Aller au contenu
  • S’inscrire
  • ATTENTION ! Suite à un changement chez notre partenaire BDfugue,

    nous rencontrons un problème sur l'affichage de certaines images.

    Nous nous excusons de ce dérangement et travaillons activement à sa résolution. 

    Le reste du site est 100% opérationnel.

     

     

     

  • Ca y est c'est le printemps !!!

    Le soleil est revenu, la température remonte et la neige fond comme... neige au soleil !

    Ce qui ne fond pas par contre, c'est la pile monstrueuse des sorties en librairie ! on a l'impression que le toujours plus n'est plus l'apanage du manga avec un nombre de 215 sorties rien qu'au mois de janvier....et 143 en février..... et je dois vous prévenir que les mois d'avril mai n'auront pas à rougir en termes de volumes.

    Et je ne vous parle pas des mangas ..... bref, on a une fois de plus l'impression que vous aurez besoin de nous pour choisir quoi lire lors de vos premiers transats ou quoi poser à côté des premières bières !

    On se retrousse les manches pour finir les sorties de février, mars et on se tient prêt pour le printemps !

    Vous pouvez compter sur nous !

  • Ca y est c'est le printemps !!!

    Le soleil est revenu, la température remonte et la neige fond comme... neige au soleil !

    Ce qui ne fond pas par contre, c'est la pile monstrueuse des sorties en librairie ! on a l'impression que le toujours plus n'est plus l'apanage du manga avec un nombre de 215 sorties rien qu'au mois de janvier....et 143 en février..... et je dois vous prévenir que les mois d'avril mai n'auront pas à rougir en termes de volumes.

    Et je ne vous parle pas des mangas ..... bref, on a une fois de plus l'impression que vous aurez besoin de nous pour choisir quoi lire lors de vos premiers transats ou quoi poser à côté des premières bières !

    On se retrousse les manches pour finir les sorties de février, mars et on se tient prêt pour le printemps !

    Vous pouvez compter sur nous !

  • Dernières Critiques

    • Godefroy - tome 1
      Note :
      Soucieux de mettre en avant les grands hommes de Belgique (encore que , France et Belgique se disputent la nationalité du chevalier), les auteurs de ce récit historique s'attaquent à Godefroy de Bouillon , l'un des héros des guerres de croisades . Dans ce tome introductif , nous sommes en l'an de grâce 1095 et nous découvrons ce personnage , qui semble isolé entre un avenir tracé par sa mère et ses ambitions personnelles . En effet , l'usage voudrait qu'il épouse une femme pieuse issue de noble lignée , mais il n'éprouve aucun sentiment envers elle , alors que le hasard met sur sa route la délicieuse et mystérieuse Aëlys et sa chevelure rousse . Un événement soudain va le forcer à prendre la décision de s'engager vers l'Orient porter la parole du pape Urbain II et livrer une guerre sainte , mais pour quelle raison et dans quelles circonstances ? 

      C'est le grand retour des héros historiques dans le paysage BD franco-belge ! Ce support avait été un peu délaissé et ce duo d'auteurs lui rend ses lettres de noblesses . Le récit s'appuie sur une documentation solide (avec des annexes en fin d'album ) et un dessin réaliste à la fois classique et moderne . Théo Dubois D'Enghien a pour modèles Delaby , Swolfs et Serpieri , des maîtres en la matière . Je le trouve pour ma part , effectivement très proche d'un Delaby , à travers son traitement des visages . Les paysages enneigés sont du plus bel effet et l'on connait les difficultés engendrées par ce type de panorama . Il faut avouer que les couleurs de Felideus ornent le moyen-âge de ses plus belles parures ! De la chevelure flamboyante d'Aëlys , en passant par les armures et robes de chevaux , c'est un sans-fautes pour le plaisir rétinien .

      Cette période historique vous plait et vous souhaitez enrichir votre culture générale , ce Godefroy saura vous séduire 😉 
      • 0 réponse
    • L'imprimerie du diable
      Note :
      Habituée à écrire des scénarios sur des femmes fortes telles Mata Hari et Frédégonde, Virginie Greinier invente la vie de Reine Percheval , guérisseuse dans une campagne reculée française  en 1470 . Sous l'oeil avisée de sa grand-mère , elle va apprendre tous les secrets des plantes et comment confectionner onguents et autres préparations utiles pour les villageois mais aussi les récoltes et le bien-être des bêtes . Elle a la chance d'évoluer aux côtés d'un curé progressiste et bien conscient des bienfaits qu'elle réalise tous les jours . Ce dernier a appris à lire au jeune Etienne qui montre de belles dispositions intellectuelles et rêve d'ailleurs , car son avenir tracé de paysan ne lui sied guère . Nos deux jeunes gens sont épris l'un pour l'autre mais le père d'Etienne , à la rancoeur tenace envers la grand-mère de Reine , finit par le découvrir et s'en prend violemment à son fils . Il quitte le village avec une promesse envers Reine : revenir ! Les années passent et nous voilà en 1495 , Colomb a découvert les Amériques , mais l'imprimerie fait aussi partie des découvertes majeures . Etienne travaille dans une imprimerie à Genève et publie des "canards" anti-sorcières et notamment un manifeste de démonologie : le marteau des sorcières . Oeuvre fondatrice et chapeautée par des hommes en quête de contrôle de la population et surtout de l'influence des femmes ! La chasse est lancée , la délation encouragée , Reine pourra t'elle continuer son oeuvre si bénéfique ? Etienne reviendra t'il et avec quelles dispositions envers elle ?

      Le graphisme lumineux et détaillé de l'artiste Annabel , magnifie un scénario précis , documenté , remarquablement écrit et gagnant en intensité au fil des pages . L'intelligence du propos , la mise en exergue des incohérences entre ces fameuses sorcières aimées des gens car bien conscients de leurs bienfaits , et une religion omniprésente dont l'incitation à la prière semble impuissante ; tout est ancré dans un réel logique et implacable . Sans faire l'erreur de sombrer dans un féminisme accru , Virginie Greinier démontre judicieusement comment la société patriarcale s'est renforcée sous l'égide bienveillante du clergé en déclarant la guerre à ses femmes porteuses d'un savoir qu'ils ne comprenaient pas et ne voulaient pas comprendre ! La profonde humanité et bienveillance de Reine transpire dans ses pages , elle s'illumine tels ses yeux brillants de véracité . Un regard moderne et réaliste sur ces femmes qui méritent tellement mieux que le qualificatif de sorcières .  Une des sorties BD les plus marquantes de l'année , à n'en pas douter !
      • 5 réponses
    • Titans - Tome 1 Iris
      Note :
      On connait bien l'histoire de Cronos mangeant une pierre donnée par son épouse Rhéa , en pensant qu'il s'agissait du dernier-né : Zeus ! Celui-ci élevé à l'écart sur l'île de Crète ,entreprit sa vengeance à l'âge adulte en déclarant la guerre aux titans menés par Cronos lui-même , la fameuse Titanomachie ! Mais les hommes dans tout cela me direz-vous , qu'en est-il de leur histoire ? Dans cette nouvelle collection de l'éditeur Oxymore chapeautée par Sébastien Grenier et Jean-Luc Istin , Olivier Peru  fait resurgir cette ancestrale querelle divine à l'apogée de la Grèce antique , où Sparte et Athènes règnent en maître . Mais n'y en a t'il pas un de trop justement ? Laci et son graphisme sombre et détaillé délivre des planches superbes , magnifiées par les couleurs et jeux de lumières d'Arif Prianto . On y fait la connaissance d'Iris , une guerrière sparte invaincue et terriblement badass . De sombres machinations politiques sont à l'oeuvre et à l'occasion d'une manifestation sportive entre les deux camps , elle va rencontrer sur son chemin un géant grec , leur champion doté d'une force dévastatrice . Elle qui n'a jamais connu la défaite , va découvrir se sentiment , amplifié par les coutumes de Sparte où l'échec est interdit sous peine de déshonneur et bannissement . Dans sa quête de rédemption elle va découvrir que les apparences sont trompeuses , les Dieux et les Titans se mêlent des affaires humaines , mais dans quel but ?? Prévue en 4 tomes centrés sur des femmes fortes comme Iris , cette saga est prometteuse et dotée de nombreuses qualités narratives et graphiques . De la  mythologie grecque dopée à la testostérone , innovante et moderne , avec une héroïne charismatique et un soupçon de magie divine , voici les ingrédients de ce premier opus réussi !
        • Like
      • 2 réponses
    • Nero tome 3 - Jihad
      Note :
      Troisième et dernier tome de Nero (même si un deuxième cycle semble possible) et troisième tome qui conclut notre histoire globalement comme on l'attendait. Pour sauver le monde il faut un certain nombre de sacrifices, de héros et de trahison. Niveau scenario, pas de grande surprise. Le rythme est toujours là et le grand format toujours impressionnant tout comme la qualité de l'ouvrage.

      C'est coté dessin que j'ai été... un peu déçu. En effet je trouve qu'il y a une vraie différence de qualité entre la première et la deuxième partie. La première parait moins appliquée, la ou la deuxième est sublime. Si cela ne change pas l'histoire et la qualité de la lecture, c'est un peu décevant, donnant un peu l'impression d'avoir une qualité dépendante de l'humeur de notre dessinateur.

      La série reste une très belle œuvre graphique dans un très bel écrin et sur un thème un peu oublié ces 10 dernières années.
      • 0 réponse
    • La vie rêvée d'un papillon
      Note :
      La plupart des gens ont vu ou lu cette histoire incroyable d'évasion du bagne de Cayenne d'Henri Charrière : Papillon . Mais qui est véritablement l'homme derrière le récit ? Sophie Ladame et Sylvère Denné poursuivent leur collaboration après Bleu amer paru en 2018 , et nous offrent ce roman graphique magnifiquement illustré . Habituée des carnets de voyage , Sophie Ladame croque , plus qu'elle ne dessine , certaines planches semblent avoir été faites sur place ; cela donne un résultat d'immersion profonde , caméra à l'épaule au plus proche de Charrière . Le "passé" du bagnard est en couleurs , une sorte de bichromie aux teintes de jaune et bleu , pendant que son "présent" où il s'est échappé est illustré d'un noir et blanc réaliste et plus fidèle au support BD . Ce parti pris de scinder en deux graphismes différents les deux moments de sa vie , s'avère remarquable et confondant . On est littéralement transporté à ses côtés , en cellule , sur une barque perdue le long des côtes sud-américaines , dans un village d'autochtones , puis dans son bar à Caracas ou à Paris , invité des radios et plateaux de télé . Les phases temporelles s'alternent et l'on comprend mieux sa vie et ce qu'il en a fait . Certes , les détracteurs diront qu'il y a des failles dans son récit , qu'il a menti etc .... Mais au fond peu importe , cette histoire mérite tellement d'être racontée ! Henri Charrière a probablement grossi le trait et transcendé sa vie pour la rendre plus romanesque et incroyable , peut-on lui en vouloir ?   Des dialogues soignés et à propos , des monologues intra-muros poétiques et pris sur le vif , tels les croquis de Sophie Ladame ; le scénariste Sylvère Denné est au diapason avec sa binôme . Ensemble ils rendent hommage à cette histoire légendaire , vendue à 15 millions d'exemplaires de par le monde . De la crasse des cellules , aux embruns du large ,en passant par le ressac contre les parois de l'île du diable , laissez-vous emporter par ce récit et prenez votre envol avec Papillon . La dernière page sublime de l'album vous hantera longtemps 😉 
      • 1 réponse
    • Dawn of Green Lantern tome 1
      Note :
      Autour de Hal Jordan de passer dans la moulinette de "Dawn of" avec un démarrage tout en doucement pour notre premier "Lanterne". Un démarrage sous forme d'une histoire complète et une histoire très introductive. Hal se trouve une nouvelle bague (oui oui il avait eu des soucis avec les gardiens précédemment, mais rien à savoir) et combat... Sinistro.

      Accompagné de son petit passage Terrors, pour une fois pas trop mal car s'appliquant bien à un Hal Jordan torturé, La fin de l'album donne le focus à notre autre lanterne mondiale : John Stewart. la ca devient un peu bizarre. On ne sait pas trop dans quel univers on est mais on semble avoir oublié l'embargo et la mise sous cloche de la terre par les gardiens. C'est court et hyper introductif et parait être la pierre angulaire des prochains tomes....mais pour l'instant c'est un peu nébuleux.

      Ce Dawn of Green lantern est donc une histoire sympathique qui est bien calibré pour ceux qui ne connaissent pas le personnage dans sa première partie et une deuxième partie plus courte pour... ceux qui le connaissent deja sur le bout des doigts
      • 0 réponse
    • Le dernier debout
      Note :
      Alors la chapeau. J'ai la palme, et depuis bien longtemps, de l'album le mieux mis en page. c'est sublime, inventif, dynamique et plein d'audace. C'est une réussite ! 

      Rien que pour son découpage, il devrait être donné à lire dans toutes les écoles de graphisme !

      Pour tout vous dire j'avais très peur du volume de page à ingérer. Cela me semblait énorme, encore plus si ce livre ne racontait qu'un combat ! Et en fait j'ai dévoré ce livre ! Deja parce que'il est plus aéré qu'il n'y parait et donc les 320 pages se lisent très bien. 

      Ensuite parce que le découpage choisit est hyper efficace. Notre auteur se sert des 15 rounds du combat pour nous raconter la vie de Jack Johnson, esclave et champion du monde de boxe, avec des parallèles entre le dit combat et la vie.

      Entre une vie sortit tout droit d'un film et une oeuvre (plus qu'une bd) réfléchie et subliment mise en page, on a entre les mains l'un des albums de l'année !
        • Like
      • 4 réponses
    • Canary
      Note :
      Scott Snyder est un auteur très prolifique en histoire fantastique et horreur. Avec Canary, l'auteur nous propose un western avec un Shérif qui côtoie depuis bien longtemps les forces du mal avec son révolver. D'ailleurs on retrouve un peu l'ambiance de la série American vampire sur la période des cowboys mais avec cette fois des monstres démoniaques avec des dentitions sur tout le corps. On suit donc le parcours du héros intervenant pour seconder un docteur pendant ses analyses d'une ancienne mine désaffectée. En parallèle, on découvre le passé du héros découvrant le mal venant entrecoupé l'action présente.
      Le dessinateur Dan Panosian fait des merveilles sur ce western, j'apprécie beaucoup son trait dans un style très réaliste. L'auteur installe une ambiance bien étrange surtout avec les ciels avec beaucoup de peinture ou des taches d'encrage coloré. Les humains se transforment en démons ou demi-monstre très crédible. 
      Mon seul reproche serait de ne pas avoir de suite à cette histoire assez dense sur six chapitres pour prolonger l'intrigue même si la fin reste ouverte, après la fin reste ouverte. Canary devrait satisfaire tous les lecteurs de western fantastique tirant sur l'horreur pour le final.
      • 0 réponse
    • L'Homme en noir
      Note :
      Avec L'homme en noir, Giovanni Di Gregorio et Grégory Panaccione livre une œuvre forte sur les violences sexuelles et l'inceste. En effet, on suit quelques temps le quotidien du jeune Mattéo victime et souffre-douleur de quelques camarades de classes. Il est sujet à de nombreux cauchemars qui instaurent une vie difficile pour s'épanouir. Sa mère est très inquiète de la situation, cherche des solutions avec des docteurs alors que son père semble plus absent avec son travail. Tout l'univers de cet enfant semble parfait à part les querelles avec des enfants de sa classe et pourtant un terrible secret le détruit. Depuis la petite lumière, j'apprécie beaucoup les dessins de Grégory Panaccione dans un style plus réaliste pour convenir aussi au récit dramatique. Les planches de nuit sont très efficaces, surtout avec l'apparition du monstre venant terrifier l'enfant dans ses rêves. 
      Le sujet de l'homme en noir est très dur et très émouvant avec ce pauvre enfant abusé. Cette thématique dénonce les nombreux faits divers tous les ans en France et partout dans le monde. Ce roman graphique m’a choqué comme je ne m’attendais pas à la tournure de  l’histoire, mais c’est très bien réalisé.
       
      • 1 réponse
    • Le jour d'avant
      Note :
      Romain Dutter adapte le roman de Sorj Chalandon centré sur ce drame qui eu lieu à Liévin le 27 décembre 1974 et qui restera comme la plus grave catastrophe minière post-guerre de notre pays . Ce jour là , 42 âmes étaient emportées par un coup de grisou . Tout commence donc par une présentation familiale avec Joseph et Michel , deux frères , fils de paysans . Joseph désire rentrer dans la mine et en faire son métier , sous les conseils désapprobateurs de son père , Michel quant à lui est mécanicien et ne se voit pas endosser la tunique des gueules noires . Joseph finit par s'engager et descendre dans les entrailles de la terre puis le drame survient . Tout le talent de Simon Géliot ressort sur ces pages , à travers ces visages tristes taillés à la serpe , ces rues sous un ciel sombre ,captées par son trait charbonneux , il devient impossible pour le lecteur de ne pas ressentir une vive émotion à la lecture de ce moment fort , magnifiquement dépeint . La ville est en émoi , les veuves marchent , accompagnées de leurs enfants , puis la colère gronde , on cherche des responsables ! Endeuillé , le père de Joseph laisse une note à son fils Michel , ces mots vont le hanter toute sa vie et le conduire inexorablement vers un acte impensable .

      On remarque d'emblée la profondeur du scénario et la qualité d'écriture ,  l'histoire est rondement menée , les secrets se lèvent au fil des pages . De nombreuses surprises vous attendent , les termes faux-semblants vous suivront tout du long , jusqu'au procès de Michel enfermé dans un mutisme profond . Aussi , lorsque vous découvrirez la révélation finale avec stupeur et émoi , vous poursuivrez avec les annexes en fin d'album , nombreuses et détaillées sur ce drame humain qui aurait pu être évité . Une lecture nécessaire qui laissera son empreinte , pour ne pas oublier ces travailleurs de l'ombre "creusant la nuit pendant le jour " comme le dit si bien le père de Joseph .
      • 0 réponse

    • La concubine rebelle tome 1
      Note :
      L’empereur Zhu Li, troisième souverain du Grand Empire Radieux, vient d ‘accéder au trône après la mort tragique de son frère ainé. Afin de perpétuer la lignée, vingt concubines arrivent au palais, elles viennent toutes d’horizons variés, il y a les filles des grands pontes de l’empire mais aussi des filles de clans vaincus ou rivaux. C’est ainsi que Sarannah, fille du chef du clan des Tianhe, a été choisie afin d’établir un traité de paix entre le nord et le sud. Mais elle ne s’attendait pas à tomber dans un nid de vipère où tous les coups sont bons pour devenir la favorite y compris les assassinats.

      Il y a beaucoup d’éléments dans ce premier tome : de la fantasy avec les légendes avec les dieux, du complot politique, une romance et un léger aperçu historique car même si le récit se déroule dans un pays imaginaire, il est grandement inspiré du fonctionnement de la chine impériale. Cela rend l’histoire intéressante mais aussi inaboutie car on aurait apprécié plus de développements dans certains aspects, tout va un peu trop vite.
      • 0 réponse
    • Le professeur qui lisait des histoires d'amour tome 1
      Note :
      J’ai été surprise par cette lecture. D’abord graphiquement, on s’éloigne de l’apparence un peu traditionnelle des webtoons, un trait plus personnel, plus proche de la bande dessinée européenne et des couleurs plus pastelles, plus fades presque neutres par moment. Et puis il y a la narration, une construction avec de longs chapitres ; difficile d’imaginer son découpage en version numérique en chapitres courts. Il n’y a pas vraiment de rebondissements mais on progresse lentement dans le quotidien des personnages, une histoire qui prend son temps et que l’on aurait presque abandonnée en cours de route. Car il est difficile de s’immerger dans l’histoire tellement elle semble anodine au début.

      Et puis, peu à peu, arrivent des flash-back (pas vraiment mis en valeur graphiquement parlant, c’est vraiment sur les dialogues que l’on comprend leur temporalité) et des petites phrases dites entre deux personnages ou en aparté pour le lecteur. Des indices qui nous font comprendre qu’il y a un secret familial, un passé qui aurait dû être oublié.

      L’œuvre est complexe, les personnages tissent des liens entre eux sans savoir qu’ils sont déjà liés. Par exemple, le professeur qui lit des webnovels d’amour lit un roman qui s’appelle le professeur qui lisait des histoires d’amour sans savoir qu’il a servi de modèle à ce personnage. Il y a un côté polar, une énigme à résoudre, un drame sous-jacent.

      Ce récit, proche d’un roman graphique, sort des sentiers battus et arrive à capter notre attention sans que l’on s’en rende compte. Une œuvre atypique à découvrir.
      • 0 réponse
    • Elle n'est rien qu'à moi tome 1
      Note :
      Nachi est le lycéen charismatique type, il est sociable et à du succès avec les filles. Yûri est la fille à part de la classe, elle ne se mêle pas aux autres et passe son temps à lire. Ces deux-là ne semblent rien avoir en commun pourtant leurs regards se portent souvent vers l’autre. Un jour, Nachi, ramasse le livre de Y et il souhaite en savoir plus à son sujet. Elle l’invite chez elle pour lui prêter des livres et sous une impulsion commune, passent à l’acte dans la foulée. C’et le début d’une étrange relation, secrète et charnelle.

      Waouh, le moins que l’on puisse dire c’est que les personnages ne perdent pas de temps ! Improbable ? Peut-être pas ! Car le feu couvait, chacun avait repéré l’autre et était attiré par lui, alors forcément, quand l’occasion se présente, ils se laissent aller. Ce qui est plus étonnant c’est la suite… Que faire quand on est allé trop vite et que l’on ne sort pas encore ensemble ?

      Il est fort possible que l’on tombe dans les prochains tomes dans une relation plus classique. Mais pour le moment, cette romance est très agréable, les dessins sont superbes et pour une fois que la fille férue de lecture n’est pas une fille à lunettes avec des tresses, autant en profiter.
      • 0 réponse
    • About a love song tome 1
      Note :
      About a love song, c’est d’abord une rencontre, celle de Mizuki, un musicien trentenaire qui vit au jour le jour entre quelques concerts et son travail à la supérette, avec Seto, son collègue de boulot, étudiant. Pour Mizuki , Seto représente toute la naïveté et la fraicheur de la jeunesse, c’est sa bouffée d’air frais, les moments passés en sa compagnie l’éloigne de son quotidien et de sa vie désordonnée. Jusque-là, il n’avait jamais envisagé autre chose mais le soir où Seto débarque chez lui car il est en proie à des questionnements vis-à-vis de son avenir, un moment d’intimité se crée. Mais l’histoire doit s’arrêter là car Seto est en réalité encore lycéen.

      A partir du moment où Mizuki prend connaissance de l’âge de Seto, son sens moral se met en marche. Ce n’est pas une question de détournement de mineur vu que Seto est proche de sa majorité mais c’est plutôt la précipitation de la relation qui l’indispose : il souhaite que ce dernier prenne le temps de grandir et d’expérimenter la vie avant de s’engager. Il ne veut pas être la cause d’une décision prise un peu par hasard dans un moment d’instabilité psychologique.

      La différence d’âge est l’une des thématiques principales de ce manga, elle est d’autant plus importante que l’un des protagonistes entre à peine dans la vie d’adulte. Mais en plus de cela, il y a un discours sur le choix de vie et l’importance de l’approbation des parents.

      L’histoire est tout en finesse et en retenue, avec son trait fin et sa narration posée, l’auteur nous offre de beaux moments d’émotions et de sensibilité.
      • 0 réponse
    • Critique par une ado : Play it cool, guys tome 5
      Note :
      Une critique de @TheOtaku : Nos 5 beaux et classes hommes mais complètement étourdis sont de retour avec des histoires toujours aussi drôles et pleines de gaffes. L'un veut s'inspirer des histoires d'amour "non-existante" de ses amis pour écrire son nouveau roman et pendant ce temps nos 5 amis passent du temps ensemble à faire des gaffes, toujours des gaffes.

       

      Enfin, comme dans tous les tomes, il n'existe pas de "réel" fil conducteur entre les tomes et le but de cette série est évidemment uniquement de nous faire rire et passer un bon moment. A mon avis, les petites histoires sans fil conducteur seront assez ... plus suffisante à la longue, mais pour l'instant tout va bien, tant qu'on les lit avec un temps d'espace.

       

      Enfin si vous avez besoin d'un moment de calme avec des personnages drôles que ce soit le soir avant de dormir, le matin après le réveil, après le travail, lors d'un un weekend tranquille, ce manga est fait pour vous.
      • 0 réponse
    • No longer allowed in another world tome 2
      Note :
      Le premier tome nous avait laissé un peu sceptique sur l'intérêt à long terme de cette série. Le cliffhanger final nous avait redonné espoir, avec l'apparition de la copine de notre sensei du côté des héros ayant vaincu le roi haineux du mal.

      Et bien ce tome deux confirme cette embellie même si ... nous n'en apprenons pas beaucoup plus sur la dite copine 🙂 En fait ce tome donne voit notre personnage principal et évoluer et s'éloigner du guignol de situation pour endosser un vrai rôle dans une histoire qui se complexifie, avec un parti pris des plus intéressants : et si les invoqués étaient en fait, pour la plupart, des arrivistes de premières, utilisant les pouvoirs qu'on leur a donnés pour leur bien propre uniquement ?

      Un postulat qui mais en exergue notre héros qui lui ne souhaite rien... et se trouve donc être peut-être le seul "bon héros" de cet univers.

      Un deuxième tome plein de promesses et bien plus dense et intéressant que le premier.

      Vivement la suite
      • 0 réponse
    • Leçons de vie avec grand frère Uramichi tome 1
      Note :
      Ah Ah Ah !! je suis passée complètement à côté de ce livre !! Ce n’est pas de l’incompréhension ni une aversion graphique, non, je ne sais juste pas ce que je dois en faire.

      Uramichi est un animateur dans une émission pour enfant, il incarne le grand frère gymnastique. Seulement, à 31 ans, il déverse sa bile, il est blasé de sa propre existence et il a un regard cynique sur le monde des adultes. On ne sait jamais si ce qu’il dit est prévu par l’émission dans le style « écoutez les enfants » ou si ce sont des apartés qu’il fait lors du tournage de l’émission. Mais Uramichi n’est pas le seul dans cette émission et ses collègues, tous autour de 30 ans, ne semblent pas mieux lotis. Ils semblent tous être là par défaut et semblent subir leur vie.

      Si on analyse un peu les propos d’Uramichi, c’est clairement dépressif. Est-ce que faire passer ses « leçons » au travers un environnement enfantin a plus d’impact ? Est-ce que l’histoire est censée être drôle ? Est-ce qu’il y a vraiment des leçons à en tirer ? Personnellement, cette lecture m’a laissée perplexe, si Uramichi subit sa vie, j’ai un peu subi le livre car je ne sais absolument pas avec quel regard l’aborder et quelque part je n’en ressens pas l’envie.

      Etant donné que ce manga a déjà reçu des prix, c’est qu’il a un public. Alors si vous voulez découvrir l’histoire pour vous en faire une idée, vous pouvez lire le début gratuitement sur le site de Mana books.
      • 0 réponse
    • Freaking Romance tome 1
      Note :
      La New Romance est un genre littéraire destiné à un public mature (lectorat de prédilection : 18-25 ans) qui aborde les thèmes de désir féminin, consentement et identité sexuelle. Contenant souvent des scènes érotiques, le genre s’est vraiment développé à partir de 50 nuances de gris.

      L’auteur.rice de Freaking Romance fait partie de la génération où l’on s’affirme et où l’on ne craint plus de révéler son orientation. Iel est particulièrement prolifique sur les réseaux sociaux et inscrit ses histoires dans un contexte actuel où les jeunes peuvent s’identifier. On ne pourra que se demander si le personnage secondaire et meilleure amie de Zylith ne serait pas inspiré directement de sa propre vie, un peu comme Hitchcock qui apparaissait dans ses films… Pour information, Snailords est américain.e.

      Zylith est une jeune fille qui vient d’être mise à la porte de chez elle car elle ne voulait pas suivre les études que son père souhaitait. Elle part en quête d’un logement convenable à un prix convenable. Après bien des visites, elle s’installe dans un appartement dit hanté mais comme elle est férue de surnaturel, elle est plus excitée à l’idée de voir un fantôme qu’autre chose. Et quand le fantôme en question est un beau jeune homme et qu’elle se rend compte qu’il peut y avoir des interactions, elle est plus que ravie bien qu’une étrange rumeur sur une locataire précédente ayant disparue l’inquiète quand même un peu.

      C’était une magnifique lecture ! Je n’ai pas vu le temps passer et j’aurais aimé lire l’intégralité en une fois !! En plus d’une très belle édition avec couverture cartonnée et effets de style (vernis 3D et fer holographique), le livre a des pages bonus contenant quelques illustrations et les fiches des personnages. On sent l’inspiration asiatique dans le style graphique de Snailords ainsi que dans le contexte de l’histoire : Zylith souhaite devenir webtooniste et Zelan (le fantôme) serait chanteur.

      • 1 réponse
    • Doga of the great arch tome 1
      Note :
      DOGA OF THE GREAT ARCH est la seconde œuvre de l’autrice Toryumon TAKEDA que l’on a déjà découvert avec son titre BADDUCKS (critique ici). Il s’agit d’un road trip où l’on va suivre le périple de Yote et Doga mais ce sera un voyage avec un but précis.

      On a d’abord Yote, de son nom complet Yoterda Va Sotelnoa, c’est un jeune noble qui ne connaît rien au monde. Trop épris de liberté et trop curieux, il perdit la vie presque au début de son voyage et se retrouva transformé en cyborg. Hélas, il a été bricolé avec les moyens du bord et son existence n’est que de 1 ou 2 ans. Il souhaite redevenir humain et pour cela doit trouver les sirènes.

      Ensuite, il y a Doga, une jeune femme, orpheline dès sa naissance, qui vit au jour le jour en bricolant ici et là, une vraie débrouillarde avec beaucoup de force et du caractère. Elle accompagne Yote dans son périple pour gagner de l’argent et aussi voir la mer. Elle a toujours vécu dans une ville au milieu d’un désert.

      La première chose que l’on apprécie chez cette autrice, c’est son dessin. Elle ne cherche pas à faire dans le classique, ses personnages ont de la gueule et des formes, ils sont facilement identifiables et sont même uniques ! Et puis, il y a le scénario, il est original et nous propose une plongée dans un nouveau monde entre fantasy et steampunk. Associé à cela un sens de la narration et une certaine légèreté (Yote accepte très bien le fait d’être un cyborg), le manga démarre bien et promet un joyeux divertissement.
      • 1 réponse
    • Blade of the phantom master, le nouvel Angyo Onshi tome 1
      Note :
      Le nouvel angyo onshi est de retour ! Une version papier adaptée du webtoon prévue en 9 tomes !

      Alors qu’est ce qui change ?

      La colorisation : l’édition papier avait déjà quelques planches en couleur mais toute la colorisation a été revue. La gamme de couleur choisie (beige, marron, gris, noir) permet de s’immerger facilement dans cette histoire entre aventure/voyage et combats/drames.

      La mise en page : elle est globalement la même, il y a quelques dialogues qui ont été déplacés ainsi que certaines images qui ne sont pas centrées exactement de la même façon.


      Quelques éléments graphiques : l’élément le plus important qui a été retravaillé pour la version webtoon est le décor. Tous les arrière-plans ont été revus pour donner encore plus de dynamisme et de réalisme. On notera également quelques détails qui ont changés comme la tenue de Chun-Hyang.


      Concernant l’histoire deux thématiques se détachent, la première est la force de l’amitié qui pousse notre héros Mun-Su a continué son travail pour faire perdurer le monde idéal auquel aspirait son défunt ami (empereur de surcroit).  La seconde est la justice, dans son ensemble. D’un côté, il y a les gouverneurs devenus maitres absolus de leur contrée puisqu’il n’y a plus d’empire pour les diriger et qui n’ont d’autres lois que les leurs. Il règne également la loi du plus fort qui laisse libre champ aux brigands et pillards. Et enfin, il y a l’angyo onshi qui possède un médaillon, appelé mahai, d’où il peut tirer des pouvoirs. Celui de Mun-Su lui permet de faire appel à une armée de fantômes, immortels et puissants. L’angyo onshi décide, en se rapportant aux lois de l’empire, ce qui est bien ou non, il a le pouvoir de juger et d’appliquer la sentence sans aucune forme de procès.

      Pika Wavetoon nous propose une très belle édition pour découvrir ou redécouvrir cette très bonne série de Dark Fantasy.
      • 1 réponse
  • Les forums BD ! On y parle Bande Dessinée !

  • Les forums non BD (Cinéma, Séries, Culture, Jeux Vidéo...)

  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 22 invités (Afficher la liste complète)

    • Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne
×
×
  • Créer...