Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Critiques

    Base de données regroupant les critiques.
    Nickad
    Scenariste: IWAAKI Haru Dessinateur: IWAAKI Haru Editeur: Komikku Note: 3.5
    Résumé:

    À la suite d'un pacte avec un démon, le roi a maudit sa fille et princesse du royaume. La jeune et caractérielle Eliza doit maintenant survivre grâce au sang. Loin d'être une meurtrière sans cœur, elle va se mettre en chasse de démons et autres créatures nauséabondes afin de rester en vie. C'est à ce moment qu'elle fait une rencontre inattendue qui va changer sa malédiction. Grem est un puissant magicien, mais il a deux gros problèmes : il ne se souvient plus de sa vie d'avant et il est foncièrement masochiste. En rencontrant Eliza, il va décider de devenir son servant ! D'une loyauté inconditionnelle, il va l'aider à pourfendre les démons dont elle a besoin pour vivre et ensemble, ils vont explorer les donjons et les demeures les plus dangereux afin de se confronter au mal.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Comédie
    Il était une fois une princesse maudite par un démon et vouée à éliminer de ses mains tous les malfaisants de son pays, seuls les bains de sang pouvaient calmer la malédiction. Mais cette princesse au sang chaud s’en prenait parfois à celui qui avait juste fait un pas de travers. Heureusement, un jour un magicien immortel et amnésique arriva, il ne trouvait de joie dans l’existence qu’en éprouvant de la douleur. Ces deux-là formèrent un duo inhabituel et très compatible, la princesse pouvant alors étancher sa soif de sang en tuant, de toutes les façons possibles le magicien qui ne demandait que ça ! Ils partirent ensuite nettoyer le pays et chercher le démon à l’origine de la malédiction.

    Avec un tel scénario, inutile de dire que ce livre a toute sa place dans votre collection WTF, c’est foutraque, déjanté, ça ouvre la porte à tout un tas d‘individus plus bizarres les uns que les autres et ça dégouline de sang. Il y a bien un fil conducteur (chercher le bon démon et annuler le mauvais sort) mais c’est plus une accumulation de petites histoires un peu construites de la même façon : le duo entend parler d’un problème dans un village, s’y rend, extermine le ou les démon(s) et part pour un autre endroit. Il y a quand même des méchants récurrents, des relations un peu étranges qui s’installent et un dénouement un peu bordélique.

    Ce n’est pas forcément désagréable mais il ne faut pas y chercher un sens profond, c’est du pur divertissement et plutôt bien fait pour ce genre d’histoire. Bref, on ne se prend pas la tête et on s’y amuse. Série finie en 2 tomes.


    Nickad
    Scenariste: NAGATSUKI Tappei Dessinateur: ATORI Haruno Editeur: Ototo Note: 4.0
    Résumé:

    Alors que la bataille contre Moby Dick a pris fin, l'expédition se voit attaquée par des apôtres du Culte de la Sorcière. Pour une fois que ce n'est pas la vie de Subaru qui est menacée, les pertes lui sont d'autant plus insupportables. Forcé d'accepter la situation, il retourne au manoir de Roswall pour y découvrir que le magicien et ses gens ne semblent pas être revenus du Sanctuaire où ils s'étaient réfugiés durant la précédente attaque. Alors que les révélations s'enchaînent, Subaru se retrouve confronté à une étrange femme qui prétend être... Echidna, la sorcière de l'Avarice

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Difficile de parler de ce 4e arc sans introduire un petit peu la série.

    Re:zero est un isekai adapté d’un light novel, son personnage principal Subaru, lycéen, s’est retrouvé un peu par hasard dans un autre monde (il n’a pas été invoqué pour devenir le héros). Il ne se va pas être doté de capacité hors-norme, la seule chose qu’il va avoir c’est une sorte de malédiction lancée par une sorcière : s’il meurt (de façon non naturelle a priori) il pourra revenir en arrière pour essayer de changer les événements ! Il y a cependant deux contraintes : il n’a pas le droit d’en parler sinon un drame arrivera et il ne peut pas choisir l’instant où il revient (son point de sauvegarde). Chaque arc correspond à une boucle et se finit quand il arrive à changer l’histoire.

    A propos du monde de re:zero : c’est un monde d’ heroic fantasy avec magie, monstres, elfes, semi-humain… Il y a plusieurs siècles existaient 7 sorcières correspondant au péchés capitaux, la sorcière de l’Envie a tué les autres sorcières pour s’accaparer leurs pouvoirs et régner sur le monde, elle était très puissante et très méchante. A l’époque de l’histoire, le trône est vide et il y a plusieurs prétendantes qui vont devoir faire leurs preuves, c’est ce qui sera appelé la « sélection ».

    Dès son arrivée dans ce monde, Subaru va rencontrer une candidate : Emilia. Il va tomber amoureux et faire son possible pour rester auprès d’elle et l’aider. Sauf qu’Emilia est une demi-elfe, une race très mal vue car la sorcière de l’Envie en était une, et Emilia doit faire face à une forte discrimination.

    Re:zero est un manga d’aventures avec une vraie trame de fond et un objectif à atteindre, il y a des combats, des voyages, des rencontres, des disputes, des duels, de l’amour et de l’humour… en fait, il y a tout ce qu’il faut ! Ce qui est appréciable, c’est que Subaru n’est pas extraordinaire, il cherche à faire de son mieux avec ce qu’il a, en dehors du fait qu’il peut recommencer, c’est quelqu’un de normal : il se trompe, s’emporte, il est parfois super énervant mais au fond très humain. Le personnage d’Emilia est sympathique et prend un peu plus de profondeur au fur et à mesure. Mais ce sont surtout les jumelles Ram et Rem qui plaisent aux lecteurs, il y a énormément de figurines à leur effigie.

    Résumé des arcs :

    1er arc « Une journée à la capitale » en 2 tomes : rencontre de Subaru et d’Emilia, il va l’aider et en remerciement, elle va lui proposer d’aller vivre au manoir avec elle

    2e arc : « Une semaine au manoir » en 5 tomes : Subaru commence à travailler au manoir et fait la connaissance des autres habitants dont Ram et Rem, il va apprendre le métier de domestique et essayer de s’intégrer

    3e arc « truth of zero » : en 11 tomes : la sélection commence enfin mais Emilia est la cible de la secte du culte de la sorcière. C’est pour le moment m’arc le plus éprouvant du manga, il y a des scènes de massacre et de combats, des ennemis redoutables apparaissent.

    4e arc « le sanctuaire de la sorcière de l’avarice », 4 tomes en cours : Subaru et ses compagnons ont éliminer le 1er évêque du culte de la sorcière, ils reviennent au domaine qui avait été évacué pour éviter les pertes humaines mais découvrent que l’autre moitié des habitants ne sont pas revenus du « sanctuaire » où ils étaient partis se réfugier. Ils partent les rejoindre pour savoir ce qui se passe et vont devoir affronter les épreuves du sanctuaire.

    Ce 1er tome est donc la suite directe du 3e arc, en fait, il est difficile de prendre la série en cours de route. L’action est toujours bien présente, le scénario bien ficelé et le dessin agréable. On ne s’ennuie pas du tout dans la série qui sait se renouveler et reste très prenante. C’est une série que l’on a plaisir à suivre et qui ne manque pas d’intérêt.

    La série existe aussi en anime et il y a 2 saisons de disponibles (52 épisodes).
    Ci-dessous les personnages principaux (Subaru, Ram, Rem et Emilia)


    Nickad

    Nomi & Shiba tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: TAGURA Tohru Dessinateur: TAGURA Tohru Editeur: Akata Note: 4.0
    Résumé:

    Aaaaah, l'adolescence ! Cette période si particulière, accompagnée de la découverte des premiers émois et du désir... Nomiya vient d'intégrer l'internat d'un lycée pour garçons. Et alors qu'il ne s'était jamais vraiment intéressé à l'amour, il doit maintenant se rendre à l'évidence : Shiba, son camarade de chambre, ne le laisse pas (du tout !) indifférent... Mais comment lui avouer tout ce qu'il ressent (y compris en dessous de la ceinture) alors qu'il a encore du mal à le comprendre lui-même ? La valse maladroite de ses deux adolescents un peu bêtas peut alors commencer... pour le meilleur et pour le rire !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Romance
    Nomiya est dans un lycée pour garçon, contre toute attente il a développé des sentiments pour son camarade de chambre Mikoshiba. C’est comme ça qu’il se rend compte qu’il est gay. Mais comme Shiba est plutôt mignon et qu’il se fait souvent abordé par d’autres garçons, il préfère garder ses sentiments pour lui pour ne pas le faire fuir. Ce qu’il ignore, c’est que de son côté Shiba éprouve aussi des sentiments pour lui. Les deux garçons éprouvent des sentiments partagés mais ils l’ignorent et vont donc naviguer en eaux troubles.

    Nomi & Shiba c’est une histoire d’amour toute mignonne, il y a les émois du 1er amour, la maladresse des personnages qui préfèrent conserver leur amitié plutôt que de se déclarer et de tout perdre, il y a aussi toute la vie en internat, les interactions entre les élèves avec leurs petites histoires. Ce manga a tout du shojo, on verrait presque les petites fleurs en arrière-plan pendant la lecture. C’est tout en douceur, sans vulgarité, c’est mignon et plein de bons sentiments.

    Tohru TAGURA est aussi l'auteur de Maux mêlés que vous avez déjà pu découvrir sur le site, la série est toujours en cours et a 2 tomes pour le moment.

    Nickad

    Hellbound - l'enfer tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: SANG-HO Yeon Dessinateur: KYU-SOK Choi Editeur: Delcourt Note: 4.5
    Résumé:

    Des hommes censés être honnêtes reçoivent un message mystérieux leur annonçant qu'il leur reste peu de temps à vivre avant d'être conduits en Enfer. À l'heure dite, des créatures apparaissent, ne laissant que des corps calcinés derrière eux ! Qui tire les ficelles de ce théâtre macabre ?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    Quand le réalisateur/scénariste/producteur Yeon SANG-Ho, plusieurs fois invités au festival de Cannes pour ses films et films d’animation se lance dans le manwha et qu’il s’accompagne du dessinateur Choi KYU-SOK qui a déjà remporté plusieurs prix en Corée mais assez peu connu en France, cela donne une œuvre remarquable ! Remarquable par sa qualité visuelle d’abord, des dessins précis, réalistes, des expressions naturelles quelles que soient les sentiments, et remarquable par le scénario, par l’idée originale et par la profondeur du propos.

    L’histoire ? N’importe qui à n’importe quel moment peut recevoir une notification de sa damnation prochaine, elle annonce quel jour et à quelle heure vous serez damné. Si cela passe pour les propos d’une nouvelle secte, des images circulent sur internet, certains pensent trucage mais d’autres y croient vraiment. Mais un jour, un homme se fait damné en public, la police enquête alors.

    Hellbound c’est d’abord des évènements étranges, fantastiques et terrifiants qui arrivent, puis c’est l’interprétation que les gens peuvent en faire, faut-il y voir l’œuvre de Dieu ? Et si c’est vrai faut-il se repentir pour y échapper et comment faut-il le faire ? Mais c’est surtout une dérive de la société, la montée du fanatisme, l’importance des croyances, la place de la religion…

    Le manga est à réserver aux plus grands, certes il y a certaines scènes violentes mais c’est surtout le besoin d’avoir une certaine maturité pour apprécier les propos et prendre du recul : il s’agit de la damnation éternelle et de l’enfer après tout !! Si je ne l’ai pas mis en coup de cœur, c’est parce que j’ai trouvé certaines longueurs dans les propos, c’est comme tout, un discours peut-être ennuyant ou captivant selon la personne qui le dit, ici, la théologie écrite peut vite lasser. Par contre, Hellbound a fait l’objet d’une adaptation en série disponible depuis le 19 novembre.

    Le livre est fini en 2 tomes, et la bande annonce est ici



    poseidon2

    American Flagg

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Howard Chaykin Dessinateur: Howard Chaykin Coloriste: Howard Chaykin Editeur: Urban Comics Note: 5.0
    Résumé:

    2031 : une crise économique de grande ampleur a forcé le gouvernement des États-Unis à se relocaliser sur Mars. À présent, les grandes métropoles américaines, dont Chicago, se réorganisent autour de centres commerciaux géants où l'on abreuvent les habitants de programmes racoleurs aux messages subliminaux ultra-violents. Dans ce contexte délétère, l'arrivée dans les forces de police des Plexus Rangers de Reuben Flagg, ancienne star de télé-réalité, va mener la ville à la révolte et peut-être... à une seconde révolution. Contenu vo : American Flagg! #1-14 + « I Want my Empty V » .

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    On a beau avoir lu un nombre quasi incalculable de BD et de comics (ou de manga) que l'on peut encore se faire surprendre par des sortie comme American Flagg. En effet vu d'avion ce gros volume avait tout de la lecture pour les fans des années 80-90 uniquement. Un dessin un peu vieillot, trop de pages et une histoire qui semble bizarre. Je ne pensais pas faire parti du lot.
    Et bien je me suis bien trompé. Ce recueil est super sympa. Les histoires sont intéressantes et, surtout, le ton employé dans ce comic est rafraichissant. C'est un vrai comics pour adulte avec des blagues parfois lourdes, du trash, des filles sexy et un héros fort en gueule qui singe les stars du grand écran des années 90.
    Bref un ensemble super savoureux qui se lit avec plaisir et qui rend cette longue relecture un très beau cadeau pour tous les fans de comics.
     

    poseidon2

    Escale à Yokohama t3&4

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Hitoshi Ashinano Dessinateur: Hitoshi Ashinano Editeur: Meian Note: 4.0
    Résumé:

    Alpha fait la connaissance du maître de Barracuda, Ayase. Au cours d'un de ses voyages, celui-ci va faire une bien étrange découverte...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Indefini
    Il y a des mangas que l'on lit avec frénésie, dès la sortie de l'album et dont on guette la sortie avec impatience. C'est un peu le filon des mangas d'ailleurs. Manier l'envie compulsive d'achat. Mais il y a de rare ovni comme escale à Yokohama. Des Ovnis pour lesquels il faut prendre le temps de trouver le bon moment pour les lire.
    En effet ces mangas ne sont pas des mangas que l'on lit dans le bus ou en marchant dans la rue. Ce sont des mangas qui nécessitent une ambiance particulière. Ce sont donc des mangas que je lis souvent avec du retard car il nécessite donc de trouver le bon timing. Timing ici qui nécessite d'être au calme et le cerveau reposé. Et en ce début d'année à 100 à l'heure il m'a fallu du temps. 
    Mais une fois ce temps pris j'ai adoré cette lecture. J'ai adoré le coté calme qui émane de ces escales. Le coté hors du temps de ce café et d'alpha sa tenancière et encore plus les quelques gouttes d'histoire disséminés à gauche et à droite pour nous apprendre petit à petit ce qui est arrivé à ce monde.
    Sans jamais se presser, sans jamais s'exciter ni chercher a trop en faire, Alpha nous propose un repos du corps et de l'esprit dans une lecture envoutante de calme. Une lecture que je n'aurais pu lire énervé en rentrant du boulot.
    Comme quoi ça valait le coup de trouver le bon moment !

    poseidon2
    Scenariste: Carbone Dessinateur: Gijé Coloriste: Gijé Editeur: Dupuis Note: 3.5
    Résumé:

    Alors qu'elle s'apprête à quitter Pandorient pour goûter un repos bien mérité dans son propre monde, Nola, terrifiée, découvre que la porte de retour vers l'Héxomonde est fermée ! La clé est-elle tombée de la serrure de la boîte à musique ? Quelqu'un l'a-t-il volée ? Qu'importe : il faut agir ! La jeune héroïne, aidée de ses amis Anton, Igor et Andréa, va donc essayer de fabriquer une poudre magique, seule capable de dénouer la situation. Il va malheureusement lui manquer un ingrédient : des plumes d'aigle douce, un oiseau à plumes poilues, protégé car en voie de disparition... Avec cet album fin de cycle, Carbone et Gijé font à nouveau preuve des infinies possibilités de leur univers, offrant une aventure riche en rebondissements, parlant en filigrane de la protection des animaux.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Cinquième tome de la boite à musique et fin du premier cycle consacré à Pandorient. On clôture cette première partie de l'histoire avec une Nola prisonnier dans Pandorient et qui pense ne jamais pouvoir retrouver son père.
    Un cinquième tome légèrement décevant. En effet s’il reste très sympa et plaira aux jeunes lecteurs qui suivent la série, il nous offre encore une fois un scenario très dilué, à l'image de ce premier cycle. 
    Ce cycle nous présente une histoire très original, très colorée mais étirée sur trop de tomes. Trois tomes  auraient suffi à présenter la même histoire.
    Le problème est que l'histoire est vraiment sympa et que la fin de ce cycle nous donne furieusement envie de lire le prochain.... même si on doit endurer une dilution de l'histoire.....

    Nickad

    Endroll back tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: KANTETSU Dessinateur: NAKAZATO Haruna Editeur: ChattoChatto Note: 5.0
    Résumé:

    Suite au suicide de sa sœur Yuka, victime d'intimidation, son frère Asaharu déçut de son comportement fait la rencontre d'un ange. Celui-ci lui propose un marché : trouvez le meurtrier de sa sœur dans les 3 mois afin de permettre sa résurrection». Mais rien ne se fait sans contrepartie : à chaque erreur, Asaharu verra son espérance de vie diminuer. La vie de sa sœur à t'elle plus de valeur que la sienne? La chasse au criminel démarre !!

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    Yuka, jeune lycéenne, vient de se suicider, son frère Asaharu apprend à l’enterrement que sa sœur était victime de harcèlement. Désespéré, il regrette de ne pas avoir pu l’aider, c’est alors qu’apparaît un « ange » ou du moins ce qui y ressemble. Cet être lui propose de revenir en arrière et de tuer le responsable de la mort de Yuka, à cette condition il pourra la faire ressusciter mais il y a aussi un prix à payer s’il échoue.
    En ce moment, il y a beaucoup d’histoire qui aborde les problèmes de harcèlement, un problème grave qui peut prendre de nombreux aspects. J’avais un peu peur de retomber sur une trame déjà existante, mais ce n’est pas le cas ! A mi-chemin entre Many reasons why et Re:zero, le manga mêle polar et fantastique, Asaharu va devoir mener l’enquête et va pouvoir utiliser certaines facultés pour y arriver.
    Mais le plus intéressant c’est le point de vue abordé : lui, famille de victime, animé de son chagrin et de son incompréhension va devoir prendre du recul, ne pas juger sur les apparences, ne pas démarrer au quart de tour. Et c’est une leçon à retenir : ne pas passer trop vite aux conclusions avant d’avoir tous les éléments en main, ne pas se fier à la 1ere impression, chercher à découvrir la vérité. Et la vérité pourrait ne pas être celle à laquelle on s’attend. C’est aussi une leçon sur la connaissance que l’on a des autres, le fait d’être de la même famille ne veut pas dire que l’on sait tout de l’autre.
    Côté graphisme, le dessin est intéressant, certaines expressions sont saisissantes et la mise en page donne du dynamisme à l’action. L’édition est de belle qualité, avec une jaquette sur papier glacé, d’ailleurs n’hésitez pas à aller voir ce qui se cache dessous. C’est un très bon début de série, avec une fin de 1er tome qui nous laisse en suspens  et plus qu'impatient de lire la suite. Série finie en 3 tomes.



    poseidon2

    Un monde sans fin

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Jean-Marc Jancovici / Christophe Blain Dessinateur: Christophe Blain Coloriste: Christophe Blain Editeur: Dargaud Note: 5.0
    Résumé:

     La rencontre entre un auteur majeur de la bande dessinée et un éminent spécialiste des questions énergétiques et de l'impact sur le climat a abouti à ce projet, comme une évidence, une nécessité de témoigner sur des sujets qui nous concernent tous. Intelligent, limpide, non dénué d'humour, cet ouvrage explique sous forme de chapitres les changements profonds que notre planète vit actuellement et quelles conséquences, déjà observées, ces changements parfois radicaux signifient. Jean-Marc Jancovici étaye sa vision remarquablement argumentée en plaçant la question de l'énergie et du changement climatique au coeur de sa réflexion tout en évoquant les enjeux économiques (la course à la croissance à tout prix est-elle un leurre ? ), écologiques et sociétaux. Ce témoignage éclairé s'avère précieux, passionnant et invite à la réflexion sur des sujets parfois clivants, notamment celui de la transition énergétique. Christophe Blain se place dans le rôle du candide, à la façon de son livre "En cuisine avec Alain Passard" et de "Quai d'Orsay" signé avec l'expertise d'un coauteur : un pavé de 120 pages indispensable pour mieux comprendre notre monde, tout simplement !

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Documentaire
    Oui oui je suis en retard sur cet album. Mais pour une fois ce n'est "pas" de ma faute. C’est de la faute de l'album; en effet il est trop intéressant. Oui oui trop. Tellement qu'il est intéressant de prendre le temps de digérer toutes ces information et donc de poser le livre après quelques pages pour bien comprendre ce que l'on a lu.
    Car il faut bien dire que Jean-marc Jancovici est passé maitre dans l'art de la vulgarisation scientifique et dans celui de la métaphore. IL réussit à nous faire comprendre de façon très simple aussi bien l'évolution de notre consommation d'énergie que les enjeux à venir tout en passant par les différents moyens existants et les avantages et les inconvénients de chacun.
    Et cela aussi induit une lecture longue : nos deux auteurs partent du début de l'histoire de l'utilisation de l'énergie et vont jusqu'à se projeter dans le futur et ce e passant par toutes les étapes et crises. Il y a donc énormément de pages dans cet album ! 
    Là où Jancovici est très bon c'est qu'il réussit à éviter d'être accusateur et moralisateur. Là ou Blain est excellent c'est qu'il pose les questions que nous, monsieur et madame tout le monde, nous posons sur ces problèmes climatiques. 
    Cela forme un réussit édifiant, bien raconté et pleins de réponses.... mais très long à lire !
    Un superbe cadeau de noël pour tout père ou mère qui s’intéresse un tant soit peu à la question

    poseidon2

    Batman Mythology : La batmobile

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Collectif Dessinateur: Collectif Coloriste: Collectif Editeur: Urban Comics Note: 3.0
    Résumé:

    Tout chevalier se doit d'avoir une monture et, comme son idole Zorro avait son fidèle destrier Tornado, Batman combat le crime au volant de sa Batmobile. Au fur et à mesure des années, le look de celle-ci a évolué pour mieux parer aux contraintes de cette guerre sans fin contre la pègre. Mais il a en retour inspiré ses alliés Robin et Nightwing à adopter eux aussi, avec plus ou moins de bonheur, des véhicules de combat furtifs et racés !

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Nouveau tome de La Mythology batman et de nouvelles histoires inédites chez nous et cette fois centrées sur la fameuse batmobile. Je dois bien avouer que ce n'est pas le gadget que je préfère. C'est d'ailleurs un gadget qui a eu son heure de gloire dans les années 70-80 mais qui est passé au second plan ces dernières années, au profit de plus de présences humaines. (Trop diraient certains ?) 
    On retrouve donc ici essentiellement des histoires assez anciennes et mettant en avant les différentes batmobile de notre chauve-souris. Si je dois bien avouer que la partie centrée sur Robin et son lien avec les voitures m'a agréablement surprise, la globalité de l'album ne m'a pas vraiment intéressé. Les histoires sont au mieux sympathiques et certaine fois le lien avec la batmobile est... faible. Pas de quoi me faire aimer la batmobile.
    Ce tome est peut-être le pus marginal de la série et, encore plus que les autres, à réserver aux fans de la première heure.

    Nickad

    Denjin N tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: KURAISHI Yuu Dessinateur: INABE Kazu Editeur: Pika Note: 4.5
    Résumé:

    Nasu, loser notoire vivant chez sa mère alcoolique, travaille comme véritable larbin dans une supérette. Son seul plaisir dans la vie est d'encourager Misaki Kanzaki, petite idole d'un groupe sans grand succès, à travers son casque de réalité virtuelle. Mais à la suite d'un accident aussi tragique qu'extraordinaire, il se retrouve capable de posséder n'importe quel système électrique... N décide d'utiliser ce pouvoir afin d'éliminer tous ceux qui seront sur le chemin de Misaki ! La police fait alors appel à deux frères médiums pour traquer ce tueur en série omnipotent.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    Les auteurs Kazu INABE et Yuu KURAISHI s’étaient déjà faits remarqués par leurs œuvres précédentes Fortress of apocalypse et Starving anonymous, des mangas entre fantastique et horreur avec des idées innovantes, des histoires terrifiantes et un graphisme parfois très gore. Ils reviennent aujourd’hui avec un thriller fantastique.

    Nasu est un jeune qui a une vie pourrie, son père parti, sa mère alcoolique, il a dû arrêter l’école et trouver des petits boulots pour ramener de l’argent à la maison et rembourser les dettes de la famille. Sa seule passion c’est une idole Misaki avec qui il a été en classe autrefois. Un jour un accident se produit et Nasu se retrouve capable de manipuler n’importe quel appareil électronique, s’il décide dans un 1er temps de veiller sur Misaki, il va très vite « faire le ménage » autour d’elle pour l’aider à lancer sa carrière.

    Il y a encore beaucoup d’interrogations dans l’histoire, on ne sait pas trop ce qui est arrivé à Nasu, sous quel aspect il existe après l’accident, comment il fait pour manipuler les appareils. Ce que l’on sait, c’est que rien ne l’arrête et qu’il ne manque pas d’imagination pour éliminer les obstacles (âmes sensibles s’abstenir !). Si ces morts ressemblent à des accidents, la police se doute très vite que ce sont des meurtres. Mais comment arrêter quelqu’un qui n’est plus vraiment humain ?

    Une très bonne intrigue, qui n’est pas sans rappeler Hikari-man au début mais qui prend une tout autre tournure, le personnage de Nasu est sans pitié et n’est attaché qu’à Misaki, rien ne semble pouvoir l’arrêter. L’histoire est bien ficelée et le dessin de INABE est expressif et ne manque pas de nous écœurer quand il le faut ! Un très bon début pour une série finie en 4 tomes.



    The_PoP

    Axolot - Tome 5

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Collectif Dessinateur: Collectif Coloriste: Collectif Editeur: Delcourt Note: 3.5
    Résumé:

    L'étrangeté du réel dépasse souvent la fiction, transformant notre monde en un véritable cabinet de curiosités... Laissez-vous surprendre par ce nouveau recueil d'histoires étonnantes et inédites ! Saviez-vous qu'un homme a vécu 31 ans avec une balle dans la tête ? Qu'en 1726 une jeune femme donna naissance à des lapins ? Ou encore qu'on peut voir une chaise maudite dans un musée anglais ? Axolot, la bible du bizarre, revient pour un cinquième opus épatant : des histoires insolites et fascinantes réunies dans un beau livre, porté par Patrick Baud et son équipe d'auteurs de talent.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Que voilà une lecture intrigante. Pour tout vous dire, je ne connaissais pas la série, et je n'avais pas particulièrement ciblé ce tome. 
    C'est donc un peu inquiet que je l'ai ouvert, et cet assemblage de nouvelles du fait divers bizarre, de l'absurde, du fantastique et de l'extraordinaire m'a captivé. Certes le passage d'un univers graphique d'un auteur à l'autre est parfois troublant voir dé stabilisant, mais pour un amateur de faits divers et d'anecdotes plus ou moins étonnantes et historiques mais sourcées, le tout est finalement intéressant quoique un brin éclectique. 
    A noter la liste d'auteurs sur ce tome : Erwan Surcouf, Boulet, Weldohnson, Leslie plée, Elizabeth Holleville, Lucie Albrecht, Héloise Chocois, Marie Dumoulin, Yannick Grossetête, Geoffroy Monde, Holy R, le tout "dirigés" par Patrick Baud.

    Nickad

    Le lien du destin tome 2

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: YAMADA Rei Dessinateur: YAMADA Rei Editeur: Komikku Note: 3.5
    Résumé:

    Le lien qui va se tisser entre un jeune garçon rejeté de tous et une marionnette géante va bien au-delà des apparences. Animé par une promesse qu'il a faite à son amie disparue, Ars qui a perdu foi en la vie va tout faire pour aider Sophia à regagner son pays. Ce duo va traverser de nombreuses épreuves et apprendre à se connaître petit à petit. Ils sont entourés d'une troupe de cirque composée de marginaux qui comprennent bien le sentiment d'être montré du doigt par les autres.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Toute la troupe se rend à la capitale afin de se produire devant le prince héritier Camus. La représentation faite, ce dernier se montre tel qu’il est : un homme avide de pouvoir et de guerres voulant éradiquer toute espèce autre que celle de Foshia et compte bien utiliser Sophia pour y parvenir. Sa jeune sœur, elle, souhaite ramener son frère à la raison et veut détruire Sophia. Ars et les siens ne resteront pas sans rien faire.

    Si le 1er tome ne m’avait pas passionnée, l’histoire s’étoffe dans le 2eme tome : on apprend qui est réellement Sophia et comment fonctionne le lien qu’elle a avec Ars. Ce qui est intéressant également, c’est de voir l’évolution entre les membres de la troupe, si certains haïssaient Ars de par ses origines, la compréhension s’installe peu à peu laissant place à de l’amitié. Entre complots et scènes de combats, ce volume est plutôt dynamique. Le graphisme est soigné et détaillé, les expressions des personnages dans leur colère, folie, souffrance… sont fortes et nous plonge bien dans l’ambiance de l’histoire. Fin dans le prochain volume.


    The_PoP

    Sous les galets la plage

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Pascal Rabaté Dessinateur: Pascal Rabaté Coloriste: Pascal Rabaté Editeur: Rue de sevres Note: 4.0
    Résumé:

    Loctudy, septembre 1963, la station balnéaire se vide de ses derniers résidents estivaux. Seuls Albert, Francis et Edouard, futurs étudiants prolongent leurs vacances en attendant de commencer chacun de brillantes études supérieures devant les mener vers de prestigieuses destinées toutes tracées. Détachés de l'autorité familiale, ces fils de bonne famille comptent bien profiter de cette liberté pour vider quelques bouteilles et vivre de nouvelles expériences. Un soir sur la plage, ils font la connaissance de Odette, jolie jeune fille sans attache familiale qui saura s'y prendre pour les contraindre à participer aux cambriolages des résidences secondaires voisines. Bien que manipulé, Albert le futur gradé militaire, en tombera amoureux et prouvera à la jeune détrousseuse professionnelle que ses sentiments sont sincères et qu'il est prêt à changer de vie pour elle. Mais dans ces familles bourgeoises et patriarcales, on ne fréquente pas n'importe qui, on ne déshonore pas sa famille et on rentre dans le rang quelles que soient les méthodes employées. Les plus inhumains ne sont pas toujours ceux que l'on croit.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Roman graphique ou BD ? Un jour il faudra prendre le temps de m'expliquer la différence entre les deux... On est clairement ici dans les deux catégories, aussi je vous laisserai juger par vous même. Quoiqu'il en soit,  ce one shot mérite le détour. Graphiquement c'est travaillé et inspiré, même si ce n'est pas la principale qualité de cette histoire écrite et dessinée par Pascal Rabaté. On connait l'auteur/dessinateur/réalisateur pour ses oeuvres engagées et celle-ci ne fera pas exception, critiquant sans masque une bourgeoisie hautaine et prise au piège de ses propres entraves sociales... 
    L'histoire est chouette, prenante même et les personnages, leurs histoires et leurs relations sont bien pensées. Je ne peux que vous conseiller de lire Sous les galets la plage pour un parfum de chronique sociale et romantique.

    Nickad
    Scenariste: OMORI Fujino Dessinateur: YAGI Takashi Editeur: Ototo Note: 3.5
    Résumé:

    Le Donjon est un lieu d’aventure, où les aventuriers engrangent de l’expérience pour progresser. L’avez-vous oublié ? Le Donjon est un lieu inexploré, où la moindre erreur peut mener à la mort. Celle qui détient la clé pour surmonter l’épreuve que leur impose la dresseuse aux cheveux rouges, ce n’est pas Aiz ni Bête, mais Léfiya Wiridis.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Les aventuriers sont arrivés au garde-manger et doivent affronter une horde de monstre-fleurs, quant à Aiz, elle a été séparée du groupe et Levis. Même avec l’arrivée de Bête, Lefiya et Filvis, l’issue semble être incertaine. Le combat s’annonce rude et les pertes inévitables.

    Ce tome 7 est donc un volume exclusivement de combats, l’action est omniprésente et on ne sait où donner de la tête, c’est peut-être son défaut d’ailleurs, on passe très vite sur certains personnages. Si l’affrontement opposent les familias de Loki et d’Hermes aux deux grands « méchants » de cet arc, on en apprend plus sur la situation et sur ce qui se trame dans le donjon. Le volume s’attarde surtout sur Lefiya, ses états d’âme, ses capacités et sa décision finale qui va être décisive dans ce combat.

    Un tome plein d’actions avec des combats bien menés et sans doute le plus éprouvant pour le moment.


    Nickad

    Killing stalking tome 3

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: KOOGI Dessinateur: KOOGI Editeur: Taifu Note: 3.5
    Résumé:

    Depuis que Bum Yoon a essayé de s’enfuir, Sangwoo et lui sont en froid, et le jeune captif vit de nouveau dans la cave. Toutefois, ce soir, Sangwoo est de bonne humeur ! Il lui a même ramené de la compagnie : une nouvelle victime, un homme marié rencontré dans un bar gay. L’hôte a ensuite incité ses invités à jouer à un jeu dont l’enjeu n’est pas des moindres, puisqu’ils risquent leur propre vie. Après un échange de cartes éprouvant pour les nerfs, où Sangwoo finit par guider Bum en trichant... Ce dernier perd.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Drame
    Sangwoo a inventé un nouveau jeu : de ses deux captifs, celui qui gagnera aux cartes aura la vie sauve mais c’est sans compter sa perversité, personne ne sait à quoi s’attendre. D’un autre côté, un policier doué mais renvoyé au quartier après une erreur, commence à se poser des questions sur Sangwoo et décide de le surveiller.

    Killin Stalking c’est comme un accident de la route, on s’arrête pour regarder alors qu’on sait très bien que cela n’apportera rien. Mais c’est plus fort que nous, la curiosité l’emporte, on veut voir jusqu’où les personnages vont aller, qui va se faire avoir et comment l’histoire va se finir. C’est toujours aussi froid et brutal mais l’arrivée du policier apporte un côté polar et donne plus de profondeur au récit, Sangwoo ne pourra pas toujours passer entre les mailles du filet ! La folie des personnages est de plus en plus évidente et cela ne pourra que mal finir !


    poseidon2
    Scenariste: Wilfrid Lupano Dessinateur: Mayana Itoïz Coloriste: Mayana Itoïz Editeur: Dargaud Note: 4.0
    Résumé:

     Dans la forêt du Loup en slip, l'heure est aux festins et aux emplettes. C'est qu'à la fin de l'année, plus que jamais, la noisette est à la fête ! Tandis que tout le monde pâtisse à qui mieux mieux, Madame la chouette fait sa tournée de cadeaux. Elle offre au loup en slip un superbe hibou casse-noisette rouge pétard ! Ce soir-là, le loup s'endort ravi. Mais dans la nuit, un étrange bruit le réveille. Son hibou a pris vie ! Est-ce un rêve ? Est-ce un cauchemar ? Le mystérieux hibou entraine le loup vers la forêt interdite, un lieu des plus effrayants ! Le loup va devoir affronter mille dangers, parmi lesquels ses propres chocottes ! Car oui, les loups aussi ont des chocottes ! Wilfrid Lupano et Mayana Itoïz nous plongent, avec l'humour et la poésie propres à la forêt du Loup en slip, dans les travers de la consommation et de la surproduction (de noisettes). Un album savoureux en forme de clin d'oeil au conte d'Hoffman, qui permet d'aborder, avec les plus petits, des questions sensibles telles que la culture intensive, les OGM, les conditions de travail des agriculteurs ou encore le prix des aliments.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Documentaire
    Voilà un bon loup en slip de noël. Un bon tome pour compléter la collection des enfants fanatiques du Loup en Slip.
    Et un tome dans l'ère du temps. En effet ce tome parle ni plus ni moins que de l'exploitation forestière et de la surproduction à tout prix et ce à la demande du client qui veut des noisettes toujours plus belles et toujours moins chères.
    Le scénario de cette histoire est beaucoup plus simple que les précédentes, mais je pense que c'est volontaire. Lupano cherche à nous montrer que le consumérisme incontrôlé qui a tendance à contrôler notre civilisation nous amène droit dans le mur et il entend montrer cela aux enfants.
     Alors pas besoin de prendre des détours. 
    Au final un tome assez marquants qui résume bien notre société de consommation maximum. 
    Un cadeau pas uniquement pour les enfants au final.

    Nickad

    My elder sister tomes 1 et 2

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: IIDA Pochi Dessinateur: IIDA Pochi Editeur: Meian Note: 4.0
    Résumé:

    Yuu est un jeune garçon solitaire depuis la mort de ses parents. Hébergé par le cousin de sa mère, un homme taciturne, il se retrouve un jour face à une étrange apparition féminine. « J'exaucerai l'un de tes vœux en échange de ce que tu as de plus précieux ». À ces mots, Yuu lui demande de devenir sa grande sœur. Il ignore alors ce que cela implique...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Yuu a perdu ses parents à l’âge de 5 ans, depuis il est balloté entres les membres de sa famille, il ne trouve sa place nulle part. Son dernier logement est chez son oncle qui vient d’être hospitalisé, âgé de 15 ans, il préfère rester seul plutôt que d’être mal accueilli. En cherchant les affaire de son oncle, il invoque involontairement un démon, cette dernière lui propose d’exaucer l’un de ses vœux en échange de ce qu’il a de plus précieux. Il lui demande de former une famille et de devenir sa grande sœur.

    Si dans le cas de Yuu, on comprend bien que son besoin de famille et d’affection est le plus important, on ne sait pas encore ce que Chiyo cherche à acquérir ni ce qu’elle lui prendra en échange de son vœu. La narration est tout en douceur, Yuu revient sur ces événements faisant partis de son passé, il laisse trainer des bribes d’informations sur ce qui va arriver. En attendant, on profite de cette tranquillité où tous les deux s’apprivoisent et profitent de ces jours heureux.

    Il y a deux thématiques principales : la première est un point qui revient régulièrement dans les mangas : la façon dont sont traités les orphelins qui ont encore de la famille, qui passent d’une famille à une autre, qui sont souvent (dans les mangas en tout cas) considérés comme un fardeau, une bouche à nourrir que personne ne veut. Le deuxième point, c’est le regard de Chiyo sur l’humanité, étant démon, elle ignore beaucoup de choses et les seuls humains qu’elle a approché sont ceux qui l’invoquaient et qui n’avaient pas toujours des intentions louables.

    My elder sister est donc une bonne surprise loin de ce que l’on pouvait imaginer au départ, et même s’il y a un peu d’érotisme, il n’y a rien d’immoral. La lecture est fluide et le graphisme particulièrement agréable. Laissez-vous tenter.

    5 tomes en cours




    Nickad
    Scenariste: SHIMURA Takako Dessinateur: SHIMURA Takako Editeur: Akata Note: 4.0
    Résumé:

    Ayano est professeure d'école primaire. Un soir, après une longue journée de rencontres avec les parents des élèves, elle décide de faire un détour avant de rentrer chez elle. Dans le petit bar-restaurant qu'elle aime fréquenter, elle rencontre Akari. Entre elles, le courant passe très vite... Sous l'effet de l'alcool, les deux femmes finissent par s'embrasser. Mais Ayano n'est pas aussi libre qu'elle le laisse paraître...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Ayano est maitresse d’école, de temps en temps pour décompresser, elle se rend dans un bar restaurant un peu éloigné de chez elle, pour être sûre de ne pas croiser d’élèves. C’est là, qu’elle rencontre Akari, entre elles le courant passe tout de suite et elles finissent par se rapprocher. Leurs sentiments semblent réciproques, tout aurait pu être facile mais Ayano est mariée et elle ne sait plus où elle en est.

    L’intérêt principal de l’histoire c’est le fait qu’une femme mariée va s’éprendre d’une autre femme. Un scenario plutôt moderne et ouvert d’esprit. Pas une seule seconde, il n’y a de jugement sur les personnages, c’est juste une situation qui se présente avec les interrogations que cela engendre. L’histoire est fluide, la lecture agréable et on se demande bien comment tout cela va évoluer. Le seul bémol c’est le dessin : c’est un peu simple, ça manque d’arrière-plan, les expressions des personnages sont parfois dérangeantes (peut-être liées aux proportions).

    5 tomes en cours

    Extrait ici

    Nickad

    The vampire & the rose tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: ASAKA Noriko Dessinateur: ASAKA Noriko Editeur: Soleil Note: 3.5
    Résumé:

    Chiyu est une lycéenne qui croit au grand amour. Dans sa classe, Yomiya fait tourner toutes les têtes. Il est séduisant, intelligent, sportif et... c'est un vampire ! Malgré tout, elle lui propose son sang lorsqu'un beau jour, elle le trouve en train de faire un malaise. Il découvre alors son goût délicieux et n'a pas l'intention de renoncer à d'autres rations...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Romance
    Les vampires vivent au grand jour, on dit qu’il y en a au moins un par ville. Chiyu, lycéenne ne comprend pas cette obsession pour les vampires, ils sont peut-être plus beaux et doués en tout, elle ne supporte pas le fait qu’ils batifolent avec toutes les femmes. Mais dans sa ville, le vampire c’est Yomiya, et il est dans sa classe ! Ces deux-là, vont peu à peu se rapprocher.
    The vampire &the rose est un shojo classique et même si l’histoire est sans surprise, il est plutôt bien fait. Les situations sont romantiques, le vampire est séduisant et le graphisme très bien réalisé. Les personnages ont des visages arrondis typique des shojo, les décors et tenues vestimentaires sont travaillés et détaillés.
    Pour ceux qui ne sont pas blasés des shojo, il remplit bien sa mission et il est agréable à l’œil.


    The_PoP

    Johnny Red - The Hurricane

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Garth Ennis Dessinateur: Heith Burns Coloriste: Jason Wordie Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 5.0
    Résumé:

    En 2015, sur un petit aérodrome du Suffolk, Tony Iverson découvre la carcasse d'un avion de modèle Hawker Hurricane MKII, en piteux état et en provenance d'Allemagne. Seulement, il apprend très vite que le spécimen n'est pas d'origine et a subi quelques modifications... Curieux, Tony part en quête de réponses et son parcours le conduit en Russie. Là-bas, un vieil homme lui évoque la bataille de Stalingrad. Ce dernier était membre d'une unité de pilotes basée dans la région et obéissait aux ordres d'un britannique nommé...

    Autres informations: Un classique incontournable
    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Guerre
    Et Boum ! Amateurs de BD d'aviation ou de seconde guerre mondiale, nostalgiques des dessins des séries des années 70, connaisseurs de Johnny Red, ou simplement curieux lecteurs de bons comics Indépendants, je ne peux que vous conseiller cet excellent Johhny Red. Oui c'est avant tout un hommage à peine déguisé. Oui probablement que les très fins connaisseurs de Johnny Red y trouveront une partie de réédite d' histoires connues. Mais fichtre, pour eux comme pour les autres, quelle claque cela risque d'être. Comme le Goldorak sorti il y a peu, ce récit s'adresse finalement aussi bien aux initiés qu'aux autres. Et c'est tant mieux. Notons qu'en plus l'édition est parfaite avec ces compléments d'Histoire sur cette partie pas forcément la plus connue de la seconde guerre mondiale par nous Français, sa couverture reliée avec une tranche tissu et ses nombreux compléments. Le dessin de Heith Burns est au diapason de l'histoire âpre, réaliste mais héroïque que nous sert Garth Ennis. Combats aériens à couper le souffle, personnages, tout est bon. 
     
    Le tout nous est d'ailleurs servi par Komics Initiative
     
    Allez hop, ça file sous le sapin direct un cadeau comme celui-ci !

    The_PoP
    Scenariste: Franck Giroud & Laurent Galandon Dessinateur: Olivier Martin Coloriste: Gaétan Georges Editeur: Rue de sevres Note: 3.5
    Résumé:

    1951, ALABAMA, USA. À la sortie de la Seconde Guerre mondiale, les Russes mettent la main sur Manfred Fürbringer, qui a fui en Égypte. Néanmoins, l'expertise de l'ingénieur ne suffit pas, et les Américains conservent une avance technologique trop importante. Le MGB orchestre alors un projet fou : relâcher Fürbringer afin qu'il se fasse « recruter » par la CIA, et s'en servir comme taupe au sein de l'impénétrable Redstone Arsenal où sont développés les premiers missiles balistiques américains. Une guerre de dupes où la tension et la paranoïa atteignent leur paroxysme, et où le danger vient de partout, y compris de l'intérieur.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    Le premier tome de Guerre invisible nous avait lancé directement dans le grand bain de cet après guerre et de cette lutte déjà prégnante entre bloc soviétique et bloc américain.  Le dessin d'Olivier Giroud, très classique et sobre sert plutôt bien cette intrigue d'espionnage, même si je trouve que l'on peut ressentir un certain manque d'attachement au destin des personnages. Sur ce tome 2 quelques personnages se ressemblant un petit peu trop également si bien que certaines cases ne sont pas toujours aussi claires qu'elles l'auraient pu. Reste que l'histoire est prenante, intéressante, et pleine de complexité, et que le monde ainsi décrit fait froid dans le dos. Quoi de plus normal pour un épisode de la guerre froide me direz-vous ?

    poseidon2

    Superman Future State

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Collectif Dessinateur: Collectif Coloriste: Collectif Editeur: Urban Comics Note: 3.0
    Résumé:

     Les siècles passent et les Kryptoniens voient leurs alliés et ennemis changer. Alors que Jonathan Kent peine à s'imposer comme le digne héritier de son père, Superman joue sa vie dans les arènes de Warworld et sa cousine, Kara Zor-El, crée sa propre forteresse sur la Lune. Toujours mu par son intérêt personnel, Lex Luthor tente de son côté de détruire les Planètes Unies dans un monde qui, près de mille ans après notre ère, n'a plus rien à voir avec celui que nous connaissons.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    DC continue sa pose post-Snyder nous montrant maintenant des histoires courtes dans l'univers de l'homme d'acier. Espérons que ce repos donne des idées fraiches pour relancer les franchises car je dois avouer que les histoires courtes ici présentes sont un peu décevantes.
    SI les premières, sur Jonathan Kent qui essaye de s'imposer en superman et sur Superman qui est englué dans le monde de Warworld et tente de renversé Mongul, sont globalement très sympa, toutes celles qui suivent sont par contre assez décevantes. Entre une histoire trop larmoyante sur Kara, un mister Miracle pas très inspiré ou encore une aventure de Midnighter tout seul dont on se demande ce qu'il fout là, on se retrouve avec des histoires bouche-trous assez ennuyeuses.
    Vivement que l'on passe à autre même si la love story prévu de Jonathan n'ai pas forcement pour m'attirer plus que cela....
     

    poseidon2
    Scenariste: Pevel Dessinateur: Étienne Willem Coloriste: Étienne Willem Editeur: Drakoo Note: 4.0
    Résumé:

    Si rien n'explose, c'est qu'elles se sont trompées quelque part. Si rien n'explose, c'est qu'elles se sont trompées quelque part. Nous sommes en 1911, dans le Paris des Merveilles. Les Artilleuses - Lady Remington, Miss Winchester et Mam'zelle Gatling - ont enfin découvert le secret de la Sigillaire, une bague magique qu'elles ont volée et que les services secrets français, prussiens et elfiques se disputent. Prises entre trois feux, elles ne comptent pas se laisser faire et savent que la meilleure défense, c'est l'attaque à main armée. Attention, ça va canarder !

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Troisième et dernier tome... du premier cycle des Artilleuses ? Allez au vu de la fin de la série, j'opte pour un deuxième cycle à venir et j'avoue que je ne cracherais pas dessus. Surtout que ce troisième tome se trouve être super intéressant.
    En effet Pevel cachait bien son jeu en nous laissant penser que le scénario était simple et que nous avions tout compris. Nos artilleuses se sont en fait mêlées d'une affaire bien plus obscure que ce que l'on ne pourrait imaginer. Cette complexification des méandres politiques du scenario n'est pas pour me déplaire. En effet cela ajoute un coté sérieux à une bd ouvertement porté par les explosions et les course poursuites. 
    On se retrouve donc, au final, avec une trilogie très complète et aux ramifications plus profondes qui provoque une belle fin mais une fin qui fait ressortir un autre niveau dans l'univers d'Outremonde. Un niveau qui devais, je l'espère, être partie prenante d'un prochain cycle.
    A noter, pour ceux qui cherchent un cadeau de noël pour les plus de 12 ans, qu'un très beau coffret regroupant les 3 tomes vient de sortir. 
     

    poseidon2

    Kuma kuma bear t3

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Kumanano Dessinateur: Sergei / 029 Editeur: Meian Note: 4.0
    Résumé:

    Yuna se fait peu à peu à sa vie dans l'autre monde. Elle s'est construit une maison ours de deux étages et étend son cercle de connaissances. Elle rencontre un garçon nommé Kaï, venu chercher secours auprès de la guilde, et décide d'aller à la rescousse du village de Kaï attaqué par un serpent. Mais la vipère noire est gigantesque et peut se régénérer ! À la découverte du nouveau monde !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    A l'heure ou les Isekai rivalise entre terme d'aventure, de monstres à battre plus velu les uns que les autres et de pouvoirs surréalistes, Kuma Kuma bear nous offre un vrai moment de repos. En effet Yuna fait des missions comme les autres mais le fait de façon calme et pour aider autrui.
    Pas de recherche de pouvoir superflu, ici on parle uniquement d'aider les gens. De façon intelligente et calme, elle fait avancer le monde autour d'elle mais sans trop en faire.
    La lecture s'en trouve vraiment agréable et reposante a contrario des lecture à 200 à l'heure des autres Isekai du moment.

    The_PoP

    Alpha - Tome 16 - Sherpa

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Emmanuel Herzet Dessinateur: Alain Queireix Coloriste: Didier Ray Editeur: Le Lombard Note: 2.5
    Résumé:

    Zhang Yuan, un lanceur d'alerte Chinois, a posé une condition pour rallier le camp Occidental : sa fille Meï doit faire partie du voyage. Tosca, Sybil et Alpha sont donc dépêchés à Hong Kong pour exfiltrer la jeune femme au cours d'une partie de cache-cache géante contre les autorités locales... entre autres. Car leur patronne ne leur a pas tout dit. Et dans le monde de l'espionnage industriel, les souris se révèlent parfois des chats...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    Les tomes se suivent et se ressemblent malheureusement avec cette série. Ce tome 16 vient directement à la suite de l'aventure démarrée dans le tome 15. L'intrigue avance bien, et les dénouements sont bien enchaînés. Le dessin d'Alain Queireix évolue doucement depuis sa reprise de la série au tome 14 mais je continue de regretter le trait de Jigounov le créateur de la série. Comme sur sa série IR$ je trouve son trait trop froid et manquant d'émotions et de mouvement. Mais cela ne reste qu'une appréciation personnelle, et il faut être factuel, c'est globalement très correct dans le paysage bd actuel. 
    Il faut dire que le dessinateur n'est ici guère aidé par les relations et intrigues nouées entre les personnages tant celles ci sont parfois expédiées avant même d'avoir démarré. 
    Alpha reste une bd agréable à lire mais qui en l'état n'a aucune chance de me marquer une fois refermée tant elle semble pour l'heure manquer d'ambition propre.

    poseidon2
    Scenariste: Éric Giacometti Dessinateur: Philippe Francq Coloriste: Philippe Francq Editeur: Dupuis Note: 4.5
    Résumé:

    En visite incognito dans une mine d'étain en Indonésie, Largo Winch découvre avec stupeur que l'une de ses propres filiales emploie des enfants pour fournir des composants essentiels à nos smartphones. Une découverte qui encourage le milliardaire à faire évoluer le groupe W vers une économie plus éthique et plus verte, sans négliger toutefois les technologies de pointe, en particulier les marchés spatiaux, qu'il s'agisse de satellites ou du nettoyage de déchets en orbite. Largo Winch va ainsi croiser la route de Jarod et Demetria Manskind, jeunes et géniaux entrepreneurs aux moeurs et aux idées détonantes, qui ne manquent pas une occasion de le railler dans les médias. Une rencontre qui sera le prélude à de gros ennuis, dont un vol spatial qui pourrait bien très mal tourner... Car dans l'ombre oeuvrent de mystérieux tueurs aux motivations incertaines. Le monde de l'économie change. Mais pas la façon qu'ont certains criminels de faire du business...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Bon je vais être honnête, j'achetais les Largo par pur completisme sans même les lire. La honte.... mais ce tome 23 a eu pas mal de bonnes critiques (ce qui n'était pas forcement le cas pour les précédents) alors je me suis lancé directement dans le 23.... Et j'ai eu une vraie bonne surprise en effet. 
    J'ai retrouvé de la fraicheur des Largo d'autre fois. On retrouve un Largo pris au piège. Un Largo qui ne maitrise pas la situation et qui ne se doute même pas de ce qui est en train de se passer. Un tome ou Simon est fidèle à lui-même mais n'en fait pas trop non plus et ou Cochrane reprend les premiers rôles.
    Un tome de Largo plein d'aventure et de coups bas comme on les aime et qui me donne envie de relire les premiers.... et d'avoir la suite

    poseidon2
    Scenariste: Shachi Sogano Dessinateur: Issei Hyouju Editeur: Meian Note: 4.0
    Résumé:

     Quitte à débarquer dans un nouveau monde, autant bien s'entourer ! En se réveillant sur une paillasse, Michio Kaga est persuadé d'être en train de tester un nouveau jeu vidéo. Niveaux, statistiques, classes... Tout ce qui constitue un jeu de rôle classique est là. Mais avant qu'il n'ait vraiment eu le temps de jauger la situation, le village où il se trouve est attaqué par des brigands, qu'il terrasse sans grande difficulté... Une fois l'adrénaline retombée, Il réalise enfin que ce nouveau monde n'a rien d'un jeu, et que ceux qu'il a tués n'étaient pas de simples monstres, mais bien des êtres vivants... Passé le choc initial, Michio ne semble pas si pressé que ça de retrouver son monde d'origine... Et tant qu'à faire, autant en profiter pour s'amuser un peu, non ? Avec toutes ces filles tout droit sorties des canons de la fantasy, qui ne serait pas tenté ?!

    Autres informations: Pour adultes avertis.
    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    On aurait tort de prendre de Harem in a fantasy world pour un simple nouvel Isekai. Tout d'abord parce que c'est un Isekai pour adulte avec des scènes de sexes complètement explicites. Mais c'est surtout un Isekai qui se trouve être un peu plus malin que ce qu'il n'y parait. En effet ce manga traite du fantasme du jeune garçon qui s'imagine arriver dans un monde ou tout lui est permis et où ce qui est interdit dans son monde d'origine est ici la norme.
    Et ce que ce manga fait de bien c'est que notre garçon n'a rien d'un pervers ou d'un gros geek obsédé de hentai. C'est juste un jeune garçon qui se retrouve avec des possibilités étonnantes, que ce soit dans ses explorations de labyrinthe et ses combats contre les monstres, ou dans sa possibilité d'acheter une esclave ayant ouvertement accepté de servir aussi d'esclave sexuelle.  
    Une position de domination qui met en conflit sa conception de la vie provenant de son éducation et ses hormones qui le tiraillent.
    Jamais vulgaire malgré un sujet qui pourrait déraper, ce manga se révèle une bonne surprise et présente, dans un monde de jeux vidéo, les pulsions qu'ont les jeunes garçons dans notre monde actuel ou un garçon de 18 n'aura pas pu éviter de se confronter à la pornographie sur internet, quoi qu'en disent les parents.
    On peut juste espérer que l'histoire aille plus loin dans l'aspect Isekai, ayant fini d'explorer l'aspect relation intime dans ces deux premiers tomes. Prions pour que le manga ne tombe pas dans le travers facile de la collection d'esclave et le voyeurisme qui en découlerait. 

    poseidon2

    Go west young man

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Tiburce Oger Dessinateur: Collectif Coloriste: Collectif Editeur: Grand Angle Note: 5.0
    Résumé:

    Le parcours sauvage et violentd 'une montre pendant la conquête de l'Ouest.Un western qui sent la poudre et la boue... En quatorze histoires, Go West young man retrace la conquête de l'Ouestaméricain, de 1763 à 1938. Des conflits des grands lacs au désert duMexique, les destins se succèdent. Trappeurs et pionniers, tribus indiennes,desperados et prostituées vont se battre et survivre dans les grandes plaines,les villes champignons et les guerres interminables. Si les grands thèmes sontà l'honneur dans cet album, c'est le côté obscur des Hommes qui ressort,présentant avec un goût amer le rêve américain. Racisme, génocide indien,condition des femmes, guerres et misère. Go West young man est un hommageau western, mais un hommage lucide. Texte : Tiburce Oger. Dessins : Christian Rossi, François Boucq, Patrick Prugne, Hugues Labiano, Michel Rouge, Michel Blanc-Dumont, Félix Meynet, Enrico Marini, Dominique Bertail, Ronan Toulhoat, Benjamin Blasco-martinez, Paul GASTINE, Steve CUZOR, Eric HERENGUEL, TaDuc, Ralph MEYER.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Western
    Pour bien prendre en compte la porté de l'œuvre (car oui il faut appeler cela une œuvre) de Tiburce Oger, il faut se dire que je ne suis pas le fan de Western du site. Je dirais même que je suis peut être la cible la moins facile du site. Moi je suis un fan de Tiburce Oger sur Gorn. Et pourtant pourtant.... on ne peut que reconnaitre le travail qui a été réalisé par Tiburce Oger. 
    Ce pourquoi j'ai mis en avant le fait que c'était une œuvre. Car réussir à réunir 17 dessinateurs différents, tous plus bons les uns que les autres, pour nous livrer des mini histoires toutes très denses et très poignantes.
    Tiburce Oger réussi très intelligemment à balayer tout ce qui a pu être fait sur le Western et à chaque fois avec une histoire bien trouvée. Notre montre passe dans les mains de cowboy, d'indiens, de tuniques bleues, de sudistes, de mexicains ou encore de trappeurs du grand nord. Et chacun des 17 dessinateurs s'est prit au jeu et a donné le maximum pour illustrer sa mini histoire.   
    Le voyage de cette montre est un immense et superbe hommage à ce que le western nous à offert et un gigantesque appel à découvrir ce que la BD peut nous proposer sur le thème.
    Je regrette de ne pas avoir pris la version deluxe tient !

    poseidon2

    Once and future t3

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Kieron Gillen Dessinateur: Dan Mora Coloriste: Dan Mora Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

     On retrouve Bridgette, Duncan et Rose qui doivent trouver un moyen de garder une longueur d'avance sur Merlin tout en maintenant les choses secrètes. Mais nous sommes à l'ère moderne et les secrets ne peuvent jamais rester cachés bien longtemps... Le dernier chapitre de cette série acclamée par la critique et nominée aux Eisner Awards nous plonge dans le pire des deux mondes !

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Je ne sais pas vous mais moi quand je vois une mamie qui tient une épée dans laquelle se reflète des monstres et le tout dessiné par Dan Mora... je craque tout de suite 😄
    Bon ok j'ai un véritable intérêt pour tout ce qui tourne autour des mythes et légendes Celtes et Arthuriennes. Et j'ai bien aimé les deux premiers. Mais ce tome 3 est quasiment meilleur. Meilleur car il recentre bien l'histoire et imbrique tous les morceaux pour nous faire une fin en apothéose.... Ah non....  on me dit dans l'oreillette que je me suis trompé.....
    En effet cette série marche trop bien (en lice pour un Eisner Award cette année) et nos auteur, qui avaient prévu 3 tomes, finisse cette histoire comme une fin de premier cycle et non une fin de série. La preuve en effet l'état de Boris Johnson en fin de tome 🙂 🙂 
    Cela n'enlève rien à ce tome super dynamique, aux dessins et à la coloration dingues et à un mélange de mythe et de modernité fantastique. Mais ça enlève à ce tome une meilleure note car je n'ai pu que ressentir un sentiment de déception en découvrant qu'il y aurait une suite. Elle sera surement bien. Mais en 3 tomes ça faisait une minisérie top et qui n'avait pas besoin de plus.
    Un poil dommage
     

    Nickad

    Danmachi épisode Ryû tome 3

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: OMORI Fujino Dessinateur: MOMOYAMA Hinase Editeur: Ototo Note: 3.5
    Résumé:

    Au cœur de la ville d'Orario se trouve un gigantesque labyrinthe souterrain, profond dune centaine d'étages, peuplé dune réserve de monstres sans cesse renouvelée, et dont personne na jamais vu le fond. En cette ville cohabitent humains et dieux, les premiers en quête de gloire et de richesse, les derniers descendant de leurs trônes

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Démasquée, Ruy n’a pas d’autres solutions que de se battre contre les gardes du corps du directeur du casino. Syl encourage les filles à se rebeller pour lui prêtre main forte.
    Ce tome voit la fin de la première partie du manga (ce spin-off est fini en 6 tomes), les combats sont fluides et Ryu, habillée en homme, fait preuve de compétences hors pair tout en étant très classe. Au cours du tome, on glane quelques informations sur son passé (sa réputation, ses combats légendaires) et sur d’autres membres de l’auberge la fertile maitresse. Ce passé sera donc raconté dans les 3 tomes restant, bien qu’on s’en doutait un peu, les filles de l’auberge sont loin d’être banales.
    Ce manga est donc un bon divertissement, on a plaisir à retrouver l’univers de Danmachi et à croiser de temps en temps, les autres personnages.

    VladNirky
    Scenariste: Cosey Dessinateur: Cosey Editeur: Le Lombard Note: 4.0
    Résumé:

    C'est une lettre, reçue poste restante à Delhi la veille de son retour en Europe, qui entraîne Jonathan sur la piste de Yéshé. Là, installé dans un monastère perdu au coeur de l'Himalaya, alors que les « libérateurs » venus de Beijing cherchent à anéantir l'identité tibétaine, Jonathan, accompagné du malicieux moine Chamba, retrouve après de longues années celle qui donnera une réponse à ses questions.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Et voilà , clap de fin pour l'ami Jonathan . Une aventure commencée il y a 46 ans dans le journal "Tintin" . Ce "double" de Cosey clôture son histoire , et il ne le fait pas seul , vous comprendrez mieux le sens de cette phrase à la fin de l'album 🙂 . Je dois avouer que je l'ai découvert tardivement , lors des sorties de ces intégrales , très bien illustrées et documentées , avec en prime des pistes musicales (fournies pas Cosey) à mettre en fond sonore lors de la lecture des tomes . Tangerine dream , Pink Floyd etc .... Des auteurs de cette époque avec un côté psychédélique . On est bien dans l'univers de l'auteur suisse , amateur de C.G. Jung  . Car la quête de Jonathan a toujours été empreint de spiritualité , ponctuée de méditation et d'une profonde recherche de soi , et quel autre pays peut mieux symboliser cette recherche que le Tibet ? Durant ces 17 tomes nous apprenons à découvrir cette culture , ces couleurs , son alimentation et , ses habitants . Hormis un passage aux Etats-Unis (Cosey avoue d'ailleurs que ce n'est pas le meilleur moment de la série , et je suis bien d'accord) , Jonathan n'aura de cesse de voyager sur ces terres fantastiques du toit du monde .
    Je dois préciser qu'il me restait 2 intégrales à lire avant ce 17ème opus , mais j'ai pu saisir la presque totalité des événements se déroulants . Les noms des principaux protagonistes me sont revenus aussi , car il s'agit surtout de ceux ayant marqué Jonathan . Mais en refermant ces pages , je suis victime d'une furieuse envie de me replonger dedans et tout relire à la suite . Ce récit nous transporte littéralement , on sentirait presque l'odeur de la Tsampa et du thé au beurre . Cosey achève les aventures de son "clone" ou ami imaginaire de la façon la plus simple qu'il soit , et , sans qu'il n'y ait de happy end ou de drame , on n'éprouve une certaine nostalgie quand même . L'histoire se tient , mais je ne mets pas 5 sur 5 étoiles , car , il manque un "je ne sais quoi" comme disent les américains . Est-ce le fait de savoir qu'il n'y aura plus de nouveau Jonathan dans les bacs des libraires ?
    Le dessin de Cosey est reconnaissable entre mille et je peux comprendre les personnes réfractaires . Pour moi il est de ces auteurs "simples" mais qui à la manière d'un Hugo Prat , sont capables de vous transporter avec si peu de détails . Il sait rajouter des détails et le fait parfois dans certaines cases , mais il suffit de regarder ses décors enneigés pour comprendre de quelle simplicité je parle . Car au delà du dessin , il y a son écriture , et sa neige "simple" sera perçue comme authentique lors de ses descriptions , et vous aussi , vous la sentirez craquer sous vos pieds . Il fait assurément partie des grands du 9ème art , et Jonathan va rejoindre Tintin , Astérix et autres têtes d'affiches .
    Par Kevin Nivek
     

    The_PoP
    Scenariste: Joe Kelly Dessinateur: Niko Henrichon Coloriste: Niko Henrichon Editeur: Les humanoides associés Note: 4.0
    Résumé:

    Dans un monde où cohabitent humains et animaux doués de parole, Fang la renarde a fait de la chasse aux démons sa spécialité. Sous le dessin de Niko Henrichon magnifié par une mise en couleur directe à l'aquarelle, la chasseuse traque les esprits malfaisants au coeur d'un univers fantastique teinté de folklore chinois. Duels à mort, Seigneur des ténèbres, impertinence et poésie sont au menu de cette nouvelle série aux allures de conte initiatique, peuplée de personnages hauts en couleur.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Ce Fang est d'abord et avant tout une très belle réussite graphique car Niko Henrichon a su développer son style pour nous livrer un univers beau, cohérent et compréhensible dans une richesse graphique que l'on ne croise que rarement en BD. C'est beau et particulier.
    Côté scénario et histoire on est sans trop de grosses surprises sur un univers très inspiré du Japon féodal je trouve avec une très grosse dose de Fantastique. Le scénario est suffisamment original et malin pour sortir des sentiers battus, tout en nous gardant en terrain connu. Les personnages sont particulièrement réussis et le dénouement de ce tome 1 nous laisse entrevoir de belles promesses pour le tome 2. 
     
    J'espère que Fang rencontrera un petit succès car cette BD présente de vraies belles qualités.

    poseidon2
    Scenariste: Véronique Grisseaux d'apres Olivia Ruiz / Dessinateur: Amelie Causse Coloriste: Winoc Editeur: Grand Angle Note: 4.0
    Résumé:

    « Enfin, après tant d'années d'impatience domptée, je vais connaître le secret que renfermaient ces dix tiroirs. Ma grand-mère les nommait ses renferme-mémoire». À la mort de sa grand-mère, une jeune femme hérite de l'intrigante commode qui a nourri tous ses fantasmes de petite fille. Le temps d'une nuit, elle va ouvrir ses dix tiroirs et dérouler le fil de la vie de Rita, son Abuela, dévoilant les secrets qui ont scellé le destin de quatre générations de femmes indomptables, entre Espagne et France, de la dictature franquiste à nos jours. D'après le brillant premier roman d'Olivia Ruiz, cet album porte une fresque flamboyante sur l'exil qui a déjà conquis des centaines de milliers de lecteurs.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Historique
    Si je connaissais et apprécias Olivier Ruiz la chanteuse, je ne connaissais pas Olivier Ruiz l'écrivaine. 
    C'est donc avec un grand plaisir que j'ai découvert cette histoire de femmes espagnoles. Une histoire dont on ne parle presque pas chez nous, celle de l'arrivée des refugiés espagnol qui fuyaient Franco et de l'accueil glaciale qui leur a été fait. Une histoire qui a forgé le caractère des différentes femmes de notre histoire.
    On se retrouve avec une lecture intéressante, poignante magnifiquement mis en image par Amelie Causse. La gestion du récit, découpé en passage entre le passé et le présent, permet de bien gérer le suspense et les sauts dans temps rendant la lecture super fluide.
    Une belle découverte qui fait comprendre pourquoi la livre s'est, semble-t-il, aussi bien vendu.

    poseidon2
    Scenariste: Sean Murphy / Katana Collins Dessinateur: Matteo Scalera Coloriste: Matteo Scalera Editeur: Urban Comics Note: 5.0
    Résumé:

    Bruce Wayne est toujours enfermé en prison, payant pour ses exactions envers la ville de Gotham et tentant de se racheter aux yeux de ses anciens alliés. Mais il a à présent noué une relation de plus en plus forte avec son ancienne ennemie, l'ex-compagne de Jack Napier, Harleen Quinzel. Jeune maman, celle-ci est contactée par le GCPD pour l'épauler sur une affaire qui va faire remonter à la surface les souvenirs encore vivaces de son passé de criminelle. Contenu vo : Batman White Knight presents Harley Quinn #1-6 + 10 pages de Harley Quinn Black White and Red réalisées par la même équipe artistique.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Super héros
    Fiou qu'est-ce que j'aime cet univers de Sean Murphy. J'ai commencé, comme beaucoup, le White Knight pour les dessins de Sean Murphy avant tout. Mais, comme beaucoup aussi, je me suis pris au jeu de sa réécriture de l'univers de Batman. Un univers beaucoup plus dur et torturé, avec des personnages tout sauf manichéens. 
    J'y suis donc allé les yeux fermés avant de voir que Sean Murphy n'était plus au dessin ! Horreur !!! OU pas. Car s'il a laissé la barre, il l’a laissé à un dessinateur qui lui ressemble beaucoup :  Matteo Scalera que l'on a vu au travail dans Black Science. Matteo Scalera à un style très proche de celui de Murphy, avec des visages et des formes très anguleuses. On oublie donc rapidement ce changement des dessinateurs tellement Scalera fait bien le job.
    Niveau scénario cette suite est vraiment excellente non pas parce qu'elle se concentre sur Harley Quinn. Non elle est excellente parce que Batman et la Joker n'interviennent pas. C'est un tome qui met en avant les seconds rôles de l'univers et qui continue d'introduire les modifications de ces seconds rôles et donc continue de nous livrer un univers White Knight de plus en plus complet et autonome. 
    Un univers dense, avec une Harley beaucoup moins délurée et dont le rôle de maman à un impact sur tous ceux qui l'entourent. 
    Moi des albums comme cela j'en demande tous les ans !

    Nickad

    Blitz tomes 3 et 4

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: BISCAY Cédric Dessinateur: NISHIHARA Daitaro Editeur: IWA Editions Note: 4.0
    Résumé:

    Le championnat inter-collèges de la région du Kantô se poursuit sous les yeux de Karl venu surveiller l'éclosion potentielle de nouveaux talents et adversaires. Bien que capable de véritables coups d'éclats, Tom est quant à lui très perturbé par sa nouvelle rencontre avec les garçons contre qui il s'était battu dans les rues de Tokyo, après sa défaite face à Laurent. Il veut absolument affronter le leader du groupe aux échecs pour se venger de la perte du cavalier d'Harmony. Parviendra-t-il à garder toute sa concentration ?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Sport
    Le tournoi bat son plein, l’équipe doit gagner 3 matchs sur 5 pour être sélectionnée ! Si cela semble compliqué du côté de Marius et Anne, Harmony et Laurent sont bien partis. Tout va se jouer sur le match de Tom, mais celui-ci se retrouve confronté à un adversaire qui n’est pas fair-play. Arrivera-t-il à passer outre ces provocations ? Quoi qu’il en soit le niveau est élevé et l’équipe a besoin de s’améliorer.

    Ce qui est bien avec ce manga, c’est que plus en progresse dans la lecture, plus on est pris dans l’intrigue, on suit les matchs avec attention, espérant que les joueurs gagnent. Et quand on leur propose des méthodes pour améliorer leur concentration, on se dit qu’on pourrait essayer aussi !

    Qui n’a pas entendu parler du palais mental ? Eh bien, ici, vous aurez une explication pour le mettre en pratique ! Je le redis, mais l’un des aspects positifs du livre, c’est qu’il ne parle pas que d’échecs, même si on suit les parties avec attention, voir même une certaine passion, il y a aussi tout le côté vie sociale et apprentissage qui est rondement bien mené. Ajouté à cela, le petit côté fantastique qui a permis à Tom de se démarquer rapidement, et vous obtenez un manga prenant, bien construit où l’on ne s’ennuie pas une seule minute. En plus, il n’est pas nécessaire de connaître les règles ou d’avoir pratiqué les échecs pour s’y plonger.


    poseidon2

    Boule et Bill tome 42

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Christophe Cazenove Dessinateur: Jean Bastide Coloriste: Luc Perdriset Editeur: Dupuis Note: 3.5
    Résumé:

    Oyez, Oyez, gentes dames et gentes damoiseaux ! Le seigneur Bill et ses fidèles sujets, Boule et Pouf, vous accueilleront dans leur château fort pour vivre des aventures extraordinaires. En vrai roi taquin, à la maison ou à l'occasion de visites de châteaux faites en famille, Bill fait le plein de farces et règne sur son petit monde, avec la gaité et la facétie qui le caractérisent.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    Ca faisait un moment que je n'avais pas lu de boule et Bill et, sous la pression de mes plus jeunes enfants, j'ai lu ce tome 42. Pour dire le dernier que j'ai lu était de Roba....
    Et bien on peut dire que nos "nouveaux" auteurs réussissent brillamment à être transparent. Ce boule et Bill est un vrai Boule et Bill. On y retrouve les blagues pour enfants, un Bill au fort caractère et des strips suffisamment court pour ne pas être long à lire. 
    Le thème ici est la visite de châteaux et les jeux chevaleresques. Ce à quoi s'adonne tout enfant de 6 à 10 ans. 
    Une BD qui ne décevra pas son public et jeune lecteurs. 

    alx23
    Scenariste: Lewis Trondheim & Joann Sfar Dessinateur: Bastien Quignon Coloriste: Bastien Quignon Editeur: Delcourt Note: 4.5
    Résumé:

    Dans le monde de Terra Amata, rares sont les lapins qui s'éloignent de Zautamauxime. C'est pourtant le chemin qu'emprunte Bonny Malone, une jeune lapine mandatée par un maître brasseur pour vendre son breuvage. Mais cette nouvelle arrivante sur le marché n'est pas du goût de tout le monde. Un assassin est embauché pour se débarrasser de cette encombrante concurrence.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    Lewis Trondheim et Joann Sfar sont très prolifiques sur leur série Donjon avec un album sorti en début d'année Donjon Antipodes et dernièrement ce Donjon monsters tome 14. Je n'ai pas souvenir de mettre autant amuser à la lecture d'un tome de cette série même si l'humour est toujours présent dans la série et les nombreux spin-off. Il faut dire que les dialogues sont vraiment excellents dans ce one shot et l'histoire et particulièrement bien trouvée. On suit la destinée de Bonny Malone, une lapine qui va parcourir le monde pour vendre la bière très réputée des lapins pour faire plus de profit. Cette nouvelle concurrente dans la vente de bière ne va pas convenir aux autres vendeurs qui avaient du monopole et la tête de la lapine est mise à prix. Quand on voit les lapins, on ne s'attend pas à autant de violence de leur part et pourtant.
    Les dessins sont réalisés par Bastien Quignon dans le style la série.
    Après autant d'album, les auteurs nous assurent toujours une grande qualité sur chaque album et ce tome 14 la bière supérieure le confirme.

    Nickad

    My capricorn friend

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: OTSUICHI Dessinateur: MIYOKAWA Masaru Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    Tout commence par la découverte du cadavre de Kaneshiro, un odieux lycéen qui harcèle perpétuellement ses camarades. Les soupçons se tournent rapidement vers Wakatsuki, un étudiant qui est introuvable depuis ce meurtre. Matsuda, un camarade de Wakatsuki, va alors le prendre sous son aile pour le cacher, d'autant plus qu'il est persuadé que Wakatsuki n'est pas réellement coupable du meurtre...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Drame
    Matsuda est comme la majorité des élèves de son lycée, il n’ose pas s’interposer quand il voit du harcèlement, il fait comme si de rien n’était de peur de devenir la prochaine cible. Un soir, il croise Wakatsuki, un élève brimé, celui-ci tient une batte de baseball ensanglantée, il semble qu’il ait commis l’irréparable. Matsuda décide alors de l’aider.

    Ce qui est intéressant, c’est la narration du point de vue du personnage secondaire : celui qui voit le harcèlement et qui ne fait rien. Il explique sa position, comment il voit les choses, ce qui lui fait peur. L’histoire prend ensuite une autre tournure, on délaisse le côté harcèlement pour s’orienter vers une enquête. Matsuda va alors essayer de démêler le vrai du faux, et se rapprocher de Wakatsuki pour comprendre ce qui s’est vraiment passé.

    Il aurait été intéressant de développer toute l’histoire du point de vue des témoins, voir les réactions après le drame, voir s’il y a des sentiments de culpabilité qui s’installent, des regrets ou si tout simplement, la vie reprend son cours.

    Le récit est cependant intéressant, l’énoncé d’une liste de faits divers évoquant des suicides d’élèves victimes de harcèlement a de quoi alerter. Mais ce qui est peut-être le plus choquant, c’est l’indifférence, il y a ceux qui ont peur et qui n’agissent pas mais il y a surtout ces harceleurs, qui passent au travers des mailles de la justice, et qui recommencent leurs agissements.

    Il n’y a jamais trop de livres pour une prise de conscience et quand, en plus, il est bien construit et bien dessiné, on aurait tort de s’en passer.



    alx23
    Scenariste: Jean-David Morvan Dessinateur: Bruno Bazile Coloriste: Annelise Sauvêtre Editeur: Philéas Note: 2.5
    Résumé:

    La série des Enquêtes de Victor Legris a pour héros un libraire d'une trentaine d'années, propriétaire de la librairie L'Elzévir, sise au 18 rue des Saints-Pères, dans le Paris des années 1890-1900. Passionné de photographie et d'ouvrages anciens, il se trouve mêlé à des affaires criminelles qui défraient souvent la chronique. Parmi les autres personnages qu'il côtoie, citons Kenji Mori, père adoptif de Legris et son associé, Iris, fille de Mori, Tasha, peintre et épouse de Legris, Joseph, commis de librairie et friand de comptes rendus d'affaires criminelles dans les journaux, et époux d'Iris. La série est en outre l'occasion de croiser des personnages historiques réels, parmi lesquels, au premier rang, Henri de Toulouse-Lautrec, mais aussi Alphonse Bertillon, La Goulue, Ravachol, Paul Verlaine et d'autres célébrités de l'époque.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Polar
    Les enquêtes de Victor Legris est l'adaptation en bande dessinée des romans de Claude Izner dont la première enquête s'intitule Mystère rue Saints-Pères. On retrouve Jean-David Morvan un scénariste aux nombreuses parutions mais souvent assez inégale certainement à cause de la quantité. Je ne connais pas les romans donc je ne pourrais pas juger de l'adaptation. Dans cet épisode, les auteurs introduisent les personnages principaux avec évidement Victor Legris qui n'est pas policier ni détective mais libraire. Il est assez étonnant d’avoir un libraire pour héros de récit policier mais pourquoi pas et cela apporte de l'originalité à l'ensemble. Notre héros qui visite et rencontre plusieurs personnalités durant l'exposition universelle de Paris, à la faculté d'être présent quand des personnes décèdent de façon inexplicable. 
    La partie graphique est très classique même si Bruno Bazile retranscrit bien l'ambiance de l'époque de Paris. Les dessins manquent de détails ou de finition.
    Les éditions Philéas sont spécialisés dans les adaptations de romans à succès et un second tome des enquêtes de Victor Legris est déjà programmée avec La disparue du Père-Lachaise.
     

    Nickad

    Yakuza reincarnation tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: NATSUHARA Takeshi Dessinateur: MIYASHITA Hiroki Editeur: Kaze Note: 3.5
    Résumé:

    Assassiné par un gang ennemi, un yakuza se réincarne en une jeune et jolie princesse d'un monde de fantasy. Malgré sa nouvelle apparence, notre héros garde son caractère bien trempé. Yakuza un jour, yakuza toujours

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Ryûmatsu est un vieux yakuza, pas forcément pour l’âge puisqu’il y a la cinquantaine, mais plutôt pour sa façon de faire, il suit un code qui semble dépassé. Sa présence gêne et il finit par mourir. Le voilà réincarné dans le corps d’une jeune princesse dans un monde d’heroic fantasy, fidèle à lui-même et à ses valeurs, il ne pourra pas rester sans rien faire devant les injustices et va agir avec ses méthodes de yakuza bien évidemment.

    Et oui, encore un isekai de plus, cette fois c’est un yakuza qui se réincarne et en plus en tant que princesse ! Ayant retrouvé jeunesse et vitalité, il va se servir de ses poings pour combattre le mal !

    Maintenant que ça s’est dit, il n’y a pas grand-chose de plus à dire, enfin de très original à dire : il y a des monstres, des épées, de la magie, des complots… L’intérêt principal c’est l’opposition des caractères entre le yakuza expérimenté et la jeune princesse, naïve, ne connaissant rien au monde. Son attitude et ses actions vont donc être à l’opposé de ce que son entourage attend. Le manga ne manque pas d’actions et a un bon rythme. Le graphisme est adéquat au genre, sauf peut-être la coupe de cheveux de la princesse qui est assez improbable mais c’est un détail.

    Le manga est efficace et rempli son rôle, on y trouve ce que l’on attend d’un isekai, maintenant, il faudra attendre la suite pour voir s’il se démarquera du lot.


    The_PoP
    Scenariste: Christophe Bec Dessinateur: Rob de la Torre & Stefano Raffaelle Coloriste: Dave Stewart Editeur: Soleil Note: 4.0
    Résumé:

    Parti en expédition à la recherche de la légendaire cité d'Opar et de ses trésors, Tarzan va vivre l'une de ses plus palpitantes aventures. Elle le mènera à bord d'un zeppelin jusqu'à Pellucidar, la terre creuse, monde souterrain préhistorique regorgeant de dangers dont il pourrait bien ne pas revenir indemne.

    Autres informations: D'après l'oeuvre d'Edgar Rice Burroughs
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Un changement de dessinateur entre un tome 1 réussi et un tome 2 c'est peu courant. Mais un nouveau changement de dessinateur au milieu du tome 2 ça l'est encore moins. J'ai donc posé la question à l'éditeur et dès que j'aurais la réponse promis je vous tiens informé des raisons de cette curiosité.
    Il faut reconnaitre que si à, première vue, ce n'est guère engageant, le premier tome de Tarzan nous avait ceci dit laissé une très belle impression. Soyons francs, je m'étais régalé à l'époque et c'est donc avec grand plaisir que j'ai dévoré ce tome 2. 
    L'histoire est forcément plus originale que le premier tome puisque celui-ci retraçait simplement la légende de Tarzan telle qu'on la connait. Ce second opus nous livre une histoire moins connue écrite par Edgar Rice Burroughs autour de son personnage de Tarzan. Se déroulant juste après la fin du tome précédent, on y retrouve Tarzan mêlé à une aventure ou le fantastique et l'esprit de Jules Vernes cohabitent afin de livrer au roi de la jungle de nouveaux défis. Si l'on pourrait rester dubitatif sur la cohérence de l'ensemble, le gosse que je suis resté à globalement beaucoup aimé se replonger dans l'univers des histoires d'aventures se son enfance une nouvelle fois. Vous l'aurez compris, sio ce tome 2 est pour moi un cran en dessous du premier, ne prenons donc pas ce Tarzan aussi sérieusement que le précéndent qui brillait par sa noirceur et son atmosphère et ne boudons pas pour autant notre plaisir avec ce Tarzan intrépide et sauvage. 
    A noter que la couverture est réalisée par l'excellent Eric Bourgier.

    Nickad

    Interspecies reviewers tome 2

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: AMAHARA Dessinateur: MASHA Editeur: Ototo Note: 3.5
    Résumé:

    Toujours guidé par nos fins connaisseurs, continuez votre découverte du quartier des plaisirs et goûtez à de tout nouveaux fantasmes promis par les semi-humaines qui font le charme des mondes de fantasy.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Erotique
    Notre fine équipe de reporters très intéressés continuent leurs explorations des différentes maisons closes. Et quand une mission doit les tenir éloignés pendant une semaine, pas de problème, il suffit d’aller bien se vider avant de l’entreprendre !
    J’avais un peu peur que l’on tourne en rond dans ce genre d’histoire, que ce ne soit qu’une accumulation de scènes qui se ressemblent. En fait, même si le principe reste globalement le même, la diversité des espèces et situations est telle que l’on n’a pas une impression de répétition. En plus, chacun a son caractère et ses préférences et il y a une évolution dans le déroulement et les relations.
    Le manga reste sympathique (pour qui aime le genre), les commentaires (et notations) des testeurs après chaque visite donne un côté « guide de voyage » comme si on allait y aller un jour ! Avec son langage fleuri et ses notes d’humour, on ne s’ennuie pas.

    alx23

    Scurry Tome 1

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Mac Smith Dessinateur: Mac Smith Coloriste: Mac Smith Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    Un groupe de souris domestiques lutte pour survivre à un long et étrange hiver. Les humains ont disparu, le soleil se pointe rarement et une pluie froide et sombre empoisonne tout ce qu'elle touche. Les souris, qui dépendaient des humains pour se nourrir, s'accrochent obstinément à leurs vieilles habitudes, pillant les maisons abandonnées à la recherche des restes qu'elles peuvent trouver...

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    A l'instar de l'excellente série Solo, les éditions Delcourt nous proposent de découvrir une trilogie sur les souris et rats avec Scurry. Dans un monde dévasté qui parait abandonné par les humains on suit les aventures d'une colonie de souris et de quelques rats qui tentent de survivre dans ce monde sans aucune nourriture à part du poison. Les chats sont de la partie en véritable prédateurs des dernières proies à manger. L'auteur Mac Smith laisse sous-entendre pour l'instant qu'une catastrophe s'est déroulée et que seuls quelques animaux sont encore en vie à la recherche de nourriture. 
    Mac Smith gère également les dessins avec beaucoup de maitrise pour représenter les animaux en les humanisant dans leur réaction. Les scènes d’action sont très réalistes au final dans les courses poursuites entre les animaux. La partie graphique est très réussi et nous permet de rentrer dans cette histoire assez sombre. 
    Attention, Scurry n’est pas une histoire gentille pour enfants avec des souris. Ce premier tome est une très bonne introduction avec plusieurs pistes pour la suite de la colonie qui doit s’adapter à ce nouveau monde. 

    Nickad

    Notre paradis

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: UEHARA Ari Dessinateur: UEHARA Ari Editeur: Taifu Note: 3.0
    Résumé:

    Un jeune homme avec un étrange tatouage de papillon squatte les cybercafés et entend un jour un couple qui fricote dans la cabine d'à côté. Excité par le bruit, il se fait surprendre par son voisin en train de se masturber. Ce dernier possède quant à lui un magnifique tatouage d'oiseau et s'avère être un gigolo. La femme qui l'entretient propose au garçon au papillon de le recueillir également en échange de coucher avec elle quand elle le souhaite. L'oiseau et le papillon vivent à présent dans le même salon, mais étant très différents l'un de l'autre, ils doivent apprendre à cohabiter.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Romance
    Deux jeunes hommes se retrouvent à devoir cohabiter dans le même appartement, n’ayant a priori pas grand-chose en commun, ils sont tous les deux entretenus par une jeune femme Nahoko. Cette dernière, un jour, finit par ne plus rentrer, les deux garçons doivent alors prendre une décision pour leur avenir.

    Le manga commence de façon très originale, on découvre les deux garçons dans cet appartement qu’ils appelleront leur « paradis », leurs vies tournent autour du personnage de Nahoko qu’on ne verra jamais. Très vite, ils se retrouvent forcés à subvenir eux-mêmes à leurs besoins et l’ambiance particulière de l’appartement disparaît. L’histoire devient plus classique, chacun a un passé plus ou moins sombre et attend l’être auprès duquel il pourra trouver sa place.

    L’histoire est un peu confuse, on saute parfois des jours, des semaines, on passe d’un état à un autre sans trop savoir comment, des bribes d’explications viennent après. La lecture n’est pas toujours fluide et en se perdant, on perd aussi l’attachement envers les personnages. Le graphisme est fin, les personnages aussi et correspondent bien aux critères de la majorité des lectrices, c’est visuellement agréable. Ce n’est pas déplaisant mais ça n’est pas le meilleur, dommage que l’idée du début n’est pas été plus exploitée !


    Nickad

    Monster girls collection tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: AKEKO Suzu Dessinateur: AKEKO Suzu Editeur: Soleil Note: 3.0
    Résumé:

    Tout bon monstre qui se respecte doit savoir effrayer ! Pour cela, Ichika et ses camarades doivent absolument obtenir leur diplôme de monstre ! Mais dans leur classe, la plus mauvaise de toutes, étudier n'est pas une mince affaire ! Entre tricheries et règlements de comptes sanglants, Monsieur D, leur professeur principal, va avoir bien du mal à les emmener jusqu'au diplôme...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Ichika est dans une école de monstres réservées aux filles, elle suit des cours pour devenir un monstre digne de ce nom « effrayer, faire souffrir, torturer, plonger les humains dans le désespoir » voilà le programme de cette école. Mais Ichika n’est pas une élève modèle et passe plus de temps à se chamailler avec ses camarades qu’à écouter le professeur.

    Monster girls collection n’est pas un manga désagréable, il y a toute une partie fantastique avec la présentation des différents monstres, leurs capacités et caractéristiques, il y a l’ambiance scolaire avec les rivalités entre les élèves ... Le tout dans un environnement un peu trash, des têtes ou bras coupés ou des punitions par pendaison ne sont pas rares mais ce n’est pas vraiment effrayant car ce ne sont pas des morts définitives et c’est parsemé de touches d’humour.

    L’histoire est pour le moment sympathique sans être exceptionnelle, on aurait aimé voir plus le contenu des cours car pour le moment les chapitres se suivent et se ressemblent. Le graphisme est particulièrement intéressant, les décors, costumes et ambiance générale du manga sont travaillés et très plaisants à regarder.


    Nickad
    Scenariste: KONISHI Mafuyu Dessinateur: KONISHI Mafuyu Editeur: Ototo Note: 4.0
    Résumé:

    Née dans un corps d'homme et souffrant de dysphorie de genre, l'auteure est entrée dans un processus de réappropriation de son corps grâce à la chirurgie de réattribution sexuelle. Elle raconte son voyage en Thaïlande afin de se faire opérer, l'aide et les problèmes qu'elle a rencontrés et ce qui lui a permis de vivre aujourd'hui dans le corps qui lui correspond.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Biographie
    Je ne suis pas née dans le bon corps est un manga autobiographique ; Mafuyu Konishi raconte comment s’est passé son changement de sexe (homme>>femme). Elle décrit tout le processus de l’opération depuis son arrivée en Thaïlande jusqu’à son départ 25 jours plus tard. Elle parle des préparatifs, des formalités à effectuer avant de se rendre à la clinique, de l’opération en elle-même, des différentes méthodes qui existent pour modifier les organes et de toute la convalescence derrière.

    L’histoire est intéressante car elle parle d’un sujet encore délicat, en essayant d’être le plus pragmatique possible. Pour ceux qui souhaiteraient sauter le pas, ce livre est un bon guide pour savoir ce qui vous attend. Même s’il y a quelques retours sur son passé, j’aurais apprécié un peu plus de détails sur son ressenti au quotidien, comment ce changement de sexe a muri et est devenu une évidence. A la fin du livre, Mafuyu Konishi dit qu’il y a encore beaucoup de travail pour faire comprendre et accepter les transgenres, les non-binaires ou tout autre personne qui se sentirait différente, c’est pourquoi je trouve qu’il y a un manque dans ce manga. L’histoire est vraiment centrée sur l’opération, sur le changement physique mais moins sur les sentiments et ce que vivent ces personnes au quotidien. Expliquer leur souffrance, montrer leurs questionnements permettrait de mieux les comprendre et d’y être plus attentifs.


    Nickad

    Spe-Ope ! tomes 1 et 2

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: ASAMIYA Kia Dessinateur: ASAMIYA Kia Editeur: Noeve Grafx Note: 3.0
    Résumé:

    SPEOPE nous offre une nouvelle aventure spatiale faite de voyages interplanétaires, de robots et de mécaniques rétro, ou les machines peuvent encore être réparées par des mains humaines, afin de nous offrir de sublimes poursuites en vaisseaux spatiaux.Nous voici embarqués dans l'incroyable aventure de l'équipe « Fragile » composée de Opera Cat Rune, accompagnée de ses fidèles associés: un chien et un robot. Un premier épisode qui exprime tout le potentiel de ce manga que nous propose le porte étendard de la cyber-bande dessinée qu'est KIA ASAMIYA. On ne boude pas notre plaisir de voir se développer, à travers les chapitres, les intrigues et son univers.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Spe-Ope est un space opera : une histoire d’aventures dans l’espace : une petite équipe composée d’une humaine, un martien (le personnage ressemble à un chien) et un robot sont des convoyeurs spatiaux, ils sont payés pour apporter des marchandises d’une planète à une autre. Leur mission cette fois-ci semble cacher un mystère, les voilà aux prises avec la guilde criminelle de Mercure, ils vont tout mettre en œuvre pour leur échapper et comprendre le fin mot de l’histoire.

    Ces deux premiers tomes contiennent deux histoires complètes, on semble partir vers une aventure plus longue à la fin du 2eme, une aventure ressemblant à une chasse au trésor. Kia Asamiya est un auteur prolifique qui s’est déjà illustré dans plusieurs genres mais surtout ses titres de science-fiction comme Silent Moebius, Nadesico ou son adaptation de Star Wars. Il se fait plaisir ici en réalisant l’un de ses rêves : une grande aventure ou il rend hommage aux œuvres du genre en disséminant de petites références.

    Côté scénario, c’est assez classique mais ça laisse le champ libre à introduire de nombreux lieux et personnages. Côté graphisme, c’est assez léger, un peu enfantin, cela manque de détails, d’expressions sur les visages. Cela laisse l’impression que l’auteur a plus pensé à son plaisir qu’aux lecteurs et ça s’en ressent, le manga ne passionne pas, il y a des longueurs, un manque de modernité.


    Nickad

    Blitz tomes 1 et 2

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: BISCAY Cédric Dessinateur: NISHIHARA Daitaro Editeur: IWA Editions Note: 3.5
    Résumé:

    Tom, jeune collégien, a un coup de cœur pour la belle Harmony. Apprenant que celle- ci se passionne pour les échecs, il décide de s'inscrire au club du collège. Mais il n'en connaît pas les règles ! Il n'a donc pas le choix : il doit tout apprendre et s'entraîner sérieusement. Très vite, il découvre l'existence de Garry Kasparov, le plus grand joueur de l'Histoire des échecs. Lors de ses recherches Tom tombe sur une machine de réalité virtuelle qui va lui permettre d'analyser les parties les plus mythiques du maître ! Un événement inattendu va alors ouvrir à Tom les portes du très haut niveau des échecs, et ce malgré lui...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Sport
    Je redoute toujours de me lancer dans la lecture d’un livre orienté vers un sujet très précis, il y a toujours le risque qu’il ne s’adresse qu’aux initiés.
    Blitz commence assez classiquement : Tom, collégien, veut rejoindre le club d’échecs pour être auprès de la fille qu’il aime. Le président du club le voit tout de suite comme un rival et le met au défi de gagner une partie contre lui. Il n’a que deux mois pour se préparer alors qu’il n’y connaît absolument rien. Tom va alors se lancer avec passion dans cette nouvelle discipline qui va devenir vitale pour lui.
    Cédric Biscay a imaginé une histoire qui ne se contente pas de parler du jeu, si d’une certaine façon, on sent qu’il veut donner l’envie de faire connaître les échecs, notamment auprès de la jeune génération, c’est l’ambiance générale qui est la plus motivante : petit à petit la passion se communique, l’irrésistible envie de jouer et d ‘affronter des adversaires, la soif de se surpasser. Dans le 1er tome, il y a quelques explications sur les règles du jeu, la mise en place des différents personnages et l’événement clé qui va permettre de rentrer dans le vif du sujet. Puis dans le second, on arrive au 1er tournoi et l’effervescence des joueurs.
    Chacun y trouvera son compte : les amateurs d’échecs apprécieront les parties dont certaines sont supervisées par Garry Kasparov en personne ! Les néophytes découvriront le côté très imagé des parties qui apporte action et aventure, et les fans de manga seront rassurés par le graphisme de Daitaro Nishihara qui permet au livre de s’intégrer parfaitement dans l’univers manga.
    A noter que l’action se déroule principalement au Japon dans une école internationale et que les personnages sont de toutes origines, cela renforce le côté universel des échecs. En plus, à la fin de chaque tome on trouve des explications un peu plus détaillées (un lexique des échecs notamment). C’est donc un bon début de série, tout public.
    Bande annonce du manga Blitz ! - YouTube



    alx23
    Scenariste: Jean-Christophe Deveney Dessinateur: Sagar Coloriste: Sagar Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    Depuis les premiers combats dans les faubourgs de Marseille, Michel et Louis Acariès ont traversé des centaines de rings, en tenue de boxeur comme en costume de promoteur jusqu'à Las Vegas et Paris-Bercy. Ils ont tout vécu de ce que la boxe peut donner, jusqu'au seuil du championnat du monde pour Louis, qu'il remportera finalement en tant qu'entraineur de Brahim Asloum en 2007.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Sport
    A bout de bras est l'adaptation en bande dessinée du roman Pied-noir, poings nus de Michel Acariès, avec Pierre Ballester. Ce titre retrace le parcours des deux frères depuis leur jeunesse avec les événements de la guerre d'Algérie puis leur fuite vers la France. Louis Acariès débute alors une carrière de boxeur durant sa jeunesse avant de devenir professionnelle à sa majorité, son frère Michel traine avec les petits trafiquants avant de se reprendre en devenant chauffeur de taxi. Jean-Christophe Deveney scénarise ce roman graphique proche d'une autobiographie rapide des deux frères mais aussi de leur père sur 150 pages. On découvre le milieu de la boxe et les difficultés pour devenir professionnel en évitant les truands qui gravitent dans les matchs de boxe. Des textes et interviews des deux frères complètent ce titre en fin d'album avec des photos de leur parcours atypiques aux nombreux succès dans le monde de la boxe. Les dessins de Sagar sont de qualité avec un trait très dynamique surtout pour mettre en image les combats sur le ring.
    A bout de bras rejoint la collection coup de tête aux Delcourt qui est spécialisée dans les bande dessinée sur le sport et pour relater des histoires vraies. 
     

    The_PoP
    Scenariste: Arleston Dessinateur: Didier Tarquin Coloriste: Lyse Tarquin Editeur: Soleil Note: 4.0
    Résumé:

    Rien ne va plus dans le monde de Troy. Les sages, relais de la magie, disparaissent un à un. Lanfeust lui-même a perdu son pouvoir. Qui est cet être mégalomane qui plonge villes et villages dans le chaos ? Et quid de cet arbre gigantesque d'où semblent provenir tous les maux qui les accablent ? Lanfeust et Hébus, à nouveau réunis, partent au Delpont enquêter sur ces étranges disparitions...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Un nouveau Lanfeust ? Mais Lanfeust Odyssey me semblait pourtant terminé non ? Et bien oui, et ce tome 9 qui vient poursuivre l'aventure originelle se déroule pourtant, après Odyssey. Lanfeust est donc plus vieux, et la vie a repris un semblant de normalité. 
    Deuxième spécificité étonnante :  c'est une one shot. Oui un Lanfeust en One shot. Mais attention, c'est le début d'une série de one shot puisque les auteurs souhaitent désormais se faire plaisir avec Lanfeust. 
     
    Oui mais et nous, les lecteurs ?
     
    Et bien je vous avoue que j'ai beaucoup aimé lire ce Lanfeust, là où les Odyssey avaient fini par me perdre dans leur asterixisation... De l'humour mais pas trop, un poil d'enjeu, le plaisir de retrouver nos héros un peu changés, bref. C'est bien. 
    Graphiquement, Didier Tarquin maîtrise complètement son sujet, c'est donc du Lanfeust, et il n'y a plus grand chose à en dire après 26 épisodes.
    Une fois que j'ai dit tout le bien que je pensais de cet album, qu'une nouvelle fois j'ai pris beaucoup de plaisir à lire, j'aimerais cependant apporter un bémol. J'ai refermé ce livre et je me suis dit, "oui mais à quoi bon ?". Pourquoi reprendre Lanfeust si c'est pour en faire du Ekko ? Lanfeust c'était d'abord, avant même l'humour, un souffle épique fort et prenant, et des personnages qu'on prenait plaisir à voir évoluer. Là, on se retrouve avec une soupe rallongée. Et comme j'ai adoré et que j'adore toujours Lanfeust, j'ai simplement envie de demander aux auteurs si plutôt que de continuer dans une petite routine sympa et finir par faire rentrer Lanfeust dans le rang vous lui apportiez plutôt une conclusion digne de cette Saga ? Un truc à faire frémir les tripes, comme la  fin d'un Jazz Maynard, sinon quel intérêt de faire vieillir Lanfeust ?
    Allez messieurs, du panache. Il sera toujours tant de nous faire une série dérivée sur la jeunesse de Lanfeust...
     

    Nickad
    Scenariste: ARAI Piroyo Dessinateur: ARAI Piroyo Editeur: Meian Note: 4.5
    Résumé:

    Aujourd'hui encore, ma jeunesse me hante... L'histoire d'une femme qui a grandi dans la violence... Message aux parents qui maltraitent leurs enfants. Les enfants n'oublient rien. Ni les coups, ni les abus. Il en va de même pour les insultes et le sentiment d'être trahi sans cesse. J'aimerais que vous gardiez une chose en tête : Lorsque vous prendrez de l'âge, souvenez-vous que votre destin sera entre leurs mains. J'aspirais seulement à une vie normale... Avec des parents normaux... Au fil de ce one shot au vitriol, Piroyo ARAI revient sur sa relation avec son père abusif. Dans un style simpliste mais sans filtre, elle y évoque la brutalité omniprésente de sa jeunesse, l'ombre qu'elle a projetée sur sa vie, même après le décès de son père, mais aussi la froideur avec laquelle sa famille détournait le regard.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Drame
    Piroyo Arai revient sur son passé depuis sa petite enfance jusqu’à l’époque actuelle. Dans sa famille, il y a trois enfants, elle est la plus jeune et a deux grands frères. Il y a sa mère une femme déchirée entre plusieurs sentiments et situations mais il y a surtout le père, bien sous tous rapports et charmant au dehors, il est un monstre en privé : il boit plus que de raison, bat sa femme et ses enfants. Les enfants grandissent dans la peur, la mère est partagée entre leur protection et la nécessité de rester pour pouvoir leur offrir des études plus tard.

    Piroyo grandit tant bien que mal, elle espère désespérément que quelqu’un vienne les aider mais ne pourra s’éloigner de cette famille qu’à 20 ans. Sauf que le mal est fait, ses rapports avec les autres sont biaisés. Elle raconte alors le long parcours et travail qu’il a fallu pour changer et mettre des mots sur ce qu’elle ressentait.

    Le témoignage de l’auteur est poignant, elle montre le quotidien terrible dans lequel vivent les personnes victimes de violence, et puis il y a l’attente insoutenable de voir venir de l’aide qui ne viendra jamais tant son père est « parfait » avec les gens extérieurs, le désespoir de comprendre que personne ne pourra la croire et qu’elle ne peut compter que sur elle-même. Elle décrit l’influence que ces violences ont eu plus tard dans sa vie, ce besoin maladif d’affection, cette peur permanente de voir le monstre revenir ou de le voir surgir en elle, qui porte les mêmes gènes, une lutte permanente pour ne pas reproduire la même situation.

    Mais ce qui est bien c’est qu’elle s’en est sortie, même si tout n’est pas parfait, et qu’elle raconte le cheminement et les aides qui lui ont permis d’avancer. D’une part, elle dénonce pour qu’il y ait une prise de conscience, et de l’autre, elle tend la main à ceux qui auraient vécu des situations similaires en leur disant qu’ils peuvent trouver du soutien, qu’ils ne sont pas seuls.

    Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur ce livre tellement il est riche et fort. Je ne peux que vous le conseiller.


    Nickad
    Scenariste: Ryukishi07 / Tanaka Romeo Dessinateur: TATSUHIKO Editeur: ChattoChatto Note: 4.5
    Résumé:

    Grâce au retour de Miya, Mikihiko et les autres sont à nouveau réunis. Commence alors un long processus de réadaptation pour Mikihiko afin de réintégrer la société. Pour permettre à celui-ci de vaincre son traumatisme, le groupe d'amis décide de faire revivre l'ancien festival local, disparu de- puis des années, cependant Miya cache un lourd secret qui risque de mettre à mal le projet...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Depuis le passage au lycée, Mikihiko vit reclus dans sa chambre, Iyo a changé de look et de fréquentations, Keiko est sortie de l’hôpital et tente de rapprocher tout le monde. C’est le retour de Miya qui va définitivement faire bouger les choses, elle utilise les grands moyens pour faire sortir Mikihiko et cela fonctionne. En quête d’aventures comme lorsqu’ils étaient au collège, les quatre amis décident de faire revivre le festival du dragon blanc.

    Si l’on assiste au quotidien de cette petite ville où la plus grosse enquête que peut mener ces jeunes est de retrouver un chat blessé, c’est surtout le côté humain qui est mis en valeur. Si individuellement, ils peuvent se sentir dépasser, ne pas être à leur place, ils trouvent leur force dans leurs sentiments et l’envie d’aider leurs proches. Le portrait de la campagne délaissée est un peu triste, on ressent bien cet abandon mais il suffit d’une petite étincelle pour que la vie reprenne et que les gens se rapprochent.

    Ce manga montre des tranches de vie, des quotidiens comme il y en a partout, avec ses hauts et ses bas, mais il y a ce sentiment positif en plus, cet espoir qui fait aller de l’avant et qui nous montre que c’est en communauté que l’être humain s’épanouit le plus. C’est un manga bien écrit et bien dessiné qui nous happe facilement, on s’y promène et on s’y sent bien, on aurait juste aimé en avoir plus.




    Nickad

    Wakusei closet tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: TSUBANA Dessinateur: TSUBANA Editeur: Noeve Grafx Note: 4.5
    Résumé:

    Aimi fait des rêves étranges. Un autre monde, désolé, peuplé de monstres, avec pour seule compagnie humaine une jeune fille ayant oublié jusqu'à son propre nom et prisonnière de cet univers cauchemardesque. Alors qu'Aimi tente de se convaincre que ses rêves ne sont que fantaisies, l'un de ses camarades de classe disparaît sous ses yeux... et apparaît dans l'autre monde.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Horreur
    Quand Aimi dort, elle se retrouve toujours dans le même paysage et y retrouve toujours la même jeune fille. Elle ne sait pas où elle est, elle pense que grâce à sa volonté, elle peut poursuivre son rêve et influencer son déroulement. Mais un jour, un de ses camarades de classe disparaît et elle le retrouve dans cet autre monde.
    Wakusei closet semble mélanger habilement rêve et réalité, mais l’histoire ne s’arrête pas là, car c’est entre les mondes qu’Aimi voyage, entre les univers. Le manga propose une vraie réflexion sur les expériences de corps astral (l’esprit qui quitte le corps), et en même temps il y a la présence de parasites menaçants, hyper hostiles, qui s’en prennent aux humains. Derrière la couverture mignonne, c’est l’horreur qui est présente : ne pas savoir à quoi s’attendre, ne pas comprendre les événements, se retrouver coincé au milieu de nulle part entouré de dangers.
    Le graphisme est à la hauteur, les monstres sont autant répugnants que les enfants sont mignons ; et le scénario tellement bien pensé que l’on ne sait absolument pas ce qui va se passer. C’est étrange et déroutant mais c'est justement ça qui fonctionne et qui donne l'envie d'y revenir.



    The_PoP

    Thorgal - Tome 39 - Neokora

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Yann Dessinateur: Fred Vignaux Coloriste: Gaétan Georges Editeur: Le Lombard Note: 4.5
    Résumé:

    Prise dans une tempête en pleine mer, une expédition viking découvre un bébé dans une mystérieuse embarcation. L'enfant est baptisé du nom de Thorgal. Prodige du tir à l'arc, épris de liberté et de justice, il n'aura de cesse de défendre les siens et d'aspirer à une vie paisible. Son histoire est celle d'un homme que les dieux ont décidé de mettre à l'épreuve et qui percera, au fil de ses aventures, le mystère de ses origines.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Hey Pop, tu délires ? Le tome 39 de Thorgal dans la sélection des coups de coeur de l'année ??? En plus tu lui as mis que 4.5 ???
    Oui et oui. Ce Thorgal est un très bon cru, dans une série qui semblait pourtant destinée à s'essouffler jusqu'à perdre haleine. Je vais commencer par m'attarder sur le dessin de Fred Vignaux, qui a su je trouve adapter son style à l'immense héritage de Rosinski sans chercher à le copier. Au fil des tomes, ce Thorgal retrouve une âme, différente certes, mais qui a su rester dans la continuité. Les visages sont expressifs et très réussis, tout comme les scènes d'actions, et si les décors sont un peu mornes dans cet épisode, cela colle finalement à l'ambiance de ce tome. 
    Côté scénario enfin, il faut noter l'excellente idée de nous proposer enfin une aventure de Thorgal qui se poursuivra sur plusieurs tomes. Cette série n'est pour moi pas destinée aux One Shot, Thorgal est l'Odyssée de la BD franco belge moderne, et le fil conducteur de ses aventures doit nécessairement se dérouler sur plusieurs tomes pour prendre tout son sens et retrouver l'esprit quête initiatique parfois perdu en route. En bref, Yann nous montre un Thorgal décidé à mettre un terme aux questions et menaces sur ses origines et cela ne laissera aucun lecteur de longue haleine indifférent. Le tout est plutôt bien imriqué il me semble dans le reste de l'univers développé à côté pour donner beaucoup de sens à ce tome. Si l'on rajoute que les liens familiaux sont ici de nouveau questionnés, interrogés à travers les relations développées entre les personnages on obtient un excellent tome.
     
    Alors pourquoi 4.5 ? Parce qu'à ce stade, ce tome ne vaudra que par les conclusions qui lui seront apportées. Il peut être le début d'une conclusion en apothéose de la série si auteurs et éditeur ne se débinent pas. Mais il peut aussi se révéler un coup dans l'eau si tout ce beau monde décide de rallonger la sauce. Quoiqu'il en soit ce tome est excellent, j'ai pris un grand plaisir à le lire, et si les derniers étaient plutôt bons, celui-ci me semble plus remarquable du fait de l'ampleur de son scénario et de la maitrise croissante de Fred Vignaux pour son univers.

    Nickad

    Goodnight world tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: OKABE Urû Dessinateur: OKABE Urû Editeur: Akata Note: 4.0
    Résumé:

    Avec "Goodnight World", Uru Okabe livre un manga d'action complexe, qui questionne sur les univers virtuels... Entre catfishing, famille décomposée et désespoir, le mangaka dresse un portrait sombre et lucide du monde contemporain. Taichiro est en rupture sociale complète. Détestant sa famille du plus profond de son être, il s'est réfugié dans PLANET, le MMO en réalité virtuelle le plus en vogue du moment. Dans cette autre réalité, il est membre d'Akabane, l'une des plus prestigieuses guildes de ce jeu en ligne. Au sein de cet autre univers, il s'est créé une famille de substitution. Aux côtés de Shiro, Mei et AAAAA, il espère bien vaincre le légendaire Black Bird of Happiness. Mais l'équilibre précaire de sa vie bascule quand, un jour, son véritable père est hospitalisé... Rappelé brutalement à la réalité par sa famille qu'il exècre, ne risque-t-il pas d'aller de désillusion en déception en découvrant ceux qui se cachent derrière ses camarades de guilde ?

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Taichiro est presque un ikkikomori, il ne sort de sa chambre que lorsqu’il a besoin de se nourrir. Il ne parle plus à son père qu’il considère comme un looser, ni à son frère et sa mère semble avoir quitté le domicile. Il passe son temps connecté à un jeu de réalité virtuelle « planet » dans lequel il a trouvé des compagnons avec lesquels il a des relations proches, comme celles d’une famille. A leurs côtés, il redécouvre des sentiments qu’il pensait disparus, naviguant entre réel et virtuel, il se heurte régulièrement à la dure réalité.

    Goodnight world est un constat d’une facette de la société actuelle, le manga montre les fractures sociales, les gens qui préfèrent fuir les problèmes et se réfugier dans un monde virtuel. Il montre à la fois que les liens ne se construisent pas facilement, qu’il faut partager pour créer et il dénonce, d’une certaine façon, ces espaces virtuels qui prennent de plus en plus d’importance dans la vie.

    Mais il n’y a pas que ça, car il y a l’histoire du jeu, des événements étranges liant réel et virtuel, qui ne sont pas sans rappeler des sujets déjà abordés dans SAO. Mais surtout, il y a cette « fausse famille » dont le lecteur apprend très vite l’identité et qui change toute la perception des relations entre les personnages. Un manga intrigant et innovant.

    Série finie en 5 tomes. Extrait ici : Goodnight World T.1 - AKATA (akazoom.fr)


    alx23
    Scenariste: Rodolphe Dessinateur: Christophe Dubois Coloriste: Christophe Dubois Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.0
    Résumé:

    Revenu sur Terre, l’équipage du Jupiter explore l’étrange planète de leurs origines. Mandor et Beth retrouvent leur vaisseau sous la forme d’une épave qui semble s’être échouée il y a un siècle… Ils viennent pourtant de le quitter. Le temps est-il devenu fou ?

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    La trilogie du second cycle se poursuit avec le retour au Jupiter, les personnages principaux de TER sont de retour sur la planète Terre qui a subi d'énormes changements et de mutations. Rodolphe nous propose de suivre les personnages avec des problématiques temporelles puisque certains auront vieilli plus vite que d'autres lors de l'exploration de la planète. On prend plaisir à suivre tous les personnages qui se retrouveront dans cet épisode avec autant de questionnements que de réponses pour l'instant. On peut toujours profiter des magnifiques décors avec les dessins de Christophe Dubois. L'auteur met en avant aussi toute une faune crédible avec les cousins des chats ou les énormes papillons comme on peut le voir sur la magnifique couverture. On ne peut que rester contemplatif devant les planches de l'auteur sur ce monde étrange. L'album se termine sur un cahier graphique avec des esquisses et quelques explications sur les animaux croisées lors de la lecture.
    Les deux auteurs maitrisent leur sujet et revisitent les classiques de la science-fiction à travers ces deux cycles. A noter pour les lecteurs désirant découvrir la série que l'intégrale de la première trilogie sera disponible le 18 novembre avant de plonger dans TERRE.

    The_PoP

    Mages - Tome 6 - Yoni

    Par The_PoP, dans Critiques

    Scenariste: Nicolas Jarry & David Courtois Dessinateur: Giovanni Lorusso Coloriste: Elodie Jacquemoire Editeur: Soleil Note: 3.0
    Résumé:

    Lors de la guerre des goules, les mages runistes de Dumn sont passés maîtres dans la fabrication de Golem. Avec la paix, ces colosses ravageurs s'affrontent désormais dans les arènes faisant la fortune de leur maître. Yoni, 11 ans rêve d'être l'un d'entre eux, mais lors d'une funeste nuit, il devient orphelin. Yoni n'a plus qu'une obsession : réaliser le Golem parfait qui vengera les siens !

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Les sorties des terres d'Arran s'effectuant souvent de manière groupée pour les séries dérivées de l'univers développé dans Elfes, il faut bien reconnaitre qu'on a beau jeu de les comparer. ET à ce jeu, malheureusement Mages m'a toujours donné l'impression du parent pauvre. Bon soyons honnêtes : il est vrai que j'ai assez peu d'empathie d'une manière générale pour les mages en Heroïc Fantasy, mais je suppose que cela n'explique pas tout. 
    Et là en comparant ce tome avec le dernier Nains et le dernier Orcs et Gobelins et bien... je dois avouer que ça fait mal. Car ce Mage est plutôt pas mal, mais cette comparaison fait ressortir tout ce qui manque pour moi dans cette série. Je n'y ressens pas vraiment de souffle épique, et les personnages et leurs relations entre eux me semblent souvent assez fades. 
    Oui j'ai la dent dure, surtout que ce tome est assez certainement l'un des meilleurs des 6 premiers. On sent que le graphisme a cepêndant été travaillé car c'est plutôt réussi, mais même là encore, je n'y trouve pas autant de qualités qu'aux autres parutions récentes.
     
    Bref, ce tome de Mage ravira les fans des Terres d'Arran car il est intrinsèquement plutôt bien. Pour les autres, il n'y a mlaheureusement que peu de chance que ce tome vous fasse changer d'avis sur cette série dérivée là.

    The_PoP
    Scenariste: Olivier Peru Dessinateur: Ma Yi Coloriste: Ma Yi Editeur: Soleil Note: 4.0
    Résumé:

    S'ils avaient su ce qui les attendait en Terres des Ogres, Lardeur et sa bande de mercenaires ne seraient jamais descendus aussi loin au sud des Terres d'Arran. Mais quand la mort est à vos trousses, et que vous avez déjà tout perdu, que vient le temps d'embrasser la Faucheuse, autant se présenter à elle en véritable cul-vert, le poing serré et la rage au coeur.

    Autres informations: De la bonne fantasy créative et pleine d'hommages
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Après m'être régalé de la lecture du dernier Tome de Nains tout juuste sorti j'ai enchaîné avec le dernier Orcs et Gobelins. Forcément quand on passe du temps sur les terres d'Arran, on finit quand même par s'y plaire. Alors enchainer avec l'une des plus récentes séries dérivées de l'univers imaginé par Jean Luc Istin, et probablement d'ailleurs l'une de mes préférées, ça ressemble au bonbon de fin de repas, même après un mois de Novembre  aux allures de gueuleton de fête de fin d'année. Dur d'y résister.
    Orcs et Gobelins c'est la série dérivée où les auteurs s'autorisent le plus de choses finalement. Forcément quand les héros sont les méchants habituels, les fans sont moins enclins à la pendaison lorsqu'on profite d'un épisode ou deux pour rendre de beaux hommages à la Pop culture cinématographique. Ainsi on avait eu un épisode aux allures parfois de Ghostbuster, on a évidemment eu l'hommage à Conan et voici désormais le film de Labyrinthe revisité façon Orcs. 
    Vous noterez d'ailleurs que c'est le second scénario signé par M. Peru dont je dis du bien ce mois-ci. Bravo, faire du frais sur des univers aussi revisité c'est toujours louable.
    Vous l'avez compris, outre un scénario qui m'a beaucoup plu, il faut noter également que la réalisation signée Ma Yi est irréprochable et particulièrement soignée. 
    Au final j'ai une nouvelle fois passé un excellent moment avec cet épisode d'Orcs et Gobelins. Et si le précédent avait été un brin plus fade, force est de constater que la série reste globalement excellente.
     
     

    poseidon2

    Sleepless

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Vaughn Sarah Dessinateur: Del Duca Leila Coloriste: Del Duca Leila Editeur: Urban Link Note: 3.0
    Résumé:

    Dans le royaume d'Harbeny, la princesse "Poppy" Pyppenia bénéficie de la protection de son fidèle chevalier sans sommeil, Cyrenic l'indormis. Et pour cause ! Alors que l'on couronne tout juste le nouveau régent, nombreux sont ceux à voir en la fille illégitime du roi une menace potentielle pour le trône. Une première tentative d'assassinat à son encontre inaugure alors un nouveau chapitre de sa vie, ponctué de trahisons multiples. Alors que Poppy et Cyrenic s'efforcent de découvrir les commanditaires de ce complot, tous deux naviguent dans les eaux dangereuses de la vie à la cour et de leurs sentiments grandissants l'un pour l'autre.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Etrange histoire que ce Sleepless. Etrangement construite surtout. En effet le comic est épais, dense mais surtout très mal équilibré.
    En effet on passe plus de la première moitié de la BD à nous presenter les deux personnages princpaux et à nous introduire les Indormis pour qu'au final ceux ci ne servent à rien du tout et que l'on retombe dans le conte très standard. 
    Je n'ai rien contre les contes, mais ici on a l'impression de Sarah Vaughn est passé à coté de quelque chose. Cette idée des Indormis aurait pu etre bonne si l'accent avait plus été mit sur les facultés qu'ils gagnent, le pourquoi de leur renommée etc..... La il ne servent quasiment à rien. Du décors ni plus ni moins.
    On se retrouve donc avec une histoire correcte mais à l'introduction très longue et, au final, pas vraiment utile. 
    C'est bien dommage car le dessin est très sympa les idées laissaient la place pour une histoire plus ambitieuse.

    poseidon2

    No gun's life t11

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Tasuku Karasuma Dessinateur: Tasuku Karasuma Editeur: Kana Note: 4.5
    Résumé:

    Jûzô Inui est un extend : on lui a implanté un revolver à la place de la tête. Depuis la grande guerre, il gagne sa vie dans cette ville grouillante d'autres extends, d'autres individus bénéficiant, comme lui, d'extensions mécaniques. Son business ? Résoudre des affaires dans lesquelles des extends sont impliqués. Un jour, Jûzô reçoit l'étrange visite d'un homme poursuivi par la police pour kidnapping. Il demande à Jûzô de protéger l'enfant qu'il a enlevé... !! Toutefois la gigantesque multinationale Beruhren va entrer dans le jeu... Jûzo est loin de se douter du guêpier dans lequel il vient de fourrer son nez !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Encore un excellent tome de no gun's life. Excellent car nous proposant une vraie avancée avec un retour au centre de l'histoire de Tetsurō et de son Harmonie pas comme les autres.
    On en apprend énormément sur Beruhren, sur le passé de Tetsurō  et sur pourquoi il est si important aux yeux de Beruhren. L'explication de la création d'Harmonie est particulièrement bien faite car reposant sur quelque chose de particulièrement humain.
    Coté Jûzô on n’est pas en reste non plus car son ancien partenaire reviens d'entre les morts pour nous montrer que l'implication de Jûzô est tout sauf un hasard. Toute cette histoire commence à sentir bon la fin de série (toujours en cours au japon avec juste un tome de plus) et ce n'est pas pour me déplaire.

    poseidon2
    Scenariste: Raoul Cauvin Dessinateur: Willy Lambil Coloriste: Willy Lambil Editeur: Dupuis Note: 3.0
    Résumé:

     De retour de mission, Blutch découvre qu'Arabesque, sa précieuse jument capable de faire la morte pendant les charges, a été réquisitionnée par une autre unité nordiste ! Ivre de rage, il détruit tout sur son passage, y compris le mess des officiers, mais parvient à convaincre Chesterfield de partir à la recherche de son cheval. Un dangereux et hilarant road movie attend le célèbre duo, au cours duquel ils vont mettre en lumière les affres de la guerre de Sécession, croiser un vieil ennemi, manquer trépasser à plusieurs reprises... et faire mourir de rire leurs lecteurs ! Un album à savourer tout particulièrement, puisque Lambil s'y montre plus que jamais remarquable dans l'art des dessiner les équidés. Mais aussi parce qu'il s'agira du tout dernier Tuniques Bleues écrit par Raoul Cauvin, après 64 albums entrés dans l'Histoire de la BD !

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Difficile de ne pas penser au décès récent de Raoul Cauvin quand on lit ce dernier tome des Tuniques bleues. Et donc difficile de faire une critique très honnête. Mais je vais essayer.
    Et ma critique serait que comme beaucoup de série ancienne, il est temps de passer la main. Si Cauvin avait gardé un sens de la repartie savoureux avec des interventions des personnages secondaires toujours très rigolotes, nos personnages principaux se caricaturent un peu eux même et tourne en rond dans leurs relations.  Ou sont passés les vrais actes de bravoures des premiers tomes ? Et les vrais ennemis du Sud comme Quantrill ?
    Bref niveau scenario cet album est un peu facile mais on le pardonnera à monsieur Cauvin bien évidemment. Graphiquement le trait que nous présente Lambil ici bien raccord avec son âge. Les détails manquent cruellement et les visages Chesterfield  et Blutch sont parfois à la limite de l'amateurisme. 
    Même si c'est toujours dure d'abandonner son bébé, en tant que lecteur on ne peut que se réjouir de l'arrivée de Munuera et Beka aux manettes du prochain « tuniques bleues ». On peut leur faire confiance pour rendre un vibrant hommage à monsieur Cauvin.

    alx23

    Macadam Shooters Tome 1

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Mike Zonnenberg Dessinateur: Roger Vidal Coloriste: Roger Vidal Editeur: Steinkis Note: 3.0
    Résumé:

    La guerre des gangs va-t-elle éclater ? Depuis que la crise économique a frappé Briquestone, les adultes ont quitté la ville. Pour survivre, les jeunes qui ont décidé de rester se sont réunis en bande et en ont pris le contrôle. Les clans les plus forts se sont installés dans des squats stratégiques et règnent en maître sur leur territoire. Ils s'affrontent dans les rues et sont appelés les Macadam Shooters. Les Kingstones squattent l'ancienne usine textile à l'Ouest de la ville et cherchent à retrouver une vie dans ce chaos. Mais l'atmosphère est électrique et même si la trêve a été déclarée, la paix est si fragile que la moindre étincelle risque de déclencher un nouveau conflit...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Macadam Shooters est le premier tome d'une série pour adolescents ou jeunes ados. L'histoire n'est pas sans rappeler la guerre des boutons mais remis au gout du jours avec des bandes de jeunes qui se battent pour conserver leur territoire ou en gagner. Les bandes suivent un règlement strict en trois règles lors des affrontements avec des lances pierres et toutes les autres armes improvisés pour combattre. Dans ce premier tome, les auteurs nous donnent le contexte avec une ville pratiquement abandonnée à la suite de la fermeture de l'usine principale. Ensuite on rencontre les bandes les plus importantes et leur projet de conquête. Les dessins de Roger Vidale sont de qualité et soignés pour mettre en image la ville désertée et industrielles. Les scènes de combats sont dynamiques et bien rythmées.
    Les jeunes lecteurs devraient trouver leur compte avec cette introduction.

    The_PoP
    Scenariste: Nicolas Jarry Dessinateur: Pierre-Denis Goux Coloriste: Julia Pinchuk Editeur: Soleil Note: 4.0
    Résumé:

    Suite à son refus de servir les intérêts du grand maître de Forge, Ulrog, fils ainé de Redwin, est accusé de trahison. S'il veut sauver sa tête : il doit acquérir une place au conseil de son ordre en remportant le tournoi du meilleur forgeron d'Arran. Pour y parvenir, il a besoin d'un combattant exceptionnel capable de maîtriser son art. Il partira en quête de Jorun, son propre frère.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Et voici qu'approche Novembre et sa désormais traditionnelle fournée d'aventures sur les terres d'Arran. Je ne fais pas vraiment partie de la cohorte de fan absolu de cet univers, mais je reconnais bien volontiers mon plaisir coupable d'y replonger parfois. Evidemment il me manque alors quelques références, mais suivant de relativement près la série tout de même, l'ensemble de l'univers présenté reste impressionnant. 
    Cette fois-ci ce tome 21 de Nains va nous parler des enfants de la légende Redwin et nul doute que les fans vont vraiment apprécier cet épisode. On y retrouve en effet tout ce que j'aime dans cette série : des personnages hauts en couleur, une aventure, de la fantasy et un certain souffle épique. Alors quand en plus le tout est enfin rendu plus nerveux avec un recours plus fréquent aux dialogues qu'aux textes en voix off, on ne peut qu'apprécier. 
    La lecture y est dense, compacte et rythmée comme on l'aime jusque dans les dernières pages, et le tout est rendu passionnant par le trait de plus en plus remarquable de Pierre-Denis Goux. Alors n'hésitez pas, ce tome est issu d'un beau travail de forge !

    The_PoP
    Scenariste: Olivier Peru Dessinateur: Evgeniy Bornyakov Coloriste: Simon Champelovier Editeur: Soleil Note: 4.0
    Résumé:

    Joseph était un zombie jusqu'à ce que le vaccin le ramène... Mais le goût du sang et l'esprit de la meute n'ont pas disparu en lui ; il est aujourd'hui un No Zombie. Il sillonne les routes pour sauver des zombies, un par un, et de rares survivants à l'agonie. Les No Zombies ne sont qu'une goutte d'eau dans l'océan, ils sont pourtant le dernier espoir du monde.

    Autres informations: Zombies, zombies, zombies... mais pas que :)
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Tout d'abord je tiens à créditer Benoit Dellac qui a réalisé le Storyboard de ce tome de No Zombies. Notre interface ne nous permettait pas de le faire. A noter aussi la collaboration créditée de J-L Istin pour la création des personnages.
     
    Bon vous l'avez compris, vu le nombre et la qualité des auteurs, ce no zombies n'est pas une petite production pour les éditions soleil.
    Il faut bien reconnaitre que même si l'on pense toujours avoir tout lu quand on parle de zombies, le scénario ici se révèle bon ET original. Je me suis régalé à découvrir cette histoire finalement presque évidente une fois lue. Bref, c'est bon côté histoire et ça se lit très très bien. 
    Le traitement graphique est lui très propre, presque trop puisque je regretterais un peu le manque de caractère du trait. On sent que ce dessinateur est capable de bien mieux mais qu'il est peut être un peu trop contraint par le cadre qui semble règner au sein des productions soleil. Reste que l'ensemble est plutôt joli et propre, et que finalement on n'en demandait presque pas tant.
     
    Pour les amateurs de Zombies, il sera difficile de passer à côté de ce No Zombies 
     
     
     

    alx23

    Highland games

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Fabien Grolleau Dessinateur: Nicolas Cado Coloriste: Nicolas Cado Editeur: Delcourt Note: 3.5
    Résumé:

    Fascinés par les jeux traditionnels écossais, où leurs lointains cousins en kilt lancent des troncs d'arbres et des rochers, de jeunes bretons et leur coach bougon partent à l'aventure. Avec la vieille camionnette du club, direction les highlands afin de participer à la compétition ! Le fourgon et l'équipe résisteront-ils à cette épopée entre fiction et réalité de plus de mille kilomètres ?

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Highland games mélange fiction et réalité avec une équipe de lancer de marteau breton dont le coach souhaite participer aux highland games en Ecosse. Fabien Grolleau écrit le scénario de cette histoire en se basant sur les faits relatés des vrais élèves de l'équipe bretonne. Ensuite l'auteur met en place tout le voyage mais aussi l'avant voyage pour débloquer des fonds afin de financer et trouver des sponsors. L'histoire ne manque pas d'humour avec cette équipe et le coach un peu loufoque qui dessine cette bande dessinée. Quelques photos des aventures de l'équipe sont en fin d'album en bonus et en hommage aux véritables personnes.
    Les dessins sont de qualité avec un coté caricatural mais proche de la réalité surtout quand on peut comparer en fin d'album avec les photos.
    Highland games est une aventure sympathique avec un sport peu développé ou peu médiatisé en tout cas. La lecture de cet album est agréable et un bon moment en compagnie de l’équipe.
     

    The_PoP
    Scenariste: Yves Swolfs Dessinateur: Yves Swolfs Coloriste: Julie Swolfs Editeur: Le Lombard Note: 4.0
    Résumé:

     Le chemin de la vengeance a mené notre pistolero solitaire jusqu'à New York, sur la piste de l'homme qui a semé le chaos dans sa vie et au Kansas : le sénateur Dawson. L'homme n'est pas facile à approcher, et les ruffians de la grande ville se révèlent plus coriaces que ceux des plaines. Le héros anonyme peut-il compter sur l'aide de Miss Lyle, cette mystérieuse enquêtrice qu'il ne cesse de recroiser ? Une seule chose est certaine : cette fois-ci, aucune vision ne pourra le préparer aux révélations qui l'attendent.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Western
    Après un tome 1 que j'avais trouvé un brin poussif, le tome 2 m'avait un poil réconcilié avec la nouvelle série Western de Swolfs, aussi j'attendais ce tome 3 avec un brin de curiosité. Bien m'en a pris, car, même si l'on reste assez loin de ses meilleurs Durango en terme d'intensité et de virtuosité de mise en scène de l'action, ce tome 3 de Lonesome a le mérite de nous présenter un décor peu souvent vu en BD : le new york des années Western et le décalage entre la vie sur les grandes villes de la côte et le Far West.
    Ce décor original en Western est en plus servi par les graphismes assez irréprochables de Swolfs, bien aidé par la mise en couleur réussie de sa fille Julie.
    Au niveau de l'histoire, le rythme reste soutenu, et même si j'ai trouvé notre héros un peu passif pendant une bonne partie de l'histoire, le tout forme une intrigue qui donne envie de lire la suite. Gageons que Swolfs va réussir à faire cohabiter son penchant pour le fantastique et son penchant pour le Western dans cette série.
     
    Alors finalement si comme moi vous êtes (toujours?) en manque de Western, n'hésitez pas, ce Lonesome est plutôt savoureux.

    Nickad
    Scenariste: TOMOMI Dessinateur: TOMOMI Editeur: Meian Note: 4.0
    Résumé:

    Passion, désir et maladie dans ce suspense d'amour. Une œuvre entre bishôjo et horreur. Ao Sakurai est un lycéen ordinaire, à une exception près : des créatures, les difformes, le harcèlent en quête de son amour. L'une d'elle, Miyako, s'est débarrassée de la professeure d'Ao qui appartenait à la même espèce. Persuadé de ne plus être à l'abri nulle part, Ao retrouve un peu son calme quand il revoit Yae, une jeune femme rencontrée durant son enfance. Malheureusement pour lui, les apparences sont souvent trompeuses !!

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Horreur
    Les jours se suivent et se ressemblent pour Ao Sakurai, dès qu’il se retrouve loin de Miyako, d’autres difformes se rapprochent, toutes prêtent à le dévorer. Mais cette fois, ce n’est pas n’importe laquelle qui arrive, c’est une ancienne connaissance de Sakurai, les deux femmes se font face et le garçon est partagé, il ne veut perdre ni l’une ni l’autre.

    Les difformes sont toujours aussi bien représentées, elles savent être séduisantes quand il le faut et tout autant terrifiantes quand leur vraie nature ressurgit. D’autres personnages font leur apparition, ils surveillent au loin et semblent avoir des informations. On apprend ainsi ce que sont réellement les difformes et ce qu’elles recherchent chez Ao. Le tome est efficace, sans temps mort, il oscille habilement entre érotisme et horreur et sème suffisamment d’informations pour avoir envie de lire la suite.


    poseidon2

    Goldorak

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Bajram / Dorison / Cossu / Sentenac Dessinateur: Bajram / Dorison / Cossu / Sentenac Coloriste: Bajram / Dorison / Cossu / Sentenac Editeur: Ankama Note: 5.0
    Résumé:

    La guerre entre les forces de Véga et Goldorak est un lointain souvenir. Actarus et sa sœur sont repartis sur Euphor tandis qu’Alcor et Vénusia tentent de mener une vie normale. Jusqu’au jour où, issu des confins de l’espace, surgit le plus puissant des golgoths de la division ruine : Hydragon. Face à lui, les armées terriennes sont balayées et les exigences de la dernière division de Véga sidèrent la planète ; sous peine d’annihilation totale, tous les habitants du Japon ont sept jours pour quitter leur pays et laisser les forces de Véga coloniser l’archipel. Face à cet ultimatum impossible, il ne reste qu’un dernier espoir, le plus grand des géants… Goldorak. Vue par quatre grands noms de la Bande Dessinée, la plus célèbre des séries cultes de la télévision revient.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    C'est fou la mémoire quand même. Elle filtre tant qu'elle peut mais ne perds pas grand-chose. Pas les souvenirs de Goldorak par exemple. 
    En effet je suis la dizaine juste après Goldorak. Moi mon truc c'était les chevaliers du zodiaque. Goldorak, sortie en 78 en France soit 4 ans avant ma naissance, c'était pour les grands. Je pensais donc lire cet album plus pour la myriade d'auteur plus connus les uns que les autres plus qu'autre chose.
    Et bim bam boum comme dirait ma fille : dès le début de la lecture de cette suite à Goldorak, il y a pleins d'images qui sont revenus de partout et dans tous les sens. Des images qui doivent venir de quand j'étais tout petit et que mon grand frère regardait Goldorak. Le ranch, les sorties de Goldorak, Arctarus, les Golgoths, les habitants de Vega.... fiou ça m'a rappelé pourquoi on surnommait mon petit frère Golgloth 13... Bref une belle nostalgie soulevée par une sublime BD.
    Car si les souvenirs remontés furent beaux ça a été possible grâce à une sublime BD. Graphiquement déjà  C'est le top de ce qu'on peut voir à l'heure actuelle. 
    Niveau histoire c'est encore mieux car c'est plus adulte que le dessin animé de l'époque avec un traitement complexe des personnages beaucoup moins manichéens qu'avant. Et cela sans parler de la fin qui est... je vous laisserais découvrir si ce n'est déjà fait. On sent bien que nos auteurs sont des fans et qu'ils ont écrit une histoire pour eux. Une "fin" à Goldorak comme ils auraient aimé la voir. 
    Mais ils ne se sont pas contentés de cela. Ils nous ont livré avant tout un vrai bon scenario de BDs qui devrait ravir toute personne ne connaissant pas Goldorak. 
    Un sublime album, une belle histoire et un hommage comme on en voit rarement d'une génération d'européen envers un des maitres de l'animation des années 80.
    Bref un des musts de l'année !

    alx23

    Monstres

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Barry Windsor-Smith Dessinateur: Barry Windsor-Smith Coloriste: Barry Windsor-Smith Editeur: Delcourt Note: 4.5
    Résumé:

    Windsor Smith fait remonter la personnalité complexe de ce monstre iconique à une enfance maltraitée, doublée d'expérimentations scientifiques menées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à partir d'essais scientifiques nazis. Autrement dit : comment la société américaine des années 1950 a engendré un monstre à partir d'autres monstres.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Barry Windsor-Smith est avant un dessinateur de renommé dans le milieu des comics, avec plusieurs participations sur Conan le barbare, Wolverine ou encore Daredevil. Aujourd'hui, les éditions Delcourt nous permettent de découvrir Monstres un roman graphique imposant avec plus de 350 pages de lectures. Barry Windsor-Smith s'était lancé dans l'écriture d'un récit sur la vie et la psychologie d'Hulk, mais l'histoire a été jugée trop sombre à l'époque. L'auteur a conservé son idée de base en la transformant au fur et à mesure pour devenir indépendante des super-héros, tout en gardant un côté fantastique. Monstres est donc le résultat de plusieurs d'années d'écriture et de dessins. Ce roman graphique se déroule sur plusieurs époques de la vie de Bobby Bailey mais aussi celle de son père à la fin de la seconde guerre mondiale. On plonge dans les dérives des docteur nazis et de leurs expérimentations pour finir aux Etats-Unis au début des années 60.
    L'auteur gère la partie graphique avec beaucoup de maitrise pour la mise en scène dans un style très réaliste. L'ensemble des dessins est en noir et blanc proche des productions EC Comics.
    L’histoire est rondement menée malgré les thèmes abordés déjà utilisés de nombreuses fois en bande dessinée ou dans les films. Barry Windsor-Smith signe une œuvre forte avec Monstres.

    Nickad

    Ragna Crimson tome 8

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: KOBAYASHI Daiki Dessinateur: KOBAYASHI Daiki Editeur: Kana Note: 3.5
    Résumé:

    Les chasseurs de dragons tuent leurs proies avec leur épée d'argent afin de toucher une récompense. Parmi eux, il y a Ragna, un jeune homme plutôt faible faisant équipe avec Léonica, une chasseuse de génie qui peut se vanter d'avoir tué bien plus de dragons que n'importe quel chasseur. Ragna n'a qu'un seul désir : rester pour toujours à ses côtés. Mais, suite à l'apparition d'un ennemi impitoyable, le souhait du jeune homme ne pourra jamais être exaucé... Seul un être puissant peut défier ces créatures. Pour s'opposer au terrible destin qui s'annonce et changer le cours de l'histoire, Ragna n'aura pas d'autre choix que de repousser ses limites...!

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Suite du combat contre les dragons ailés, Ragna et ses compagnons semblent être en mauvaise posture, séparés, épuisés, ils misent tout sur une dernière offensive.

    Un tome de combat principalement, avec un retour sur le passé de certains membres des dragons ailés et comment ils en sont arrivés là. Je dois avouer que j’avais oublié ce qui se passait dans le tome précédent, qui était aussi un tome de combats d’ailleurs. Les détails des affrontements ne m’ont pas passionnée, j’ai trouvé la construction de l’histoire un peu brouillonne. Après, il y a quelques bribes par ci par là qui permettent de donner de nouvelles orientations au manga et surtout un final plutôt inattendu. Vivement que l’on retrouve Crimson et que l’on avance un peu.


    poseidon2
    Scenariste: Emile Bravo Dessinateur: Emile Bravo Coloriste: Emile Bravo Editeur: Dupuis Note: 5.0
    Résumé:

    L'Espoir malgré tout est un véritable roman mêlant action, humour, vérités historiques et réflexions philosophiques, et pose une question fondamentale : « Et nous, comment aurions-nous traversé cette période dramatique ? Avec opportunisme, héroïsme... ou simplement humanisme ? » Alors que Fantasio fait un peu tout et n'importe quoi pour trouver un sens à sa vie (et conquérir la femme de sa vie), Spirou, lui, essaie de faire ce qui est juste... au risque d'être amené à des actes héroïques.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    Avant dernier tome de la grande saga du Spirou d'Emilie Bravo et un tome plein de surprises. Entre le "début de la fin de la guerre", les déconvenues de Spirou et les mystères de Fantasio, c'est sans conteste le tome le plus dynamique des 3 parues à ce jour. Si le dynamisme n'est pas ce que l'on cherche en lisant les Spirou d'Emilie Bravo, cela reste un vrai changement dans la narration et accélère drastiquement le récit.
    Les personnages en place se dévoilent et Spirou, qui cherchait à faire le dos rond sans jamais dévier de sa ligne de conduite, se retrouve à subir énormément les évènements. Emilie Bravo nous livre un Fantasio qui se découvre beaucoup plus et sors de son rôle de benêt et de faire valoir de Spirou pour prendre le récit à bras le corps.
    Un troisième puissant finissant à toute allure et nous laissant sur un suspens haletant. 
    Le quatrième et dernier tome devrait, sans doute aucun, sceller ce Spirou comme l'une des meilleures histoires sur la deuxième guerre mondiale de ces 20 dernières années.

    The_PoP
    Scenariste: Mathieu Lauffray Dessinateur: Mathieu Lauffray Coloriste: Mathieu Lauffray Editeur: Dargaud Note: 4.5
    Résumé:

    Malgré la moiteur de l'île du Morne-au-Diable, les retrouvailles entre Raven et Lady Darksee sont glaciales. En brûlant la carte du trésor de Chichen Itza, le hardi pirate a joué un bien vilain tour à sa Némésis. Désormais, seul Raven sait où se cache le magot. Une expédition, commandée par Darksee, s'organise pour récupérer le butin, caché sur les terres de terribles cannibales. Sur le camp, les rescapés du naufrage préparent leur départ. Mais le comte et sa famille n'en mènent pas large et ils savent qu'ils ne peuvent pas faire confiance à Darksee pour les ramener sains et sauf à Tortuga... Tout est en place pour que le spectacle commence !

    Autres informations: Pirates !
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    C'est peu dire que l'on a eu la dent dure sur le premier tome de Raven. Moi le premier j'attendais M. Lauffray au tournant après son fabuleux Long John Silver. Evidemment quand on a réalisé une telle BD qui a marqué une génération complète de lecteurs et qui fait partie des classiques de la BD pour beaucoup d'entre nous, revenir sur le même thème et seul à la réalisation était tout sauf évident. 
    L'accueil fut d'ailleurs relativement frais, et si à peu près tout le monde à loué la qualité de cette BD, il faut bien reconnaitre qu'on fut nombreux à être un peu déçus. 
    Au point que cette sortie phare de chez Dargaud ne soit chroniquée chez nous que début Novembre alors qu'elle est parut il y a plus d'un mois. 
    Oui nous avions des attentes énormes, et ce Raven ne les a pas comblées. Mais le pouvait-il seulement ?
     
    Le tome 2 était donc l'occasion pour M. Lauffray de me donner tord et de me montrer que oui, il fait bien partie de ces génies de la BD capable d'écrire, de dessiner, de mettre en scène et en image une histoire. 
    Indubitablement il faut reconnaitre que ce tome 2 est très bon. Le rythme est soutenu, et parfaitement géré, l'aventure est chouette, et l'on se sent revivre finalement une autre Ile au trésor. Ce qui à propos de beaucoup de BD se révèlerait être un compliment (après tout, n'a-t-on pas ici aussi encensé à juste titre Jim Hawkins ?) devient ici un fardeau. Oui ce tome 2 nous laisse encore un petit goût amer à la fin. Par goût de trop peu ? par envie de plus ? par manque d'originalité ? Ou simplement parce qu'on attendait de l'auteur qu'il nous livre une nouvelle fois un classique ?
     
    Je ne sais pas trop vous le dire. Ce que je sais par contre c'est que ce tome 2 m'a semblé intrinsèquement meilleur que le premier. Il est tout d'abord presque aussi sublime, certaines planches étant de vraies merveilles. Mais d'un point de vue du scénario et des personnages, les intrigues qui se dessinent semblent plus prometteuses que celles esquissées dans le premier tome. Le rythme est bon, certaines scènes sont du cinéma sur papier et je ne peux que saluer le travail.
     
    Je ne sais pas encore si ce Raven peut prétendre à devenir mieux qu'une simple très bonne histoire de Pirates, mais il faut reconnaitre qu'il se bonifie singulièrement avec ce second tome épique. Restera à Matthieu Lauffray le défi peut être le plus complexe : réinventer une nouvelle fois un mythe, pour que ce Raven trouve son identité propre, hors des pas de ses glorieuses inspirations.
     

    poseidon2

    Mushoku tensei t14

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Rifujin Na Magonote Dessinateur: Yuka Fujikawa Editeur: Doki-Doki Note: 3.0
    Résumé:

    Sa première vie sur Terre avait été un ratage total. Réincarné dans un monde de magie et d'épées, Rudeus va tout faire pour éviter les erreurs du passé... et sera peut-être le nouveau héros d'un monde en péril ? "En quel honneur suis-je obligé de me battre contre le souverain démoniaque ?" Rudeus s'est inscrit à l'académie de magie pour poursuivre son enquête sur le cataclysme qui a frappé Fittoa. Lorsque vient l'époque de l'année où les semi-humaines sont en chaleur, il est provoqué par une série de prétendants qui veulent en découdre avec lui et gagner les faveurs de Lynia et de Pursena ! Sur ces entrefaites, un visiteur surprise arrive lui aussi à Lanoa et sème le tumulte sur le campus... Plus tard, Rudeus fait une rencontre qui pourrait bien changer le cours de son existence !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Ah j'y ai cru ! Après le retour sur le droit chemin (enfin on l'espère) de the rising of the shield hero, les premières pages de ce tome 14 de Mushoku tensei m'ont faites espérer un retour dans le droit chemin de cette série aussi. On effet on reparle du mystérieux dieu, on reparle d'Erin..... Mais au final cela ressemble plus des effets d'annoncent pour rassurer les lecteurs inquiets plus qu'autre chose. 
    Car mais ces souvenirs sortit d'un premier arc réussi, ce tome ci continue cet arc globalement décevant avec, cette fois ci, les semi- humains en rut..... Voilà voilà... Alors oui il est vrai qu'on avance un peu dans le bon sens quand même, surtout à la fin, mais rien de définitif et rien qui n'empêche la série de tomber dans ses travers.
    Bref un tome au mieux sympa et qui laisse espérer une évolution positive de l'histoire.... dit comme ça c'est le meilleurs des 4 derniers tomes au final.

    poseidon2

    Iznogoud 31 : Moi Calife

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Collectif Dessinateur: Collectif Coloriste: Collectif Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 3.5
    Résumé:

    Ce nouvel album est un foisonnement d'atroces calembours et de gags désopilants : les chômeurs pointent à Pal-emploi, le bon calife participe à une gueux-pride, les nouveaux tapis volants s'appellent des Volib', les él-djébetehs revendiquent la « Gesticulation pour autrui »... Pour mener à bien ses stratagèmes, Iznogoud n'hésite pas à faire appel à un ancien conseiller d'Anne Ibn-Al-Go, au peintre Dali Baba et consulte même un deezeur de bonne aventure. Iznogoud clame « Moi, calife... », parviendra-t-il à ses fins ?

    Autres informations: Edition IMAV
    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Iznogoud renait de ses cendres pour essayer... de devenir Calife à la place du Calife bien sûr !
    Pour ce retour sur le devant de la scène du plus méchant et du plus bête des vizirs, un collectif de trois scénaristes et deux dessinateurs  se sont associés pour nous livrer cinq histoires hautement sympathique. Le plus dur dans Iznogoud est, à l'instar d'Astérix, de réussir à faire des blagues modernes dans un univers ancien. Si le gaulois a le privilège de pourvoi se baser sur une aventure au long court pour combler le manque de second degré, ce n'est pas le cas pour iznogoud qui enchaine les histoires courtes.
    Et c'est là ou prendre des scénaristes différents a été une bonne idée. En effet chacun lance ses idées et cela nous proposes des histoires rafraichissantes, avec des thématiques modernes, comme les él-djébetehs qui organisent une  parade, l'utilisation de tout ce qui commence par PAL, l'introduction d'un deezeur de bonne aventure ou encore du conseillé d'Anne Ibn-Al-Go et sa stratégie de Voll'ib en tapis
    Plein de thématique moderne qui rendent la recherche des jeux de mots vraiment sympa et la lecture agréable pour un Iznogoud qui, sans vraiment prendre un coup de jeune, reprend sa place dans les BDs d'humour franco-belge.

    alx23

    Frank Lee, l'après Alcatraz

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Hasteda Dessinateur: Ludovic Chesnot Coloriste: Ludovic Chesnot Editeur: Ankama Note: 4.0
    Résumé:

    Frank Lee Morris, un adepte du braquage, un quotient intellectuel supérieur à la normale et un artiste de l'évasion comme le mentionne sa fiche d'admission au centre pénitentiaire d'Alcatraz. Son plus haut fait d'arme est de s'être évadé de la prison la plus sécurisée des États-Unis dans la nuit du 11 juin 1962 ; son corps et celui de ses deux complices ne furent jamais retrouvés. Pourtant présumés morts par noyade, le FBI n'a jamais cessé les recherches. Aujourd'hui encore, le dossier reste ouvert. Pourrait-il être en vie et quelle aurait été sa vie après l'évasion de la terrible prison d'Alcatraz ?!

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Thriller
    Quand on pense à Alcatraz, on a tous en tête le film inspiré de l'évasion spectaculaire des trois détenus avec Clint Eastwood. A ce jour, les trois évadés n'ont jamais été retrouvé par les autorités. Hasteda va construire son intrigue autour du Frank Lee mais surtout spéculer sur sa vie après son évasion. A l'aide de flashback, l'auteur revient sur les moments forts de l'évasion et de la préparation du plan durant ces deux années d'incarcération. En parallèle, on suit Frank dans une vie qu'il aurait pu potentiellement vivre. L'histoire est prenante et l'on aime à croire que le héros de l'histoire puisse se rendre à l'avant-première du film qui retrace son passage à Alcatraz. 
    Les dessins de Ludovic Chesnot sont parfaits, j'avais beaucoup aimé sa prestation sur des histoires des Doggybags ou le one shot Mapple square. Le découpage des planches ainsi que les angles de vues sont très bien gérés par Chesnot. Le format de l'album plus grand que les doggybags permet de profiter de ses dessins. Il y a beaucoup de dynamisme et de mouvement dans son trait. L'album se termine sur quelques recherches graphiques de l'auteur et de l'histoire de Frank Lee.
    Frank Lee, l'après Alcatrz est une fiction bien ficelée pour être crédible en se basant sur quelques éléments détaillés en fin d'album.

    poseidon2
    Scenariste: Pierre De Cabissole Dessinateur: Antoine Maurel, Stivo Chopin Coloriste: Antoine Maurel, Stivo Chopin Editeur: Dupuis Note: 3.5
    Résumé:

    Dans la dangereuse cité de Paroa, les jeunes Wyatt et Kass cherchent à échapper à la misère. Leur plan : explorer l'étrange carcasse d'un vaisseau en forme de crabe. Une épave qui excite aussi la convoitise de Teach, le caïd local... Wyatt et Kass vont affronter le danger ensemble. Et faire une rencontre qui changera leur vie : celle de Neptune, une merveilleuse créature d'énergie... Vous aimez Droners, la série animée suivant l'incroyable course de drones organisée par l'extravagant Monsieur Whale, inventeur des G.E.N.I.E.S., des êtres d'énergie pure ? Vous adorerez Droners, la BD qui raconte sa jeunesse !

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Aventure
    J'avoue être assez intrigué par ce qu'il se passe autour de Droners. En effet le même univers est décliné en dessin animé sur TF1, en album jeunesse chez Glénât, en BD chez Dupuis et en manga chez Kana.
    Des éditeurs différents (et mêmes des maisons différentes), des médias différents autour d'un seul et même univers. 
    Ayant lu le manga (voir la critique ici), j'ai voulu essayer la BD pour voir comment les deux se croisaient. Et bien la réponse est simple : les deux ne se croisent pas du tout.
    Les histoires sont complètement différentes et si la légende reste la même autour des Terras et des Aquas, le reste n'a quasiment rien à voir.
    Ici pas de course de Drone, pas de sélection a un quelconque championnat de pilote de drone. Non non. Ici on est plus centré sur l'histoire entre les terras et les Aquas et les drones sont "accessoires". Voir même on sent qu'ils se forcent à mettre le terme drone pour décrire leur moyen de déplacements.
    L'histoire est plutôt sympa même si le graphisme dessin animé moderne est orienté vers les plus jeunes et le background de l'ile plus développée que dans le manga. Par contre cela aurait été deux séries différentes que cela n'aurait rien changé.
    Il faudrait que je regarde la série de dessins animés peut-être.... ou alors voir les prochains tomes....
    Wait and see

    Nickad

    Hôtel Voynich tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: DOUMAN Seiman Dessinateur: DOUMAN Seiman Editeur: Noeve Grafx Note: 3.0
    Résumé:

    Après de tragiques événements, Taizou a décidé de s’offrir une pause. C’est sur la petite île de Blefuscu, en plein océan Pacifique, qu’il jette son dévolu. Isolée et méconnue, il pense pouvoir y trouver le calme et la détente dont il a bien besoin. Mais des femmes de chambre au patron en passant par les clients, son hôtel héberge de bien étranges individus… et il se pourrait bien que Blefuscu ne soit pas exactement un îlot de sérénité…

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Comédie
    Taizo Kazuki arrive sur l’ile de Blefuscu pour tourisme et séjourne à l’hôtel Voynich. Il va croiser le personnel de l’hôtel et ses pensionnaires, tous en l’air d’avoir des raisons bien précises d’être là. Mais l’ile comme l’hôtel ne semblent pas tout à fait normaux, en plus de légendes spirituelles très fortes, une augmentation de la violence entoure ce lieu si particulier.

    Le manga est une suite de courtes scènes sur la vie de l’hôtel et de l’ile, mais il y a quand même une évolution dans l’histoire et dans les relations entre les protagonistes. Les étrangetés ambiantes trouvent leurs explications petit à petit. Les personnages sont atypiques, un peu déjantés, et baignent toujours entre fantastique (limite monstre de foire) et mafieux ; ce qui fait que les scénettes sont variées.

    Si la lecture n’est pas déplaisante et ne manque pas d’originalité, le manga n’a pas un intérêt flagrant, on nous annonce de l’humour ce qui est tout à fait relatif. Une question de point de vue je suppose… Finalement, le manga est plutôt bien fait mais m’a laissé de marbre. A vous de voir.

    Série finie en 3 tomes.




    poseidon2

    Arcana t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Blasco Serena Dessinateur: Blasco Serena Coloriste: Blasco Serena Editeur: Drakoo Note: 4.5
    Résumé:

    Fauna vit sur l'île de Bâtons et Flora sur l'île d'Épées. Elles ont quinze ans et des tempéraments bien différents. Ces deux jumelles qui ignorent tout l'une de l'autre sont nommées pour intégrer les brigades des Arcanes Majeurs au Coven du Tarot. Envoyées sur l'île d'Arcana pour suivre leur apprentissage, elles réalisent leur parenté. Mais rien ne va : en plus d'être traquées par d'inquiétantes créatures, une terrible prophétie plane au-dessus d'elles...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Une question m'est venue après avoir terminé ce premier tome d'Arcana : Venais-je de terminer une BD ou bien un roman ? Sincèrement si en terme de format la question ne se pose pas, en terme de contenue et de mise forme, cette BD a tout d'un roman.
    La structuration avec deux histoires en parallèle mais aussi des explications du passé données par des "chapitres" complets dédiés ou encore les pages entre les chapitres qui offrent énormément de détails textuel comme peuvent les romans, tout m'a fait penser à une lecture de roman. Et si cela allonge considérablement le temps de lecture (et donc ne plaira pas aux gens qui cherche de la BD de "détente"), cela nous donne une histoire extrêmes détaillé dans un univers que l'on finit par connaitre sur le bout des doigts si on en prend le temps.
    C'est ce qui est très bien fait dans ce Arcana : on a la possibilité de lire cette BD comme une autre BD, sans s'appesantir sur les détails, ou alors la possibilité de la lire comme un roman, et de plongée entièrement dans cet univers magiques à l'historique important. Pour avoir fait partit de la deuxième catégorie, je peux vous assurer que le potentiel de relecture et d'approfondissement est assez énorme, si on aime ce genre d'histoire bien sûr.
    Une longue et belle lecture qui sera parfaite pour faire rêver les ados et parents aux coins du feu en ce premier frima de Novembre.

    alx23
    Scenariste: Lou Lubie Dessinateur: Lou Lubie Coloriste: Lou Lubie Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    De l'Antiquité à Perrault et Grimm, Lou Lubie présente les versions authentiques et croustillantes des contes, où la fin heureuse s'arrose à la vodka et le prince n'est pas si charmant. À travers ces récits savoureux, l'autrice aborde avec humour une réflexion sur l'éthique des contes : violence, sexisme, racisme... une exploration culturelle et littéraire passionnante !
     

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    J'ai découvert Lou Lubie avec Goupil ou face, un album sur les personnes bipolaires et cette maladie peu connue. Aujourd'hui, l'autrice revient avec un album plus léger et plein d'humour avec Et à la fin, ils meurent, La sale vérité sur les contes. Ce roman graphique est avant tout un joli livre avec les pages dorées couleur or comme les vieux livres d'époque. Ce livre est une analyse des contes de notre jeunesse mais pour un public adulte. Pour écrire son étude, Lou Lubie se base sur les versions des contes des frères Grimm, de Perrault, de Basile ou alors d'auteurs inconnus et plus vieux. On va s'apercevoir dès les premières pages que les premières versions des contes n'étaient pas destinés aux plus jeunes. A chaque génération, Basile, Perrault ou les frères Grimm réécrivaient les contes en les adaptant à leur public. Plusieurs contes sont décortiqués et analysés comme Cendrillon, Blanche neige, le chaperon rouge et d'autres moins connus ou alors que je ne connaissais pas. Lou Lubie met en scène les contes avec beaucoup d'humour dans les dialogues et situations. Elle réalise également les dessins dans un style minimaliste avec quelques couleurs.
    Les contes étaient encore bien exploités dernièrement comme Walt Disney qui a redonné une nouvelle mouture pour convenir à un plus large public en version animé. Et à la fin, ils meurent est un roman graphique plein d’humour avec une analyse pertinente. 

    Nickad
    Scenariste: SAKURAI Umi Dessinateur: SAKURAI Umi Editeur: Soleil Note: 4.5
    Résumé:

    Fuyuki Kanda est un homme seul et triste. Un jour, il décide d'entrer dans une animalerie où il remarque Fukumaru, un chat pas très beau, gros et plus très jeune. Ce dernier semble triste et désespéré car personne ne veut de lui. Pourtant, de manière inattendue, l'homme va l'adopter ! Ainsi commence l'histoire d'un quotidien plein de tendresse, entre un homme et un chat en mal d'amour.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    La première chose que je me suis dite c’est : « encore un manga sur les chats », je ne m’attendais pas forcément à une révolution, même si les chats sont mignons, je ne voyais pas ce que ce manga pouvait apporter de plus ! Et bien contre toute attente, j’ai grandement appréciée cette lecture et pas une seule fois, je me suis dit que c’était du déjà-vu.

    Dans une animalerie, un gros chat adulte et pas très mignon attend que quelqu’un l’achète enfin, non seulement il est moche mais cette attente la rendu triste et seul. Un jour un homme d’âge mur décide de l’adopter, lui aussi est triste et seul. Ces deux êtres vont s’apprivoiser l’un l’autre et combler leur vide sentimental.

    Le chat qui rendait l’homme heureux est un manga touchant et drôle. Touchant car ces deux êtres ont chacun à leur façon, le poids des ans et le fardeau d’une vie et drôle car il est construit de telle façon à ce que l’on a les pensées de l’homme et celles du chat, qui conscient de son physique ingrat a des réflexions plutôt marrantes. A travers leur quotidien, on voit le triste destin des animaux en cage dont personne ne veut, on voit le vide laissé par l’absence d’un être cher et tout ce que peut apporter une présence, même animale, dans la vie. C’est simple, sans fioriture, plein d’une douce chaleur qui réchauffe le cœur. Un manga bon pour le moral et agréable à lire.


    Nickad

    & (and) tomes 3 et 4

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: OKAZAKI Mari Dessinateur: OKAZAKI Mari Editeur: Kana Note: 4.0
    Résumé:

    Une employée administrative dans un hôpital décide d’accomplir son rêve et de démarrer une activité professionnelle parallèle. Elle veut ouvrir un salon de manucure qui n’ouvre que le soir, pour les femmes actives qui veulent rester coquettes. Mais se lancer comme indépendante n’est pas une mince affaire, surtout quand les autres, et surtout les hommes, tentent de vous décourager jugeant l’entreprise trop compliquée pour “une petite femme inexpérimentée”. Pourtant, elle va s’accrocher et, petit à petit, trouver sa place dans ce monde fort différent de l’univers des employés de bureau.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Kaoru a monté son petit salon de manucure au rez-de-chaussée de l’entreprise de Shiro, elle donne tout ce qu’elle a pour que ça fonctionne. En même temps son attirance pour le docteur Yagai la tourmente quelque peu, elle sait qu’il n’y a pas d’avenir mais ne peut s’empêcher de tenter de se rapprocher de lui. Ce dernier ressent de l’attirance pour la jeune femme mais ne souhaite pas s’impliquer, victime des drames de son passé. Quant à Shiro, amoureux de la jeune femme depuis longtemps, n’ose toujours pas lui avouer ses sentiments au risque de la voir partir avec un autre.

    & and est un chassé-croisé amoureux, les personnages se cherchent et tentent de se rapprocher des autres, il y a beaucoup d’introspection et de maladresse car ils naviguent constamment entre raison et sentiment. Mais c’est encore plus difficile quand on n’a jamais vécu d’expérience ou quand on n’a pas l’habitude de s’affirmer. Mari Okazaki sait vraiment bien dépeindre les tourments de la vie, trouver sa place sentimentalement et professionnellement. Elle s’attarde aussi sur les difficultés de monter son entreprise, savoir faire sa publicité, affronter la concurrence. Elle montre également le quotidien du monde hospitalier avec les surcharge de travail, les gardes enchainées, le manque de reconnaissance, l’épuisement des soignants.

    Mari Okazaki sait fait honneur à ses personnages, entre Kaoru, sa collègue d’hôpital, ses clients du salon, elle fait des portraits de femmes actives sincères et touchants. Entre son trait délicat et fin et ses découpages originaux, elle donne beaucoup de douceur aux différentes scènes, même celle de la première nuit de Kaoru où l’on ressent toute la passion sans tomber dans l’érotisme. Ce qui en ressort, c’est de l’élégance et de la justesse.


    poseidon2

    Ténébreuse t1

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Hubert Dessinateur: Mallié Coloriste: Mallié Editeur: Dupuis Note: 4.5
    Résumé:

     Il était une fois un chevalier déchu et une jolie princesse à délivrer... Méprisé par ses anciens compagnons d'armes pour un crime qui entache à jamais sa réputation, Arzhur erre de tavernes en champs de bataille à la recherche du prochain contrat qui remplira sa bourse. Une nuit, trois mystérieuses vieilles femmes lui proposent le pacte dont rêvent tous les mercenaires : retrouver honneur et fortune en délivrant une fille de roi, retenue captive dans les ruines d'un château abandonné. Malgré la méfiance de son écuyer, Arzhur accepte le marché et livre un combat sans pitié aux monstres qui gardent la princesse. Mais Islen n'est pas la frêle jeune fille en détresse qu'il imaginait sauver... D'où viennent ses obscurs pouvoirs, que tout le royaume semble redouter ? Quels liens l'unissent aux trois vieilles qui ont payé Arzhur pour la libérer ? Victimes d'un complot dont ils n'ont pas toutes les clés, les jeunes gens s'allient pour reprendre leur destinée en main.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantasy
    Arff qu'est ce que cette BD meriterait un coup de coeur ! Tout est en place pour recevoor un coup de coeur : un dessin sublime de Vincent Maillé porté par un scénario intriguant en plein de mystères et de mélancolies à une époque fantastique dans un superbe album à la pagination importante.
    Bref tout ce que l'on rêve de voir et de lire en BD. Un coup de coeur assuré... s'il n'y avait pas eu Sortilège avant. C'est du pur ressenti bien sur. Mais que ce soit l'ambiance, la coloration, l'heroine et meme le trait de Vincent Maillé, tout m'a rappelé la BD de Munuera. 
    Et ce sentiment de déja vu m'empêche de donnner un coup de coeur à cette BD. Je ne doute pas qu'un autre chroniqueur de 1001bd franchira le pas et mettra cet album dans sa sélection. Moi cette impression de deja lu m'a un peu pesé lors de la lecture.  
    Apres 4,5 ce n'est pas une mauvaise notre note non plus loin de la et tout le monde dira que cette BD est excellente. Elle vous paraitra juste encore meilleure si vous n'avez pas lu Sortilèges.
    J'attend vos avis avec impatience 🙂 

    poseidon2
    Scenariste: Aneko Dessinateur: Aiya Editeur: Doki-Doki Note: 4.0
    Résumé:

    Trahison, monstres et rivalités : comment survivre dans un RPG avec juste un bouclier ? Accompagnés de Kizuna, une héroïne sacrée du monde dans lequel ils ont été propulsés, Naofumi et Liscia sont toujours à la recherche de Raphtalia et Filo. Ils décident de se rendre dans un pays voisin sur les indications du shikigami Raph, qui les guide sur la trace de Raphtalia. Mais en chemin, ils entendent parler d'une nymphe ailée qui fait les beaux jours d'un théâtre forain... Quelle n'est pas leur surprise en reconnaissant sur la scène Filo, capturée et exploitée comme un vulgaire phénomène de foire !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Ca y est. Il a fallut 5 tomes pour qu'on retrouve un tome interessant ! Ca en vaux bien une critique ! Car après tant de tomes d'érrance assez passables dans un nouveau monde en oubliant tout ce qui fait la série principale, les auteurs ont enfin retrouvé un rythme interessant. 
    Car si l'histoire est toujours completement découplée de la trame de base, le rythme, la tension et le rapport entre les personnages évoluent enfin ! On traite bien toute l'équipe du bouclier avec des évolutions pour tous les personnages et enfin un horizon de sortie de cet arc inutile. 
    Ca fait vraiment palisir de retrouver les sensations que l'on avait au début de la lecture de la série.
    En esperant que cela dure encore au prochain tome !

    alx23

    Hérauts tome 1 - La brisure

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Corbeyran Dessinateur: Nicolas Begue Coloriste: Jean-Paul Fernandez Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    Landri est un moine défroqué à l'esprit vif. Mayeul, jeune peintre talentueux, a été abandonné à la naissance et confié à l'ancien monastère de Landri. Quand celui-ci décide de partir pour constituer un armorial comportant l'ensemble des blasons et armoiries de son temps, Mayeul le suit, comme une évidence. Une mission impossible qui va les entraîner pourtant dans de passionnantes aventures...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Historique
    Ce premier tome démarre une nouvelle série d'enquête durant le XIIIème siècle avec pour héros un moine défroqué et un jeune dessinateur. Les deux hérauts d'arme ont pour mission de parcourir le royaume pour recenser tous les blasons des différents chevaliers. A partir de cette idée originale, Corbeyran nous offre une enquête intéressante avec les dessins et représentations de l'art héraldique.  Les emblèmes sont devenus au fil du temps des symboles très travaillés avec d’avantage de signification pour représenter l'identité des chevaliers des familles nobles. Les deux personnages principaux sont charismatiques avec beaucoup de profondeur et un passif pour être exploité dans les prochains tomes. 
    Les dessins de Nicolas Begue sont de qualité pour dépeindre cette époque de chevalerie, de tournoi et de château avec des grands banquets. On est vite pris dans l'histoire avec tous les blasons et leur signification. 
    L'histoire se termine avec ce premier tome mais une trame de fond est mise en place en fin d'album en fil conducteur pour poursuivre l'aventure des deux hérauts d'armes au service de la couronne. Je trouve la couverture de cet album très réussie et m’a permis de découvrir une bonne introduction à une série d’époque.
     

    alx23
    Scenariste: Rodolphe Dessinateur: Patrice Le Sourd Coloriste: 1ver2anes Editeur: Delcourt Note: 3.5
    Résumé:

    À la Ferme du Manoir, les animaux en ont assez d'être maltraités. Le Major, cochon de son état, leur ouvre les yeux sur la tyrannie de l'Homme. Une fois le fermier banni, ils prennent leur destin en main et des règles sont édictées et rédigées par les cochons. La plus importante : Tous les animaux sont égaux. Mais le temps passe et il s'avère que certains le sont plus que d'autres.

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Science Fiction
    Une nouvelle adaptation de la ferme des animaux de George Orwell vient de sortir aux éditions Delcourt. Le scénariste Rodolphe se charge de cette adaptation qui conviendra autant à un  jeune public qu'aux adultes. Cette histoire fait partie des classiques de George Orwell avec toute la bassecour qui se révolte face aux bipèdes incapables de travailler, de se nourrir sans les animaux. Bien évidement ce conte est une critique de la société avec des régimes autoritaires. 
    Les dessins de Patrice Le Sourd sont dans un style semi réaliste pour dépeindre cette fable.  Les animaux sont dotés de la parole et seul les cochons copieront les humains dans leurs attitudes et leur déplacement sur deux pattes.
    Cet album de la ferme des animaux est très fidèle à l’œuvre d’origine pour les lecteurs voulant découvrir cette histoire politique ou la redécouvrir en bande dessinée.
     

    Nickad

    Maux mêlés tome 2 (fin)

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: IZAWA Meguru Dessinateur: TAGURA Tohru Editeur: Akata Note: 4.0
    Résumé:

    Dans Maux Mêlés, Tohru Tagura met en scène le quotidien d'adolescents qui, à cause de leurs blessures, ont du mal à s'ouvrir aux autres. Avec douceur et poésie, la mangaka croque leur apprentissage avec un style graphique particulièrement charmeur. Série en 2 tomes.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Romance
    Matsuoka révèle à Tsukasa les raisons de sa présence dans la pension, ses histoires de famille où il étouffait. Emporté par ses confidences, il en profite pour faire sa déclaration à la jeune fille. Tsukasa se retrouve avec deux prétendants, il est temps qu’elle mette de l’ordre dans ses sentiments et ses envies, temps d’affronter la vie et d’arrêter de fuir car elle sait, qu’à un moment, il faudra faire un choix.

    C’est toujours avec beaucoup de finesse et de douceur que les auteurs dépeignent les sentiments de nos jeunes gens, leurs questions sur l’amour et sur ce qu’ils ont vraiment envie d’être. Si le manga parle de romance, il parle avant tout de relations humaines et de connaissance de soi ou plutôt même, d’acceptation de soi. D’une certaine façon, il répond aux questionnements des adolescents sur les sentiments amoureux et permet, peut-être, de se poser les bonnes questions. Maux mêlés est un manga agréable à lire, intelligent, avec un graphisme tout en douceur qui sait mettre des mots sur des sentiments confus.


    Nickad
    Scenariste: YANAGISAWA Yukio Dessinateur: YANAGISAWA Yukio Editeur: Hana Note: 4.5
    Résumé:

    Au Japon, une nouvelle loi sur la peine de mort condamne les criminels à être exécutés de la même manière que leur victime. Enfermés dans un espace clos qui reprend les éléments de leur vie quotidienne, leurs journées sont retransmises en direct à la télévision. Le dernier condamné à mort du pays est Kaoru Oda, un ancien enquêteur accusé du meurtre de son amant par strangulation. Kohei Mizutani, un gardien de prison, a été sélectionné pour se charger de son exécution. En voulant jouer le rôle de l'ancien petit-ami, il finit par se rapprocher du meurtrier, et tente de comprendre ce qu'il peut bien cacher...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Drame
    De temps en temps au milieu des yaoi, il y a une histoire atypique qui n’a été classée là que parce qu’elle parle de sentiments entre deux hommes. Une histoire qui ne s’intéresse pas forcément aux relations charnelles et qui véhicule de nombreuses idées, une histoire comme celle de ce manga.

    Japon, époque moderne, une nouvelle loi sur la peine de mort est en vigueur, elle consiste à reproduire le quotidien du meurtrier, lui faire revivre les derniers moments avant le drame. Une reconstitution, diffusée en continu, qui a lieu de punition avant l’exécution, qui montre un quotidien où un sosie de la victime prend place auprès du condamné, et quand ce dernier retrouve l’envie de vivre, le sosie le tue de la même façon qu’il a commis son meurtre. Kaoru Oda est le seul condamné actuellement, Mizutani est son bourreau, il doit agir le plus possible comme la victime pour mettre Oda en confiance. Ce dernier semble bien docile face à la situation et n’attend qu’une chose : mourir enfin. Mais à force de faire semblant, et de s’impliquer dans cette situation, est-ce que Mizutani en sortira indemne ?

    Que ce manga est bon ! Il ne se contente pas d’explorer les différents sentiments de nos personnages, entre la culpabilité, l’amour, l’obligation de tuer un être humain… Il se permet une critique de la peine de mort, de décisions politiques qui cachent parfois de sombres vérités, et nous montre une diabolique dérive de la téléréalité. Si la relation entre Oda et Mizutani évolue petit à petit, c’est l’engouement tout autour qui est fou. Yukio Yanagisawa sait rendre les sentiments palpables, que ce soit le grand amour ou la folie de la société, il sait trouver les mots qu’il faut et les accompagner de son dessin soigné. Une réussite !


    alx23

    Safrane Chu Tome 1

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: John Layman Dessinateur: Dan Boultwood Coloriste: Dan Boultwood Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    Tandis que TONY CHU racontait l'histoire d'un flic cibopathe (capable de lire psychiquement les impressions de tout ce qu'il ingurgite), SAFRANE CHU est une cibopar , capable de lire dans les pensées de tous ceux avec qui elle partage un repas. Et pour couronner le tout, Safrane est l'une des criminelles les plus recherchées de la planète...

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Tony Chu fait partie des séries déjantés en comics mais avec une histoire de fond qui tient la route puisque la série principale était composée de douze tomes pour connaitre la conclusion de l'histoire. Aujourd'hui, John Layman le scénariste de la série décide de poursuivre avec un spin-off, dans le même univers puisque l'histoire va se centrer sur Safrane Chu, la sœur de Tony. Elle est à l'opposé de son frère comme elle travaille pour la pègre avec son compagnon de vie. Elle aussi possède un don particulier de ciboparse, elle peut lire les pensées d'une personne en mangeant la même chose qu'elle lors d'un repas. Evidement ce pouvoir est encore un peu tordu comme le veut le thème de la série. Ce premier tome est vraiment plaisant et l'on croisera en second plan Tony Chu et la famille Chu. L'humour est encore au rendez-vous avec beaucoup d'action lors d'un braquage et au début de la pandémie de la grippe aviaire. Dan Boultwood succède à Rob Guillory avec un style différent mais qui convient très bien, dans une ambiance cartoon pour adulte.
    Très bon démarrage pour ce spin-off qui va nous réserver bien des surprises aux révélations de la fin de ce tome. Ce n'est pas obligé de connaitre la série principale pour comprendre et pour ceux qui veulent, la première intégrale de Tony Chu sort à la fin du mois de novembre.

    Nickad

    Fanaticism

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: SHIOKONBU Dessinateur: SHIOKONBU Editeur: NihoNiba Note: 3.5
    Résumé:

    Tout juste embauchée en tant que servante par un jeune aristocrate, Alyssa s'occupe la journée des tâches ménagères du manoir... et de la formation sexuelle et torride de son maître le soir ! Toutefois, alors que ses sentiments envers le garçon évoluent, les autres serviteurs ne voient pas cette relation d'un bon œil...

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Erotique
    Alissa est une nouvelle domestique dans un grand domaine d’aristocrates, plutôt maladroite mais mignonne, on lui confie rapidement la tâche d’éducatrice auprès du fils de famille, le jeune homme en âge de se marier doit acquérir un peu d’expérience auprès des femmes. Mais les deux jeunes gens se rapprochent plus qu’ils ne le devraient vu leurs rangs respectifs, certains ne voient pas cette relation d’un bon œil et Alissa va en faire les frais.
    L’ambition de l’auteur était de dessiner des scènes érotiques avec des vêtements européens et des soubrettes victoriennes. L’habit ne faisant pas le moine, une fois nus, les relations ne sont pas différentes qu’à une autre époque sauf qu’ici la femme est clairement au service de l’homme et semble bien l’accepter !! L’objectif du manga étant l’érotisme, de ce côté-là, le lecteur est servi. L’histoire principale est suivie de deux courtes histoires, pas inintéressantes : la première est une histoire d’amour entre une jeune aristocrate et sa suivante après son mariage arrangé et la deuxième celle d’un jeune homme qui va aider la femme qu’il aime traumatisée par les horreurs de la guerre.
    Chacune de ces histoires a un vrai scenario et n’est pas qu’une accumulation de scènes coquines. Certains développements sont inattendus et c’est appréciable, dommage que ces demoiselles soient toutes sur le même gabarit, on peut se lasser des grosses poitrines…
    Certaines scènes pouvant être choquantes, il est à réserver à un public averti

    Nickad

    En attendant lundi tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: ABE Tomomi Dessinateur: ABE Tomomi Editeur: Akata Note: 3.5
    Résumé:

    Pourquoi en rentrant au collège, tout le monde change du jour au lendemain ? Mizutani ne le comprend pas ! Jeune fille, elle refuse ce changement radical, elle refuse de grandir. Et plus les jours passent, plus elle se sent en décalage avec ses camarades. Aussi, chaque fin de week-end, elle redoute le début de semaine, le retour à l’école. Jusqu’à ce qu’elle croise un garçon nommé Tsukino. Dès lors, le collège, si gris et ordinaire, semble retrouver des couleurs. Ces deux-là se font alors une promesse : tous les lundis soirs, ils se retrouveront en secret dans la cours de l’école pour passer du bon temps, loin du regard des autres, comme des enfants à l’innocence préservée…

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Mizutani est une jeune fille qui vient de rentrer au collège, du jour au lendemain elle voit que ses camarades changent, les filles se mettent à écouter des émissions d’amour, fini les jeux de cour de récré, les cabanes dans la forêt et les jeux de rôles ! Fini de se prendre pour un aventurier ou de lancer des balles dans tous les sens ! Du jour au lendemain, il faut prendre exemple sur les grands, devenir sérieux et ne plus s’amuser. Mizutani ne comprend pas pourquoi elle devrait tout abandonner, elle se met à redouter les lundis, elle ne se sent pas à sa place jusqu’au jour où elle croise le chemin de Tsukino, le garçon en apparence froid et résigné, va lui permettre de rester enfant un peu plus longtemps et laisser libre cours à ses envies.
    Cette lecture était un peu étrange, d’un côté, on suit l’histoire de collégiens et d’un autre on découvre les pensées de Mizutani, son regard sur le monde qui l’entoure, exprimées de façon très adulte, empreintes de poésie « sous un ciel d’un bleu intense et clair, le long d’une mer aux reflets blancs éclatants, je traverse la ville indistincte », on a ce sentiment indicible, la conscience d’un décalage… Car malgré les apparences et le design très rond des personnages, En attendant lundi n’est pas un manga pour enfant, c’est comme si on jetait un coup d’œil en arrière et qu’on nous disait « qu’as-tu fait de tes rêves ? »
    Et puis il y a ce travail graphique, ce n’est pas juste un manga en noir et blanc mais une œuvre en noir et blanc, où chaque utilisation du noir, blanc et gris est réfléchie, où les contrastes sont exploités, tantôt ombre chinoise, tantôt image négative, toutes ces trouvailles visuelles, métaphoriques parfois, nous plonge dans un univers onirique, hors du temps.
    Une étrange lecture où l’on se perd parfois devant le texte et où le dessin nous rattrape. Si le manga était un recueil, En attendant lundi y serait un poème.
    En attendant lundi T.1 - AKATA (akazoom.fr)
     
     
     
     




    poseidon2
    Scenariste: Thierry Agnello Dessinateur: Charles Davoine Coloriste: Charles Davoine Editeur: Hugo bd Note: 3.0
    Résumé:

     Le nouvel opus de Droit au but ! - la série qui t'emmène dans les coulisses du foot, au coeur de l'OM ! Nino et les joueurs de l'OM partent en tournée de gala en Afrique, rencontrer les équipes locales lors de matchs dont les recettes sont reversées aux clubs de jeunes des quartiers défavorisés. Une sortie saluée avec enthousiasme par tous. Par tous ? Non. Mandanda, le capitaine, fait grise mine, après avoir encaissé un but contre Lille. Inquiet, Nino tâche de percer les raisons de ce passage à vide. Sans succès. Première étape : Tunis et le complexe Five Stars, où les joueurs de l'OM participent à un entraînement avec les jeunes recrues de l'OM School de Tunis. Parmi elles, Inaya, 9 ans et demi. Contre toute attente, elle parvient à marquer contre Mandanda ! Persuadé de ses qualités, Nino se propose de la « coacher », avec la complicité de son capitaine lors d'une après-midi parmi les ruines du site de Carthage. Grâce aux conseils avisés de Mandanda, Inaya réussit à s'imposer face à une bande d'adolescents, décidés à ne pas se laisser impressionner par une fille ! Reconnaissante, Inaya se jette au cou de Mandanda. Nino en profite alors pour lui faire comprendre à quel point sa présence est indispensable au Club. Mais le légendaire Mandanda aura-t-il repris suffisamment confiance en lui pour battre l'Espérance Sportive de Tunis ?

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Etonnant comme cet album est limite prophétique. En effet ceux qui suivent un peu l'OM savent que depuis peux Madanda est sur le banc. Quand on sait que ce genre d'album voit son scenario validé au moins 6 mois à l'avance. Ça laisse songeur..... Mais revenons aux aventures de Nino. 
    Nino qui est maintenant un joueur officiel de l'OM. Un joueur qui compte. Un joueur reconnu dans la rue amis aussi un coéquipier qui s'inquiète de l'état mental de ses coéquipiers. Si l'idée de traitée du mental sur le sport est bonne, je trouve malheureusement que c'est traité un peu trop facilement : un bisou et ça repart. Même si le public ciblé est celui des jeunes fans de foot, c'est un peu juste. Heureusement qu'il y a, au-dessus de cette histoire, une petit fille espiègles et très fortes en foot à Tunis.
    Cette petite fille apporte beaucoup de fraicheur et de spontanéité à un scenario un peu trop facile, pour le plus grand plaisir des lecteurs.
    Un tome en demi-teinte qui plaira aux fans de Nino mais qui nous fait espérer mieux pour le prochain.

    poseidon2
    Scenariste: Ferry Dessinateur: Conrad Coloriste: Conrad Editeur: Autres Editeurs/Auto editions Note: 4.0
    Résumé:

    Accompagnés de Panoramix, le plus célèbre des druides gaulois, ils s'apprêtent à partir pour un long et mystérieux voyage en quête d'une créature étrange et terrifiante. « Mais quelle est donc cette créature ? » Didier Conrad a fait parvenir un dessin aux Éditions Albert René. Un dessin étrange et mystérieux... Celui-ci montre nos deux héros - créés il y a plus de 60 ans par les géniaux René Goscinny et Albert Uderzo - grimpant le long d'un grand tronc d'arbre pour tenter de récupérer Idéfix qui semble vouloir leur échapper... Ce tronc est bien singulier car il est sculpté à l'effigie d'une créature énigmatique, dotée de crocs impressionnants et d'un terrible bec de rapace... ...Idolâtrée ou crainte par les peuples de l'Antiquité, cette créature, c'est... le Griffon...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Humour
    Cela en surprendra peut être certains mais ça fait un moment que j'ai arrêté de lire les nouveaux Astérix. Uderzo l'a usé.... je les achetais donc pour les enfants qui n'ont pas besoin de second degré pour apprécier un Astérix.
    Et là mon libraire m'a dit : celui-là, il n'est pas comme les autres, il est très bon. 
    Alors cette fois ci, en plus de l'acheter, je l'ai lu. Et.... et bien effectivement il est bon. Enfin il faut rendre à Ferry ce qui est à ferry : les romains sont EXCELLENTS. De Fakenius à Terreinconnus en passant par le centurion Danssonjus, ils sont tous à mourir de rire, la palme revenant à Fakenius et son impact sur la cohorte des romains. Les autres personnages ne sont pas en reste avec une superbe intervention de la peuplade des Scythes. Peuplade pouvant faire guide de voyage, encyclopédie et essayant de toujours se déplacer en ligne.
    Si on pourra regretter que le peu de second degré des Sarmates (mise à part les E inversés) mais, comme souvent dans Astérix, eux portent l'histoire la ou les romains portent l'humour. Et cette histoire est très sympa. Un coté féministe mais pas trop. Un coté Astérix le héros mais pas trop non plus. Un coté Idefix le loup copain de Wolverine comme on a jamais trop.
    Bref une lecture drôle, agréable et qui devrait réconcilier toute la famille autour d'un de nos emblèmes nationaux.
    Et ça c'est une excellente chose :)

    poseidon2

    Saotome t4

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Mizuguchi Naoki Dessinateur: Mizuguchi Naoki Editeur: Doki-Doki Note: 4.0
    Résumé:

    Une romance pleine de fraicheur sur fond de boxe... Une ode aux couples maladroits et dépareillés ! Saotome est une lycéenne au regard froid, une athlète au physique atypique, et une boxeuse qui porte les espoirs de tout un lycée ! Alors que le secret de leur relation s'évente peu à peu, Saotome et Satoru se retrouvent enfin au calme, lorsque soudain leurs lèvres... Ne ratez pas ce 4e volume, où l'action n'a rien à envier à la romance !

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Romance
    Le retour de nos deux sportifs ignorants tous des relations amoureuses.  Et encore une fois c'est un tome très reposant. L'innocence et la candeur de nos deux personnages tranche toujours très bien avec le sport qu'ils pratiquent: la boxe.
    Et encore plus dans ce tome 4 car notre héroïne se bat pour le titre national inter lycée. Ce combat qui mettra en avant l'apport de l'amour tout ça tout ça.
    C'est super mignon au final. Cela rappel les premier émois et à quel point on est "gauche" durant notre première relation.
    C'est frais, c'est simple, c'est dynamique....une lecture du soir avant de se coucher 🙂

    alx23

    De ira

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Stéphane Hirlemann Dessinateur: Stéphane Hirlemann Coloriste: Stéphane Hirlemann Editeur: Delcourt Note: 3.0
    Résumé:

    Pêche et Caro sont liées par une profonde amitié. Malgré le sexisme ambiant et la violence d'un monde de plus en plus précaire, la première ramène toujours sa bouillante amie vers plus de légèreté et de raison. Un jour, pourtant, Caro perd pied... Son apaisement viendra-t-il d'Elisée, ce clochard céleste qu'elle n'arrête pas de croiser ou se laissera-t-elle submerger par sa colère ?

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Fantastique
    Ce roman graphique est assez étrange dans le sens où l'histoire est pessimiste avec une société proche de la nôtre mais sur le point d'explosée. Stéphane Hirlemann donne quelques exemples comme le dérèglement climatique avec de la neige en été, les études supérieures payantes pour l'élite mais aussi les camps de réfugiés qui n'apportent aucune solution aux demandeurs d'asile et au milieu une bande de jeunes révoltés contre le système. Tous ces éléments mis bout à bout forment une histoire avec une héroïne en colère contre tous et incomprise. On suit donc l'errance de cette jeune femme au mieux de la violence qui semble partout dans le récit.
    Stéphane Hirlemann réalise aussi la partie graphique tout en noir et blanc avec des dégradés de gris. C'est très réussi visuellement surtout avec tous les masques que l'héroïne voit sans que l'on sache vraiment ce qu’ils représentent, peut-être sa colère ou une déformation de la réalité.
    De ira est atypique comme histoire, on suit sans comprendre le but final ou alors c'est qu'il n'y a pas de solution...

    poseidon2

    Unsung cinderella t3-4

    Par poseidon2, dans Critiques

    Scenariste: Mamare Arai Dessinateur: Mamare Arai Editeur: Meian Note: 4.0
    Résumé:

    Est-elle prête à accompagner ses patients jusqu'au bout... ? Midori prend en charge Juri, une jeune fille présentant des troubles du comportement alimentaire. Elle s'est renfermée sur elle-même depuis que sa famille a décidé de ne pas annoncer à son grand-père qu'il est mourant. Pour que Juri retrouve une vie normale, Midori va devoir faire face à l'inévitable épreuve de la fin de vie.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Tranche de vie
    Apres deux tomes d'introduction sur le métier de pharmacien en hôpital, Mamare Arai part maintenant sur des thèmes dominants et des histoires plus longues. Pour commencer elle nous parle de la gestion de la fin de vie pour le tome 3 et aussi de la dépendance médicamenteuse  mais aussi de la pression financière derrière les hôpitaux.
     Plus ça va plus la série ressemble aux série télévisuelle sur la médecine. En effet on retrouve non plus uniquement le point de vue de notre pharmacienne mais aussi toute une histoire autour de personnages secondaires bien travaillés. La série quitte donc l'unique aspect médical pour s'élargir et nous montrer un aspect sociologique tout sauf inintéressant.
    Si on a toujours l'impression d'avoir déjà vu ce sujet dans l'une ou l'autre des séries TV à la mode, l'arrivée de second rôle approfondis ajoute un coté plus humain et donc plus prenant à ce manga.
    Espérons que cela continue dans le même sens !

    alx23

    Kosmos

    Par alx23, dans Critiques

    Scenariste: Patrice Perna Dessinateur: Fabien Bedouel Editeur: Delcourt Note: 4.0
    Résumé:

    Le 20 juillet 1969, le monde entier, figé devant sa télévision, est sidéré par l'exploit : les Américains ont aluni ! Et avant les Soviétiques ! Malgré une frayeur technique, tout s'est bien passé. Pourtant, au moment de repartir, Armstrong se retourne une dernière fois pour observer le paysage et reste figé : dans la visière de son casque, se reflète un drapeau soviétique et un LEM russe...

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Documentaire
    Lors de la propagande soviétique, le terme Kosmos regroupait toutes les missions dont les informations et les détails ne pouvaient pas être divulgués au public. Avec cette information, le titre de ce roman graphique donne un aperçu de ce qui vous attend. Patrice Perna a monté son histoire comme un documentaire ou fake news avec beaucoup de détails et d'indication temporel pour donner du crédit au récit. Et si les russes étaient arrivés en premier sur la Lune et qu'une femme cosmonaute avait devancé les américains de quelques heures. Durant la guerre froide et la conquête spatiale, les tensions entre les Etats-Unis et URSS étaient fortes, ce scénario aurait pu voir le jour. 
    La partie graphique de Fabien Bedouel est magnifique avec des planches en noir et blanc de toute beauté. L'introduction d'une vingtaine de pages muettes est une ouverture formidable sur le récit. On est plongé dans l'espace en arrivant progressivement sur le module qui se sépare pour préparer son alunissage. Le choix du noir et blanc est une très bonne idée pour faire ressortir l'espace et les scènes gagnent en intensité lors des opérations des cosmonautes.
    La fake news est très tendance aujourd’hui, au point qu’il devient compliqué de trouver la vérité et de remettre tout en cause. Les deux auteurs nous emmènent dans un vrai/faux documentaire percutant. 

    poseidon2
    Scenariste: James Tynion IV Dessinateur: Werther Dell Edera Coloriste: Werther Dell Edera Editeur: Urban Link Note: 4.5
    Résumé:

    Tous les monstres ne se cachent pas dans l'obscurité, et ça, Erica est en train d'en faire l'amère expérience. Alors que Archer Peak a été totalement confinée suite à la récente vague de meurtres, et que la nouvelle commence à se répandre en dehors de la ville, la Loge du Massacre décide d'intervenir enfin. Sans état d'âme, ses membres n'hésiteront pas à employer les grands-moyens pour éradiquer l'infestation. Erica risque d'avoir besoin d'aide si elle veut éviter une situation irréversible.

    Type: Comic L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Je me demandais bien comment James Tyrion IV allait réussir à finir son histoire autrement que dans un bain de sang..... Eh bien, sans trop vous en dire, il  réussit vraiment bien sa sortie.
    On aurait aimé en savoir plus sur la Loge du Massacre, son histoire et ses liens avec le monde, mais le parti prit de se concentrer sur Erica et le petit village d'Archer Peak est plutôt une bonne idée. Il prolonge le coté huit clos horrifique plutôt que de chercher à étendre l'histoire vers un univers fantastique trop grand pour notre seul personnage d'Erica.
    Cela lui permet aussi de continuer à nous livrer des scènes époustouflantes sublimement mis en image par Werther Dell Edera. Des scènes à nous faire froid dans le dos.
    Ce tome conclut une excellente trilogie horrifique aussi imaginative que tendue. James Tyrion IV s'ancre un peu plus dans les scénaristes à succès de notre époque.

    Nickad

    Sôten no Ken tome 1

    Par Nickad, dans Critiques

    Scenariste: BURONSON Dessinateur: HARA Tetsuo Editeur: Mangetsu Note: 3.5
    Résumé:

    Dans les années 1930, Kenshirô Kasumi, "Roi des Enfers" (Yan-Wang, deux générations avant celle de Hokuto no Ken), 62e grand maître de la technique de combat Hokuto Shinken ("poing divin de la grande ourse") se trouve pris dans des conflits autour de la Mandchourie. Buronson et Tetsu Hara reviennent plus de dix ans après la fin du cultissime Hokuto No Ken, vendu à plus de 100 millions d'exemplaires dans le monde, dans une préquelle centré sur l'oncle de Kenshiro, Kenshiro Kasumi, 62e successeur de la légendaire technique du Hokuto Shinken qui vise les points vitaux de ses adversaires. Cette réédition de Soten No Ken, vivement attendue par les lecteurs de la toute première série, est le deuxième titre d'une collection dédiée à Tetsuo Hara. Au plus proche de la version originale (sens de lecture japonais, onomatopées sous-titrées), elle bénéficie d'une nouvelle traduction, d'un nouveau lettrage et d'une fabrication soignée.

    Type: Manga L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    « Tu ne le sais pas encore, mais tu es déjà mort » cette phrase vous parle ? C’est lié à la technique secrète du Hokuto shinken le poing divin de la grande ourse, plus connue sous le nom du « poing de la mort ». 60 ans avant les aventures de Hokuto no Ken découvrez celles de son oncle, Kenshirô Kasumi, devenu légendaire dans le Shanghai des années 30 sous le nom de Yanwang « le roi des enfers ».

    A l’époque Shanghai est divisée en 3 zones : la ville chinoise, la concession internationale dirigée par des américains et des britanniques et la concession française, cette dernière est devenue une zone de non droit où la pègre règne en maître. Les nouveaux dirigeants « l’Union du Pavot sanglant » sont sans pitié et font la chasse aux anciens membres du Syndicat de Jade, les amis de Kenshirô. Ce dernier, professeur au Japon, va retourner en Chine, pour aider les derniers survivants du clan et punir les méchants.

    Je n’ai que quelques vagues souvenirs de Hokuto no Ken, l’impression qu’il n’y avait que des combats hyper violents (et la version française était en partie censurée !). Sôten no Ken reste dans la même veine, des combats violents avec des personnages assez sombres. L’histoire bénéficie cependant d’un contexte historique intéressant et assez méconnu en France, bien que cela se passe en grande partie dans la concession française de Shanghai, c’est toute une partie que j’ignorais. La famille de Ken est ce qu’elle est, un clan légendaire maitrisant un art martial tout aussi légendaire mais l’inclusion dans cette époque rend le personnage assez crédible et le mélange fonctionne bien. Pour rappel, Ken le survivant a été écrit dans les années 80 et se déroulait dans un futur proche post guerre nucléaire.

    Sôten no Ken est un manga d’action, sombre et violent, son graphisme est travaillé et il y a de très beaux décors très détaillés. L’histoire est à la hauteur de ce qu’on en attend et il y aura sans doute un plaisir supplémentaire pour les nostalgiques.

    La série avait déjà eu une première édition entre 2004 et 2012 et comprend 22 tomes.




    poseidon2
    Scenariste: Christophe Cazenove Dessinateur: Philippe Fenech Coloriste: Philippe Fenech Editeur: Bamboo Note: 3.0
    Résumé:

    Copine marrante, râleuse ou fofolle... Quelle Cop's êtes-vous ? La superstition s'invite dans le quotidien des Cops. Surtout dans celui de Murielle. Ne pas croiser de chat noir avec un parapluie ouvert, éviter de renverser du sel sous une échelle... Comme souvent, Murielle mélange tout, et c'est tellement drôle pour que ni Jess ni ses autres cop's n'aient l'envie de la corriger. Ce qui est sûr, c'est que les filles ont trouvé une nouvelle raison de se marrer comme jamais. Mais au fait, rire aux dépens d'une cop', est-ce que ça porte malheur ?

    Type: BD Europeene L'acheter sur BD fugue Genre: Action
    Le retour de la BD détente à succès chez les jeunes filles : mes cop's. Même ma liseuse de manga fait toujours une pose pour rigoler au dépens de ses cop's. Et pour changer un Cazenove nous propose dans ce tome 13 deux thèmes bien distincts : la superstition et le copain timide.
    Et les deux donnent des scènes assez rigolotes. La copine superstitieuse se prend dans la tête tous les poncifs du genre remis au gout du jour et le positionnement temporel dans la période d'Halloween avec les filles qui regarde des films d'horreur rend les blagues bien à propos. Suffisamment pour que je m'étonne qu’ils n’aient pas choisit de jouer cette carte en couverture, avec la 31 qui approche. 
    Non en couverture on parle du deuxième thème: le copain de Jess et ce thème la est un poil moins réussit. SI les blagues sur les garçons, encore mal dégrossit à cette âge-là, sont plutôt sympas, on se demande assez rapidement pourquoi Jess sors avec lui en fait. En effet on ne discerne pas vraiment d'amour entre les différentes blagues et c'est dommage. Ca fait de ce pauvre garçon uniquement un souffre-douleur au final.
    Donc un tome en demi-teinte mais qui a quand même bien fait rire les moins de 15 de la maison (et ils sont nombreux :p)

  • Qui est en ligne   0 membre, 2 anonymes, 52 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Dernières Critiques


    • La princesse maudite et son servant immortel tomes 1 & 2 (fin)
      Note :
      Il était une fois une princesse maudite par un démon et vouée à éliminer de ses mains tous les malfaisants de son pays, seuls les bains de sang pouvaient calmer la malédiction. Mais cette princesse au sang chaud s’en prenait parfois à celui qui avait juste fait un pas de travers. Heureusement, un jour un magicien immortel et amnésique arriva, il ne trouvait de joie dans l’existence qu’en éprouvant de la douleur. Ces deux-là formèrent un duo inhabituel et très compatible, la princesse pouvant alors étancher sa soif de sang en tuant, de toutes les façons possibles le magicien qui ne demandait que ça ! Ils partirent ensuite nettoyer le pays et chercher le démon à l’origine de la malédiction.

      Avec un tel scénario, inutile de dire que ce livre a toute sa place dans votre collection WTF, c’est foutraque, déjanté, ça ouvre la porte à tout un tas d‘individus plus bizarres les uns que les autres et ça dégouline de sang. Il y a bien un fil conducteur (chercher le bon démon et annuler le mauvais sort) mais c’est plus une accumulation de petites histoires un peu construites de la même façon : le duo entend parler d’un problème dans un village, s’y rend, extermine le ou les démon(s) et part pour un autre endroit. Il y a quand même des méchants récurrents, des relations un peu étranges qui s’installent et un dénouement un peu bordélique.

      Ce n’est pas forcément désagréable mais il ne faut pas y chercher un sens profond, c’est du pur divertissement et plutôt bien fait pour ce genre d’histoire. Bref, on ne se prend pas la tête et on s’y amuse. Série finie en 2 tomes.
      • 0 réponse
    • Re:zero - 4eme arc : Le sanctuaire de la sorcière de l'Avarice tome 1
      Note :
      Difficile de parler de ce 4e arc sans introduire un petit peu la série.

      Re:zero est un isekai adapté d’un light novel, son personnage principal Subaru, lycéen, s’est retrouvé un peu par hasard dans un autre monde (il n’a pas été invoqué pour devenir le héros). Il ne se va pas être doté de capacité hors-norme, la seule chose qu’il va avoir c’est une sorte de malédiction lancée par une sorcière : s’il meurt (de façon non naturelle a priori) il pourra revenir en arrière pour essayer de changer les événements ! Il y a cependant deux contraintes : il n’a pas le droit d’en parler sinon un drame arrivera et il ne peut pas choisir l’instant où il revient (son point de sauvegarde). Chaque arc correspond à une boucle et se finit quand il arrive à changer l’histoire.

      A propos du monde de re:zero : c’est un monde d’ heroic fantasy avec magie, monstres, elfes, semi-humain… Il y a plusieurs siècles existaient 7 sorcières correspondant au péchés capitaux, la sorcière de l’Envie a tué les autres sorcières pour s’accaparer leurs pouvoirs et régner sur le monde, elle était très puissante et très méchante. A l’époque de l’histoire, le trône est vide et il y a plusieurs prétendantes qui vont devoir faire leurs preuves, c’est ce qui sera appelé la « sélection ».

      Dès son arrivée dans ce monde, Subaru va rencontrer une candidate : Emilia. Il va tomber amoureux et faire son possible pour rester auprès d’elle et l’aider. Sauf qu’Emilia est une demi-elfe, une race très mal vue car la sorcière de l’Envie en était une, et Emilia doit faire face à une forte discrimination.
      • 2 réponses
    • Nomi & Shiba tome 1
      Note :
      Nomiya est dans un lycée pour garçon, contre toute attente il a développé des sentiments pour son camarade de chambre Mikoshiba. C’est comme ça qu’il se rend compte qu’il est gay. Mais comme Shiba est plutôt mignon et qu’il se fait souvent abordé par d’autres garçons, il préfère garder ses sentiments pour lui pour ne pas le faire fuir. Ce qu’il ignore, c’est que de son côté Shiba éprouve aussi des sentiments pour lui. Les deux garçons éprouvent des sentiments partagés mais ils l’ignorent et vont donc naviguer en eaux troubles.

      Nomi & Shiba c’est une histoire d’amour toute mignonne, il y a les émois du 1er amour, la maladresse des personnages qui préfèrent conserver leur amitié plutôt que de se déclarer et de tout perdre, il y a aussi toute la vie en internat, les interactions entre les élèves avec leurs petites histoires. Ce manga a tout du shojo, on verrait presque les petites fleurs en arrière-plan pendant la lecture. C’est tout en douceur, sans vulgarité, c’est mignon et plein de bons sentiments.


      Tohru TAGURA est aussi l'auteur de Maux mêlés que vous avez déjà pu découvrir sur le site, la série est toujours en cours et a 2 tomes pour le moment.
      • 0 réponse
    • Hellbound  - l'enfer tome 1
      Note :
      Quand le réalisateur/scénariste/producteur Yeon SANG-Ho, plusieurs fois invités au festival de Cannes pour ses films et films d’animation se lance dans le manwha et qu’il s’accompagne du dessinateur Choi KYU-SOK qui a déjà remporté plusieurs prix en Corée mais assez peu connu en France, cela donne une œuvre remarquable ! Remarquable par sa qualité visuelle d’abord, des dessins précis, réalistes, des expressions naturelles quelles que soient les sentiments, et remarquable par le scénario, par l’idée originale et par la profondeur du propos.

      L’histoire ? N’importe qui à n’importe quel moment peut recevoir une notification de sa damnation prochaine, elle annonce quel jour et à quelle heure vous serez damné. Si cela passe pour les propos d’une nouvelle secte, des images circulent sur internet, certains pensent trucage mais d’autres y croient vraiment. Mais un jour, un homme se fait damné en public, la police enquête alors.

      Hellbound c’est d’abord des évènements étranges, fantastiques et terrifiants qui arrivent, puis c’est l’interprétation que les gens peuvent en faire, faut-il y voir l’œuvre de Dieu ? Et si c’est vrai faut-il se repentir pour y échapper et comment faut-il le faire ? Mais c’est surtout une dérive de la société, la montée du fanatisme, l’importance des croyances, la place de la religion…

      Le manga est à réserver aux plus grands, certes il y a certaines scènes violentes mais c’est surtout le besoin d’avoir une certaine maturité pour apprécier les propos et prendre du recul : il s’agit de la damnation éternelle et de l’enfer après tout !! Si je ne l’ai pas mis en coup de cœur, c’est parce que j’ai trouvé certaines longueurs dans les propos, c’est comme tout, un discours peut-être ennuyant ou captivant selon la personne qui le dit, ici, la théologie écrite peut vite lasser. Par contre, Hellbound a fait l’objet d’une adaptation en série disponible depuis le 19 novembre.

      Le livre est fini en 2 tomes, et la bande annonce est ici
      • 1 réponse
    • American Flagg
      Note :
      On a beau avoir lu un nombre quasi incalculable de BD et de comics (ou de manga) que l'on peut encore se faire surprendre par des sortie comme American Flagg. En effet vu d'avion ce gros volume avait tout de la lecture pour les fans des années 80-90 uniquement. Un dessin un peu vieillot, trop de pages et une histoire qui semble bizarre. Je ne pensais pas faire parti du lot.

      Et bien je me suis bien trompé. Ce recueil est super sympa. Les histoires sont intéressantes et, surtout, le ton employé dans ce comic est rafraichissant. C'est un vrai comics pour adulte avec des blagues parfois lourdes, du trash, des filles sexy et un héros fort en gueule qui singe les stars du grand écran des années 90.

      Bref un ensemble super savoureux qui se lit avec plaisir et qui rend cette longue relecture un très beau cadeau pour tous les fans de comics.

       
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...