Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Statistiques des membres

    4 265
    Total des membres
    125
    Maximum en ligne
    EdithLafond
    Membre le plus récent
    EdithLafond
    Inscription
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    • Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

Classement

Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 06/09/2022 dans Enregistrements

  1. Le titre de ce roman graphique provient du croisement entre un ours polaire et un grizzli. En effet, ce résultat est de plus en plus visible suite au réchauffement climatique, les ours polaires quittent les banquises pour trouver de la nourriture et croisent les territoires des grizzlys. C'est à partir de ce constat que Jérémie Moreau s'inspire pour écrire cette aventure incroyable de deux frères et une sœur qui partent vivre en Alaska, chez une vieille femme originaire de ce pays. Elle retourne dans son pays après avoir passé quarante ans en France. L'auteur met en évidence le décalage entre les deux enfants les plus jeunes par rapport aux enfants en Alaska qui vivent en harmonie avec la nature, sans besoins de consoles et téléphones. En parallèle, le frère le plus âgé vient de faire un burn-out, après quatre années intenses pour élever son frère et sa sœur suite au décès de leur mère. Le constat de la vie dans les grandes villes est assez rapide pour qu'ensuite Jérémie Moreau passe au constat du dérèglement climatique avec les répercussions déjà bien visible sur la nature en Alaska. Les dessins de l'auteur sont de qualité avec une partie mystique mise en avant avec une représentation un peu psychédélique. Le choix des couleurs renforce cet aspect, comme on peut le voir avec la couverture. Les pizzlys est un très bon album sans jugement avec une réflexion sur l'environnement qui nous entoure et les possibilités qui s'offriront à nous dans l'avenir, avec les nouvelles générations. Après La saga de Grimr et avoir dessiné Le singe de Hartlepool, Jérémie Moreau nous offre un très excellent voyage avec Les pizzlys.
    1 point
  2. Un des rares isekai pour lequel je trouve encore un véritable intérêt que je ne lis pas juste "pour savoir la fin". Et ce tome 4 renforce encore cette impression. Ryô Suzukaze réussit le test du quatrième tome. L'histoire continue d'avancer au même rythme qu'avant mais surtout notre auteur continu à faire planer un sentiment de mélancolie sur son histoire. Que ce soit la découverte de ses petits enfants, le décalage qu'il s'est créé avec les nouvelles générations ou la recherche de lien vers son passé au travers de la recherche d'autres héros, Cayna dégage une tristesse qu'elle essaye de masquer devant les autres. Et on arrive à ressentir cela en lisant ce manga. Ryô Suzukaze nous transmet avec finesse ce malêtre que combat Cayna depuis le début. Et cela change avec bonheur de tous les Isekai ou les gens sont contents d'être la ou oublient carrément qu'ils viennent d'un autre monde. Un bien belle série à qui je souhaite encore de nombreux tomes.... bien qu'il semblerait que nous devions nous armer de patience, car nous avons rattrapé la parution japonaise…
    1 point
  3. Une critique de TheOtaku : Alors pour commencer, je vais tout clairement vous dire ce que j'ai pensé quand, après l'avoir lu, on m'a demandé d'en faire la critique. J'ai commencé par réfléchir (comme toujours) à quoi dire ... puis je me suis dit ... "ce manga mérite 3 étoiles, même plus, mais… pourquoi !?" Je ne savais pas ! Certains me diront peut-être pour les dessins, l'histoire, le thème et bien d'autres… mais non ! Ce manga est plaisant à lire, il est doux, calme, sans prise de tête. C'est vraiment bien, mais (il y a toujours un mais) je suis sûr que beaucoup le liront et diront que c'est nul, qu'il n'y a pas vraiment d'histoire. Pourtant… moi, en le lisant et surtout en prenant le temps, j'ai eu l'impression de ressentir le mal des patients, les réflexions des infirmiers, les doutes des familles ! Quand je lis les tomes de cette série, j'arrive à me dire que tout ça pourrait être réel, j'arrive à comprendre chaque personnage, je me sens triste pour les malades (mais pas comme dans Your line april), je ressens tout cela. Et j'ai l'impression que même si l'histoire derrière Aoi, au second plan, ne nous entraîne pas comme dans des Kigdom, Naruto, One Piece, ect, les histoires aux premiers plans sont magnifiques ! D'accord l'histoire autour d'Aoi n'est pas folle, pas magnifiques, mais quand on lit ce manga tout cela importe peu ! Donc, allez y dites que c'est ennuyant, que c'est chiant et bien moi vais vous dire mon avis. Je ne juge pas les goûts en mangas des gens vu que j'aime et je lis de tout, mais si vous dites cela, moi je me permets de vous dire, et à tous ceux qui les écoutent, arrêtez ! Stop! je vous en pris les mangas, ce n'est pas juste des jolis dessins, des perso cool, une aventure entraînante ou une histoire d'amour toute chou ! C'est aussi de petites histoires tristes mais réaliste ! Et Unsung Cinderella montre bien ça ! Ici, on ne se dit pas "ils sont trop chou", "allez defonce le", " raaa le salaud" mais plutôt ... et si ça avait été moi !? Est-ce que mes parents, ma famille, mon copain, mon enfant auraient aussi réagi comme ça ? Je vais m'arrêter là, je m'excuse, on dirait que je vous ai fait une leçon de morale , désolé ! En tout cas pour un manga pour lequel je ne savais pas quoi dire ça en fait un petit bout quand même. Donc, posez-vous, prenez votre temps, lisait le puis prenez du recul et là, vous verrez à quel point ce manga peu être MAGNIFIQUE ! Vous verrez comme moi à quel point on ne sait pas pourquoi, mais on se dit qu'il mérite au moins 3 étoiles.
    1 point
×
×
  • Créer...