Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'science fiction'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


52 résultats trouvés

  1. Titre de l'album : Redsun - Tome 1 - Mon frère Scenariste de l'album : Stéphane Louis Dessinateur de l'album : Alessandra de Bernardis Coloriste : Alessandra de Bernardis Editeur de l'album : Kamiti Note : Résumé de l'album : Au XXVIIe siècle, dans le système planétaire Red sun, les hommes sont en voie d'extinction. Contrôlés par une race supérieure grâce à un implant génétique, ils ne peuvent pas se rebeller. Mais un incident redonnera l'espoir d'une rébellion. Critique : Pffff, moi qui est découvert les éditions Kamiti avec l'excellent 300 grammes je vous avoue que ce RedSun m'a également conquis. 2 tomes de Science Fiction ambitieuse, et superbement illustrée et mis en couleur par Alessandra de Bernardis. les planches sont superbes, on est projeté dans un Space opéra dantesque avec des personnage forts et bien dessinés. Seul bémol pour ma part, l'histoire est presque trop ambitieuse pour être traitée en 2 tomes. Il y a effectivement beaucoup d'évènements entre les deux tomes que j'aurais souhaité voir développés. Néanmoins, le tout se tient bien, et les réponses aux questions soulevées sont suffisantes pour ne pas nous laisser avec un sentiment d'incompréhension. Si vous aimez la science fiction et que vous souhaitez lire une histoire originale et magnifiquement illustrée, ce RedSun est pour vous. L'histoire se finit en deux tomes, et je publierais ma chronique du second tome prochainement. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/red-sun-tome-1-mon-frere?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Titre de l'album : Phobos - Tome 1 - L'envol des éphémères Scenariste de l'album : Victor Dixen Dessinateur de l'album : Eduardo Francisco Coloriste : Chiara di Francia & Natalia Lim Editeur de l'album : Glenat Note : Résumé de l'album : Six filles. Six garçons. Six minutes pour se rencontrer. L'éternité pour s'aimer. Dans un futur proche, la conquête spatiale est relancée par le biais de la téléréalité la plus ambitieuse de tous les temps : le programme Genesis. Six filles et six garçons âgés de 17 à 20 ans ont été sélectionnés parmi des milliers de candidats de tous les pays pour établir la première colonie humaine sur Mars. Ils sont tous orphelins, sans attache, sans promesse d'avenir... sans famille pour intenter un procès si les choses tournent mal. Ils effectuent les six mois de voyage en aller simple dans deux compartiments séparés du vaisseau Cupido, à destination de Phobos, la lune de Mars. Ils ont un objectif : trouver le partenaire avec qui enfanter sur la base d'un rendez-vous de 6 minutes hebdomadaire et tout ça, sous l'oeil inquisiteur des caméras qui filment le vaisseau 24 heures sur 24. Léonor, la candidate française, a signé pour la gloire davantage que pour l'amour, mais il y a une chose qu'elle ne pouvait pas prévoir : une fois embarqués dans le vaisseau, les candidats et candidates sont tous condamnés à une mort certaine... Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour faire demi-tour. Saga best-seller traduite dans plusieurs langues dont l'anglais, ce thriller de SF haletant allie speed-dating spatial et course pour la survie, tout en offrant une satire piquante de la société du spectacle. Phobos est aujourd'hui adapté en bande dessinée par son maître d'oeuvre, Victor Dixen, lauréat de deux Grand Prix de l'imaginaire. Critique : M note est très sévère. Phobos est indubitablement une bd de qualité qui saura facilement trouver son public. Mais j'ai été déçu. Déçu car j'ai eu l'impression de lire le début d'une saga façon Hunger Games très tournée vers un public ado-jeunes adultes. Les thèmes abordés, les personnages, leurs motivations et leur niveau de complexité m'ont laissé un petit goût de manque de maturité. Dur à expliquer. Mais j'en attendais beaucoup plus. Dommage pour moi donc, puisque les dessins sont bien réussis (même si légèrement un cran en dessous de la sublime couverture) et que l'histoire reste intéressante, assez originale et plutôt bien maitrisée. On verra sur le second tome si mon impression se confirme ou non, mais n'ayant pas lu les livres, je reste pour le moment un brin sceptique. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/phobos-tome-1-l-envol-des-ephemeres?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. M note est très sévère. Phobos est indubitablement une bd de qualité qui saura facilement trouver son public. Mais j'ai été déçu. Déçu car j'ai eu l'impression de lire le début d'une saga façon Hunger Games très tournée vers un public ado-jeunes adultes. Les thèmes abordés, les personnages, leurs motivations et leur niveau de complexité m'ont laissé un petit goût de manque de maturité. Dur à expliquer. Mais j'en attendais beaucoup plus. Dommage pour moi donc, puisque les dessins sont bien réussis (même si légèrement un cran en dessous de la sublime couverture) et que l'histoire reste intéressante, assez originale et plutôt bien maitrisée. On verra sur le second tome si mon impression se confirme ou non, mais n'ayant pas lu les livres, je reste pour le moment un brin sceptique.
  4. Titre de l'album : Gunblast girls - Tome 2 - Koyaanisqatsi Scenariste de l'album : Crisse Dessinateur de l'album : Crisse Coloriste : Besson - Nino Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Zdenka avait reformé les Gunblast Girls pour un plan simple : escorter discrètement une gamine à l'autre bout du système sidéral, prendre l'oseille et se mettre au vert. Et puis ladite gamine s'est révélée être le réceptacle d'une entité cosmique convoitée par la moitié de la galaxie, et sujette à des crises de panique qui téléportent tout le monde à travers l'espace... et maintenant, le temps ! Et là, forcément, le plan a légèrement dérapé... Critique : En voilà un ouvrage étonnant... Ce GunblastGirls tome 2 clôture un diptyque de sf hyper ambitieux démarré en... 2017. Crisse est donc totalement aux commandes de cet ouvrage d'action survitaminé nous présentant des héroïnes mercenaires combattant pour accomplir une mission qui les a emmené beaucoup plus loin que prévu. Ce qui est étonnant c'est que l'univers, l'intrigue et ses implications sont hyper riches, et qu'on ne fait finalement qu'effleurer le tout, sans avoir toutes les réponses. Cela m'a donné l'impression d'une série qu'on finit en catastrophe car elle n'a pas rencontré son public. Sympa pour les acheteurs du premier tome puisqu'une série non terminée est la terreur de tout lecteur de BD. Cependant cela ne suffit pas en faire une BD de science fiction qui sort du lot. L'action avance très vite, bien servie par les illustrations de Crisse dans son style habituel. Gunblast Girls 2 est donc pour vous si vous avez aimé le premier tome, si vous aimez la sf qui défouraille à tout va, et si vous n'aimez pas les series à rallonge. Pour les purs amateurs de SF par contre cela risque d'être un peu juste. Autres infos : Dyptique de science fiction survitaminée par Crisse Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/gunblast-girls-tome-2-koyaanisqatsi?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. En voilà un ouvrage étonnant... Ce GunblastGirls tome 2 clôture un diptyque de sf hyper ambitieux démarré en... 2017. Crisse est donc totalement aux commandes de cet ouvrage d'action survitaminé nous présentant des héroïnes mercenaires combattant pour accomplir une mission qui les a emmené beaucoup plus loin que prévu. Ce qui est étonnant c'est que l'univers, l'intrigue et ses implications sont hyper riches, et qu'on ne fait finalement qu'effleurer le tout, sans avoir toutes les réponses. Cela m'a donné l'impression d'une série qu'on finit en catastrophe car elle n'a pas rencontré son public. Sympa pour les acheteurs du premier tome puisqu'une série non terminée est la terreur de tout lecteur de BD. Cependant cela ne suffit pas en faire une BD de science fiction qui sort du lot. L'action avance très vite, bien servie par les illustrations de Crisse dans son style habituel. Gunblast Girls 2 est donc pour vous si vous avez aimé le premier tome, si vous aimez la sf qui défouraille à tout va, et si vous n'aimez pas les series à rallonge. Pour les purs amateurs de SF par contre cela risque d'être un peu juste.
  6. Titre de l'album : I.S.S. Snipers - Tome 1 - Reid Eckart Scenariste de l'album : Jean Luc Istin Dessinateur de l'album : Erwan Seure-Le-Bihan Coloriste : Erwan Seure-Le-Bihan Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Je suis le I.S.S. Sniper Reid Eckart, on me surnomme Stock parce que je moissonne la mort et fais un stock de cadavres là où je colle mes bottes. Comme on arrive, on repart. On enchaîne les missions parce que le vent de révolte sur des planètes aussi éloignées, ça souffle plus vite que l'ordre. Ça, c'était avant ! Car depuis qu'on nous a envoyés sur Okeelia, faut bien l'avouer, la donne a changé ! Critique : Et voici le dernier né dans les sorties récentes de chez Soleil en Science Fiction. Pour ceux qui ont raté la bande annonce de cette nouvelle série, je vous laisse avec le lien pour la découvrir. https://www.editions-soleil.fr/videos/iss-snipers-la-nouvelle-serie-de-jean-luc-istin Alors ce Tome 1 il a quoi dans le ventre ? D'abord de l'action survitaminée, ensuite un personnage fort, foncièrement badass et pas vraiment gentil, et enfin une science fiction où l'on retrouve quand même nos humains et leurs relations au centre de tout. Oui la réflexion sur l'avenir métaphysique de la trans humanité n'est pas vraiment au coeur de ISS Snipers. Ici c'est la guerre, et en version sale. Côté scénario donc des clins d'oeils appuyés à quelques cadors du genre, une histoire relativement courte pour coller au format et une fin ou le Deus Ex Machina intervient un peu rapidement pour ne pas nous faire hausser un sourcil à mon avis. C'est d'ailleurs l'un des défauts de cette BD : ce Background mérite d'être traité sur une série et non en multiples One-Shot. A voir ce que les prochains tomes nous réserveront, mais j'ai un doute sur l'intérêt à long terme de cette série si l'on se contente comme pour Conquêtes de One shot. Reste que comme pour Conquêtes justement, cela nous fait toujours une lecture divertissante de SF survitaminée sans trop avoir besoin de ses neurones. Graphiquement cependant je dis chapeau bas. On sort clairement des standards habituels de chez Soleil, mais on le fait en douceur avec le trait splendide et assez fin de Erwan Seure-Le-Bihan. Sa mise en couleur renforce d'ailleurs l'originalité de son traitement de la SF chez Soleil, et c'est Tant mieux tant cela donne un résultat très frais. Seul bémol, ce que l'on gagne sur les personnages on le perd un peu sur les plans larges façon Space Opéra qui sont un peu moins mis en valeur qu'habituellement sur ce genre de parutions. Mais personnellement je ne m'en plaindrais pas. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/i-s-s-snipers-tome-1-reid-eckart?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Et voici le dernier né dans les sorties récentes de chez Soleil en Science Fiction. Pour ceux qui ont raté la bande annonce de cette nouvelle série, je vous laisse avec le lien pour la découvrir. https://www.editions-soleil.fr/videos/iss-snipers-la-nouvelle-serie-de-jean-luc-istin Alors ce Tome 1 il a quoi dans le ventre ? D'abord de l'action survitaminée, ensuite un personnage fort, foncièrement badass et pas vraiment gentil, et enfin une science fiction où l'on retrouve quand même nos humains et leurs relations au centre de tout. Oui la réflexion sur l'avenir métaphysique de la trans humanité n'est pas vraiment au coeur de ISS Snipers. Ici c'est la guerre, et en version sale. Côté scénario donc des clins d'oeils appuyés à quelques cadors du genre, une histoire relativement courte pour coller au format et une fin ou le Deus Ex Machina intervient un peu rapidement pour ne pas nous faire hausser un sourcil à mon avis. C'est d'ailleurs l'un des défauts de cette BD : ce Background mérite d'être traité sur une série et non en multiples One-Shot. A voir ce que les prochains tomes nous réserveront, mais j'ai un doute sur l'intérêt à long terme de cette série si l'on se contente comme pour Conquêtes de One shot. Reste que comme pour Conquêtes justement, cela nous fait toujours une lecture divertissante de SF survitaminée sans trop avoir besoin de ses neurones. Graphiquement cependant je dis chapeau bas. On sort clairement des standards habituels de chez Soleil, mais on le fait en douceur avec le trait splendide et assez fin de Erwan Seure-Le-Bihan. Sa mise en couleur renforce d'ailleurs l'originalité de son traitement de la SF chez Soleil, et c'est Tant mieux tant cela donne un résultat très frais. Seul bémol, ce que l'on gagne sur les personnages on le perd un peu sur les plans larges façon Space Opéra qui sont un peu moins mis en valeur qu'habituellement sur ce genre de parutions. Mais personnellement je ne m'en plaindrais pas.
  8. Titre de l'album : Crusaders - Tome 3 - Spectre Scenariste de l'album : Christophe Bec Dessinateur de l'album : Leno Carvalho Coloriste : Simon Champelovier Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : La colonie humaine de Titan reçoit les plans de constructions de fabuleux vaisseaux spatiaux et les coordonnées d'une galaxie lointaine. Plusieurs mois plus tard, le Crusader 1 prend la tête d'une armada prête à rejoindre les créateurs du signal. Propulsés à travers des trous de ver, les vaisseaux arrivent en vue d'une gigantesque structure extraterrestre tendue entre deux astres ! Dans quel but ? Critique : Crusaders continue sur son rythme de parution effréné puisqu'il s'agit déjà du troisième tome de cette série de SF façon Space opéra, mettant en scène une humanité au bord du gouffre, confrontée à des Aliens ayant des millénaires d'avance technologique sur eux, et englués dans un conflits dont les racines et les implications les dépasse. A la manière d'un Universal War One, Crusaders nous embarque dans le sillage d'une science omniprésente, ou les concepts se bousculent et nous bousculent au service d'une épopée aux enjeux colossaux pour l'humanité. Pour les allergiques à la science, inutile même d'ouvrir ce tome tant l'intrigue est centrée en grande partie là dessus. Le rythme effréné de l'avancée de l'histoire ne permet souvent que de survoler ces sujets, et si cela arrange parfois le scénariste de SF, cela ne laisse au lecteur que peu de temps pour assimiler et réagir aux informations balancées coups sur coups. Les dessins de Leno Carvalho pour les grandes scènes de Space Opéra sont très réussis, et le seul bémol que je pourrais amener sur le traitement graphique de Crusaders ce serait une légère difficulté à appréhender les différents personnages. Mais c'est à la marge, tant les personnages ne sont finalement pas au centre de l'histoire. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/crusaders-tome-3-spectre?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. The_PoP

    Crusaders - Tome 3 - Spectre

    Crusaders continue sur son rythme de parution effréné puisqu'il s'agit déjà du troisième tome de cette série de SF façon Space opéra, mettant en scène une humanité au bord du gouffre, confrontée à des Aliens ayant des millénaires d'avance technologique sur eux, et englués dans un conflits dont les racines et les implications les dépasse. A la manière d'un Universal War One, Crusaders nous embarque dans le sillage d'une science omniprésente, ou les concepts se bousculent et nous bousculent au service d'une épopée aux enjeux colossaux pour l'humanité. Pour les allergiques à la science, inutile même d'ouvrir ce tome tant l'intrigue est centrée en grande partie là dessus. Le rythme effréné de l'avancée de l'histoire ne permet souvent que de survoler ces sujets, et si cela arrange parfois le scénariste de SF, cela ne laisse au lecteur que peu de temps pour assimiler et réagir aux informations balancées coups sur coups. Les dessins de Leno Carvalho pour les grandes scènes de Space Opéra sont très réussis, et le seul bémol que je pourrais amener sur le traitement graphique de Crusaders ce serait une légère difficulté à appréhender les différents personnages. Mais c'est à la marge, tant les personnages ne sont finalement pas au centre de l'histoire.
  10. The_PoP

    Redsun - Tome 1 - Mon frère

    Pffff, moi qui est découvert les éditions Kamiti avec l'excellent 300 grammes je vous avoue que ce RedSun m'a également conquis. 2 tomes de Science Fiction ambitieuse, et superbement illustrée et mis en couleur par Alessandra de Bernardis. les planches sont superbes, on est projeté dans un Space opéra dantesque avec des personnage forts et bien dessinés. Seul bémol pour ma part, l'histoire est presque trop ambitieuse pour être traitée en 2 tomes. Il y a effectivement beaucoup d'évènements entre les deux tomes que j'aurais souhaité voir développés. Néanmoins, le tout se tient bien, et les réponses aux questions soulevées sont suffisantes pour ne pas nous laisser avec un sentiment d'incompréhension. Si vous aimez la science fiction et que vous souhaitez lire une histoire originale et magnifiquement illustrée, ce RedSun est pour vous. L'histoire se finit en deux tomes, et je publierais ma chronique du second tome prochainement.
  11. Titre de l'album : Androïdes - Tome 10 - Darwin Scenariste de l'album : Alain Brion Dessinateur de l'album : Alain Brion Coloriste : Alain Brion Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : An 2073. La situation du monde est devenue dramatique. Tandis que sur la Lune des scientifiques attendent leur rapatriement, un astéroïde dévaste la Terre. L'androïde Darwin envoyé sur place devra trouver un moyen de les sauver. Il découvrira que la planète a basculée dans l'anarchie. Sur la Lune des morts suspectes surviennent et la poignée de survivants sombre dans la paranoïa. Critique : Une fois fini cette lecture, je vous avoue que je savais que j'avais déjà lu quelque chose de cet auteur. Après recherches, Alain Brion est aussi l'un des auteurs des Chroniques d'Excalibur, une série que j'avais démarrée dans ma jeunesse. Pourquoi je vous raconte mon inculture de départ ? Pour vous montrer que le traitement graphique remarquable de cet album m'a poussé à en chercher l'auteur, et à en reconnaitre le trait. Oui c'est évidemment particulier et stylisé, mais je trouve que cela fonctionne à merveille sur un univers de science fiction. Ceux qui me lisent régulièrement savent que je suis souvent un peu dur avec les dessinateurs/scénaristes qui réalisent leur bd seuls. Je trouve souvent que l'un des deux aspects devient un point faible. Ici ce n'est pas le cas. Du tout. Le scénario est brillant, enthousiasmant, haletant. Le déroulement est logique mais pourtant on brûle de lire la page d'après. Les personnages sont plutôt réussis, les retournements de situation sont bien pensés. On a de la grande histoire, avec de petites histoires qui s'entremêlent. C'est parfait. Le tout en one shot. Alors pourquoi simplement 4,5/5 ? Simplement car l'histoire est parfaitement réalisée mais qu'elle n'est pas si originale que cela. C'est le temps qui me dira si ce Darwin restera dans ma mémoire à une place de choix ou non. Mais quoiqu'il en soit c'est déjà une réussite. Surtout pour cette série de one shots Androïdes qui présentait jusqu'à présent des tomes certes de qualité mais pas toujours mémorables. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/androides-tome-10-darwin?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. The_PoP

    Androïdes - Tome 10 - Darwin

    Une fois fini cette lecture, je vous avoue que je savais que j'avais déjà lu quelque chose de cet auteur. Après recherches, Alain Brion est aussi l'un des auteurs des Chroniques d'Excalibur, une série que j'avais démarrée dans ma jeunesse. Pourquoi je vous raconte mon inculture de départ ? Pour vous montrer que le traitement graphique remarquable de cet album m'a poussé à en chercher l'auteur, et à en reconnaitre le trait. Oui c'est évidemment particulier et stylisé, mais je trouve que cela fonctionne à merveille sur un univers de science fiction. Ceux qui me lisent régulièrement savent que je suis souvent un peu dur avec les dessinateurs/scénaristes qui réalisent leur bd seuls. Je trouve souvent que l'un des deux aspects devient un point faible. Ici ce n'est pas le cas. Du tout. Le scénario est brillant, enthousiasmant, haletant. Le déroulement est logique mais pourtant on brûle de lire la page d'après. Les personnages sont plutôt réussis, les retournements de situation sont bien pensés. On a de la grande histoire, avec de petites histoires qui s'entremêlent. C'est parfait. Le tout en one shot. Alors pourquoi simplement 4,5/5 ? Simplement car l'histoire est parfaitement réalisée mais qu'elle n'est pas si originale que cela. C'est le temps qui me dira si ce Darwin restera dans ma mémoire à une place de choix ou non. Mais quoiqu'il en soit c'est déjà une réussite. Surtout pour cette série de one shots Androïdes qui présentait jusqu'à présent des tomes certes de qualité mais pas toujours mémorables.
  13. Titre de l'album : Invisible Kingdom - Tome 2 - La bordure Scenariste de l'album : G. Willow Wilson Dessinateur de l'album : Christian Ward Coloriste : Editeur de l'album : Hi-Comics Note : Résumé de l'album : Sélection officielle du FIBD 2021 Eisner Award 2020 de la meilleure nouvelle série Eisner Award 2020 du meilleur artiste numérique La saga SF acclamée par la critique continue ! Prophètes et profits ne font qu'un... Après avoir révélé au monde l'alliance secrète entre la méga-corporation Lux et la religion dominante, Vess, Grix et tout leur équipage se réfugient dans une ceinture d'astéroïdes aux confins du système solaire. Mais d'autres menaces rôdent dans cette zone reculée et leur rencontre avec une dangereuse bande de pirates pourrait bien être leur dernier espoir de survie... ou causer leur perte. Ensemble, Grix et Vess vont devoir lutter pour leur vaisseau et leurs convictions, tandis qu'une nouvelle découverte vient bouleverser nos deux héroïnes. Et si la plus grande des révélations se trouvait en elles ? Dans ce deuxième opus de leur série doublement récompensée aux Eisner Awards et nommée dans la sélection officielle du FIBD 2021, G. Willow Wilson (créatrice de Ms. Marvel) et Christian Ward (Black Bolt, Machine Gun Wizards...) poursuivent l'exploration du lien qui unit Vess et Grix. Une transposition magistrale de nos préoccupations contemporaines dans un univers lointain et haut en couleurs. "De la SF grandiose, tout simplement". ComicsBlog " Un Star Wars pop-art, intelligent et féministe. " Publishers Weekly " Un space opera dynamique et riche de sens. " Syfy Wire " Invisible Kingdom est un récit de science-fiction surprenant, troublant, qui propose une approche politique de difficultés contemporaines, sous le vernis d'un cosmos étrange et crédible. Une oeuvre passionnante. " Top Comics Critique : Ah ben voilà ! On se demandait il y a pas longtemps ce qu'on avait comme bon space opera. Invisible Kingdom est une bonne réponse avec ce tome 2 qui nous rappellera tout de suite Star Wars mais surtout Saga. Et c'est plutôt un beau compliment du coup. Le tome 1 m'avait beaucoup plu avec cette critique acerbe d'une société qui pourrait fort bien être la notre, et la mise en place d'un jeu de dupe sociétal bien pourri. Le tome 2 enfonce le clou car nul besoin d'être un fin sociologue pour y voir les dérives de pans entiers de notre société actuelle. Reste que l'aventure y est omniprésente tout comme l'action et que si le fond est passionnant, la forme n'est pas en reste. Graphiquement on est sur la même veine que le tome 1, et je pense qu'il faut l'ouvrir pour vous faire un avis. Certains trouveront ça proprement dingue et super réussi, d'autres auront du mal à s'y retrouver. pour ma part, jereconnais que cela ne m'a pas emballé de prime abord, mais je crois aussi que de toute façon je suis trop accroché à l'histoire et aux personnages pour que cela me gêne vraiment. Du coup, bah invisible kingdom, si vous avez aimé Saga, ne passez pas à côté. Et bravo aux éditions Hi Comics pour aller nous chercher toujours plus de pépites Indé en comics. Autres infos : Quand Star Wars croise Saga Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/invisible-kingdom-tome-2-la-bordure?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Ah ben voilà ! On se demandait il y a pas longtemps ce qu'on avait comme bon space opera. Invisible Kingdom est une bonne réponse avec ce tome 2 qui nous rappellera tout de suite Star Wars mais surtout Saga. Et c'est plutôt un beau compliment du coup. Le tome 1 m'avait beaucoup plu avec cette critique acerbe d'une société qui pourrait fort bien être la notre, et la mise en place d'un jeu de dupe sociétal bien pourri. Le tome 2 enfonce le clou car nul besoin d'être un fin sociologue pour y voir les dérives de pans entiers de notre société actuelle. Reste que l'aventure y est omniprésente tout comme l'action et que si le fond est passionnant, la forme n'est pas en reste. Graphiquement on est sur la même veine que le tome 1, et je pense qu'il faut l'ouvrir pour vous faire un avis. Certains trouveront ça proprement dingue et super réussi, d'autres auront du mal à s'y retrouver. pour ma part, jereconnais que cela ne m'a pas emballé de prime abord, mais je crois aussi que de toute façon je suis trop accroché à l'histoire et aux personnages pour que cela me gêne vraiment. Du coup, bah invisible kingdom, si vous avez aimé Saga, ne passez pas à côté. Et bravo aux éditions Hi Comics pour aller nous chercher toujours plus de pépites Indé en comics.
  15. The_PoP

    Les Omniscients - tome 2

    Voici déjà le second tome de cette nouvelle série SF à destination des jeunes publiée aux éditions Le Lombard, et comme le premier tome on poursuit avec la même recette plus que sympa : aventure, personnages bien marqués, complot et opposition qui avance sur des enjeux pour le moment partiellement masqués. Un bon cocktail, d'autant plus que les dialogues bien vivants de Vincent Dugomier et les dessins tout en rondeurs de Renata Castellani complètent fort bien ce tableau. Cet Omniscient est même une lecture agréable pour les adultes, ce qui permet de dire sans trop se tromper que les plus jeunes devraient largement y trouver leur compte.
  16. Titre de l'album : Les Omniscients - tome 2 Scenariste de l'album : Vincent Dugomier Dessinateur de l'album : Renata Castellani Coloriste : Benoît Beckaert Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Les Omniscients se sont retrouvés. Ils forment à présent un groupe uni et prêt à faire face à toutes les situations. Et les dangers ne manquent pas : des agents du gouvernement tentent toujours de les capturer. Mais surtout, ils découvrent avec stupeur l'existence d'un second groupe d'Omniscients. Amis ou ennemis ? Nos héros devront le découvrir sans tarder. Critique : Voici déjà le second tome de cette nouvelle série SF à destination des jeunes publiée aux éditions Le Lombard, et comme le premier tome on poursuit avec la même recette plus que sympa : aventure, personnages bien marqués, complot et opposition qui avance sur des enjeux pour le moment partiellement masqués. Un bon cocktail, d'autant plus que les dialogues bien vivants de Vincent Dugomier et les dessins tout en rondeurs de Renata Castellani complètent fort bien ce tableau. Cet Omniscient est même une lecture agréable pour les adultes, ce qui permet de dire sans trop se tromper que les plus jeunes devraient largement y trouver leur compte. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-omniscients-tome-2-les-autres?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. VladNirky

    L'homme qui inventait le monde

    Il ne manquerait que Léo au casting de cet album pour qu'on retrouve la même équipe que celle qui était aux commandes des séries Kenya, Namibia et Amazonie. Léo n'est néanmoins pas très loin vu qu'il préface l'album de ses deux complices en regrettant visiblement de ne pas faire partie de l'aventure. Ce oneshot, à la très belle couverture, m'évoquant quelque part la guerre éternelle, reste dans le domaine de la SF comme souvent avec ces auteurs. Il est toutefois éloigné des productions habituelles, tant des auteurs, que des BD de SF plus habituelles de ces dernières années. Car même si on y retrouve des thèmes assez classiques en SF (une menace Alien, un héros doté de pouvoirs étranges qu'il va découvrir en même temps qu'il se découvre) ce n’est pas un album d’action. Ce n’est pas du Space opéra non plus, contrairement à ce qu'on peut croire en lisant le résumé et en regardant la couverture, c'est plutôt un road movie. Un cheminement à petit pas pour les protagonistes qui va les amener vers la conclusion. L'histoire de déroule avec lenteur, ce qui n'est pas un défaut, en trois tiers et j'ai bien accroché au 1er et au dernier. Il me manque sans doute un petit quelque chose dans le développement central pour être plus emballé. L'album aurait gagné en force sous forme de nouvelle ou de livre plus classique je crois, avec un développement plus important. Point fort, le lecteur de SF, que je suis, y a retrouvé de nombreuses influences. Des références, comme celles de La stratégie Ender par exemple, ou 2001 semblent les plus évidentes, et j'en découvrirais certainement bien d'autres à la relecture. C'est un album qui s'adresse en priorité aux amateurs de SF. Il s'analyse et se digère lentement. Mais en parler plus serait prendre le risque de spoiler de manière importante... En tout cas cette aventure du capitaine Bowman est très sympathique mais n’en attendez pas trop. C’est un album qui repose sur des twist …. Qu’on voit nettement arriver, si on est habitué au genre, et il y a globalement peu d’émotions affichés par les personnages malgré les enjeux présentés. Que ce soit dans les faits, les situations ou entre les personnages. Les dessins sont légèrement rétro mais me rappellent la guerre éternelle (autre grosse référence SF et BD). Il manque cependant à l’album quelque chose. Un supplément d’âme je dirais pour marquer les esprits durablement. En résumé c’est une bonne histoire de SF, qui sort des sentiers battus en BD, mais qui se mérite. A réserver aux amateurs de SF.
  18. Titre de l'album : L'homme qui inventait le monde Scenariste de l'album : Rodolphe Dessinateur de l'album : Bertrand Marchal Coloriste : Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : La Terre fait face à une terrible menace extraterrestre, et la guerre qui fait rage dans l'espace semble perdue. Engagé sur le front, le capitaine John Bowman, navigateur d'exception, est victime d'un incident qui le fait entrer en contact avec une mystérieuse matière noire. Rapatrié et placé en quarantaine, il fait l'objet d'une surveillance constante et se retrouve en proie à des cauchemars récurrents. Épuisé, il décide de s'évader et découvre que l'entité avec laquelle il a été en contact l'a doté d'étranges pouvoirs. Il se pourrait même que ses pouvoirs puissent bouleverser le cours de la guerre et... sauver l'humanité ! Critique : Il ne manquerait que Léo au casting de cet album pour qu'on retrouve la même équipe que celle qui était aux commandes des séries Kenya, Namibia et Amazonie. Léo n'est néanmoins pas très loin vu qu'il préface l'album de ses deux complices en regrettant visiblement de ne pas faire partie de l'aventure. Ce oneshot, à la très belle couverture, m'évoquant quelque part la guerre éternelle, reste dans le domaine de la SF comme souvent avec ces auteurs. Il est toutefois éloigné des productions habituelles, tant des auteurs, que des BD de SF plus habituelles de ces dernières années. Car même si on y retrouve des thèmes assez classiques en SF (une menace Alien, un héros doté de pouvoirs étranges qu'il va découvrir en même temps qu'il se découvre) ce n’est pas un album d’action. Ce n’est pas du Space opéra non plus, contrairement à ce qu'on peut croire en lisant le résumé et en regardant la couverture, c'est plutôt un road movie. Un cheminement à petit pas pour les protagonistes qui va les amener vers la conclusion. L'histoire de déroule avec lenteur, ce qui n'est pas un défaut, en trois tiers et j'ai bien accroché au 1er et au dernier. Il me manque sans doute un petit quelque chose dans le développement central pour être plus emballé. L'album aurait gagné en force sous forme de nouvelle ou de livre plus classique je crois, avec un développement plus important. Point fort, le lecteur de SF, que je suis, y a retrouvé de nombreuses influences. Des références, comme celles de La stratégie Ender par exemple, ou 2001 semblent les plus évidentes, et j'en découvrirais certainement bien d'autres à la relecture. C'est un album qui s'adresse en priorité aux amateurs de SF. Il s'analyse et se digère lentement. Mais en parler plus serait prendre le risque de spoiler de manière importante... En tout cas cette aventure du capitaine Bowman est très sympathique mais n’en attendez pas trop. C’est un album qui repose sur des twist …. Qu’on voit nettement arriver, si on est habitué au genre, et il y a globalement peu d’émotions affichés par les personnages malgré les enjeux présentés. Que ce soit dans les faits, les situations ou entre les personnages. Les dessins sont légèrement rétro mais me rappellent la guerre éternelle (autre grosse référence SF et BD). Il manque cependant à l’album quelque chose. Un supplément d’âme je dirais pour marquer les esprits durablement. En résumé c’est une bonne histoire de SF, qui sort des sentiers battus en BD, mais qui se mérite. A réserver aux amateurs de SF. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-homme-qui-inventait-le-monde?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Titre de l'album : Optic Squad - Tome 2 - Mission Los Angeles Scenariste de l'album : Sylvain Runberg Dessinateur de l'album : Stéphane Bervas Coloriste : Stéphane Astier Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Californie, le candidat favori Zak Demarest, est en campagne et brigue son deuxième mandat de Président des Western States. Tandis qu’il promeut son futur projet de santé publique d’Imunocard, la délégation est violemment attaquée par un groupe néofaciste, qui considère le programme social de Demarest comme une atteinte aux valeurs de la liberté. L’attentat fait plusieurs victimes dont l’un des agents des Optic Squad infiltrés dans le staff du candidat. Katryn est désignée pour poursuivre la mission d’infiltration avec Valdo. Suite à une série de décès assez obscurs au sein des sympathisants de Demarest, de forts soupçons de dangerosité et de manipulation pèsent sur la technologie envisagée. Les Optic Squad n’ont que les quelques jours qui les séparent des élections pour découvrir si les bonnes intentions du Président sont bien réelles. Critique : Chapeau bas à M. Runberg pour nous proposer sur ce tome d'Optic Squad un vrai scénario bien foutu, complexe, avec de mutliples intérêts et intrigues croisées. Le rythme est bon, très soutenu, et les enjeux finissent pas être clairs. C'est un plaisir de lire M. Runberg quand il est à ce niveau là. C'est un grand oui, cet Optic Squad commence sérieusement à se rapprocher de ce que Carmen Mc Callum a pu nous proposer. Alors comme c'est une sacrée référence, je vais quand même y apporter un bémol. Les dessins du tome 1 m'avaient laissé une belle impression, mais là en lisant ce tome 2 il y a quelque chose qui m'a un peu gêné. C'est beau, c'est bien fait, mais j'ai eu du mal à rentrer dans le dessin. Hors le dessinateur n'a pas changé et seul le coloriste à changé entre les deux tomes. J'aurais beaucoup de mal à vous expliquer quelles sont les différences qui m'ont embêté, même en ayant posé et ouvert les deux tomes côte à côte. Alors faites vous votre impression puisque pour moi ce dont je parle est déjà visible en comparant les deux couv'. Puis venez en discuter avec moi. Quoiqu'il en soit Optic Squad est une bonne série de science fiction que je ne peux que vous recommander. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/optic-squad-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. Chapeau bas à M. Runberg pour nous proposer sur ce tome d'Optic Squad un vrai scénario bien foutu, complexe, avec de mutliples intérêts et intrigues croisées. Le rythme est bon, très soutenu, et les enjeux finissent pas être clairs. C'est un plaisir de lire M. Runberg quand il est à ce niveau là. C'est un grand oui, cet Optic Squad commence sérieusement à se rapprocher de ce que Carmen Mc Callum a pu nous proposer. Alors comme c'est une sacrée référence, je vais quand même y apporter un bémol. Les dessins du tome 1 m'avaient laissé une belle impression, mais là en lisant ce tome 2 il y a quelque chose qui m'a un peu gêné. C'est beau, c'est bien fait, mais j'ai eu du mal à rentrer dans le dessin. Hors le dessinateur n'a pas changé et seul le coloriste à changé entre les deux tomes. J'aurais beaucoup de mal à vous expliquer quelles sont les différences qui m'ont embêté, même en ayant posé et ouvert les deux tomes côte à côte. Alors faites vous votre impression puisque pour moi ce dont je parle est déjà visible en comparant les deux couv'. Puis venez en discuter avec moi. Quoiqu'il en soit Optic Squad est une bonne série de science fiction que je ne peux que vous recommander.
  21. Titre de l'album : Conquêtes - Tome 6 - Adonaï Scenariste de l'album : Jean-Luc Istin & Nicolas Jarry Dessinateur de l'album : Betrand Benoit Coloriste : Olivier Héban Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Les Américains ont eu leur Vietnam ! Les Russes auront Adonaï ! Là, au milieu d'une jungle dense, poisseuse et humide, l'ennemi invisible les cerne. La flotte russe a atteint Adonaï et découvre qu'une jungle s'étend sur toute la surface de la planète. Après avoir établi une tête de pont, les commissaires lancent une offensive contre les Caméléons, des humanoïdes presque invisibles qui ont mené des raids meurtriers contre les humains. Après des mois de campagne, l'armée s'est enlisée dans une guerre d'usure et les morts se comptent en milliers. Alors, lorsque le sous-lieutenant Orlov et son escouade se retrouvent coupés de leur ligne avec pour seul équipement ce qu'ils portent sur le dos, pour eux, pas d'autre alternative que d'avancer ou de crever... Critique : Cette chronique a été rédigée à partir du pdf de lecture, aussi il peut y avoir des différences d'appréciation par rapport à la version finale papier. Après le bon accueil en librairies des 5 premiers tomes en one shot de Conquêtes, Soleil a décidé de relancer une seconde vague. Ca tome bien, on n'avait pas vu les Russes encore, et ne pas les voir dans cette aventure spatiale me semblait assez hallucinant. Nous revoici donc sur une nouvelle planète, évidemment étrange, avec des Russes aux prises avec des E.T pas toujours hyper coopératifs. Comme d'habitude, retournements de situation, embrouilles, complots et action sont au menu. Avec au passage quelques allusions à "l'avant" et aux circonstances ayant poussé l'humanité à émigrer. Alléchant sur le papier, c'est pour le moment beaucoup trop maigre pour donner plus de dimension au fil conducteur reliant ces 6 one shots. Retour donc sur l'aventure d'une escouade façon 12 salopards dans une jungle hostile. Les références aux films du genre sont évidentes mais maîtrisées. Le rythme est bien. Et le dénouement très bien pensé. Graphiquement, Bertrand Benoit avait déjà plutôt bien dessiné le tome 2, alors autant vous dire qu'on reste en terrain connu. L'ensemble est agréable avec de jolis couleurs et des visages bien détaillés et les scènes d'actions sont assez lisibles. Alors non Conquêtes n'est pas vraiment de la grande science fiction d'envergure, mais plutôt une bonne série de one shots blindés de références cinématographiques pas forcément toutes de science fiction, et au final bien agréable à lire. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/conquetes-tome-6-adonai?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. Titre de l'album : Conquêtes - Tome 7 - Tanami Scenariste de l'album : Nicolas Jarry & Jean Luc Istin Dessinateur de l'album : Zivorad Radivojevic Coloriste : Vincent Powell Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Une poignée de survivants se réveille au milieu d'une jungle à bord d'une chaloupe extraterrestre. Tout ce dont ils se souviennent c'est de leur fuite pour échapper à la destruction de la Terre. Il leur faudra recoller les morceaux du puzzle qui les a menés jusque-là pour espérer survivre. Mais à mesure que le voile de l'amnésie se déchire, ils découvrent que l'ennemi n'est pas qu'à l'extérieur. Critique : Et voici déjà le tome 7 de Conquêtes, qui est reparti pour un second cycle après 5 premier opus plutôt réussis. Rien de bien neuf donc pour ce 7ème album, on a toujours aussi peu d'informations sur les raisons ou les circonstances du départ de la Terre, ni sur les fameux "Conquérants". Bref, encore plus spécialement sur ce tome, on navigue à vu au départ. Après le talent des scénaristes fait qu'ils nous livrent une nouvelle bonne histoire de SF avec pourtant le même postulat de base. Dans Conquêtes on est vraiment dans le coeur de la SF conquête spatiale, avec des inspirations évidentes dans les classiques du genre. Niveau dessin c'est plutôt du très bon dans un style réaliste contemporain, et là où la Sf est parfois un brin minimaliste, ici les visages et scènes d'actions sont bien représentées et les paysages comme souvent très détaillés. La colorisation est très propre et renforce bien l'ambiance. Je regrette un peu le final de cet album qui trouve sa solution un peu "facilement" et sans que l'on n'en maitrise bien les conséquences sur la suite... Il n'en reste pas moins que la lecture y est touffue, agréable, et c'est un nouvel opus très correct de sf pour Conquêtes. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/conquetes-tome-7-tanami?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. The_PoP

    Conquêtes - Tome 7 - Tanami

    Et voici déjà le tome 7 de Conquêtes, qui est reparti pour un second cycle après 5 premier opus plutôt réussis. Rien de bien neuf donc pour ce 7ème album, on a toujours aussi peu d'informations sur les raisons ou les circonstances du départ de la Terre, ni sur les fameux "Conquérants". Bref, encore plus spécialement sur ce tome, on navigue à vu au départ. Après le talent des scénaristes fait qu'ils nous livrent une nouvelle bonne histoire de SF avec pourtant le même postulat de base. Dans Conquêtes on est vraiment dans le coeur de la SF conquête spatiale, avec des inspirations évidentes dans les classiques du genre. Niveau dessin c'est plutôt du très bon dans un style réaliste contemporain, et là où la Sf est parfois un brin minimaliste, ici les visages et scènes d'actions sont bien représentées et les paysages comme souvent très détaillés. La colorisation est très propre et renforce bien l'ambiance. Je regrette un peu le final de cet album qui trouve sa solution un peu "facilement" et sans que l'on n'en maitrise bien les conséquences sur la suite... Il n'en reste pas moins que la lecture y est touffue, agréable, et c'est un nouvel opus très correct de sf pour Conquêtes.
  24. poseidon2

    Elecboy t1

    Titre de l'album : Elecboy t1 Scenariste de l'album : Jaouen Dessinateur de l'album : Jaouen Coloriste : Jaouen Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Année 2122, quelque part en Amérique du Nord. Sur une terre aride et brûlée par le soleil, la paix et la sagesse semblent avoir déserté. L'ancien monde civilisé a laissé place au chaos et à la pauvreté, à la violence et à la sauvagerie. Dans un décor de western, au milieu de baraquements de fortune mêlés à des panneaux solaires modernes, les membres d'une communauté autonome survivent tant bien que mal. La quête de l'eau est une préoccupation de tous les instants. Le jeune Joshua est amoureux de Margot, la soeur de Sylvio, un adolescent brutal qui prend plaisir à le frapper. Sylvio appartient au clan des hauteurs, qui affirme son pouvoir en faisant régner la peur sur les autres habitants. Un jour, d'étranges événements se produisent. Dans cet univers d'après l'apocalypse, alors que le père de Joshua et son équipe travaillent sur le réseau d'approvisionnement en eau, des créatures éthérées surgies de nulle part s'en prennent à eux... Une nouvelle saga de science-fiction écrite et dessinée de main de maître par Jaouen Salaün, qui conjugue avec bonheur un trait réaliste et un imaginaire teinté d'onirisme. Critique : Bon allez je vais lâcher un pavé : ce Elecboy m'a laissé un vrai gout.... de premier tome de Servitude. Oui oui rien que cela. Graphiquement c'est très beau mais quand même pas au niveau d'Eric Bourgier. Après c'est dure de demander de faire aussi bien (impossible ?). Mais c'est très joli quand même. Mais c'est surtout au niveau de l'histoire que j'ai eu cette impression. Une impression diffuse d'un scénario dantesque. Un scénario maîtrisé sur le bout des doigts et nous promettant une fresque de science-fiction de haut vol. Cette impression n''est pas venue toute seule. Au début cela peut paraître un peu obscure. Mais l'avancée de l'histoire et surtout la fin, nous ouvre les yeux sur des possibilités de science-fiction sérieuse comme cela fait trop longtemps que l'on n'en a pas vu. Bref un coup de cœur qui, je l'espère, ne sera pas juste un coup d'été dans l'eau. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/elecboy-tome-1-naissance?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. The_PoP

    Alt-Life - Tome 2

    Allez hop d'abord un petit rappel de la chronique du premier tome de cet Ovni de la BD actuelle : Alt-Life est à appréhender comme un ouvrage de philosophie et non comme une BD d'aventure de Science Fiction. Les réflexions sur notre humanité sont développées tout au long des pages, encore plus que dans le premier tome. Alors autant vous garder un temps très calme pour le découvrir. Ceci étant je trouve que le format BD se prête très bien à l'exercice, laissant la place aux réflexions. Par contre graphiquement, ce n'est clairement pas ce que j'apprécie habituellement, le style n'est pas pour moi. Mais vous l'aurez compris, ce n'est pas là l'objectif de cet album.
×
×
  • Créer...