Aller au contenu
  • S’inscrire

Nickad

Members
  • Compteur de contenus

    328
  • Inscription

  • Jours gagnés

    4

Nickad a gagné pour la dernière fois le 5 janvier

Nickad a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

36 Excellent

2 abonnés

À propos de Nickad

  • Rang
    Cosmonaute du futur
  • Date de naissance 14/04/1974
  1. Nickad

    Batman Arham : Double -face

    dis-donc il manque un k dans ton titre, c'est l'effet démangeaison ???
  2. Nickad

    Parlottes BD

    ça a l'ai cool chez toi... Moi aussi ! en livre je n'ai jamais essayé
  3. Je t'avoue que ça fait vraiment longtemps que je n'en ai pas lu...
  4. j'ai aussi commencé avec Bilal, je les piquais à mon frère
  5. question d'âge peut-être, ça a été ma première bd de sf
  6. Nickad

    Le siège des exilées tome 1

    Ce diptyque d’anticipation sur la survie de l’espèce humaine après la quasi disparition des hommes est original et atypique (thème aussi abordé dans world’s end harem mais pas avec le même objectif) Ici, il s’agit de se poser des questions, comment maintenir l’espèce, comment contrôler l’information, comment faire taire les désirs, comment trouver un sens à sa vie et la motivation pour continuer à exister. Beaucoup d’aspects intéressants qui, en ce qui me concerne, sont desservis par le style de narration. Comme dans son œuvre « en proie au silence » l’auteur utilise une certaine lenteur, un manque d’actions et de rythme. On a l’impression que les personnages subissent leur destin sans pouvoir intervenir. Le lecteur reste spectateur. Ça manque d’une certaine ferveur, et l’auteur a beau avoir des propos importants, des causes à défendre, si le discours est dit sur un ton monotone, il ne marquera pas les esprits et c’est bien dommage.
  7. Titre de l'album : Le siège des exilées tome 1 Scenariste de l'album : TORIKAI Akane Dessinateur de l'album : TORIKAI Akane Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Depuis plusieurs années, il ne naît presque plus d'hommes, qui sont désormais réduits à leur rôle de partenaire reproducteur. La société s'est instaurée autour d'un système matriarcal. Plus de guerre, plus de conflits, ne viennent perturber le quotidien et l'équilibre. Mais certaines ont décidé de fuir la ville. Elles se sont installées en périphérie, à l'extérieur, dans un bidonville. C'est là que demeure Sanada. Cette dernière possède un secret... un secret qui pourrait bien générer la convoitise de ses congénères. Critique : Ce diptyque d’anticipation sur la survie de l’espèce humaine après la quasi disparition des hommes est original et atypique (thème aussi abordé dans world’s end harem mais pas avec le même objectif) Ici, il s’agit de se poser des questions, comment maintenir l’espèce, comment contrôler l’information, comment faire taire les désirs, comment trouver un sens à sa vie et la motivation pour continuer à exister. Beaucoup d’aspects intéressants qui, en ce qui me concerne, sont desservis par le style de narration. Comme dans son œuvre « en proie au silence » l’auteur utilise une certaine lenteur, un manque d’actions et de rythme. On a l’impression que les personnages subissent leur destin sans pouvoir intervenir. Le lecteur reste spectateur. Ça manque d’une certaine ferveur, et l’auteur a beau avoir des propos importants, des causes à défendre, si le discours est dit sur un ton monotone, il ne marquera pas les esprits et c’est bien dommage. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mandarin-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. l'incal le monde d'Edena
  9. Nickad

    Banale à tout prix tome 12

    L’idée de départ était innovante, Koiko adolescente vit avec sa mère prolifique en histoires d’amour et sa sœur ainée prônant l’abstinence en la matière, elle décide de ne suivre aucun de ces deux exemples et de mener une vie dans la moyenne, en étant la plus banale possible. Sa rencontre avec « le prince » du lycée va changer la donne. L’auteur fait l’exploit de réussir là où son héroïne soi-disant échoue : la banalité ! Car il faut bien le dire, les ¾ de la série sont du déjà vu, on s’y ennuie ! Le lecteur se retrouve coincé entre cette fille héroïne type de shojo et ce garçon hyper parfait (le prince charmant vraiment qui n’a aucun défaut ou presque), heureusement que l’histoire de la sœur ainée apporte un peu de piquant et d’humour ! L’auteur met en avant la pureté de cet amour mais qu’est-ce que c’est lent, au bout de 11 tomes, ils osent à peine s’embrasser et là, au 12eme ils pensent à se marier ! Pour le coup, ce tome apporte de la nouveauté, il y a une réflexion sur l’engagement du mariage, sur l’importance de se construire un avenir, de trouver sa voie. Banale à tout prix est donc un shojo qui fait le job mais qui ne se démarque pas des autres. (série finie en 14 tomes)
  10. Titre de l'album : Banale à tout prix tome 12 Scenariste de l'album : NANAJI Nagamu Dessinateur de l'album : NANAJI Nagamu Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Sur les conseils du père de Tsurugi, Koiko et lui partent passer la nuit dans un petit chalet de montagne. Alors qu’ils discutent tous les deux, Koiko a l’impression que « l’avenir » de Tsurugi semble ne tourner qu’autour d’elle et lui avoue que c’est un poids trop lourd à porter. Pour la première fois, les deux lycéens se rendent compte des problèmes que pourrait poser un mariage précipité… Critique : L’idée de départ était innovante, Koiko adolescente vit avec sa mère prolifique en histoires d’amour et sa sœur ainée prônant l’abstinence en la matière, elle décide de ne suivre aucun de ces deux exemples et de mener une vie dans la moyenne, en étant la plus banale possible. Sa rencontre avec « le prince » du lycée va changer la donne. L’auteur fait l’exploit de réussir là où son héroïne soi-disant échoue : la banalité ! Car il faut bien le dire, les ¾ de la série sont du déjà vu, on s’y ennuie ! Le lecteur se retrouve coincé entre cette fille héroïne type de shojo et ce garçon hyper parfait (le prince charmant vraiment qui n’a aucun défaut ou presque), heureusement que l’histoire de la sœur ainée apporte un peu de piquant et d’humour ! L’auteur met en avant la pureté de cet amour mais qu’est-ce que c’est lent, au bout de 11 tomes, ils osent à peine s’embrasser et là, au 12eme ils pensent à se marier ! Pour le coup, ce tome apporte de la nouveauté, il y a une réflexion sur l’engagement du mariage, sur l’importance de se construire un avenir, de trouver sa voie. Banale à tout prix est donc un shojo qui fait le job mais qui ne se démarque pas des autres. (série finie en 14 tomes) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/banale-a-tout-prix-tome-12?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Disons que l'objectif de l'auteur est de revenir sur des événements connus de tous, de les analyser et d'apporter des éléments complémentaires. Donc si on n'a pas un minimum de connaissances sur le fonctionnement de l'époque, ça devient compliqué car on se trouve en pleine lutte de pouvoir entre les différents seigneurs, il y a vraiment beaucoup d'informations d'un coup ! En plus l'histoire est quand même centrée sur 3 personnages principaux (le but n'est pas d'innocenter Akechi sur le crime mais de montrer qu'il n'a pas agit seul et que c'était pour le bien du pays). Ce n'est pas le meilleur support pour découvrir l'histoire du Japon.
  12. Voici l’adaptation manga du livre « l’incident du Honnôji, la vérité dévoilée 431 ans après » de Kenzaburo Akechi qui se prétend être un descendant de Mitsuhide Akechi l’assassin présumé de Nobunaga. Il faut avoir conscience que cela ne reste qu’une thèse de quelqu’un qui aimerait sans doute redorer le blason de sa famille. Il ne faut donc pas prendre le contenu comme étant acquis, et je ne le jugerai donc pas par manque de connaissances. Par contre il est intéressant de voir qu’au cours de sa démarche et des documents que l’auteur a consultés, la manipulation de l’information a toujours existé, difficile alors d’y trouver la vérité. Concernant le manga, l’intérêt historique est bien présent : les batailles mentionnées ont bien eu lieu, les modes de vies, la politique, les règles de l’époque sont authentiques. Ce sont sur les détails des personnages et leurs motivations qu’il y a un flottement. Le graphisme est soigné et réaliste, l’action ne manque pas vu que cela se passe dans une période très troublée. Un rendu plutôt réussi pur une œuvre un peu compliquée car il y a beaucoup de personnages et même aidé des notas de l’auteur, cela reste fastidieux à comprendre, surtout pour ceux qui n’y connaîtraient rien à l’histoire du Japon.
  13. Titre de l'album : L'homme qui tua Nobunaga tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : AKECHI Kenzaburo Dessinateur de l'album : TODO Yutaka Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Plongez au cœur des derniers mois d'Oda Nobunaga, éminent seigneur de guerre ayant unifié le Japon au XVIe siècle. Laissez-vous porter par l'amitié qui le liait à Yasuke, le tout premier samouraï noir, et découvrez l'histoire qui mena à son assassinat lors de l'incident de Honnôji. Après plusieurs siècles, le voile est enfin levé sur les mystères qui planaient sur cet événement historique. Critique : Voici l’adaptation manga du livre « l’incident du Honnôji, la vérité dévoilée 431 ans après » de Kenzaburo Akechi qui se prétend être un descendant de Mitsuhide Akechi l’assassin présumé de Nobunaga. Il faut avoir conscience que cela ne reste qu’une thèse de quelqu’un qui aimerait sans doute redorer le blason de sa famille. Il ne faut donc pas prendre le contenu comme étant acquis, et je ne le jugerai donc pas par manque de connaissances. Par contre il est intéressant de voir qu’au cours de sa démarche et des documents que l’auteur a consultés, la manipulation de l’information a toujours existé, difficile alors d’y trouver la vérité. Concernant le manga, l’intérêt historique est bien présent : les batailles mentionnées ont bien eu lieu, les modes de vies, la politique, les règles de l’époque sont authentiques. Ce sont sur les détails des personnages et leurs motivations qu’il y a un flottement. Le graphisme est soigné et réaliste, l’action ne manque pas vu que cela se passe dans une période très troublée. Un rendu plutôt réussi pur une œuvre un peu compliquée car il y a beaucoup de personnages et même aidé des notas de l’auteur, cela reste fastidieux à comprendre, surtout pour ceux qui n’y connaîtraient rien à l’histoire du Japon. Autres infos : série finie en 8 tomes Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-homme-qui-tua-nobunaga-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Nickad

    Moi héroine malgré moi t1&2

    c'est un phénomène assez courant chez les éditeurs de mangas, de sortir en même temps des histoires ressemblantes, une sorte de concurrence peut-être.
  15. Nickad

    Stray cat & sky lemon tome 1

    Une petite ville de province en bord de mer, des adolescents joyeux qui profitent de la vie, une jeune fille qui vit un amour à distance et un jeune comédien à problèmes, voilà le décor est planté. On se doute ensuite de l’évolution des relations, la star va montrer son vrai visage et pouvoir être lui-même, des histoires d’amour et des amitiés vont fleurir… le tout plein de bons sentiments !! Donc pas vraiment de surprise au niveau de l’histoire, par contre c’est bien fait, il y a une certaine fraicheur, on ressent cette ambiance d’été et les rayons du soleil et un souvenir de Wjuliette qui revient… Un shojo agréable pour un moment détente.
×
×
  • Créer...