Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Et bien voila je rechute. Je m'étais juré de ne PAS faire une habitude de ces éditos en retard mais il semblerait que la méthode Coué ne soit pas suffisante. 

    Il faut dire aussi que le mois d'octobre ressemble drastiquement au mois de septembre avec un nombre de sorties BDs dépassant l'entendement. 176 Bds sont sorties en 15 mois et c'est sans compter les comics... ni les mangas dont je n'ose même faire le compte. De quoi nous tenir bien occupé chez 1001bd comme vous avez pu le remarquer.

    Mais soyons honnête : c'est une manière d'être débordé tout ce qu'il y a de plus agréable ! Car si il y a toujours des sorties moyennes, il y a aussi de belles petites comme le 3 Jokers d'Urban, la suite de Sweet Tooth ou encore le phénomène Kaiju 8 en manga ou encore la suite du chateau des étoiles ou les étonnantes gardiennes d'Aether, sans parler de

    [Lire la suite]

  • Et bien voila je rechute. Je m'étais juré de ne PAS faire une habitude de ces éditos en retard mais il semblerait que la méthode Coué ne soit pas suffisante. 

    Il faut dire aussi que le mois d'octobre ressemble drastiquement au mois de septembre avec un nombre de sorties BDs dépassant l'entendement. 176 Bds sont sorties en 15 mois et c'est sans compter les comics... ni les mangas dont je n'ose même faire le compte. De quoi nous tenir bien occupé chez 1001bd comme vous avez pu le remarquer.

    Mais soyons honnête : c'est une manière d'être débordé tout ce qu'il y a de plus agréable ! Car si il y a toujours des sorties moyennes, il y a aussi de belles petites comme le 3 Jokers d'Urban, la suite de Sweet Tooth ou encore le phénomène Kaiju 8 en manga ou encore la suite du chateau des étoiles ou les étonnantes gardiennes d'Aether, sans parler de toutes celles pas encore lues !

    Bref un début de rentrée qui se prolonge, avec un rythme qui continue d'être élevé mais quand meme plein de bonnes choses au programme qui nous font oublier les premier frimas de l'automne. 

    Allez, avec les sorties moins importantes de fin octobre/début Novembre, promis j'essaye... d’être moins en retard

  • Dernières Critiques

    • Kosmos
      Note :
      Lors de la propagande soviétique, le terme Kosmos regroupait toutes les missions dont les informations et les détails ne pouvaient pas être divulgués au public. Avec cette information, le titre de ce roman graphique donne un aperçu de ce qui vous attend. Patrice Perna a monté son histoire comme un documentaire ou fake news avec beaucoup de détails et d'indication temporel pour donner du crédit au récit. Et si les russes étaient arrivés en premier sur la Lune et qu'une femme cosmonaute avait devancé les américains de quelques heures. Durant la guerre froide et la conquête spatiale, les tensions entre les Etats-Unis et URSS étaient fortes, ce scénario aurait pu voir le jour. 
      La partie graphique de Fabien Bedouel est magnifique avec des planches en noir et blanc de toute beauté. L'introduction d'une vingtaine de pages muettes est une ouverture formidable sur le récit. On est plongé dans l'espace en arrivant progressivement sur le module qui se sépare pour préparer son alunissage. Le choix du noir et blanc est une très bonne idée pour faire ressortir l'espace et les scènes gagnent en intensité lors des opérations des cosmonautes.
      La fake news est très tendance aujourd’hui, au point qu’il devient compliqué de trouver la vérité et de remettre tout en cause. Les deux auteurs nous emmènent dans un vrai/faux documentaire percutant. 
      • 2 réponses
    • Mes cop's t13 : Seum sur terre
      Note :
      Le retour de la BD détente à succès chez les jeunes filles : mes cop's. Même ma liseuse de manga fait toujours une pose pour rigoler au dépens de ses cop's. Et pour changer un Cazenove nous propose dans ce tome 13 deux thèmes bien distincts : la superstition et le copain timide.

      Et les deux donnent des scènes assez rigolotes. La copine superstitieuse se prend dans la tête tous les poncifs du genre remis au gout du jour et le positionnement temporel dans la période d'Halloween avec les filles qui regarde des films d'horreur rend les blagues bien à propos. Suffisamment pour que je m'étonne qu’ils n’aient pas choisit de jouer cette carte en couverture, avec la 31 qui approche. 

      Non en couverture on parle du deuxième thème: le copain de Jess et ce thème la est un poil moins réussit. SI les blagues sur les garçons, encore mal dégrossit à cette âge-là, sont plutôt sympas, on se demande assez rapidement pourquoi Jess sors avec lui en fait. En effet on ne discerne pas vraiment d'amour entre les différentes blagues et c'est dommage. Ca fait de ce pauvre garçon uniquement un souffre-douleur au final.

      Donc un tome en demi-teinte mais qui a quand même bien fait rire les moins de 15 de la maison (et ils sont nombreux :p)
      • 0 réponse
    • L'adoption Cycle 2 T1 : Wajdi
      Note :
      Je reproche souvent aux auteurs/éditeurs de ne pas savoir s'arrêter et de vouloir absolument continuer une série qui a marché.  C'est un peu la peur que j'ai eu en voyant sortir un tome 3 de l'adoption. Les deux premiers tomes étaient vraiment très bons mais se suffisaient à eux même. Alors pourquoi continuer l'histoire ?

      Et bien pour ne pas tomber dans le piège, Zidrou et Monin nous livre une histoire complètement différente. Ce n'est en aucun cas une suite et ce tome peut être lu indépendamment. Doit être lu indépendamment plutôt vu que rien ne le rattache au premier cycle. 

      Rien sauf la qualité de l'album et de la description des sentiments humains de Zidrou. Sentiments radicalement différents du premier cycle. Ici on a affaire à des gens de bonnes volontés mais qui n'ont pas réussi à bien imaginer l'impact qu'a pu avoir la guerre en Syrie et le voyage vers la France pour un enfant de 10 ans. Si cet enfant n'a pas de cicatrice extérieurs, ces cicatrices intérieurs sont, elles, bien réels et provoque des réactions qui dépassent notre gentille famille bourgeoise.

      Ce premier tome s'avère un tome assez dur avec un vrai parallèle entre l'adaptation de l'enfant et la patience déclinant de parents adoptant. 

      Encore une bien belle réussite dont on attend la suite avec impatience.
      • 0 réponse
    • Aimer pour deux
      Note :
      Stephen Desberg nous livre une partie de la vie de sa mère dans son nouvel album et nous montre par la même occasion que la vie offre déjà énormément d'histoire émouvante. Car comment ne pas être émue par le destin de cette fin qui doit choisir entre le cœur et la raison, tout en sachant qu'aucun choix n'est parfait et que chacun des deux entrainera un sentiment de perte ?

      Stephen Desberg raconte l'histoire de sa mère avec beaucoup de justesse et réussit pleinement à nous faire comprendre le tiraillement d'une jeune fille qui se retrouve "piégée" par le destin alors même qu'elle est toute jeune et qu'elle ne pense qu'à vivre. Là où cette BD est particulièrement réussie, c'est que le contexte de la seconde guerre mondiale n'est pas trop prenant. Il décore vraiment les interrogations d'une femme qui voit son destin lié à la seconde guerre mondiale comme il aurait pu l'être au XXIieme siècle.

      Porté par un dessin classique et efficace de Emilio Van Der Zuiden, ce one shot est une vrai bonne histoire humaine qui m'a fait penser à la chanson de Tonton David: chacun sa route, chacun son chemin....
      • 1 réponse
    • L'astro illustré
      Note :
      Voila une sortie qui sent bon les fêtes de Noel.

      Un beau pavé illustrant avec humour les caractéristiques des douze signes du zodiaques. Tout est passé au crible et surtout fait de façon à ce que la lecture soit très marrante. Chaque description est accompagné d'un dessin humoristique toujours bien trouvé.

      Il est à noter qu'en plus des horoscopes standards , ce recueil nous propose le très rigolo exercice de décrire nos couples 🙂 Et ca, en lecture à deux comme nous l'avons fait avec madame, ca.... amène a discussion 😄

      Bref un beau cadeau de noël ou autre pour tout couple orienté astrologie.
      • 0 réponse
    • Elecboy t2 : révélations
      Note :
      Voilà le deuxième tome tant attendu d'Elecboy. Attendu car le premier avait été une des belles surprises de l'année dernière avec un dessin superbe et surtout une histoire envoutante mais très mystérieuse.

      La fin du tome un nous laissait dans l'expectative avec une ouverture pleine de promesse. Et bien autant vous dire que ce tome 2 tient toutes ses promesses. En effet Jaouen Salaun réussit à continuer à nous expliquer les "spécificités" de Joshua sans pour autant trahir le côté "post apocalyptique", clan et vie en communauté qui rendait si bien dans le premier tome.

      Les différents personnages prennent en épaisseur au fur et à mesure que l'on découvre leur passé et notre histoire se révèle petit à petit.

      Bref une histoire toujours aussi bien gérée et qui prend le temps qu'il faut pour faire les choses bien. Partie comme ça on est bien partie pour au moins 4 tomes (je parierais sur 6) mais on ne va pas s'en plaindre, loin de là.
      • 4 réponses
    • L'étrange voyage de R. L. Stevenson
      Note :
      Tout le monde connait l'étrange cas du Docteur Jekyll et de mister Hyde. Plus encore l'Ile au trésor. Mais qui connait vraiment Robert Lewis Stevenson de son vrai nom ? En tout cas pas moi et c'est à cette méconnaissance que s'attaque Fabien Grolleau dans cet album.

      Car si les deux oeuvres sus-citées sont épiques, c'est avant tout parce que la vie de Stevenson l'est tout autant. Mort prématurément à l'age de 44 ans, R.L Stevenson à eu le mérite de vivre sa vie comme il l'entendait, n'en deplaise aux bonnes moeurs et à ses parents.

      Et cette vie est rocambolesque ! Fabien Grolleau choisit de bien mettre en avant l'importance de Fanny, sa femme, et de l'aventure incroyable que fut leur vie. Autant que ses livres la vie de Stevenson est une vie incroyable comme on n'en fait plus. Une vie raconté avec humour et délicatesse par  Fabien Grolleau.

      Pour tous les amateurs des oeuvres ne connaissant pas la vie de l'auteur.
      • 0 réponse
    • Vesper t1
      Note :
      Chaque album de Jeremy génère une nouvelle attente. Une vraie attente graphique qui est souvent comblée comme c'est encore le cas ici. Le dessinateur de Barracuda nous livre encore une fois des planches sublimes !

      Que se soit les dragons ou les scènes de poursuites, tout est sublime. 

      Mais l'attente vient aussi sur le scénario car on est  trop habitué aux albums très beaux mais certaines fois très creux. Et si Vesper évite l'écueil, on ne pourra que regretter qu'il n'ai choisit de se faire épauler par un scénariste. Car les idées sont bonnes, mais pour faire place à la maestria graphique, elle sont diluées. On se retrouve avec des planches superbes mais une histoire que l'on retrouve d'habitude.... sur moitié moins de pages.

      Et c'est dommage car j'ai un peu peur que les 3 tomes prévus pour l'histoire ne se résume à pas beaucoup d'histoire au final.

      Esperons que les deux prochains tomes se densifient pour éviter que ce Vesper ne soit "qu"une" histoire de vengeance. 
      • 1 réponse
    • La baroque épopée du monde qui ne voulait plus tourner tome 1 - Le rugissement des étoiles
      Note :
      Ahhhhhh monsieur Arleston c'est quand vous êtes comme cela que vous faites plaisir à vos lecteurs. Qu'est ce que cette BD a été appreciée ici. Que se soit moi ou ma collégienne de fille, tout le monde a adoré et la BD est meme partie pour tourner dans le collège.

      Non pas que l'histoire de cette BD soient super novatrice comme Dernier Souffle ou encore sublimement illustré comme Servitude. Non cette BD est...innovante et très bien construite. C'est ce qui fait ca force : la construction de cette BD comme une pièce de théâtre. Une vraie pièce de théâtre avec son narrateur, ses voies satiriques, ses actes (avec leur titres) et une histoires rythmées par des scènes differentes par acte.

      Bref une pièce de théaytre magnifiquement mise en page. Une historie fanastique rigolote a souhait et pleine de rebondissements pour une BD rafraichissante tant graphiquement que scenaristiquement.

      L'histoire est prévue en 3 tomes, de quoi laisser à Monsieur Alreston les coudées franche pour aller au bout de son envie de théâtre.

      On en redemande et je recommande vraiment cette BD à tout professeur de francais souhaitant faire aisement comprendre une partie de code du théatre à ses élèves.
      • 0 réponse
    • Luky luke vu par Ralf Konig : Choco-Boys
      Note :
      Alors une fois n'est pas coutume, avant d lire cet album de Lucky Luke il FAUT lire le bandeau de pub qu'il y a par-dessus. En effet il y est écrit pour tout lecteur de 17 à 77 ans. Mon fils n'a pas lu ca et s'est jeté sur un nouveau lucky luke et.... il me l'a rendu en me disant : il est nul celui-là !

      Forcement qui n'a pas vu le film Le Secret de Brokeback Mountain et qui ne s'est jamais intéressé au rapport de Lucky Luke avec les femmes ne pourra pas comprendre l'humour et l'intérêt de la BD de Ralf Konig. Car Ralf Konig nous livre un Lucky Luke très ambivalent plongé dans Brokeback Mountain transposé au far west.

      Le propos de Konig, en plus de livrer une BD globalement marrante, est de souligner que contrairement au puritanisme américain actuel, l'époque du grand ouest était une terre de tous les possibles pour tous les couples de tous types.

      SI la première lecture est très sympa (merci Calamity Jane), j'avoue par conter ne pas forcement avoir envoie de le relire, surement du au trait trop caricaturaux (de mon point de vue) de Konig.
      • 0 réponse

    • Unsung cinderella t3-4
      Note :
      Apres deux tomes d'introduction sur le métier de pharmacien en hôpital, Mamare Arai part maintenant sur des thèmes dominants et des histoires plus longues. Pour commencer elle nous parle de la gestion de la fin de vie pour le tome 3 et aussi de la dépendance médicamenteuse  mais aussi de la pression financière derrière les hôpitaux.

       Plus ça va plus la série ressemble aux série télévisuelle sur la médecine. En effet on retrouve non plus uniquement le point de vue de notre pharmacienne mais aussi toute une histoire autour de personnages secondaires bien travaillés. La série quitte donc l'unique aspect médical pour s'élargir et nous montrer un aspect sociologique tout sauf inintéressant.

      Si on a toujours l'impression d'avoir déjà vu ce sujet dans l'une ou l'autre des séries TV à la mode, l'arrivée de second rôle approfondis ajoute un coté plus humain et donc plus prenant à ce manga.

      Espérons que cela continue dans le même sens !
      • 0 réponse
    • Something is killing the children t3 (fin)
      Note :
      Je me demandais bien comment James Tyrion IV allait réussir à finir son histoire autrement que dans un bain de sang..... Eh bien, sans trop vous en dire, il  réussit vraiment bien sa sortie.

      On aurait aimé en savoir plus sur la Loge du Massacre, son histoire et ses liens avec le monde, mais le parti prit de se concentrer sur Erica et le petit village d'Archer Peak est plutôt une bonne idée. Il prolonge le coté huit clos horrifique plutôt que de chercher à étendre l'histoire vers un univers fantastique trop grand pour notre seul personnage d'Erica.

      Cela lui permet aussi de continuer à nous livrer des scènes époustouflantes sublimement mis en image par Werther Dell Edera. Des scènes à nous faire froid dans le dos.

      Ce tome conclut une excellente trilogie horrifique aussi imaginative que tendue. James Tyrion IV s'ancre un peu plus dans les scénaristes à succès de notre époque.
      • 3 réponses
    • Sôten no Ken tome 1
      Note :
      « Tu ne le sais pas encore, mais tu es déjà mort » cette phrase vous parle ? C’est lié à la technique secrète du Hokuto shinken le poing divin de la grande ourse, plus connue sous le nom du « poing de la mort ». 60 ans avant les aventures de Hokuto no Ken découvrez celles de son oncle, Kenshirô Kasumi, devenu légendaire dans le Shanghai des années 30 sous le nom de Yanwang « le roi des enfers ».

      A l’époque Shanghai est divisée en 3 zones : la ville chinoise, la concession internationale dirigée par des américains et des britanniques et la concession française, cette dernière est devenue une zone de non droit où la pègre règne en maître. Les nouveaux dirigeants « l’Union du Pavot sanglant » sont sans pitié et font la chasse aux anciens membres du Syndicat de Jade, les amis de Kenshirô. Ce dernier, professeur au Japon, va retourner en Chine, pour aider les derniers survivants du clan et punir les méchants.

      Je n’ai que quelques vagues souvenirs de Hokuto no Ken, l’impression qu’il n’y avait que des combats hyper violents (et la version française était en partie censurée !). Sôten no Ken reste dans la même veine, des combats violents avec des personnages assez sombres. L’histoire bénéficie cependant d’un contexte historique intéressant et assez méconnu en France, bien que cela se passe en grande partie dans la concession française de Shanghai, c’est toute une partie que j’ignorais. La famille de Ken est ce qu’elle est, un clan légendaire maitrisant un art martial tout aussi légendaire mais l’inclusion dans cette époque rend le personnage assez crédible et le mélange fonctionne bien. Pour rappel, Ken le survivant a été écrit dans les années 80 et se déroulait dans un futur proche post guerre nucléaire.

      Sôten no Ken est un manga d’action, sombre et violent, son graphisme est travaillé et il y a de très beaux décors très détaillés. L’histoire est à la hauteur de ce qu’on en attend et il y aura sans doute un plaisir supplémentaire pour les nostalgiques.

      La série avait déjà eu une première édition entre 2004 et 2012 et comprend 22 tomes.
      • 3 réponses
    • Skulldigger & skeleton boy
      Note :
      Jeff Lemire continue, avec ce Skulldigger & skeleton boy, à rendre hommage aux super héros via son univers bien particulier de Black Hammer.

      Et cette fois ci il choisit de rendre hommage aux Vigilantes des différents univers avec en tête de prou : Batman et le Punisher. Il s'amuse à croiser ici la naissance de Batman avec le coté trash et sans pitié du Punisher en faisant un clin d'œil à notre policière favorite : Montoya.

      Lemire nous livre une histoire sombre comme le nécessite les Vigilantes : Skulldigger est autant un assassin qu'un héros et l'ennemi ultime des deux "héros" est aussi sadique que le joker mais a aussi pour lui d'être immortel.

      Cette album est violent, dur et sans concession pour les méchants ou pour Skulldigger.

      Un coté noir de Spiral City qui rend un bien bel hommage aux cotés sombres des supers héros. A savoir quand même que l'intégration dans l'univers de Black Hammer est vraiment maigre. Encore moins que les autres spins off de la série.
      • 0 réponse
    • The breaker Ultime édition t4
      Note :
      Décidément cette série méritait vraiment d'être rééditée.

      Plus on avance et plus on se dit que cette série est excellente. Graphiquement c'est déjà sublime de chez sublime. Un niveau ou peu de manga arrive. Niveau histoire on aussi dans e haut du panier de la série de combat. Ce tome ci particulièrement.

      Il nous apprend ce qu'il nous manquait du passé de Gumunryong et nous fait mieux comprendre sa haine envers le Nurim. On comprend aussi un peu mieux pourquoi le Nurim veut le faire disparaitre et que beaucoup ne connaissent pas vraiment ce que fait le Nurim.

      Entre un passé explosif du maitre et un jeune qui évolue à la vitesse d'un TGV, on a un tome quatre qui déménage et nous passionne du début à la fin. 

      On en veut encore !!!
      • 0 réponse
    • A Tail's Tale tome 1
      Note :
      L’histoire commence par une scène d’accouchement, puis les personnages vont faire un retour en arrière de 10 ans pour revenir sur leur histoire d’amour. Nachi est une collégienne qui complexe énormément au sujet de sa peau, elle a beau rester au soleil elle ne bronze jamais, en plus elle ne s’intéresse pas aux histoires d’amour, elle se sent différentes des autres et se posent beaucoup de questions. Heureusement sa grande sœur (qui est en âge de travailler) est à l’écoute. Sa route va croiser celle d’Utsumi, un garçon de son collège, elle va découvrir que lui aussi est différent car il est né avec une petite queue. Les deux adolescents vont éprouver pour la première fois des sentiments envers un autre mais confrontés aux regards des autres, leur histoire va être semée d’embuches.

      Mizu SAHARA est une autrice au trait reconnaissable, un dessin plein de douceur, découverte en France avec My girl et Le chant des souliers rouges, elle sait dépeindre les sentiments de ses personnages avec justesse sans tomber dans la facilité ni les clichés. Son œuvre est toujours empreinte d’une certaine mélancolie qui fait que parfois, on a l’impression de ne pas avancer dans l’histoire mais qui lui donne toute son originalité. A tail’s tale (littéralement un conte de queue) est une histoire qui s’articule autour de la différence, du regard des autres et de la tolérance. Si Nachi n’est pas toujours la cible des remarques, elle en est témoin, et si parfois, elle est surprise et ne sait comment réagir, elle prend le temps de comprendre avant de juger.

      A travers cette histoire (série finie en 4 tomes), c’est un appel à la tolérance et à la compréhension que l’on ressent, que ce soit entre lycéens mais aussi dans la vie de tous les jours ; avec les comportements des voisins de la famille d’Utsumi, on voit la critique envers la société nippone, très stricte parfois qui accepte difficilement les différences.
      • 0 réponse
    • Mission - Yozakura family tome 4
      Note :
      Etrange cette série. Etrange car mon sentiment profond est que j'ai passé un bon moment de lecture mais une semaine plus tard.... je ne saurais trop dire ce qu'il se passe précisément. Etonnant vraiment. 

      Mais assez représentatif de cette série qui, à défaut de chercher un vrai fil rouge, nous propose des suites de scènes rigolotes et dynamiques. Des scènes qui tournent encore autour des membres de la familles et sur le metier d'espion avec le passage de brevet d'espion par Tayio.

      Un tome 4 qui se lit donc avec un réel plaisir mais sans etre marquant. Un manga un poil trop jetable, malgré le plaisir de lecture qu'il procure....
      • 0 réponse
    • Grand Blue t4
      Note :
      Mon pourvoyeur de rayon de soleil et de sourir est de retour ! Il s'appelle... Grand Blue bien sur !

      Retrouver notre bande de joyeux drilles est toujours un plaisir. Mais quand en plus ce plaisir de pâme de plongée importante, de poisson et de voyage... ca ne peux que nous faire reposer notre cerveaux en cette période ou tout va trop vite.

      Et qu'est ce que ca fait du bien. Des blagues de potaches, des garcons aussi bêtes qu'attachant et des scènes de plongées aussi bien dessinées que les scènes de déconne sont exagérées.

      Bref un manga "no brain" qui tient quand même son fil rouge avec des personnages qui prennent de l'épaisseur et une histoire qui devient entre plus interessante à suivre et ce peut importe la déconne. Un manga que la semaine de dingue que vient de passer rend super important !!! De la decompression en bar (double jeu de mot, je suis fatigué)

      Encore !
      • 1 réponse
    • Infidel
      Note :
      Je ne suis pas un grand fan de film d'horreur. Il faut bien le reconnaitre.

      J'ai ouvert cet "Infidel" suite au pitch sur la mise en avant de la xénophobie pour voir comme cela était traité. Et, si je ne peux qu'être d'accord sur la réussite du genre horrifique avec des monstres tout simplement immonde et des situations faisant vraiment peur, je trouve que le coté "entités qui ne se nourrissent pas de la peur, mais de la xénophobie."  est vraiment dur à trouver.

      Je ne suis peut etre pas assez receptif et il est vrai que le racisme latent est bien présent dans cette histoire d'immeuble hanté,  cette description du racisme ordinaire étant super bien faite d'ailleurs, mais je ne peut m'empêcher de me dire que je n'ai pas vu du tout le rapport entre la Xenophobie et les monstres.

      Donc si cet album d'horreur est loin d'etre raté, je trouve quand que l'histoire autour de la xenophobie est plus un argument marketing qu'autre chose. 

      Et c'est un poil dommage.
      • 0 réponse
    • Les sorcières de la fin du monde tome 1
      Note :
      Après l’historique chasse aux sorcières les survivantes se sont mises au service des puissants de ce monde, elles œuvrent dans l’ombre. Leur importance pour les gouvernements est devenu telle qu’une école pour les former et développer leurs pouvoirs a été créée. Mari, une jeune japonaise s’est retrouvée là sans trop savoir pourquoi, au premier abord, n’étant douée en rien, une autre élève Alice va devenir sa tutrice. Cette dernière va vite se rendre compte que le pouvoir de Mari est important et peut provoquer un bouleversement dans l’univers des sorcières.

      Le début du manga a tout de l’univers shojo, que ce soit par son graphisme assez rond parsemé de temps en temps d’étoiles, par l’ambiance assez douce et posée, par l’éveil des sentiments. Et puis, il y a le côté fantastique venant de leur nature de sorcière qui amène un peu d’aventures. Si la lecture est agréable, elle passe très vite (140 pages seulement), on aurait aimé un peu plus de teneur, ce qui arrivera sans doute avec l’événement de fin de volume.

      Série finie en 3 tomes.

      Extrait : Les Sorcières de la fin du monde T.1 - AKATA (akazoom.fr)
      • 0 réponse
  • Les forums BD ! On y parle Bande Dessinée !

  • Les forums non BD (Cinéma, Séries, Culture, Jeux Vidéo...)

  • Qui est en ligne   0 membre, 2 anonymes, 56 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

×
×
  • Créer...