Aller au contenu
  • S’inscrire

poseidon2

Administrators
  • Compteur de contenus

    19 963
  • Inscription

  • Jours gagnés

    24

Tout ce qui a été posté par poseidon2

  1. poseidon2

    Les Séries Récentes

    Nous on a pas de télé en fait; Juste le mac...
  2. poseidon2

    Les Séries Récentes

    Mais moi non plus ! mais j'ai tout le temps plein de trucs à alire;.. ben et avec les soirées jeux de société, la peinture de fins... les animés les.... pfffff
  3. poseidon2

    Kill Or Be Killed Tome 4

    Oui oui tu peux y aller. c'est plus trash/polar que ce que tu as lu comme comics mais c'est excellent !
  4. poseidon2

    Malgre tout

    Nous vivons une époque compliquée. Entre COVID, violences quotidiennes, replis sur soi et montée de l'extremisme quel qu'il soit, le XXI ieme siècle est compliqué et je n'ose vraiment pas penser au monde de mes futurs (enfin pas tout suite !) petits enfants. Et cela déteint sur la production de bande dessinée. Entre des BD ouvertement orientées vers l'imaginaire, pour se sauver de la realité, et BD réalistes nous décrivant une fin du monde humain de diverses façon, les produtions actuelles sont globalement violente ou torturée comme leur époque. Alors pour les gens un peu fleurs bleus comme moi, cette BD fait un bien fou. Vraiment. Car cette BD parle d'amour. Un amour profond. Un amour qui n'a pas de barrières à franchir tellement il est grand. Un amour qui se base sur une confiance absolue. Des personnes qui aiment l'autre comme un tout sans rien vouloir jeter. Un amour réciproque comme beaucoup de cyniques (ou réalistes ?) diront que cela n'existe pas. Et quand bien meme cela n'existerait pas cela ne serait pas grave. Car la BD de Jordi Lafèbre n'est pas la pour nous raconter une histoire vraie. Elle est la pour nous faire nous sentir dans une vraie grosse bulle d'amour. Un petit moment de calme et de bonheur dans ce monde, c'est un moment qu'on échangerait contre rien. Ajoutez à cela une mise en page à la "Memento" très sympa et une sublime mise en album par Dargaud et vous aurez mon coeur de coeur au sens premier du terme.
  5. poseidon2

    Malgre tout

    Titre de l'album : Malgre tout Scenariste de l'album : Jordi Lafebre Dessinateur de l'album : Jordi Lafebre Coloriste : Jordi Lafebre Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : C'est l'histoire d'un amour à rebours. Une passion platonique mais éternelle entre deux êtres. D'un côté, il y a Ana. Sexagénaire charismatique, ancienne maire tout juste retraitée, mariée et maman. Une battante au grand coeur qui impose le respect. De l'autre, il y a Zeno. Célibataire endurci, libraire proche de la retraite et doctorant en physique qui aura mis quarante ans pour terminer sa thèse. Un esprit libre et voyageur, aussi séduisant que mystérieux. Au fil des années, ils ont tissé ensemble un amour impossible et intarissable. Tout en égrainant les excuses qui ont empêché qu'elle ne prenne forme, on remonte le temps de cette romance et de ses méandres... jusqu'à sa source. Avec Malgré tout, Jordi Lafebre (Les Beaux Étés, La Mondaine, Lydie) nous offre, avec toute la poésie et la tendresse qui le caractérisent, son premier album en tant qu'auteur complet. Un puzzle amoureux complexe, qu'il recompose savamment au travers de scènes distinctes... et pourtant indissociables les unes des autres. Critique : Nous vivons une époque compliquée. Entre COVID, violences quotidiennes, replis sur soi et montée de l'extremisme quel qu'il soit, le XXI ieme siècle est compliqué et je n'ose vraiment pas penser au monde de mes futurs (enfin pas tout suite !) petits enfants. Et cela déteint sur la production de bande dessinée. Entre des BD ouvertement orientées vers l'imaginaire, pour se sauver de la realité, et BD réalistes nous décrivant une fin du monde humain de diverses façon, les produtions actuelles sont globalement violente ou torturée comme leur époque. Alors pour les gens un peu fleurs bleus comme moi, cette BD fait un bien fou. Vraiment. Car cette BD parle d'amour. Un amour profond. Un amour qui n'a pas de barrières à franchir tellement il est grand. Un amour qui se base sur une confiance absolue. Des personnes qui aiment l'autre comme un tout sans rien vouloir jeter. Un amour réciproque comme beaucoup de cyniques (ou réalistes ?) diront que cela n'existe pas. Et quand bien meme cela n'existerait pas cela ne serait pas grave. Car la BD de Jordi Lafèbre n'est pas la pour nous raconter une histoire vraie. Elle est la pour nous faire nous sentir dans une vraie grosse bulle d'amour. Un petit moment de calme et de bonheur dans ce monde, c'est un moment qu'on échangerait contre rien. Ajoutez à cela une mise en page à la "Memento" très sympa et une sublime mise en album par Dargaud et vous aurez mon coeur de coeur au sens premier du terme. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/malgre-tout?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. poseidon2

    Derniers Achats

    Mais c'est pas la même pile que l'autre jour sur la photo ? M'en parle pas ! Sinon pour la geste je vous dis ça bientôt. Marre des mangas ils attendront
  7. poseidon2

    Derniers Achats

    Bon ben il ne fallait pas y aller....
  8. poseidon2

    Les Séries Récentes

    Dites... quand est ce que vous trouvez le temps de regarder tout ca ????
  9. poseidon2

    Moriarty t8

    Suite de l'histoire de Jack l'eventreur et enfin retour sur le devant de la scène de Sherlock Holmes.... enfin sur le derrière de la scène. Et c'est un peu le soucis de cette série. Si elle se lit bien et que l'histoire reste plaisante même si globalement abracabrantesque, c'est beaucoup trop facile pour la famille Moriarty. Ils ne rencontrent jamais aucun écueil et leurs plans se déroulent trop sans acros. Si au début c'était sympa de voir le mal triompher, c'est devenu trop monotone. De plus le fait qu'ils soient vraiment supérieurs à Sherlock Holmes rend encore plus cette facilité irritante. De plus l'auteur tourne enormement en boucle sur ces justifications de crimes au point d'en devenir saoulant. Donc d'un manga intéressant et innovant on est passé à un manga juste plaisant. C'est bien dommage.
  10. poseidon2

    Moriarty t8

    Titre de l'album : Moriarty t8 Scenariste de l'album : Miyoshi Dessinateur de l'album : Vandame Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Dans un entrepôt désaffecté, les hommes à l’origine de Jack L’éventreur se sont réunis pour parler de la suite de leur plan. L’un d’eux annonce qu’il est temps de passer à la phase « égorgement et éviscération » dès qu’ils mettront la main sur une prostituée. Si tous sont d’accord, un des hommes craint qu’il soit compliqué de trouver une jeune femme volontaire. Néanmoins, on lui fait comprendre que, avec de l’argent, on peut toujours trouver une prostituée. La décision est donc validée à l’unanimité quand débarquent deux hommes : William et Louis Moriarty. William explique qu’il est le « Prince du crime » et qu’il est venu les punir pour la série de meurtres qu’ils ont commis... Critique : Suite de l'histoire de Jack l'eventreur et enfin retour sur le devant de la scène de Sherlock Holmes.... enfin sur le derrière de la scène. Et c'est un peu le soucis de cette série. Si elle se lit bien et que l'histoire reste plaisante même si globalement abracabrantesque, c'est beaucoup trop facile pour la famille Moriarty. Ils ne rencontrent jamais aucun écueil et leurs plans se déroulent trop sans acros. Si au début c'était sympa de voir le mal triompher, c'est devenu trop monotone. De plus le fait qu'ils soient vraiment supérieurs à Sherlock Holmes rend encore plus cette facilité irritante. De plus l'auteur tourne enormement en boucle sur ces justifications de crimes au point d'en devenir saoulant. Donc d'un manga intéressant et innovant on est passé à un manga juste plaisant. C'est bien dommage. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/moriarty-tome-8?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. poseidon2

    Derniers Achats

    Quoiiii il fait des infidelité à UW2 ???????? il a pas honte !! hop hop au boulot !
  12. poseidon2

    Kingdom t43-44

    Suite et fin de la bataille Kokuyou... et, une fois n'est pas coutume, fin du mini arc... qui ne servait qu'à combler l'histoire. Bon vu le niveau globale de la série, certains diront que je fais le difficile mais reste que cette bataille et ces tomes... ne servent à rien du tout. Mais vraiment. Un peu à voir le personnage de Kanki mais on le connaissait déjà. Cette bataille n'avance pas la conquête de la chine. On a l'impression qu'elle est là pour éviter de dire : 2 ans plus tard. On a certes une bonne bataille et un super Shin mais on a une impression de déjà-vu qui est juste coupé par la démonstration de cruauté de Kanki. Peut-être que cet antagoniste servira plus tard mais pour l'instant ce combat est juste un combat pour mettre un peu de batailles entre les magouille politiques. Heureusement les prochains sont d'un tout autre niveau
  13. poseidon2

    Kingdom t43-44

    Titre de l'album : Kingdom t43-44 Scenariste de l'album : Yasuhisa Hara Dessinateur de l'album : Yasuhisa Hara Coloriste : Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Le réveil de l'unité Hi Shin !! La bataille de Kokuyou se déroule sans que l'un des deux camps ne prennent le pas sur l'autre. Les combats s'intensifient toutefois suite à une charge puissante, menée par l'unité de Hi Shin, tandis que Kanki demeure toujours sur le retrait. Du côté des forces de Zhao, le général Kisui, déterminé à défendre ses terres, fait montre d'une grande bravoure, tandis que le commandant en chef Keisha, étonnamment, décide d'agir d'une façon contraire à ses habitudes. C'est toute la région de Kokuyou qui bouillonne sous l'enthousiasme des soldats des deux armées, bien résolues à en finir...!! Critique : Suite et fin de la bataille Kokuyou... et, une fois n'est pas coutume, fin du mini arc... qui ne servait qu'à combler l'histoire. Bon vu le niveau globale de la série, certains diront que je fais le difficile mais reste que cette bataille et ces tomes... ne servent à rien du tout. Mais vraiment. Un peu à voir le personnage de Kanki mais on le connaissait déjà. Cette bataille n'avance pas la conquête de la chine. On a l'impression qu'elle est là pour éviter de dire : 2 ans plus tard. On a certes une bonne bataille et un super Shin mais on a une impression de déjà-vu qui est juste coupé par la démonstration de cruauté de Kanki. Peut-être que cet antagoniste servira plus tard mais pour l'instant ce combat est juste un combat pour mettre un peu de batailles entre les magouille politiques. Heureusement les prochains sont d'un tout autre niveau Autres infos : Meian Edition Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/kingdom-tome-43?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Alors moi je pense sincèrement que ca peu te plaire
  15. poseidon2

    Joker - Killer smile

    l'histoire ? oui c'est du TRES classique decrit comme ca....
  16. poseidon2

    Joker - Killer smile

    En voila une nouvelle qu'elle est bonne !
  17. poseidon2

    Batman : Creature de la nuit

    Mais qu'est-ce que c'est que ça ??????? C’est vraiment ce que je me suis demandé au début de ma lecture. Aussi bien graphiquement qu'en terme de narration j'ai cru que j'avais choppé un cross over entre Kill or be Killed et Batman. Plus orienté Kill or be Killed en fait. Pour tout dire j'ai été regardé si je ne me trompais pas et si Kurt Busiek n'était pas l'auteur de Kill or be Killed. Car on retrouve dans ce Batman l'aspect "folie"/possession de Kill or be killed mais aussi l'aspect très mature et violent. Même graphiquement on n’est pas très loin ! Et donc forcément vu que j'ai aimé Kill or be Killed ben.... j'ai vraiment aimé cet extraterrestre Batmanesque. Car c'est bien un extraterrestre qui pourrait être sur Batman ou sur n'importe quel héros au final tellement l’intérêt n'est pas sur le côté héros. En effet l’intérêt est, comme Kill or be Killed, sur la psychologie de Bruce Wainwright et la dualité entre lui et son double sombre. La gestion de l'histoire (toujours très proche de l'autre) est vraiment super bien pensée et on est tenu en haleine sur la folie de notre héros jusqu'au bout. Un excellent one shot qui est plus un polar qu'un Batman.
  18. Titre de l'album : Batman : Creature de la nuit Scenariste de l'album : Kurt Busiek Dessinateur de l'album : John Paul Leon Coloriste : Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Batman Créature de la nuit 1968, Boston, dans le Massachusetts, le jeune Bruce Wainwright, homonyme du personnage de fiction « Bruce Wayne », voit ses parents brutalement abattus, comme un écho cruellement ironique au héros de bande dessinée Batman dont il est un avide lecteur. Désemparé, Bruce est désireux néanmoins de surmonter son trauma mais se voit poursuivi par une mystérieuse forme noire prenant vie. Un être d'ombre qui n'est pas loin de ressembler à... une chauve-souris humaine ! Contenu vo : Batman: Creature of the Night #1-4. Critique : Mais qu'est-ce que c'est que ça ??????? C’est vraiment ce que je me suis demandé au début de ma lecture. Aussi bien graphiquement qu'en terme de narration j'ai cru que j'avais choppé un cross over entre Kill or be Killed et Batman. Plus orienté Kill or be Killed en fait. Pour tout dire j'ai été regardé si je ne me trompais pas et si Kurt Busiek n'était pas l'auteur de Kill or be Killed. Car on retrouve dans ce Batman l'aspect "folie"/possession de Kill or be killed mais aussi l'aspect très mature et violent. Même graphiquement on n’est pas très loin ! Et donc forcément vu que j'ai aimé Kill or be Killed ben.... j'ai vraiment aimé cet extraterrestre Batmanesque. Car c'est bien un extraterrestre qui pourrait être sur Batman ou sur n'importe quel héros au final tellement l’intérêt n'est pas sur le côté héros. En effet l’intérêt est, comme Kill or be Killed, sur la psychologie de Bruce Wainwright et la dualité entre lui et son double sombre. La gestion de l'histoire (toujours très proche de l'autre) est vraiment super bien pensée et on est tenu en haleine sur la folie de notre héros jusqu'au bout. Un excellent one shot qui est plus un polar qu'un Batman. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-creature-de-la-nuit?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. poseidon2

    Americana

    niveau dessin c'est assez minimaliste quand meme. On sent que le dessinateur n'est pas un dessinateur de base. Niveau relecture.... je pense que ca peut se relire. Bon faut deja arriver au bout du pavé une fois
  20. poseidon2

    Americana

    J'ai ouvert cet album car je n'avais jamais entendu parler de ce PCT. Pour un coureur à tendance trailer ça la foutait mal. J'ai donc voulu en savoir plus. Et la première douche froide : cela concerne un gars pas entraîné pour deux sous. Le genre de gars qui, quand tu cours, se plaint tout le temps parce qu'il a choisi un truc sans réfléchir et qu'il a pris un truc trop dur pour lui. Sincèrement les premières pages j'ai eu pitié... En plus cette adoration d'un pays comme les états unis m'a toujours étonné. Entre racisme ambiant, élection de Trump et foutage de gueule écologique, plus ça va plus le pays me repousse. Alors j'ai eu du mal au début et puis... et puis au final l'obstination de notre "héros" eu raison de la mienne. Son abnégation à continuer mixé avec la sympathie des différents marcheurs qu'ils rencontrent ainsi que la variété des espaces traversés m'ont fait plonger ! Et j'ai ensuite gober ce parcours initiatique. J'ai retrouvé ce qui m'avait plus précédemment dans ce pays : il y a de sublimes paysage et une nature magnifique derrière ses habitants. On se retrouve de plus en plus dans la quête de sens de notre héros et on se met à rêver ce voyage impossible. Et une fois qu'on prit dedans impossible de s’arrêter malgré la routine du quotidien de marcheur. Et tout moqueur que j'ai pu être au début, j'ai fini ce gros volume avec un énorme respect pour Monsieur Luke Healy.
  21. poseidon2

    Americana

    Titre de l'album : Americana Scenariste de l'album : Luke Healy Dessinateur de l'album : Luke Healy Coloriste : Luke Healy Editeur de l'album : Casterman Note : Résumé de l'album : Un Irlandais bercé pendant toute sa jeunesse du rêve américain, se voit pour la énième fois expulsé des USA pour non renouvellement de sa carte de séjour. Il va s'imposer, en guise d'exorcisme, le Pacific Crest Trail, un trail de 4 240 km qui coure de la frontière mexicaine à la frontière canadienne, du désert à la glace en traversant 25 parc nationaux. La manière la plus radicale de se confronter à soi et à l'Amérique loin de tous les fantasmes et les rêves d'enfance. Une sorte d'Into the Wild "secure" , mais qui n'en égratigne pas moins tous les paradoxes et les zones d'ombre de la société américaine contemporaine avant l'élection de Trump. Critique : J'ai ouvert cet album car je n'avais jamais entendu parler de ce PCT. Pour un coureur à tendance trailer ça la foutait mal. J'ai donc voulu en savoir plus. Et la première douche froide : cela concerne un gars pas entraîné pour deux sous. Le genre de gars qui, quand tu cours, se plaint tout le temps parce qu'il a choisi un truc sans réfléchir et qu'il a pris un truc trop dur pour lui. Sincèrement les premières pages j'ai eu pitié... En plus cette adoration d'un pays comme les états unis m'a toujours étonné. Entre racisme ambiant, élection de Trump et foutage de gueule écologique, plus ça va plus le pays me repousse. Alors j'ai eu du mal au début et puis... et puis au final l'obstination de notre "héros" eu raison de la mienne. Son abnégation à continuer mixé avec la sympathie des différents marcheurs qu'ils rencontrent ainsi que la variété des espaces traversés m'ont fait plonger ! Et j'ai ensuite gober ce parcours initiatique. J'ai retrouvé ce qui m'avait plus précédemment dans ce pays : il y a de sublimes paysage et une nature magnifique derrière ses habitants. On se retrouve de plus en plus dans la quête de sens de notre héros et on se met à rêver ce voyage impossible. Et une fois qu'on prit dedans impossible de s’arrêter malgré la routine du quotidien de marcheur. Et tout moqueur que j'ai pu être au début, j'ai fini ce gros volume avec un énorme respect pour Monsieur Luke Healy. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/americana?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. poseidon2

    Why nobody remenber my world t4

    Decidement ce manga est vraiment surprenant par sa densité. Que d'histoire passée en 3 volumes et que de promesses à venir. Et ce tome 4 est excellent car il solidifie l'ensemble. En effet on avait eu peur, durant le tome 3, que la série soit courte avec juste un gros combat avec la reine des démons. Les 3 premiers tomes étaient tellement rapides qu'ils laissaient imaginer une série au scénario brouillon et uniquement la pour nous montrer des gros combats. Et bien se tome quatre nous montre que pas du tout. Il y a une vrai histoire. On le voit bien par le changement de région de nos héros et l'arrivée chez les "Anges". En effet le decors est completement differents. Les pouvoirs, la base de la rebellion mais surtout le bestiaires et l'environnement n'ont rien à voir, sont très thématiques et bien expliqués. On se rend compte que nos auteurs maitrisent à merveille leur univers. Et ca c'est un excellent signe pour la suite car si la série continue à ce niveau la de densité, cela nous promet de merveilleuses lectures à venir ! On en redemande !
  23. Titre de l'album : Why nobody remenber my world t4 Scenariste de l'album : Kei Sazane Dessinateur de l'album : Arikan Coloriste : Editeur de l'album : Doki-Doki Note : Résumé de l'album : Pourquoi personne ne se souvient du monde d'avant ? La Grande Guerre pour la suprématie du monde qui opposa les cinq races se solda par la victoire de l'humanité menée par le héros Sid. Mais le monde a tout à coup été "réécrit" et, dans ce nouveau monde, les humains ont perdu la Grande Guerre des cinq races. Après avoir hérité de l'épée de Sid, le héros légendaire qui a conduit l'humanité à la victoire dans le vrai monde, le jeune Kai fait soudainement la rencontre de Rinne, une mystérieuse jeune fille attachée à des chaînes. C'est alors qu'apparaît une autre étrange créature féminine ressemblant à une marionnette atrocement mutilée... Un jeune homme dont l'existence a été effacée va tenter de remettre en place le vrai monde tel qu'il était avant ! Critique : Decidement ce manga est vraiment surprenant par sa densité. Que d'histoire passée en 3 volumes et que de promesses à venir. Et ce tome 4 est excellent car il solidifie l'ensemble. En effet on avait eu peur, durant le tome 3, que la série soit courte avec juste un gros combat avec la reine des démons. Les 3 premiers tomes étaient tellement rapides qu'ils laissaient imaginer une série au scénario brouillon et uniquement la pour nous montrer des gros combats. Et bien se tome quatre nous montre que pas du tout. Il y a une vrai histoire. On le voit bien par le changement de région de nos héros et l'arrivée chez les "Anges". En effet le decors est completement differents. Les pouvoirs, la base de la rebellion mais surtout le bestiaires et l'environnement n'ont rien à voir, sont très thématiques et bien expliqués. On se rend compte que nos auteurs maitrisent à merveille leur univers. Et ca c'est un excellent signe pour la suite car si la série continue à ce niveau la de densité, cela nous promet de merveilleuses lectures à venir ! On en redemande ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/why-nobody-remembers-my-world-tome-4?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. poseidon2

    Mangez-le si vous voulez

    rhooo ca a l'air cool ca... enfin si cool est le terme approprie
  25. poseidon2

    Bootblack t2

    Je n'avais pas caché ma déception sur le premier diptyque qu'étais Giant. En effet le diptyque était graphiquement sublime mais il manquait un petit quelque chose au scénario. Et bien Mikael a corrigé le tir sur de BootBlack. Le scénario est bien présent et même particulièrement réfléchi. Apres la narration du grand racontant son enfance, on saute ici 10 ans dans le futur pour rejoindre notre narrateur. Et cette idée est un peu ce qui manquait au précédent. On découvre intelligemment, en suivant le périple de sortie de prison de notre héros, ce qu'il s'est passé durant les 10 années qu'il a passé à l'ombre. Entrecoupé de période de guerre, les pièces se mettent en place tout doucement mais surtout très intelligemment pour nous livrer une fresque aussi émouvante que sublimement dessiné. Autant après Giant j'aurais eu tendance à classer Mikael dans les beaux dessinateurs, autant là on peut le classer dans le haut du panier de l'auteur de BD complet ! Chapeau !
×
×
  • Créer...