Aller au contenu
  • S’inscrire

Nickad

Members
  • Compteur de contenus

    2 260
  • Inscription

  • Jours gagnés

    49

Nickad a gagné pour la dernière fois le 14 août

Nickad a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

343 Excellent

3 abonnés

À propos de Nickad

  • Date de naissance 14/04/1974

Visiteurs récents du profil

5 402 visualisations du profil
  1. Titre de l'album : Re:zero chronicles : la ballade amoureuse de la lame démoniaque tome 2 Scenariste de l'album : NAGATSUKI Tappei Dessinateur de l'album : NOZAKI Tsubata Coloriste : Editeur de l'album : Ototo Note : Résumé de l'album : Bien avant que Subaru Natsuki n’apparaisse dans ce monde, le royaume draconique de Lugnica était en proie à une guerre opposant les humains et les semi-humains, surnommée « la Guerre des hommes-bêtes ». Le jeune Wilhelm, réputé pour trancher ses ennemis tel un démon depuis sa première bataille, se voit rapidement affublé du surnom de Lame démoniaque. Le jeune homme devient très vite membre de l’escouade d’élite du capitaine Zellgef et finit par rencontrer Theresia, une jeune fille qui aime contempler les fleurs près d’un champ à l’écart de la ville. Cette rencontre apportera-t-elle un nouvel avenir au jeune homme qui ne recherche que la force sur un champ de bataille où les combats redoublent d’intensité ? Critique : Ce manga se passe dans l’univers de re :zero mais bien avant la série principale et il n’y a pas vraiment de lien entre les deux. En fait, cette série peut être lue indépendamment et sans avoir aucune connaissance de re :zero : c’est une aventure dans un monde de fantasy qui raconte l’histoire d’un épéiste au milieu d’une guerre entre humains et semi-humains. Donc à part les rencontres de notre héros Wilhelm avec une jeune fille mystérieuse qui aime les fleurs, tout le reste est l’histoire du conflit où se mêlent combats classiques (épée, flèches, boucliers…) et magie. On suit Wilhelm et ses compagnons, on y rencontre ses alliés et ses ennemis mais surtout c’est l’évolution de notre héros qui est importante : lui qui ne souhaitait être qu’une épée dépourvue de sentiment va commencer à changer suite à la rencontre de la jeune fille. Si le scénariste est le même que pour les autres arc de re :zero vu que les mangas sont issus de light novels, on a affaire à un nouveau dessinateur dont le graphisme reste cohérent avec les autres arcs et surtout avec ce genre de récit. Ce spin-off n’est pas construit de la même façon (avec des boucles temporelles) et suit une histoire de façon chronologique, ce qui évitera peut-être certaines longueurs présentes dans la série principale. C’est une aventure plutôt agréable à lire qui a aussi sa part de mystère. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/re-zero-chronicles-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Ce manga se passe dans l’univers de re :zero mais bien avant la série principale et il n’y a pas vraiment de lien entre les deux. En fait, cette série peut être lue indépendamment et sans avoir aucune connaissance de re :zero : c’est une aventure dans un monde de fantasy qui raconte l’histoire d’un épéiste au milieu d’une guerre entre humains et semi-humains. Donc à part les rencontres de notre héros Wilhelm avec une jeune fille mystérieuse qui aime les fleurs, tout le reste est l’histoire du conflit où se mêlent combats classiques (épée, flèches, boucliers…) et magie. On suit Wilhelm et ses compagnons, on y rencontre ses alliés et ses ennemis mais surtout c’est l’évolution de notre héros qui est importante : lui qui ne souhaitait être qu’une épée dépourvue de sentiment va commencer à changer suite à la rencontre de la jeune fille. Si le scénariste est le même que pour les autres arc de re :zero vu que les mangas sont issus de light novels, on a affaire à un nouveau dessinateur dont le graphisme reste cohérent avec les autres arcs et surtout avec ce genre de récit. Ce spin-off n’est pas construit de la même façon (avec des boucles temporelles) et suit une histoire de façon chronologique, ce qui évitera peut-être certaines longueurs présentes dans la série principale. C’est une aventure plutôt agréable à lire qui a aussi sa part de mystère.
  3. Titre de l'album : Darling in the franxx tomes 2 et 3 Scenariste de l'album : YABUKI Kentaro Dessinateur de l'album : YABUKI Kentaro Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Dans un futur lointain, l'humanité s'est retranchée dans des villes fortifiées mobiles, les Plantations. Elles sont régulièrement menacées par les Kyôryû. De jeunes pilotes affrontent ces ennemis à bord des Franxx, des robots géants. Hiro ne s'accorde pas avec sa partenaire et échoue à devenir pilote, jusqu'à l'arrivée de Zero Two, une étrange jeune fille avec laquelle il est capable de piloter. Critique : Hiro a réussi à piloter avec Zero Two, il essaye avec Ichigo mais s’il arrive à faire bouger le franxx il reste vite immobilisé. Devant cette incapacité, il ne peut obtenir son statut d’étamine, il est donc obligé de rester sur la touche quand une mission d’extermination d’hurleurs arrive. Pour sauver ses amis, il part quand même se battre avec Zero Two et fait mouche, seulement la malédiction liée à Zero Two semble réelle, la santé d’Hiro se détériore, ne lui reste-t-il qu’un vol à accomplir avant de mourir ? Les deux tomes sont centrés sur les premières missions de combats de l’équipe 13 : leur travail d’équipe et surtout la synchronisation entre les deux pilotes indispensables au bon fonctionnement du franxx. Si Hiro est un pilote hors pair, il ne semble pouvoir travailler qu’avec Zero Two et celle-ci semble cacher bien des mystères ! Un gros combat est annoncé pour le tome 4 et l’on découvrira peut-être plus d’informations sur la malédiction. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/darling-in-the-franxx-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Nickad

    Darling in the franxx tomes 2 et 3

    Hiro a réussi à piloter avec Zero Two, il essaye avec Ichigo mais s’il arrive à faire bouger le franxx il reste vite immobilisé. Devant cette incapacité, il ne peut obtenir son statut d’étamine, il est donc obligé de rester sur la touche quand une mission d’extermination d’hurleurs arrive. Pour sauver ses amis, il part quand même se battre avec Zero Two et fait mouche, seulement la malédiction liée à Zero Two semble réelle, la santé d’Hiro se détériore, ne lui reste-t-il qu’un vol à accomplir avant de mourir ? Les deux tomes sont centrés sur les premières missions de combats de l’équipe 13 : leur travail d’équipe et surtout la synchronisation entre les deux pilotes indispensables au bon fonctionnement du franxx. Si Hiro est un pilote hors pair, il ne semble pouvoir travailler qu’avec Zero Two et celle-ci semble cacher bien des mystères ! Un gros combat est annoncé pour le tome 4 et l’on découvrira peut-être plus d’informations sur la malédiction.
  5. On parle beaucoup de la Japan expo, on s’en fait une certaine idée mais au fait c’est quoi exactement ? La Japan expo est le plus grand événement européen autour de la culture du Japon, situé au parc des expositions de Villepinte au nord-est de Paris, pas très loin de l’aéroport Charles de Gaulle. L’exposition se déroule sur 4 jours (en général le 1er week-end de juillet) il s’étend sur plusieurs halls du parc des expositions, comme vous pouvez le voir sur le plan ci-dessous. Qu’est-ce qu’on y trouve ? - Une grosse partie est dédiée à l’univers du manga avec la présence d’une bonne partie des éditeurs français et quelques indépendants : chacun propose une partie librairie où vous pouvez obtenir des goodies inédits ou exclusifs, les éditeurs qui ont plus de moyens propose aussi des animations autour de leurs séries phares, vous pouvez aussi retrouver un espace dédicace et y rencontrer des auteurs. Il y a aussi certaines plateformes de webtoon avec événements cadeaux et dédicaces. - Une partie fanart où il y a des auteurs indépendants, des artistes qui font des illustrations originales ou dérivées de personnages connus, des créations kawaii… - Une partie merchandising où vous pouvez acheter figurines, produits dérivés, katanas, vêtements de cosplay, peluches… - Une autre grosse partie autour des jeux video avec des bornes pour tester les jeux, des quizzs avec des cadeaux à gagner… - Une partie autour de la musique avec des scènes où l’on peut voir des groupes K-pop ou des idoles japonaises - Un espace jeux et sports pour pratiquer des jeux de société traditionnels ou faire une initiation au sumo - Un village d’artisans japonais (ambiance très zen !) avec des objets et des artisans en provenance directe du Japon, on n’a notamment pu assister à un aiguisage de couteaux par un maitre coutelier selon les méthodes traditionnelles. Cet espace avait également une scène pour y entendre de la musique et y voir des danses traditionnelles (concert de shamisen par exemple) - Un espace détente pour découvrir le shiatsu, suivre un court enseignement ou profiter d’une séance de 30 minutes - Un espace autour du cosplay avec la possibilité de rencontrer des cosplayeurs célèbres, de faire réparer son costume si un problème est survenu pendant le salon, de se faire prendre en photo par des professionnels, de faire des photos de groupe autour d’un même thème et donc d’y faire des rencontres !! - Une zone était réservée pour la diffusion de films : épisodes d’anime en avant-première ou festival autour d’un metteur en scène le soir - Une scène avec des démonstrations de cuisine, une pour des conférences et je dois certainement en oublier ! - Un hall entièrement réservé pour l’ECG : l’European Cosplay Gathering pour un show exceptionnel le samedi soir et la sélection française le dimanche - Ensuite des stands qui n’avaient pas grand-chose à voir avec le Japon (genre Starwars et Harry Potter) mais qui ont toujours du succès - Et bien sûr, disséminés çà et là, de la restauration autour de l’Asie pour y déguster Onigiri, Omerice, Corn dog, Poulet Karage… Du coup devant tout ce qu’il est possible de faire ou de voir, il faut s’organiser un minimum, voici donc les conseils : - Réserver un hôtel dès que vous savez que vous venez, car certaines enseignes n’hésitent pas à augmenter considérablement leur prix (j’en ai vu un passer de 47 à 190 euros la nuit !!) - Ne prenez pas l’hôtel trop loin du parc des expo, envisager de pouvoir éventuellement vous y rendre à pied (j’ai dû revenir à pied un soir et j’ai mis 30 minutes) - Pensez que si vous devez reprendre des transports en commun pour vous y rendre, cela vous coutera de l’argent en plus, le RER est pratique mais il n’y en a pas tout le temps. Il y a pas mal de bus qui desservent le parc mais attention le week-end, il y en a moins et vu le nombre de visiteurs ils sont souvent blindés. Heureusement, les chauffeurs n’étaient pas regardant sur les titres de transports et beaucoup ont pris le bus gratuitement - Si vous pouvez, venez avec vos sandwichs, il est tentant de découvrir la nourriture sur place mais si vous restez 4 jours, cela peut vite devenir cher. Attention, les hôtels et supérettes sur place se sont vite retrouvés à sec. - Prévoyez de l’argent liquide, les petits stands ne prennent pas forcément la carte bleue et la consigne à l’entrée de la Japan pour laisser vos sacs ou valises ne prend que de l’espèce ! Pareil, les distributeurs sur place étaient à sec dès le 2eme jour ! - Si vous voulez absolument avoir certains goodies ou dédicaces, privilégiez ces endroits le matin en arrivant et même comme cela, il faut être au début de la file d’attente car les visiteurs qui ont les moyens achètent le pass zen et arrivent 1H avant les autres - Pareil pour les animations : certaines demandent du temps et les files d’attente s’allongent rapidement. Certaines activités (comme la séance de shiatsu) peuvent être réservées pour les jours qui suivent. N’hésitez pas à vous renseigner. - Pour les goodies éditeurs : ils sont normalement obtenus avec l’achat de mangas. Cependant, il y a aussi des goodies gratuits (comme des badges) que vous pouvez avoir en demandant à la caisse. Après tout dépend de la personne que vous avez en face de vous ! Certains goodies partent très vite alors prenez les en début de salon. Et dans la dernière heure du dimanche, certains stands donnent ce qui leur reste. - Pour le spectacle ECG, si vous avez un billet ou un star pass, vous aurez une file d’attente prioritaire et des chaises au plus près de la scène. Pour les autres, si vous faites la queue assez tôt, il y aura encore des chaises, sinon les autres sont assis par terre et voient le spectacle sur grand écran (à noter que la queue a commencé 2 heures avant le début du spectacle) - Et le plus important ; prenez conscience que vous ne pourrez pas tout faire, donc faites-vous un petit planning avec vos priorités et vous caserez le reste quand vous pourrez !!
  6. Nickad

    Baltzar tome 12

    Titre de l'album : Baltzar tome 12 Scenariste de l'album : NAKAJIMA Michitsune Dessinateur de l'album : NAKAJIMA Michitsune Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Rentré au pays sur convocation de l'armée de WeiBen, Baltzar est soumis à une commission d'enquête. Il est désemparé : en contrepartie d'une promotion, il est relégué dans une forteresse près de la frontière. Mais la situation se dégrade très vite à WeiBen et la guerre secrète entre le clan du Roi et celui du chef d'État-Major s'intensifie. Le malheur va s'abattre sur le Roi qui avait finalement pris Baltzar sous son aile... La vie de Baltzar va-t-elle en être bouleversée !? Critique : Partis en train pour protéger le roi de WeiBen devant les manigances de l’Etat-major, la petite équipe de Baltzar se fait rattraper par des terroristes en automobiles, hélas la situation tourne à la catastrophe et il faut agir vite pour empêcher un coup d’état. Une première partie de livre très dynamique avec des combats dans le train suivie d’une course contre la montre pour tenter de stabiliser la situation politique avant qu’il ne soit trop tard. Baltzar va finir par comprendre qu’impliqué comme il est, il ne peut plus prétendre à une petite vie tranquille et qu’il a un rôle à jouer. Le graphisme est toujours superbe et détaillé et appuie vraiment le récit, le rythme de l’action est soutenu et les événements vont en s’accélérant tenant le lecteur en haleine. Le manga ne s’essouffle pas et trouve même de nouveaux rebondissements, on ne s’en lasse vraiment pas ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/baltzar-la-guerre-dans-le-sang-tome-12?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Nickad

    Baltzar tome 12

    Partis en train pour protéger le roi de WeiBen devant les manigances de l’Etat-major, la petite équipe de Baltzar se fait rattraper par des terroristes en automobiles, hélas la situation tourne à la catastrophe et il faut agir vite pour empêcher un coup d’état. Une première partie de livre très dynamique avec des combats dans le train suivie d’une course contre la montre pour tenter de stabiliser la situation politique avant qu’il ne soit trop tard. Baltzar va finir par comprendre qu’impliqué comme il est, il ne peut plus prétendre à une petite vie tranquille et qu’il a un rôle à jouer. Le graphisme est toujours superbe et détaillé et appuie vraiment le récit, le rythme de l’action est soutenu et les événements vont en s’accélérant tenant le lecteur en haleine. Le manga ne s’essouffle pas et trouve même de nouveaux rebondissements, on ne s’en lasse vraiment pas !
  8. Titre de l'album : Les enfants d'Hippocrate tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : HIGASHIMOTO Toshiya Dessinateur de l'album : HIGASHIMOTO Toshiya Coloriste : Editeur de l'album : Mangetsu Note : Résumé de l'album : Maco Suzukake est un jeune pédiatre, qui adore son métier, bien qu'il ne soit pas des plus évidents. Dans un pays où la baisse de la natalité se fait de plus en plus ressentir, il doit faire face à des parents surprotecteurs qui exigent un service immédiat. Cependant, il en faut plus pour décourager Maco, qui décide de se dévouer corps et âme pour aider ses petits patients.Après Le Bateau de Thésée, Toshiya Higashimoto revient avec une nouvelle oeuvre pleine d'humanité, portée par un héros sincère au grand coeur. Critique : Des mangas sur le monde hospitalier, il y en a déjà eu plusieurs, certains étaient centrés sur les services d’urgence, sur les équipes d’intervention sur les lieux des accidents, sur des chirurgiens, sur des infirmières… Celui-ci se penche sur le domaine de la pédiatrie : on y suit le quotidien d’un jeune pédiatre, un peu étrange, ses relations avec ses patients, sa conception de son métier mais aussi une partie sur sa vie privée et les relations compliquées avec sa famille. Ce qui frappe d’abord, et c’est un aspect que j’avais déjà noté dans d’autres livres : c’est l’aspect financier des hôpitaux. Au Japon, il est possible de fermer un service parce que celui-ci n’est pas rentable même si ce service existe pour sauver des vies ! Le service administratif est également très regardant sur tout ce qui peut lui apporter des problèmes : par exemple, on ne va s’occuper d’un patient si le risque que la famille porte plainte est trop important. Il y a un passage très marquant dans le livre où des médecins parlent entre eux « Quand on est dans un avion et qu’on demande s’il y a un médecin à bord, est-ce qu’on lève la main ? Ben non ! Parce que le faire, ça revient à prendre ses responsabilités. » L’autre thème important est bien sûr autour de l’enfant : sa façon d’exprimer sa douleur ou plutôt de ne pas l’exprimer, ce qui apporte de la difficulté pour établir des diagnostics. Le rôle du pédiatre est également mis à l’honneur, son comportement vis-à-vis de l’enfant pour le rassurer et aussi par rapport aux parents pour arriver à s’imposer et à faire comprendre la maladie. Et en plus de tout ça, il y a aussi les relations parents-enfants qui sont abordées et comment celles-ci peuvent mettre l’enfant en danger. Avec son drôle de médecin, les enfants d’Hippocrate aborde pleins d’aspects autour de l’enfance et de la santé mais parle aussi de relations familiales. C’est un récit qui se lit bien et qui interpelle quand il le faut, il y a une leçon à tirer dans chaque histoire. Un très bon début. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-enfants-d-hippocrate-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Des mangas sur le monde hospitalier, il y en a déjà eu plusieurs, certains étaient centrés sur les services d’urgence, sur les équipes d’intervention sur les lieux des accidents, sur des chirurgiens, sur des infirmières… Celui-ci se penche sur le domaine de la pédiatrie : on y suit le quotidien d’un jeune pédiatre, un peu étrange, ses relations avec ses patients, sa conception de son métier mais aussi une partie sur sa vie privée et les relations compliquées avec sa famille. Ce qui frappe d’abord, et c’est un aspect que j’avais déjà noté dans d’autres livres : c’est l’aspect financier des hôpitaux. Au Japon, il est possible de fermer un service parce que celui-ci n’est pas rentable même si ce service existe pour sauver des vies ! Le service administratif est également très regardant sur tout ce qui peut lui apporter des problèmes : par exemple, on ne va s’occuper d’un patient si le risque que la famille porte plainte est trop important. Il y a un passage très marquant dans le livre où des médecins parlent entre eux « Quand on est dans un avion et qu’on demande s’il y a un médecin à bord, est-ce qu’on lève la main ? Ben non ! Parce que le faire, ça revient à prendre ses responsabilités. » L’autre thème important est bien sûr autour de l’enfant : sa façon d’exprimer sa douleur ou plutôt de ne pas l’exprimer, ce qui apporte de la difficulté pour établir des diagnostics. Le rôle du pédiatre est également mis à l’honneur, son comportement vis-à-vis de l’enfant pour le rassurer et aussi par rapport aux parents pour arriver à s’imposer et à faire comprendre la maladie. Et en plus de tout ça, il y a aussi les relations parents-enfants qui sont abordées et comment celles-ci peuvent mettre l’enfant en danger. Avec son drôle de médecin, les enfants d’Hippocrate aborde pleins d’aspects autour de l’enfance et de la santé mais parle aussi de relations familiales. C’est un récit qui se lit bien et qui interpelle quand il le faut, il y a une leçon à tirer dans chaque histoire. Un très bon début.
  10. Titre de l'album : Wolf won't sleep - coffret intégrale Scenariste de l'album : SHIENBISHOP Dessinateur de l'album : SHINKAWA Gonbe Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : En plongeant dans un « trou noir » découvert dans un donjon, Lecan, dit « le loup borgne », est téléporté dans un monde parallèle. Son expérience d'aventurier lui permet, en arrivant dans ce nouvel environnement, d'évoluer sans montrer la moindre hésitation. Lecan se met en quête d'un nouveau donjon où il espère découvrir et affronter des créatures toujours plus puissantes. Critique : Les éditions Delcourt / Tonkam nous propose une intégrale en 3 tomes du manga Wolf Won’t Sleep issu d’un roman de Shienbishop dans un coffret très simple (juste un cartonnage léger). L’histoire nous permet de suivre les aventures de Lican, un aventurier d’un monde de fantasy, explorateur de donjons et plutôt doué dans son domaine qui va se retrouver projeté dans un autre monde de fantasy à la recherche de nouvelles aventures et surtout de monstres de plus en plus forts pour satisfaire sa soif de combat. Si le graphisme est absolument remarquable, avec une finesse du trait et des dessins très détaillés, l’histoire nous laisse sur notre faim. D’abord parce que le personnage principal Lican ne semble rien chercher de plus que des explorations de donjons dans le but d’être encore plus fort ; il ne s’inquiète même pas de ce qu’il a pu advenir de son compagnon ! Et ensuite car au bout du 3eme tome, qui est censé être la fin de l’histoire, il n’y a pas de vraies conclusion et on a même l’impression que c’est la début d’une nouvelle quête ! Ne connaissant pas le roman d’origine, je ne sais pas s’il existe une suite ou si c’est juste l’adaptation manga qui est succincte. Du coup, on obtient un manga très intéressant graphiquement dont l’histoire n’est pas exaltante, qui n’a pas de conclusion et dont le potentiel relecture est limité. Extrait Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/wolf-won-t-sleep?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Les éditions Delcourt / Tonkam nous propose une intégrale en 3 tomes du manga Wolf Won’t Sleep issu d’un roman de Shienbishop dans un coffret très simple (juste un cartonnage léger). L’histoire nous permet de suivre les aventures de Lican, un aventurier d’un monde de fantasy, explorateur de donjons et plutôt doué dans son domaine qui va se retrouver projeté dans un autre monde de fantasy à la recherche de nouvelles aventures et surtout de monstres de plus en plus forts pour satisfaire sa soif de combat. Si le graphisme est absolument remarquable, avec une finesse du trait et des dessins très détaillés, l’histoire nous laisse sur notre faim. D’abord parce que le personnage principal Lican ne semble rien chercher de plus que des explorations de donjons dans le but d’être encore plus fort ; il ne s’inquiète même pas de ce qu’il a pu advenir de son compagnon ! Et ensuite car au bout du 3eme tome, qui est censé être la fin de l’histoire, il n’y a pas de vraies conclusion et on a même l’impression que c’est la début d’une nouvelle quête ! Ne connaissant pas le roman d’origine, je ne sais pas s’il existe une suite ou si c’est juste l’adaptation manga qui est succincte. Du coup, on obtient un manga très intéressant graphiquement dont l’histoire n’est pas exaltante, qui n’a pas de conclusion et dont le potentiel relecture est limité. Extrait
  12. Titre de l'album : From the red fog tome 1 Scenariste de l'album : NOHARA Mosae Dessinateur de l'album : NOHARA Mosae Coloriste : Editeur de l'album : Panini Note : Résumé de l'album : Il nous transporte dans l'Angleterre du XIXe siècle au travers du jeune Ruwanda. Le mangaka met en scène une relation toxique entre une mère et son fils. Tiraillé entre l'amour et la haine, ce garçon se transforme peu à peu en une figure inquiétante, et même terrifiante. Ignorant tout du monde qui l'entoure, cet enfant, n'ayant connu que l'enfermement, commet des actes atroces quand il arrive dans le monde des vivants. Sans doute parce qu'il ne connaît que la mort, la noirceur et la solitude. Critique : L’Angleterre de 19e siècle a souvent donné lieu à des histoires horrifiques (Jack l’éventreur) ou des univers où la bonne société cache souvent des dessous plus sombres, voire glauques où les bas-fonds abritent toutes sortes de dérives. Si dans les mangas, on en a un aperçu dans Moriarty, From the red Fog en présente un autre : un enfant devenu un monstre sanguinaire après avoir été élevé dans une cave et forcé de dépecer des cadavres, victimes de sa mère. Quand ce garçon, Ruwanda, se retrouve seul au monde après avoir été éduqué de cette manière, il n’a aucune notion du bien et du mal, de ce qui est normal ou non et il va devenir un tueur que certains vont essayer d’utiliser. Très brut et sanglant dans les scènes d’action, l’auteur a bien su rendre la violence des situations et la folie meurtrière de Ruwanda, on retrouve également l’ambiance de cette Angleterre où les classes sociales étaient très marquées. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/from-the-red-fog-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Nickad

    From the red fog tome 1

    L’Angleterre de 19e siècle a souvent donné lieu à des histoires horrifiques (Jack l’éventreur) ou des univers où la bonne société cache souvent des dessous plus sombres, voire glauques où les bas-fonds abritent toutes sortes de dérives. Si dans les mangas, on en a un aperçu dans Moriarty, From the red Fog en présente un autre : un enfant devenu un monstre sanguinaire après avoir été élevé dans une cave et forcé de dépecer des cadavres, victimes de sa mère. Quand ce garçon, Ruwanda, se retrouve seul au monde après avoir été éduqué de cette manière, il n’a aucune notion du bien et du mal, de ce qui est normal ou non et il va devenir un tueur que certains vont essayer d’utiliser. Très brut et sanglant dans les scènes d’action, l’auteur a bien su rendre la violence des situations et la folie meurtrière de Ruwanda, on retrouve également l’ambiance de cette Angleterre où les classes sociales étaient très marquées.
  14. Titre de l'album : Tower of god tome 6 Scenariste de l'album : SIU Dessinateur de l'album : SIU Coloriste : Editeur de l'album : Ototo Note : Résumé de l'album : Les élus arrivent à la fin du test des positions, qui se conclut par un examen final collectif. Répartis en deux équipes équitables, ils doivent jouer contre une personne choisie par les examinateurs, et rien ne va ! Bam, Khun et Rak ne sont pas ensemble, l’examen a lieu dans le noir, leur adversaire est outrageusement plus fort qu’eux… Comment vont-ils s’en sortir, cette fois-ci ? Critique : La prochaine épreuve commence, les candidats sont répartis en 2 équipe et doivent jouer à cache-cache avec un ranker, il faudra user de subtilité pour arriver à s’en sortir. J’avoue être assez inquiète sur le devenir de la série, à l’heure actuelle le webtoon est arrêté au chapitre 550 (ou saison 3 chapitre 133), l’auteur SIU est en pause pour raison de santé et quand on voit où en est l’ascension de Bam, on se demande si l’auteur pourra finir son histoire un jour (pour information la série a commencé en juillet 2010). Quoi qu’il en soit, si la série souffre parfois de certaines longueurs, elle reste très intéressante, le plus compliqué étant de suivre tous les personnages car plus ça va, plus il y en a et SIU essaye de tous les développer… Il déploie également beaucoup d’inventivité dans son univers, les techniques de combats, les capacités des personnages, une imagination sans fin qui nous permet de découvrir sans cesse de nouveaux aspects. Alors même si le graphisme n’est pas le point fort de la série (il y a quand même de belles illustrations dans les combats à venir) on s’attache aux personnages et on a envie de suivre leurs aventures. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/tower-of-god-tome-6?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Nickad

    Tower of god tome 6

    La prochaine épreuve commence, les candidats sont répartis en 2 équipe et doivent jouer à cache-cache avec un ranker, il faudra user de subtilité pour arriver à s’en sortir. J’avoue être assez inquiète sur le devenir de la série, à l’heure actuelle le webtoon est arrêté au chapitre 550 (ou saison 3 chapitre 133), l’auteur SIU est en pause pour raison de santé et quand on voit où en est l’ascension de Bam, on se demande si l’auteur pourra finir son histoire un jour (pour information la série a commencé en juillet 2010). Quoi qu’il en soit, si la série souffre parfois de certaines longueurs, elle reste très intéressante, le plus compliqué étant de suivre tous les personnages car plus ça va, plus il y en a et SIU essaye de tous les développer… Il déploie également beaucoup d’inventivité dans son univers, les techniques de combats, les capacités des personnages, une imagination sans fin qui nous permet de découvrir sans cesse de nouveaux aspects. Alors même si le graphisme n’est pas le point fort de la série (il y a quand même de belles illustrations dans les combats à venir) on s’attache aux personnages et on a envie de suivre leurs aventures.
×
×
  • Créer...