est qu'il y a une vraie psychologie, l’auteur analyse les sentiments (amoureux entre autres) et les comportements qui vont avec, la présence des 4 adolescents lui permet de montrer différentes personnalités, différentes vies familiales, différentes évolutions et attitudes face aux événements de la vie. La palette est donc assez large, on y reconnait aussi le contexte social propre au Japon, par exemple dans les démonstrations affectives en public. Ce 12eme tome clôt la série, chaque personnage franchit ainsi un dernier pas : s’affirmer dans ses choix et prendre en main son avenir. Après cela reste un shojo et donc, finit de façon positive en nous épargnant l’habituel mariage en dernière page même s’il est à venir. Une bonne série donc, avec des personnages travaillés et pas trop de clichés.
  22. Titre de l'album : Love, be loved - leave, be left tome 12 (fin) Scenariste de l'album : SAKISAKA Io Dessinateur de l'album : SAKISAKA Io Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Yuna et Akari se rencontrent sur un quai de gare. Sans s'être jamais croisées auparavant, elles s'aperçoivent que, en plus d'habiter dans le même immeuble, elles fréquentent le même lycée ! C'est le début d'une amitié entre deux filles que tout oppose ; si Yuna est une fille rêveuse et romantique, Akari se veut plus réaliste quant aux relations amoureuses. Et les choses évoluent quand Yuna tombe sous le charme de Rio, le demi-frère d'Akari, et que cette dernière s'éprend de l'ami d'enfance de Yuna, Kazuomi. Leur vision respective de l'amour va être mise à rude épreuve... Critique : Contrairement à ce que l’on trouve habituellement dans les shojos, ici, on suit 4 personnages principaux, 2 filles et 2 garçons. Le manga n’est pas orienté qu’autour de leurs histoires d’amour mais aussi autour des relations familiales et de leurs perspectives d’avenir. Les personnages évoluent tout au long du récit. Ce qui est intéressant avec ce manga, c’est qu'il y a une vraie psychologie, l’auteur analyse les sentiments (amoureux entre autres) et les comportements qui vont avec, la présence des 4 adolescents lui permet de montrer différentes personnalités, différentes vies familiales, différentes évolutions et attitudes face aux événements de la vie. La palette est donc assez large, on y reconnait aussi le contexte social propre au Japon, par exemple dans les démonstrations affectives en public. Ce 12eme tome clôt la série, chaque personnage franchit ainsi un dernier pas : s’affirmer dans ses choix et prendre en main son avenir. Après cela reste un shojo et donc, finit de façon positive en nous épargnant l’habituel mariage en dernière page même s’il est à venir. Une bonne série donc, avec des personnages travaillés et pas trop de clichés. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/love-be-loved-leave-be-left-tome-12?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Nickad

    Banale à tout prix tome 12

    L’idée de départ était innovante, Koiko adolescente vit avec sa mère prolifique en histoires d’amour et sa sœur ainée prônant l’abstinence en la matière, elle décide de ne suivre aucun de ces deux exemples et de mener une vie dans la moyenne, en étant la plus banale possible. Sa rencontre avec « le prince » du lycée va changer la donne. L’auteur fait l’exploit de réussir là où son héroïne soi-disant échoue : la banalité ! Car il faut bien le dire, les ¾ de la série sont du déjà vu, on s’y ennuie ! Le lecteur se retrouve coincé entre cette fille héroïne type de shojo et ce garçon hyper parfait (le prince charmant vraiment qui n’a aucun défaut ou presque), heureusement que l’histoire de la sœur ainée apporte un peu de piquant et d’humour ! L’auteur met en avant la pureté de cet amour mais qu’est-ce que c’est lent, au bout de 11 tomes, ils osent à peine s’embrasser et là, au 12eme ils pensent à se marier ! Pour le coup, ce tome apporte de la nouveauté, il y a une réflexion sur l’engagement du mariage, sur l’importance de se construire un avenir, de trouver sa voie. Banale à tout prix est donc un shojo qui fait le job mais qui ne se démarque pas des autres. (série finie en 14 tomes)
  24. Titre de l'album : Banale à tout prix tome 12 Scenariste de l'album : NANAJI Nagamu Dessinateur de l'album : NANAJI Nagamu Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Sur les conseils du père de Tsurugi, Koiko et lui partent passer la nuit dans un petit chalet de montagne. Alors qu’ils discutent tous les deux, Koiko a l’impression que « l’avenir » de Tsurugi semble ne tourner qu’autour d’elle et lui avoue que c’est un poids trop lourd à porter. Pour la première fois, les deux lycéens se rendent compte des problèmes que pourrait poser un mariage précipité… Critique : L’idée de départ était innovante, Koiko adolescente vit avec sa mère prolifique en histoires d’amour et sa sœur ainée prônant l’abstinence en la matière, elle décide de ne suivre aucun de ces deux exemples et de mener une vie dans la moyenne, en étant la plus banale possible. Sa rencontre avec « le prince » du lycée va changer la donne. L’auteur fait l’exploit de réussir là où son héroïne soi-disant échoue : la banalité ! Car il faut bien le dire, les ¾ de la série sont du déjà vu, on s’y ennuie ! Le lecteur se retrouve coincé entre cette fille héroïne type de shojo et ce garçon hyper parfait (le prince charmant vraiment qui n’a aucun défaut ou presque), heureusement que l’histoire de la sœur ainée apporte un peu de piquant et d’humour ! L’auteur met en avant la pureté de cet amour mais qu’est-ce que c’est lent, au bout de 11 tomes, ils osent à peine s’embrasser et là, au 12eme ils pensent à se marier ! Pour le coup, ce tome apporte de la nouveauté, il y a une réflexion sur l’engagement du mariage, sur l’importance de se construire un avenir, de trouver sa voie. Banale à tout prix est donc un shojo qui fait le job mais qui ne se démarque pas des autres. (série finie en 14 tomes) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/banale-a-tout-prix-tome-12?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. Nickad

    Stray cat & sky lemon tome 1

    Une petite ville de province en bord de mer, des adolescents joyeux qui profitent de la vie, une jeune fille qui vit un amour à distance et un jeune comédien à problèmes, voilà le décor est planté. On se doute ensuite de l’évolution des relations, la star va montrer son vrai visage et pouvoir être lui-même, des histoires d’amour et des amitiés vont fleurir… le tout plein de bons sentiments !! Donc pas vraiment de surprise au niveau de l’histoire, par contre c’est bien fait, il y a une certaine fraicheur, on ressent cette ambiance d’été et les rayons du soleil et un souvenir de Wjuliette qui revient… Un shojo agréable pour un moment détente.
×
×
  • Créer...