Aller au contenu
  • S’inscrire

Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement

  1. Aujourd’hui
  2. Kevin Nivek

    A venir chez Hi Comics !

    Faudrait que @The_PoPfasse remonter l’info , il a le mail de cette édition non ? Sinon j’ai eu du mal à le lâcher hier soir , c’est un régal à lire !! Très content de mon achat .
  3. Tu trouves qu’il n’explique pas grand chose ? Je craignais un peu ça aussi car ma femme et mes enfants n’ont pas lu le bouquin et ils ont assez bien compris les enjeux et le reste . J’ai trouvé qu’il avait simplifié des trucs moi c’est marrant comme nos avis divergent . Tu dis que c’est sombre ? En imax je t’assure que c’était lumineux pour nous , image superbe , esthétique magnifique . Et oui il a pris des libertés scénaristes j’ai eu l’impression aussi .
  4. Hier
  5. J'ai aussi la mémoire musicale du Lynch en fait ^^ Ca donnait bien.
  6. Yo, Alors d'accord pour l'absence de BO marquante, à mon grand regret (mais j'ai un peu l'impression que c'est pareil pour Blade Runner 2049 ou Contact également). Sinon c'est très rapide, et il ne faut pas louper un bout de réplique car c'est très dur pour quelqu'un qui ne connait pas l'histoire à raccrocher les wagons. Après je trouve à titre perso que l'image sur grand écran est moins lumineuse que sur ma tv, et maintenant ca me gene au ciné. C'est très sombre.... Sinon adaptation très fidèle je trouve, sauf quelques points (Liet, le passage par le réservoir...).... Gros point noir quand même, il explique pas grand chose. J'ai l'impression que ca reste un film pour les fans du coup.
  7. Alors moi j'ai adoré. il faut que je le revoit parce que j'ai trop eu l'aspect : ah cool il parle de ca. A tiens ca il appuie moins que dans le Lynch... ah.... trop calculateur. L'énorme bon point pour moi c'est que j'ai eu l'impresssion de passer 4h sur dune alors que le film n'en fait que 2h30 De plus toutes les gonzesses qui sont allés le voir avec mois (5 filles de 13 ans)à ont toutes adoré. Le seul bemol pour moi c'est l'absence de theme musicale. Non pas que la bande son ne soit pas bien. Juste qu'il n'y a pas de theme qui ressorte. En sortant j'ai fredonné le theme du lynch tout le retour....
  8. poseidon2

    A venir chez Hi Comics !

    Rhaaa c'est moche ca ce genre de fautes....
  9. Kevin Nivek

    A venir chez Hi Comics !

    Après cet excellent triptyque Katanga , j’attaque le gros Locke and key, et ça commence par une faute de frappe ou plutôt un oubli ! « Ce n’est pas tout prêt j’imagine » plutôt
  10. Je suis en train de le finir , en NB en plus , les dessins sont superbes et alors ce scénar !!! Un régal , comment ai-je pu passer à côté tout ce temps ? Hâte de lire le 3
  11. poseidon2

    Derniers Achats

    ca a peut etre changé depuis l'époque mais bon quand même...
  12. TheOtaku

    Moriarty t11

    Désolé je voulais noté ce tome 4 étoiles mais ça la noté 1. Désolé ! Mais en tout cas c'est un très bon tome !
  13. Nickad

    La déchéance d'un homme tome 2

    Yozo Oba continue tant bien que mal sa misérable existence, passant d’une femme à l’autre, se laissant entretenir, buvant plus que de raison, trahi par son « ami », il s’enfonce un peu plus chaque jour, se rapprochant dangereusement de la folie. Le texte de Dazai est d’une grande force, on ressent le cheminement qui mène Yozo vers l’enfer mais ce qui est encore plus surprenant c’est de voir combien Junji Itô lui apporte de la consistance. Il ne se contente pas d’illustrer le récit mais donne vie aux troubles psychiques, aux égarements de l’âme. De toute part, on est assailli des pensées du personnage, à la fois attiré par sa singularité et écœuré par son comportement ; même si lui se cherche ou cherche une place dans ce monde, il n’y a rien de bien à en tirer. On attend impatiemment ce qui le mènera à sa fin, la maladie ou la folie ? Fin au prochain volume.
  14. Titre de l'album : La déchéance d'un homme tome 2 Scenariste de l'album : DAZAI Osamu Dessinateur de l'album : ITÔ Junji Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Yôzô Ôba souffre énormément du regard que les autres portent sur lui et ne comprend pas le bonheur de son entourage. La solution qu'il finit par trouver pour s'en guérir : se transformer en bouffon. C'est ainsi que s'écoulent ses jours, à se vouer à ce rôle de clown empli de souffrance. « Extérieurement, le sourire ne me quittait pas intérieurement, en revanche, c'était le désespoir. » Critique : Yozo Oba continue tant bien que mal sa misérable existence, passant d’une femme à l’autre, se laissant entretenir, buvant plus que de raison, trahi par son « ami », il s’enfonce un peu plus chaque jour, se rapprochant dangereusement de la folie. Le texte de Dazai est d’une grande force, on ressent le cheminement qui mène Yozo vers l’enfer mais ce qui est encore plus surprenant c’est de voir combien Junji Itô lui apporte de la consistance. Il ne se contente pas d’illustrer le récit mais donne vie aux troubles psychiques, aux égarements de l’âme. De toute part, on est assailli des pensées du personnage, à la fois attiré par sa singularité et écœuré par son comportement ; même si lui se cherche ou cherche une place dans ce monde, il n’y a rien de bien à en tirer. On attend impatiemment ce qui le mènera à sa fin, la maladie ou la folie ? Fin au prochain volume. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-decheance-d-un-homme-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Kevin Nivek

    Derniers Achats

    Ah d’accord , je les éviterai alors s’ils sont pas corrects
  16. Nickad

    Chiruran tome 3

    Début des duels pour les anciens membres du Rôshi Gumi, ils affrontent en 1 contre 1 les maîtres des cinq styles d’Aizu ; ce n’est qu’à la condition de gagner les 5 duels qu’ils pourront rejoindre le clan Aizu. Sans surprise sur l’issue des duels, le récit prend le temps d’analyser chaque technique, chaque position et chaque mouvement de l’affrontement. En prime, on a des retours dans le passé des protagonistes rappelant leur formation et ce qui les a poussés à développer leur maniement des armes. Un tome axé principalement sur les combats, ce n’est qu’à la toute fin du livre que l’on plonge un peu dans le côté historique. Je suis assez partagée : d’un côté les combats sont super bien réalisés et les personnages ont du caractère mais de l’autre, j’aurai aimé que l’on avance un peu plus dans la légende et les événements qui feront leur renommée. Il y a un peu trop de technique à mon goût mais je reconnais la qualité de l’œuvre pour les amateurs du genre.
  17. Nickad

    Chiruran tome 3

    Titre de l'album : Chiruran tome 3 Scenariste de l'album : UMEMURA Shinya Dessinateur de l'album : HASHIMOTO Eiji Coloriste : Editeur de l'album : Mangetsu Note : Résumé de l'album : Troisième année de l'ère Bunkyû.Les anciens membres du Rôshi Gumi - Serizawa, Kondô et leurs compagnons restés à Kyoto - essaient d'entrer au service du clan Aizu. Ils seront embauchés à une condition : vaincre les maîtres des cinq écoles d'Aizu dont la bravoure fait la fierté du clan à travers tout l'archipel. À la veille de la création du Shinsen Gumi, que cachent réellement ces combats féroces pour la bande de samouraïs rebelles ? Critique : Début des duels pour les anciens membres du Rôshi Gumi, ils affrontent en 1 contre 1 les maîtres des cinq styles d’Aizu ; ce n’est qu’à la condition de gagner les 5 duels qu’ils pourront rejoindre le clan Aizu. Sans surprise sur l’issue des duels, le récit prend le temps d’analyser chaque technique, chaque position et chaque mouvement de l’affrontement. En prime, on a des retours dans le passé des protagonistes rappelant leur formation et ce qui les a poussés à développer leur maniement des armes. Un tome axé principalement sur les combats, ce n’est qu’à la toute fin du livre que l’on plonge un peu dans le côté historique. Je suis assez partagée : d’un côté les combats sont super bien réalisés et les personnages ont du caractère mais de l’autre, j’aurai aimé que l’on avance un peu plus dans la légende et les événements qui feront leur renommée. Il y a un peu trop de technique à mon goût mais je reconnais la qualité de l’œuvre pour les amateurs du genre. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/chiruran-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Oui j'ai vu la BA. L'animation est fait pas un studio francais ca fait un poil bizarre je trouve...
  19. Oui j'ai beaucoup d'espoir sur celui la. C'est pile le niveau d'horreur que je tolère
  20. poseidon2

    Derniers Achats

    Moi pareils avec le chef pour bdnet
  21. Titre de l'album : La brigade des souvenirs t1 : la lettre de Toinette Scenariste de l'album : Carbone Dessinateur de l'album : Cee Cee Mia Coloriste : Cee Cee Mia Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Lorsque Tania, Alban et Théo découvrent une vieille lettre dans une école abandonnée, ils décident d'enquêter sur cette dernière. Car ils y ont découvert une histoire d'amour impossible, née pendant la Première Guerre mondiale, et qui n'a jamais connu son aboutissement. C'est ainsi qu'ils partiront à la recherche de Toinette et Ernest, ces amoureux que la guerre et la société ont séparés... Fouilles aux archives et en bibliothèque, exploration de greniers, rencontre avec les descendants : ils oseront tout pour mener leur enquête à son terme. Car ils sont la Brigade des Souvenirs ! Critique : Carbone, le scénariste jeunesse de Dupuis, nous sort une nouvelle série jeunesse chez Dupuis et prend cette fois ci comme trame de fond l'histoire l'intérêt de jeunes adolescents pour les histoires du passé. Vous savez les petits mystères des boites que l'on trouvent et qui recèlent, à la Amélie Poulain, des petites histoires passionantes. Porté par un dessin tout en rondeur bien adapté à un public jeune, Carbone enchaine intelligemment la partie dans le passé et l'avancée de l'enquete pour arriver conjointement au résultat de l'enquête. L'aspect historique est bien traité sans trop chercher à entrer dans les détails sordides de la guerre. Une belle BD pour intéresser nos enfants à l'histoire et ses mystères. Critique du tome 2 à venir. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-brigade-des-souvenirs-tome-1-la-lettre-de-toinette?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. Carbone, le scénariste jeunesse de Dupuis, nous sort une nouvelle série jeunesse chez Dupuis et prend cette fois ci comme trame de fond l'histoire l'intérêt de jeunes adolescents pour les histoires du passé. Vous savez les petits mystères des boites que l'on trouvent et qui recèlent, à la Amélie Poulain, des petites histoires passionantes. Porté par un dessin tout en rondeur bien adapté à un public jeune, Carbone enchaine intelligemment la partie dans le passé et l'avancée de l'enquete pour arriver conjointement au résultat de l'enquête. L'aspect historique est bien traité sans trop chercher à entrer dans les détails sordides de la guerre. Une belle BD pour intéresser nos enfants à l'histoire et ses mystères. Critique du tome 2 à venir.
  23. Titre de l'album : Shaman king star edition t10 Scenariste de l'album : Hiroyuki Takei Dessinateur de l'album : Hiroyuki Takei Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Yoh Asakura, un garçon à l'allure nonchalante est en fait un Shaman. Il est à la recherche d'un fantôme avec qui il pourrait fusionner et gagner le Shaman Fight qui lui permettra de devenir Shaman King. C'est ainsi que Yoh fait la connaissance de l'esprit Amidamaru avec lequel il va participer au mystérieux tournoi qui n'a lieu que tous les 500 ans...Yoh Asakura, un garçon à l'allure nonchalante est en fait un Shaman. Il est à la recherche d'un fantôme avec qui il pourrait fusionner et gagner le Shaman Fight qui lui permettra de devenir Shaman King. C'est ainsi que Yoh fait la connaissance de l'esprit Amidamaru avec lequel il va participer au mystérieux tournoi qui n'a lieu que tous les 500 ans... Critique : Dixième tome de la réédition de shaman king avec un tome partiuclièrement intéressant. On met en pause le shaman fight pour revenir sur un personnage central encore assez mystérieux : Hana la fiancée de Yoh. On revient sur le fondement de la relation forte qui, malgré le caractère de cochon d'Hana, lie les deux personnages de notre histoire. Ca fait du bien de laisser de coté les combats et les multiples personnages du shaman fight pour se recentrer sur les deux personnages principaux. Ce tome marque, à n'en pas douter, le début d'une nouvelle phase du shaman fight. Une phase qui devrait mettre en avant Hana maintenant que l'on en sait bien plus sur elle. Une petite pause dans les combats savoureuse et qui comble un vide dans l'histoire des nos personnages. En bref, top comme toujours ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/shaman-king-star-edition-tome-10?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. poseidon2

    Shaman king star edition t10

    Dixième tome de la réédition de shaman king avec un tome partiuclièrement intéressant. On met en pause le shaman fight pour revenir sur un personnage central encore assez mystérieux : Hana la fiancée de Yoh. On revient sur le fondement de la relation forte qui, malgré le caractère de cochon d'Hana, lie les deux personnages de notre histoire. Ca fait du bien de laisser de coté les combats et les multiples personnages du shaman fight pour se recentrer sur les deux personnages principaux. Ce tome marque, à n'en pas douter, le début d'une nouvelle phase du shaman fight. Une phase qui devrait mettre en avant Hana maintenant que l'on en sait bien plus sur elle. Une petite pause dans les combats savoureuse et qui comble un vide dans l'histoire des nos personnages. En bref, top comme toujours !
  25. Titre de l'album : Simon Spurrier présente Hellblazer Scenariste de l'album : Simon Spurrier Dessinateur de l'album : Aaron Campbell, Matias Bergara, Tom Fowler & Marcio Takara Coloriste : Jordie Bellaire, Jordan Boyd & Cris Peter Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Brutalement réchappé d'un enchevêtrement de futurs apocalyptiques où les actes de Timothy Hunter signeraient la fin d'un monde, John Constantine retrouve les recoins sombres et hantés de Londres avec pour mission de sauver son âme promise une nouvelle fois à une éternité de souffrances. Sa quête est rapidement interrompue par le canon d'une arme pointée par le chef d'un gang local. Haruspice illuminé, ce dernier a lu dans les entrailles que seul Constantine serait capable de sauver son gang décimé aux prises avec un ange vengeur. Ce ne sont là que les premières péripéties d'une odyssée qui amènera le mage de la classe ouvrière à se confronter à son pire ennemi... Critique : John Constantine est de retour à partir du relaunch de la série Sandman universe en introduction, pour expliquer l'absence de cet anti-héros de l'occulte. Quelle joie et quel plaisir de pouvoir lire les nouvelles aventures de Constantine d'après la vision du scénariste Simon Spurrier. Une fois de plus, John est en mauvaise posture et plus seul que jamais pour faire face aux nouvelles menaces qui planent contre l'humanité. Les histoires sont bien sombres à souhait et les dimensions différentes n'arrangent rien pour John. Les dessins sont confiés à plusieurs auteurs suivant les histoires de quelques chapitres. Aaron Campbell réalise un travail exceptionnel pour dépeindre ces aventures et signe une grande partie de cette intégrale. Marcio Takara offre quelques planches aux couleurs psychédéliques avec un montage ou plusieurs personnages sont représentés du plus bel effet. Tous les amateurs des aventures de John Constantine seront heureux de retrouver cet univers dark. A noter qu’un autre album Rise and fall de Constantine est sorti le même jour et dessiné par Darick Robertson le co-créateur de la série The boys. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/simon-spurrier-presente-hellblazer?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  1. Charger plus d’activité
  • Un best of BD au hasard

  • Dernières Critiques

    • La brigade des souvenirs t1 : la lettre de Toinette
      Note :
      Carbone, le scénariste jeunesse de Dupuis, nous sort une nouvelle série jeunesse chez Dupuis et prend cette fois ci comme trame de fond l'histoire l'intérêt de jeunes adolescents pour les histoires du passé.

      Vous savez les petits mystères des boites que l'on trouvent et qui recèlent, à la Amélie Poulain, des petites histoires passionantes.

      Porté par un dessin tout en rondeur bien adapté à un public jeune, Carbone enchaine intelligemment la partie dans le passé et l'avancée de l'enquete pour arriver conjointement au résultat de l'enquête. 

      L'aspect historique est bien traité sans trop chercher à entrer dans les détails sordides de la guerre. 

      Une belle BD pour intéresser nos enfants à l'histoire et ses mystères.

      Critique du tome 2 à venir.
      • 0 réponse

    • La déchéance d'un homme tome 2
      Note :
      Yozo Oba continue tant bien que mal sa misérable existence, passant d’une femme à l’autre, se laissant entretenir, buvant plus que de raison, trahi par son « ami », il s’enfonce un peu plus chaque jour, se rapprochant dangereusement de la folie.

      Le texte de Dazai est d’une grande force, on ressent le cheminement qui mène Yozo vers l’enfer mais ce qui est encore plus surprenant c’est de voir combien Junji Itô lui apporte de la consistance. Il ne se contente pas d’illustrer le récit mais donne vie aux troubles psychiques, aux égarements de l’âme. De toute part, on est assailli des pensées du personnage, à la fois attiré par sa singularité et écœuré par son comportement ; même si lui se cherche ou cherche une place dans ce monde, il n’y a rien de bien à en tirer. On attend impatiemment ce qui le mènera à sa fin, la maladie ou la folie ?

      Fin au prochain volume.
        • Like
      • 0 réponse
    • Chiruran tome 3
      Note :
      Début des duels pour les anciens membres du Rôshi Gumi, ils affrontent en 1 contre 1 les maîtres des cinq styles d’Aizu ; ce n’est qu’à la condition de gagner les 5 duels qu’ils pourront rejoindre le clan Aizu.

      Sans surprise sur l’issue des duels, le récit prend le temps d’analyser chaque technique, chaque position et chaque mouvement de l’affrontement. En prime, on a des retours dans le passé des protagonistes rappelant leur formation et ce qui les a poussés à développer leur maniement des armes.

      Un tome axé principalement sur les combats, ce n’est qu’à la toute fin du livre que l’on plonge un peu dans le côté historique. Je suis assez partagée : d’un côté les combats sont super bien réalisés et les personnages ont du caractère mais de l’autre, j’aurai aimé que l’on avance un peu plus dans la légende et les événements qui feront leur renommée. Il y a un peu trop de technique à mon goût mais je reconnais la qualité de l’œuvre pour les amateurs du genre.
      • 0 réponse
    • Shaman king star edition t10
      Note :
      Dixième tome de la réédition de shaman king avec un tome partiuclièrement intéressant. On met en pause le shaman fight pour revenir sur un personnage central encore assez mystérieux : Hana la fiancée de Yoh.

      On revient sur le fondement de la relation forte qui, malgré le caractère de cochon d'Hana, lie les deux personnages de notre histoire. Ca fait du bien de laisser de coté les combats et les multiples personnages du shaman fight pour se recentrer sur les deux personnages principaux. 

      Ce tome marque, à n'en pas douter, le début d'une nouvelle phase du shaman fight. Une phase qui devrait mettre en avant Hana maintenant que l'on en sait bien plus sur elle.

      Une petite pause dans les combats savoureuse et qui comble un vide dans l'histoire des nos personnages.

      En bref, top comme toujours !
      • 0 réponse
    • Simon Spurrier présente Hellblazer
      Note :
      John Constantine est de retour à partir du relaunch de la série Sandman universe en introduction, pour expliquer l'absence de cet anti-héros de l'occulte. Quelle joie et quel plaisir de pouvoir lire les nouvelles aventures de Constantine d'après la vision du scénariste Simon Spurrier. Une fois de plus, John est en mauvaise posture et plus seul que jamais pour faire face aux nouvelles menaces qui planent contre l'humanité. Les histoires sont bien sombres à souhait et les dimensions différentes n'arrangent rien pour John. 
      Les dessins sont confiés à plusieurs auteurs suivant les histoires de quelques chapitres. Aaron Campbell réalise un travail exceptionnel pour dépeindre ces aventures et signe une grande partie de cette intégrale. Marcio Takara offre quelques planches aux couleurs psychédéliques avec un montage ou plusieurs personnages sont représentés du plus bel effet.
      Tous les amateurs des aventures de John Constantine seront heureux de retrouver cet univers dark. A noter qu’un autre album Rise and fall de Constantine est sorti le même jour et dessiné par Darick Robertson le co-créateur de la série The boys.
      • 1 réponse
  • Qui est en ligne (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

×
×
  • Créer...