Aller au contenu
  • S’inscrire

Nickad

Members
  • Compteur de contenus

    1 274
  • Inscription

  • Jours gagnés

    24

Nickad a gagné pour la dernière fois le 27 novembre

Nickad a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

178 Excellent

2 abonnés

À propos de Nickad

  • Date de naissance 14/04/1974

Visiteurs récents du profil

3 458 visualisations du profil
  1. les light novel sont sortis chez Ofelbe mais le manga n'est pas une réédition, après il est difficile de na pas avoir déjà vu les personnages des jumelles..., comme je le disais, il y a des figurines partout, elles sont très à la mode et autant chez les garçons que chez les filles !!
  2. Il était une fois une princesse maudite par un démon et vouée à éliminer de ses mains tous les malfaisants de son pays, seuls les bains de sang pouvaient calmer la malédiction. Mais cette princesse au sang chaud s’en prenait parfois à celui qui avait juste fait un pas de travers. Heureusement, un jour un magicien immortel et amnésique arriva, il ne trouvait de joie dans l’existence qu’en éprouvant de la douleur. Ces deux-là formèrent un duo inhabituel et très compatible, la princesse pouvant alors étancher sa soif de sang en tuant, de toutes les façons possibles le magicien qui ne demandait que ça ! Ils partirent ensuite nettoyer le pays et chercher le démon à l’origine de la malédiction. Avec un tel scénario, inutile de dire que ce livre a toute sa place dans votre collection WTF, c’est foutraque, déjanté, ça ouvre la porte à tout un tas d‘individus plus bizarres les uns que les autres et ça dégouline de sang. Il y a bien un fil conducteur (chercher le bon démon et annuler le mauvais sort) mais c’est plus une accumulation de petites histoires un peu construites de la même façon : le duo entend parler d’un problème dans un village, s’y rend, extermine le ou les démon(s) et part pour un autre endroit. Il y a quand même des méchants récurrents, des relations un peu étranges qui s’installent et un dénouement un peu bordélique. Ce n’est pas forcément désagréable mais il ne faut pas y chercher un sens profond, c’est du pur divertissement et plutôt bien fait pour ce genre d’histoire. Bref, on ne se prend pas la tête et on s’y amuse. Série finie en 2 tomes.
  3. Titre de l'album : La princesse maudite et son servant immortel tomes 1 & 2 (fin) Scenariste de l'album : IWAAKI Haru Dessinateur de l'album : IWAAKI Haru Coloriste : Editeur de l'album : Komikku Note : Résumé de l'album : À la suite d'un pacte avec un démon, le roi a maudit sa fille et princesse du royaume. La jeune et caractérielle Eliza doit maintenant survivre grâce au sang. Loin d'être une meurtrière sans cœur, elle va se mettre en chasse de démons et autres créatures nauséabondes afin de rester en vie. C'est à ce moment qu'elle fait une rencontre inattendue qui va changer sa malédiction. Grem est un puissant magicien, mais il a deux gros problèmes : il ne se souvient plus de sa vie d'avant et il est foncièrement masochiste. En rencontrant Eliza, il va décider de devenir son servant ! D'une loyauté inconditionnelle, il va l'aider à pourfendre les démons dont elle a besoin pour vivre et ensemble, ils vont explorer les donjons et les demeures les plus dangereux afin de se confronter au mal. Critique : Il était une fois une princesse maudite par un démon et vouée à éliminer de ses mains tous les malfaisants de son pays, seuls les bains de sang pouvaient calmer la malédiction. Mais cette princesse au sang chaud s’en prenait parfois à celui qui avait juste fait un pas de travers. Heureusement, un jour un magicien immortel et amnésique arriva, il ne trouvait de joie dans l’existence qu’en éprouvant de la douleur. Ces deux-là formèrent un duo inhabituel et très compatible, la princesse pouvant alors étancher sa soif de sang en tuant, de toutes les façons possibles le magicien qui ne demandait que ça ! Ils partirent ensuite nettoyer le pays et chercher le démon à l’origine de la malédiction. Avec un tel scénario, inutile de dire que ce livre a toute sa place dans votre collection WTF, c’est foutraque, déjanté, ça ouvre la porte à tout un tas d‘individus plus bizarres les uns que les autres et ça dégouline de sang. Il y a bien un fil conducteur (chercher le bon démon et annuler le mauvais sort) mais c’est plus une accumulation de petites histoires un peu construites de la même façon : le duo entend parler d’un problème dans un village, s’y rend, extermine le ou les démon(s) et part pour un autre endroit. Il y a quand même des méchants récurrents, des relations un peu étranges qui s’installent et un dénouement un peu bordélique. Ce n’est pas forcément désagréable mais il ne faut pas y chercher un sens profond, c’est du pur divertissement et plutôt bien fait pour ce genre d’histoire. Bref, on ne se prend pas la tête et on s’y amuse. Série finie en 2 tomes. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-princesse-maudite-et-son-servant-immortel-tome-1ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Difficile de parler de ce 4e arc sans introduire un petit peu la série. Re:zero est un isekai adapté d’un light novel, son personnage principal Subaru, lycéen, s’est retrouvé un peu par hasard dans un autre monde (il n’a pas été invoqué pour devenir le héros). Il ne se va pas être doté de capacité hors-norme, la seule chose qu’il va avoir c’est une sorte de malédiction lancée par une sorcière : s’il meurt (de façon non naturelle a priori) il pourra revenir en arrière pour essayer de changer les événements ! Il y a cependant deux contraintes : il n’a pas le droit d’en parler sinon un drame arrivera et il ne peut pas choisir l’instant où il revient (son point de sauvegarde). Chaque arc correspond à une boucle et se finit quand il arrive à changer l’histoire. A propos du monde de re:zero : c’est un monde d’ heroic fantasy avec magie, monstres, elfes, semi-humain… Il y a plusieurs siècles existaient 7 sorcières correspondant au péchés capitaux, la sorcière de l’Envie a tué les autres sorcières pour s’accaparer leurs pouvoirs et régner sur le monde, elle était très puissante et très méchante. A l’époque de l’histoire, le trône est vide et il y a plusieurs prétendantes qui vont devoir faire leurs preuves, c’est ce qui sera appelé la « sélection ». Dès son arrivée dans ce monde, Subaru va rencontrer une candidate : Emilia. Il va tomber amoureux et faire son possible pour rester auprès d’elle et l’aider. Sauf qu’Emilia est une demi-elfe, une race très mal vue car la sorcière de l’Envie en était une, et Emilia doit faire face à une forte discrimination. Re:zero est un manga d’aventures avec une vraie trame de fond et un objectif à atteindre, il y a des combats, des voyages, des rencontres, des disputes, des duels, de l’amour et de l’humour… en fait, il y a tout ce qu’il faut ! Ce qui est appréciable, c’est que Subaru n’est pas extraordinaire, il cherche à faire de son mieux avec ce qu’il a, en dehors du fait qu’il peut recommencer, c’est quelqu’un de normal : il se trompe, s’emporte, il est parfois super énervant mais au fond très humain. Le personnage d’Emilia est sympathique et prend un peu plus de profondeur au fur et à mesure. Mais ce sont surtout les jumelles Ram et Rem qui plaisent aux lecteurs, il y a énormément de figurines à leur effigie. Résumé des arcs : 1er arc « Une journée à la capitale » en 2 tomes : rencontre de Subaru et d’Emilia, il va l’aider et en remerciement, elle va lui proposer d’aller vivre au manoir avec elle 2e arc : « Une semaine au manoir » en 5 tomes : Subaru commence à travailler au manoir et fait la connaissance des autres habitants dont Ram et Rem, il va apprendre le métier de domestique et essayer de s’intégrer 3e arc « truth of zero » : en 11 tomes : la sélection commence enfin mais Emilia est la cible de la secte du culte de la sorcière. C’est pour le moment m’arc le plus éprouvant du manga, il y a des scènes de massacre et de combats, des ennemis redoutables apparaissent. 4e arc « le sanctuaire de la sorcière de l’avarice », 4 tomes en cours : Subaru et ses compagnons ont éliminer le 1er évêque du culte de la sorcière, ils reviennent au domaine qui avait été évacué pour éviter les pertes humaines mais découvrent que l’autre moitié des habitants ne sont pas revenus du « sanctuaire » où ils étaient partis se réfugier. Ils partent les rejoindre pour savoir ce qui se passe et vont devoir affronter les épreuves du sanctuaire. Ce 1er tome est donc la suite directe du 3e arc, en fait, il est difficile de prendre la série en cours de route. L’action est toujours bien présente, le scénario bien ficelé et le dessin agréable. On ne s’ennuie pas du tout dans la série qui sait se renouveler et reste très prenante. C’est une série que l’on a plaisir à suivre et qui ne manque pas d’intérêt. La série existe aussi en anime et il y a 2 saisons de disponibles (52 épisodes). Ci-dessous les personnages principaux (Subaru, Ram, Rem et Emilia)
  5. Titre de l'album : Re:zero - 4eme arc : Le sanctuaire de la sorcière de l'Avarice tome 1 Scenariste de l'album : NAGATSUKI Tappei Dessinateur de l'album : ATORI Haruno Coloriste : Editeur de l'album : Ototo Note : Résumé de l'album : Alors que la bataille contre Moby Dick a pris fin, l'expédition se voit attaquée par des apôtres du Culte de la Sorcière. Pour une fois que ce n'est pas la vie de Subaru qui est menacée, les pertes lui sont d'autant plus insupportables. Forcé d'accepter la situation, il retourne au manoir de Roswall pour y découvrir que le magicien et ses gens ne semblent pas être revenus du Sanctuaire où ils s'étaient réfugiés durant la précédente attaque. Alors que les révélations s'enchaînent, Subaru se retrouve confronté à une étrange femme qui prétend être... Echidna, la sorcière de l'Avarice Critique : Difficile de parler de ce 4e arc sans introduire un petit peu la série. Re:zero est un isekai adapté d’un light novel, son personnage principal Subaru, lycéen, s’est retrouvé un peu par hasard dans un autre monde (il n’a pas été invoqué pour devenir le héros). Il ne se va pas être doté de capacité hors-norme, la seule chose qu’il va avoir c’est une sorte de malédiction lancée par une sorcière : s’il meurt (de façon non naturelle a priori) il pourra revenir en arrière pour essayer de changer les événements ! Il y a cependant deux contraintes : il n’a pas le droit d’en parler sinon un drame arrivera et il ne peut pas choisir l’instant où il revient (son point de sauvegarde). Chaque arc correspond à une boucle et se finit quand il arrive à changer l’histoire. A propos du monde de re:zero : c’est un monde d’ heroic fantasy avec magie, monstres, elfes, semi-humain… Il y a plusieurs siècles existaient 7 sorcières correspondant au péchés capitaux, la sorcière de l’Envie a tué les autres sorcières pour s’accaparer leurs pouvoirs et régner sur le monde, elle était très puissante et très méchante. A l’époque de l’histoire, le trône est vide et il y a plusieurs prétendantes qui vont devoir faire leurs preuves, c’est ce qui sera appelé la « sélection ». Dès son arrivée dans ce monde, Subaru va rencontrer une candidate : Emilia. Il va tomber amoureux et faire son possible pour rester auprès d’elle et l’aider. Sauf qu’Emilia est une demi-elfe, une race très mal vue car la sorcière de l’Envie en était une, et Emilia doit faire face à une forte discrimination. Re:zero est un manga d’aventures avec une vraie trame de fond et un objectif à atteindre, il y a des combats, des voyages, des rencontres, des disputes, des duels, de l’amour et de l’humour… en fait, il y a tout ce qu’il faut ! Ce qui est appréciable, c’est que Subaru n’est pas extraordinaire, il cherche à faire de son mieux avec ce qu’il a, en dehors du fait qu’il peut recommencer, c’est quelqu’un de normal : il se trompe, s’emporte, il est parfois super énervant mais au fond très humain. Le personnage d’Emilia est sympathique et prend un peu plus de profondeur au fur et à mesure. Mais ce sont surtout les jumelles Ram et Rem qui plaisent aux lecteurs, il y a énormément de figurines à leur effigie. Résumé des arcs : 1er arc « Une journée à la capitale » en 2 tomes : rencontre de Subaru et d’Emilia, il va l’aider et en remerciement, elle va lui proposer d’aller vivre au manoir avec elle 2e arc : « Une semaine au manoir » en 5 tomes : Subaru commence à travailler au manoir et fait la connaissance des autres habitants dont Ram et Rem, il va apprendre le métier de domestique et essayer de s’intégrer 3e arc « truth of zero » : en 11 tomes : la sélection commence enfin mais Emilia est la cible de la secte du culte de la sorcière. C’est pour le moment m’arc le plus éprouvant du manga, il y a des scènes de massacre et de combats, des ennemis redoutables apparaissent. 4e arc « le sanctuaire de la sorcière de l’avarice », 4 tomes en cours : Subaru et ses compagnons ont éliminer le 1er évêque du culte de la sorcière, ils reviennent au domaine qui avait été évacué pour éviter les pertes humaines mais découvrent que l’autre moitié des habitants ne sont pas revenus du « sanctuaire » où ils étaient partis se réfugier. Ils partent les rejoindre pour savoir ce qui se passe et vont devoir affronter les épreuves du sanctuaire. Ce 1er tome est donc la suite directe du 3e arc, en fait, il est difficile de prendre la série en cours de route. L’action est toujours bien présente, le scénario bien ficelé et le dessin agréable. On ne s’ennuie pas du tout dans la série qui sait se renouveler et reste très prenante. C’est une série que l’on a plaisir à suivre et qui ne manque pas d’intérêt. La série existe aussi en anime et il y a 2 saisons de disponibles (52 épisodes). Ci-dessous les personnages principaux (Subaru, Ram, Rem et Emilia) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/re-zero-arc-4-t01?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Nickad

    Nomi & Shiba tome 1

    Nomiya est dans un lycée pour garçon, contre toute attente il a développé des sentiments pour son camarade de chambre Mikoshiba. C’est comme ça qu’il se rend compte qu’il est gay. Mais comme Shiba est plutôt mignon et qu’il se fait souvent abordé par d’autres garçons, il préfère garder ses sentiments pour lui pour ne pas le faire fuir. Ce qu’il ignore, c’est que de son côté Shiba éprouve aussi des sentiments pour lui. Les deux garçons éprouvent des sentiments partagés mais ils l’ignorent et vont donc naviguer en eaux troubles. Nomi & Shiba c’est une histoire d’amour toute mignonne, il y a les émois du 1er amour, la maladresse des personnages qui préfèrent conserver leur amitié plutôt que de se déclarer et de tout perdre, il y a aussi toute la vie en internat, les interactions entre les élèves avec leurs petites histoires. Ce manga a tout du shojo, on verrait presque les petites fleurs en arrière-plan pendant la lecture. C’est tout en douceur, sans vulgarité, c’est mignon et plein de bons sentiments. Tohru TAGURA est aussi l'auteur de Maux mêlés que vous avez déjà pu découvrir sur le site, la série est toujours en cours et a 2 tomes pour le moment.
  7. Titre de l'album : Nomi & Shiba tome 1 Scenariste de l'album : TAGURA Tohru Dessinateur de l'album : TAGURA Tohru Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Aaaaah, l'adolescence ! Cette période si particulière, accompagnée de la découverte des premiers émois et du désir... Nomiya vient d'intégrer l'internat d'un lycée pour garçons. Et alors qu'il ne s'était jamais vraiment intéressé à l'amour, il doit maintenant se rendre à l'évidence : Shiba, son camarade de chambre, ne le laisse pas (du tout !) indifférent... Mais comment lui avouer tout ce qu'il ressent (y compris en dessous de la ceinture) alors qu'il a encore du mal à le comprendre lui-même ? La valse maladroite de ses deux adolescents un peu bêtas peut alors commencer... pour le meilleur et pour le rire ! Critique : Nomiya est dans un lycée pour garçon, contre toute attente il a développé des sentiments pour son camarade de chambre Mikoshiba. C’est comme ça qu’il se rend compte qu’il est gay. Mais comme Shiba est plutôt mignon et qu’il se fait souvent abordé par d’autres garçons, il préfère garder ses sentiments pour lui pour ne pas le faire fuir. Ce qu’il ignore, c’est que de son côté Shiba éprouve aussi des sentiments pour lui. Les deux garçons éprouvent des sentiments partagés mais ils l’ignorent et vont donc naviguer en eaux troubles. Nomi & Shiba c’est une histoire d’amour toute mignonne, il y a les émois du 1er amour, la maladresse des personnages qui préfèrent conserver leur amitié plutôt que de se déclarer et de tout perdre, il y a aussi toute la vie en internat, les interactions entre les élèves avec leurs petites histoires. Ce manga a tout du shojo, on verrait presque les petites fleurs en arrière-plan pendant la lecture. C’est tout en douceur, sans vulgarité, c’est mignon et plein de bons sentiments. Tohru TAGURA est aussi l'auteur de Maux mêlés que vous avez déjà pu découvrir sur le site, la série est toujours en cours et a 2 tomes pour le moment. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nomi-et-shiba-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Nickad

    Hellbound - l'enfer tome 1

    Quand le réalisateur/scénariste/producteur Yeon SANG-Ho, plusieurs fois invités au festival de Cannes pour ses films et films d’animation se lance dans le manwha et qu’il s’accompagne du dessinateur Choi KYU-SOK qui a déjà remporté plusieurs prix en Corée mais assez peu connu en France, cela donne une œuvre remarquable ! Remarquable par sa qualité visuelle d’abord, des dessins précis, réalistes, des expressions naturelles quelles que soient les sentiments, et remarquable par le scénario, par l’idée originale et par la profondeur du propos. L’histoire ? N’importe qui à n’importe quel moment peut recevoir une notification de sa damnation prochaine, elle annonce quel jour et à quelle heure vous serez damné. Si cela passe pour les propos d’une nouvelle secte, des images circulent sur internet, certains pensent trucage mais d’autres y croient vraiment. Mais un jour, un homme se fait damné en public, la police enquête alors. Hellbound c’est d’abord des évènements étranges, fantastiques et terrifiants qui arrivent, puis c’est l’interprétation que les gens peuvent en faire, faut-il y voir l’œuvre de Dieu ? Et si c’est vrai faut-il se repentir pour y échapper et comment faut-il le faire ? Mais c’est surtout une dérive de la société, la montée du fanatisme, l’importance des croyances, la place de la religion… Le manga est à réserver aux plus grands, certes il y a certaines scènes violentes mais c’est surtout le besoin d’avoir une certaine maturité pour apprécier les propos et prendre du recul : il s’agit de la damnation éternelle et de l’enfer après tout !! Si je ne l’ai pas mis en coup de cœur, c’est parce que j’ai trouvé certaines longueurs dans les propos, c’est comme tout, un discours peut-être ennuyant ou captivant selon la personne qui le dit, ici, la théologie écrite peut vite lasser. Par contre, Hellbound a fait l’objet d’une adaptation en série disponible depuis le 19 novembre. Le livre est fini en 2 tomes, et la bande annonce est ici
  9. Titre de l'album : Hellbound - l'enfer tome 1 Scenariste de l'album : SANG-HO Yeon Dessinateur de l'album : KYU-SOK Choi Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Des hommes censés être honnêtes reçoivent un message mystérieux leur annonçant qu'il leur reste peu de temps à vivre avant d'être conduits en Enfer. À l'heure dite, des créatures apparaissent, ne laissant que des corps calcinés derrière eux ! Qui tire les ficelles de ce théâtre macabre ? Critique : Quand le réalisateur/scénariste/producteur Yeon SANG-Ho, plusieurs fois invités au festival de Cannes pour ses films et films d’animation se lance dans le manwha et qu’il s’accompagne du dessinateur Choi KYU-SOK qui a déjà remporté plusieurs prix en Corée mais assez peu connu en France, cela donne une œuvre remarquable ! Remarquable par sa qualité visuelle d’abord, des dessins précis, réalistes, des expressions naturelles quelles que soient les sentiments, et remarquable par le scénario, par l’idée originale et par la profondeur du propos. L’histoire ? N’importe qui à n’importe quel moment peut recevoir une notification de sa damnation prochaine, elle annonce quel jour et à quelle heure vous serez damné. Si cela passe pour les propos d’une nouvelle secte, des images circulent sur internet, certains pensent trucage mais d’autres y croient vraiment. Mais un jour, un homme se fait damné en public, la police enquête alors. Hellbound c’est d’abord des évènements étranges, fantastiques et terrifiants qui arrivent, puis c’est l’interprétation que les gens peuvent en faire, faut-il y voir l’œuvre de Dieu ? Et si c’est vrai faut-il se repentir pour y échapper et comment faut-il le faire ? Mais c’est surtout une dérive de la société, la montée du fanatisme, l’importance des croyances, la place de la religion… Le manga est à réserver aux plus grands, certes il y a certaines scènes violentes mais c’est surtout le besoin d’avoir une certaine maturité pour apprécier les propos et prendre du recul : il s’agit de la damnation éternelle et de l’enfer après tout !! Si je ne l’ai pas mis en coup de cœur, c’est parce que j’ai trouvé certaines longueurs dans les propos, c’est comme tout, un discours peut-être ennuyant ou captivant selon la personne qui le dit, ici, la théologie écrite peut vite lasser. Par contre, Hellbound a fait l’objet d’une adaptation en série disponible depuis le 19 novembre. Le livre est fini en 2 tomes, et la bande annonce est ici Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hellbound-l-enfer-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Nickad

    Endroll back tome 1

    J'ai hésité au départ entre 4.5 et 5 et puis je n'ai pas trouvé de défaut... et la fin du tome m'a scotché. Pour une fois impossible de prévoir la suite et ça c'est un super bon point ! Ma fille l'a lu aussi et elle veut se l'acheter !
  11. Nickad

    Endroll back tome 1

    Yuka, jeune lycéenne, vient de se suicider, son frère Asaharu apprend à l’enterrement que sa sœur était victime de harcèlement. Désespéré, il regrette de ne pas avoir pu l’aider, c’est alors qu’apparaît un « ange » ou du moins ce qui y ressemble. Cet être lui propose de revenir en arrière et de tuer le responsable de la mort de Yuka, à cette condition il pourra la faire ressusciter mais il y a aussi un prix à payer s’il échoue. En ce moment, il y a beaucoup d’histoire qui aborde les problèmes de harcèlement, un problème grave qui peut prendre de nombreux aspects. J’avais un peu peur de retomber sur une trame déjà existante, mais ce n’est pas le cas ! A mi-chemin entre Many reasons why et Re:zero, le manga mêle polar et fantastique, Asaharu va devoir mener l’enquête et va pouvoir utiliser certaines facultés pour y arriver. Mais le plus intéressant c’est le point de vue abordé : lui, famille de victime, animé de son chagrin et de son incompréhension va devoir prendre du recul, ne pas juger sur les apparences, ne pas démarrer au quart de tour. Et c’est une leçon à retenir : ne pas passer trop vite aux conclusions avant d’avoir tous les éléments en main, ne pas se fier à la 1ere impression, chercher à découvrir la vérité. Et la vérité pourrait ne pas être celle à laquelle on s’attend. C’est aussi une leçon sur la connaissance que l’on a des autres, le fait d’être de la même famille ne veut pas dire que l’on sait tout de l’autre. Côté graphisme, le dessin est intéressant, certaines expressions sont saisissantes et la mise en page donne du dynamisme à l’action. L’édition est de belle qualité, avec une jaquette sur papier glacé, d’ailleurs n’hésitez pas à aller voir ce qui se cache dessous. C’est un très bon début de série, avec une fin de 1er tome qui nous laisse en suspens et plus qu'impatient de lire la suite. Série finie en 3 tomes.
  12. Titre de l'album : Endroll back tome 1 Scenariste de l'album : KANTETSU Dessinateur de l'album : NAKAZATO Haruna Coloriste : Editeur de l'album : ChattoChatto Note : Résumé de l'album : Suite au suicide de sa sœur Yuka, victime d'intimidation, son frère Asaharu déçut de son comportement fait la rencontre d'un ange. Celui-ci lui propose un marché : trouvez le meurtrier de sa sœur dans les 3 mois afin de permettre sa résurrection». Mais rien ne se fait sans contrepartie : à chaque erreur, Asaharu verra son espérance de vie diminuer. La vie de sa sœur à t'elle plus de valeur que la sienne? La chasse au criminel démarre !! Critique : Yuka, jeune lycéenne, vient de se suicider, son frère Asaharu apprend à l’enterrement que sa sœur était victime de harcèlement. Désespéré, il regrette de ne pas avoir pu l’aider, c’est alors qu’apparaît un « ange » ou du moins ce qui y ressemble. Cet être lui propose de revenir en arrière et de tuer le responsable de la mort de Yuka, à cette condition il pourra la faire ressusciter mais il y a aussi un prix à payer s’il échoue. En ce moment, il y a beaucoup d’histoire qui aborde les problèmes de harcèlement, un problème grave qui peut prendre de nombreux aspects. J’avais un peu peur de retomber sur une trame déjà existante, mais ce n’est pas le cas ! A mi-chemin entre Many reasons why et Re:zero, le manga mêle polar et fantastique, Asaharu va devoir mener l’enquête et va pouvoir utiliser certaines facultés pour y arriver. Mais le plus intéressant c’est le point de vue abordé : lui, famille de victime, animé de son chagrin et de son incompréhension va devoir prendre du recul, ne pas juger sur les apparences, ne pas démarrer au quart de tour. Et c’est une leçon à retenir : ne pas passer trop vite aux conclusions avant d’avoir tous les éléments en main, ne pas se fier à la 1ere impression, chercher à découvrir la vérité. Et la vérité pourrait ne pas être celle à laquelle on s’attend. C’est aussi une leçon sur la connaissance que l’on a des autres, le fait d’être de la même famille ne veut pas dire que l’on sait tout de l’autre. Côté graphisme, le dessin est intéressant, certaines expressions sont saisissantes et la mise en page donne du dynamisme à l’action. L’édition est de belle qualité, avec une jaquette sur papier glacé, d’ailleurs n’hésitez pas à aller voir ce qui se cache dessous. C’est un très bon début de série, avec une fin de 1er tome qui nous laisse en suspens et plus qu'impatient de lire la suite. Série finie en 3 tomes. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/endroll-back-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Nickad

    Denjin N tome 1

    Les auteurs Kazu INABE et Yuu KURAISHI s’étaient déjà faits remarqués par leurs œuvres précédentes Fortress of apocalypse et Starving anonymous, des mangas entre fantastique et horreur avec des idées innovantes, des histoires terrifiantes et un graphisme parfois très gore. Ils reviennent aujourd’hui avec un thriller fantastique. Nasu est un jeune qui a une vie pourrie, son père parti, sa mère alcoolique, il a dû arrêter l’école et trouver des petits boulots pour ramener de l’argent à la maison et rembourser les dettes de la famille. Sa seule passion c’est une idole Misaki avec qui il a été en classe autrefois. Un jour un accident se produit et Nasu se retrouve capable de manipuler n’importe quel appareil électronique, s’il décide dans un 1er temps de veiller sur Misaki, il va très vite « faire le ménage » autour d’elle pour l’aider à lancer sa carrière. Il y a encore beaucoup d’interrogations dans l’histoire, on ne sait pas trop ce qui est arrivé à Nasu, sous quel aspect il existe après l’accident, comment il fait pour manipuler les appareils. Ce que l’on sait, c’est que rien ne l’arrête et qu’il ne manque pas d’imagination pour éliminer les obstacles (âmes sensibles s’abstenir !). Si ces morts ressemblent à des accidents, la police se doute très vite que ce sont des meurtres. Mais comment arrêter quelqu’un qui n’est plus vraiment humain ? Une très bonne intrigue, qui n’est pas sans rappeler Hikari-man au début mais qui prend une tout autre tournure, le personnage de Nasu est sans pitié et n’est attaché qu’à Misaki, rien ne semble pouvoir l’arrêter. L’histoire est bien ficelée et le dessin de INABE est expressif et ne manque pas de nous écœurer quand il le faut ! Un très bon début pour une série finie en 4 tomes.
  14. Nickad

    Denjin N tome 1

    Titre de l'album : Denjin N tome 1 Scenariste de l'album : KURAISHI Yuu Dessinateur de l'album : INABE Kazu Coloriste : Editeur de l'album : Pika Note : Résumé de l'album : Nasu, loser notoire vivant chez sa mère alcoolique, travaille comme véritable larbin dans une supérette. Son seul plaisir dans la vie est d'encourager Misaki Kanzaki, petite idole d'un groupe sans grand succès, à travers son casque de réalité virtuelle. Mais à la suite d'un accident aussi tragique qu'extraordinaire, il se retrouve capable de posséder n'importe quel système électrique... N décide d'utiliser ce pouvoir afin d'éliminer tous ceux qui seront sur le chemin de Misaki ! La police fait alors appel à deux frères médiums pour traquer ce tueur en série omnipotent. Critique : Les auteurs Kazu INABE et Yuu KURAISHI s’étaient déjà faits remarqués par leurs œuvres précédentes Fortress of apocalypse et Starving anonymous, des mangas entre fantastique et horreur avec des idées innovantes, des histoires terrifiantes et un graphisme parfois très gore. Ils reviennent aujourd’hui avec un thriller fantastique. Nasu est un jeune qui a une vie pourrie, son père parti, sa mère alcoolique, il a dû arrêter l’école et trouver des petits boulots pour ramener de l’argent à la maison et rembourser les dettes de la famille. Sa seule passion c’est une idole Misaki avec qui il a été en classe autrefois. Un jour un accident se produit et Nasu se retrouve capable de manipuler n’importe quel appareil électronique, s’il décide dans un 1er temps de veiller sur Misaki, il va très vite « faire le ménage » autour d’elle pour l’aider à lancer sa carrière. Il y a encore beaucoup d’interrogations dans l’histoire, on ne sait pas trop ce qui est arrivé à Nasu, sous quel aspect il existe après l’accident, comment il fait pour manipuler les appareils. Ce que l’on sait, c’est que rien ne l’arrête et qu’il ne manque pas d’imagination pour éliminer les obstacles (âmes sensibles s’abstenir !). Si ces morts ressemblent à des accidents, la police se doute très vite que ce sont des meurtres. Mais comment arrêter quelqu’un qui n’est plus vraiment humain ? Une très bonne intrigue, qui n’est pas sans rappeler Hikari-man au début mais qui prend une tout autre tournure, le personnage de Nasu est sans pitié et n’est attaché qu’à Misaki, rien ne semble pouvoir l’arrêter. L’histoire est bien ficelée et le dessin de INABE est expressif et ne manque pas de nous écœurer quand il le faut ! Un très bon début pour une série finie en 4 tomes. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/denjin-n-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Ouverture de la billeterie Japan expo en décembre !
×
×
  • Créer...