Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Bitter Root - Tome 2 - Rage et rédemption


    The_PoP
    • Scenariste: Chuck Brown &David F. Walker Dessinateur: Sanford Greene Coloriste: Sofie Dodgson & Sanford Greene Editeur: Hi-Comics Note :
      Résumé:

      Vainqueur de l'Eisner Award 2020 de la meilleure série régulière. Nommé au Eisner Award 2019 de la meilleure nouvelle série. Chasser les monstres est une affaire familiale pour les Sangerye. De génération en génération, ils ont combattu les Jinoos, d'horribles créatures nées de la haine. Mais ils doivent désormais faire face à une menace bien différente : les redoutables Inzondos, un nouveau type de monstre engendré par le deuil et les traumatismes. Tandis qu'une légion d'âmes torturées s'abat sur Harlem, les Sangerye vont encore devoir se battre pour sauver le monde... avant que leur propre souffrance ne les transforme eux aussi ! Récompensés par le prestigieux Eisner Award de la meilleure série régulière, David F. Walker, Chuck Brown et Sanford Greene poursuivent le combat de la famille Sangerye dans le Harlem des années 1920 à coups de scènes d'action grandioses et de métaphores limpides dont la puissance résonne aujourd'hui tout autant qu'en 1924.

      Autres informations: Quand Ghost Buster rencontre Malcolm X dans le Harlme des années 20.
      Type: Comic L'acheter sur bdfugue Genre: Fantastique

    Pffff que c'est dur de parler de Bitter Root, tellement j'ai adoré ce premier opus, alors même qu'il a été plutôt encensé par la critique tandis que les ventes du premier opus se sont révélées très décevantes. 

    Dur, dur d'y voir clair la dedans. Et ce tome 2 ne va clairement mettre personne d'accord. Disons le clairement le parti pris de la narration est de volontairement foutre le bordel dans le fil de l'histoire qui jusqu'ici était plutôt classique. Mélange d'époques sans dates repères, chronologies et lieux fouillis, personnages multiples et liés les uns aux autres, pouah, la première lecture de ce Bitter Root va vous retourner la tête. Même l'arbre généalogique réussi à être inutilement tordu. 

    Et pour ma part je ne peux que trouver ça dommage. Dommage car c'est de mon point de vue clairement inutile, tant le propos de fond est génial, la mise en scène réussie, et les graphismes, comme souvent inégaux dans les comics, globalement super originaux et cohérents avec l'oeuvre. Cet artifice donc n'apporte rien, et retire inutilement un plaisir de lecture qui aurait pu être tellement parfait. 

    Bon voilà, j'ai bien râlé, bien ronchonné. Mais en vrai c'est presque toujours aussi bon. Et j'attends beaucoup de ma relecture. Et oui il s'avère qu'une fois passé la difficulté de rentrer de nouveau dans l'histoire et d'appréhender la cohérence narrative, cette lecture nous prend une nouvelle fois aux tripes pour ne plus nous lâcher avant la dernière page.

     

    Voilà, on ne sera pas tous d'accord sur Bitter Root, mais il faudra vous y frotter au moins une fois pour voir si comme moi vous trouverez ça génial, ou si comme certains de mes amis BDphiles, vous trouverez ça quelconque.



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 2 anonymes, 42 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • Le corps est un vêtement que l'on quitte
      Note :
      Avant tout sachez que je ne suis pas une spécialiste de Liberge, n’en déplaise à certains car je sais qu’il est très apprécié sur ce site. J’ai hésité à faire cette critique car j’ai vu que les avis étaient très positifs un peu partout. Je vous rassure, je ne vais pas la descendre, loin de là ! mais j’aimerai y apporter quelques nuances.

      Graphiquement parlant, c’est très beau, des dessins très travaillés et détaillés, des rendus colores recherchés notamment pour souligner le rendu mystique et un changement radical dans la dernière partie pour aborder l’épilogue de l’histoire. Le seul détail qui m’a dérangé c’est la représentation du personnage principal car même s’il a une carrure carrée (c’est un rugbyman), il fait nettement plus que son âge, à 19 ans on croirait qu’il en a 35 !! Bien sûr ce n’est qu’un détail car cela ne change rien au sujet de l’histoire.

      Concernant le sujet, on entre ici dans des considérations mystiques : l’expérience de la mort et de son retour. On sent que Liberge a bien étudié le sujet, il s’est appuyé sur des témoignages, sur des œuvres dont celle de Jérôme Bosch et sa série de tableaux du voyage vers l’au-delà. Que l’on y croit ou pas n’est pas important, ici, on nous dit qu’il existe des événements qui dépassent l’entendement, que la mort n’est pas une fin.

      Je regrette que la partie « secret de famille » ne soit pas plus approfondie, je pensais d’après le résumé que cela allait avoir une part importante mais c’est surtout autour des EMI (expérience de mort imminente) que l’histoire s’articule : quelles sont les conséquences directes et comment cela va influencer la vie du personnage principal.

      Si le sujet vous intéresse, vous aimerez surement cette bd, après, je la conseillerai plus pour un public adulte, du fait de toute la partie ésotérique. Et concernant son potentiel de relecture, je m’interroge, ce n’est pas le genre d’ouvrage que l’on relit régulièrement.
      • 0 réponse
    • Rainbow girls t1 : Sauvons Lulu !
      Note :
      Attention les super héroïnes made in France débarquent !! Enfin made in France pour enfant. 

      Rainbow girls c'est une espèce de Pyjamasque pour les plus grands mais pas vraiment plus grands. Ce premier tome nous présente nos héroïnes et nous montre  comment elles deviennent Rainbow Girls. L'originalité de ce tome est de faire en sorte que notre bande de 3 soit en fait une bande de 2+1. En effet l'une des filles n'est pas vraiment l'amies des deux autres, au début tout du moins.

      Que ce soit l'aventure ou l'apparition des pouvoirs, tout est bien calibré et marche plutôt pas mal. Pourquoi une note moyenne me direz-vous donc ? Et bien parce que ce comic à la française s'adresse avant tout a de très jeune lecteur. En effet ma fille de 12 n'a même pas regardé l'album. Mais fille de 6 oui. Son graphisme très enfantin cible particulièrement un public très jeune. Alors pourquoi complexifier l'histoire en mettant nos héroïnes au lycée et non pas en primaire ou au collège ?

      C'est un peu dommage car les petites filles qui commencent à lire qui sont la cible de l'album ne s'identifie pas à ces "grands". Et donc cela ne fait que perdre un peu le lectorat cible.....

      Dommage ca sinon ca aurait été la lecture parfaite pour les petites filles.
      • 0 réponse
    • Impact
      Note :
      Deux destinés vont se croiser pour se briser dans un polar rondement mené par l'écriture de Gilles Rochier. On suit d'un côté un ouvrier modèle avec de nombreuses médailles pour son travail et de l'autre un jeune paumé ne vivant que dans la violence. Les dialogues sont bien pensés d'ailleurs au moment des transitions d'un personnage à l'autre, c'est l'ouvrier qui répond au jeune alors qu'ils parlent à d'autres personnes et inversement. Le récit est bien ancré dans notre société actuelle, l'auteur ajoute une partie psychologique pour mieux comprendre le personnage du jeune. On est bien dans un polar au sens propre du terme mais les personnages ne sont pas des tueurs ou des victimes. Ils sont seulement présents au mauvais moment dans une situation qui dégénère. A la lecture, on devine vite le rapprochement des deux personnages et même du troisième mais l'on souhaite connaitre la finalité. Les dessins de Deloupy sont sobres mais reflète bien notre époque. 
      Impact est un polar bien ficelé qui devrait trouver son public entre amateur de polar et amateur de drame social.
      • 0 réponse

    • Rent-a-girlfriend tomes 1 et 2
      Note :
      Rent-a-girlfriend est une sympathique comédie sentimentale. Kazuya, étudiant, vient de se faire larguer par sa première petite amie, lui qui s’était déjà fait tout un plan pour l’avenir, subit un gros choc psychologique. Désespéré, il tombe sur un site de location de petites amies (en tout bien tout honneur) et décide d’utiliser ses services pour avoir quelqu’un à se confier. Au cours de ce rendez-vous, la situation se complique : sa grand-mère est hospitalisée, et sa petite amie de location devient pour sa famille sa vraie petite amie. N’ayant pas à cœur de les décevoir, il va s’enfoncer dans les mensonges.

      Si le manga a un côté comédie où le héros enchaine les quiproquos et se retrouve dans une situation intenable, il y a également une belle approche de ses sentiments, l’un des objectifs étant bien sûr l’évolution de Kazuya : avoir confiance en soi, assumer ce qu’il est et devenir adulte.

      Par ailleurs, il y a 2 personnages féminins forts : la petite amie louée et l’ex-petite amie, les deux sont complexes, leurs motivations pas encore éclaircies, leur caractère bien trempé. Et ce n’est pas dans ces 2 tomes que l’on va pouvoir les cerner. Le fait que l’histoire se déroule avec de jeunes adultes permet à l’auteur d’élargir sa palette de relations et de situations.

      Un bon début pour une série agréable à lire, qui évite pour l’instant les clichés. Pour information, la série compte déjà 19 tomes et elle n’est pas finie.
      • 0 réponse
    • DCeased hope at world's end
      Note :
      Il y a quelques années de cela, quand nous étions ensevelis sous une montagne de parutions de Zombies diverses et variées, je n'aurais jamais pensé  commencer une critique par une remarque de ce genre : Je pense que DCeased, avec ces zombies et sa fin du monde, est peut etre le comics le plus abouti et le plus agréable pour le grand public  chez DC en ce moment.

      Oui oui. Je vous sens venir avec des remarques du genre : facile le zombie c'est porteur et tout et tout. Mais en fait non. Enfin si ca l'est toujours. Mais non nos auteurs ne tombent pas dans la facilité. Aussi étrange que cela puissse paraitre, le récit est clair depuis le début mais surtout, et c'est ce que l'on voit dans ce tome ci particulièrement, il est traité de facon intelligente. 

      Ce tome ci est un tome qui se passe avant la fin du tome principale et nous raconte, apres nous avoir raconté le point de vue des méchants dans le précédent (excellent d'ailleurs), comment les gentils tentent, eux, de s'organiser. Ce qui est vraiment sympa ici c'est qu'on nous montre des héros qui ont encore de l'espoir. Loin de penser à migrer de la terre.....

      Le traitement des differents héros et méchants , sans prise de parti sur qui doit survivre ou non, est vraiment un des points excellents de cette série. Pour une fois nos héros ne font pas les malins et s'associent avec qui le veut bien pour sauver la terre. 

      Bref en parrallele d'une série Metal qui est complexe au possible, cette réalité ci est rafraichissante et facile à suivre, que l'on connaisse les personnages ou non.

      Le cross over tout publique du moment !
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...