Aller au contenu
  • S’inscrire

poseidon2

Administrators
  • Compteur de contenus

    23 971
  • Inscription

  • Jours gagnés

    167

Tout ce qui a été posté par poseidon2

  1. poseidon2

    Amalia

    Mais où est donc planquée cette caméra ??? OÙ ??? C'est la réaction que j'ai eu à un moment donné de la lecture de ce Amalia de Aude Picot. Car c'est tellement vrai. C'est tellement la vraie vie que ça en est rigolo. Enfin non pas rigolo triste plutôt. Triste et encourageant. En effet Aude Picot, au travers d'Amalia, parles aux millions de Français qui passent le plus clair de leur temps à sur-vivre. Attention ce n'est pas une faute. On ne parle pas de survie. On parle bien d'essayer de TROP vivre quitte à s'en rendre malade. Essayer de toujours en faire trop et trop bien. Essayer de satisfaire tout et tout le monde au dépend de la vie de famille et au dépend de notre santé. Et ce qui est bien dans cette BD, c'est que Aude Picot ne parle pas de Burnout. Non non. Elle parle de presque Burn Out. Elle parle des gens qui sentent qu'ils en font trop et qui ne veulent pas se l'avouer. Elle parle des gens qu'un rien peut faire basculer dans le vrai et long burn out mais surtout qu'un petit rien peu très bien remettre sur le droit chemin et par la même remettre leurs vies, et leurs entourages, dans une direction plus saine. Aude Picot nous montre bien que prendre du temps pour soi est une nécessité. Attention ne confondez pas. On ne parle pas de se laisser vivre au crochet des autres. Non non on parle bien d'une prise de conscience de l'importance de son propre bien être pour pouvoir être là pour les autres. Et ce si ce rappel est nécessaire, c'est encore bien quand c'est bien mis en image. A lire par tous les parents.
  2. poseidon2

    Amalia

    Titre de l'album : Amalia Scenariste de l'album : Aude Picot Dessinateur de l'album : Aude Picot Coloriste : Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Amalia est au bord du burn-out. Dans sa famille, où elle s'occupe de sa fille Lili, 4 ans et subit sa belle-fille Nora, 17 ans, ça crie et ça claque les portes, sans répit. Dans l'entreprise où elle est coach, on parle rentabilité, process', elle perd le sens de ce qu'elle fait. Dans les campagnes alentours, elle voit la terre épuisée par la pollution et à la radio, les nouvelles du monde sont loin d'être rassérénantes. Alors Amalia fatigue et s'épuise, Amalia craque. Critique : Mais où est donc planquée cette caméra ??? OÙ ??? C'est la réaction que j'ai eu à un moment donné de la lecture de ce Amalia de Aude Picot. Car c'est tellement vrai. C'est tellement la vraie vie que ça en est rigolo. Enfin non pas rigolo triste plutôt. Triste et encourageant. En effet Aude Picot, au travers d'Amalia, parles aux millions de Français qui passent le plus clair de leur temps à sur-vivre. Attention ce n'est pas une faute. On ne parle pas de survie. On parle bien d'essayer de TROP vivre quitte à s'en rendre malade. Essayer de toujours en faire trop et trop bien. Essayer de satisfaire tout et tout le monde au dépend de la vie de famille et au dépend de notre santé. Et ce qui est bien dans cette BD, c'est que Aude Picot ne parle pas de Burnout. Non non. Elle parle de presque Burn Out. Elle parle des gens qui sentent qu'ils en font trop et qui ne veulent pas se l'avouer. Elle parle des gens qu'un rien peut faire basculer dans le vrai et long burn out mais surtout qu'un petit rien peu très bien remettre sur le droit chemin et par la même remettre leurs vies, et leurs entourages, dans une direction plus saine. Aude Picot nous montre bien que prendre du temps pour soi est une nécessité. Attention ne confondez pas. On ne parle pas de se laisser vivre au crochet des autres. Non non on parle bien d'une prise de conscience de l'importance de son propre bien être pour pouvoir être là pour les autres. Et ce si ce rappel est nécessaire, c'est encore bien quand c'est bien mis en image. A lire par tous les parents. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/amalia-223529?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Ok c'était pour etre sur que j'avais tout
  4. poseidon2

    Vos dernières lectures

    Je viens de terminer lady with Guns et c'est vraiment le genre de BD que j'aime Rigolo, dynamique et plein de péripéties. Critiques plus completes à venir
  5. Hey toi qui a tout lu. Apres la fin de yime runs out c'est directement secret war c'est ca?
  6. Hello les fans de comics On poursuit notre sélection avec les comics. Comics qui sont plus marqués par de l’indépendant plus que du super héros, le super héros ayant du mal a être marquant sur un seul tome. Cette année nous avons décidé de ne pas nous restreindre. Cette sélection a tous les albums qui nous ont marqué l'année dernière. Que se soit des suites, des oneshot, des premiers tomes.... peu importe. Il faut juste savoir que nos chroniqueurs ont forcement prit une claque à la lecture des ces albums. N'hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez ! Poseidon2 pour la team 1001BD
  7. Ahhhhhh j'avais mal vu !! la troisième et dernière saison de Ragnarok... est en cours de production Grrrrr Bon sinon je vous ais dit qu'en mini serie celle ci est excellente ? Encore plus si on aime la mythologie nordique
  8. Quelle vie. Quel homme. Si ces "compagnons de la liberté" en BD nous présentent toujours des hommes et des femmes à l'histoire pleine de courage et d'engagement, celle ci m'a particulièrement touché. Tout d'abord parce que Monsieur Germain était le dernier survivant des compagnons de la libération et que cette génération de héros s'est éteinte avec lui le 12 Octobre 2021. Mais aussi parce que le choix très intelligent de Jean-Yves Le Naour de fonctionner sur le régime d'une interview nous permet de nous mettre à sa place et de nous imaginer en train d'écouter les récits du vétéran. Cela provoque une vrai empathie à l'égard de notre narrateur qui dépasse le juste emerveillement de ses actions de guerre. Et pourtant quels faits de gurre. Quel homme, comme je disais en préambule ! Un homme qui n'a jamais voulu plier les genoux, meme à 22 ans et contre les avis de ses supérieurs de l'époque. Un homme de tous les combats et de tous les fronts. Un Grand homme.
  9. Titre de l'album : Les compagnons de la Libération - Hubert Germain Scenariste de l'album : Jean-Yves Le Naour Dessinateur de l'album : Alain Mounier Coloriste : Alain Mounier Editeur de l'album : Grand Angle Note : Résumé de l'album : Une flamme brûle en lui, celle de la Résistance. Voici l'histoire du dernier des derniers. L'histoire d'un jeune homme qui refuse le déshonneur et qui ne veut pas se résigner. Un homme révolté par la trahison des pères qui se sont soumis en si peu de temps. Un homme qui aime tant son pays qu'il est prêt à lui sacrifier sa vie sans rien attendre en retour. Hubert Germain a été de tous les combats de la France libre, de la Syrie à l'Allemagne, en passant par Bir Hakeim, Monte Cassino et le débarquement de Provence. Hubert Germain était le dernier Compagnon de la Libération. Critique : Quelle vie. Quel homme. Si ces "compagnons de la liberté" en BD nous présentent toujours des hommes et des femmes à l'histoire pleine de courage et d'engagement, celle ci m'a particulièrement touché. Tout d'abord parce que Monsieur Germain était le dernier survivant des compagnons de la libération et que cette génération de héros s'est éteinte avec lui le 12 Octobre 2021. Mais aussi parce que le choix très intelligent de Jean-Yves Le Naour de fonctionner sur le régime d'une interview nous permet de nous mettre à sa place et de nous imaginer en train d'écouter les récits du vétéran. Cela provoque une vrai empathie à l'égard de notre narrateur qui dépasse le juste emerveillement de ses actions de guerre. Et pourtant quels faits de gurre. Quel homme, comme je disais en préambule ! Un homme qui n'a jamais voulu plier les genoux, meme à 22 ans et contre les avis de ses supérieurs de l'époque. Un homme de tous les combats et de tous les fronts. Un Grand homme. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-compagnons-de-la-liberation-hubert-germain?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. poseidon2

    Cauchemars ex machina

    Nouvelle histoire de Thierry Smolderen. Apres l'étrange mais assez hypnotique "Une année sans Cthulhu", on ne savait pas trop à quoi s'attendre avec cette histoire se déroulant durant la deuxième guerre mondiale. Et bien ce que je peux vous dire c'est que sous couvert d'une histoire d'espionnage de guerre "standard", Smolderen nous livre une enquête psychologique de haut vol. Utiliser le roman policier et l'inventivité des hauteurs pour piéger les Nazis est une lumineuse idée. Réussir à remettre cette idée dans le contexte et réussir à jongler avec les importances des missions et des tactiques de chacun est encore plus impressionnant. Smolderen maitrise cette histoire de manipulation psychologique sur le bout des doigts tout comme il maitrise les méandres de la géopolitique de guerre. Une lecture intéressante et bien raconté en hommage aux dix petits nègres et à Agatha Christie ! À lire !
  11. Titre de l'album : Cauchemars ex machina Scenariste de l'album : Thierry Smolderen Dessinateur de l'album : Thierry Smolderen Coloriste : Thierry Smolderen Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : En 1940, le roman-mystère triomphe. La guerre venue, trois des meilleurs écrivains du genre s'engagent dans un combat à distance. Margery Allingham, star du polar anglais fait équipe avec le génial Ernst Bornemann, réfugié allemand, pour piéger le Français Corneille Richelin. Pas une seconde ce dernier ne se doute des manipulations de ses deux confrères travaillant pour les services secrets britanniques. Le but du jeu ? Attirer l'oncle du protecteur allemand de Richelin dans un piège mortel. L'issue du conflit mondial en dépend... Critique : Nouvelle histoire de Thierry Smolderen. Apres l'étrange mais assez hypnotique "Une année sans Cthulhu", on ne savait pas trop à quoi s'attendre avec cette histoire se déroulant durant la deuxième guerre mondiale. Et bien ce que je peux vous dire c'est que sous couvert d'une histoire d'espionnage de guerre "standard", Smolderen nous livre une enquête psychologique de haut vol. Utiliser le roman policier et l'inventivité des hauteurs pour piéger les Nazis est une lumineuse idée. Réussir à remettre cette idée dans le contexte et réussir à jongler avec les importances des missions et des tactiques de chacun est encore plus impressionnant. Smolderen maitrise cette histoire de manipulation psychologique sur le bout des doigts tout comme il maitrise les méandres de la géopolitique de guerre. Une lecture intéressante et bien raconté en hommage aux dix petits nègres et à Agatha Christie ! À lire ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/cauchemars-ex-machina?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. poseidon2

    The breaker Ultime édition t5

    Pppffff... Et oui encore un pfff aujourd'hui. Mais c'est peut être un pfff plus important que l'autre. Car il faut dire ce qui est : ce dernier tome de The Breaker Ultimate "clôt" notre histoire de façon brillante et termine un premier cycle magistral et qui sera culte pour moi. Il monte tout en haut de la pyramide des histoires de combats, tout support confondu. Oui c'est beaucoup dire mais non ce n'est pas trop. Car il n'y a pas de défaut à ces 5 tomes de Breaker Ultimate. L'édition est sublime, les dessins magnifiques et l'histoire, qui se termine" dans ce tome 5, est tout bonnement géniale du début à la fin. Pas trop longue comme beaucoup de manga de combat, pas incohérente avec des combattants fort mais non surhumains et surtout très touchante et humaine. Il se passe quelque chose au milieu de ce tome qui m'a fait sortir un : Mais non !!! Tellement j'étais dedans. C'est beau, c'est intéressant, c'est dynamique.... c'est le must du manga de "combat"/Yakuza. Je comprends mieux les notes impressionnantes que pouvait avoir ce manga. Vivement la version Ultimate de The Breaker, New wave qui Meian vient d'annoncer
  13. Titre de l'album : The breaker Ultime édition t5 Scenariste de l'album : Jin-hwan Park Dessinateur de l'album : Geuk-jin Jeon Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Massacre aveugle et explosion de rage ! Tous les acteurs sont réunis sur le toit de la tour Core Business. Gumunryong fait face au chef de l'Alliance lui-même, numéro 1 du Murim, alors que ses membres sont présents pour assister à l'affrontement. Le dénouement est proche et Chunwoo pourra compter sur les siens. Que le terrible dernier acte commence... Critique : Pppffff... Et oui encore un pfff aujourd'hui. Mais c'est peut être un pfff plus important que l'autre. Car il faut dire ce qui est : ce dernier tome de The Breaker Ultimate "clôt" notre histoire de façon brillante et termine un premier cycle magistral et qui sera culte pour moi. Il monte tout en haut de la pyramide des histoires de combats, tout support confondu. Oui c'est beaucoup dire mais non ce n'est pas trop. Car il n'y a pas de défaut à ces 5 tomes de Breaker Ultimate. L'édition est sublime, les dessins magnifiques et l'histoire, qui se termine" dans ce tome 5, est tout bonnement géniale du début à la fin. Pas trop longue comme beaucoup de manga de combat, pas incohérente avec des combattants fort mais non surhumains et surtout très touchante et humaine. Il se passe quelque chose au milieu de ce tome qui m'a fait sortir un : Mais non !!! Tellement j'étais dedans. C'est beau, c'est intéressant, c'est dynamique.... c'est le must du manga de "combat"/Yakuza. Je comprends mieux les notes impressionnantes que pouvait avoir ce manga. Vivement la version Ultimate de The Breaker, New wave qui Meian vient d'annoncer Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-breaker-ultimate-tome-5?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Arf je pense qu'il vont faire des tirage mais moins collector que les UL. ET ils auraient tord de ne plus faire d'UL tellement ca se vend bien...
  15. poseidon2

    Badass cop & Dolphin tome 1

    A les mangas de détente j'aime bien en général
  16. poseidon2

    Cinema : Belle

    Pourquoi si tard ? Un mois apres la sortie ?
  17. poseidon2

    Cinema : Belle

    Pfffff énorme coup de cœur pour le nouveau film de Mamoru Hosoda. Nous sommes allez le voir en VOST avec mes enfants samedi après-midi et on a tous adoré. Si graphiquement c'est sublime, surtout les parties dans U, ce sont surtout les musiques qui sont éblouissantes. Dans toutes les histoires d'amour au cinéma, la mise en musique est vraiment cruciale car se doit de supporter l'image et happer le spectateur pour lui faire comprendre la dramaturgie de ce qu'il se passe. Et bien là c'est magique. D'es qu'une musique commence, on est pris aux tripes et scotché à son fauteuil. C'est émouvant, beaux et magnifiquement réalisé. L'histoire est intelligemment inspirée de la belle et la bête avec certains passages vraiment tirés de l'histoire mais une trame globale qui suit son propre chemin. C'est tellement bien qu'on s'interroge vraiment sur l'adaptation en VF. En effet pour cette adaptation c'est rien de moins que Louane qui chante et interprète le rôle principal. Si Louane s'est prêtée au jeu, cela peut donner quelque chose de bien. Ici on st preneur d'avis sur la VF, car on s'est dit qu'on guetterait le DVD dès sa sortie pour pouvoir comparer les deux versions. Car la bande annonce de la VF ci-dessous est pleine de belles promesses
  18. poseidon2

    Cinema : Belle

    Titre de l'album : Cinema : Belle Scenariste de l'album : Mamoru Hosoda Dessinateur de l'album : Mamoru Hosoda Coloriste : Mamoru Hosoda Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Dans la vie réelle, Suzu est une adolescente complexée, coincée dans sa petite ville de montagne avec son père. Mais dans le monde virtuel de U, Suzu devient Belle, une icône musicale suivie par plus de 5 milliards de followers. Une double vie difficile pour la timide Suzu, qui va prendre une envolée inattendue lorsque Belle rencontre la Bête, une créature aussi fascinante qu’effrayante. S’engage alors un chassé-croisé virtuel entre Belle et la Bête, au terme duquel Suzu va découvrir qui elle est. Critique : Pfffff énorme coup de cœur pour le nouveau film de Mamoru Hosoda. Nous sommes allez le voir en VOST avec mes enfants samedi après-midi et on a tous adoré. Si graphiquement c'est sublime, surtout les parties dans U, ce sont surtout les musiques qui sont éblouissantes. Dans toutes les histoires d'amour au cinéma, la mise en musique est vraiment cruciale car se doit de supporter l'image et happer le spectateur pour lui faire comprendre la dramaturgie de ce qu'il se passe. Et bien là c'est magique. D'es qu'une musique commence, on est pris aux tripes et scotché à son fauteuil. C'est émouvant, beaux et magnifiquement réalisé. L'histoire est intelligemment inspirée de la belle et la bête avec certains passages vraiment tirés de l'histoire mais une trame globale qui suit son propre chemin. C'est tellement bien qu'on s'interroge vraiment sur l'adaptation en VF. En effet pour cette adaptation c'est rien de moins que Louane qui chante et interprète le rôle principal. Si Louane s'est prêtée au jeu, cela peut donner quelque chose de bien. Ici on st preneur d'avis sur la VF, car on s'est dit qu'on guetterait le DVD dès sa sortie pour pouvoir comparer les deux versions. Car la bande annonce de la VF ci-dessous est pleine de belles promesses Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : http://www.bdfugue.com/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. poseidon2

    U4 - Yannis

    Hop la comme promis, à chaque semaine son nouveau U4. Cette semaine je me suis attaqué au cas de Yannis. Et si je ne conseillerais pas d'enchainer Stéphane et Yannis, j'ai trouvé que ce tome avait plus d'ampleur que le Stéphane lu la semaine dernière. C'est en partie à cause des informations provenant de la lecture de Stéphane. Mais c'est surtout parce que le personnage de Yannis est plus attachant, plus dans l'émotion et contrôle beaucoup moins ce qu'il se passe. Le côté émotionnelle est donc bien plus important. Coté histoire, on est bien plus dans l'imaginaire là ou Stéphane est plus dans la rationalisation de ce qui arrive. Les deux points de vue sont intéressants et mènent sur deux pistes bien différentes. Je conseillerais tout de même de ne pas enchainer les deux tomes. En effet les deux chapitres centraux sont quasiment identiques et on a donc une impression de redondance assez forte. A la semaine prochaine pour Koridwen !
  20. poseidon2

    U4 - Yannis

    Titre de l'album : U4 - Yannis Scenariste de l'album : Pierre-Paul Renders / Denis Lapière Dessinateur de l'album : Adrián Huelva Coloriste : Adrián Huelva Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : « Je m'appelle Yannis. Ce rendez-vous, j'y vais pour rester libre. » Yannis vit à Marseille. Ses parents et sa petite soeur sont morts du virus U4, qui a décimé 90 % de la population mondiale en à peine dix jours. Lourd de culpabilité de n'avoir pu enterrer ses proches, Yannis voit leurs fantômes un peu partout et commence à douter de sa raison... Heureusement qu'il lui reste le fidèle Happy, son chien. Dehors, ils découvrent horrifié une ville où brûlent des bûchers de cadavres, une ville prise d'assaut par les rats et les goélands, mais aussi par des jeunes prêts à tuer ceux qui ne font pas partie de leur bande. Yannis réussit à échapper aux patrouilles... mais à peine a-t-il retrouvé son meilleur ami que celui-ci se fait tuer sous ses yeux. Trouvant un scooter, il décide de fuir Marseille et de s'accrocher à son dernier espoir : un rendez-vous fixé à Paris par le mystérieux Khronos, qui les a convoqué, lui et tous les autres experts de son jeu en ligne préféré : « Warriors of time »... Critique : Hop la comme promis, à chaque semaine son nouveau U4. Cette semaine je me suis attaqué au cas de Yannis. Et si je ne conseillerais pas d'enchainer Stéphane et Yannis, j'ai trouvé que ce tome avait plus d'ampleur que le Stéphane lu la semaine dernière. C'est en partie à cause des informations provenant de la lecture de Stéphane. Mais c'est surtout parce que le personnage de Yannis est plus attachant, plus dans l'émotion et contrôle beaucoup moins ce qu'il se passe. Le côté émotionnelle est donc bien plus important. Coté histoire, on est bien plus dans l'imaginaire là ou Stéphane est plus dans la rationalisation de ce qui arrive. Les deux points de vue sont intéressants et mènent sur deux pistes bien différentes. Je conseillerais tout de même de ne pas enchainer les deux tomes. En effet les deux chapitres centraux sont quasiment identiques et on a donc une impression de redondance assez forte. A la semaine prochaine pour Koridwen ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/u4-yannis?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. J'aime bien la couverture moi pourtant
  22. Hello Depuis quelque temps le redac chef d'Urban comic nous livre des news letter interessante sur les dessous de ses choix et autres problématiques et histoire du comics. Celle de janvier est particulièrement bien avec un focus sur l'année phare qu'était 2012 et sur James Tyrion IV, https://urbancomicsnews.substack.com/p/urban-news-5-le-programme-inde-2022 Je vous encourage à le lire
×
×
  • Créer...