Aller au contenu
  • S’inscrire
  • CONCOURS MANGA JUSQU'AU 05/02 !

     

     1001bd propose donc un concours pour gagner des GOODIES récupérés ici et là, certains étant exclusifs à la Japan expo 2022.

    Le principe est simple, vous avez deux questions par jour : 1 à choix multiple et 1 question ouverte, il y aura un lot pour chaque jour !

    Le concours durera 7 jours, soit 7 lots à gagner !

    Vous pouvez répondre seulement à un jour ou à plusieurs, les réponses seront possibles jusqu’à une semaine après la dernière question. Il est donc possible de gagner plusieurs lots !!

    Et il y aura même un lot BD/comics et pas que des goodies manga !

    Toutes les info ici

  • Salut les lecteurs !

    Bon ça fait bizarre de dire ça, surtout pour un grenoblois comme moi, mais : l'hiver est fini !

    Et avec lui le rythme infernal des sorties de Février et Janvier. J'ai l'impression de me dire chaque année qu'il y a plus de sorties que l'année précédente à cette période. Ça doit être mon côté vieux con 😛

    Reste que ça fait du bien de pouvoir souffler un peu et rattraper... le retard de BDs et faire fondre un peu (c'est de saison) la pile de la honte (même ouvrir un livre pour se changer les idées mais...chuuut c'est un secret). Ça permet aussi d'essayer de nouveaux trucs. Les plus attentifs d'entre vous auront remarqué l'arrivée des notes inclus dans les images diffusées sur Insta. Ça vous plait ? ça ne vous plait pas ? Venez nous le dire ! le printemps est la bonne période pour faire des modifications / améliorations du site donc n'hésitez pas !

    Sur ce, je vous laisse profiter des dernières lectures auprès des flambées, mettre vos affaires de ski propres au placard, farter vos skis, affuter les carres (il faut toujours être prêt au début de la saison !), nettoyer la terrasse, sortir les chaises longues et.... préparer l'arrivée de l'été (surtout si le printemps est aussi court que l'hiver) !

     

  • Salut les lecteurs !

    Bon ça fait bizarre de dire ça, surtout pour un grenoblois comme moi, mais : l'hiver est fini !

    Et avec lui le rythme infernal des sorties de Février et Janvier. J'ai l'impression de me dire chaque année qu'il y a plus de sorties que l'année précédente à cette période. Ça doit être mon côté vieux con 😛

    Reste que ça fait du bien de pouvoir souffler un peu et rattraper... le retard de BDs et faire fondre un peu (c'est de saison) la pile de la honte (même ouvrir un livre pour se changer les idées mais...chuuut c'est un secret). Ça permet aussi d'essayer de nouveaux trucs. Les plus attentifs d'entre vous auront remarqué l'arrivée des notes inclus dans les images diffusées sur Insta. Ça vous plait ? ça ne vous plait pas ? Venez nous le dire ! le printemps est la bonne période pour faire des modifications / améliorations du site donc n'hésitez pas !

    Sur ce, je vous laisse profiter des dernières lectures auprès des flambées, mettre vos affaires de ski propres au placard, farter vos skis, affuter les carres (il faut toujours être prêt au début de la saison !), nettoyer la terrasse, sortir les chaises longues et.... préparer l'arrivée de l'été (surtout si le printemps est aussi court que l'hiver) !

  • Dernières Critiques

    • Le voyageur
      Note :
      Théa Rojzman nous livre un récit intéressant centré sur un personnage tout d'abord aigri par son quotidien, avec les non-dits, son manque de liens sociaux avec d'autres personnes pour ensuite progressivement retrouver un sens à sa vie. Ce goût de la vie lui revient en admirant le portrait de la Joconde lors de son temps de travail en tant qu'agent de musée au Louvre. Le scénario nous réserve quelques bonnes surprises avec les voyages intérieurs à travers la magie de l'art. On assiste à une fantastique transformation de la vie du héros tout en étant transporté dans les œuvres de Vinci.
      Joël Alessandra dessine les planches dans un style réaliste en utilisant des teintes bleutées pour représenter les scènes de la réalité et utilise des couleurs chaudes et lumineuses pour dépeindre les tableaux du Louvre mais aussi les paysages de la Toscane du XVIème siècle à l'époque où Léonard De Vinci a peint La Joconde. Les couleurs sont en aquarelle pour un rendu final de toute beauté.
      Le titre de cette bande dessinée est très évocateur avec ce voyage intérieur du héros dont la vie va être chamboulée en bien pour lui. Le voyageur est une très belle histoire avec beaucoup de tendresse et d'espoir en suivant Mona Lisa. 
       
      • 1 réponse
    • Le temps est assassin
      Note :
      Le temps est assassin est la nouvelle adaptation en bande dessinée du romancier Michel Bussi, après Gravé dans le sable ou On la trouvait plutôt jolie. Michel Bussi est un auteur à succès avec de nombreux thrillers et enquêtes policières. Frédéric Bremaud se charge de l'adaptation en réussissant à gérer le rythme pour convenir à ce média. Le titre de l'album annonce quelques indices sur l'histoire. Le récit se déroule sur deux époques différentes, dans les années 80 avec un jeune couple et leur fille dans leur famille avant un drame et 25 années plus tard, la jeune fille devenue adulte qui revient sur le lieu de l’accident. L'histoire va mettre en parallèle les rêveries de l’adolescente et la réalité alors qu'elle est âgée d'une quarantaine d'année. Les fantômes du passé vont resurgir avec des évènements étranges qui vont se multiplier pour cette mère de famille encore hanté par ce drame. La partie graphique est de qualité pour dépeindre l'action qui se situe sur l'île de beauté pendant l'été. 

      Les éditions Philéas poursuivent les adaptations de romanciers pour permettre aux lecteurs de découvrir ou redécouvrir leurs romans en Bd et s’intéresser à leurs autres livres.
      • 0 réponse
    • Turo - Intégrale - Tomes 1 à 4
      Note :
      J'ai découvert le travail de Mateo Guerrero sur Jakob Kayne et j'avais adoré. Par contre je ne sais pas trop comment mais j'étais passé à côté de Turo lors de sa sortie. Les éditions du Lombard ayant eu la gentillesse de me laisser la possibilité de réparer ce tort, je vous avoue que je me suis jeté sur cette intégrale.

      Et je me suis régalé. Certes le public cible est probablement un poil plus jeunesse que la fantasy que j'apprécie habituellement, mais ce Turo est décidément plein de qualités.

      D'abord l'intégrale qui présente les 4 albums sortis, qui proposent une fin, certes ouverte, mais une fin de cycle tout de même. Une intégrale de 4 tomes c'est pile poil le format agréable à lire et suffisamment durable pour contenter le collectionneur aguerri.

      L'histoire est bien foutue, sur deux époques, avec suffisamment de mystères et de personnages secondaires pour nous intéresser même si elle semble pécher parfois par certaines naïvetés narratives, défauts de jeunesse que l'on pardonne facilement vu le charme de l'ensemble. Cette super aventure d'héroïque Fantasy est en plus servie par le dessin plein de charme de Mateo Guerrero. Certes depuis on peut voir qu'il s'est aguerri, mais le tout relève déjà d'un sacré niveau et nous rend les personnages attachants et le monde comme les créatures qui le peuplent intéressantes.

       

      En bref vous l'aurez compris, j'ai savouré ce petit plaisir coupable d'héroïque fantasy qui si elle ne brille pas par son originalité ou son scénario, a pourtant l'immense mérite de réussir son dosage entre action, aventure, et humour pour nous proposer 4 tomes qu'on referme en regrettant qu'un second cycle n'ai pas vu le jour. Merci Le Lombard, merci Mateo.
      • 2 réponses
    • Kid Noize t3 (fin)
      Note :
      Troisième et dernier tome de Kid Noize et fin légèrement trop rapide à mon gout.

      Après un tome deux excellent, avec une densification de l'histoire assez rare dans les albums jeunesses, on attendait de cette conclusion qu'elle prenne un peu plus son temps dans les moments importants. Ce n'est malheureusement pas assez le cas.

      En effet si l'essentiel y est, le combat final et les motivations de nos personnages principaux au moment crucial, que ce soit Kid Noize ou son ennemi, restent trop vagues. Kid Toussaint utilise uniquement les dessins pour faire comprendre les sentiments des deux personnages lors de l’affrontement final. Cela laisse au lecteur la responsabilité de la compréhension de cette scène critique. Le lectorat cible état un public jeune, je pense que quelques explications textuelles en plus auraient aidé à une compréhension accrue.

      C'est un brin dommage car l'ensemble est quand même assez solide sinon.
      • 0 réponse
    • Participatif jeu : le Transperceneige
      Avis à tous les amateurs de BD et de jeux : Une petite boite d'édition de jeu Marseillaise se lance dans l'aventure de l'adaptation en jeu de plateau de la BD culte de Lob et Rochette !

      Chaque joueur va gérer une partie du train et devra discuter avec les autres pour s'échanger les ressources entre gérant des parties du train.

      Vu d'ici le jeu à l'air super thématique !

      le jeu est déjà financé et les fonds en plus permettent des améliorations du matériel !

      N'hésitez pas à soutenir ce projet 100% français !

      Ca se passe la : https://www.kickstarter.com/projects/nico-rosenoire/transperceneige-le-jeu
      • 2 réponses
    • 33e édition Paris Manga et Sci-fi Show les 1er et 2 avril
      Comme vous le savez, Paris Manga et Sci-fi show se tient 2 fois par an, quand il n'y a pas le Covid...

      La 33 édition se tiendra le week-end des 1er et 2 avril 2023

      Au parc des expositions de Paris Nord Villepinte

       

      Voici les premiers Invités

      Comme d'habitude n'oubliez pas de vous rendre sur le site officiel pour réserver vos places et vos créneaux de dédicace pour certains artistes !

      Site officiel de Paris Manga

       

       

       
      • 0 réponse
    • Le Salon Fantastique et la Japan Party les 8 et 9 avril à Paris
      Le Salon Fantastique et la Japan Party s'associent

      pour partager un grand espace de 10 000 m3

      au parc floral de Paris

      le week-end des 8 et 9 avril 2023

       

      Le Salon Fantastique est un événement culturel dont l’objectif est de rendre justice aux cultures de l’imaginaire et ludiques, trop souvent décrites comme des cultures marginales. Nous accueillons chaque année presque une centaine d’auteurs, des dizaines d’artisans, des artistes, des éditeurs de romans ou de jeux et des créateurs de tous horizons. 


       

      Depuis 2011, Japan Party est le festival des cultures geek et asiatiques organisé par l’association d’intérêt général Imagin’ Con.


       

      Le billet vous donnera accès aux 2 événements

      Chaque festival garde son identité propre tout en s’articulant autour du partage de valeurs communes : encourager les créateurs, auteurs et artisans ; respecter et écouter les partenaires, exposants et intervenants ; et faire de l’originalité le fer de lance de cette nouvelle édition ! Pour cette édition spéciale, plus de 400 exposants attendront les fans : boutiques, jeunes créateurs, illustrateurs, associations, animations

       
      • 0 réponse
    • Mo tome 1
      Note :
      Mo tome 1 débute une nouvelle trilogie d’heroic fantasy avec l’introduction du contexte et des enjeux de pouvoirs mais aussi de légitimité sur la succession d’un royaume. En effet, la reine gouverne en l’absence de son mari disparu depuis trop longtemps alors qu’un fils illégitime vient réclamer son droit au trône accompagné d’une armée conséquente. L’histoire se met en place avec beaucoup de dialogues dans la première partie afin d’installer les problématiques. L‘histoire se centralise autour de la jeune princesse fugueuse et aventurière. Le récit reste pour le moins très classique pour ce registre, proche de la série Game of throne pour les jeux de guerres et alliances entre les royaumes. Les deux dessinateurs Lucio Leoni et Emmanuela Negrin se chargent de la partie graphique dans un style semi-réaliste. 
      Cette trilogie conviendra en premier lieu à un public adolescent avec sa partie graphique plus adaptée pour eux.
      • 0 réponse
    • Suicide squad : Blaze
      Note :
      Étrange ce Suicide Squad blaze. Étrange car complètement hors continuité DC, mais étrange parce que sensiblement dans la même mouvance que les récents Catwoman Lonely City ou encore l’excellent Rogues.

      En effet, on est dans une histoire qui voit des héros (ou anti héros) se retrouver dans une situation catastrophique suite à un échec des plus grands héros. Situation qui va amener un changement dans l'univers des super héros tel que nous le connaissons.

      SI je n’aime pas particulièrement l’équipe de la suicide squad, je dois bien avouer que cette version « nounou » m’a bien plus. Tout d’abord, il faut remercier Aaron Campbell  pour son travail graphique de toute beauté. Que ce soit les parties réalistes que les parties plus mystiques, le dessin est sublime et très prenant.

      Ensuite, il faut aussi souligner que cette histoire n’est pas « vraiment » une histoire de suicide squad, n’en déplaise à la couverture. Enfin pas à cette suicide squad la.

      Une autre plus déprimée et se sachant se diriger vers une mort certaine. Une suicide squad qui n’a, le pense-t-elle, vraiment rien à perdre.

      Encore un bon one shot pour DC qui met la barre très haut niveau one shot en ce début d’année
      • 7 réponses
    • Yézidie !
      Note :
      Matthieu Ducoudray nous parle, dans son nouvel album, d’une communauté religieuse pour ainsi dire inconnus en France : les Yeziris.

      Cette communauté se base sur une croyance en un dieu unique, mais dont la « mythologie » pioche un peu dans toutes les autres religions monothéistes.

      Mais les Yeziri sont surtout la cible principale des fondamentalistes musulmans comme le groupuscule terroriste Daesch. Ducoudray décide de nous présenter, via les illustrations de Mini Ludvin reconnue pour son Grimoire d'Elfie, ce qu’il est advenu de ce peuple lors de l’avènement de Daesch, et ce, via le destin d’une petite fille. 

      C'est histoire est poignante autant que révoltante.

      Une belle découverte et un manque comblé dans mes connaissances.

       
      • 0 réponse
    • Par la force des arbres
      Note :
      Bon qu'on se le dise, je n'ai guère l'âme d'un botaniste, ou d'un contemplatif. C'est bien là, l'une des réussite majeure de ce remarquable roman graphique, qui en plus de nous livrer des réflexions pas dénués d'intérêt sur nos natures humaines, nous livre un portrait de forêt comme je n'en avais que trop peu lu jusqu'ici. Foisonnant de détail, véritable livre ambiance, on suit le projet fou de l'auteur du livre à l'origine de cette BD. Mais quelle riche idée que d'avoir adapté ce livre en BD, je trouve que c'est le support idéal pour nous rendre au mieux cette expérience. 

      Amis lecteurs, amis de la nature, amis de la philosophie et des questionnements intérieurs, ne passez pas à côté de cette petite pépite, merveilleusement agréable à lire et intéressante. Je ne m'y suis pas ennuyé deux secondes. Bravo donc aux auteurs !
      • 5 réponses
    • Une aventure des spectaculaires - Tome 6 - Les spectaculaires font leur cirque chez Jules Vernes
      Note :
      Oh qu'elle commence à être sympathique cette série. Toujours très orientée jeunesse, elle coche cependant la nécessaire case : lecture super sympa aussi pour papa ou maman. Toujours située dans cette époque qu'on peine tant à situer dans notre histoire moderne, avec ses héros, souvent ridicules mais jamais vaincus, on se régale des jeux de mots, humour de situation et personnages ubuesques et autres trognes connues dans les décors. Le scénario se tient bien comme toujours et nous donne du fil à retordre jusqu'à la fin, multipliant quelques savoureuses fausses pistes. Alors je ne vais pas crier au génie, mais c'est quand même bien réussi tout cela, et je ne suis guère surpris d'arriver à ce sixième tome avec toujours autant de fraicheur.

      Le dessin d'Arnaud Poitevin est remarquable depuis le début de cette série, ne cédant pas à la facilité de réaliser une série jeunesse, à l'image de son compère Régis Hautière au scénario qui nous livre des histoires claires mais pas simplistes.
      • 1 réponse
    • Chat perché - Tome 1 - La ficelle d'or
      Note :
      Certains romans graphiques vous captivent, d'autres présentent des univers qui vont moins vous entraîner. Ce chat perché ne m'a malheureusement pas plus emballé que cela malgré un univers riche et créatif. Le dessin n'y est sans doute pas étranger puisqu'il m'a laissé un peu froid, là où j'aime être emporté par l'empathie pour les personnages par le trait du dessinateur. 

      Il ne s'agit pourtant que d'appréciations très personnelles car chacun devra s'en faire son avis, les atours d'un roman graphiques ne faisant que rarement l'unanimité. Rajoutons également que l'histoire risque d'être plutôt riche sur les prochains tomes, et qu'on peut faire confiance à Jo Rioux pour nous livrer après son Soeur d'Ys une nouvelle histoire enrichissante, toujours à destination d'un public jeunesse.
      • 0 réponse
    • Cadres noirs - Tome 2 - Pendant
      Note :
      Et hop voici le second tome de cette trilogie, adaptée d'un roman de Pierre lemaitre, l'un des maitres français du Polar. On plonge ici dans les rouages des grandes entreprises et dans leurs dysfonctionnements en ressources humaines dont l'intrigue va se servir pour nous brosser un polar efficace et crédible. Les personnages sont toujours très cohérents et le dessin de Giuseppe Liotti est bon pour nous restituer cette ambiance de huis clos qui constitue l'un des arcs narratif de l'intrigue. 

      Ce tome 2 fait bien avancer les choses, et l'on sent le dénouement approcher, avec la révélation d'une partie des rouages du "crime". On a hâte de lire la fin de cette histoire dans le prochain tome ! Vite !
      • 0 réponse
    • Long way down
      Note :
      Jason Reynolds est un artiste américain complet , romancier et poète , il a gagné de nombreux prix de littérature adolescente dans son pays . Cette Bd est adaptée de son roman en vers Long way down , traduite par Insa Sané un slammeur. On y suit la vie dans les quartiers , l'ultra violence régnant dans une routine effroyable où chaque coup de feu retentissant n'est plus une surprise mais un mauvais moment à passer , étendu sur le sol , priant pour que les balles volent loin de votre situation . Un jour , le frère de Will est abattu . 3 règles sont la panacée : Ne pas pleurer , ne pas balancer (aux forces de l'ordre) , se venger . Ces 3 commandements , Will les connait que trop bien , et il va tenter de les respecter à la lettre . Dans un désir épris de vengeance ,et en route pour tuer le supposé assassin ,  il va se retrouver dans un ascenseur descendant les étages avec chaque palier correspondant à un chapitre ! Une descente aux enfers jalonnée de fantômes venant lui parler , le raisonner , l'aider  à prendre une décision . Mais est-ce réellement vers les limbes qu'il se dirige ?

      La dessinatrice , Danica Novgorodoff dépeint ce drame en aquarelle avec des couleurs sombres directes . Elle alterne des double-pages , des phases de discussions plus traditionnelles avec bulles et découpage classique , mais aussi des pages oniriques centrées sur les pensées de Will . Le récit n'est pas gai avec des ombrages puissants et fréquents . Elle donne aussi  beaucoup d'intensité aux regards des protagonistes lors de joutes verbales saisissantes .

      Ces 208 pages se lisent rapidement , car on désire connaître la décision finale de Will . Un roman graphique intelligent et bien écrit .
      • 0 réponse

    • Togen Anki t8
      Note :
      Fin du combat entre Mudano et Tsukuyomi. Voilà. Fin de la critique…

      Bon ok je devrais ajouter que cette fin de combat est juste passionnante. Mudano est plus puissant que l’on ne pouvait le penser avant ce combat.

      Après il serait dommage de trop en dire tellement ce combat occupe la quasi-totalité du tome.

      La seule chose intéressante ajoutée est l’évolution de notre héros en fin de tome avec le début de son combat contre son ami Momotaro.

      Deux combats qui vont surement finir notre arc en cours dans le prochain tome avec après, et on peut m’espérer, une pause dans l’action pour remettre un peu d’ordre dans une histoire ou l’overdose d’action commence à  nous perdre.
      • 0 réponse
    • Ash, le bâtisseur de civilisation tomes 2 & 3
      Note :
      Ash s’est retrouvé seul dans la forêt qui est très dangereuse, après plusieurs jours les villageois pensent qu’il n’y a plus d’espoir. C’est là qu’Ash revient, heureusement pour lui, il a rencontré Ban en cours de route, le chasseur du village. Avec lui, il découvre d’autres plantes et crée un remède à base d’aloe vera. Voilà un nouveau moyen de récolter de l’argent pour le village ce qui va leur permettre de développer une ferme apicole. Mais la vie reste quand même très dure et les gens peuvent mourir rapidement, d’un rhume ou d’une fracture parfois. Ash doit à tout prix trouver d’autre remèdes surtout avec l’approche de l’hiver.

      Pour rappel Ash est né avec des souvenirs de sa vie antérieure, une vie qui avait sans doute eu lieu de nombreux siècles avant, dans le même monde. Il n’en a que des images confuses et pas de connaissances précises. S’il sait vers quoi il avance, il n’a pas la science infuse et doit travailler et expérimenter pour avancer. C’est donc le point positif de l’histoire, Ash progresse avec les moyens du bord, pas à pas, avec l’aide des gens qui l’entoure. Mais à ce rythme-là, le manga risque de durer longtemps…. Enfin à condition qu’il ne soit pas abandonné entre temps ! Car s’il se lit facilement et qu’il est plutôt agréable, il lui manque la petite étincelle qui pousserait le lecteur à se ruer dessus lors de sa parution. Il n’en reste pas moins un shonen assez classique bien fait qui a les moyens de décoller.
      • 0 réponse
    • La grossesse de M. Hiyama
      Note :
      Depuis une dizaine d’années ; les hommes peuvent tomber enceints ; pas d’un autre homme comme beaucoup le pense, mais d’une femme. Difficile pour eux de le savoir avant que cela n’arrive vu qu’ils n’ont pas de cycle menstruel. Quand M Hiyama réalise qu’il est enceint, il en est à douze semaines environ, mais il n’est pas marié et ne sait pas qui est la mère. Et comme il est chef d’entreprise, il doit alors prendre une décision cruciale : garder ou non le bébé.

      Au travers de cette histoire un peu fantaisiste, l’autrice aborde tous les préjugés qui existent autour de la grossesse même des préjugés qui pourraient exister si un jour ce cas de figure devenait réel. Cela passe par les remarques désobligées au travail, dans les transports, dans les lieux publics « vous allez être en retard parce que vous avez la nausée […] vous pourriez faire un effort, non ? ». Les remarques sur les parents célibataires sont aussi bien présentes et dans le cas de M Hiyama, la méconnaissance qui le catalogue directement en personne gay.

      D’un autre côté, le fait qu’un homme soit enceint lui permet de mieux réfléchir à la situation, aux difficultés qu’il rencontre, il revient aussi sur sa façon de penser avant d’être dans cette situation. Il est toujours difficile de se mettre à la place des gens quand on n’est pas concerné, on a beau faire de son mieux pour comprendre, ce n’est pas comme si on le vivait, et je ne parle pas que de la grossesse… Alors un livre comme la grossesse de M Hiyama est une aubaine qui pousse le lecteur à voir les choses différemment, il porte un véritable message de tolérance et de compréhension tout en abordant le sujet avec une certaine légèreté et beaucoup de bienveillance. Une réussite !

      Pour information, une série a été réalisée à partir de ce livre sous le même nom, elle est disponible sur Netflix.

      Extrait
      • 1 réponse
    • Kujo l'implacable t1
      Note :
      Nouveau manga sorti en grande pompe chez Kana : Kujo l’implacable. Nouveau manga de l’auteur de L’usurier de l’ombre, manga dont je n’ai pas manqué vous faire part de tout le dégout  que me donnait le personnage principal. J’avais un peu peur que ce Kujo l’implacable soit dans la même veine, surtout au vu de la couverture et du résumé. Mais il n’en est rien. Enfin pas complètement.

      Shôhei Manabe nous livre ici un avocat qui se fait l’avocat de tous les clients mafieux, donc un avocat pourri de prime abord. Mais cet avocat se retrouve vouloir défendre les plus faibles de ce milieu et choisit donc d’être un moindre mal dans une société qui ne différencie pas un Yakuza d’un gamin enrôlé de force dans un gang.

      Si on met du temps à aimer le personnage, on finit par s’identifier à son « second ». Un assistant premier de sa promo qui est le seul à avoir découvert en quoi Kujo était un avocat d’exception.

      Un excellent premier tome qui nous promet d’ors et déjà une belle série.
      • 0 réponse
    • Sexy cosplay doll tome 9
      Note :
      Marine se retrouve face à un problème de poids : elle a grossi ! Enfin légèrement bien sûr mais suffisamment pour ne plus rentrer dans les costumes que Gojô lui a fait. Elle finit par comprendre que c’est parce qu’elle est trop gourmande et surtout qu’elle mange entre les repas ! Puis tous les deux s’essayent à la photographie comme Marine s’est acheté un super appareil photo ! Gojô se découvre alors un nouvel intérêt et commence à communiquer avec un certain Akira qu’il décide de rencontrer à la prochaine convention.

      Nos deux héros continuent leur petit bonhomme de chemin, tranquillement, un peu trop peut-être concernant leur histoire sentimentale ! On aimerait vraiment qu’ils passent enfin la seconde ! Mais ce qui est bien, c’est qu’ils sont comme tout le monde, de simples adolescents passionnés. Le lecteur peut facilement s’identifier et apprendre tout un tas d’astuces sur le cosplay, le maquillage, la photographie… On se rend compte quand même que du côté du cosplay, les français sont moins bien lotis que les japonais et n’ont pas de boutiques dédiées avec tout un tas de matériaux et d’accessoires. Le manga reste toujours agréable à lire, alterne entre cosplay et tranche de vie pour ne pas lasser. Un bon divertissement.
      • 0 réponse
    • High Key x Low Key
      Note :
      Au cours d’une exposition, Mao découvre un jour les photos de Mel et son mannequin fétiche Kei. S’il est d’abord envouté par Kei, il finit peu à peu par apprécier tout autant le photographe. Il parcourt alors les différentes expositions de l’auteur, seul endroit où il peut voir ses œuvres. C’est là qu’il finit par rencontrer Mel qui lui propose de devenir mannequin.

      Avant toute chose, ce yaoi est pour public averti et contient des scènes plus qu’érotiques. Le graphisme très fin avec des personnages élancés et résolument fait pour plaire au lectorat féminin et n’est pas sans rappelé celui de Setona Mizushiro (le jeu du chat et de la souris). Les trois personnages principaux sont tous avides de présence, d’une âme sœur qui comblerait le vide en leur cœur. Ils s’approchent, se jalousent, se cherchent et finissent par trouver un équilibre tant sur le point sentimental que sur le point physique. C’est un manga sensuel et élégant et aussi très osé. Le seul bémol en ce qui me concerne c’est l’apparence un peu trop androgyne de Mao mais sinon, c’est une lecture agréable et une belle leçon d’amour sans préjugé et sans limite.
      • 0 réponse
    • Game of Familia tomes 4 et 5
      Note :
      Le machiavélique Sasae a manipulé les différents enfants du roi de Daba afin qu’ils s’entretuent, pendant ce temps, il compte bien trouver le mécanisme qui bloque la magie. Mais il n’est pas le seul à être malin et il se retrouve à affronter le roi ! Tout finit bien pour la familia qui se retrouve à participer aux affaires politiques de Daba.

      Si les 3 femmes de la familia sont plus là pour le plaisir des yeux que pour l’avancée de l’histoire, Sasae lui est le personnage principal autour duquel tout s’articule. Il est le manipulateur de l’ombre qui s’occupe des sales besognes et qui semble toujours avoir un coup d’avance. Cela rend l’histoire très mature et un poil obscure. Comme il s’agit de survie avant tout et de protéger sa familia, ses décisions sont parfois très dures et son sens moral peut être remis en question. On en apprend plus sur son passé avec son père, qui en passant, était une belle ordure !

      Toujours destiné à un lectorat adulte, ce sombre « héros » apporte une vraie nouveauté dans l’isekai, rend les situations plus denses et intenses. Mais attention, les ennemis de Sasae semblent être tout autant intelligents et les stratagèmes se multiplient. C’est bien aussi parfois d’avoir des méchants puissants et des affrontements complexes ! Un manga tout en action et bien rythmé.
      • 0 réponse
    • Grand blue 13-14
      Note :
      Franchement j’ai eu l’air de quoi moi ? Ça sert à quoi de faire des mangas aussi drôles en plein milieu d’une série ? Ça sert juste à me faire passer pour un grand benêt, rigolant tout seul au beau milieu d’un gymnase !

      Blague à part, je pense que ces deux tomes sont peut-être les meilleurs de la série !!! On se retrouve durant 2 tomes avec uniquement nos quatre personnages principaux. Les quatre qui ont le même âge et qui partagent la même passion.

      Cela permet à notre auteur d’effectuer une vraie avancée dans les relations entre ces 4 personnages.

      Entre Kohei qui découvre que Pot de Peinture est amoureuse de Iori et Chisa qui se rend compte que sous ces airs de guignol, c’est finalement un mec plus que bien, nos aventures amoureuses sont relancer. Et cela alors même que Iori n’a, lui, rien remarquer. Et cela permettant surtout d’user et d’abuser de quiproquos plus drôles les uns que les autres.

      On se bidonne, on s’émeut et on profite de dessins sublimes des fonds marins de Kimitake Yoshioka.

      Bref deux tomes qui débutent et concluent la partie sur les vacances de nos quatre premières années et le fait de bien belle façon.

      On en veut encore !
      • 0 réponse
    • GRAY tome 1
      Note :
      GRAY est LE super héros coréen, sa notoriété est même devenue mondiale et des touristes font le déplacement exprès dans l’espoir de l’apercevoir. Mais un jour, il tue le méga super vilain de la ville Pinoki. Tout super héros qu’il soit, un meurtre reste un meurtre et il se rend à la police. Devant l’inspecteur, il passe aux aveux, il revient sur ses débuts et comment il en est arrivé là.

      Gray s’est vraiment l’histoire à laquelle on ne s’attendait pas. C’est l’histoire d’un homme, Lee Seolwon, fan de super héros et président d’une société de jouets qui veut vendre du rêve aux enfants et aux adultes. Qui devant le manque d’enthousiasme de ses directeurs, monte un projet insensé pour faire vendre des produits dérivés : créer de toute pièce un super héros !  Mais pour que son personnage devienne une star, il faut qu’il devienne indispensable au pays en combattant les méchants. Et c’est encore mieux s’il y a un super vilain. C’est comme ça que le spectacle commence ! Un super plan orchestré de main de maître.

      Gray montre donc l’arrière du décor, la manipulation de l’opinion publique en fonction de la psychologie humaine. Tout est extrêmement bien pensé, tout est calculé pour que l’on voit que ce que le héros veut que l’on voit. Alors pourquoi en est-il arrivé au meurtre ? C’est toute la question et c’est toute l’histoire du livre. Avec un peu de Batman pour les accessoires, un peu de Kick Ass pour la mise en scène, Gray nous dévoile de sombres côtés : l’appât du gain, la crédulité des hommes, la facilité de se laisser mouvoir par les évènements sans chercher à comprendre… En tout cas c’est une approche intéressante des super-héros.

      Série finie en 3 tomes
      • 1 réponse
    • Goodbye Harlequin
      Note :
      Au lycée Akino Kubo, un élève brillant qui s’ennuie dans la vie car son avenir est tout tracé, rencontre un jour Eichi Shimizu, redoublant à cause de ses absences liées à son métier de mannequin. Il est tout de suite attiré par ce garçon à la beauté froide et peu communicatif. Après une relation courte et osée, Shimizu quitte le lycée. Des années plus tard, Kubo, devenu styliste retrouve Shimizu et décide de faire de lui l’égérie de sa marque.

      Les deux personnages principaux ont tous les deux des situations familiales compliquées. Si dans le cas de Kubo, ce n’est pas dramatique et crée de la concurrence dans la fratrie, c’est beaucoup plus sérieux pour Shimizu. Le jeune homme a été marqué par des drames et des séparations douloureuses, il ne veut plus s’attacher à personne de peur de souffrir. Il est devenu mannequin dans l’espoir que sa véritable famille le voit.

      Hélas, si les bases de leurs caractères sont intéressantes, le manga peine à les exploiter. C’est pareil concernant leur relation qui découle d’un arrangement professionnel ou encore des personnages secondaires qui disparaissent aussi vite qu’ils sont arrivés. Le graphisme est très beau et très sensuel (à réserver à un public averti), les personnages sont élégants, et l’univers de la mode renforce le côté artistique du titre mais le scénario aurait pu être plus profond. On reste en survol la majorité du temps.

      En conclusion, Goodbye Harlequin est un manga plus agréable à regarder qu’à lire.
      • 0 réponse
  • Les forums BD ! On y parle Bande Dessinée !

  • Les forums non BD (Cinéma, Séries, Culture, Jeux Vidéo...)

  • Qui est en ligne   0 membre, 1 anonyme, 122 invités (Afficher la liste complète)

    • Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne
×
×
  • Créer...