Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'science fiction'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Titre de l'album : Elecboy t3 : La data croix Scenariste de l'album : Jaouen Dessinateur de l'album : Jaouen Coloriste : Jaouen Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : En 2122, le monde d'avant a disparu depuis longtemps. Le jeune Joshua vit dans une communauté, quelque part en Amérique du Nord. Il s'interroge sur ses origines et tente de trouver sa place dans cette nouvelle société, en proie à la brutalité et à la sauvagerie. Aujourd'hui, l'heure de la révélation est enfin arrivée. Rejeté par les siens à cause de sa différence - Joshua est en réalité un androïde -, il est recueilli par une femme masquée : la Grande Ordonnatrice. Cette femme énigmatique lui annonce qu'elle va lui ouvrir les portes d'un passé oublié. Joshua apprend alors comment les humains, il y a de cela un siècle, ont découvert le transhumanisme et donné naissance à l'homo deus. Avant de sombrer dans la violence et le chaos, préludes à la fin de leur civilisation... Troisième tome d'une saga d'anticipation en quatre albums, teintée de Dune et d'Akira, servie par le graphisme somptueux et l'imaginaire flamboyant de Jaouen Salaün Critique : Amis fan de SF, arrêtez tout ce que vous faites séance tenante ! Le tome 3 d'Elecboy est sortie et il ravira les fans de SF. Post apo, Android, Deux ex machina, bataille pour l'eau... il y a tout ce qu'il vous faut dans ce tome 3 qui est excellent. Si les deux premiers montaient en puissance, celui-ci nous en met plein la vue avec un niveau graphique déments et une histoire de SF super ambitieuse. Le scénario nous promet une suite dantesque. Le décalage entre les humains et les machines semble le même qu'entre des fourmis et un humain et notre humain semble ne pas être content. J'ai du mal à ne pas trop révéler d'information. Sachez juste que si vous êtes fans de SF, vous n'avez pas le droit de passer à côté d'Elecboy ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/elecboy-tome-3-la-data-croix?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. poseidon2

    Elecboy t3 : La data croix

    Amis fan de SF, arrêtez tout ce que vous faites séance tenante ! Le tome 3 d'Elecboy est sortie et il ravira les fans de SF. Post apo, Android, Deux ex machina, bataille pour l'eau... il y a tout ce qu'il vous faut dans ce tome 3 qui est excellent. Si les deux premiers montaient en puissance, celui-ci nous en met plein la vue avec un niveau graphique déments et une histoire de SF super ambitieuse. Le scénario nous promet une suite dantesque. Le décalage entre les humains et les machines semble le même qu'entre des fourmis et un humain et notre humain semble ne pas être content. J'ai du mal à ne pas trop révéler d'information. Sachez juste que si vous êtes fans de SF, vous n'avez pas le droit de passer à côté d'Elecboy !
  3. Titre de l'album : Outlaws t1 : le cartel des cimes Scenariste de l'album : Sylvain Runberg Dessinateur de l'album : Éric Chabbert Coloriste : Éric Chabbert Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Premier épisode du spin-off d'Orbital, via l'aventure de la sœur de Caleb, hors-la-loi luttant contre les mafias extraterrestres. Espace confédéré. Année 2779. Un vaisseau mené par le commandant Grello arrive en vue de l'Astroport de Lugmila. À son bord : un chargement de clandestins échappés de leurs planètes respectives, qui se voient forcés de travailler six mois pour le terrible cartel des Cimes, mafia qui a organisé leur passage. Parmi ces hors-la-loi, une mystérieuse humaine, représentante d'une race honnie pour être la dernière à avoir intégré la Confédération. Taciturne et têtue, elle va se trouver au cœur d'une incroyable lutte de pouvoir d'où le cartel des Cimes pourrait ne pas sortir gagnant. Mais elle, peut-être... Après Orbital, créé en duo avec Serge Pellé, Sylvain Runberg nous offre son envers avec Outlaws, série autonome permettant d'explorer de l'intérieur des mafias galactiques ressemblant étrangement aux nôtres. Space opera, critique sociétale, polar et portrait d'une jeune femme furieusement indépendante : un futur classique, porté par le remarquable dessin d'Éric Chabbert. Critique : 3 années après le denier tomes de la série mère, quel plaisir de retrouver l'univers futuriste de Sylvain Runberg. Cette ambiance de space opéra avec ces multiples planètes, ces espèces toutes différentes et les humains comme derniers arrivés dans ce grand monde..... un régal. Et pour ne pas perdre le lecteur, Sylvain Runberg nous parle d'un personnage qu'on à déjà vu : la sœur de Caleb. Soeur dont on savait qu'elle avait pris une trajectoire radicalement différente de celle de son frère, mais dont l passé restait flou. Ce passé nous est raconté ici, et de bien belle façon, qu'Éric Chabbert prend la relève de Serge Pelé pour nous livrer un sublime dessin "à l'ancienne" dirait-on maintenant (on sent la couleur directe sur le papier). Pour ceux qui n'auraient pas lu orbital... ben, c'est mal d'abord... mais vous pouvez quand même vous lancer dans Outlaws sans soucis car la lecture ne nécessite pas du tout de savoir qui est Caleb. Vous risquez juste d'avoir envie d'investir dans la série mère ne fin de tome Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/outlaws-tome-1-le-cartel-des-cimes?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Les adaptations des nouvelles de l'auteur à succès Liu Cixin se poursuivent avec ce cinquième tome, sur la perfection du cercle. Xavier Besse se charge de l'adaptation de l'histoire pour le format bande dessinée et également des dessins. Avec la perfection du cercle, nous découvrons la dynastie Qin en Chine, au temps féodal au contraire des premiers tomes qui nous plongeaient dans le futur, comme souvent avec les récits de science-fiction. Un mystérieux savant et mathématicien va sauver le roi d'un attentat pour lui dévoiler un immense secret. Le roi Ying Zheng convoque toute une assemblée de savants pour déterminer l'importance du secret en question. Le sauveur affirme qu'avec des travaux importants il pourrait réaliser un cercle parfait et découvrir le langage du ciel. Les dessins de Xavier Besse sont de qualité avec des planches de textes pour expliquer les informations du récit initial, qui ralentissent la fluidité lors de la lecture. On retrouve la page à déplier pour former un panorama sur trois pages qui est la touche de la série. La finalité de ce tome apportera la subtilité à cette histoire de guerre féodal.
  5. Titre de l'album : Les futurs de Liu Cixin - La perfection du cercle Scenariste de l'album : Xavier Besse Dessinateur de l'album : Xavier Besse Coloriste : Xavier Besse Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : 227 avant JC, époque des Royaumes combattants. Ying Zheng, roi de la dynastie Qin, veut unifier la Chine. S'il prouve qu'il connaît le langage du Ciel et en comprend les desseins, il les mènera tous vers un avenir meilleur. Grâce à un tout nouveau mode de calcul de données à grande échelle, le savant Jing Ke va lui enseigner ce langage qui réside dans la forme la plus parfaite au monde, le cercle. Critique : Les adaptations des nouvelles de l'auteur à succès Liu Cixin se poursuivent avec ce cinquième tome, sur la perfection du cercle. Xavier Besse se charge de l'adaptation de l'histoire pour le format bande dessinée et également des dessins. Avec la perfection du cercle, nous découvrons la dynastie Qin en Chine, au temps féodal au contraire des premiers tomes qui nous plongeaient dans le futur, comme souvent avec les récits de science-fiction. Un mystérieux savant et mathématicien va sauver le roi d'un attentat pour lui dévoiler un immense secret. Le roi Ying Zheng convoque toute une assemblée de savants pour déterminer l'importance du secret en question. Le sauveur affirme qu'avec des travaux importants il pourrait réaliser un cercle parfait et découvrir le langage du ciel. Les dessins de Xavier Besse sont de qualité avec des planches de textes pour expliquer les informations du récit initial, qui ralentissent la fluidité lors de la lecture. On retrouve la page à déplier pour former un panorama sur trois pages qui est la touche de la série. La finalité de ce tome apportera la subtilité à cette histoire de guerre féodal. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-futurs-de-liu-cixin-la-perfection-du-cercle?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. 3 années après le denier tomes de la série mère, quel plaisir de retrouver l'univers futuriste de Sylvain Runberg. Cette ambiance de space opéra avec ces multiples planètes, ces espèces toutes différentes et les humains comme derniers arrivés dans ce grand monde..... un régal. Et pour ne pas perdre le lecteur, Sylvain Runberg nous parle d'un personnage qu'on à déjà vu : la sœur de Caleb. Soeur dont on savait qu'elle avait pris une trajectoire radicalement différente de celle de son frère, mais dont l passé restait flou. Ce passé nous est raconté ici, et de bien belle façon, qu'Éric Chabbert prend la relève de Serge Pelé pour nous livrer un sublime dessin "à l'ancienne" dirait-on maintenant (on sent la couleur directe sur le papier). Pour ceux qui n'auraient pas lu orbital... ben, c'est mal d'abord... mais vous pouvez quand même vous lancer dans Outlaws sans soucis car la lecture ne nécessite pas du tout de savoir qui est Caleb. Vous risquez juste d'avoir envie d'investir dans la série mère ne fin de tome
  7. La fin du tryptique des 3 fantômes de Tesla était plus qu'attendu par les amateurs de la série, et ils étaient nombreux, notamment sur notre site. Le tome 1 avait en effet été plus que remarqué avec son univers Steampunk magnifiquement mis en image par Guilhem Bec. Si le tome 2 avait parfois déçu quelques lecteurs avec son scénario très ambitieux, le tome 3 risque de réconcilier une bonne partie de ce beau monde puisque le scénario ici nous livre son dénouement à la fois logique, mais aussi rythmé et bien amené. Les explications fournies devraient suffire aux dubitatifs, et le tout clôture comme il se doit cette trilogie qui aura ravi les amateurs de Steampunk.
  8. Titre de l'album : Les trois fantômes de Tesla - Tome 3 - Les héritiers du rayon Scenariste de l'album : Richard Marazano Dessinateur de l'album : Guilhem Bec Coloriste : Richard Marazano Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Les forces japonaises déchaînent une pluie de robots sur New York, mais en réalité, c'est un autre combat qui se joue. Héritier des fantômes de Tesla et des grands scientifiques de son temps, Travis doit empêcher Edison et ses alliés nazis de faire basculer le monde dans un nouvel âge d'obscurantisme. Pour cela, il reçoit l'aide inattendue de son « pater ex machina ». Ensemble, père et fils parviendront-ils à écrire une conclusion heureuse à cette uchronie politico-scientifique ? Critique : La fin du tryptique des 3 fantômes de Tesla était plus qu'attendu par les amateurs de la série, et ils étaient nombreux, notamment sur notre site. Le tome 1 avait en effet été plus que remarqué avec son univers Steampunk magnifiquement mis en image par Guilhem Bec. Si le tome 2 avait parfois déçu quelques lecteurs avec son scénario très ambitieux, le tome 3 risque de réconcilier une bonne partie de ce beau monde puisque le scénario ici nous livre son dénouement à la fois logique, mais aussi rythmé et bien amené. Les explications fournies devraient suffire aux dubitatifs, et le tout clôture comme il se doit cette trilogie qui aura ravi les amateurs de Steampunk. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-trois-fantomes-de-tesla-tome-3-les-heritiers-du-rayon?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Après un tome 1 qui était une claque visuelle et créative, nous offrant un monde de SF original et touffu qu'il nous tardait de mieux appréhender, on attendait de pied ferme ce tome 2. Las j'avoue que si visuellement c'est presque encore plus impressionnant que le tome 1 avec des couleurs toujours aussi pregnantes et une lisibilité que j'ai trouvé meilleure des scènes d'action, je vous avoue que le scénario un peu moins lisible et finalement beaucoup plus conventionnel m'a laissé sur ma faim. J'ai été surpris car après les éléments en place du tome 1 ce tome 2 fait presque pâle figure tant les enjeux semblent plus anecdotiques. Je vais attendre le tome 3 pour mieux comprendre quelle direction va prendre cette petite pépite, mais j'avoue être désormais un peu plus sur la réserve. Par contre visuellement si vous avez aimé le premier, ce second me semble presque plus abouti, même légèrement amputé des grands plans de space opéra qui faisaient le charme du premier.
  10. Titre de l'album : We only find them when they're dead - Tome 2 - Les voleurs Scenariste de l'album : Al Ewing Dessinateur de l'album : Simone Di Meo Coloriste : Mariasara Miotti Editeur de l'album : Hi-Comics Note : Résumé de l'album : 2414. Cinquante ans se sont écoulés depuis la mission funeste du Vihaan II. L'univers a changé radicalement, partagé entre les Moissonneurs et les Adorateurs. Jason Hauer, le dernier membre survivant de l'équipage du capitaine Malik, mène une vie de prisonnier. Quand l'ambassadrice des Mondes Internes vient négocier la paix entre les deux clans, Jason se retrouve au coeur d'une machination impliquant son ancien capitaine d'une façon qui dépasse l'entendement... Tout juste auréolé du titre de meilleur lancement pour un indé HiComics, We Only Find Them When They're Dead, de Al Ewing(Immortal Hulk, Avengers...) et Simone Di Meo(Tortues Ninjas & Power Rangers), est de retour avec un deuxième tome crucial pour Malik et son équipage. Critique : Après un tome 1 qui était une claque visuelle et créative, nous offrant un monde de SF original et touffu qu'il nous tardait de mieux appréhender, on attendait de pied ferme ce tome 2. Las j'avoue que si visuellement c'est presque encore plus impressionnant que le tome 1 avec des couleurs toujours aussi pregnantes et une lisibilité que j'ai trouvé meilleure des scènes d'action, je vous avoue que le scénario un peu moins lisible et finalement beaucoup plus conventionnel m'a laissé sur ma faim. J'ai été surpris car après les éléments en place du tome 1 ce tome 2 fait presque pâle figure tant les enjeux semblent plus anecdotiques. Je vais attendre le tome 3 pour mieux comprendre quelle direction va prendre cette petite pépite, mais j'avoue être désormais un peu plus sur la réserve. Par contre visuellement si vous avez aimé le premier, ce second me semble presque plus abouti, même légèrement amputé des grands plans de space opéra qui faisaient le charme du premier. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/we-only-find-them-when-they-re-dead-tome-2-les-voleurs?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. La série des adaptations en bande dessinée Les futurs de Liu Cixin se poursuit à un rythme soutenu puisque l'on peut dès maintenant lire le quatrième tome. Sylvain Runberg se charge de l'adaptation de l'histoire la plus prenante depuis le début. On suit dès le départ un tueur à gage de renommé avec des sauts dans le temps en arrière pour revenir sur son enfance et ses choix. En parallèle, les extraterrestres arrivent sur Terre et annoncent avoir créé trois autres planètes identiques à la Terre avec des populations similaires. A ce moment, on suit une autre civilisation sur une autre planète terre. L'intrigue prend beaucoup de densité avec les nouveaux éléments. Une fois de plus la dimension science-fiction prend le dessus sur les actions du tueur. Les dessins de Miki Montllò sont de qualité avec des passages dynamiques lors des scènes d'action. L'auteur réalise une planche sur trois pages à déplier comme pour les tomes précédents afin de donner une vision de paysage ou décor impressionnant. Nourrir l'humanité est le titre le plus aboutie de la série en attendant le prochain tome intitulé La perfection du cercle.
  12. Titre de l'album : Les futurs de Liu Cixin - Nourrir l'humanité Scenariste de l'album : Sylvain Runberg Dessinateur de l'album : Miki Montllò Coloriste : Miki Montllò Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Treize des plus riches personnalités du monde engagent un tueur à gages pour éliminer trois personnes parmi les plus pauvres. Hua Tang accepte le contrat mais s'interroge sur leur dangerosité. Est-ce lié aux étranges distributions populaires de sacs remplis de millions ? Ou bien aux extraterrestres qui se font appeler les Dieux et survolent inlassablement notre Terre depuis cinq ans ? Critique : La série des adaptations en bande dessinée Les futurs de Liu Cixin se poursuit à un rythme soutenu puisque l'on peut dès maintenant lire le quatrième tome. Sylvain Runberg se charge de l'adaptation de l'histoire la plus prenante depuis le début. On suit dès le départ un tueur à gage de renommé avec des sauts dans le temps en arrière pour revenir sur son enfance et ses choix. En parallèle, les extraterrestres arrivent sur Terre et annoncent avoir créé trois autres planètes identiques à la Terre avec des populations similaires. A ce moment, on suit une autre civilisation sur une autre planète terre. L'intrigue prend beaucoup de densité avec les nouveaux éléments. Une fois de plus la dimension science-fiction prend le dessus sur les actions du tueur. Les dessins de Miki Montllò sont de qualité avec des passages dynamiques lors des scènes d'action. L'auteur réalise une planche sur trois pages à déplier comme pour les tomes précédents afin de donner une vision de paysage ou décor impressionnant. Nourrir l'humanité est le titre le plus aboutie de la série en attendant le prochain tome intitulé La perfection du cercle. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-futurs-de-liu-cixin-nourrir-l-humanite?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Titre de l'album : Optic Squad - Tome 3 - Mission New York Scenariste de l'album : Sylvain Runberg Dessinateur de l'album : Stéphane Bervas Coloriste : Stéphane Astier Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Prise au piège et menacée dans ses fonctions, Annette Smith, responsable des Optic Squad, tente de doubler sa hiérarchie corrompue tout en maintenant le fonctionnement de sa section d'élite anti-criminelle. Dans l'impasse, elle n'a d'autre choix que de monter un plan allant à l'encontre du protocole établi de l'organisation, mais nécessaire à sa survie : placer dans le plus grand des secrets sa meilleure recrue, Katryn Horst, sur une mission visant à contrecarrer les plans de ses nouveaux « employeurs ». Les espoirs des Optic Squad reposent sur Katryn qui, envoyée à New York, sa ville natale, se met en parallèle sur la trace de ses parents l'ayant vendue étant enfant... Critique : Oh que voilà une belle et bonne surprise. Optic Squad est une série dans laquelle j'ai toujours conservé de grands espoirs tant elle avait le potentiel de nous régaler. Mais des choix graphiques parfois étranges, un changement de coloriste, des couvertures marquées et un scénario qui peinait à prendre de l'ampleur m'avaient laissé sur ma faim. Balayons donc tout cela avec ce tome 3 qui clôture un premier cycle (ce n'est pas tout à fait officiel, mais pour moi il s'agit bien d'un cycle) plutôt enthousiasmant finalement. Sincèrement j'espère que les auteurs vont désormais confirmer leur galop d'essai dans un nouveau cycle de même qualité, maintenant que dessinateurs et coloristes semblent avoir trouvé leurs marques et pris les mesures de leurs personnages. Les planches sont vraiment réussies avec plus de risques je trouve que ce que l'on déniche habituellement en science fiction. Du côté du scénario on n'a le juste équilibre entre réponses aux questions que l'on se posait, crédibilité et aventure, Runberg n'est pas un débutant et cela se ressent. SI je n'avais qu'une seule chose à dire pour vous convaincre d'essayer ces 3 tomes d'Optic Squad c'est ceci : venez donc découvrir la petite soeur de Carmen Mc Callum ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/optic-squad-tome-3-mission-new-york?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Oh que voilà une belle et bonne surprise. Optic Squad est une série dans laquelle j'ai toujours conservé de grands espoirs tant elle avait le potentiel de nous régaler. Mais des choix graphiques parfois étranges, un changement de coloriste, des couvertures marquées et un scénario qui peinait à prendre de l'ampleur m'avaient laissé sur ma faim. Balayons donc tout cela avec ce tome 3 qui clôture un premier cycle (ce n'est pas tout à fait officiel, mais pour moi il s'agit bien d'un cycle) plutôt enthousiasmant finalement. Sincèrement j'espère que les auteurs vont désormais confirmer leur galop d'essai dans un nouveau cycle de même qualité, maintenant que dessinateurs et coloristes semblent avoir trouvé leurs marques et pris les mesures de leurs personnages. Les planches sont vraiment réussies avec plus de risques je trouve que ce que l'on déniche habituellement en science fiction. Du côté du scénario on n'a le juste équilibre entre réponses aux questions que l'on se posait, crédibilité et aventure, Runberg n'est pas un débutant et cela se ressent. SI je n'avais qu'une seule chose à dire pour vous convaincre d'essayer ces 3 tomes d'Optic Squad c'est ceci : venez donc découvrir la petite soeur de Carmen Mc Callum !
  15. The_PoP

    Ce que nous sommes

    Pour être honnête avec vous j'avais initialement mis 3.5 étoiles à Ce que nous sommes. Puis j'ai corrigé car il faut reconnaitre à cette bd son côté enrichissant. Lire Zep dans sa collection parue chez Rue de Sèvres c'est comme lire Timothé Le Boucher ou Mathieu Bablet, une belle source de réflexions bienvenues. En cela cet album est une réussite puisque Zep nous propose des pistes de réflexions à explorer sur ce qui constitue l'humanité. Côté dessin, point de dépaysement si vous avez aimé The End ou Une Histoire d'hommes. C'est bon, c'est humain, visages et personnages sont réussis et travaillés. Je trouve pour ma part les cases un poil trop vides, mais je pense que c'est avant tout un choix narratif, pour laisser les personnages et leur histoire au centre de tout. Côté histoire, je mets un petit bémol toutefois car j'ai reconnu comme un air déjà entraperçu avec The End : la difficulté de proposer une fin aussi intéressante et réussie que le développement qui y amène. Cela fait je pense parti également du propos de cet ouvrage là et philosophiquement j'en comprends le sens mais en lecteur j'ai ressenti une pointe de déception avec peut être un goût de trop peu sur le développement et la conclusion de cette histoire ambitieuse.
  16. Titre de l'album : Ce que nous sommes Scenariste de l'album : Zep Dessinateur de l'album : Zep Coloriste : Zep Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Grâce au projet DataBrain, les humains disposent à la naissance d'un second cerveau numérique où sont directement uploadées des connaissances et des expériences virtuelles plus vraies que nature. Avec de simples programmes à télécharger, apprendre de nouvelles langues ou même assimiler la totalité du savoir de l'humanité n'a jamais été aussi simple et rapide. Du moins si, comme Constant, on en a les moyens. Mais un jour, à la suite d'un piratage informatique, il s'évanouit et se réveille en forêt, loin de la ville protégée, en ayant perdu tout son savoir et ses souvenirs. Démuni, il est recueilli par Hazel, jeune femme vivant en marge de la société, qui va l'aider à se reconstruire et à retrouver son passé. Constant va donc partir sur les traces de son identité réelle et découvrir au passage les facultés extraordinaires de son cerveau... humain. Critique : Pour être honnête avec vous j'avais initialement mis 3.5 étoiles à Ce que nous sommes. Puis j'ai corrigé car il faut reconnaitre à cette bd son côté enrichissant. Lire Zep dans sa collection parue chez Rue de Sèvres c'est comme lire Timothé Le Boucher ou Mathieu Bablet, une belle source de réflexions bienvenues. En cela cet album est une réussite puisque Zep nous propose des pistes de réflexions à explorer sur ce qui constitue l'humanité. Côté dessin, point de dépaysement si vous avez aimé The End ou Une Histoire d'hommes. C'est bon, c'est humain, visages et personnages sont réussis et travaillés. Je trouve pour ma part les cases un poil trop vides, mais je pense que c'est avant tout un choix narratif, pour laisser les personnages et leur histoire au centre de tout. Côté histoire, je mets un petit bémol toutefois car j'ai reconnu comme un air déjà entraperçu avec The End : la difficulté de proposer une fin aussi intéressante et réussie que le développement qui y amène. Cela fait je pense parti également du propos de cet ouvrage là et philosophiquement j'en comprends le sens mais en lecteur j'ai ressenti une pointe de déception avec peut être un goût de trop peu sur le développement et la conclusion de cette histoire ambitieuse. Autres infos : Anticipation et Philosophie Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/ce-que-nous-sommes-231004?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. The_PoP

    ISS Sniper - Tome 3 - Jurr

    Chronique réalisée à partir du pdf de lecture. Et hop encore un tome pour la nouvelle série d'action hardcore sous fond de science fiction par les éditions Soleil. Celui-ci ne déroge pas à la règle : action, gros bourrins, gros flingues, gros alien, sur fond de soldatesque à fort caractère. Ce tome ne révolutionnera bien évidemment pas le genre, mais je l'ai toutefois trouvé plus réussi que le tome 2 qui m'avait un peu ennuyé. Bon l'abus de voix off finit toujours par me sortir un peu de ces bd estampillées Soleil. Je trouve que cela casse bien souvent trop l'immersion. Reste que côté scénario, entre le tome 1 et celui-ci, les auteurs ont planté des graines que je vais être curieux de voir un peu pousser, en espérant que tout cela soit un jour développé dans un ISS. Mais connaissant l'amour de Soleil pour les séries de one shot de destins croisés dessinant une fresque de plus grande ampleur, je n'ai finalement guère de doute à ce sujet.
  18. Titre de l'album : ISS Sniper - Tome 3 - Jurr Scenariste de l'album : Stéphane Louis Dessinateur de l'album : Stéphane Créty Coloriste : J. Nanjan Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : L'un des meilleurs I.S.S. Snipers a disparu dans une structure étrange flottant dans le vide. Ju rr, à la tête d'une force d'intervention musclée, part pour le récupérer. Ce qu'il va découvrir à l'intérieur de cet astéroïde titanesque risque bien de lui faire perdre la vie ou de passer en cour martiale. Rien de tout cela n'effraie Ju rr... Ce n'est pas un nain, c'est un Kleinn ! Critique : Chronique réalisée à partir du pdf de lecture. Et hop encore un tome pour la nouvelle série d'action hardcore sous fond de science fiction par les éditions Soleil. Celui-ci ne déroge pas à la règle : action, gros bourrins, gros flingues, gros alien, sur fond de soldatesque à fort caractère. Ce tome ne révolutionnera bien évidemment pas le genre, mais je l'ai toutefois trouvé plus réussi que le tome 2 qui m'avait un peu ennuyé. Bon l'abus de voix off finit toujours par me sortir un peu de ces bd estampillées Soleil. Je trouve que cela casse bien souvent trop l'immersion. Reste que côté scénario, entre le tome 1 et celui-ci, les auteurs ont planté des graines que je vais être curieux de voir un peu pousser, en espérant que tout cela soit un jour développé dans un ISS. Mais connaissant l'amour de Soleil pour les séries de one shot de destins croisés dessinant une fresque de plus grande ampleur, je n'ai finalement guère de doute à ce sujet. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/i-s-s-snipers-tome-3-jurr?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Voici déjà le troisième tome de la saga Sangre imaginée par l'inépuisable Christophe Arleston dont on reconnait immédiatement les habitudes : mondes imaginaires foisonnants et nouveaux, scénario d'aventure assez classique, humour, action et héroïnes débridées. Pour les habitués, il n'y aura pas de révolution sur ce tome là d'autant que la partie graphique est dans la ligne directe des productions soleil qui ont fait le succès de l'éditeur : dessins fluides, scènes bien travaillées quoique relativement simples et sans chichis et visages et personnage universels. C'est bien, c'est propre, c'est efficace, du scénario au dessin. On aime ou on n'aime pas. Personnellement je lis toujours ça avec plaisir bien que la lecture reste rapide, peu réellement marquante et un peu chiche sur l'envie donnée d'en découvrir plus. Du coup j'ai quand même du mal à vous dire quelles seraient les spécificités de ce Sangre par rapport à un Ythaq ou un Lanfeust des Etoiles si ce n'est le thème de la Vengeance ou la solitude relative de notre héroïne. Cette série est je crois prévue en 7 tomes.
  20. Titre de l'album : Sangre - Tome 3 - Hovanne l'irrésolue Scenariste de l'album : Christophe Arleston Dessinateur de l'album : Adrien Floch Coloriste : Claude Guth Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Introduite au manoir de Mermillade, Sangre enquête pour savoir laquelle des jeunes nobles a eu un passé secret de pirate sous l'identité d'Hovanne. Un exercice difficile dans cette société d'oisifs où tout est basé sur le prestige personnel. Critique : Voici déjà le troisième tome de la saga Sangre imaginée par l'inépuisable Christophe Arleston dont on reconnait immédiatement les habitudes : mondes imaginaires foisonnants et nouveaux, scénario d'aventure assez classique, humour, action et héroïnes débridées. Pour les habitués, il n'y aura pas de révolution sur ce tome là d'autant que la partie graphique est dans la ligne directe des productions soleil qui ont fait le succès de l'éditeur : dessins fluides, scènes bien travaillées quoique relativement simples et sans chichis et visages et personnage universels. C'est bien, c'est propre, c'est efficace, du scénario au dessin. On aime ou on n'aime pas. Personnellement je lis toujours ça avec plaisir bien que la lecture reste rapide, peu réellement marquante et un peu chiche sur l'envie donnée d'en découvrir plus. Du coup j'ai quand même du mal à vous dire quelles seraient les spécificités de ce Sangre par rapport à un Ythaq ou un Lanfeust des Etoiles si ce n'est le thème de la Vengeance ou la solitude relative de notre héroïne. Cette série est je crois prévue en 7 tomes. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sangre-tome-3-hovanne-l-irresolue?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Suite et fin de Skyward avec ce tome 3 qui dans la lignée du tome 2 nous propose une conclusion finalement assez terre-à-terre d'une trilogie de science fiction au concept de base ambitieux et original. Quelque part j'ai quelques regrets sur cette série, pourtant très agréable à lire, car je trouve que le postulat de départ est un peu galvaudé par un scénario global manquant d'ampleur entre le second et le troisième tome. J'aurais aimé je crois un souffle héroïque un peu plus présent, et une dramaturgie peut être plus oppressante, alors que finalement on reste plutôt sur de l'aventure enjouée dont les enjeux semblent finalement pas si cruciaux. Bref, c'est mon seul bémol concernant cette série, et je crois que c'est sincèrement car je deviens difficile, ou peut être parce que le tome 1 avait suscité en moi de trop grands espoirs. Mais un postulat aussi simple qu'important ouvrait de si grands possibles que les auteurs n'ont pu finalement les développer autant que je l'aurais souhaité. Graphiquement le boulot de Lee Garbett est plus que propre et la série reste tout du long un plaisir à lire, fluide et bien maitrisé.
  22. Titre de l'album : Skyward - Tome 3 - Réparer le monde Scenariste de l'album : Joe Henderson Dessinateur de l'album : Lee Garbett Coloriste : Antonio Fabella Editeur de l'album : Hi-Comics Note : Résumé de l'album : La quête de Willa s'achève... Parviendra-t-elle à restaurer le monde d'avant le Jour G ? Depuis son départ de Chicago, Willa a connu son lot de bleus au coeur et affronté bien des épreuves. Tempêtes mortelles, insectes géants mangeurs de chair humaine, fermiers terroristes sur le point de mener une révolte dans sa ville natale... Et si la jeune femme est plus que jamais déterminée à remplir la promesse faite à son père, rien ne la prépare aux révélations qui l'attendent. Sa force et son courage seront testés au-delà de tout ce qu'elle aurait pu imaginer. À l'instar du monde post-Jour G, Willa est sens dessus dessous, et rien ne sera jamais plus comme avant, tandis que sa quête trouve une résolution des plus inattendues. Troisième et dernier tome de la série portée par Joe Henderson, scénariste et showrunner (Lucifer) et Lee Garbett (Lucifer, Loki: Agent of Asgard). Nommée à l'Eisner Award de la meilleure nouvelle série en 2019, Skyward est désormais en route pour le grand écran. Critique : Suite et fin de Skyward avec ce tome 3 qui dans la lignée du tome 2 nous propose une conclusion finalement assez terre-à-terre d'une trilogie de science fiction au concept de base ambitieux et original. Quelque part j'ai quelques regrets sur cette série, pourtant très agréable à lire, car je trouve que le postulat de départ est un peu galvaudé par un scénario global manquant d'ampleur entre le second et le troisième tome. J'aurais aimé je crois un souffle héroïque un peu plus présent, et une dramaturgie peut être plus oppressante, alors que finalement on reste plutôt sur de l'aventure enjouée dont les enjeux semblent finalement pas si cruciaux. Bref, c'est mon seul bémol concernant cette série, et je crois que c'est sincèrement car je deviens difficile, ou peut être parce que le tome 1 avait suscité en moi de trop grands espoirs. Mais un postulat aussi simple qu'important ouvrait de si grands possibles que les auteurs n'ont pu finalement les développer autant que je l'aurais souhaité. Graphiquement le boulot de Lee Garbett est plus que propre et la série reste tout du long un plaisir à lire, fluide et bien maitrisé. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/skyward-tome-3-reparer-le-monde?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. The_PoP

    Enemy - Tome 2 - Les autres

    Pour tout vous dire, j'avais complètement zappé la sortie du tome 1 de Enemy. Cela ne m'a pas empêché d'apprécier ce tome 2 même si forcément il me manquait une bonne part de l'intrigue. Suffisamment intéressé par ce second tome, je suis allé voir les avis sur le premier tome et il faut bien reconnaitre que c'était globalement mitigé, avec de grosses interrogations pesant sur le scénario. Et bien je pense que ce tome 2 a su répondre de belle manière à ces interrogations. Les révélations avancent vite, les relations entre les personnages évoluent bien, et l'action reste très présente. Graphiquement pour de la bd à destination des ados c'est très très joli. J'ai été vraiment bluffé par la profondeur du dessin derrière une apparente "facilité". C'est très lisible, beau et pourtant suffisamment détaillé là où le genre nous habitue souvent à une forme de facilité. Je suis parfois dubitatif sur la facilité de certains scénarios du duo Ange, mais là c'est un grand oui pour moi. Bref si vous avez des ados, que vous ou eux aimez la science fiction, je ne peux que vous conseiller cette série.
  24. Titre de l'album : Enemy - Tome 2 - Les autres Scenariste de l'album : Ange Dessinateur de l'album : Ornella Savarese Coloriste : Ornella Savarese Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Mina est morte, sa perte a déchiré les deux clans d'adolescents qui s'ignorent ou s'affrontent, sans se soucier de la présence de l'Ennemi : une communauté alien, qui elle aussi, tente de survivre dans ces conditions tragiques. Les différents clans humains et aliens sont-ils condamnés à s'affronter ? Ou l'amitié, l'amour - et l'instinct de survie - peuvent-ils pousser les ennemis à se comprendre ? Critique : Pour tout vous dire, j'avais complètement zappé la sortie du tome 1 de Enemy. Cela ne m'a pas empêché d'apprécier ce tome 2 même si forcément il me manquait une bonne part de l'intrigue. Suffisamment intéressé par ce second tome, je suis allé voir les avis sur le premier tome et il faut bien reconnaitre que c'était globalement mitigé, avec de grosses interrogations pesant sur le scénario. Et bien je pense que ce tome 2 a su répondre de belle manière à ces interrogations. Les révélations avancent vite, les relations entre les personnages évoluent bien, et l'action reste très présente. Graphiquement pour de la bd à destination des ados c'est très très joli. J'ai été vraiment bluffé par la profondeur du dessin derrière une apparente "facilité". C'est très lisible, beau et pourtant suffisamment détaillé là où le genre nous habitue souvent à une forme de facilité. Je suis parfois dubitatif sur la facilité de certains scénarios du duo Ange, mais là c'est un grand oui pour moi. Bref si vous avez des ados, que vous ou eux aimez la science fiction, je ne peux que vous conseiller cette série. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/enemy-tome-2-les-autres?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. Série : Aquablue Scenario : Thierry Cailleteau Dessin : Olivier Vatine my 2 cents de la vraie et pur SF Edition : DelcourtBD Acheter sur BDfugue Résumé : Seul rescapé d'un naufrage spatial, le jeune orphelin Nao atterrit sur une planète inconnue : Aquablue, la planète-océan, où de paisibles pêcheurs se chargent de son éducation. Mais cette vie idéale sera bouleversée par l'arrivée de Terriens venus créer un complexe industriel aux conséquences climatiques désastreuses. Nao est au coeur de la lutte inégale qui s'engage : détenteur d'un mystérieux héritage, il possède aussi un lien privilégié avec le plus puissant habitant d'Aquablue... Ça doit être à cause du confinement. Le besoin d'aventure, d’extérieur... je ne sais pas en fait. Mais reste que je suis retombé comme un gosse dans les titres phares de la collection "série B" de chez Delcourt. Vous savez ces titres de la fin des années 90 à début 2000. Et bien il n'y a pas à dire, ils avaient un talent pour nous faire des séries assez longues, intéressantes et dont les premiers arcs resteront dans les annales de la BD. Et comme parler Série BD sans citer Aquablue ? Franchement? Je viens de relire le premier arc (les 5 premiers tomes) et... ben c'est peut être ma meilleure lecture de l'année. En plus... ben j'avais tout oublié. Mais vraiment (les tomes 4 et 5 j'en suis venu à douter de les avoir lus). Entre des héros charismatiques, ennemis puissants à la soldes de grosses boites industriels inhumaines, des clins d'œil aux grands films de SF (faucon mon amour) et un scenario aussi dynamique qu’intéressant, on a tous les ingrédients pour faire une série dont on lit les tomes d'affilé. Une série qui nous fait rêver et sortir de notre quotidien durant 3h comme rarement le fond les nouvelles. En gros tous ce qui fait que cette série se doit d'avoir sa place dans la BDtheque de 1001bd ! Ma Note:
×
×
  • Créer...