Aller au contenu
  • S’inscrire

BD Europeene

Affichage de[s] tout le contenu étiquetés 'BD', 'BDEuro' et 'BDEuropéene' et posté[e][s] durant les 21 derniers jours.

Ce flux se met à jour automatiquement

  1. La dernière semaine
  2. poseidon2

    Dino Park t2

    Le retour d'une des BDs préférée de .... ma fille de 7 ans. Que voulez vous elle aime bien les dinosaures et a encore du mal à se concentrer plus que 10 minutes sur de la lecture. Alors le format bamboo lui va bien. L'enchainement de blagounettes avec des descriptifs informatifs sur ce que l'on sait sur les différents types de dinosaures. Si un adulte aura du mal à lire plus de 3 pages d'un coup, un enfant y trouvera lui de la détente et des vraies infos sur ses dinosaures préférés.
  3. poseidon2

    Dino Park t2

    Titre de l'album : Dino Park t2 Scenariste de l'album : Arnaud Plumeri Dessinateur de l'album : Bloz Coloriste : Bloz Editeur de l'album : Bamboo Note : Résumé de l'album : Partez à la découverte des dinosaures dans une BD à grand spectacle ! Bienvenue au Dino Park, un parc d'attractions hors du commun où tous vos dinosaures préférés sont revenus à la vie ! Vous voulez du lourd ? Le gigantesque Argentinosaure et ses 80 tonnes vont vous ravir ! Vous avez besoin de sensations fortes ? Admirez la charge du Carnotaurus, le dinosaure "taureau carnivore" ! Vous préférez contempler un beau sourire ? Le T. rex se fera un plaisir de vous dévoiler le sien... Et pour vous rafraîchir les idées, ne manquez pas la toute nouvelle zone aquatique du parc, consacrée aux reptiles marins du mésozoïque. Mais attention : la pêche y est interdite, sinon vous risqueriez de devenir un bel appât ! Inclus : des fiches signalétiques des dinosaures et un dossier paléontologique. Critique : Le retour d'une des BDs préférée de .... ma fille de 7 ans. Que voulez vous elle aime bien les dinosaures et a encore du mal à se concentrer plus que 10 minutes sur de la lecture. Alors le format bamboo lui va bien. L'enchainement de blagounettes avec des descriptifs informatifs sur ce que l'on sait sur les différents types de dinosaures. Si un adulte aura du mal à lire plus de 3 pages d'un coup, un enfant y trouvera lui de la détente et des vraies infos sur ses dinosaures préférés. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/dino-park-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. poseidon2

    Héliotrope t1

    Le combat de la BD pour la publique jeunesse/ado continue avec une nouvelle série de Joann Sfar résolument tournée vers les adolescents. Sur le graphisme reste celui de Sfar, les dialogues et l'histoire sont eux complètement tournés en direction des jeunes. Joann Sfar réussi parfaitement à se mettre dans la tête d'une jeune lycéenne écervelée qui réagit à l'instinct.. Ce que Sfar fait très bien, c'est nous faire comprendre que l'aspect Magie et fantastique n'est qu'un vecteur pour nous parler des amours d'Héliotrope et de sa vie lycéenne. On s'amuse bien à suivre cette jeune file qui n'en fait qu'à sa tête dans un monde déjanté dont Joann Sfar a le secret. Une lecture sympathique qui plaira aux ados qui passeront outre les graphismes spéciaux de monsieur Sfar.
  5. poseidon2

    Héliotrope t1

    Titre de l'album : Héliotrope t1 Scenariste de l'album : Joann Sfar Dessinateur de l'album : Joann Sfar / Benjamin Chaud Coloriste : Joann Sfar / Benjamin Chaud Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Elle a le nom d'une couleur, un bleu spécial. Comme la note bleue du Blues. Un jour d'école comme les autres, notre héroïne nous invite dans son quotidien qui n'a pourtant rien de banal. Héritière d'une famille de cambrioleurs d'objets magiques, elle croque la vie à pleines dents, ne s'embarrasse pas forcément des bonnes manières et surtout, ne s'en laisse conter par personne, pas même son excentrique grand-mère ! Aventurière et casse-cou sur les bords, elle va découvrir à ses dépens que la curiosité est un vilain défaut lorsqu'un hasard des circonstances l'affuble d'une jolie couleur, bleu héliotrope... Héliotrope s'adresse à la jeunesse au sens large mais ça ne l'empêche pas d'être parfois grave et lyrique comme du Baudelaire. Féroce comme Moriarty, intrépide comme Indiana Jones et aussi puissante que Sabrina l'apprentie-sorcière, elle franchit tous les obstacles avec fougue et passion. Joann Sfar et Benjamin Chaud composent ici une oeuvre audacieuse, novatrice et enlevée ! Critique : Le combat de la BD pour la publique jeunesse/ado continue avec une nouvelle série de Joann Sfar résolument tournée vers les adolescents. Sur le graphisme reste celui de Sfar, les dialogues et l'histoire sont eux complètement tournés en direction des jeunes. Joann Sfar réussi parfaitement à se mettre dans la tête d'une jeune lycéenne écervelée qui réagit à l'instinct.. Ce que Sfar fait très bien, c'est nous faire comprendre que l'aspect Magie et fantastique n'est qu'un vecteur pour nous parler des amours d'Héliotrope et de sa vie lycéenne. On s'amuse bien à suivre cette jeune file qui n'en fait qu'à sa tête dans un monde déjanté dont Joann Sfar a le secret. Une lecture sympathique qui plaira aux ados qui passeront outre les graphismes spéciaux de monsieur Sfar. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/heliotrope-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. poseidon2

    Black Squaw T3 : Le Crotoy

    On avait laissé notre Bessie entre la vie et la mort. La convalescence qui en suit est propice, pour nous nos auteurs, pour prendre le temps de nous en dire plus sur le passé de Bessie et nous apprendre où elle a pu développer ses dons pour la voltige. Ce tome est l'occasion pour nos auteurs de bien mettre en avant le combat racial de Bessie. Entre ce qu'elle peut faire en France et la façon dont elle est pourchassée par le KKK, il y a un monde d'écart. Mais un monde qui n'arrêté pas notre héroïne qui repart au combat frontal contre le KKK, quitte à mettre en péril tout ce qu'elle a construit. Entre les parties qui comblent les trous dans le passé de Bessie et la relance de l'intrigue avec un statut des plus compliqués en fin de tome pour notre héroïne, ce tome 3 est un très bon tome d'une série "classique" graphiquement très belle et scénaristiquement bien construite. Vivement la suite !
  7. Titre de l'album : Black Squaw T3 : Le Crotoy Scenariste de l'album : Yann Dessinateur de l'album : Alain Henriet Coloriste : Usagi Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Bessie, l'extraordinaire aviatrice, gît inconsciente dans la fange d'une mare à cochons. Mais sa tête reste dans les nuages... Précisément ceux de sa jeunesse, à l'époque où elle avait quitté son Amérique natale pour la France, pays autorisant les femmes à prendre des cours d'aviation. Là, à l'école Caudron du Crotoy, dans une ambiance de camaraderie maladroite où de jeunes bourgeois blancs auront bien du mal à comprendre sa vie de femme noire, Bessie va devenir une pilote à l'infernale virtuosité. Mais aussi vivre des émois qui la marqueront à vie... Une vie qui sera peut-être brutalement interrompue si Bessie adulte ne vainc pas ses ennemis du Ku Klux Klan... Entre récit historique inspiré de la vie de l'aviatrice Bessie Coleman, palpitant récit d'aventure et touchante chronique de jeunesse, Yann et Henriet lèvent de nombreuses intrigues avant le grand final de leur emballante tétralogie Black Squaw ! Critique : On avait laissé notre Bessie entre la vie et la mort. La convalescence qui en suit est propice, pour nous nos auteurs, pour prendre le temps de nous en dire plus sur le passé de Bessie et nous apprendre où elle a pu développer ses dons pour la voltige. Ce tome est l'occasion pour nos auteurs de bien mettre en avant le combat racial de Bessie. Entre ce qu'elle peut faire en France et la façon dont elle est pourchassée par le KKK, il y a un monde d'écart. Mais un monde qui n'arrêté pas notre héroïne qui repart au combat frontal contre le KKK, quitte à mettre en péril tout ce qu'elle a construit. Entre les parties qui comblent les trous dans le passé de Bessie et la relance de l'intrigue avec un statut des plus compliqués en fin de tome pour notre héroïne, ce tome 3 est un très bon tome d'une série "classique" graphiquement très belle et scénaristiquement bien construite. Vivement la suite ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/black-squaw-tome-3-le-crotoy?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Je n'avais jamais ouvert un Princesse Sara jusqu'à présent. Aussi quand l'occasion s'est présentée je n'ai pas été particulièrement emballé. Soyons clair, je ne suis pas vraiment le coeur de cible visé par cette série, et démarrer une série inconnue au tome 14 c'est souvent un bon moyen de passer à côté purement et simplement. Toutefois je dois bien reconnaître que j'ai aimé lire ce tome, et que si l'intrigue ne m'a pas plus emballé que cela, les interactions entre les personnages et surtout la très belle mise en image du duo Moretti - Palescandolo de ce Japon utopique à l'ère des Automates. Certes il ne faut pas être allergique au style manga puisque la dessinatrice y puise une bonne partie de son style, mais lorsque cela est bien fait, et qu'un supplément d'âme y est distillé comme dans ce Princesse Sara, on ne peut qu'apprécier je crois. L'intrigue m'a un peu laissé sur ma faim car si elle est lisible, avec des enjeux clairs et des personnages bien pensés, elle n'avance au final que peu durant ces 48 courtes pages, renforçant d'ailleurs l'impression "manga" au passage C'est souvent l'un des défauts de ces séries jeunesse fleuve, parfois un peu trop diluées. Ceci étant dit Princesse Sara est une vraie belle bd pour ado.
  9. Titre de l'album : Princesse Sara - Tome 14 - Toutes les aurores du monde Scenariste de l'album : Audrey Alwett Dessinateur de l'album : Nora Moretti Coloriste : Claudia Palescandolo Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Sara et Lavinia sont arrivées au Japon à bord de l'Université volante. Mais l'Ambassadeur croit Sara responsable d'une entourloupe qui met le Japon en danger. Comme réparation, il lui propose un marché. Sara et Lavinia sont contraintes de se jeter à l'eau. Tout ce qu'elles peuvent, c'est compter l'une sur l'autre et se tenir la main... ce qui ne déplaît pas à Lavinia. Pas du tout, même... Critique : Je n'avais jamais ouvert un Princesse Sara jusqu'à présent. Aussi quand l'occasion s'est présentée je n'ai pas été particulièrement emballé. Soyons clair, je ne suis pas vraiment le coeur de cible visé par cette série, et démarrer une série inconnue au tome 14 c'est souvent un bon moyen de passer à côté purement et simplement. Toutefois je dois bien reconnaître que j'ai aimé lire ce tome, et que si l'intrigue ne m'a pas plus emballé que cela, les interactions entre les personnages et surtout la très belle mise en image du duo Moretti - Palescandolo de ce Japon utopique à l'ère des Automates. Certes il ne faut pas être allergique au style manga puisque la dessinatrice y puise une bonne partie de son style, mais lorsque cela est bien fait, et qu'un supplément d'âme y est distillé comme dans ce Princesse Sara, on ne peut qu'apprécier je crois. L'intrigue m'a un peu laissé sur ma faim car si elle est lisible, avec des enjeux clairs et des personnages bien pensés, elle n'avance au final que peu durant ces 48 courtes pages, renforçant d'ailleurs l'impression "manga" au passage C'est souvent l'un des défauts de ces séries jeunesse fleuve, parfois un peu trop diluées. Ceci étant dit Princesse Sara est une vraie belle bd pour ado. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/princesse-sara-tome-14?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Avant
  11. poseidon2

    Saison de sang

    Ceux qui suivent un peu les critiques que je fais ici savent que j'ai toujours du mal avec les BD muettes. J'adore le scenario, quitte à faire moins attention à la partie graphique d'une BD. C'est pour dire à quelle point cette BD est marquante et mérite son coup de cœur. Sincèrement j'ai été bluffé… par la fin. Car, sans trop en dire, c'est une fin qui fait remettre en perspective tout ce que l'on a lu. Une fin qui m'a fait dire "Ohhhhhhhhhhhh" tout haut et tout seul. Une fin qui m'a fait repasser le sublime déroulé des 192 pages de cette histoire dans le sens inverse... pour enfin tout comprendre. Je rassure les fans de beaux dessins, ceux-ci sont somptueux. Modernes, dynamiques, dure par moment, mais toujours impressionnants. Ils portent autant la brutalité de certains personnages que la douceur et l'innocence de notre héroïne. Une BD aussi belle qu'intelligente, avec ou sans parole, ça mérite un cœur !
  12. poseidon2

    Saison de sang

    Titre de l'album : Saison de sang Scenariste de l'album : Simon Spurrier Dessinateur de l'album : Matías Bergara Coloriste : Mat Lopes Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Une petite fille s'avance. Elle ne sait rien de plus. Elle DOIT avancer - toujours en ligne droite - à travers un monde dangereux, superbe, fantastique. Si elle tente de s'arrêter, ou de faire demi-tour, ou de changer de direction, l'air autour d'elle prend vie et s'anime d'ombres furieuses qui la poussent à reprendre son chemin. Elle est terrifiée mais elle avance vers un destin aussi extraordinaire qu'inattendu... Son seul compagnon - son gardien - est un immense guerrier en armure, capable d'écraser toutes les bêtes et tous les mécréants qui se mettent en travers de leur route. Leur périple dure une année. Les obstacles sont de moins en moins simples à franchir... Ils deviennent plus sournois. Elles croisent des colonies... des villes. Les gens semblent déterminés à les séparer, à se servir d'elles de manière que ni l'une ni l'autre ne comprennent... Critique : Ceux qui suivent un peu les critiques que je fais ici savent que j'ai toujours du mal avec les BD muettes. J'adore le scenario, quitte à faire moins attention à la partie graphique d'une BD. C'est pour dire à quelle point cette BD est marquante et mérite son coup de cœur. Sincèrement j'ai été bluffé… par la fin. Car, sans trop en dire, c'est une fin qui fait remettre en perspective tout ce que l'on a lu. Une fin qui m'a fait dire "Ohhhhhhhhhhhh" tout haut et tout seul. Une fin qui m'a fait repasser le sublime déroulé des 192 pages de cette histoire dans le sens inverse... pour enfin tout comprendre. Je rassure les fans de beaux dessins, ceux-ci sont somptueux. Modernes, dynamiques, dure par moment, mais toujours impressionnants. Ils portent autant la brutalité de certains personnages que la douceur et l'innocence de notre héroïne. Une BD aussi belle qu'intelligente, avec ou sans parole, ça mérite un cœur ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/saison-de-sang?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. poseidon2

    Les feuilles volantes

    Je suis un vrai amateur d'Alexandre Clérisse. Ses associations avec Thierry Smolderen ont toutes été savoureuses et saluées par la critique. Restait à voir ce que le monsieur réussirait à faire en solo. ET bien ce "Feuilles Volantes" est la preuve qu'Alexandre Clérisse est un auteur complet. En effet, en plus de très beaux dessins et d'une mise en couleurs très travaillée, il nous livre un scénario intriguant mêlant 3 époques et 3 histoires qui n'en sont en fait qu'une seule. Le croisement des scenarios et des personnages est assez bluffant et très original. On n'a qu'une envie en terminant cet album, c'est de le relire pour le disséquer un peu plus. Une belle réussite pour un des auteurs à suivre de la bd européenne.
  14. Titre de l'album : Les feuilles volantes Scenariste de l'album : Alexandre Clérisse Dessinateur de l'album : Alexandre Clérisse Coloriste : Alexandre Clérisse Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Trois personnages à trois époques différentes, avec un point commun : ils racontent des histoires avec des images. Un moine copiste du Moyen Âge invente un récit imagé et un procédé d'impression, un jeune garçon au 20e siècle découvre le pouvoir inouï de la bande dessinée, et sa fille au 21e siècle vit de la création virtuelle. Chacun éprouve les nécessités vitales de la création et doit affronter des dangers et désillusions propres à leurs époques... Critique : Je suis un vrai amateur d'Alexandre Clérisse. Ses associations avec Thierry Smolderen ont toutes été savoureuses et saluées par la critique. Restait à voir ce que le monsieur réussirait à faire en solo. ET bien ce "Feuilles Volantes" est la preuve qu'Alexandre Clérisse est un auteur complet. En effet, en plus de très beaux dessins et d'une mise en couleurs très travaillée, il nous livre un scénario intriguant mêlant 3 époques et 3 histoires qui n'en sont en fait qu'une seule. Le croisement des scenarios et des personnages est assez bluffant et très original. On n'a qu'une envie en terminant cet album, c'est de le relire pour le disséquer un peu plus. Une belle réussite pour un des auteurs à suivre de la bd européenne. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/feuilles-volantes?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Rudi Miel et Fabienne Pigière utilisent de nombreuses anecdotes et faits historiques pour écrire leur scénario de Buonarparte. D'ailleurs pour information, les geôliers devaient appeler Napoléon par le titre de général Bonaparte en guise d'humiliation pour lui retirer son titre d'empereur suite aux directives du secrétaire d’État anglais pour la guerre et les colonies. Souvent ce titre se transformait en général Buonaparte pour rappeler lui ses origines Corses et lui enlever sa citoyenneté française. Pour ce deuxième tome, Napoléon poursuit sa captivité avec ses proches autour de lui et Hudson Lowe un officier de l'armée anglaise doit se charger de sa détention en compagnie de sa famille. On retrouve également les moments importants de la campagne égyptienne de Napoléon qui sont mis en parallèle des faits d'armes d'Alexandre le Grand. Sur cette île prison, Napoléon est en danger comme vous pourrez le découvrir dans cet épisode. Les dessins d'Iván Gil sont magnifiques pour dépeindre cette période historique peu connue. Les dessins sont dans un style réaliste très bien détaillé. L’album se termine avec un cahier historique dont les informations sont utilisées dans ce tome. Cette série est originale en se basant sur la période de captivité de Napoléon sur l'île de Sainte-Hélène. Les amateurs d'histoire seront comblés par la réalisation fidèle à l’histoire de l’empereur.
  16. Titre de l'album : Buonaparte tome 2 - Trésor de guerre Scenariste de l'album : Fabienne Pigière & Rudi Miel Dessinateur de l'album : Iván Gil Coloriste : 1ver2anes Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Le plus grand trésor de guerre de tous les temps, qui pourrait embraser l'Europe, a-t-il été découvert par Napoléon lors de sa campagne d'Égypte ? A Sainte-Hélène, Anglais et puissances alliées affrontent l'Empereur déchu dans une partie de poker menteur où tous les coups sont permis. « Il y a du courage à tuer un homme. Mais c'est lâcheté de le faire languir sur une île si affreuse. » - N.B. Napoléon est désormais prisonnier sur Sainte-Hélène, à Longwood, résidence insalubre et théâtre d'un bras de fer entre lui et Hudson Lowe, officier anglais résolu à percer le secret du trésor de guerre de Bonaparte. Critique : Rudi Miel et Fabienne Pigière utilisent de nombreuses anecdotes et faits historiques pour écrire leur scénario de Buonarparte. D'ailleurs pour information, les geôliers devaient appeler Napoléon par le titre de général Bonaparte en guise d'humiliation pour lui retirer son titre d'empereur suite aux directives du secrétaire d’État anglais pour la guerre et les colonies. Souvent ce titre se transformait en général Buonaparte pour rappeler lui ses origines Corses et lui enlever sa citoyenneté française. Pour ce deuxième tome, Napoléon poursuit sa captivité avec ses proches autour de lui et Hudson Lowe un officier de l'armée anglaise doit se charger de sa détention en compagnie de sa famille. On retrouve également les moments importants de la campagne égyptienne de Napoléon qui sont mis en parallèle des faits d'armes d'Alexandre le Grand. Sur cette île prison, Napoléon est en danger comme vous pourrez le découvrir dans cet épisode. Les dessins d'Iván Gil sont magnifiques pour dépeindre cette période historique peu connue. Les dessins sont dans un style réaliste très bien détaillé. L’album se termine avec un cahier historique dont les informations sont utilisées dans ce tome. Cette série est originale en se basant sur la période de captivité de Napoléon sur l'île de Sainte-Hélène. Les amateurs d'histoire seront comblés par la réalisation fidèle à l’histoire de l’empereur. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/buonaparte-tome-2-tresor-de-guerre?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. Troisième (et dernier ?) tome des Soeurs Gremillets sur la troisième sœur : Lucille. Après la sportive et la romantique, voici venu le moment de se pencher sur la petite dernière et la plus introvertie des trois. Quoi de mieux que de prendre comme contexte une colonie, l'endroit typiquement fui par les enfants introvertis ? Cela permet à nos auteurs de bien marquer la différence entre les deux grandes sœurs, bien dans leurs bottes et pleines d'envies, et la petite dernière qui préfère rester avec ses amis les animaux. Si ce troisième tome est aussi guidé par une enquête, sur fond de mystère familiale, il porte surtout sur l'acceptation de la différence et la tolérance. Une belle leçon d'ouverture d'esprit pour nos jeunes lecteurs porté par un dessin toujours aussi bien léché.
  18. Titre de l'album : Les soeurs Gremillet T3 : le trésor de Lucille Scenariste de l'album : Giovanni Di Gregorio Dessinateur de l'album : Alessandro Barbucci Coloriste : Alessandro Barbucci Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Leur maman a inscrit les soeurs Grémillet dans un camp de vacances sur les côtes de Normandie où Lucille, Sarah et Cassiopée découvrent l'océan Atlantique, les intempéries proverbiales, le traditionnel phare rustique, la nature magnifique et... une énorme baleine qui vient soudain s'échouer sur la plage ! Pour Lucille, cela ne fait pas de doute : l'animal est venu les alerter d'un grave danger ! Une inquiétude que ne partage pas la population locale, qui pense que Lucille a beaucoup d'imagination. À tel point qu'elle pourrait presque croire cette légende selon laquelle la femme ayant vécu dans le phare y aurait laissé un trésor... La benjamine des soeurs Grémillet parviendra-t-elle à faire entendre sa voix ? Entre enquête et prise de conscience du réchauffement climatique, un album qui nous dit combien il est important d'écouter et de respecter la nature. Une conviction déjà brandie et partagée par de nombreux jeunes d'aujourd'hui ! Critique : Troisième (et dernier ?) tome des Soeurs Gremillets sur la troisième sœur : Lucille. Après la sportive et la romantique, voici venu le moment de se pencher sur la petite dernière et la plus introvertie des trois. Quoi de mieux que de prendre comme contexte une colonie, l'endroit typiquement fui par les enfants introvertis ? Cela permet à nos auteurs de bien marquer la différence entre les deux grandes sœurs, bien dans leurs bottes et pleines d'envies, et la petite dernière qui préfère rester avec ses amis les animaux. Si ce troisième tome est aussi guidé par une enquête, sur fond de mystère familiale, il porte surtout sur l'acceptation de la différence et la tolérance. Une belle leçon d'ouverture d'esprit pour nos jeunes lecteurs porté par un dessin toujours aussi bien léché. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-soeurs-gremillet-tome-3-le-tresor-de-lucille?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. David Chauvel poursuit l'aventure et l'exploration avec les vikings en terre inconnue face à des indiens de l'actuel Canada. On retrouve Sigrid en compagnie de ses sauveurs qui tente de se faire accepter de ce peuple vivant en harmonie avec la nature. Cependant, son ennemi juré à réussi à rejoindre la colonie viking avec pour mission de mener des guerriers pour récupérer par tous les moyens le mystérieux objet que Sigrid garde toujours sur elle. Le récit se base sur les dernières découvertes archéologiques montrant que les vikings ont découvert l’Amérique du nord, cinq siècles avant Christophe Colomb. Le scénariste imagine comment les deux civilisations différentes ont pu se rencontrer et échanger avec leur différence. La religion catholique n’est pas en reste avec l’histoire de la relique qui impacta les vikings et plus tard les indiens. La dessinatrice Maria Riccio succède à Patrick Pion dans un style relativement similaire mais on perd quand même en finesse de trait. Les couleurs de Lou assurent une cohérence entre les deux dessins. Sigrid est un dytique de qualité sur les aventures d’une viking voulant vivre avec les indiens. Avec cette suite on perd un peu du rythme du premier tome.
  20. Titre de l'album : Sigrid tome 2 - Les maîtres de ce pays Scenariste de l'album : David Chauvel Dessinateur de l'album : Maria Riccio Coloriste : Lou Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Sigrid, la jeune rescapée viking, a dû affronter les siens et fuir en compagnie de Gotheyet. Tandis que du côté des colons, une expédition punitive se prépare, la jeune femme découvre le mode de vie de son nouveau peuple d'adoption... Prise en étau, Sigrid va non seulement devoir choisir entre deux mondes, mais aussi éviter un conflit qui pourrait signifier leur disparition à tous... Critique : David Chauvel poursuit l'aventure et l'exploration avec les vikings en terre inconnue face à des indiens de l'actuel Canada. On retrouve Sigrid en compagnie de ses sauveurs qui tente de se faire accepter de ce peuple vivant en harmonie avec la nature. Cependant, son ennemi juré à réussi à rejoindre la colonie viking avec pour mission de mener des guerriers pour récupérer par tous les moyens le mystérieux objet que Sigrid garde toujours sur elle. Le récit se base sur les dernières découvertes archéologiques montrant que les vikings ont découvert l’Amérique du nord, cinq siècles avant Christophe Colomb. Le scénariste imagine comment les deux civilisations différentes ont pu se rencontrer et échanger avec leur différence. La religion catholique n’est pas en reste avec l’histoire de la relique qui impacta les vikings et plus tard les indiens. La dessinatrice Maria Riccio succède à Patrick Pion dans un style relativement similaire mais on perd quand même en finesse de trait. Les couleurs de Lou assurent une cohérence entre les deux dessins. Sigrid est un dytique de qualité sur les aventures d’une viking voulant vivre avec les indiens. Avec cette suite on perd un peu du rythme du premier tome. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sigrid-tome-2-les-maitres-de-ce-pays?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Suite et fin des aventures de notre fée des villes. Et une fin de très bonne facture. Fini les mini histoires pour laisser place à une grande et unique histoire ou notre fée voit reposer sur elle rien de moins que le sauvetage de la magie. Entre fablounette écologique, aventures féériques et humour d'ados, ce deuxième tome offrira à nos jeunes filles une belle et rigolote conclusion à un diptyque finalement efficace.
  22. Titre de l'album : Wat t2 : La fée qui ne voulait pas que meure la magie Scenariste de l'album : Christophe Cazenove Dessinateur de l'album : William Coloriste : Élodie Jacquemoire Editeur de l'album : Bamboo Note : Résumé de l'album : Pas évident de retourner à la campagne quand on a connu le confort de la ville... même pour une fée ! Les Unseelies ont pris le pouvoir sur la forêt et la carrière de poudre de fées. Seuls ont échappé à leurs griffes Wat, Dorg, la fée Lemon et Aphélie, la petite sylve capricieuse. L'objectif des terribles Unseelies est de contrôler non seulement la forêt, mais aussi les jeunes afin d'en faire de sales gamins capables de repérer les fées et ainsi de détruire la magie qui permet aux fées de vivre. Wat n'a pas beaucoup de solutions si elle veut que la magie demeure : elle doit retourner au coeur de la forêt et attaquer le campement des Unseelies afin de mettre un terme à leur règne Critique : Suite et fin des aventures de notre fée des villes. Et une fin de très bonne facture. Fini les mini histoires pour laisser place à une grande et unique histoire ou notre fée voit reposer sur elle rien de moins que le sauvetage de la magie. Entre fablounette écologique, aventures féériques et humour d'ados, ce deuxième tome offrira à nos jeunes filles une belle et rigolote conclusion à un diptyque finalement efficace. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/wat-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Il faut reconnaitre que la mention "chaine youtube" sur une BD ça a plutôt tendance à me faire fuir. Cependant on a pu voir avec Nota Bene par exemple un certain intérêt à certaines, aussi c'est sans trop d'à priori que je me suis lancé à la lecture de cet album, n'ayant pas lu le premier. Premier point, c'est plutôt joli, le dessin est parfois un peu lesé sur ce genre d'ouvrages mais là, sans être dans le haut de gamme de la bd, on est sur un travail très propre d'Adrien Martin. On va suivre alors le périple d'un jeune journaliste parti à la découverte du fonctionnement des narcotrafics. Bon ça c'est ce qui est dit dans le titre, et pour être honnête quand on me dit géopolitique et narcotrafic, je m'attends plus à un truc très détaillé et fourmillant d'imbrication politiques et géopolitiques majeures qu'à ce que j'ai lu. Et en fait c'est probablement mieux ainsi, le journaliste prenant le parti, avec ses propres moyens d'aller à la rencontre des producteurs à l'origine de ses drogues, les paysans qui subsistent du narcotrafic en produisant opium ou coca. Ce qui rend le récit plus vivant, plus humain, et plus intéressant, cette partie étant généralement délaissée. Ainsi si vous n'y apprendrez probablement guère plus que ce que vous soupçonniez, cette enquête à taille humaine se révèle toutefois intéressante par l'image qu'elle dessine de ses protagonistes.
  24. Titre de l'album : L'aventure géopolitique - Tome 2 - Le narcotrafic Scenariste de l'album : Ludovic Danjou Dessinateur de l'album : Adrien Martin Coloriste : Adrien Martin Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Après avoir exploré les enjeux de la déforestation sur notre planète, Gildas nous embarque maintenant au coeur du narcotrafic. Du petit producteur colombien au consommateur occidental en passant par les exploitations en Afghanistan, le youtubeur-reporter cherche à comprendre les chemins empruntés par la drogue, ses impacts sociaux, humains et économiques. Critique : Il faut reconnaitre que la mention "chaine youtube" sur une BD ça a plutôt tendance à me faire fuir. Cependant on a pu voir avec Nota Bene par exemple un certain intérêt à certaines, aussi c'est sans trop d'à priori que je me suis lancé à la lecture de cet album, n'ayant pas lu le premier. Premier point, c'est plutôt joli, le dessin est parfois un peu lesé sur ce genre d'ouvrages mais là, sans être dans le haut de gamme de la bd, on est sur un travail très propre d'Adrien Martin. On va suivre alors le périple d'un jeune journaliste parti à la découverte du fonctionnement des narcotrafics. Bon ça c'est ce qui est dit dans le titre, et pour être honnête quand on me dit géopolitique et narcotrafic, je m'attends plus à un truc très détaillé et fourmillant d'imbrication politiques et géopolitiques majeures qu'à ce que j'ai lu. Et en fait c'est probablement mieux ainsi, le journaliste prenant le parti, avec ses propres moyens d'aller à la rencontre des producteurs à l'origine de ses drogues, les paysans qui subsistent du narcotrafic en produisant opium ou coca. Ce qui rend le récit plus vivant, plus humain, et plus intéressant, cette partie étant généralement délaissée. Ainsi si vous n'y apprendrez probablement guère plus que ce que vous soupçonniez, cette enquête à taille humaine se révèle toutefois intéressante par l'image qu'elle dessine de ses protagonistes. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-aventure-geopolitique-tome-2-le-narcotrafic?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. La fin du tryptique des 3 fantômes de Tesla était plus qu'attendu par les amateurs de la série, et ils étaient nombreux, notamment sur notre site. Le tome 1 avait en effet été plus que remarqué avec son univers Steampunk magnifiquement mis en image par Guilhem Bec. Si le tome 2 avait parfois déçu quelques lecteurs avec son scénario très ambitieux, le tome 3 risque de réconcilier une bonne partie de ce beau monde puisque le scénario ici nous livre son dénouement à la fois logique, mais aussi rythmé et bien amené. Les explications fournies devraient suffire aux dubitatifs, et le tout clôture comme il se doit cette trilogie qui aura ravi les amateurs de Steampunk.
  26. Titre de l'album : Les trois fantômes de Tesla - Tome 3 - Les héritiers du rayon Scenariste de l'album : Richard Marazano Dessinateur de l'album : Guilhem Bec Coloriste : Richard Marazano Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Les forces japonaises déchaînent une pluie de robots sur New York, mais en réalité, c'est un autre combat qui se joue. Héritier des fantômes de Tesla et des grands scientifiques de son temps, Travis doit empêcher Edison et ses alliés nazis de faire basculer le monde dans un nouvel âge d'obscurantisme. Pour cela, il reçoit l'aide inattendue de son « pater ex machina ». Ensemble, père et fils parviendront-ils à écrire une conclusion heureuse à cette uchronie politico-scientifique ? Critique : La fin du tryptique des 3 fantômes de Tesla était plus qu'attendu par les amateurs de la série, et ils étaient nombreux, notamment sur notre site. Le tome 1 avait en effet été plus que remarqué avec son univers Steampunk magnifiquement mis en image par Guilhem Bec. Si le tome 2 avait parfois déçu quelques lecteurs avec son scénario très ambitieux, le tome 3 risque de réconcilier une bonne partie de ce beau monde puisque le scénario ici nous livre son dénouement à la fois logique, mais aussi rythmé et bien amené. Les explications fournies devraient suffire aux dubitatifs, et le tout clôture comme il se doit cette trilogie qui aura ravi les amateurs de Steampunk. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-trois-fantomes-de-tesla-tome-3-les-heritiers-du-rayon?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  27. Il faut reconnaître que si les débuts d'Ekhö m'avaient peu marqués, quand j'ai redécouvert cette série il y a deux ans j'ai été agréablement surpris, depuis c'est une des séries d'Arleston que je lis avec plaisir. Le format one shot permet pas mal de fantaisies au scénariste mais l'ensemble forme un tout qui reste cohérent pour le lecteur occasionnel tel que moi. Le monde d'Ekhö est assez frais, et l'héroïne est assez remarquable dans ses qualités de femme libre. Le principe de la série permet à Arleston de critiquer selon son bon vouloir notre monde actuel à travers une de ses facettes au choix. Les dessins de Alessandro Barbucci sont tout en rondeurs et très jolis. Ce tome 11 reste dans la lignée des précédents, ni bien meilleurs ni moins bon, il ravira donc les fans de la série, dont je commence gentiment à faire partie. Ekhö est définitivement de la bd plaisir, qui si elle ne vous marquera pas l'esprit très longtemps vous assurera un bon moment de lecture, quelques rires, et un joli dépaysement débarrassé d'enjeux trop forts.
  1. Charger plus d’activité
  • Un best of BD au hasard

  • Dernières Critiques

    • Interview des fondateurs de Mahô Editions
      Dans un contexte actuel où le manga se porte bien, voire très bien même, on a vu l’arrivée de plusieurs nouvelles maison d’édition, nous avons rencontré Aurélien Martinez et Jérémy Touzet, co-fondateurs de Mahô éditions pour en savoir un peu plus sur leur fonctionnement, leurs motivations et surtout savoir ce qu’ils pouvaient apporter de nouveau sur ce marché déjà bien rempli.
      • 4 réponses

    • Back from hell tome 1
      Note :
      Le groupe Delcourt/Soleil nous propose 2 mangas un peu sur le même thème (le 2eme est the brave wish revenging dont la critique arrivera la semaine prochaine). Back from hell étant le plus récent, on ne peut qu’être étonné de voir la ressemblance au début de l’histoire : le ou les héros qui ont vaincus le roi des démons sont à leur tour exécutés pour ne pas nuire au pouvoir politique en place, et ils décident de revenir d’entre les morts pour se venger. C’est la façon dont va avoir lieu cette vengeance qui va ensuite diverger : ici, le grand sage devenu un squelette mort-vivant surpuissant décide de devenir le nouveau roi des démons afin de préserver la paix.

      Étrange ? non, la logique se tient : tant que les humains ont un ennemi commun à affronter ils ne se font pas la guerre entre eux et les habitants peuvent vivre relativement en paix. Le sage va donc jouer ce rôle. Et c’est bien cet aspect qui me dérange un peu, car ce sujet a déjà été exploitée dans le titre vampire chronicles, un manga qui n’a pas eu le succès qu’il mérite… Bref, je me demande donc où se trouve l’originalité du livre car pour le moment je n’y vois que des bribes d’histoires empruntées à d’autres titres… même le héros squelette grand mage a déjà été vu et en plus le personnage n’est pas attachant !

      Si je mets tous ces éléments de côté, est-ce que le livre est bien ? Déjà il ne se passe pas grand-chose dans ce tome, passé l’exécution des héros, le sage acquiert des pouvoirs à la vitesse grand V, s’empare du 1er fort et de la capitale encore plus vite… et après, ben il n’y a pas grand-chose, une dernière image cependant qui va introduire un nouveau personnage. Donc ce 1er volume ne m’a pas convaincue, le graphisme est bien mais le scenario doit faire ses preuves.
      • 0 réponse
    • Les chefs d'oeuvre de Junji Itô tomes 1 et 2
      Note :
      Les rééditions des livres de Junji Itô ont permis à un public plus jeune de découvrir le maitre de l'horreur, ma fille de 19 ans en fait partie et depuis elle se jette sur chaque nouveau volume qui sort, elle a tenu à écrire cette critique.

       

      Les chefs-d’œuvre (2 tomes) sont un rassemblement d’une vingtaine de nouvelles dessinées par le maître de l’horreur. On y retrouve un extrait de Tomie, mais aussi quelques histoires figurants aussi à la fin de Frankenstein, et c’est avec plaisir que nous y rencontrons des protagonistes récurrents dans l’œuvre de Junji Ito (Tomie, Soichi, la femme mannequin…)

      D’habitude, je n’aime pas les recueils d’histoires courtes, je préfère grandement les intrigues plus développées et composées de plusieurs chapitres. Mais ici, cela ne m’a pas posé plus de problèmes que cela puisque nous pouvons retrouver dans ces deux tomes des personnages apparaissant dans plusieurs chapitres. De plus, malgré les différentes situations, Junji Ito réussit à créer une continuité grâce à l’ambiance et l’horreur qui monte en crescendo, mais cela se ressent encore plus si vous lisez le livre d’une traite. L’horreur apparaît sous différentes formes : horreur physique, psychologique, des situations dérangeantes moralement, des personnages effrayants par leurs comportements. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est de voir l’horreur qui diffère en fonction des personnages, de leur âge et de leur situation sociale. Grâce à un dessin très sombre, horripilant et repoussant, Junji Ito réussit à merveille à nous dévoiler les tréfonds de l’âme humaine et à nous montrer la folie en chacun de nous.

      Ces deux tomes permettent de s’aventurer encore plus dans le monde effrayant de l’auteur en nous faisant découvrir des situations très différentes et variées. Bien sûr, toutes les nouvelles ne sont pas au même niveau, mais certaines valent vraiment le détour et méritent d’être plus connues. Le premier tome contient des histoires et des images physiquement marquantes, mais le second volume est plus dans l’horreur psychologique avec des situations déroutantes.

      Bonne lecture et bonnes frayeurs. Et pour ceux qui en voudraient encore, certaines de ces histoires sont disponibles en anime.
      • 0 réponse
    • Pilote sacrifié tome 2
      Note :
      Toute l’escadrille est en route pour les Philippines, les pilotes savent désormais que la bombe est solidaire de leur appareil et qu’on leur demande d’aller s’écraser sur leurs ennemis. Le moral au plus bas et la peur au ventre, le sergent-chef Uzawa fait exprès de se cracher pour éviter d’aller au front. Pendant ce temps, les autres cherchent une solution pour trouver un système de largage qui leur permettrait de revenir. Mais la proximité des américains ne rend pas les choses faciles et des raids aériens viennent perturber leur préparation.

      Toujours très bien dessiné, on continue de suivre le déroulement des opérations de cette 1ère brigade de Kamikaze. On voit leur condition de vie, comme à celles des mécaniciens chargés des avions mais ce que l’on découvre surtout c’est l’absurdité de certaines commandes, la soif de gloire de certains dirigeants et l’aspect inhumain de considérer ces soldats comme de la chair à canon. Le récit est bien mené, sans temps mort et donne envie d’aller plus loin.
      • 0 réponse
    • Wandance tome 1
      Note :
      Kaboku est un lycéen qui craint toujours d’attirer l’attention de peur qu’on se moque de lui, il n’est pas très à l’aise à l’oral et il lui arrive de bégayer. Un jour, il rencontre Wanda, une jeune fille qui ne semble vivre que pour la danse. En la regardant, il a envie de danser avec elle et pense pouvoir trouver un moyen d’expression sans la parole et une certaine liberté dans cette discipline. Il rejoint donc le club de danse.

      Le point étonnant de l’histoire c’est que depuis 2012, la danse est une discipline obligatoirement enseignée dans les collèges, il y a donc des clubs dans les lycées, bien sûr ils sont mixtes mais la proportion est de 95 filles pour 5 garçons ! C’est donc déjà une première thématique du manga mais le sujet n’est pas vraiment là, tout comme le développement de notre héros qui va arriver à surmonter ses faiblesses et s’épanouir dans la danse, tout comme une éventuelle histoire d’amour entre lui et Wanda, le propos principal est bel et bien la danse.

      L’autrice Coffee a su mettre en valeur la danse hip-hop, elle s’est inspirée de son expérience et on voit qu’elle s’est aussi renseignée auprès de professionnels pour rendre son manga le plus réaliste possible et ce n’est pas évident de retranscrire les mouvements de danse en dessin !! En plus d’un graphisme travaillé et pointilleux, elle propose également des explications sur ces mouvements que vous pourrez mettre en pratique. Wandance est un manga réussi qui nous attire dans l’univers de la danse que l’on soit initié ou non.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...