Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'dargaud'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Titre de l'album : Vingt-décembre, chroniques de l'abolition Scenariste de l'album : Appollo Dessinateur de l'album : Téhem Coloriste : Téhem Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Edmond Albius est un jeune esclave génial : il a découvert le procédé de fécondation de la vanille, et son propriétaire exploite ce savoir-faire qui le rend riche sur l'île Bourbon. Mais voici que l'Histoire frémit en cette année 1848, on entend qu'en France, il y aurait une révolution, et sur l'île Maurice voisine, ils auraient libéré tous les noirs. Et si l'abolition de l'esclavage était sur le point d'arriver sur l'île de La Réunion ? Très documenté, ce récit romanesque relève à la fois de la chronique de l'époque (relaté du strict point de vue des esclaves et des affranchis) et de l'histoire d'amour, à un moment où l'histoire bascule. Critique : En voilà une bd intéressante. Une BD historique qui nous montre comment s'est mis en place l'abolition de l'esclavage qui a suivi la révolution française. Une abolition qui a changé radicalement le visage des colonies. Encore plus que le nom des iles, comme notre ile de la réunion qui se nommait l'ile Bourbon, cette abolition a changé les rapports de force sur l'ile... sauf pour les plus riches qui le sont restés bien sûr. La vie de notre héros, personnage historique, est aussi intéressante que bien remplie. Le découpage en 5 époques, qui nous montre 5 passages de la vie d'Edmond, nous présente aussi 5 évolutions de l'ile dans sa transformation d'ile esclavagiste en ile... capitaliste. Un long cours d'histoire comme on les aime qui marque la différence de points de vue entre les français d'outre-mer et de Métropole. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/vingt-decembre-chroniques-de-l-abolition?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Titre de l'album : Six tome 2 - Une montagne d'or Scenariste de l'album : Philippe Pelaez Dessinateur de l'album : Casado Coloriste : Casado Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Six. Six personnages mal assortis forment à présent une étrange troupe – que l'on pourrait qualifier avec bienveillance de « belle bande de bras cassés ». Chacun d'entre eux est le dépositaire de sombres secrets. À l'instar des aventuriers de westerns, nos protagonistes sont mus par une motivation bien ordinaire, celle de survivre – si possible en s'enrichissant au passage. Leur objectif est donc d'atteindre la mine dont a hérité Kid, le gamin borgne : un lieu à la réputation glaciale, une ancienne sépulture pour les guerriers arapahos malades ou trop âgés ; un endroit qui a rendu fous les miniers qui s'y sont aventurés. Mais encore faut-il y arriver... À travers un récit bien ficelé composé d'habiles flash-backs, ce tome 2 de Six surprend le lecteur à chaque page et continue de le tenir en haleine : qui est donc cet individu mystérieux qui tient absolument à faire coucher sur le papier l'histoire de ces antihéros ? Critique : J'ai relu ma critique du tome un et, malgré le 4/5, je me suis trouvé.. sévère. Je viens de le relire et ce tome 1 était excellent avec des dessins sublimes et une intrigue, bien qu'introductive, pleine de rebondissements et de caractère. Et ce tome deux est tout aussi bon. Il remet au centre de l'histoire notre Kid et nous dévoile un complot vraiment important mais nous montre surtout que chacun des personnages à sa propre histoire et que quand ces histoires se percutent, cela donne des étincelles. Étincelles qui allument, dans ce tome deux, un feu d'artifice de tension et de suspens, porté par un dessin toujours aussi beau. Le cliffhanger final ne peut que nous donner envie de découvrir le plus vite possible les deux prochains tomes. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/six-tome-2-une-montagne-d-or?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. poseidon2

    Six tome 2 - Une montagne d'or

    J'ai relu ma critique du tome un et, malgré le 4/5, je me suis trouvé.. sévère. Je viens de le relire et ce tome 1 était excellent avec des dessins sublimes et une intrigue, bien qu'introductive, pleine de rebondissements et de caractère. Et ce tome deux est tout aussi bon. Il remet au centre de l'histoire notre Kid et nous dévoile un complot vraiment important mais nous montre surtout que chacun des personnages à sa propre histoire et que quand ces histoires se percutent, cela donne des étincelles. Étincelles qui allument, dans ce tome deux, un feu d'artifice de tension et de suspens, porté par un dessin toujours aussi beau. Le cliffhanger final ne peut que nous donner envie de découvrir le plus vite possible les deux prochains tomes.
  4. poseidon2

    Nos rives partagées

    En voici un bel album feel good sur la vie et ses péripéties. En suivant des animaux qui s'amusent à observer ces étranges humains, qui se prennent la tête pour pas grand choses, sont capables du pire comme du meilleur et surtout sont... incompréhensible de complexité pour nos amis les bêtes. À travers ce regard externe se dévoile l'histoire des 6 personnages, à trois générations différentes. Deux personnes âgées, deux quarantenaires et deux ados. Trois ages avec chacun leurs problèmes... problèmes qui ne résisteront ni à l'amour ni au dialogue. Une belle ode à la vie sans prétention et tout en délicatesse.
  5. Titre de l'album : Nos rives partagées Scenariste de l'album : Vincent Zabus Dessinateur de l'album : Nicoby Coloriste : Nicoby Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Ils sont six que rien ne rapproche. Simon est prof et il doute. Son métier doit-il se résumer à inscrire des notes sur des bulletins ? Diane cherche à se reconstruire après une opération, à se sentir femme sans se sentir regardée. Nicole agite sa retraite à militer, même si sa fille ne veut plus lui parler. Vieux et usé, Pierre s'emmerde chez lui. Jill est une ado. Elle hésite entre garçons et filles... et elle envie Hugo qui - lui - sait, mais sans succès. Rien ne les rapproche sauf le rivage partagé avec une faune intriguée, qui observe ces gens empêtrés dans leurs drames, grands ou petits mais si typiquement humains. Chronique sensible, "Nos rives partagées" narre des existences pas si ordinaires et qui ressemblent aux nôtres. Car même quand le tragique rôde, la vie peut être belle. Critique : En voici un bel album feel good sur la vie et ses péripéties. En suivant des animaux qui s'amusent à observer ces étranges humains, qui se prennent la tête pour pas grand choses, sont capables du pire comme du meilleur et surtout sont... incompréhensible de complexité pour nos amis les bêtes. À travers ce regard externe se dévoile l'histoire des 6 personnages, à trois générations différentes. Deux personnes âgées, deux quarantenaires et deux ados. Trois ages avec chacun leurs problèmes... problèmes qui ne résisteront ni à l'amour ni au dialogue. Une belle ode à la vie sans prétention et tout en délicatesse. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/nos-rives-partagees?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Titre de l'album : La route par Manu Larcenet Scenariste de l'album : Manu Larcenet Dessinateur de l'album : Manu Larcenet Coloriste : Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : L'apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres et de cadavres. Parmi les survivants, un père et son fils errent sur une route, poussant un caddie rempli d'objets hétéroclites, censés les aider dans leur voyage. Sous la pluie, la neige et le froid, ils avancent vers les côtes du sud, la peur au ventre : des hordes de sauvages cannibales terrorisent ce qui reste de l'humanité. Survivront-ils à leur périple ? Après "Le Rapport de Brodeck", Manu Larcenet adapte de nouveau une oeuvre majeure de la littérature. Couronnée par le prix Pulitzer en 2007, "La Route" a connu un grand succès et a été adaptée au cinéma en 2009 avec Vigo Mortensen dans le rôle principal. Avec cet album, Manu Larcenet réussit une adaptation d'une originalité absolue et pourtant d'une totale fidélité. En posant son trait sous les mots du romancier, en illustrant les silences du récit, l'artiste s'est approprié l'univers sombre et fascinant du roman de Cormac McCarthy. D'un roman-culte il a fait un album d'une beauté saisissante, à la fois puissant et poignant. Incontestablement un des chefs-d'oeuvre de la bande dessinée moderne. Cormac McCarthy a signé plusieurs romans phares dont "La Route" mais aussi "No Country for old men", également adapté par les frères Coen au cinéma. Son oeuvre est essentiellement disponible aux éditions de L'Olivier (et Points), associées à Dargaud sur ce projet. L'écrivain est décédé le 13 juin 2023. Son roman, publié aux Éditions de l'Olivier et chez Points pour la version poche, a été vendu à près de 800 000 exemplaires. Critique : Difficile critique que celle-ci. Difficile, car nécessitant à détacher l'adaptation de l'œuvre originale. Une obligation tellement le roman raconte un avenir que mon cerveau ne veut pas imaginer. L('histoire de Cormac Mc Carthy nous montre tout ce qu'il y a de plus sombre dans l'âme humaine sans même nous donner quelque espoir. Une espèce de boite de pandore sans fond.... Mais si je n'aime pas cette histoire, allant complètement contre mon optimisme patenté, je me dois de reconnaitre le somptueux travail d'adaptation de manu Larcenet, encore une fois. Il avait déjà été bluffant dans le rapport de Brocdeck, il l'est tout autant dans cette adaptation de la Route. C'est graphiquement sublime. Les détails apportés aux cases sont monstrueux et l'ambiance graphique donne autant envie de pleurer que l'adaptation cinématographique avec Viggo Mortensein. Une plongée dans l'abime du désespoir de l'humanité comme rarement une BD nous a emmenés. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-route-larcenet?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. poseidon2

    Les chroniques d'Ona tome 1

    "Les chroniques d'Ona" est une très belle aventure poétique. Une aventure sur la volonté, sur le devoir et sur l'ouverture aux autres et ce qu'ils peuvent nous apporter. Enfin, c'est ce qui en ressort. Factuellement parlant, c'est une belle aventure tout court. Le genre de lecture qui nous fait du bien, qui nous porte et pour laquelle on finit avec un sourire. Le genre de lecture ou le dessin est en osmose avec le récit. Le genre qui ne se décrit pas vraiment, mais que je conseille à tous les rêveurs et tous les poètes.
  8. Titre de l'album : Les chroniques d'Ona tome 1 Scenariste de l'album : Salva Dessinateur de l'album : Yohan Sacré Coloriste : Yohan Sacré Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Dans un monde en perdition, gangréné par « le Sombre », un mal qui menace les organismes vivants, Ona, une jeune « Lueur » part en mission. Maîtrisant la magie des plantes et de la nature, la jeune fille va tout mettre en oeuvre pour sauver son monde, retrouver son clan et son île d'origine qu'elle a quitté avec sa mère lorsqu'elle n'était qu'une enfant. Tout au long de sa quête, Ona rencontrera des personnages farfelus et imprévisibles, et pourra compter sur l'aide de Dini, une petite chauve-souris aux étranges pouvoirs... Une aventure pleine d'espoir et de fantaisie avec des personnages nuancés et des thématiques fortes (écologie, les rapports mère/fille), racontée avec beaucoup de poésie et d'humour. Critique : "Les chroniques d'Ona" est une très belle aventure poétique. Une aventure sur la volonté, sur le devoir et sur l'ouverture aux autres et ce qu'ils peuvent nous apporter. Enfin, c'est ce qui en ressort. Factuellement parlant, c'est une belle aventure tout court. Le genre de lecture qui nous fait du bien, qui nous porte et pour laquelle on finit avec un sourire. Le genre de lecture ou le dessin est en osmose avec le récit. Le genre qui ne se décrit pas vraiment, mais que je conseille à tous les rêveurs et tous les poètes. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-chroniques-d-ona-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. poseidon2

    Les origines du sacré

    Attention, les origines du sacré a beau être édité par Dargaud, ce n'est PAS une bande dessinée mais bien un livre illustré. Ceci dit, ce livre est particulièrement intéressant. Il nous retrace, depuis les premiers humains et leurs peintures rupestres, l'influence qu'a pu avoir la nature sur les hommes, que ce soit d'un point de vue mystique ou physique. Si une partie du livre est de l'ordre de la culture générale, l'ensemble nous apprend quand même énormément sur le rôle donné par les hommes à la nature et par là même à ce qu'ils ne comprenaient pas. Les illustrations sont très belles et jalonnent le livre tout au long des paragraphes, aidant bien le lecteur à conceptualiser sa lecture.
  10. Titre de l'album : Les origines du sacré Scenariste de l'album : Patrick Banon Dessinateur de l'album : Antoine Pateau Coloriste : Antoine Pateau Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Depuis qu'elle a su imaginer l'invisible, l'humanité a pensé la nature, a cherché à en percer les mystères et a tracé les frontières du Sacré. Comprendre le cycle des saisons, agir sur la fertilité de la terre, donner un sens aux mouvements des astres, du Soleil et de la Lune, ... Ces interrogations ont inspiré les premières croyances. Entre anthropologie, mythologie et religion, ces chroniques du Sacré vont à la rencontre des puissances de la nature, à la découverte des mythes qui ont forgé la pensée de l'humanité et les rites qui organisent ses sociétés. Critique : Attention, les origines du sacré a beau être édité par Dargaud, ce n'est PAS une bande dessinée mais bien un livre illustré. Ceci dit, ce livre est particulièrement intéressant. Il nous retrace, depuis les premiers humains et leurs peintures rupestres, l'influence qu'a pu avoir la nature sur les hommes, que ce soit d'un point de vue mystique ou physique. Si une partie du livre est de l'ordre de la culture générale, l'ensemble nous apprend quand même énormément sur le rôle donné par les hommes à la nature et par là même à ce qu'ils ne comprenaient pas. Les illustrations sont très belles et jalonnent le livre tout au long des paragraphes, aidant bien le lecteur à conceptualiser sa lecture. Autres infos : Type de l'album : Roman graphique Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-origines-du-sacre?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Quelle excellente surprise que ce Rwama. Une excellente surprise, car un traitement tout en justesse et en "neutralité" de l'évolution de l'Algérie dans les années qui suivirent son indépendance. Une histoire qui est inconnue à beaucoup de français n'ayant connu l'Algérie que comme un pays étranger comme un autre. Et surtout une histoire traitée sans complexe et avec juste ce qu'il faut d'humour pour la rendre passionnante.À mi-chemin entre l'arabe du futur et Dans la combi de Thomas Pesquet, Salim Zerrouki nous offre un témoignage sincère porté par une retranscription de sa vision d'enfant qui donne une justesse au propos. Ça se lit très bien et réussit avec brio à nous intéresser au passé d'une nation qui n'est pas forcement la nôtre. Vivement la suite !!!
  12. Titre de l'album : Rwama tome 1 - Mon enfance en Algérie (1975-1992) Scenariste de l'album : Salim Zerrouki Dessinateur de l'album : Salim Zerrouki Coloriste : Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Salim Zerrouki a grandi en Algérie, dans un immeuble atypique au coeur de la Cité Olympique construite par l'architecte brésilien Oscar Niemeyer pour accueillir les « Jeux méditerranéens de 1975 ». À cette époque, l'Algérie est une dictature dirigée par Houari Boumediene qui voit dans cet événement sportif l'occasion d'exhiber sa puissance devant le monde entier. C'est dans ce contexte que Salim Zerrouki revient sur son histoire avec justesse, pudeur et humour. Depuis son immeuble melting pot surnommé « Rwama » (littéralement « Les Français » en algérois- , où se mêlent Algériens, Russes, Allemands de l'Est, Cubains, venus de nations socialistes amies enseigner le sport aux Algériens), l'auteur déploie ses souvenirs d'enfance et d'adolescence pour dépeindre un portrait personnel, politique et religieux d'une Algérie méconnue et terrible entre 1975 et 2000. Un récit dur, sensible, documenté mais toujours drôle. Critique : Quelle excellente surprise que ce Rwama. Une excellente surprise, car un traitement tout en justesse et en "neutralité" de l'évolution de l'Algérie dans les années qui suivirent son indépendance. Une histoire qui est inconnue à beaucoup de français n'ayant connu l'Algérie que comme un pays étranger comme un autre. Et surtout une histoire traitée sans complexe et avec juste ce qu'il faut d'humour pour la rendre passionnante.À mi-chemin entre l'arabe du futur et Dans la combi de Thomas Pesquet, Salim Zerrouki nous offre un témoignage sincère porté par une retranscription de sa vision d'enfant qui donne une justesse au propos. Ça se lit très bien et réussit avec brio à nous intéresser au passé d'une nation qui n'est pas forcement la nôtre. Vivement la suite !!! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/rwama-tome-1-mon-enfance-en-algerie-1975-1992?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. poseidon2

    La route par Manu Larcenet

    Difficile critique que celle-ci. Difficile, car nécessitant à détacher l'adaptation de l'œuvre originale. Une obligation tellement le roman raconte un avenir que mon cerveau ne veut pas imaginer. L('histoire de Cormac Mc Carthy nous montre tout ce qu'il y a de plus sombre dans l'âme humaine sans même nous donner quelque espoir. Une espèce de boite de pandore sans fond.... Mais si je n'aime pas cette histoire, allant complètement contre mon optimisme patenté, je me dois de reconnaitre le somptueux travail d'adaptation de manu Larcenet, encore une fois. Il avait déjà été bluffant dans le rapport de Brocdeck, il l'est tout autant dans cette adaptation de la Route. C'est graphiquement sublime. Les détails apportés aux cases sont monstrueux et l'ambiance graphique donne autant envie de pleurer que l'adaptation cinématographique avec Viggo Mortensein. Une plongée dans l'abime du désespoir de l'humanité comme rarement une BD nous a emmenés.
  14. Quand on aime le dessin "moderne" et les couleurs vives comme moi, on guette les trop rare parution de Krystel. De Magda Ikklepotts à Ash, ces dessins m'ont toujours marqué et ses albums sont toujours bien rangé dans ma bibliothèque. Alors quand en plus, elle sort un album avec Matthieu Salva, auteur de deux des scenarios les plus innovants des dernières années (Vermines et In memoriam chez Dupuis), j'ai n'ai pas résisté… et j'ai diablement bien fait. Graphiquement déjà, c'est superbe. Krystel a même progressé sur les effets de mouvements et la gestion des émotions. Rien à redire, c'est beau. Au niveau du scenario, Matthieu Salva nous livre une histoire un poil moins original que ces précédentes parutions mais surtout beaucoup plus posée et émouvante. La narration est prenante, les personnages touchants et ce premier tome assez envoutant. Un superbe hommage à l'histoire sans fin pour ceux qui connaissent encore ! PS: en plus Dargaud n'abuse pas sur le prix avec un album de 56 pages à 11.95....
  15. Titre de l'album : Petits dieux tome 1 - Le dragon blanc Scenariste de l'album : Mathieu Salvia Dessinateur de l'album : Krystel Coloriste : Krystel Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Certaines histoires sont spéciales, celle-ci est l'une d'entre elles. Elle parle d'un rat et d'une fée sur le point de disparaître, d'un raton laveur au grand coeur et d'une guerrière prête à tout pour sauver le monde. Elle parle d'un monde qui se déchire sous les crocs d'un monstre invincible. Elle parle de la fin et de ce qui vient ensuite, lorsque tout s'arrête. Plus qu'un grand récit d'aventure fantastique en trois tomes, Petits Dieux est une histoire dans laquelle l'imagination, la mémoire et la filiation s'invitent en tant que personnages à part entière, abordant une thématique inattendue qui se dévoile petit à petit, au fil des pages. Critique : Quand on aime le dessin "moderne" et les couleurs vives comme moi, on guette les trop rare parution de Krystel. De Magda Ikklepotts à Ash, ces dessins m'ont toujours marqué et ses albums sont toujours bien rangé dans ma bibliothèque. Alors quand en plus, elle sort un album avec Matthieu Salva, auteur de deux des scenarios les plus innovants des dernières années (Vermines et In memoriam chez Dupuis), j'ai n'ai pas résisté… et j'ai diablement bien fait. Graphiquement déjà, c'est superbe. Krystel a même progressé sur les effets de mouvements et la gestion des émotions. Rien à redire, c'est beau. Au niveau du scenario, Matthieu Salva nous livre une histoire un poil moins original que ces précédentes parutions mais surtout beaucoup plus posée et émouvante. La narration est prenante, les personnages touchants et ce premier tome assez envoutant. Un superbe hommage à l'histoire sans fin pour ceux qui connaissent encore ! PS: en plus Dargaud n'abuse pas sur le prix avec un album de 56 pages à 11.95.... Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/petits-dieux-tome-1-le-dragon-blanc?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. poseidon2

    Le puits

    Troisième tome de la collection Combo de Dargaud et un one shot particulièrement intelligent qui nous livre une histoire bien plus complexe qu'elle ne pourrait sembler. En effet, notre héroïne doit exaucer trois vœux car elle a dû voler trois pièces dans la fontaine magique. Mais ces vœux sont tous sauf des vœux prononcés au hasard et ils vont servir de lien à un scenario rondement ficelé. Attention tout de même. Le style graphique pourrait faire penser, à tort, que la BD est une BD jeunesse. Ma fille en est témoin (elle a arrêté au milieu), les thèmes abordés sont plus compliqués qu'il n'y parait et peut être un peu trop dur pour des enfants de moins de 12 ans. Un excellent one shot... pour ado et adultes!
  17. poseidon2

    Le puits

    Titre de l'album : Le puits Scenariste de l'album : Jacob Wyatt Dessinateur de l'album : Felicia Choo Coloriste : Felicia Choo Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Li-Zhen mène une vie simple dans son archipel. Celle que tout le monde appelle Lizzy veille sur son grand-père et leurs chèvres, entretient des sentiments pour une jeune fille qui travaille sur le bac et évite le plus possible le brouillard et les monstres qui s'y cachent. Son existence bascule le jour où elle vole une poignée de pièces dans un puits sacré. Le puits exige alors d'être remboursé, non pas argent, mais en souhaits... S'en suit alors une quête qui amèneront la jeune fille à affronter des puissances magiques autant que des souvenirs enfouis... Critique : Troisième tome de la collection Combo de Dargaud et un one shot particulièrement intelligent qui nous livre une histoire bien plus complexe qu'elle ne pourrait sembler. En effet, notre héroïne doit exaucer trois vœux car elle a dû voler trois pièces dans la fontaine magique. Mais ces vœux sont tous sauf des vœux prononcés au hasard et ils vont servir de lien à un scenario rondement ficelé. Attention tout de même. Le style graphique pourrait faire penser, à tort, que la BD est une BD jeunesse. Ma fille en est témoin (elle a arrêté au milieu), les thèmes abordés sont plus compliqués qu'il n'y parait et peut être un peu trop dur pour des enfants de moins de 12 ans. Un excellent one shot... pour ado et adultes! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-puits?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Titre de l'album : Peindre avec les lions Scenariste de l'album : Fabien Grolleau Dessinateur de l'album : Anna Conzatti Coloriste : Anna Conzatti Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : L'art pariétal est fascinant. Qui étaient ces artistes d'avant l'invention de l'écriture ? Pour quelles raisons ont-ils peint ces oeuvres ? Comment ont-ils acquis cette maîtrise, ce pouvoir d'évocation dont ils ont imprégné leurs dessins et qui ont conservé toute leur force et leur fraîcheur en traversant les millénaires ? De quoi était faite leur existence ? Peindre avec les lions nous narre la vie d'Ellé, de son enfance à sa mort, au sein d'une tribu de chasseurs-cueilleurs, les cornus, dont elle deviendra l'une de celles et ceux qui peignent les animaux sur les murs. Si Fabien Grolleau s'est évidemment appuyé sur les dernières découvertes scientifiques pour concocter son histoire, c'est bien un souffle romanesque qui court tout au long de cette aventure préhistorique, portée par le dessin doux et poétique d'Anna Conzati, qui signe ici son premier roman graphique pour Dargaud. Marylène Pathou-Mathis, préhistorienne réputée, autrice de L'homme préhistorique est aussi une femme, signera la préface. Critique : Après une visite l'année dernière aux grottes de Chauvet, je ne pouvais qu'être attiré par ce "Peindre avec les lions". Et j'avoue que c'était une superbe lecture qui ne m'a pas dessus. On nous montre les hommes de Néandertal non comme des ignorants mais comme un peuple évolué à la culture avancée. Des peuplades dont les dessinateurs était le lien entre eux et leurs dieux. La BD est passionnante. Que ce soit l'acceptation des coutumes par les autochtones ou le rapport aux éléments naturelles, tout est superbement prenant et surtout très bien mise en image. Les passages de rêveries et de dessins sont graphiquement superbes. Une superbe découverte sur un sujet qui ne semblait pas si passionnant Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/peindre-avec-les-lions?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. poseidon2

    Peindre avec les lions

    Après une visite l'année dernière aux grottes de Chauvet, je ne pouvais qu'être attiré par ce "Peindre avec les lions". Et j'avoue que c'était une superbe lecture qui ne m'a pas dessus. On nous montre les hommes de Néandertal non comme des ignorants mais comme un peuple évolué à la culture avancée. Des peuplades dont les dessinateurs était le lien entre eux et leurs dieux. La BD est passionnante. Que ce soit l'acceptation des coutumes par les autochtones ou le rapport aux éléments naturelles, tout est superbement prenant et surtout très bien mise en image. Les passages de rêveries et de dessins sont graphiquement superbes. Une superbe découverte sur un sujet qui ne semblait pas si passionnant
  20. Titre de l'album : Les murailles invisibles tome 2 Scenariste de l'album : Alex Chauvel Dessinateur de l'album : Ludovic Rio Coloriste : Ludovic Rio Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : De nos jours, des murs invisibles et infranchissables surgissent du néant et segmentent la Terre en une multitude de zones. Dans chacune le temps s'écoule à des vitesses différentes... Lino, un homme de notre époque, croise un groupe d'explorateurs venant de Nostoc, une civilisation avancée située plusieurs siècles dans notre futur. Capables de franchir les murailles invisibles, ils sont à la recherche de la source de ces dernières. Alex Chauvel et Ludovic Rio (auteur de "Aion") revisitent le voyage temporel dans cette série qui combine brillamment SF, dystopie et aventure. Critique : Suite des murailles invisibles et suite qui augmente d'un cran le rythme de l'histoire. Après un premier tome introductif sur les murs et nous présentant notre héros, ce tome deux est lui entièrement consacré à la découverte de nouveau univers et aux explications sur ce que sont ces murs et les règles qui les régissent. C'est le premier point d'intérêt de ce tome deux. On ne se contente pas de nous dire "vous ne saurez jamais", on nous montre des débuts de réponses sur comment marchent ces murs, à défaut d'où est-ce qu'ils viennent. Le deuxième point est l'apparition de l'homme en bleu, mais aussi la découverte d'une civilisation avancée ayant "dompté" les murs. Une civilisation qui semble vouloir le bien des autres... en apparence. Un tome deux qui sort un peu du récit de SF pure pour s'orienter un peu plus vers le thriller dans le prochain tome. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-murailles-invisibles-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. poseidon2

    Les murailles invisibles tome 2

    Suite des murailles invisibles et suite qui augmente d'un cran le rythme de l'histoire. Après un premier tome introductif sur les murs et nous présentant notre héros, ce tome deux est lui entièrement consacré à la découverte de nouveau univers et aux explications sur ce que sont ces murs et les règles qui les régissent. C'est le premier point d'intérêt de ce tome deux. On ne se contente pas de nous dire "vous ne saurez jamais", on nous montre des débuts de réponses sur comment marchent ces murs, à défaut d'où est-ce qu'ils viennent. Le deuxième point est l'apparition de l'homme en bleu, mais aussi la découverte d'une civilisation avancée ayant "dompté" les murs. Une civilisation qui semble vouloir le bien des autres... en apparence. Un tome deux qui sort un peu du récit de SF pure pour s'orienter un peu plus vers le thriller dans le prochain tome.
  22. Nouvelle série chez Zephir avec une série qui lorgne sur Zipang chez nos amis japonais ou tout simplement sur le dernier Indiana Jones pour ceux qui l'auraient vu. Un album qui nous montre un "couple" se retrouvant projeté dans le passé avec leur avion de chasse suite à une expérience ratée. Ce n'est pas vraiment nouveau. C'est plutôt bourré de facilité, comme une française du XXIieme siècle qui parle comme une française de 1920 au point de se faire passer pour quelqu'un d'autre, les deux personnages principaux font semblant de ne pas s'apprécier mais vont sortir ensemble… Mais c'est efficace et pas mal dessiné.... et on se laisse bercer par l'histoire sans avoir à réfléchir. C'est pas si mal....
  23. Titre de l'album : Les ailes du temps tome 1 - Le temps des pionniers Scenariste de l'album : Patrice Buendia Dessinateur de l'album : Frederic Zumbiehl | Olivier Jolivet Coloriste : Frederic Zumbiehl | Olivier Jolivet Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Leur relation entre pilotes décolle mal ! Car l'appareil de Duncan, alias « Dunk », pro mais cabochard, a grillé la politesse sur la piste d'atterrissage à celui de Lucie, alias « La Comtesse », une scientifique pas commode... Mais ces deux tempéraments vont devoir cohabiter au sein d'une mission expérimentale : réaliser le premier vol MHD habité, vol hypersonique jusque-là réservé aux missiles ! Aux commandes d'un F-18 affrété par la société Blek Tech, ils vont se jeter dans un mystérieux orage qui va les envoyer vers... 1917, au beau milieu d'un duel aérien dans le ciel français de la Première Guerre mondiale ! Comment Dunk et Lucie se sont-ils retrouvés là ? Et surtout : comment vont-ils s'en sortir ? En compagnie de Buendia, Zumbiehl et Jolivet, embarquez pour une série aéro au concept unique, qui vous permettra de voler en compagnie des plus grands appareils d'hier et d'aujourd'hui ! Critique : Nouvelle série chez Zephir avec une série qui lorgne sur Zipang chez nos amis japonais ou tout simplement sur le dernier Indiana Jones pour ceux qui l'auraient vu. Un album qui nous montre un "couple" se retrouvant projeté dans le passé avec leur avion de chasse suite à une expérience ratée. Ce n'est pas vraiment nouveau. C'est plutôt bourré de facilité, comme une française du XXIieme siècle qui parle comme une française de 1920 au point de se faire passer pour quelqu'un d'autre, les deux personnages principaux font semblant de ne pas s'apprécier mais vont sortir ensemble… Mais c'est efficace et pas mal dessiné.... et on se laisse bercer par l'histoire sans avoir à réfléchir. C'est pas si mal.... Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-ailes-du-temps-tome-1-le-temps-des-pionniers?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. En voilà une bd intéressante. Une BD historique qui nous montre comment s'est mis en place l'abolition de l'esclavage qui a suivi la révolution française. Une abolition qui a changé radicalement le visage des colonies. Encore plus que le nom des iles, comme notre ile de la réunion qui se nommait l'ile Bourbon, cette abolition a changé les rapports de force sur l'ile... sauf pour les plus riches qui le sont restés bien sûr. La vie de notre héros, personnage historique, est aussi intéressante que bien remplie. Le découpage en 5 époques, qui nous montre 5 passages de la vie d'Edmond, nous présente aussi 5 évolutions de l'ile dans sa transformation d'ile esclavagiste en ile... capitaliste. Un long cours d'histoire comme on les aime qui marque la différence de points de vue entre les français d'outre-mer et de Métropole.
  25. Titre de l'album : Hana et Taru - La folie de la forêt Scenariste de l'album : Leo Schilling Dessinateur de l'album : Motteux Coloriste : Motteux Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Au coeur d'une forêt ancestrale, la jeune Taru cherche sa place parmi les siens. Issue d'une tribu de chasseurs-guerriers, elle se voit marginalisée pour sa naïveté et ses innovations ingénieuses jugées étranges. La rencontre d'Hana, une jeune humaine au passé mystérieux retenue prisonnière, sera pour elle un refuge autant qu'une porte ouverte pour trouver sa propre voie. Alors que le village est pris une fois de plus pour cible par des animaux monstrueux, Hana et Taru vont s'allier pour tenter de comprendre cette nature devenue incontrôlable et mortelle... Critique : Premier tome de la nouvelle collection Dargaud à destination des jeunes adultes nommée Combo. Une collection qui a pour but de marcher sur les plats de bande du Label Drakkoo de bamboo qui a du succès avec des titres dédiés aux jeunes adultes. Des titres de fictions populaires réalisés par des auteurs de la nouvelle génération, débusqués sur les réseaux. "Hana et Taru" est le premier titre que j'aie eu entre les mains et il correspond parfaitement au descriptif de Combo : on a une histoire de fiction, mais aussi d'aventure s'inspirant du sublime "Princesse Monoké" de Hayao Miyazaki. La place de l' "Homme" dans cette histoire est particulièrement savoureuse, relégué au titre de chose dans un univers qui lui est hostile. l'amitié inter espèce est un autre point fort d'une histoire qui nous charme autant qu'elle nous intéresse. Une réussite pour ce premier album qui donne envie de continuer d'explorer cette nouvelle collection Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hana-et-taru-la-folie-de-la-foret?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...