Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Donjon zénith tome 8 - En sa mémoire


    VladNirky
    • Scenariste: Lewis Trondheim / Joann Sfar Dessinateur: Boulet Coloriste: Boulet Editeur: Delcourt Note :
      Résumé:

      Selon la tradition draconiste, Herbert de Vaucanson est officiellement mandaté par Marvin pour aller voir sa mère et lui annoncer ses fiançailles avec Pirzuine. Sur place, il découvre son assassinat. Pour éviter un bain de sang, le vaillant canard réussira-t-il à trouver le coupable avant l'arrivée de Marvin, sans se mettre à dos les susceptibles dragons qui habitent le village ?

      Autres informations: Donjon Monster 13 vient de sortir aussi!
      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Fantasy

    Il y a bien longtemps qu'on avait pas vu un Donjon Zénith! D'ailleurs wiki me dit que que le tome 7 était sorti début 2020. Ah bah non, ce n'est pas si vieux. Enfin pas en terme de BD. En tout cas, je suis super content de celui là (le dernier me parait si lointain, ou alors c'est l’ambiance lourde de ces derniers mois qui fait que je suis content de ma lecture, il est possible que cela y participe, mais non, c'est parce qu'il est bon et drôle). Quoi qu'il en soit, lecteur régulier de Donjon, ou occasionnel, et même non lecteur, apprend que ce tome est très bon! Que tu ne devrais pas être déçu et conserver le sourire après ta lecture. Pour peu que tu accroches un peu à la série, ça me semble inévitable. Et l'album est très très bon sur plusieurs points.

    Parlons dessin!

    Déjà il est joyeux dans la tristesse! Si tu as lu le résumé, tu sais que que l'histoire prend place suite à l'assassinat de la mère de Marvin. Ce qui est triste quelque part, mais la tournure de l'histoire va passer des évènements sérieux à de très bons moments. Du comique de situation dans le monde du Donjon période Zénith. La période solaire du Donjon qui compte principalement des tomes d'aventure dans un monde proche du Donjon et Dragon de mon enfance mais le tout dans un univers qui ne se prend pas au sérieux.

    Le dessin de Boulet (qui a repris le dessin de Donjon Zénith à partir du tome 5) est très chouette. C'est lumineux, c'est très expressif, c'est bourré de détail, ça reste dans le style Donjon assez épuré quelque part. On est loin d'un style de dessin réaliste et pourtant c'est très vivant et réaliste. Ok je me rends bien compte que je me contre dit. Mais ça reste réaliste pour de l'héroïc fantasy Donjonesque. Souvenez vous des premiers Zénith et comment ils étaient très stylisés. Vous voyez ce que je veux dire ?

    En tout cas, c'est totalement en symbiose avec le scénario. Du coup c'est génial que les expressions des personnages soient aussi bien rendus sur des petits détail de la planche. Un haussement de sourcil. Une position des yeux... Cela participe vraiment à l'immersion.

    Regardons ensuite le scénario!

    C'est fin, c'est bien ficelé, malin, intéressant difficile de demander plus en fait... L'histoire est très fluide et bien fichue, je ne trouve pas d'autres mots. Les auteurs vont nous emmener au fil des planches de qui pro quo en malentendus, avec les évènements hasardeux donjonesque tels qu'on les rencontre dans la série et le tout avec beaucoup humour d'une situation à l'autre. Et même si on est quelque part, en huis clos. Car de la tribu Donjon Zénith, on ne trouvera ici qu'Herbert et Marvin. On fera néanmoins la connaissance de personnages nouveaux dans Donjon Zénith, mais qu'on retrouvera aussi, dans la suite chronologique à travers les albums parus précédemment (j''adore cette phrase, très peu de série permettent de la placer!). Si vous connaissez Donjon, vous devinerez sans doute de quoi je parle. Mais c'est difficile d'en parler franchement sans spoilers.

    En conclusion...

    En tout cas, je me suis bien marré. C'est avec un plaisir non dissimulé que j'ai retrouvé, ici, mes compères habituels de Zénith et de Donjon dans une excellente pièce de théatre. Une espèce de retour aux sources quelque part, même si on reste en huis clos et qu'il y a peu de personnages principaux.

    Qu'on appel Zongo et qu'on m'apporte un poulet pour le clamer au monde: les auteurs sont de retour, le Donjon aussi, et le tout dans une très grande qualité d'écriture et de réalisation. C'est donc une réussite totale! Vite la suite! Je vais aller le relire de suite je crois. 🙂

    Modifié par VladNirky



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 1 anonyme, 41 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • La lucha
      Note :
      Lucha, chronique d'une révolution sans armes au Congo est une réédition d'un album depuis quelques temps indisponibles en librairie. Justine Bradant est journaliste de métier et a déjà publié plusieurs titres sur le Congo avant de s'attaquer au scénario de cette bande dessinée documentaire et historique sur la Lucha. Ce témoignage retrace cinq années de lutte sans violence et sans arme des membres de la Lucha pour se faire entendre face à la répression armée et fatale du gouvernement. Les membres de la Lucha demande seulement l'accès à l'eau courante, l'éducation gratuite pour tous et interdire au président de faire un troisième mandat. Ce combat pacifique reçoit beaucoup de violence de la part du gouvernement, violence, maltraitance, enfermement des membres de la Lucha et autres partisans. Les dessins de Annick Kamgang sont en noir et blanc pour dépeindre la réalité que connait ce pays dans un style semi-réaliste.
      Lucha est une œuvre forte par le sujet traité pour faire avancer les choses au Congo et pour la population qui vit dans la misère. Cette bande dessinée a reçu le prix ambassadeur de Conscience, attribué par Amnesty international en 2016.
      • 0 réponse
    • Nos corps alchimiques
      Note :
      En voila une BD qui n'est pas pour tout le monde. Et une BD que, j'en suis sur, certains vont adorer et d'autres passer completement à coté. Moi  je fait parti d'une catégorie intermediaire. Enfin non je fais parti de la deuxième catégorie. Enfin je devrais. A force de lire des BDs de tous les types j'ai pris l'habitude de persévérer et je suis passé outre la première moitié de l'albumalors même que... j'étais perdu. Et cela m'a permis de découvrir ce qui se cachait sous cette overdose de metaphores. Et une fois qu'on a gratté on se retrouve avec une intéressante histoire de combat contre des souvenirs refoulés. Des souvenirs qui nous pourrissent notre existence sans meme que l'on ne se les rappelle.

      Des instants suffisamment dur pour que notre inconscient décide de nous les faire oublier. Mais des souvenirs qui morcellent ceux qui les refoulent en faisant d'eux des perosnnes "incomplètes". 

      C'est ce que cherche à nous dire  Thomas Gilbert. Mais de mon  point de vue il va trop loin. Franchement la première moitié j'ai vraiment eut envie de passer à autre chose. Le graphisme tentaculaire et mystique aussi bien que l'overdose de metphore et de poésie a, à mon sens, alourdi le récit à un moment on l'on est pas du tout attaché aux personnages que l'on ne connait pas. Et c'est d'autant plus marqué que l'équivalent en fin de volume est beaucoup moins pesant car, justement, on connait beaucoup mieux nos trois protagonistes. Et encore je ne parle pas de la dernière métaphore de la toute fin que je ..... n'ai pas comprise... 

      Bref une BD qui n'est pas pour tout le monde car trop travaillée. Et c'est dommage, à mon sens encore une fois, car elle aurait pu etre beaucoup plus accessible et parler à beaucoup plus de personnes.
      • 4 réponses

    • Papa est une licorne
      Note :
      Issei, lycéen, se retrouve à devoir cohabiter du jour au lendemain avec son nouveau beau-père qui est une licorne ! Cette licorne peut se transformer en humain et il prend alors l’apparence d’un bel homme blond (un étranger pour les japonais).

      Au travers de situations plus ou moins humoristiques, l’auteur parle des familles recomposées, de l’acceptation des étrangers (sujet assez sensible au Japon), des différences de cultures et d’éducation, des problèmes de voisinage…  Ici, comme on a affaire à une licorne, tout est un peu extrême : du foin au petit déjeuner, du repassage avec les sabots, une boisson préparée avec une corne…

      C’est une one shot divertissant et drôle, on peut réfléchir aux thèmes abordés ou on peut tout simplement en profiter sans se poser de questions. En tout cas, c’est une lecture rafraichissante qui vous fera passer un bon moment.
      • 2 réponses
    • Ascender t3
      Note :
      Avant de commencer, je tiens à préciser que j'en lu les tomes 2 et 3 d'un coup ce qui a surement aidé à l'immersion dans ce tome 3. Mais je pense que même sans cela je vous aurais que ce tome 3 est excellent. Peut-être même le meilleur des deux séries. 

      Le meilleur car Lemire nous sort un tome de très haute volée dramatique mais surtout un tome qui relie les deux séries. Un tome qui explique le passé pour basculer dans le futur de l'humanité. Un tome qui, de façon logique en plus,  retrouve toutes les petites graines semées sur le chemin de Descender pour planter ce qui promet de devenir un arbre flamboyant. 

      La fin est fascinante même si attendue et l'on n'a des perspectives qui font pétiller les yeux.

      Allez-y les amis on croit en vous ! 
        • Like
      • 2 réponses
    • Killing stalking tome 1
      Note :
      Si j’ai choisi de parler de killing stalking c’est d’une part, parce que c’est le 1er webtoon papier sorti en France (le 2eme tome est sorti le 16 avril) mais surtout parce que ce titre est très prisé chez les adolescents et qu’il est important d’en parler aux parents !

      Ce manwha est un thriller psychologique qui va opposer 2 jeunes hommes. Le 1er « stalking » a un comportement amoureux assez extrême : il espionne, se renseigne, colle la personne aimée jusqu’à s’introduire chez elle. Le second « killing » n’est pas aussi parfait que l’image qu’il renvoie et cache de lourds secrets.

      La relation des deux hommes est étrange, le premier oscille entre peurs et attirance et le deuxième entre violence et troubles psychologiques. Le manga est violent (scènes de tortures et sexe), ses personnages sont tous les deux malsains, on sait qu'il n’y a rien de bon dans cette histoire mais elle intrigue quand même !

      Attention, il est conseillé à partir de 16 ans et il est hélas assez facilement accessible sur internet !

      Concernant l’édition, le manhwa est publié dans le sens occidental (qui est aussi le sens coréen), c’est un format 15x21, Taifu a ré agencé les cases du webtoon sans surcharger les pages pour que la lecture reste fluide.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...