Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Je crois que mon fils est gay tome 2


    Nickad
    • Scenariste: OKURA Dessinateur: OKURA Editeur: Akata Note :
      Résumé:

      Je crois que mon fils est amoureux…" Depuis quelque temps, Tomoko Aoyama a bien remarqué son fils n’est pas indifférent à la présence d’un garçon nommé Daigo… Ce camarade de classe semble avoir une place toute particulière dans le cœur de son fils. Mais elle n’est pas la seule à avoir deviné que Hiroki ne s’intéresse pas aux filles de « cette manière-là » : Yûri, son petit frère, n’est pas aveugle. Et souvent, il s’avérera être le meilleur des alliés !

      Type: Manga L'acheter sur bdfugue Genre: Tranche de vie
     Share

    Ce deuxième tome suit le schéma du 1er, à savoir de courtes scénettes autour du quotidien d’Hiroki. Le jeune homme n’a toujours pas fait son coming out, sa mère et son jeune frère se doutent de ses aspirations sexuelles, et le père, très loin de s’en douter, a souvent des remarques assez machistes genre « un homme ne doit pas avoir peur ». La particularité de ces scènes c’est qu’elles sont toutes vues en entier ou partiellement à travers le regard de Tomoko, la mère.

    Si l’avancée de l’histoire n’est pas flagrante, ce sont les détails du quotidien que l’on suit, des petites réactions d’Hiroki qui permettent à sa mère de mieux cerner son fils mais aussi des situations par rapport aux collègues de Tomoko ou des voisins qui vont l’aider à se poser des questions plus pratiques mais aussi de comprendre la situation des homosexuels dans la société. Elle n’hésite pas à poser des questions ou à demander des explications à son entourage quand il y a des remarques plus ou moins déplacées sur les gays ; par exemple, quand sa collègue dit au sujet d’un homme que c’est du gâchis qu’il soit homosexuel.

    Cette façon d’enchainer des tranches de vie plutôt que de faire une grande histoire révolutionnaire permet au lecteur de mieux appréhender les difficultés du quotidien, les aprioris de la société mais surtout, au travers du regard tendre et bienveillant de la mère, d’accepter les différences. Un manga sympathique sui se lit bien, on peut tout de même s’interroger sur son évolution et craindre un manque de renouveau.

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Je crois que mon fils est gay en Sélection jeunesse
    12-16 ans du FIBD 2022 !
    C'est avec beaucoup de plaisir que nous vous annonçons que Je crois que mon fils est gay, le manga familial d'Okura, est en Sélection jeunesse 12-16 ans pour le Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême 2022 ! De notre côté, nous vous donnons rendez-vous en décembre pour découvrir le troisième tome.
    d8e09b54-fc7a-eca6-67c1-3296b2841e38.jpg
    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 4 anonymes, 38 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Les previews !

  • Dernières Critiques

    • ISS Sniper - Tome 3 - Jurr
      Note :
      Chronique réalisée à partir du pdf de lecture.

      Et hop encore un tome pour la nouvelle série d'action hardcore sous fond de science fiction par les éditions Soleil. Celui-ci ne déroge pas à la règle : action, gros bourrins, gros flingues, gros alien, sur fond de soldatesque à fort caractère. 

      Ce tome ne révolutionnera bien évidemment pas le genre, mais je l'ai toutefois trouvé plus réussi que le tome 2 qui m'avait un peu ennuyé. Bon l'abus de voix off finit toujours par me sortir un peu de ces bd estampillées Soleil. Je trouve que cela casse bien souvent trop l'immersion. 

      Reste que côté scénario, entre le tome 1 et celui-ci, les auteurs ont planté des graines que je vais être curieux de voir un peu pousser, en espérant que tout cela soit un jour développé dans un ISS. Mais connaissant l'amour de Soleil pour les séries de one shot de destins croisés dessinant une fresque de plus grande ampleur, je n'ai finalement guère de doute à ce sujet.

       
      • 0 réponse
    • Légende - Tome 9 - Renouveau
      Note :
      Ce tome 9 de Légende ressemble à s'y méprendre à une conclusion de la série. Je ne sais pas si ils relanceront un nouveau cycle mais celui-ci se termine de manière cohérente, incitant d'ailleurs à de petites réflexions bienvenues. C'est assez agréable sur une série de ce type. 

      Je n'ai lu que le pdf de cet album mais je dois avouer que j'ai par contre été un peu déçu graphiquement puisque je l'ai trouvé un cran en deçà du reste de la série. Cela est aussi probablement du à la piètre qualité de lecture au format numérique. Ceci étant dit, passer après Swolf n'est guère évident, et cela n'enlève rien à la qualité globale de la bd. On sent toutefois que, au scénario comme aux crayons il a bien fallut faire évoluer la série avec les changements d'auteur. Malgré un contenu peut être plus mature et une histoire moins héroïque quoique plus remplie d'humains, ce second cycle aura marqué un réel essoufflement de mon intérêt pour cette série.

      Il n'en reste pas moins que Légende est une série Médiévale (Fantastique simplement sur le premier cycle) de qualité, qui gagne a être connue. Et que le travail de Stéphane Collignon mérite d'être revu en dehors du cadre laissé par un auteur créateur de série différent.

       

       
      • 0 réponse
    • La sélection 2021 de 1001BD : les comics
      Hello les fans de comics

      On poursuit notre sélection avec les comics. Comics qui sont plus marqués par de l’indépendant plus que du super héros, le super héros ayant du mal a être marquant sur un seul tome.

      Cette année nous avons décidé de ne pas nous restreindre. Cette sélection a tous les albums qui nous ont marqué l'année dernière. Que se soit des suites, des oneshot, des premiers tomes.... peu importe.

      Il faut juste savoir que nos chroniqueurs ont forcement prit une claque à la lecture des ces albums.

      N'hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez !

      Poseidon2 pour la team 1001BD
      • 0 réponse
    • Les compagnons de la Libération - Hubert Germain
      Note :
      Quelle vie. Quel homme. 

      Si ces "compagnons de la liberté" en BD nous présentent toujours des hommes et des femmes à l'histoire pleine de courage et d'engagement, celle ci m'a particulièrement touché. Tout d'abord parce que Monsieur Germain était le dernier survivant des compagnons de la libération et que cette génération de héros s'est éteinte avec lui le 12 Octobre 2021. 

      Mais aussi parce que le choix très intelligent de Jean-Yves Le Naour de fonctionner sur le régime d'une interview nous permet de nous mettre à sa place et de nous imaginer en train d'écouter les récits du vétéran. Cela provoque une vrai empathie à l'égard de notre narrateur qui dépasse le juste emerveillement de ses actions de guerre.

      Et pourtant quels faits de gurre. Quel homme, comme je disais en préambule ! Un homme qui n'a jamais voulu plier les genoux, meme à 22 ans et contre les avis de ses supérieurs de l'époque. Un homme de tous les combats et de tous les fronts.

      Un Grand homme.
      • 1 réponse

    • Anti romance tome 1
      Note :
      Ryô et Suô vivent ensemble depuis 6 ans, cohabitent plutôt car ils n’ont pas de relations intimes. Ils sont amis depuis l’école et ont choisi de partager un appartement par commodité. Mais leur entourage leur fait comprendre qu’une cohabitation aussi longue est inhabituelle et se pose des questions sur la vraie nature de leur relation.

      Le défaut et la qualité de ce manga sont les mêmes : l’auteur prend son temps dans le développement de l’intrigue. Défaut, car on peut y ressentir quelques longueurs avec le risque de rester spectateur. Qualité, car on apprend à connaître les personnages, leur quotidien, leurs pensées et leurs sentiments. Anti-romance est une œuvre intimiste, introspective même, les personnages sont à un tournant de leurs relations sans s’en rendre compte au début, ce sont les remarques de leur entourage qui leur font comprendre que leur situation n’est pas courante et les poussent à y réfléchir.

      Le manga bénéficie d’un graphisme élégant, précis, le sujet est original. On voit que l’auteur prend son temps pour l’écrire (il a fallu 5 ans pour que ce tome soit achevé !). Espérons que la suite ne tombe pas dans le yaoi classique et garde cette approche particulière.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...