Aller au contenu
  • S’inscrire

Nickad

Members
  • Compteur de contenus

    472
  • Inscription

  • Jours gagnés

    7

Nickad a gagné pour la dernière fois le 9 avril

Nickad a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

61 Excellent

2 abonnés

À propos de Nickad

  • Rang
    Super Saïen
  • Date de naissance 14/04/1974
  1. Avant tout sachez que je ne suis pas une spécialiste de Liberge, n’en déplaise à certains car je sais qu’il est très apprécié sur ce site. J’ai hésité à faire cette critique car j’ai vu que les avis étaient très positifs un peu partout. Je vous rassure, je ne vais pas la descendre, loin de là ! mais j’aimerai y apporter quelques nuances. Graphiquement parlant, c’est très beau, des dessins très travaillés et détaillés, des rendus colores recherchés notamment pour souligner le rendu mystique et un changement radical dans la dernière partie pour aborder l’épilogue de l’histoire. Le seul détail qui m’a dérangé c’est la représentation du personnage principal car même s’il a une carrure carrée (c’est un rugbyman), il fait nettement plus que son âge, à 19 ans on croirait qu’il en a 35 !! Bien sûr ce n’est qu’un détail car cela ne change rien au sujet de l’histoire. Concernant le sujet, on entre ici dans des considérations mystiques : l’expérience de la mort et de son retour. On sent que Liberge a bien étudié le sujet, il s’est appuyé sur des témoignages, sur des œuvres dont celle de Jérôme Bosch et sa série de tableaux du voyage vers l’au-delà. Que l’on y croit ou pas n’est pas important, ici, on nous dit qu’il existe des événements qui dépassent l’entendement, que la mort n’est pas une fin. Je regrette que la partie « secret de famille » ne soit pas plus approfondie, je pensais d’après le résumé que cela allait avoir une part importante mais c’est surtout autour des EMI (expérience de mort imminente) que l’histoire s’articule : quelles sont les conséquences directes et comment cela va influencer la vie du personnage principal. Si le sujet vous intéresse, vous aimerez surement cette bd, après, je la conseillerai plus pour un public adulte, du fait de toute la partie ésotérique. Et concernant son potentiel de relecture, je m’interroge, ce n’est pas le genre d’ouvrage que l’on relit régulièrement.
  2. Titre de l'album : Le corps est un vêtement que l'on quitte Scenariste de l'album : LIBERGE Eric Dessinateur de l'album : LIBERGE Eric Coloriste : Editeur de l'album : Glenat Note : Résumé de l'album : Approcher la mort. Découvrir la vérité. À 15 ans, alors qu'il intègre le prestigieux club de rugby de Bordeaux, Julien voit son avenir devant lui tout tracé : il sera rugbyman professionnel. Mais une violente chute au cours d'un match lui fait perdre connaissance et vivre une expérience de mort imminente (EMI : sensation de décorporation suivie d'un état modifié de conscience, parfois consécutive à un état de mort clinique) qui le met sur la piste d'un lourd secret de famille. Revenu de cette expérience bouleversante aux frontières de la vie, il demande à ses proches qui est l'homme qui l'a accueilli au seuil de la mort. Ce dernier dit s'appeler Paul et lui livre un glaçant secret de famille. Entre l'incrédulité des soignants, qui ne voient là qu'un simple épisode hallucinatoire, et le violent déni que ses proches lui opposent, Julien entreprend de soulever une chape de plomb que son père - tyran domestique - maintenait hermétiquement fermée sur le clan familial depuis des années. Lorsque l'Invisible frappe à notre porte il a le pouvoir de faire éclater la vérité, nous rendre notre intégrité et nous réinventer. En associant habilement le drame familial à la thématique des expériences de mort imminente, Eric Liberge signe en solo un puissant et passionnant récit. Une fiction dans laquelle les recherches pointues sur les effets médicaux et psychanalytiques des EMI servent une histoire captivante. Critique : Avant tout sachez que je ne suis pas une spécialiste de Liberge, n’en déplaise à certains car je sais qu’il est très apprécié sur ce site. J’ai hésité à faire cette critique car j’ai vu que les avis étaient très positifs un peu partout. Je vous rassure, je ne vais pas la descendre, loin de là ! mais j’aimerai y apporter quelques nuances. Graphiquement parlant, c’est très beau, des dessins très travaillés et détaillés, des rendus colores recherchés notamment pour souligner le rendu mystique et un changement radical dans la dernière partie pour aborder l’épilogue de l’histoire. Le seul détail qui m’a dérangé c’est la représentation du personnage principal car même s’il a une carrure carrée (c’est un rugbyman), il fait nettement plus que son âge, à 19 ans on croirait qu’il en a 35 !! Bien sûr ce n’est qu’un détail car cela ne change rien au sujet de l’histoire. Concernant le sujet, on entre ici dans des considérations mystiques : l’expérience de la mort et de son retour. On sent que Liberge a bien étudié le sujet, il s’est appuyé sur des témoignages, sur des œuvres dont celle de Jérôme Bosch et sa série de tableaux du voyage vers l’au-delà. Que l’on y croit ou pas n’est pas important, ici, on nous dit qu’il existe des événements qui dépassent l’entendement, que la mort n’est pas une fin. Je regrette que la partie « secret de famille » ne soit pas plus approfondie, je pensais d’après le résumé que cela allait avoir une part importante mais c’est surtout autour des EMI (expérience de mort imminente) que l’histoire s’articule : quelles sont les conséquences directes et comment cela va influencer la vie du personnage principal. Si le sujet vous intéresse, vous aimerez surement cette bd, après, je la conseillerai plus pour un public adulte, du fait de toute la partie ésotérique. Et concernant son potentiel de relecture, je m’interroge, ce n’est pas le genre d’ouvrage que l’on relit régulièrement. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-corps-est-un-vetement-que-l-on-quitte?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Nickad

    Prochaines sorties...

    je te rassure, j'en lis de temps en temps et ma sœur (qui du coup s'est inscrite sur le site) est fan et les achète tous, donc tes critiques ne sont pas inutiles !!
  4. Nickad

    Bâtard tome 1

    ouh la !! non, il est conseillé à partir de 14 ans mais je dirais plus 15 ans !! c'est violent il y a des scènes de meurtres et aussi une violence psychologique. Ma fille a aimé mais elle a 18 ans !
  5. Nickad

    Rent-a-girlfriend tomes 1 et 2

    Rent-a-girlfriend est une sympathique comédie sentimentale. Kazuya, étudiant, vient de se faire larguer par sa première petite amie, lui qui s’était déjà fait tout un plan pour l’avenir, subit un gros choc psychologique. Désespéré, il tombe sur un site de location de petites amies (en tout bien tout honneur) et décide d’utiliser ses services pour avoir quelqu’un à se confier. Au cours de ce rendez-vous, la situation se complique : sa grand-mère est hospitalisée, et sa petite amie de location devient pour sa famille sa vraie petite amie. N’ayant pas à cœur de les décevoir, il va s’enfoncer dans les mensonges. Si le manga a un côté comédie où le héros enchaine les quiproquos et se retrouve dans une situation intenable, il y a également une belle approche de ses sentiments, l’un des objectifs étant bien sûr l’évolution de Kazuya : avoir confiance en soi, assumer ce qu’il est et devenir adulte. Par ailleurs, il y a 2 personnages féminins forts : la petite amie louée et l’ex-petite amie, les deux sont complexes, leurs motivations pas encore éclaircies, leur caractère bien trempé. Et ce n’est pas dans ces 2 tomes que l’on va pouvoir les cerner. Le fait que l’histoire se déroule avec de jeunes adultes permet à l’auteur d’élargir sa palette de relations et de situations. Un bon début pour une série agréable à lire, qui évite pour l’instant les clichés. Pour information, la série compte déjà 19 tomes et elle n’est pas finie.
  6. Titre de l'album : Rent-a-girlfriend tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : MIYAJIMA Reiji Dessinateur de l'album : MIYAJIMA Reiji Coloriste : Editeur de l'album : Noeve Grafx Note : Résumé de l'album : Kazuya est un étudiant plutôt banal qui vient de se faire larguer par sa petite-amie, qui a décidé d'aller voir ailleurs. Effondré, se sentant plus bas que terre, ayant perdu confiance en soi, il décide d'installer sur son téléphone la nouvelle application en vogue, Diamond, et de louer une nouvelle petite amie pour se sentir mieux. Il tombe ainsi sur une certaine Chizuru ; une jeune fille qui, à première vue, a tout pour lui plaire. Critique : Rent-a-girlfriend est une sympathique comédie sentimentale. Kazuya, étudiant, vient de se faire larguer par sa première petite amie, lui qui s’était déjà fait tout un plan pour l’avenir, subit un gros choc psychologique. Désespéré, il tombe sur un site de location de petites amies (en tout bien tout honneur) et décide d’utiliser ses services pour avoir quelqu’un à se confier. Au cours de ce rendez-vous, la situation se complique : sa grand-mère est hospitalisée, et sa petite amie de location devient pour sa famille sa vraie petite amie. N’ayant pas à cœur de les décevoir, il va s’enfoncer dans les mensonges. Si le manga a un côté comédie où le héros enchaine les quiproquos et se retrouve dans une situation intenable, il y a également une belle approche de ses sentiments, l’un des objectifs étant bien sûr l’évolution de Kazuya : avoir confiance en soi, assumer ce qu’il est et devenir adulte. Par ailleurs, il y a 2 personnages féminins forts : la petite amie louée et l’ex-petite amie, les deux sont complexes, leurs motivations pas encore éclaircies, leur caractère bien trempé. Et ce n’est pas dans ces 2 tomes que l’on va pouvoir les cerner. Le fait que l’histoire se déroule avec de jeunes adultes permet à l’auteur d’élargir sa palette de relations et de situations. Un bon début pour une série agréable à lire, qui évite pour l’instant les clichés. Pour information, la série compte déjà 19 tomes et elle n’est pas finie. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/rent-a-girlfriend-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Nickad

    Derniers Achats

    oui, ils ont la même taille, la même tranche, les deux changement : il y a écrit dupuis en petit sous le VEGA et la nouvelle édition a une jaquette brillante
  8. Nickad

    Derniers Achats

    Ok, alors après avoir regardé cette édition à 3 euros et bien, je n'ai rien vu de spécial, la qualité n'a pas l'air différente de la majorité des mangas... quant aux coquilles rien de notable...
  9. Nickad

    Derniers Achats

    elle ne suit pas tous les cours à cause de problèmes de santé... Pas toujours facile la gestion des enfants...
  10. Nickad

    Derniers Achats

    La série est prévue en 12 tomes, dont 8 sont déjà sortis. Concernant l'édition à 3 euros, je te réponds tout à l'heure quand ma fille sera réveillée et que je pourrais regarder les siens. J'ai la première édition et je n'avais rien remarqué de spécial. Sur le tome 8, qui est donc l'édition Vega Dupuis (comme ceux à 3 euros), rien ne m'a choquée. Concernant les coquilles, il m'arrive d'en voir dans les mangas (pas spécialement sur celui-là) mais en général je ne les retiens pas, sur le moment je me dis qu'ils auraient pu faire attention mais comme ça n'empêche pas la compréhension je passe vite à la suite.
  11. Nickad

    Solo Leveling - Tome 1

    d'ailleurs on peut se demander lequel serait le fond du panier...
  12. Nickad

    Solo Leveling - Tome 1

    oui, j'y ai pensé mais après coup !!
  13. Nickad

    Analog drop tome 1

    Voici le dernier manga de Natsumi AIDA, l’auteur du très célèbre switch girl, ce diptyque catalogué en shojo n’est pas seulement axé sur la romance même s’il parle aussi d’amour. Aku, jeune fille hyper égocentrique, prête à tous les mensonges pour avoir le plus de followers et susciter l’envie va un jour se retrouver projetée en 1983. Loin de la modernité, d’internet, et surtout des réseaux sociaux, elle va devoir accomplir une mission pour pouvoir retourner dans son époque en 2017. Comme à son habitude, Natsumi AIDA met beaucoup d’humour dans son récit, son héroïne ou plutôt anti-héroïne vu comment elle est au premier abord antipathique, ne mâche pas ses mots, elle juge, ne fais aucun cas des autres sauf si cela peut lui apporter quelque chose et va être contrainte bon gré mal gré de corriger son comportement. Au travers de la confrontation des 2 époques, l’auteur souligne les évolutions, raconte avec tendresse et nostalgie les années qui l’ont vu grandir, analyse les stéréotypes, dénonce à sa façon la dérive des réseaux sociaux fondée en partie sur les apparences. Une comédie sympathique qui permettra aux adolescents de découvrir une facette des années 80. pour lire un extrait : Analog Drop T.1 - AKATA (akazoom.fr)
  14. Nickad

    Analog drop tome 1

    Titre de l'album : Analog drop tome 1 Scenariste de l'album : AIDA Natsumi Dessinateur de l'album : AIDA Natsumi Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Aku n'est pas une fille bien : très populaire sur Instagram, elle ment comme elle respire. Profitant de son succès, hypocrite, elle sort simultanément avec trois hommes différents pour profiter de chacun d'eux... sans jamais leur donner ce qu'ils espèrent en retour. Mais un jour, sa vie va basculer : après avoir été poignardée dans une rue, elle tombe, inconsciente... et se réveille dans les années 80 ! Son smartphone reste son seul lien avec le monde d'aujourd'hui. Désormais investie d'une mission étrange qu'elle doit accomplir avant que la batterie de son portable ne se vide, elle va devoir (de gré ou de force) apprendre ce qu'est l'altruisme ! Critique : Voici le dernier manga de Natsumi AIDA, l’auteur du très célèbre switch girl, ce diptyque catalogué en shojo n’est pas seulement axé sur la romance même s’il parle aussi d’amour. Aku, jeune fille hyper égocentrique, prête à tous les mensonges pour avoir le plus de followers et susciter l’envie va un jour se retrouver projetée en 1983. Loin de la modernité, d’internet, et surtout des réseaux sociaux, elle va devoir accomplir une mission pour pouvoir retourner dans son époque en 2017. Comme à son habitude, Natsumi AIDA met beaucoup d’humour dans son récit, son héroïne ou plutôt anti-héroïne vu comment elle est au premier abord antipathique, ne mâche pas ses mots, elle juge, ne fais aucun cas des autres sauf si cela peut lui apporter quelque chose et va être contrainte bon gré mal gré de corriger son comportement. Au travers de la confrontation des 2 époques, l’auteur souligne les évolutions, raconte avec tendresse et nostalgie les années qui l’ont vu grandir, analyse les stéréotypes, dénonce à sa façon la dérive des réseaux sociaux fondée en partie sur les apparences. Une comédie sympathique qui permettra aux adolescents de découvrir une facette des années 80. pour lire un extrait : Analog Drop T.1 - AKATA (akazoom.fr) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/analog-drop-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Nickad

    Derniers Achats

    Ne t’inquiète pas, je subis la vôtre aussi...
×
×
  • Créer...