Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Donjon Zénith T9 - Larmes et brouillard


    VladNirky
    • Scenariste: Joann Sfar / Lewis Trondheim Dessinateur: Boulet Coloriste: Walter Editeur: Delcourt Note :
      Résumé:

      Le fils d'Herbert et Isis est né. Si les jeunes parents se réjouissent de cette nouvelle arrivée, des tensions ne tardent pas à se faire sentir. Alors qu'Isis veut soumettre son bébé au rite de passage traditionnel kochaque, Herbert, jugeant ce dernier bien trop dangereux, tente de l'en dissuader. Incapable de la convaincre, il décide finalement de kidnapper le nourrisson.

      Autres informations: Le tome 10 est annoncé pour Avril 2023
      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Fantasy Prix: -- Nb de pages: --
     Share

    De retour dans la période Zénith avec ce 51è album. L'histoire est centrée principalement sur Herbert et Isis et leur enfant à venir et en devenir mais comme toujours, en arrière plan du fil principal de l'histoire, on apprend également plein de choses très intéressantes avec de nombreux rappels. Ce qui sert aussi de corde nostalgique pour les lecteurs de la 1ère heure. L'histoire fait aussi appel au dernier Donjon Monster T16 - Quelque part ailleurs pour expliquer quelques points. Une méthode maintenant classique dans la série et qui en fait une série à indice où on cherche les références d'un album à l'autre. On tire aussi petit à petit vers le côté crépuscule au fil des derniers albums de Zénith... Mais ça semble logique, on est loin de l'esprit très léger des 1ers albums.

    Côté planches, j'ai beaucoup aimé le style de dessin de Boulet qui réalise de très belles planches, rien que la 1ère est vraiment superbe. C'est chargé en noir avec son trait si particulier. Et ça s’accommode très bien avec la mise en couleur de Walter.

    Côté scénario, ça sonne de manière très particulière vu les évènements relatés dans l'album. On alterne les hautes et les bas avec de véritables surprises tout en passant sur les aspects traditions et les relations familialles de l'heureux évènement à venir pour les jeunes parents.

    Donc encore un très bon album du Donjon.

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Visiblement tu accroches pas ^^

    perso quand je suis tombé sur les tomes 1 et 2 de zénith, ça avait le bon goûts des jeux de rôle de la jeunesse. Des donjons, des monstres, des héros, de la déconnade, c’était drôle … les 49e tomes suivant ont globalement été du prolongement ^^

    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 1 anonyme, 33 invités (Afficher la liste complète)

    • Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne
  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Les previews !

  • Dernières Critiques

    • Neuf
      Note :
      Neuf c'est LA BD de SF du moment, du moins pour les puristes comme les fans de Nolan qui apprécieront surement. En effet Neuf est une BD de SF réfléchie et bien pensée. Très loin d'un space opera, elle nous livre une BD de science-fiction, une réflexion Nolanesque sur le voyage dans le temps, sur les changements que cela implique et sur les probabilités que ces changements ne mènent pas au désastre. Et le tout sur fond de conquête spatial.

      Tout est présent pour me plaire... mais je n'ai pas eu le declic tant attendu. J'ai trouvé que le récit "aventureux", alors même qu'il est globalement classique, prenait trop de place à rapport à l'aspect "voyage" dans le temps. J'aurais aimé que ce dernier soit plus au cœur de notre histoire. Que les impacts des sauts dans le temps aient des impacts moins prévisibles et pas uniquement bénéfiques...

      Bref peut être un peu plus de surprise en fait. 
      • 1 réponse
    • Une histoire du Débarquement
      Note :
      A l'occasion des nombreuses commémorations liées aux 80 ans du Débarquement en France des troupes américaines , les éditions Petitàpetit sortent un remarquable ouvrage sur cet événement . Le modèle de cette série "Docu-BD" est bien connu des lecteurs , des pages BD entrecoupées de double-pages enrichies d'annexes , documents et autres images d'archives . Mais ici , le duo de scénaristes construit cette aventure documentée sur une ligne chronologique bien établie et empreinte de suspens . Tout commence donc par l'opération Dynamo et cette fuite du territoire français à Dunkerque . Puis ils relatent les premiers débarquements d'alliés en Afrique du nord et en Italie . Est abordée ensuite cette formidable organisation du grand Débarquement , avec ce choix des plages de Normandie et dans quelles conditions il a été réalisé . Les grands personnages historiques se succèdent dans une farandoles d'anecdotes et de conversations secrètes . De la tension à tous les étages , où l'Histoire est relatée avec talent . Le D-day arrive enfin avec son cortège de blindés , d'avions et d'hommes , avec ces avancées inéluctables sur l'ennemi , de plus en plus acculé . La libération arrive enfin , le lecteur pourra reprendre son souffle 😉 ! Le collectif de dessinateurs réalise des planches dans un style semi-réaliste de grande qualité . Les détails sont nombreux , le découpage est immersif , on revivrait presque les films sur cette période , tels Dunkirk ou Saving private Ryan . Après Oradour sur Glane , c'est un nouveau documentaire réussi par l'éditeur nantais qui s'impose de plus en plus dans ce domaine sur la scène littéraire .
      • 0 réponse
    • Les guerres d'Arran - Tome 4 - La bataille des cités-états
      Note :
      Qu'il est difficile de parler de ces tomes. 

      En effet il est impossible de ne pas voir la réussite qu'ils constituent, tant la communauté de fan des terres d'arran attends cette mini série cross over. Et effectivement on est plus que ravi de retrouver toutes nos stars, ces personnages qu'on a appris à aimer et connaître venir se mettre sur le paletot juste pour nos beaux yeux. Une histoire d'une telle ampleur c'est extrêmement rare, même en fantasy. Hors là, on retrouve le souffle épique de la guerre des goules, et c'est plutôt bienvenue dans l'univers ronronnait. 

       

      Mais une fois que l'on a dit cela, une fois qu'on a salué l'aboutissement de cette immense fresque il nous reste quoi. Cette bd est elle vraiment remarquable a elle seule ?

       

      Et là je vais me faire taper dessus par l'ensemble de la communauté mais pour moi non. Elle est trop figée, elle manque de dynamisme, la faute à l'omniprésence de narrateur externe, et la faible part de dialogues vivants. On finit par être plus proche d'un livre mis en image que d'une bd. Et cela se ressent aussi sur le dessin, qui est plus une succession de plan, qu'un récit qui s'écoule. Ce n'est que mon avis, et c'est un défaut que je trouve de plus en plus présent sur cet univers, car pour moi il était bien moins marqué sur les premiers tomes. Certes cela a toujours été un peu le concept du narrateur personnage principal en voix off, mais là, c'est particulièrement marquant puisqu'on se retrouve avec une palanquée d'anciens personnages principaux... Qui finalement n'interagisse pas beaucoup entre eux. 

      Ajoutez à cela des grands méchants un peu monolithique et binaires et le tout manque un brin de subtilité et d'élégance pour moi. Certes on prend du plaisir, mais c'est probablement plus du à cet univers qu'on a appris à aimer qu'à l'histoire elle même. Un peu comme House of the Dragon quoi... 

      A noter que j'avais dit qu'il serait bon de casser cette impression des personnages importants quasi immortels et.... là il faut reconnaitre que ça calanche un peu. Cela remet de l'enjeu. Tant mieux (enfin.... pour ceux qui restent et les lecteurs)

       
      • 2 réponses

    • Oni goroshi tome 1 & 2
      Note :
      La fin de Gannibal avait laissé la maison Meian avec un gouffre abyssal dans la catégorie seinen sanglant. On a eu beaucoup de combat, de tournoi, mais on n'avait plus rien de vraiment sanglant, violent et prenant… avant ce Oni Goroshi !

      On retrouve ici un manga sans concession sur la vengeance, l'injustice et les gangs. Peut-être un peu plus classique que Gannibal, ce Oni Goroshi n'en ait pas loin d'être jouissif 🙂 En effet on retrouve un manga violent pour adulte ou la bonne conscience et la morale ne sont pas le cœur de l'histoire.

      La vengeance oui et ce peu importe ce que cela implique et qui sera écrasé par la déflagration issue de cette haine.
      • 0 réponse
    • Mon voisin flippant est un omega
      Note :
      Voici une romance omegaverse mais avec deux personnages un peu atypiques et heureusement sinon il n'y aurait pas grand intérêt. Il y a d'abord Kôta, un étudiant alpha lambda, qui n'est pas très intéressé par les histoires d'amour ou de sexe et qui ne comprend pas pourquoi ses amis sont devenus de vrais obsédés. La raison en est simple : il ne détecte pas les odeurs des omegas et, il est incapable de les reconnaitre. Son voisin, Miyanaga, est un jeune homme tatoué aux allures de voyou, c'est aussi un étudiant mais qui ne va pas souvent en fac à cause de ses chaleurs qui durent plutôt longtemps et qui ne se suppriment pas facilement même avec des inhibiteurs. Kôta est persuadé que son voisin est un mâle alpha dominant jusqu'au jour où il le rencontre en plein pendant sa période de chaleur. Pour la première fois de sa vie, Kôta va sentir les phéromones d'un omega !

      La relation entre les deux personnages est plutôt sympathique et le dessin est agréable à regarder. Il aurait peut-être fallu développer un peu plus la partie où Kôta ignorait la nature de Miyanaga en accentuant le côté flippant. Il y a aussi un point nouveau (pour moi en tout cas car je n'ai pas lu tous les omegaverse) : c'est le style d'alpha qu'est Kôta : c'est un alpha singulier, il ne peut sentir que les odeurs de son âme sœur ! Côté développement de leur relation, il n'y a rien de très original mais le tout est bien écrit et bien dessiné, de quoi passer un bon moment de détente.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...