Aller au contenu

The_PoP

Les gardiens du post
  • Compteur de contenus

    933
  • Inscription

  • Jours gagnés

    3

The_PoP a gagné pour la dernière fois le 6 juillet

The_PoP a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

10 Good

À propos de The_PoP

  • Date de naissance 26/02/1987
  1. Qu'il est difficile de relancer une série comme les tortues Ninja après l'excellent run clôturé dans le tome précédent. On est donc ici clairement sur un nouveau tome de mise en place - transition, assez loin de l'intensité dramatique du tome précédent. On a toujours je trouve beaucoup de personnages secondaires, ce qui nuit un petit peu au déroulement de l'action et à l'attention/estime que l'on porte à nos tortues. Les actions de celles ci ne sont effectivement in fine guère plus essentielles que celles des personnages secondaires, et on s'étonne presque souvent de les voir passer au second rang. Dommage je trouve pour une série de super héros. Graphiquement j'avais fini par apprécier à sa juste valeur la contribution de Mateus Santolouco sur le précédent run. On change donc de dessinateurs pour ce nouveau cycle, avec deux premiers chapitres dessinés par Ken Garing puis 3 chapitres dessinés par Michael Dialynas. Globalement je n'aime pas les changements de dessinateurs en cours de série, mais il faut reconnaître qu'ils restent dans le même esprit que les précédents tomes même si je pense qu'ils gagneront à une plus grande familiarisation avec les héros qu'ils dessinent. On a donc affaire à un tome de transition honnête, qui ne s'adressera cependant qu'aux connaisseurs de l'univers, tant la multitude de personnages secondaires héritée du premier cycle est grande, les enjeux pas évidents et la mise en place un peu longuette.
  2. Titre de l'album : Les Tortues ninja TMNT - Tome 10 - L'ordre du chaos Scenariste de l'album : Tommy Eastman, Bobby Curnow, Tom Waltz Dessinateur de l'album : Ken Garing, Michael Dialynas Editeur de l'album : Hi-Comics Note : https://www.1001bd.com/tmp/pic/note/3.5.png Résumé de l'album : Une nouvelle ère commence pour les Tortues Ninja. Le dénouement épique avec le clan Foot a crée de nouvelles opportunités pour le futur, mais aussi de nouveaux dangers. La famille de Splinter parviendra-t-elle à rester unie face à un nouvel ennemi qui détruit tout sur son passage ? Critique : Qu'il est difficile de relancer une série comme les tortues Ninja après l'excellent run clôturé dans le tome précédent. On est donc ici clairement sur un nouveau tome de mise en place - transition, assez loin de l'intensité dramatique du tome précédent. On a toujours je trouve beaucoup de personnages secondaires, ce qui nuit un petit peu au déroulement de l'action et à l'attention/estime que l'on porte à nos tortues. Les actions de celles ci ne sont effectivement in fine guère plus essentielles que celles des personnages secondaires, et on s'étonne presque souvent de les voir passer au second rang. Dommage je trouve pour une série de super héros. Graphiquement j'avais fini par apprécier à sa juste valeur la contribution de Mateus Santolouco sur le précédent run. On change donc de dessinateurs pour ce nouveau cycle, avec deux premiers chapitres dessinés par Ken Garing puis 3 chapitres dessinés par Michael Dialynas. Globalement je n'aime pas les changements de dessinateurs en cours de série, mais il faut reconnaître qu'ils restent dans le même esprit que les précédents tomes même si je pense qu'ils gagneront à une plus grande familiarisation avec les héros qu'ils dessinent. On a donc affaire à un tome de transition honnête, qui ne s'adressera cependant qu'aux connaisseurs de l'univers, tant la multitude de personnages secondaires héritée du premier cycle est grande, les enjeux pas évidents et la mise en place un peu longuette. Autres infos : J'aime la pizza Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-tortues-ninja-tmnt-tome-10-l-ordre-du-chaos?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Après un premier tome accrocheur lançant cette série de polar sur fond de monde de la construction d'ouvrages d'arts, le tome 2 avait ouvert un dyptique que vient clôturer ce tome 3. On retrouve bien évidemment notre héros plus ou moins charismatique Jack Irons. Comme le décrivent si bien les auteurs : Jack est brillant, misanthrope, sarcastique et joui d'un succès relatif auprès des femmes. Oui vous l'avez deviné, on a déjà un peu vu et revu beaucoup de Jack Irons dans divers univers (hopitaux, police, juristes) à travers les séries U.S. Et c'est un peu dommage je trouve tant l'univers et le côté Mac Gyver du personnage pour ses compétences était intéressant à exploiter. Las le héros a du mal à gagner notre empathie. Dommage car le polar lui est rondement mené et ce dyptique se lit très bien. Le dessinateur Luc Brahy ( connu sur la série Cognac) signe ici des planches sérieuses dans un style désormais très classique pour ce genre de séries. C'est sobre et efficace même si le style un peu froid ou lisse joue peut être sur notre manque d'empathie envers les personnages. Ce tome 3 clôture donc le dyptique sur la construction de ce pont en Indonésie. Nous verrons comment les scénaristes relanceront la série pour un nouveau cycle, après avoir mis en place quelques indices sur le passé de Jack.
  4. Titre de l'album : Irons - Tome 3 - Les disparus d'Ujung Batu Scenariste de l'album : Tristan Roulot Dessinateur de l'album : Luc Brahy Editeur de l'album : Le Lombard Note : https://www.1001bd.com/tmp/pic/note/3.0.png Résumé de l'album : Après le tsunami de 2004, la construction de nouveaux ponts pour relier les villages est lancée. À Sinkis pourtant, les travaux tardent et n'aboutissent pas. Irons est envoyé sur place pour enquêter sur ce retard. Mais remettre en question le travail de la société internationale Starbridge n'est pas sans danger, et Irons se retrouvera vite confronté à un ingénieur malhonnête et des hommes de main redoutables. Critique : Après un premier tome accrocheur lançant cette série de polar sur fond de monde de la construction d'ouvrages d'arts, le tome 2 avait ouvert un dyptique que vient clôturer ce tome 3. On retrouve bien évidemment notre héros plus ou moins charismatique Jack Irons. Comme le décrivent si bien les auteurs : Jack est brillant, misanthrope, sarcastique et joui d'un succès relatif auprès des femmes. Oui vous l'avez deviné, on a déjà un peu vu et revu beaucoup de Jack Irons dans divers univers (hopitaux, police, juristes) à travers les séries U.S. Et c'est un peu dommage je trouve tant l'univers et le côté Mac Gyver du personnage pour ses compétences était intéressant à exploiter. Las le héros a du mal à gagner notre empathie. Dommage car le polar lui est rondement mené et ce dyptique se lit très bien. Le dessinateur Luc Brahy ( connu sur la série Cognac) signe ici des planches sérieuses dans un style désormais très classique pour ce genre de séries. C'est sobre et efficace même si le style un peu froid ou lisse joue peut être sur notre manque d'empathie envers les personnages. Ce tome 3 clôture donc le dyptique sur la construction de ce pont en Indonésie. Nous verrons comment les scénaristes relanceront la série pour un nouveau cycle, après avoir mis en place quelques indices sur le passé de Jack. Autres infos : Le béton c'est ma passion Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/irons-tome-3-les-disparus-d-ujung-batu?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. The_PoP

    Béta Gw2

    Ah ah c’est bon ça @VladNirky ! Bizzarrement j’y ai beaucoup beaucoup joué au début a sa sortie mais ça m’a très vite ennuyé... après j’ai pas osé faire l’extension du coup. alors que le 2 reste probablement l’un des jeux que j’ai le plus poncé...
  6. The_PoP

    Béta Gw2

    Lol j’oserais déjà à peine réinstaller diablo 3 perso. je crois que si je devais avoir envie de me relancer dans un mmorpg je tenterais wow. Parce que je n’y ai jamais joué que sur un serveur piraté bien bien buggé...
  7. The_PoP

    Béta Gw2

    Ça existe encore GW 2 ? t’étais en manque de rpg et de farming toi...
  8. Il me semble que la série des légendaires était sympa mais je sais pas s’il n’est pas encore un peu jeune.
  9. Ben il l’est devenu entre le 20 et le 21... et Marié aussi
  10. A lire c’est indeniable. a garder aussi pour moi. Pour le prêter à ceux qui ne l’ont pas lu car effectivement le potentiel de relecture est faible. allez prochaine étape Watchmen par contre c’est bizarre mais ça ne me donne toujours pas envie de voir le film
  11. Matrix faut essayer de revoir le 2 et le 3 pour bien se rappeler pourquoi attendre le 2.0 est un acte de foi pure. serieux je crois que les suites de Terminator ont plus d’intérêt que ces deux opus... bon sinon pour en revenir à nos moutons. Grâce à Pos’ j’ai enfin lu V for Vendetta. merci. c’est une sacrée lecture niveau contenu. Puissant. Intéressant. graphiquement c’est vrai que je trouve que ça a pris un coup de vieux. Mais l’histoire reste captivante et philosophiquement riche et dense.
  12. Sisco c’est effectivement musclé et direct quand même... @poseidon2j’ai pas compris ce que tu as écris sur les « exclus » des news
  13. The_PoP

    Last Film Watched

    Ben oui. Booba. Y a bien Un personnage qui s’appelle booba dedans non ?
  14. et encore dans Ekho t'as une vision sacrément progressiste de la femme. L'héroïne est quand même super libre, et son mec est dans la même veine... Ils jouent vraiment avec les codes. un peu comme avec C'ixi d'ailleurs...
  15. Nouveau cycle et nouvelles intrigues pour ce tome 21 des avanture de Larry Max. Il a pris un coup de vieux au passage, à la manière d'un Alix Senator. Bon après tout pourquoi pas, l'intérêt de la série IR$ étant plutôt la plongée dans les magouilles financières de notre époque. Sauf que voilà Larry propulsé sur la scène politique. Et évidemment pris dans un complot sous forme d'un retour de bâton virulent par rapport à ses anciennes activités. Si l'idée de repartir sur de nouvelles bases pourra amener un peu de fraicheur à cette série il faut cependant bien dire que je n'ai pas été transcendé par l'histoire racontée par M DESBERG cette fois-ci. C'est peu dire que j'aime habituellement souvent ce scénariste mais là on est vraiment sur tome 1 de transition archi convenu. Et son héros m'inspire toujours aussi peu d'empathie qu'avant. Par ailleurs, j'ai trouvé le traitement graphique une nouvelle fois propre, mais trop lisse, trop beau, et finalement comme le héros, assez impersonnel. Je crains que ce tome 21 ne s'adresse qu'aux fans de la série qui devraient assez facilement y trouver leur compte. En attendant peut être un regain d'intérêt au niveau de l'histoire avec le tome 22 ?
×
×
  • Créer...