Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'science fiction'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Titre de l'album : Talion - Tome 2 - Veines Scenariste de l'album : Sylvain Ferret Dessinateur de l'album : Sylvain Ferret Coloriste : Sylvain Ferret Editeur de l'album : Glenat Note : Résumé de l'album : La nuit, nous rêvons encore d'un monde meilleur... Avec l'effondrement écologique, plus rien ne pousse sur la terre contaminée. L'eau polluée continue de véhiculer un mal incurable... Dans cette atmosphère irrespirable où la vermine se propage, Billie fuit la cité de ForenHaye avec Tadeus. Ce vagabond a passé des années à expérimenter un remède, en vain. Alors qu'ils entament leur expédition à la recherche de réponses, Billie et Tadeus se font rapidement intercepter. Enrôlés de force dans les mines du Royaume esclavagiste de Damoclès, ils n'ont plus d'issue. C'est pourtant dans ces abysses que Billie va faire la plus inattendue des rencontres : celle que l'on nomme « l'Insurgée », la nouvelle régente des lieux, Olympe d'Orfèvre... Ce qu'Olympe va lui révéler pourrait bouleverser toutes ses croyances. Qui est réellement l'homme avec qui elle fait route dans l'espoir d'un monde meilleur ? L'antidote existe-t-il ? Avec Talion, ambitieuse trilogie « cyberpunk gothique », Sylvain Ferret ouvre les portes d'un monde imaginaire, miroir du nôtre au reflet d'anticipation noire et tragique. Nourri par les enjeux écologiques et technologiques de notre temps, ce voyage initiatique, humaniste sans être manichéen, donne la part belle à des environnements riches et vertigineux. Critique : Qui dit nouvelle année dit bonnes résolutions, et moi je m'étais engagé a réparer cette immense injustice. Oui nous n'avions pas fait de chronique de l'immense tome 2 de Talion sorti à l'automne 2022. Nous en avions parlé ça oui. Mais pas officiellement. Alors je me suis engagé à rattraper cela car Talion reste l'une de séries majeure de ces dernières années pour moi. Le tome 2 gagne un peu en simplicité et sobriété et nous fait avancer à très grandes enjambées vers le dénouement à venir de cette trilogie difficile à catégoriser tant on est proche de l'anticipation, et de la science fiction avec pourtant de beaux éléments de fantastique. Quoiqu'il en soit Talion c'est toujours aussi créatif et original, les thèmes abordés sont ö combien d'actualité et on en prend plein les mirettes. Ce tome 2 vient pour moi confirmer l'immense espoir contenu dans le tome 1 et si le tome 3 est tout aussi maitrisé, on aura là alors une nouvelle preuve qu'on peut livrer de grandes histoires ambitieuses dans des univers inconnus en seulement 3 tomes. La construction des planches est toujours aussi savoureuse. Bref, foncez lire Talion. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/talion-tome-2-veines?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. The_PoP

    Talion - Tome 2 - Veines

    Qui dit nouvelle année dit bonnes résolutions, et moi je m'étais engagé a réparer cette immense injustice. Oui nous n'avions pas fait de chronique de l'immense tome 2 de Talion sorti à l'automne 2022. Nous en avions parlé ça oui. Mais pas officiellement. Alors je me suis engagé à rattraper cela car Talion reste l'une de séries majeure de ces dernières années pour moi. Le tome 2 gagne un peu en simplicité et sobriété et nous fait avancer à très grandes enjambées vers le dénouement à venir de cette trilogie difficile à catégoriser tant on est proche de l'anticipation, et de la science fiction avec pourtant de beaux éléments de fantastique. Quoiqu'il en soit Talion c'est toujours aussi créatif et original, les thèmes abordés sont ö combien d'actualité et on en prend plein les mirettes. Ce tome 2 vient pour moi confirmer l'immense espoir contenu dans le tome 1 et si le tome 3 est tout aussi maitrisé, on aura là alors une nouvelle preuve qu'on peut livrer de grandes histoires ambitieuses dans des univers inconnus en seulement 3 tomes. La construction des planches est toujours aussi savoureuse. Bref, foncez lire Talion.
  3. Titre de l'album : Colonisation , Tome 6 Scenariste de l'album : Denis-Pierre Filippi Dessinateur de l'album : Vincenzo Cucca Coloriste : Fabio Marinacci Editeur de l'album : Glenat Note : Résumé de l'album : La mort aux trousses. Les équipes de l'Agence ont été attaquées. Une branche indépendante d'Écumeurs dirigée par un certain Raylan est parvenue à s'infiltrer dans le vaisseau du Commodore Illiatov. Leur assaut, s'il était destiné à la récolte de données concernant les nefs perdues, ne sera parvenu qu'à une chose : mettre fin à la vie de nombreux agents et notamment à celle du Commodore lui-même. Raylan et ses sbires sont en fuite et mènent la danse, agissant toujours avec un coup d'avance. La menace s'intensifie, les morts se multiplient et l'escouade de Milla réalise peut-être trop tard que l'ennemi qui lui fait face est le plus rusé et le plus redoutable qu'elle ait jamais eu à affronter. Dans la première partie de son nouvel arc narratif, Colonisation continue de déployer un récit de SF moderne entre actions, intrigues politiques et réflexions philosophique. Le tout déployé dans des paysages somptueux, perdus dans l'infinité spatiale. Critique : Depuis janvier 2018 et la sortie du premier tome , Filippi continue de m'émerveiller avec cette série dont on parle peu , mais qui mérite toute notre attention ! Sorti en février 2022 , ce sixième tome maintient le niveau d'excellence sans aucun problème . Des paysages d'une beauté à couper le souffle , des couleurs mettant en valeur le bestiaire rencontré ainsi que la flore toujours aussi surprenante . Les auteurs innovent à chaque planète découverte avec un grand talent . Le dessin est d'un très haut niveau avec une multitude de détails , il est conseillé de prendre son temps pour admirer les scènes spatiales et autres courses poursuites dans des forêts encore jamais vues ! Le scénariste continue de développer son univers avec des surprises et une profondeur de scénario s'accentuant un peu plus . Il se permet un twist final des plus agréables . Dire que le tome 7 est prévu pour février 2023 . L'équipe menée par Milla Aygon ne va pas être épargnée une fois de plus , les têtes tombent et les révélations fourmillent . C'est d'ailleurs le seul défaut que je ferai à cette saga : les protagonistes meurent dans un assez grand anonymat ! Pas de larmoiements et autres cérémonies funèbres . Les héros n'ont pas le temps de pleurer leurs proches que déjà l'histoire s'enchaîne . Ne vous attachez donc pas trop aux personnages , les effectifs changent et de nouvelles alliances se créent . Un petit bémol qui ne fait absolument pas d'ombre à cette excellente série de SF que je recommande vivement . Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/colonisation-tome-6-unite-shadow/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. Kevin Nivek

    Colonisation , Tome 6

    Depuis janvier 2018 et la sortie du premier tome , Filippi continue de m'émerveiller avec cette série dont on parle peu , mais qui mérite toute notre attention ! Sorti en février 2022 , ce sixième tome maintient le niveau d'excellence sans aucun problème . Des paysages d'une beauté à couper le souffle , des couleurs mettant en valeur le bestiaire rencontré ainsi que la flore toujours aussi surprenante . Les auteurs innovent à chaque planète découverte avec un grand talent . Le dessin est d'un très haut niveau avec une multitude de détails , il est conseillé de prendre son temps pour admirer les scènes spatiales et autres courses poursuites dans des forêts encore jamais vues ! Le scénariste continue de développer son univers avec des surprises et une profondeur de scénario s'accentuant un peu plus . Il se permet un twist final des plus agréables . Dire que le tome 7 est prévu pour février 2023 . L'équipe menée par Milla Aygon ne va pas être épargnée une fois de plus , les têtes tombent et les révélations fourmillent . C'est d'ailleurs le seul défaut que je ferai à cette saga : les protagonistes meurent dans un assez grand anonymat ! Pas de larmoiements et autres cérémonies funèbres . Les héros n'ont pas le temps de pleurer leurs proches que déjà l'histoire s'enchaîne . Ne vous attachez donc pas trop aux personnages , les effectifs changent et de nouvelles alliances se créent . Un petit bémol qui ne fait absolument pas d'ombre à cette excellente série de SF que je recommande vivement .
  5. Titre de l'album : Renaissance T3 - Permafrost Scenariste de l'album : Fréd Duval Dessinateur de l'album : Emem Coloriste : Emem Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Au Texas, Swänn et Liz sont poursuivis par les braconniers Skualls, responsables de la mort de la famille Hamilton... Le temps pour Swänn de se confronter aux réalités de la Vguerre et des chocs émotionnels qui accompagnent l'annonce des victimes aux familles. Pendant ce temps, sur Näkän et dans les assemblées du Complexe, les débats sur le financement de l'expédition Renaissance se poursuivent et, curieusement, la diplomatie Skuall, peuple qui ne participe pas à l'expédition, prend une importance inattendue... Critique : La Renaissance est à la fois une période de l'histoire et un mouvement artistique. Cette époque marque la fin du Moyen Âge et le début des Temps modernes (tm). Et cette description convient fort bien à la série. Ce 3è tome signe donc la fin du 1er cycle et une suite de 3 tomes est annoncée par Fréd Duval. Et en faisant un peu de prospective avec le titre de la série, je pense que la suite sera plus optimiste. Même si l'histoire démontre que les évolutions techniques ne sont pas suivies d'évolution morales. ^^ Vous retrouvez donc dans ce T3 les personnages attachants, que sont Swänn et Sätie les 2 aliens de Näkän, jeunes mariés et visiblement un peu perdus, que l'on suit depuis leur débarquement sur Terre. Non pas que les autres personnages ne soient pas attachants, mais plutôt que l'histoire qu'on nous raconte est vue à travers leur yeux. Les autres personnages passent donc un peu au second plan. Les deux militaires viennent en aide à la Terre malgré elle, façon mission paix et santé car une sorte de confédération alien nommée "Le complexe" semble penser qu'elle ne peut pas s'en sortir seule faute de vision à long terme et à court terme de gestion des ressources. Mais est ce sans arrière pensée pour tous les participants de cette assemblée ? Il faudra lire le T3 pour le savoir > < En fait ce 1er cycle ressemble à une mission des casques bleus de l'ONU qui traversait les informations il n'y a encore pas si longtemps. Difficile de se placer au milieu d'un conflit ou d'un problème majeur sans casse. De plus l'actualité a rattrapé la série qui aborde beaucoup de sujets. Rappelons que le T1 commence par la description d'une grippe mortelle très contagieuse, des problèmes graves de montée des eaux (Paris est sous les eaux façon méga crue 1910 dès les 1ères cases du T1) et des IA devenues hostiles au genre humain font des massacres. Mais la série aborde aussi, outre les thématiques écologiques récentes, des problèmes de budget. La guerre coute chère ! Et un peu du fonctionnement politique des démocraties occidentales que l'on connait... Ces aliens sont décidément très humains. Les sujets abordés sont nombreux (même le mur de Trump fait une apparition). Au delà du débarquement sur la Terre, qui ressemble aussi à un début de colonisation tant le niveau technologique est avancé par rapport aux locaux et les raisons invoquées résonnent de bons sentiments, c'est en tout cas un plaisir de retrouver les aventures de nos groupes de personnages, à la recherche des raisons de cette situation. Ce 3e tome va ainsi dénouer les nombreuses questions posées par le début du cycle. Et c'est une bonne chose, même si ça peut sembler rapide. Personnellement je me demandais bien comment on allait clôturer en 1 seul tome à la fin du T2. Alors le dénouement est total ? pas tout à fait. Il reste quelques questions en suspens. De quoi remplir largement un second cycle je pense. Visuellement c'est très beau. Cette série est véritablement une démonstration technique d'Emem (aidé pour le Design par Fred Blanchard). C'est beau, c'est varié. C'est sur plusieurs environnements à travers les albums. C'est aussi épaulé par des effets spéciaux de temps à autre pour un arrière plan ici ou là par exemple mais c'est beau. Que ce soit aux États-Unis, à Paris, en passant par Créteil ou la campagne du Vexin et une planète lointaine... Les environnements sont très variés et réussis. Tout comme les 3 couvertures. J'ai dit que c'était beau ? C'est un vrai plaisir de se promener du regard dans les cases et les couvertures. Par contre, ce n'est pas une lecture très joyeuse ou optimiste, et globalement la rare éclaircie proposée par un des personnages avec son traducteur qui déconne (à la Jar Jar Binks) est fermée par les auteurs au passage. Du coup on reste sur un certain niveau de pessimiste global jusqu'à la toute fin... On peut aussi se demander aussi ou sont les représentants humains... Grands absents sauf de manière anecdotique au démarrage.... Où sont présidents, organisations mondiales et dictateurs divers et variés ? Curieux, mais pourquoi pas. Cet aspect renforce encore l'aspect colonisateur du coup. Car on ne voit que le côté gentil colonisateur. Cet aspect me rappelle la série V des années 80.... La suite devrait être pleine de surprises. Au final, c'est un très bon patchwork de SF diverses et de sujets politiques actuels dans un superbe écrin. Ne boudons pas notre plaisir, et je pense que ce sera encore mieux aux relectures. Autres infos : C'est comme un tome de Carmen Pos, mais en pas pareil. Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/renaissance-tome-3-permafrost?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Ahhhh que ce Last Ronin est bon. Il est indispensable pour les lecteurs habituels du run de Eastman sur TMNT, il est excellent pour les amateurs de tortues Ninja, et il reste très bon pour les amateurs de bon comics en général. Pour moi sa place est à côté du Batman Returns et du Old Man Logan dans l'univers du Comics. C'est pas peu dire. Surtout qu'en plus on évite les idéologies parfois nauséabondes ici L'histoire de vengeance d'un revenant dans un monde devenu fou est somme toute assez classique, mais elle est diablement une fois encore efficace. Et puis choisir de n'avoir fait survivre qu'une seule Tortue sur les 4 est forcément un gage de qualité narrative. Cette fois-ci elle est adulte, seule et en colère, et je ne vois pas qui pourrait ne pas avoir envie de lire ça. Oubliez les pizzas, les persos ridicules, et les combats gentillet, ici, les auteurs ne vous promettent que du sang et des larmes. La fin des héros c'est quand même souvent sublime et émouvant, et intéressant. Une fin de série quand elle est réussie c'est la même chose, ne ratez pas cet opus, il conjugue les deux à merveille. Graphiquement si certains lecteurs ont trouvé l'ensemble en deçà de leurs attentes, je n'en fait personnellement pas partie, et j'ai un peu de mal à le comprendre car c'est bien, c'est mature et inspiré et les différentes ambiances/époques ont leurs styles propres mais dans un tout cohérent. A noter que malgré le chapitrage c'est la même équipe du début à la fin du run. L'édition de Hi Comics et notamment la couverture a été une nouvelle fois soignée, avec la génèse de ce volume, les recherches sur les personnages, différentes illustrations annexes des auteurs. Cette Tortue là n'est pas prête de quitter ma bibliothèque. Un must. A noter que la note variera pour chaque lecteur en fonction de sa connaissance de l'Univers des tortues, mais qu'en aucun cas, il n'est indispensable d'avoir lu le reste pour apprécier ce tome.
  7. Titre de l'album : The Last Ronin - Teenage Mutant Ninja Turtles Scenariste de l'album : Kevin Eastman & Peter Laird & Tom Waltz Dessinateur de l'album : Esau & Isaac Escorza Coloriste : Luis Antonio Delgado Editeur de l'album : Hi-Comics Note : Résumé de l'album : Qui est le dernier Ronin ? Le clan Hamato n'est plus et les Foot règnent sur un New York post-apocalyptique ravagé par les guerres civiles... mais le dernier survivant de la fratrie des Tortues rôde dans l'ombre. Hantée par les fantômes des tragédies passées, la mystérieuse Tortue se lance dans une mission désespérée pour venger l'honneur de sa famille disparue. Par les cocréateurs légendaires Kevin Eastman et Peter Laird, accompagnés de Tom Waltz, scénariste de la série principale, découvrez l'histoire finale des Tortues Ninja ! Un best-seller du New York Times Critique : Ahhhh que ce Last Ronin est bon. Il est indispensable pour les lecteurs habituels du run de Eastman sur TMNT, il est excellent pour les amateurs de tortues Ninja, et il reste très bon pour les amateurs de bon comics en général. Pour moi sa place est à côté du Batman Returns et du Old Man Logan dans l'univers du Comics. C'est pas peu dire. Surtout qu'en plus on évite les idéologies parfois nauséabondes ici L'histoire de vengeance d'un revenant dans un monde devenu fou est somme toute assez classique, mais elle est diablement une fois encore efficace. Et puis choisir de n'avoir fait survivre qu'une seule Tortue sur les 4 est forcément un gage de qualité narrative. Cette fois-ci elle est adulte, seule et en colère, et je ne vois pas qui pourrait ne pas avoir envie de lire ça. Oubliez les pizzas, les persos ridicules, et les combats gentillet, ici, les auteurs ne vous promettent que du sang et des larmes. La fin des héros c'est quand même souvent sublime et émouvant, et intéressant. Une fin de série quand elle est réussie c'est la même chose, ne ratez pas cet opus, il conjugue les deux à merveille. Graphiquement si certains lecteurs ont trouvé l'ensemble en deçà de leurs attentes, je n'en fait personnellement pas partie, et j'ai un peu de mal à le comprendre car c'est bien, c'est mature et inspiré et les différentes ambiances/époques ont leurs styles propres mais dans un tout cohérent. A noter que malgré le chapitrage c'est la même équipe du début à la fin du run. L'édition de Hi Comics et notamment la couverture a été une nouvelle fois soignée, avec la génèse de ce volume, les recherches sur les personnages, différentes illustrations annexes des auteurs. Cette Tortue là n'est pas prête de quitter ma bibliothèque. Un must. A noter que la note variera pour chaque lecteur en fonction de sa connaissance de l'Univers des tortues, mais qu'en aucun cas, il n'est indispensable d'avoir lu le reste pour apprécier ce tome. Autres infos : Cowabunga ! Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-last-ronin-tortues-ninja?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Titre de l'album : Androïdes - Tome 10 - Darwin Scenariste de l'album : Alain Brion Dessinateur de l'album : Alain Brion Coloriste : Alain Brion Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : An 2073. La situation du monde est devenue dramatique. Tandis que sur la Lune des scientifiques attendent leur rapatriement, un astéroïde dévaste la Terre. L'androïde Darwin envoyé sur place devra trouver un moyen de les sauver. Il découvrira que la planète a basculée dans l'anarchie. Sur la Lune des morts suspectes surviennent et la poignée de survivants sombre dans la paranoïa. Critique : Une fois fini cette lecture, je vous avoue que je savais que j'avais déjà lu quelque chose de cet auteur. Après recherches, Alain Brion est aussi l'un des auteurs des Chroniques d'Excalibur, une série que j'avais démarrée dans ma jeunesse. Pourquoi je vous raconte mon inculture de départ ? Pour vous montrer que le traitement graphique remarquable de cet album m'a poussé à en chercher l'auteur, et à en reconnaitre le trait. Oui c'est évidemment particulier et stylisé, mais je trouve que cela fonctionne à merveille sur un univers de science fiction. Ceux qui me lisent régulièrement savent que je suis souvent un peu dur avec les dessinateurs/scénaristes qui réalisent leur bd seuls. Je trouve souvent que l'un des deux aspects devient un point faible. Ici ce n'est pas le cas. Du tout. Le scénario est brillant, enthousiasmant, haletant. Le déroulement est logique mais pourtant on brûle de lire la page d'après. Les personnages sont plutôt réussis, les retournements de situation sont bien pensés. On a de la grande histoire, avec de petites histoires qui s'entremêlent. C'est parfait. Le tout en one shot. Alors pourquoi simplement 4,5/5 ? Simplement car l'histoire est parfaitement réalisée mais qu'elle n'est pas si originale que cela. C'est le temps qui me dira si ce Darwin restera dans ma mémoire à une place de choix ou non. Mais quoiqu'il en soit c'est déjà une réussite. Surtout pour cette série de one shots Androïdes qui présentait jusqu'à présent des tomes certes de qualité mais pas toujours mémorables. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/androides-tome-10-darwin?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. The_PoP

    Androïdes - Tome 10 - Darwin

    Une fois fini cette lecture, je vous avoue que je savais que j'avais déjà lu quelque chose de cet auteur. Après recherches, Alain Brion est aussi l'un des auteurs des Chroniques d'Excalibur, une série que j'avais démarrée dans ma jeunesse. Pourquoi je vous raconte mon inculture de départ ? Pour vous montrer que le traitement graphique remarquable de cet album m'a poussé à en chercher l'auteur, et à en reconnaitre le trait. Oui c'est évidemment particulier et stylisé, mais je trouve que cela fonctionne à merveille sur un univers de science fiction. Ceux qui me lisent régulièrement savent que je suis souvent un peu dur avec les dessinateurs/scénaristes qui réalisent leur bd seuls. Je trouve souvent que l'un des deux aspects devient un point faible. Ici ce n'est pas le cas. Du tout. Le scénario est brillant, enthousiasmant, haletant. Le déroulement est logique mais pourtant on brûle de lire la page d'après. Les personnages sont plutôt réussis, les retournements de situation sont bien pensés. On a de la grande histoire, avec de petites histoires qui s'entremêlent. C'est parfait. Le tout en one shot. Alors pourquoi simplement 4,5/5 ? Simplement car l'histoire est parfaitement réalisée mais qu'elle n'est pas si originale que cela. C'est le temps qui me dira si ce Darwin restera dans ma mémoire à une place de choix ou non. Mais quoiqu'il en soit c'est déjà une réussite. Surtout pour cette série de one shots Androïdes qui présentait jusqu'à présent des tomes certes de qualité mais pas toujours mémorables.
  10. alx23

    Demain tome 2

    Titre de l'album : Demain tome 2 Scenariste de l'album : Rodolphe et Léo Dessinateur de l'album : Louis Alloing Coloriste : 1Ver2Anes Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Dans leur monde apocalyptique, Fleur et son père s'interrogent sur les intuitions et les visions qui les ont poussés à embarquer sur ce bateau en route pour le Canal de Suez. Dans son monde aux apparences des fifties insouciantes, Joe continue à rêver de Fleur sans pouvoir se l'expliquer ainsi que d'enquêter sur les étranges phénomènes qui se produisent, malgré les doutes de son entourage. Critique : Bien content de pouvoir lire cette suite de Demain car le premier tome était très prenant mais aussi déroutant pour faire une introduction très réussie. Léo et Rodolphe sont deux scénaristes connaissant bien les ficelles du genre SF pour construire des histoires originales et collaborent souvent sur de nombreux projets. On reprend donc nos deux aventures distinctes avec une jeune adolescente et son père se dirigeant vers le sud dans un monde dévasté par la guerre et peuplé d'étrange créatures. En parallèle, la seconde histoire nous raconte le quotidien d'un groupe de quatre adolescents découvrant un passage et habite une ville fermée dans ce qui se rapproche des années 50 aux Etats-Unis. Les deux histoires prennent des tournants surprenants et on reste captivés à lecture de cet album qui se termine trop vite. Les dessins sont de Louis Alloing avec style qui convient très bien aux deux ambiances entre monde fantastique proche de la Terre et années 50. Plus on avance dans l'histoire et moins on peut devviner ce qui nous attend dans la suite. Il y a beaucoup d'action dans ce tome avec une partie plus importante pour le monde étrange. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/demain-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. alx23

    Demain tome 2

    Bien content de pouvoir lire cette suite de Demain car le premier tome était très prenant mais aussi déroutant pour faire une introduction très réussie. Léo et Rodolphe sont deux scénaristes connaissant bien les ficelles du genre SF pour construire des histoires originales et collaborent souvent sur de nombreux projets. On reprend donc nos deux aventures distinctes avec une jeune adolescente et son père se dirigeant vers le sud dans un monde dévasté par la guerre et peuplé d'étrange créatures. En parallèle, la seconde histoire nous raconte le quotidien d'un groupe de quatre adolescents découvrant un passage et habite une ville fermée dans ce qui se rapproche des années 50 aux Etats-Unis. Les deux histoires prennent des tournants surprenants et on reste captivés à lecture de cet album qui se termine trop vite. Les dessins sont de Louis Alloing avec style qui convient très bien aux deux ambiances entre monde fantastique proche de la Terre et années 50. Plus on avance dans l'histoire et moins on peut devviner ce qui nous attend dans la suite. Il y a beaucoup d'action dans ce tome avec une partie plus importante pour le monde étrange.
  12. Titre de l'album : Thorgal - Tome 40 - Tupilaks Scenariste de l'album : Yann Dessinateur de l'album : Fred Vignaux Coloriste : Gaétan Geroges Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : De retour dans le vaisseau de ses origines, Thorgal doit affronter Néokora, une intelligence artificielle déterminée à restaurer le règne atlante... Critique : Je l'avais annoncé au tome 39, les auteurs avaient là une occasion assez unique de clôturer très proprement les aventures de Thorgal, et pour moi le contrat est rempli. Beaucoup beaucoup de réponses sont apportées dans ce tome, et je pense sincèrement que même les plus irréductibles des fans de Thorgal y trouveront globalement leur compte. C'est propre, c'est bien, et ils ne saccagent rien de l'héritage laissé par 39 tomes de cette immense saga. La part science fiction est bien traitée, et la part laissée au fantastique reste bien présente. Côté dessin, Fred Vignaux s'en sort une nouvelle fois très bien, ses traits étant en plus bien mis en couleurs par Gaetan Georges afin de mieux nous retranscrire les ambiances. Le Lombard décidera-t-il une pose dans les aventures de Thorgal ? Je ne sais le dire tant tout est possible à la fin de cet album. Ce qui est sur c'est que Le Lombard va prolonger ses aventures sous un autre angle au travers de leur nouvelle série Thorgal Saga et ses auteurs invités à donner leur vision de la saga thorgal en un one shot... Dans tous les cas, les amateurs de la série auraient bien tord de passer à côté de ce tome 40. A noter pour les amateurs, et je sais qu'il y en a que le jeux de société Thorgal le pays de Qâ en coopératif pour 1 à 4 joueurs arrive dans le même temps... Hâte d'affronter Ogotaï ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/thorgal-tome-40-tupilaks?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. The_PoP

    Thorgal - Tome 40 - Tupilaks

    Je l'avais annoncé au tome 39, les auteurs avaient là une occasion assez unique de clôturer très proprement les aventures de Thorgal, et pour moi le contrat est rempli. Beaucoup beaucoup de réponses sont apportées dans ce tome, et je pense sincèrement que même les plus irréductibles des fans de Thorgal y trouveront globalement leur compte. C'est propre, c'est bien, et ils ne saccagent rien de l'héritage laissé par 39 tomes de cette immense saga. La part science fiction est bien traitée, et la part laissée au fantastique reste bien présente. Côté dessin, Fred Vignaux s'en sort une nouvelle fois très bien, ses traits étant en plus bien mis en couleurs par Gaetan Georges afin de mieux nous retranscrire les ambiances. Le Lombard décidera-t-il une pose dans les aventures de Thorgal ? Je ne sais le dire tant tout est possible à la fin de cet album. Ce qui est sur c'est que Le Lombard va prolonger ses aventures sous un autre angle au travers de leur nouvelle série Thorgal Saga et ses auteurs invités à donner leur vision de la saga thorgal en un one shot... Dans tous les cas, les amateurs de la série auraient bien tord de passer à côté de ce tome 40. A noter pour les amateurs, et je sais qu'il y en a que le jeux de société Thorgal le pays de Qâ en coopératif pour 1 à 4 joueurs arrive dans le même temps... Hâte d'affronter Ogotaï !
  14. Titre de l'album : Avatar - Le destin de Tsu'tey Scenariste de l'album : Sherri L. Smith Dessinateur de l'album : Jan Duursema, Douglas Wheatley & Dan Parsons Coloriste : Wes Dzioba Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Depuis sa première rencontre avec Jake Sully à son acceptation de la Dernière Ombre , la vie de Tsu'tey a pris un chemin auquel il n'était pas préparé, et dont le film AVATAR de James Cameron ne dévoilait qu'une partie. Retour à Pandora pour y suivre le récit de cette fable écologique et de cette charge anti-impérialiste, racontée du point de vue de Tsu'tey, le guerrier de la tribu Omatikaya. Critique : Alors que la sortie du deuxième film Avatar arrive bientôt au cinéma, les éditions Delcourt nous proposent ce one shot centralisé sur le personnage de Tsu'tey durant le premier film. Ainsi on découvre ce grand guerrier qui s'oppose à la venue de Jake Sully auprès de son peuple. Il est jaloux de Jake quand Neytiri s'accouple avec lui. On peut suivre sa destinée et son caratère mis de côté lors du film. D'ailleurs une scène coupée du film est présente dans la première histoire ce cet album. Pour la partie graphique, Jan Duursema le dessinateur de Star wars Legacy réalise des dessins magnifiques, très proche et fidèle au trait des personnages du film avec un encrage de Dan Parsons. Une seconde histoire courte termine cet album sur Jake Sully qunad il parvient à dompter et monter le grand Leonoptryx. Douglas Wheatley le dessinateur de Star wars Dark times dessine les planches de cette histoire avec beaucoup de maitrise. L’album se termine sur une galerie d’illustrations de Wheatley. Cet album est parfait pour se remettre dans l'univers du film Avatar comme il suit la trame du premier film, une dizaine d'autres one shot sont prévus. Les fans du film seront comblés par cet album et les autres à sortir pour poursuivre l’immersion dans l’univers d’Avatar. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/avatar-destin-tsu-tey?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. alx23

    Avatar - Le destin de Tsu'tey

    Alors que la sortie du deuxième film Avatar arrive bientôt au cinéma, les éditions Delcourt nous proposent ce one shot centralisé sur le personnage de Tsu'tey durant le premier film. Ainsi on découvre ce grand guerrier qui s'oppose à la venue de Jake Sully auprès de son peuple. Il est jaloux de Jake quand Neytiri s'accouple avec lui. On peut suivre sa destinée et son caratère mis de côté lors du film. D'ailleurs une scène coupée du film est présente dans la première histoire ce cet album. Pour la partie graphique, Jan Duursema le dessinateur de Star wars Legacy réalise des dessins magnifiques, très proche et fidèle au trait des personnages du film avec un encrage de Dan Parsons. Une seconde histoire courte termine cet album sur Jake Sully qunad il parvient à dompter et monter le grand Leonoptryx. Douglas Wheatley le dessinateur de Star wars Dark times dessine les planches de cette histoire avec beaucoup de maitrise. L’album se termine sur une galerie d’illustrations de Wheatley. Cet album est parfait pour se remettre dans l'univers du film Avatar comme il suit la trame du premier film, une dizaine d'autres one shot sont prévus. Les fans du film seront comblés par cet album et les autres à sortir pour poursuivre l’immersion dans l’univers d’Avatar.
  16. 3 années après le denier tomes de la série mère, quel plaisir de retrouver l'univers futuriste de Sylvain Runberg. Cette ambiance de space opéra avec ces multiples planètes, ces espèces toutes différentes et les humains comme derniers arrivés dans ce grand monde..... un régal. Et pour ne pas perdre le lecteur, Sylvain Runberg nous parle d'un personnage qu'on à déjà vu : la sœur de Caleb. Soeur dont on savait qu'elle avait pris une trajectoire radicalement différente de celle de son frère, mais dont l passé restait flou. Ce passé nous est raconté ici, et de bien belle façon, qu'Éric Chabbert prend la relève de Serge Pelé pour nous livrer un sublime dessin "à l'ancienne" dirait-on maintenant (on sent la couleur directe sur le papier). Pour ceux qui n'auraient pas lu orbital... ben, c'est mal d'abord... mais vous pouvez quand même vous lancer dans Outlaws sans soucis car la lecture ne nécessite pas du tout de savoir qui est Caleb. Vous risquez juste d'avoir envie d'investir dans la série mère ne fin de tome
  17. Titre de l'album : Outlaws t1 : le cartel des cimes Scenariste de l'album : Sylvain Runberg Dessinateur de l'album : Éric Chabbert Coloriste : Éric Chabbert Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Premier épisode du spin-off d'Orbital, via l'aventure de la sœur de Caleb, hors-la-loi luttant contre les mafias extraterrestres. Espace confédéré. Année 2779. Un vaisseau mené par le commandant Grello arrive en vue de l'Astroport de Lugmila. À son bord : un chargement de clandestins échappés de leurs planètes respectives, qui se voient forcés de travailler six mois pour le terrible cartel des Cimes, mafia qui a organisé leur passage. Parmi ces hors-la-loi, une mystérieuse humaine, représentante d'une race honnie pour être la dernière à avoir intégré la Confédération. Taciturne et têtue, elle va se trouver au cœur d'une incroyable lutte de pouvoir d'où le cartel des Cimes pourrait ne pas sortir gagnant. Mais elle, peut-être... Après Orbital, créé en duo avec Serge Pellé, Sylvain Runberg nous offre son envers avec Outlaws, série autonome permettant d'explorer de l'intérieur des mafias galactiques ressemblant étrangement aux nôtres. Space opera, critique sociétale, polar et portrait d'une jeune femme furieusement indépendante : un futur classique, porté par le remarquable dessin d'Éric Chabbert. Critique : 3 années après le denier tomes de la série mère, quel plaisir de retrouver l'univers futuriste de Sylvain Runberg. Cette ambiance de space opéra avec ces multiples planètes, ces espèces toutes différentes et les humains comme derniers arrivés dans ce grand monde..... un régal. Et pour ne pas perdre le lecteur, Sylvain Runberg nous parle d'un personnage qu'on à déjà vu : la sœur de Caleb. Soeur dont on savait qu'elle avait pris une trajectoire radicalement différente de celle de son frère, mais dont l passé restait flou. Ce passé nous est raconté ici, et de bien belle façon, qu'Éric Chabbert prend la relève de Serge Pelé pour nous livrer un sublime dessin "à l'ancienne" dirait-on maintenant (on sent la couleur directe sur le papier). Pour ceux qui n'auraient pas lu orbital... ben, c'est mal d'abord... mais vous pouvez quand même vous lancer dans Outlaws sans soucis car la lecture ne nécessite pas du tout de savoir qui est Caleb. Vous risquez juste d'avoir envie d'investir dans la série mère ne fin de tome Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/outlaws-tome-1-le-cartel-des-cimes?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Chronique signée par @Kevin Nivek Un plaisir coupable . C'est ainsi que je perçois cette aventure après avoir lu les 2 tomes . Oui , The_pop a raison de mentionner l'aspect "teenager" avec ces questionnements parfois puérils des protagonistes . Je rappelle que cela concerne des jeunes gens de 18 ans lancés à la conquête de Mars , on peut donc pardonner ces excès juvéniles dans leurs comportements . Passé ce détail qui persiste dans ce second tome , il est toujours aussi plaisant de suivre les pérégrinations de nos jeunes "lofteurs" . On en apprend plus sur les secrets des uns et des autres , les masques tombent ; dans l'espace mais aussi sur terre où les organisateurs de cette aventure spatiale vont voir l'étau se resserrer autour d'eux . Je n'en dis pas plus , mais vous n'êtes pas au bout de vos surprises . C'est bien pour cela que je mentionne un plaisir coupable , on a hâte de lire la suite , car l'orbite de Mars approche et avec tous ces secrets révélés , le suspens est très bien ménagé . On sent que l'écrivain veille au grain sur son oeuvre littéraire . il est bien aidé par le dessin de Eduardo Francisco qui reste sur la très bonne note du tome 1 et nous gratifie de très belles planches , dynamiques , les regards perçants empreints de mensonges dissimulés , ou pas ! Les scènes dans le fameux globe de verre , lieu de rendez-vous des tourtereaux sont très bien réalisées , on sent les effets de l'apesanteur sur les vêtements ainsi que les coupes de cheveux . C'est aussi un des (nombreux) intérêts de cette BD , les nombreuses références techniques que l'on apprend sur le voyage dans l'espace ainsi que les contraintes liées . Je ne suis absolument pas fan de télé réalité , mais ayant été bien intrigué par le premier , je ne peux que vous conseiller d'approfondir avec celui-ci , on a très hâte de les voir arriver (ou pas) sur Mars . D'autant qu'avec un dessinateur de cette trempe , les paysages rouges seraient prometteurs !
  19. Titre de l'album : Phobos - Tome 2 - La règle du jeu Scenariste de l'album : Victor Dixen Dessinateur de l'album : Eduardo Francisco Coloriste : Chiara di Francia Editeur de l'album : Glenat Note : Résumé de l'album : Douze astronautes. Douze joueurs. Douze perdants. Ils misent le tout pour le tout. Propulsés de l'anonymat à la gloire internationale, les douze prétendants du programme Genesis sont sur le point d'atteindre Mars et de choisir leur partenaire pour la vie. Alors que la fin du speed-dating approche, la pression monte et les masques tombent. Elle ne sait plus quelle carte jouer. Léonor, la prétendante française, est rattrapée par ce jeu auquel elle ne voulait pas participer. Mais la règle est faussée et les prétendants risquent d'être tous perdants - ce qui est vraiment sur la table, c'est leur survie à tous... Même si la partie vire au jeu de massacre, il est trop tard pour arrêter. Saga romanesque best-seller couronnée de prix et traduite dans plusieurs langues dont l'anglais, Phobos est un thriller de science-fiction en apesanteur, mariant romance spatiale et course pour la survie. Phobos est aujourd'hui adapté en bande dessinée par son maître d'oeuvre, Victor Dixen, et par le brillant artiste brésilien Eduardo Francisco. La Règle du jeu est le tome 2 de la série de bande-dessinée. Critique : Chronique signée par @Kevin Nivek Un plaisir coupable . C'est ainsi que je perçois cette aventure après avoir lu les 2 tomes . Oui , The_pop a raison de mentionner l'aspect "teenager" avec ces questionnements parfois puérils des protagonistes . Je rappelle que cela concerne des jeunes gens de 18 ans lancés à la conquête de Mars , on peut donc pardonner ces excès juvéniles dans leurs comportements . Passé ce détail qui persiste dans ce second tome , il est toujours aussi plaisant de suivre les pérégrinations de nos jeunes "lofteurs" . On en apprend plus sur les secrets des uns et des autres , les masques tombent ; dans l'espace mais aussi sur terre où les organisateurs de cette aventure spatiale vont voir l'étau se resserrer autour d'eux . Je n'en dis pas plus , mais vous n'êtes pas au bout de vos surprises . C'est bien pour cela que je mentionne un plaisir coupable , on a hâte de lire la suite , car l'orbite de Mars approche et avec tous ces secrets révélés , le suspens est très bien ménagé . On sent que l'écrivain veille au grain sur son oeuvre littéraire . il est bien aidé par le dessin de Eduardo Francisco qui reste sur la très bonne note du tome 1 et nous gratifie de très belles planches , dynamiques , les regards perçants empreints de mensonges dissimulés , ou pas ! Les scènes dans le fameux globe de verre , lieu de rendez-vous des tourtereaux sont très bien réalisées , on sent les effets de l'apesanteur sur les vêtements ainsi que les coupes de cheveux . C'est aussi un des (nombreux) intérêts de cette BD , les nombreuses références techniques que l'on apprend sur le voyage dans l'espace ainsi que les contraintes liées . Je ne suis absolument pas fan de télé réalité , mais ayant été bien intrigué par le premier , je ne peux que vous conseiller d'approfondir avec celui-ci , on a très hâte de les voir arriver (ou pas) sur Mars . D'autant qu'avec un dessinateur de cette trempe , les paysages rouges seraient prometteurs ! Autres infos : Public ado - adultes Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/phobos-tome-2-la-regle-du-jeu?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. Titre de l'album : Elecboy t3 : La data croix Scenariste de l'album : Jaouen Dessinateur de l'album : Jaouen Coloriste : Jaouen Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : En 2122, le monde d'avant a disparu depuis longtemps. Le jeune Joshua vit dans une communauté, quelque part en Amérique du Nord. Il s'interroge sur ses origines et tente de trouver sa place dans cette nouvelle société, en proie à la brutalité et à la sauvagerie. Aujourd'hui, l'heure de la révélation est enfin arrivée. Rejeté par les siens à cause de sa différence - Joshua est en réalité un androïde -, il est recueilli par une femme masquée : la Grande Ordonnatrice. Cette femme énigmatique lui annonce qu'elle va lui ouvrir les portes d'un passé oublié. Joshua apprend alors comment les humains, il y a de cela un siècle, ont découvert le transhumanisme et donné naissance à l'homo deus. Avant de sombrer dans la violence et le chaos, préludes à la fin de leur civilisation... Troisième tome d'une saga d'anticipation en quatre albums, teintée de Dune et d'Akira, servie par le graphisme somptueux et l'imaginaire flamboyant de Jaouen Salaün Critique : Amis fan de SF, arrêtez tout ce que vous faites séance tenante ! Le tome 3 d'Elecboy est sortie et il ravira les fans de SF. Post apo, Android, Deux ex machina, bataille pour l'eau... il y a tout ce qu'il vous faut dans ce tome 3 qui est excellent. Si les deux premiers montaient en puissance, celui-ci nous en met plein la vue avec un niveau graphique déments et une histoire de SF super ambitieuse. Le scénario nous promet une suite dantesque. Le décalage entre les humains et les machines semble le même qu'entre des fourmis et un humain et notre humain semble ne pas être content. J'ai du mal à ne pas trop révéler d'information. Sachez juste que si vous êtes fans de SF, vous n'avez pas le droit de passer à côté d'Elecboy ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/elecboy-tome-3-la-data-croix?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. poseidon2

    Elecboy t3 : La data croix

    Amis fan de SF, arrêtez tout ce que vous faites séance tenante ! Le tome 3 d'Elecboy est sortie et il ravira les fans de SF. Post apo, Android, Deux ex machina, bataille pour l'eau... il y a tout ce qu'il vous faut dans ce tome 3 qui est excellent. Si les deux premiers montaient en puissance, celui-ci nous en met plein la vue avec un niveau graphique déments et une histoire de SF super ambitieuse. Le scénario nous promet une suite dantesque. Le décalage entre les humains et les machines semble le même qu'entre des fourmis et un humain et notre humain semble ne pas être content. J'ai du mal à ne pas trop révéler d'information. Sachez juste que si vous êtes fans de SF, vous n'avez pas le droit de passer à côté d'Elecboy !
  22. Les adaptations des nouvelles de l'auteur à succès Liu Cixin se poursuivent avec ce cinquième tome, sur la perfection du cercle. Xavier Besse se charge de l'adaptation de l'histoire pour le format bande dessinée et également des dessins. Avec la perfection du cercle, nous découvrons la dynastie Qin en Chine, au temps féodal au contraire des premiers tomes qui nous plongeaient dans le futur, comme souvent avec les récits de science-fiction. Un mystérieux savant et mathématicien va sauver le roi d'un attentat pour lui dévoiler un immense secret. Le roi Ying Zheng convoque toute une assemblée de savants pour déterminer l'importance du secret en question. Le sauveur affirme qu'avec des travaux importants il pourrait réaliser un cercle parfait et découvrir le langage du ciel. Les dessins de Xavier Besse sont de qualité avec des planches de textes pour expliquer les informations du récit initial, qui ralentissent la fluidité lors de la lecture. On retrouve la page à déplier pour former un panorama sur trois pages qui est la touche de la série. La finalité de ce tome apportera la subtilité à cette histoire de guerre féodal.
  23. Titre de l'album : Les futurs de Liu Cixin - La perfection du cercle Scenariste de l'album : Xavier Besse Dessinateur de l'album : Xavier Besse Coloriste : Xavier Besse Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : 227 avant JC, époque des Royaumes combattants. Ying Zheng, roi de la dynastie Qin, veut unifier la Chine. S'il prouve qu'il connaît le langage du Ciel et en comprend les desseins, il les mènera tous vers un avenir meilleur. Grâce à un tout nouveau mode de calcul de données à grande échelle, le savant Jing Ke va lui enseigner ce langage qui réside dans la forme la plus parfaite au monde, le cercle. Critique : Les adaptations des nouvelles de l'auteur à succès Liu Cixin se poursuivent avec ce cinquième tome, sur la perfection du cercle. Xavier Besse se charge de l'adaptation de l'histoire pour le format bande dessinée et également des dessins. Avec la perfection du cercle, nous découvrons la dynastie Qin en Chine, au temps féodal au contraire des premiers tomes qui nous plongeaient dans le futur, comme souvent avec les récits de science-fiction. Un mystérieux savant et mathématicien va sauver le roi d'un attentat pour lui dévoiler un immense secret. Le roi Ying Zheng convoque toute une assemblée de savants pour déterminer l'importance du secret en question. Le sauveur affirme qu'avec des travaux importants il pourrait réaliser un cercle parfait et découvrir le langage du ciel. Les dessins de Xavier Besse sont de qualité avec des planches de textes pour expliquer les informations du récit initial, qui ralentissent la fluidité lors de la lecture. On retrouve la page à déplier pour former un panorama sur trois pages qui est la touche de la série. La finalité de ce tome apportera la subtilité à cette histoire de guerre féodal. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-futurs-de-liu-cixin-la-perfection-du-cercle?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. La fin du tryptique des 3 fantômes de Tesla était plus qu'attendu par les amateurs de la série, et ils étaient nombreux, notamment sur notre site. Le tome 1 avait en effet été plus que remarqué avec son univers Steampunk magnifiquement mis en image par Guilhem Bec. Si le tome 2 avait parfois déçu quelques lecteurs avec son scénario très ambitieux, le tome 3 risque de réconcilier une bonne partie de ce beau monde puisque le scénario ici nous livre son dénouement à la fois logique, mais aussi rythmé et bien amené. Les explications fournies devraient suffire aux dubitatifs, et le tout clôture comme il se doit cette trilogie qui aura ravi les amateurs de Steampunk.
  25. Titre de l'album : Les trois fantômes de Tesla - Tome 3 - Les héritiers du rayon Scenariste de l'album : Richard Marazano Dessinateur de l'album : Guilhem Bec Coloriste : Richard Marazano Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Les forces japonaises déchaînent une pluie de robots sur New York, mais en réalité, c'est un autre combat qui se joue. Héritier des fantômes de Tesla et des grands scientifiques de son temps, Travis doit empêcher Edison et ses alliés nazis de faire basculer le monde dans un nouvel âge d'obscurantisme. Pour cela, il reçoit l'aide inattendue de son « pater ex machina ». Ensemble, père et fils parviendront-ils à écrire une conclusion heureuse à cette uchronie politico-scientifique ? Critique : La fin du tryptique des 3 fantômes de Tesla était plus qu'attendu par les amateurs de la série, et ils étaient nombreux, notamment sur notre site. Le tome 1 avait en effet été plus que remarqué avec son univers Steampunk magnifiquement mis en image par Guilhem Bec. Si le tome 2 avait parfois déçu quelques lecteurs avec son scénario très ambitieux, le tome 3 risque de réconcilier une bonne partie de ce beau monde puisque le scénario ici nous livre son dénouement à la fois logique, mais aussi rythmé et bien amené. Les explications fournies devraient suffire aux dubitatifs, et le tout clôture comme il se doit cette trilogie qui aura ravi les amateurs de Steampunk. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-trois-fantomes-de-tesla-tome-3-les-heritiers-du-rayon?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...