Aller au contenu
  • S’inscrire
  •  

    image.png

     

     

    Voici un compte rendu de @Nickad quia obtenu un pass pour le Paris Manga Sci Fi Show. Et vous allez voir que ce n'était pas gagné d'avance, de rentrer au Paris Manga show 😉 Sci-Fi

     

    Samedi 6 Novembre

    8H10, nous arrivons sur site, une file d’une vingtaine de mètres seulement, le hall est quasiment vide, rien ne laisse présager la cohue qu’il y aura 2 heures plus tard…

    image.png

    8H30 La file des VIP commence à rentrer, quelques chants de génériques de dessins animés se font entendre, l’impatience commence à se faire sentir

     

    9H15 ouverture de la convention pour les billets prévente, il est temps d’aller voir de plus près comment ça se passe. On arrive directement sur le stand ki-oon, puis on parcourt les allées pour voir ce qui est proposé : sabres, costumes de cosplay, yukata, kimono, peluches, goodies, figurines, nourriture asiatique, quelques éditeurs, une grande librairie de mangas, beaucoup d’artistes indépendants qui proposent des revisitent des personnages, une galerie d’artiste en train de dessiner… ce n’est que le début !

    image.png

     

    10H30 la foule commence à s’épaissir, dehors, la place est bondée, on prend nos précautions (toilettes et sandwichs) et on repart voir le côté sci-fi/comics. Là aussi des artistes en pleine action, des stands de comics à prix réduits (je ne suis pas très calée dans ce domaine mais je prends quand même des Batman ! après tout, je me promène avec un pull Batman et je l’assume !!). Dans les allées les cosplayeurs posent. Le temps de regarder quelques boutiques, de prendre quelques photos, on commence à ne plus pouvoir circuler.

    image.png

    12H30 on s’extrait tant bien que mal de la foule pour rejoindre la scène manga où on restera pendant plus de 3heures ! On enchaîne les danses k-pop et le concours de cosplay. Moi qui croyait que le concours cosplay c’était juste des personnes déguisées qui posaient et bien je découvre que c’est plus que cela : il faut fabriquer son costume soi-même et mettre en scène le personnage dans l’univers du jeu/manga/anime pendant 3-4 minutes.

     

    14H Le Paris-manga, victime de son succès ferme ses portes ! Trop de monde, question de sécurité. Dommage pour ceux qui avaient des billets et qui ont attendu 4H, s’ils le peuvent, qu’ils reviennent demain ! Un problème d’organisation ?? Difficile à dire, ce qui est sûr c’est que cette affluence n’était pas prévue, entre la crise, le pass sanitaire et l’absence de salon pendant 2 ans, personne ne pouvait prévoir le nombre de visiteurs qu’il y aurait, en plus le parc des expositions n’a pas donné le plus grand hall… Si tout le monde était rentré, il y aurait eu 70 000 visiteurs le samedi, ingérable !

    image.png

     

    15H15 c’est l’heure du quizz manga, tout le monde se connecte, le réseau passe mal et on perd des questions ! Bon de toute façon, c’était trop compliqué pour moi ! J’ai mis la moitié au hasard… Je finis 126eme sur 517 ! Des exemples de questions : ranger les murs de l’attaque des titans du plus central au plus éloigné, donner les techniques de combats de saint-seiya, le nombre d’élèves dans la classe de MHA… Des questions sur les grands titres du moment, beaucoup de shonen et beaucoup que je n’ai pas lu ou juste commencé…

    16H Certains visiteurs sont partis, on peut se déplacer, le stand de l’épicerie asiatique a été dévalisé, on fait la chasse aux bonne affaires.

    17H Je me rends à l’espace presse pour l’interview de Cédric Biscay, le créateur et scénariste de Blitz (interview et critiques disponibles)

    18H C’est beaucoup plus calme, on va pouvoir échanger un peu avec les éditeurs présents, merci à Ototo, Meian, Nazca et Mahô pour nous avoir accordé un peu de temps. Eux aussi peuvent un peu souffler mais ils sont contents et c’est le principal.

    image.png

     

    19H le salon ferme il est temps de partir, on reviendra demain.

     

     

     

    Dimanche 7 Novembre

     

    8H30 arrivée sur site, vu la cohue de la veille on voulait arriver plus tôt mais la SNCF a supprimé notre train … ça nous permet de faire la connaissance d’un cosplayeur avec qui on fera le trajet ! La file d’attente est mieux organisée, on doit d’abord passer par un hall vide, cela n’empêche que la queue est déjà conséquente et augment vite.

    image.png

     

     

    9H15 ils font rentrer les gens un peu en avance. Aujourd’hui, on va aller voir le côté sci-fi mais avant, on va faire les jeux sur le stand ki-oon. Le premier défi consiste à déplacer une « sonde » électrique le long d’une silhouette d’un personnage de My Hero Academia sans faire sonner (zéro faute : 1 figurine, moins de 5 fautes : 1 badge yeah ! et sinon, un badge oups) On a eu les deux ! Deuxième jeu, il s’agit d’aller toucher des cibles au moment où elles s’allument, rien à gagner…

    image.pngimage.png

     

    10H Comme il y a moins de monde, on fait un tour rapide des stands, Oh ! Surprise, on en découvre de nouveaux dont celui de l’équipe de Noob. Ensuite on va voir les voitures de cinéma (possibilité de se faire prendre en photo dedans !!) : Harry Potter, K2000, la DeLorean de Retour vers le Futur et un espace BumbleBee (il y en a un qui bouge !). Vous pouvez aussi faire la queue pour obtenir des dédicaces des invités (comédiens, artistes, youtubeurs, doubleurs…). Et pendant tout le week-end, la scène centrale est dédiée à Just Dance, les meilleurs peuvent même monter sur scène.

    image.pngimage.png

    11H30 c’est parti pour « l’expérience Hollywood », le public entre dans un espace fermé et va participer à la création d’un court film ! C’est super bien fait : on découvre des méthodes de prises de vues, de son et de montage. Si vous avez l’occasion, ne ratez pas ce moment !

    12H30 On va s’installer devant la scène sci-fi pour manger et voir les animations : on assiste à un spectacle d’Epic Pixel Battle, le principe : faire s’affronter deux personnages fictifs dans un duel de rap enflammé ! Si l’intérêt m’échappe un peu, j’admire la prestation, le flow est assez impressionnant. Vient alors l’heure du quizz sci-fi, par manque de temps soi-disant, tout est fait à l’arrache, le jeu n’est pas équitable, ils lancent des lots au hasard dans le public… je repartirai avec un dvd…

    image.png

    14H On rejoint la scène manga pour le concours de cosplay du jour. Oh ! mais qui voilà ??? Bien fait non, comparez avec la figurine géante ! Puis le quizz manga, bien organisé celui-là, cette fois je ferai mieux, je finis 63e sur 517 !

    image.png

    16H C’est l’heure des achats, difficile de revenir les mains vides, mais il faut vraiment faire la chasse aux bonnes affaires car il y a des arnaques. Prévoyez de l’espèce.

    17H On retourne voir Ototo et Mahô pour voir comment c’est passé leur week-end et les saluer avant notre départ.

    18H Fermeture de Paris-Manga. La prochaine fois, on essaye Japan expo, il paraît que c’est trois fois plus grand !!

     

     

  • Dernières Critiques

    • Jour J tome 48 : le chevalier noir de Camelot tome 1
      Note :
      Un nouveau diptyque rejoint la grande saga de Jour J, avec le chevalier noir de camelot, sur une intrigue de politique aux Etats-Unis à la fin des années 60. Jean-Pierre Pecau mélange réalité et fiction pour construire une histoire prenante dans le milieu politique. La réalité sert à merveille pour justifier et révéler quelques informations afin de crédibiliser cette uchonie. Pécau ajoute des phases d'action avec des attentats déjoués mais aussi un garde du corps encore perturbé par son passage à la guerre du Vietnam. Les complots se mettent en place avec l'introduction de plusieurs parties dont les black panthers, la mafia, les agents de Nixon et bien d'autres, le tout durant la période électorale de Bobby Kennedy. Les dessins de Denys sont de qualité dans un style semi-réaliste et classique.
      Une fois de plus cette série prouve tout son potentiel avec des uchronies bien pensées pour revisiter l'histoire, sur des nombreuses périodes. On ne s’ennuie dans cette série puisqu’après les aventures improbables de Dali, on passe à la famille Kennedy.
       
      • 0 réponse
    • Elfes , tome 35 - Noir c'est noir
      Note :
      Nouvelle suite des aventures de Gaw'yn , seul héros présent depuis le début de l'aventure "Elfes" initiée par JL Istin ! En effet , l'elfe noir poursuit ses aventures après un tome précédent le voyant vaincre la malédiction de leur fratrie . Toujours en compagnie de ses deux charmantes consoeurs , il se retrouve à bord d'un chalutier mené par un elfe bleu . Ce dernier cherche à vendre le produit de sa pêche dans des comptoirs tenus par des hommes dans le nord ouest des terres d'Arran . L'équipage va découvrir les prémices de cette haine naissante dans l'esprit des hommes envers le peuple elfe . Déstabilisation du marché , complots et autres agressions physiques deviennent monnaie courante , afin de réduire drastiquement l'influence des elfes sur l'économie . Gaw'yn va protéger le capitaine elfe bleu de ces menaces , tout en retrouvant en lui même les éléments de son passé "bleu" de naissance , et donc lié à la mer . Nouvel habitué des albums sur les elfes noirs , le dessinateur Dimat propose un travail soigné , dans l'esprit de la saga en  général , mais je lui reproche un trait presque trop "informatisé" , mais peut-être est-ce aussi la faute aux couleurs bien trop vives à mon goût ! Les scènes d'action s'enchaînent en nous démontrant toute l'étendue des talents de Gaw'yn , une fois de plus . Il est capable de se sortir de toute les situations , sauf que ! Arleston nous propose un rebondissement inattendu (qui tombe un peu comme un cheveu dans la soupe je dois dire) sur la mythologie des elfes noirs . Il semblerait bien que Gaw'yn ne soit pas au bout de ses surprises et continue sa route dans un prochain album centré sur sa personne .

      Un tome de plus , sans relief , d'une saga Elfes en manque de renouveau , qui je l'espère saura se recréer dans un nouvel arc narratif avec cette fameuse guerre contre les hommes .
      • 1 réponse
    • Not a robots
      Note :
      Mark Russell m'avait bien amusé et marqué avec le retour du messie sortie également aux éditions Delcourt, donc je surveillais les nouvelles parutions en français de cet auteur. Avec Not all robots, l'auteur nous propose une critique de notre société, sous la forme d'une histoire de science-fiction avec des robots et leurs problématiques. Les robots remplacent l’homme au travail sans se plaindre et en étant plus efficaces et sans fuite. De leur coté, les humains se sentent inutiles dans cette société en perdition. Un malaise commence à se faire ressentir aussi bien chez les robots dotés d’une conscience que chez les humains. Les robots travaillent de trop et doivent s’occuper de leur famille d’humains trop fragiles et les humains vivent dans la peur des bugs souvent mortels de leurs robots.
      La partie graphique est de grande qualité pour dépeindre ce monde futuriste dans un style très réaliste. Les robots forcément très nombreux dans ce récit sont très bien représentés. La couverture est assez amusante en reprenant un célèbre tableau américain avec des robots à la place du couple de paysan.
      Not a robot est un one shot intéressant est très bien pensé, avec des dialogues et réflexions qui sont bien trouvés pour les robots.
      • 1 réponse

    • Dans les coulisses de HomeRoom tomes 1 et 2 (fin)
      Note :
      Connaissez-vous le terme shipper ? C’est le fait d’imaginer des gens en couple, un phénomène très tendance chez les Fujoshis (les fans de boy’s love). Alors quand il s’agit du groupe HomeRoom composé de Hibiki et Rui, les fantasmes vont bon train, mais les deux jeunes chanteurs ne sont pas forcément au courant. Le jour où Rui tombe sur une fiction le mettant en scène de façon très très coquine avec Hibiki, ses hormones commencent à s’emballer. Et quand en plus, leur manager leur propose de jouer sur cette thématique, la fiction va très vite devenir réalité.

      L’histoire est assez légère, même si on aperçoit des aspects du monde du showbizz japonais avec ses jeunes stars montantes qui doivent faire tout un tas de travaux (représentation, publicité, émissions de télé…) pour répondre à la demande. Et que l’on voit aussi quelques comportements des fans, surtout les fujoshis, comment elles imaginent des histoires et comment cela leur suffit. Le manga reste majoritairement sur l’histoire d’amour entre Hibiki et Rui. Les fan fictions provoquent un déclic chez Rui et peu à peu, il va se rendre compte de ses sentiments. Une histoire d’amour mignonne assez classique en somme, avec de nombreuses scènes érotiques et un peu d’humour, le tout sous les feux des projecteurs !
      • 0 réponse
    • Leviathan Deep Water tome 1
      Note :
      Pfiou, ce webtoon a reçu plein de prix, comme vous pouvez le voir dans le résumé, et c'est mérité ! 

      Dans un monde post-apocalyptique ou les eaux ont recouvert toutes les terres, une famille essaye de survivre tant bien que mal en espérant rencontrer un jour d'autres survivants. Le jour, le père explore les villes submergées pour remonter des conserves et autres objets divers. La nuit, la famille se cache au fond du bateau sans faire de bruit pour ne pas se faire repérer par les Leviathans, des monstres marins dévoreurs d'humains. 

      Leviathan est un webtoon avec un super scénario qui n'est pas sans rappeler le film Water World. On découvre d'abord le quotidien de la famille avant de basculer dans une ambiance plus dramatique où combattre devient la seule option. De plus le graphisme est particulièrement bien réussi, plus travaillé que de nombreux autres webtoon, que ce soit au niveau des détails comme de la colorisation. 

      Dès le début, Leviathan Deep Water nous happe, et l'on a qu'une envie : aller voir se qui se cache dans ces eaux profondes. 
      • 7 réponses
×
×
  • Créer...