Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'shojo'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Nickad

    Cursed princess club tome 1

    Le premier contact avec ce webtoon est d’abord graphique avec un dessin style occidental puisque l’autrice est américaine ; autant dire que ceux qui s’attendent à de la romantasy façon coréenne seront déçus ! Ensuite, il y a la thématique avec ses châteaux, ses princesses, ses princes charmants et des mariages en perspective ; tous les éléments du conte de fée. Mais il y a un hic car la troisième princesse du royaume Pastel est laide ! Elle est certes très gentille et aimée de tous mais physiquement parlant, elle a tout d’une sorcière. Au vues des dialogues et des personnages, on comprend très vite que Cursed Princess Club est une parodie ! C’est tantôt loufoque et absurde tantôt complètement cliché, le scénario revisite le genre, il dévoile les coulisses des contes de fée et surtout il nous dit que tout ne finit pas toujours bien. Il nous propose d’aller découvrir les ratés : les sortilèges qui n’ont pas été levés ou mal levés, les malédictions encore en place et les mariages arrangés façon superficialité extrême ! Tous ces éléments sont plutôt bien trouvés et si on se demande au début dans quoi on est tombé, le charme opère très vite. La lecture devient plaisante et on s’en amuse. Un bon moment de divertissement à découvrir !
  2. Titre de l'album : Cursed princess club tome 1 Scenariste de l'album : LAMBCAT Dessinateur de l'album : LAMBCAT Coloriste : LAMBCAT Editeur de l'album : Neotoon Note : Résumé de l'album : Le webtoon phénomène aux millions de lecteurs, enfin au format papier ! Gwendolyn est la preuve vivante que les princesses n'ont pas toujours la vie facile. Bien qu'elle vive dans un château et que son père soit roi, elle n'est pas une princesse de cinéma, ni même une princesse de conte de fée. Elle a un grand cœur, mais n'est pas particulièrement séduisante. Une nuit, elle tombe accidentellement sur les membres du Cursed Princess Club, et sa vie ne sera plus jamais la même. Rejetées par la société après avoir été victimes d'une malédiction, les princesses du club vont prouver à Gwendolyn qu'elle n'a pas besoin de rentrer dans le moule pour être une véritable princesse ! Critique : Le premier contact avec ce webtoon est d’abord graphique avec un dessin style occidental puisque l’autrice est américaine ; autant dire que ceux qui s’attendent à de la romantasy façon coréenne seront déçus ! Ensuite, il y a la thématique avec ses châteaux, ses princesses, ses princes charmants et des mariages en perspective ; tous les éléments du conte de fée. Mais il y a un hic car la troisième princesse du royaume Pastel est laide ! Elle est certes très gentille et aimée de tous mais physiquement parlant, elle a tout d’une sorcière. Au vues des dialogues et des personnages, on comprend très vite que Cursed Princess Club est une parodie ! C’est tantôt loufoque et absurde tantôt complètement cliché, le scénario revisite le genre, il dévoile les coulisses des contes de fée et surtout il nous dit que tout ne finit pas toujours bien. Il nous propose d’aller découvrir les ratés : les sortilèges qui n’ont pas été levés ou mal levés, les malédictions encore en place et les mariages arrangés façon superficialité extrême ! Tous ces éléments sont plutôt bien trouvés et si on se demande au début dans quoi on est tombé, le charme opère très vite. La lecture devient plaisante et on s’en amuse. Un bon moment de divertissement à découvrir ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/cursed-princess-club-tome-1/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Nickad

    Dites-moi, princesse ! tome 1

    J’ai décidé de mettre 3.5 à ce 1er tome, une note qui peut paraitre un peu dure car l’histoire est plutôt bien. Rassurez-vous la suite est mieux et il y a des aspects vraiment intéressants ! La mise en situation est assez classique, une jeune femme se réveille bébé dans le monde d’un roman qu’elle lisait, à présent elle est la princesse Athanasia vouée à périr des mains de son père l’actuel empereur. Elle va donc avoir deux objectifs : se faire un pécule pour pouvoir subvenir à ses besoins quand elle s’enfuira du palais et éviter de croiser son paternel. Elle ne réussira pas le second point et optera pour une stratégie tout autre : l’amadouer. Pour cela, elle essaye d’être la plus mignonne possible et n’arrête pas de le complimenter, la brosse à reluire fonctionne bien !! Quant à l’empereur, il n’a que faire de sa fille et avait presque oublié son existence. Comme vous vous en doutez certainement, à force de se côtoyer, ils vont s’attacher peu à peu l’un à l’autre. Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! Ce sera dans les prochains volumes mais il y aura de la magie noire, des malédictions, un sorcier vieux de plusieurs centaines d’année qui va découvrir l’amour, une rivalité en amour et un complot politique. Des éléments souvent présents dans ce genre d’histoire qui feront de la suite de ce récit une lecture distrayante et agréable. Alors pourquoi 3.5 ? et bien parce que cela traine en longueur et qu’au final, il ne se passe pas grand-chose dans ce 1er tome, certes c’est agréable à regarder mais il manque un peu de dynamisme et de rythme. Pour information le webtoon est fini et compte 125 chapitres.
  4. Titre de l'album : Dites-moi, princesse ! tome 1 Scenariste de l'album : PLUTUS Dessinateur de l'album : SPOON Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt - KBooks Note : Résumé de l'album : Le jour de son dix-huitième anniversaire une jeune femme de notre monde meurt et se réincarne dans le corps d'un nouveau né. Elle est maintenant la princesse Athanasia, promise à une mort certaine des mains de son propre père, un terrible tyran. Deux solutions se présentent à elle : fuir... mais étant un bébé cela semble un peu compliqué ou parvenir à apprivoiser son monstre de père. Critique : J’ai décidé de mettre 3.5 à ce 1er tome, une note qui peut paraitre un peu dure car l’histoire est plutôt bien. Rassurez-vous la suite est mieux et il y a des aspects vraiment intéressants ! La mise en situation est assez classique, une jeune femme se réveille bébé dans le monde d’un roman qu’elle lisait, à présent elle est la princesse Athanasia vouée à périr des mains de son père l’actuel empereur. Elle va donc avoir deux objectifs : se faire un pécule pour pouvoir subvenir à ses besoins quand elle s’enfuira du palais et éviter de croiser son paternel. Elle ne réussira pas le second point et optera pour une stratégie tout autre : l’amadouer. Pour cela, elle essaye d’être la plus mignonne possible et n’arrête pas de le complimenter, la brosse à reluire fonctionne bien !! Quant à l’empereur, il n’a que faire de sa fille et avait presque oublié son existence. Comme vous vous en doutez certainement, à force de se côtoyer, ils vont s’attacher peu à peu l’un à l’autre. Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! Ce sera dans les prochains volumes mais il y aura de la magie noire, des malédictions, un sorcier vieux de plusieurs centaines d’année qui va découvrir l’amour, une rivalité en amour et un complot politique. Des éléments souvent présents dans ce genre d’histoire qui feront de la suite de ce récit une lecture distrayante et agréable. Alors pourquoi 3.5 ? et bien parce que cela traine en longueur et qu’au final, il ne se passe pas grand-chose dans ce 1er tome, certes c’est agréable à regarder mais il manque un peu de dynamisme et de rythme. Pour information le webtoon est fini et compte 125 chapitres. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/dites-moi-princesse-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Father I don’t want this marriage est vraiment de la romantasy à 100%, le graphisme est superbe, les personnages sont beaux, les décors et arrière-plans sont détaillés et précis, un vrai conte de fée. Cependant, le développement dans ce second tome est trop attendu. Toute l’histoire repose sur des quiproquos : Juvelian se méprend sur les intentions de son père pensant qu’il la déteste et elle ignore que le disciple de son père, qui est aussi son confident, est en réalité le prince héritier Maximilian. Prince dont elle cherche à éviter le contact par tous les moyens à la vue de son horrible réputation (N’oublions pas non plus qu’il l’avait terrifiée dans sa vie précédente). Si le scénario (à ce stade) n’est pas très original, il faut reconnaître qu’il est bien fait et plaisant. La lecture est fluide et les personnages sont convaincants. Mention spéciale pour le père de Juvelian dans sa chasse aux prétendants, il y a des passages vraiment très drôles ! J’attends beaucoup de la suite et surtout du moment où elle apprendra l’identité de son confident.
  6. Titre de l'album : Father I don't want this marriage tome 2 Scenariste de l'album : YURI Dessinateur de l'album : ROAL Coloriste : Editeur de l'album : Pika - Wavetoon Note : Résumé de l'album : Après sa rupture avec le seigneur Mikhail, Juvelian pensait avoir déjoué sa funeste destinée. Hélas, elle découvre avec effroi les plans de son père pour la marier ! Et il semblerait que son choix se soit porté sur le tyrannique et sanguinaire prince héritier, Maximilian... Toujours aussi déterminée à écrire son propre destin, elle compte contrarier les plans du duc Floyen pendant que la haute société, friande de commérages, se demande qui est son amant secret. Après tout, quoi de mieux que de s'afficher au bras d'un autre pour éviter des fiançailles ? Critique : Father I don’t want this marriage est vraiment de la romantasy à 100%, le graphisme est superbe, les personnages sont beaux, les décors et arrière-plans sont détaillés et précis, un vrai conte de fée. Cependant, le développement dans ce second tome est trop attendu. Toute l’histoire repose sur des quiproquos : Juvelian se méprend sur les intentions de son père pensant qu’il la déteste et elle ignore que le disciple de son père, qui est aussi son confident, est en réalité le prince héritier Maximilian. Prince dont elle cherche à éviter le contact par tous les moyens à la vue de son horrible réputation (N’oublions pas non plus qu’il l’avait terrifiée dans sa vie précédente). Si le scénario (à ce stade) n’est pas très original, il faut reconnaître qu’il est bien fait et plaisant. La lecture est fluide et les personnages sont convaincants. Mention spéciale pour le père de Juvelian dans sa chasse aux prétendants, il y a des passages vraiment très drôles ! J’attends beaucoup de la suite et surtout du moment où elle apprendra l’identité de son confident. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/father-i-don-t-want-this-marriage-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Si la romantasy est un genre qui a plus que fleuri dans les webtoons, il est beaucoup moins répandu dans les mangas, en tout cas sur le sol français. Les éditions naBan nous propose de découvrir Anna et le prince d’Albion, une série originale qui est en cours au Japon et compte actuellement 7 tomes. Pour ceux qui ne maitrisent pas, la romantasy a deux principes à respecter : il faut une histoire d’amour complexe avec de nombreux rebondissements et cela doit se passer dans un monde imaginaire tiré souvent de la fantasy. Le personnage principal du genre est une femme forte et courageuse qui prend en main son destin. Anna est la seconde fille du comté d’Halmich situé en frontière du royaume d’Albion. Contrairement à ses sœurs, Anna est un vrai garçon manqué, ne jure que par l’épée et souhaite combattre aux cotés de son père. Hélas, quand ce dernier perd la bataille contre Albion et que le fils de la famille, héritier du fief, est fait prisonnier, Anna est échangée contre lui et doit se rendre en pays ennemi. C’est là qu’elle rencontre le prince Kenneth qui lui propose une alliance pour détruire son propre royaume : Albion. Outre le fait qu’il n’y ait aucune réincarnation ou régression dans cette histoire ce qui nous change un peu des lectures actuelles, Anna et le prince d’Albion a des caractéristiques particulières qui nous proposent un scénario original. D’abord le personnage d’Anna n’a pas grand-chose de féminin à part son physique, elle a tout du parfait chevalier, elle est fonceuse, aime se battre et elle est prête à en découdre pour venger son père. Ensuite le prince Kenneth a une ambition particulière, il souhaite l’effondrement de son pays, politiquement parlant bien sûr. Il n’a que très peu de pouvoir et se trouve au centre de manigances politiques, il doit même aller à l’encontre du roi, son père qui est tombé sous le charme d’une femme peu scrupuleuse. On a donc deux personnages principaux, unis dans un même objectif, qui n’on pas, pour le moment, les moyens d’y arriver. On sait d’avance qu’ils vont devoir redoubler d’efforts et que la partie ne sera pas facile et c’est là tout l’intérêt de l’histoire. Côté romance, on en est qu’aux balbutiements même si on se doute de la tournure des événements. Le dessin est remarquable, élégant et détaillé. Anna et le prince d’Albion nous promet une belle aventure romanesque qu’il serait dommage de manquer !
  8. Titre de l'album : Anna et le prince d'Albion tomes 1 & 2 Scenariste de l'album : OGURA An Dessinateur de l'album : OGURA An Coloriste : Editeur de l'album : naBan edition Note : Résumé de l'album : Anna, seconde fille de la famille de nobles Harmich, en a assez des coutumes qui veulent qu'une femme n'ait d'autres objectifs que de flatter les grands seigneurs... Obsédée par l'art de la guerre, elle rêve de combattre aux côtés de son père, l'un des plus grands guerriers de l'empire. Malheureusement, son père vient à mourir lors d'un récent conflit avec le pays voisin d'Albion et elle se voit offerte en tribut à ce dernier. Anna n'a d'autre choix que de ce rendre à Albion, mais elle n'est cependant pas décidée à garder sa lame dans sa poche Critique : Si la romantasy est un genre qui a plus que fleuri dans les webtoons, il est beaucoup moins répandu dans les mangas, en tout cas sur le sol français. Les éditions naBan nous propose de découvrir Anna et le prince d’Albion, une série originale qui est en cours au Japon et compte actuellement 7 tomes. Pour ceux qui ne maitrisent pas, la romantasy a deux principes à respecter : il faut une histoire d’amour complexe avec de nombreux rebondissements et cela doit se passer dans un monde imaginaire tiré souvent de la fantasy. Le personnage principal du genre est une femme forte et courageuse qui prend en main son destin. Anna est la seconde fille du comté d’Halmich situé en frontière du royaume d’Albion. Contrairement à ses sœurs, Anna est un vrai garçon manqué, ne jure que par l’épée et souhaite combattre aux cotés de son père. Hélas, quand ce dernier perd la bataille contre Albion et que le fils de la famille, héritier du fief, est fait prisonnier, Anna est échangée contre lui et doit se rendre en pays ennemi. C’est là qu’elle rencontre le prince Kenneth qui lui propose une alliance pour détruire son propre royaume : Albion. Outre le fait qu’il n’y ait aucune réincarnation ou régression dans cette histoire ce qui nous change un peu des lectures actuelles, Anna et le prince d’Albion a des caractéristiques particulières qui nous proposent un scénario original. D’abord le personnage d’Anna n’a pas grand-chose de féminin à part son physique, elle a tout du parfait chevalier, elle est fonceuse, aime se battre et elle est prête à en découdre pour venger son père. Ensuite le prince Kenneth a une ambition particulière, il souhaite l’effondrement de son pays, politiquement parlant bien sûr. Il n’a que très peu de pouvoir et se trouve au centre de manigances politiques, il doit même aller à l’encontre du roi, son père qui est tombé sous le charme d’une femme peu scrupuleuse. On a donc deux personnages principaux, unis dans un même objectif, qui n’on pas, pour le moment, les moyens d’y arriver. On sait d’avance qu’ils vont devoir redoubler d’efforts et que la partie ne sera pas facile et c’est là tout l’intérêt de l’histoire. Côté romance, on en est qu’aux balbutiements même si on se doute de la tournure des événements. Le dessin est remarquable, élégant et détaillé. Anna et le prince d’Albion nous promet une belle aventure romanesque qu’il serait dommage de manquer ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/anna-et-le-prince-d-albion-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. poseidon2

    Love of kill tome 1

    Nouvelle licence chez Vega pour un manga de 2015 fini en 13 tomes et disposant déjà d'une adaptation en animé. Licence qui nous parle d'une "histoire d'amour" entre deux tueurs à gage. Et une licence qui commence doucement, mais s'avère être suffisamment intrigante pour donner envie de poursuivre, surtout parce que cette histoire d'amour est à sens unique. Chateau est plus poursuivie par Ryang-ha que consentante, tout du moins sur ce tome ci. Ryang-ha ne se laisse pas "abattre" et prend énormément de risque pour son coup de coeur.... risque qui nous dévoile petit à petit un passé très sombre du coté de notre amoureux transit. La fin du manga est très sympa, le rythme augmente et le nombre de tomes (13) laisse présager une série qui se tient. À suivre !
  10. Titre de l'album : Love of kill tome 1 Scenariste de l'album : Fe Dessinateur de l'album : Fe Coloriste : Editeur de l'album : Vega-Dupuis Note : Résumé de l'album : Deux âmes se rencontrent dans un lieu sordide : Song Ryang-ha, tueur solitaire et imprévisible dont la tête est mise à prix, et Château Dankworth, une chasseuse de primes froide et taciturne qui travaille pour une organisation. À compter de ce jour, Ryang-ha poursuit Château sans relâche, harcelant l'héroïne par ses apparitions audacieuses et parfois sinistres. Que cherche-t-il ? Critique : Nouvelle licence chez Vega pour un manga de 2015 fini en 13 tomes et disposant déjà d'une adaptation en animé. Licence qui nous parle d'une "histoire d'amour" entre deux tueurs à gage. Et une licence qui commence doucement, mais s'avère être suffisamment intrigante pour donner envie de poursuivre, surtout parce que cette histoire d'amour est à sens unique. Chateau est plus poursuivie par Ryang-ha que consentante, tout du moins sur ce tome ci. Ryang-ha ne se laisse pas "abattre" et prend énormément de risque pour son coup de coeur.... risque qui nous dévoile petit à petit un passé très sombre du coté de notre amoureux transit. La fin du manga est très sympa, le rythme augmente et le nombre de tomes (13) laisse présager une série qui se tient. À suivre ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/love-of-kill-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Nickad

    La concubine rebelle tome 1

    L’empereur Zhu Li, troisième souverain du Grand Empire Radieux, vient d ‘accéder au trône après la mort tragique de son frère ainé. Afin de perpétuer la lignée, vingt concubines arrivent au palais, elles viennent toutes d’horizons variés, il y a les filles des grands pontes de l’empire mais aussi des filles de clans vaincus ou rivaux. C’est ainsi que Sarannah, fille du chef du clan des Tianhe, a été choisie afin d’établir un traité de paix entre le nord et le sud. Mais elle ne s’attendait pas à tomber dans un nid de vipère où tous les coups sont bons pour devenir la favorite y compris les assassinats. Il y a beaucoup d’éléments dans ce premier tome : de la fantasy avec les légendes avec les dieux, du complot politique, une romance et un léger aperçu historique car même si le récit se déroule dans un pays imaginaire, il est grandement inspiré du fonctionnement de la chine impériale. Cela rend l’histoire intéressante mais aussi inaboutie car on aurait apprécié plus de développements dans certains aspects, tout va un peu trop vite.
  12. Titre de l'album : La concubine rebelle tome 1 Scenariste de l'album : EBIRA Hiromi Dessinateur de l'album : EBIRA Hiromi Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Afin d'assurer la paix sur ses steppes natales, Sarannah doit quitter son clan pour épouser l'empereur du Pays radieux et rejoindre le palais intérieur, au cœur de la cité impériale. Hélas, venant d'une contrée étrangère, la jeune femme a du mal à se faire accepter par les autres concubines... Heureusement, grâce à sa perspicacité et à sa détermination, elle pourrait bien réussir à déjouer les pires manigances et à se rendre indispensable au sein de la demeure royale ! Critique : L’empereur Zhu Li, troisième souverain du Grand Empire Radieux, vient d ‘accéder au trône après la mort tragique de son frère ainé. Afin de perpétuer la lignée, vingt concubines arrivent au palais, elles viennent toutes d’horizons variés, il y a les filles des grands pontes de l’empire mais aussi des filles de clans vaincus ou rivaux. C’est ainsi que Sarannah, fille du chef du clan des Tianhe, a été choisie afin d’établir un traité de paix entre le nord et le sud. Mais elle ne s’attendait pas à tomber dans un nid de vipère où tous les coups sont bons pour devenir la favorite y compris les assassinats. Il y a beaucoup d’éléments dans ce premier tome : de la fantasy avec les légendes avec les dieux, du complot politique, une romance et un léger aperçu historique car même si le récit se déroule dans un pays imaginaire, il est grandement inspiré du fonctionnement de la chine impériale. Cela rend l’histoire intéressante mais aussi inaboutie car on aurait apprécié plus de développements dans certains aspects, tout va un peu trop vite. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-concubine-rebelle-chroniques-du-pays-radieux-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Une critique de @TheOtaku : Nos 5 beaux et classes hommes mais complètement étourdis sont de retour avec des histoires toujours aussi drôles et pleines de gaffes. L'un veut s'inspirer des histoires d'amour "non-existante" de ses amis pour écrire son nouveau roman et pendant ce temps nos 5 amis passent du temps ensemble à faire des gaffes, toujours des gaffes. Enfin, comme dans tous les tomes, il n'existe pas de "réel" fil conducteur entre les tomes et le but de cette série est évidemment uniquement de nous faire rire et passer un bon moment. A mon avis, les petites histoires sans fil conducteur seront assez ... plus suffisante à la longue, mais pour l'instant tout va bien, tant qu'on les lit avec un temps d'espace. Enfin si vous avez besoin d'un moment de calme avec des personnages drôles que ce soit le soir avant de dormir, le matin après le réveil, après le travail, lors d'un un weekend tranquille, ce manga est fait pour vous.
  14. Titre de l'album : Critique par une ado : Play it cool, guys tome 5 Scenariste de l'album : Kokone Nata Dessinateur de l'album : Kokone Nata Coloriste : Editeur de l'album : Doki-Doki Note : Résumé de l'album : Un rêve infini... et des bourdes en série ! Qu'est-ce qui réunit nos cinq protagonistes, aux âges et aux occupations divers et variés ?Eh bien, en un mot : les gaffes !Parmi eux, l'auteur Motoharu Igarashi décide de partir à la conquête de nouveaux défis.Quelle conclusion l'attend au bout du chemin, entre discussions sur l'amour et séjour au parc d'attractions "Oursonland" ?Encore plus de bourdes de nos beaux gosses maladroits, mais toujours aussi cool, dans le cinquième volume de cette comédie d'étourdis ! Critique : Une critique de @TheOtaku : Nos 5 beaux et classes hommes mais complètement étourdis sont de retour avec des histoires toujours aussi drôles et pleines de gaffes. L'un veut s'inspirer des histoires d'amour "non-existante" de ses amis pour écrire son nouveau roman et pendant ce temps nos 5 amis passent du temps ensemble à faire des gaffes, toujours des gaffes. Enfin, comme dans tous les tomes, il n'existe pas de "réel" fil conducteur entre les tomes et le but de cette série est évidemment uniquement de nous faire rire et passer un bon moment. A mon avis, les petites histoires sans fil conducteur seront assez ... plus suffisante à la longue, mais pour l'instant tout va bien, tant qu'on les lit avec un temps d'espace. Enfin si vous avez besoin d'un moment de calme avec des personnages drôles que ce soit le soir avant de dormir, le matin après le réveil, après le travail, lors d'un un weekend tranquille, ce manga est fait pour vous. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/play-it-cool-guys-tome-5?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Nickad

    Freaking Romance tome 1

    La New Romance est un genre littéraire destiné à un public mature (lectorat de prédilection : 18-25 ans) qui aborde les thèmes de désir féminin, consentement et identité sexuelle. Contenant souvent des scènes érotiques, le genre s’est vraiment développé à partir de 50 nuances de gris. L’auteur.rice de Freaking Romance fait partie de la génération où l’on s’affirme et où l’on ne craint plus de révéler son orientation. Iel est particulièrement prolifique sur les réseaux sociaux et inscrit ses histoires dans un contexte actuel où les jeunes peuvent s’identifier. On ne pourra que se demander si le personnage secondaire et meilleure amie de Zylith ne serait pas inspiré directement de sa propre vie, un peu comme Hitchcock qui apparaissait dans ses films… Pour information, Snailords est américain.e. Zylith est une jeune fille qui vient d’être mise à la porte de chez elle car elle ne voulait pas suivre les études que son père souhaitait. Elle part en quête d’un logement convenable à un prix convenable. Après bien des visites, elle s’installe dans un appartement dit hanté mais comme elle est férue de surnaturel, elle est plus excitée à l’idée de voir un fantôme qu’autre chose. Et quand le fantôme en question est un beau jeune homme et qu’elle se rend compte qu’il peut y avoir des interactions, elle est plus que ravie bien qu’une étrange rumeur sur une locataire précédente ayant disparue l’inquiète quand même un peu. C’était une magnifique lecture ! Je n’ai pas vu le temps passer et j’aurais aimé lire l’intégralité en une fois !! En plus d’une très belle édition avec couverture cartonnée et effets de style (vernis 3D et fer holographique), le livre a des pages bonus contenant quelques illustrations et les fiches des personnages. On sent l’inspiration asiatique dans le style graphique de Snailords ainsi que dans le contexte de l’histoire : Zylith souhaite devenir webtooniste et Zelan (le fantôme) serait chanteur. Le scénario est bien construit car l’on doute une bonne partie du livre, est-ce un fantôme ? Que lui est-il arrivé ? Pourquoi et comment apparait-il ? Et puis pourquoi le chat semble pouvoir passer de l’un à l’autre ? On se demande même si à un moment ce ne serait pas Zylith le fantôme !! Bien que l’essentiel de l’action se déroule dans l’appartement et ne concerne que les 3 personnages (avec le chat), on ne s’ennuie pas une seule seconde car on plus d’essayer de comprendre le pourquoi du comment, on apprécie les dessins de Snailords dont ses beaux personnages. Freaking Romance nous propose une histoire d’amour moderne, paranormale et inédite parfaitement réalisée. Un régal ! Disponible sur la plateforme Webtoon sous le titre « foutue romance ». PS : bien que ce soit de la new romance, ce 1er tome est tout public
  16. Titre de l'album : Freaking Romance tome 1 Scenariste de l'album : SNAILORDS Dessinateur de l'album : SNAILORDS Coloriste : SNAILORDS Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Chaque relation a ses propres obstacles. Pour ce couple, ils sont cosmiques. Zylith, tout juste majeure, se retrouve à la rue pour avoir désobéi à ses parents. Dans sa recherche d'un appartement, elle découvre le logement parfait : lumineux, spacieux, pas cher et surtout hanté par un mystérieux et très beau jeune homme ! Il ne semble pas la voir et dès qu'elle le touche, il disparaît... Mais qui a dit que toutes les relations commençaient de manière idéale ? Critique : La New Romance est un genre littéraire destiné à un public mature (lectorat de prédilection : 18-25 ans) qui aborde les thèmes de désir féminin, consentement et identité sexuelle. Contenant souvent des scènes érotiques, le genre s’est vraiment développé à partir de 50 nuances de gris. L’auteur.rice de Freaking Romance fait partie de la génération où l’on s’affirme et où l’on ne craint plus de révéler son orientation. Iel est particulièrement prolifique sur les réseaux sociaux et inscrit ses histoires dans un contexte actuel où les jeunes peuvent s’identifier. On ne pourra que se demander si le personnage secondaire et meilleure amie de Zylith ne serait pas inspiré directement de sa propre vie, un peu comme Hitchcock qui apparaissait dans ses films… Pour information, Snailords est américain.e. Zylith est une jeune fille qui vient d’être mise à la porte de chez elle car elle ne voulait pas suivre les études que son père souhaitait. Elle part en quête d’un logement convenable à un prix convenable. Après bien des visites, elle s’installe dans un appartement dit hanté mais comme elle est férue de surnaturel, elle est plus excitée à l’idée de voir un fantôme qu’autre chose. Et quand le fantôme en question est un beau jeune homme et qu’elle se rend compte qu’il peut y avoir des interactions, elle est plus que ravie bien qu’une étrange rumeur sur une locataire précédente ayant disparue l’inquiète quand même un peu. C’était une magnifique lecture ! Je n’ai pas vu le temps passer et j’aurais aimé lire l’intégralité en une fois !! En plus d’une très belle édition avec couverture cartonnée et effets de style (vernis 3D et fer holographique), le livre a des pages bonus contenant quelques illustrations et les fiches des personnages. On sent l’inspiration asiatique dans le style graphique de Snailords ainsi que dans le contexte de l’histoire : Zylith souhaite devenir webtooniste et Zelan (le fantôme) serait chanteur. Le scénario est bien construit car l’on doute une bonne partie du livre, est-ce un fantôme ? Que lui est-il arrivé ? Pourquoi et comment apparait-il ? Et puis pourquoi le chat semble pouvoir passer de l’un à l’autre ? On se demande même si à un moment ce ne serait pas Zylith le fantôme !! Bien que l’essentiel de l’action se déroule dans l’appartement et ne concerne que les 3 personnages (avec le chat), on ne s’ennuie pas une seule seconde car on plus d’essayer de comprendre le pourquoi du comment, on apprécie les dessins de Snailords dont ses beaux personnages. Freaking Romance nous propose une histoire d’amour moderne, paranormale et inédite parfaitement réalisée. Un régal ! Disponible sur la plateforme Webtoon sous le titre « foutue romance ». PS : bien que ce soit de la new romance, ce 1er tome est tout public Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/freaking-romance-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. Nickad

    Studio Cabana tome 1

    Yusuke est l'élève à éviter, bien qu'il attire le regard des jeunes filles physiquement, son comportement et ses nombreux cours séchés le mettent dans la catégorie voyou. Il n'y a que Yukari qui se permette de lui faire la morale et de le rappeler à l'ordre. Leur relation aurait pu rester à ce stade mais un jour Yukari découvre que Yusuke chante dans un groupe et elle est émerveillée par le timbre de sa voix et par la sensibilité des paroles. Sa vision de Yusuke va alors évoluer. La collection Moonlight de Delcourt nous propose toujours des titres un peu plus recherchés qui ont une véritable identité. Si le premier tome de Studio Cabana (5 tomes en cours) ne se démarque pas trop au niveau du scénario, il faut reconnaître que la patte graphique de l'autrice est agréable avec un trait délicat et des expressions variées. Sans trop en dévoiler la fin du tome annonce une évolution un peu plus mature que la romance lycéenne. On regrettera cependant que sur le 4e de couverture la dernière phrase en dévoile trop, phrase qui n'est pas présente dans le résumé et c'est tant mieux ! La romance en milieu musical a produit de belles histoires comme Nana, Given ou Lovely love lie, et cela fonctionne d'autant mieux quand on arrive à se laisser emporter par une musique que l'on ne peut entendre, toutes les émotions se jouant dans le graphisme et dans la narration. Hélas, pour le moment, cette partie n'est pas vraiment exploitée mais peut-être que ce n'est pas la priorité de l'œuvre... Du coup, ce premier tome se focalise sur l'amour naissant de Yukari envers Yusuke et sur le doute de ses sentiments : aime-t-elle le garçon ou le chanteur ? Ce premier tome est donc tout en finesse et l'amour s'installe peu à peu comme le doute et la jalousie. Il faudra attendre la suite pour voir si la partie musicale prendra un peu plus de place. Extrait
  18. Titre de l'album : Studio Cabana tome 1 Scenariste de l'album : AGRI Uma / AGURI Uma Dessinateur de l'album : AGRI Uma / AGURI Uma Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt - Tonkam Note : Résumé de l'album : Yukari Maki est une lycéenne plutôt banale, dont la vie est brusquement bouleversée lorsqu'elle aperçoit à la dérobée Yusuke Kusaka, le délinquant de sa classe, interpréter une chanson d'amour. En entendant cette voix mélancolique qu'elle ne lui connait pas et ne ressemble en rien à l'attitude habituelle du jeune homme, Yukari tombe immédiatement sous son charme... Critique : Yusuke est l'élève à éviter, bien qu'il attire le regard des jeunes filles physiquement, son comportement et ses nombreux cours séchés le mettent dans la catégorie voyou. Il n'y a que Yukari qui se permette de lui faire la morale et de le rappeler à l'ordre. Leur relation aurait pu rester à ce stade mais un jour Yukari découvre que Yusuke chante dans un groupe et elle est émerveillée par le timbre de sa voix et par la sensibilité des paroles. Sa vision de Yusuke va alors évoluer. La collection Moonlight de Delcourt nous propose toujours des titres un peu plus recherchés qui ont une véritable identité. Si le premier tome de Studio Cabana (5 tomes en cours) ne se démarque pas trop au niveau du scénario, il faut reconnaître que la patte graphique de l'autrice est agréable avec un trait délicat et des expressions variées. Sans trop en dévoiler la fin du tome annonce une évolution un peu plus mature que la romance lycéenne. On regrettera cependant que sur le 4e de couverture la dernière phrase en dévoile trop, phrase qui n'est pas présente dans le résumé et c'est tant mieux ! La romance en milieu musical a produit de belles histoires comme Nana, Given ou Lovely love lie, et cela fonctionne d'autant mieux quand on arrive à se laisser emporter par une musique que l'on ne peut entendre, toutes les émotions se jouant dans le graphisme et dans la narration. Hélas, pour le moment, cette partie n'est pas vraiment exploitée mais peut-être que ce n'est pas la priorité de l'œuvre... Du coup, ce premier tome se focalise sur l'amour naissant de Yukari envers Yusuke et sur le doute de ses sentiments : aime-t-elle le garçon ou le chanteur ? Ce premier tome est donc tout en finesse et l'amour s'installe peu à peu comme le doute et la jalousie. Il faudra attendre la suite pour voir si la partie musicale prendra un peu plus de place. Extrait Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/studio-cabana-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Une critique de @TheOtaku : En voilà un scénario profond. Sachi décide de se rendre seule à la clinique, en plein le déni, mais à l'instant où elle entend les battements du cœur de l'embryon en elle, elle ne sait plus. Il ne reste plus que 3 semaines à Takara et elle pour prendre une décision mais elle n'arrive plus à savoir. Faut-il avorter ? Faut-il le faire adopter ? Pourras -t-elle le garder ? Quel est l'avis des adultes ? Peu importe leur décision, il leur faudra un accord parental, mais avant tout il faut commencer par en parler aux adultes. Mais quel manga ! Quelle histoire ! Nous voici avec une histoire des plus prenantes, pleine de suspense, mais aussi une histoire reflétant la triste réalité, la triste dureté de ce que certains pourraient appeler plus tard une "erreur de jeunesse" ou bien un "choix fait à la va-vite". Ce manga est dur à sa façon, il met la boule au ventre à sa façon, il reflète une vérité peu connue, il explique tout dans les détails, des détails qui nous sont souvent inconnus ou peu écouter, il fait mal, et pour preuve il est déconseillé aux moins de 13 ans. Ce manga est génial, triste bien sûr mais très bon. L'histoire, les sentiments des personnages et leurs points de vue sont très bien mis en scène et le scénario est assez poussé sans pour autant paraître absurde, il reflète une "triste" condition tout en lui laissant son côté réel et véritable. Enfin, le sujet est abordé de manière simple et sans quelconque sous-entendu péjoratif, ce qui rend la lecture de ce manga encore plus absorbante et calme. J'ai adoré ce tome 2 et en suis sortie toute chamboulée et toute triste je pourrais dire.
  20. Titre de l'album : Critique par une ado : L'enfant en moi tome 2 Scenariste de l'album : Mamoru Aoi Dessinateur de l'album : Mamoru Aoi Coloriste : Editeur de l'album : 404 Graphics Note : Résumé de l'album : Alors qu'elle était censée attendre Takara pour aller voir un gynécologue, Sachi décide finalement de se rendre seule à la clinique. Sur son formulaire, Sachi avait coché l'I.V.G., mais dès l'instant où elle a entendu les battements de coeur de l'embryon en elle, elle n'a plus été sûre de rien. Il ne lui reste que trois semaines pour prendre une décision. Confuse, la jeune fille va à présent devoir faire face à sa mère et à celle de Takara, et les mettre au courant de sa grossesse. Quelle décision prendra-t-elle ? Critique : Une critique de @TheOtaku : En voilà un scénario profond. Sachi décide de se rendre seule à la clinique, en plein le déni, mais à l'instant où elle entend les battements du cœur de l'embryon en elle, elle ne sait plus. Il ne reste plus que 3 semaines à Takara et elle pour prendre une décision mais elle n'arrive plus à savoir. Faut-il avorter ? Faut-il le faire adopter ? Pourras -t-elle le garder ? Quel est l'avis des adultes ? Peu importe leur décision, il leur faudra un accord parental, mais avant tout il faut commencer par en parler aux adultes. Mais quel manga ! Quelle histoire ! Nous voici avec une histoire des plus prenantes, pleine de suspense, mais aussi une histoire reflétant la triste réalité, la triste dureté de ce que certains pourraient appeler plus tard une "erreur de jeunesse" ou bien un "choix fait à la va-vite". Ce manga est dur à sa façon, il met la boule au ventre à sa façon, il reflète une vérité peu connue, il explique tout dans les détails, des détails qui nous sont souvent inconnus ou peu écouter, il fait mal, et pour preuve il est déconseillé aux moins de 13 ans. Ce manga est génial, triste bien sûr mais très bon. L'histoire, les sentiments des personnages et leurs points de vue sont très bien mis en scène et le scénario est assez poussé sans pour autant paraître absurde, il reflète une "triste" condition tout en lui laissant son côté réel et véritable. Enfin, le sujet est abordé de manière simple et sans quelconque sous-entendu péjoratif, ce qui rend la lecture de ce manga encore plus absorbante et calme. J'ai adoré ce tome 2 et en suis sortie toute chamboulée et toute triste je pourrais dire. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-enfant-en-moi-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Critique de @TheOtaku : Mais quelle série ! Lele et Andre commencent enfin leur colocation. Yin devient jaloux. Dame Manda veut se venger. Long est toujours en relation sous contrat. Feidna veut séparer nos tourtereaux et détruire la carrière de Lele. Le couple craque. Yin lui court après. Long pète un câble. ---> conclusion : il se passe encore plein de choses dans ces 2 tomes. Ces deux tomes sont tout simplement trop bien, les dessins, le scénario, les sentiments des personnages, le travail de mannequin et puis l'HISTOIRE qui avance et qui se rapproche de la fin car et oui dans 2 tome The one, notre série sur le mannequinat sera complète, certains diront "enfin !" d'autres seront tristes, mais moi tout ce que j'espère c'est une conclusion digne de ce nom ! Enfin nous n'y sommes pas encore 😝 Pour conclure, je vous conseille vraiment cette romance de 18 tomes sur le mannequinat, passer outre des dessins de couvertures et de la différence de style, le changement fait du bien parfois !
  22. Titre de l'album : Critique par une ado : The one tome 15 & 16 Scenariste de l'album : Nicky Lee Dessinateur de l'album : Nicky Lee Coloriste : Editeur de l'album : Meian Note : Résumé de l'album : Après la douceur, un vent de folie surgit de nouveau... La colocation de Lele et Angie débute officiellement. Devant l'harmonie qui règne entre eux, semblable à celle d'un couple, Yin est fou de jalousie ! Parallèlement, Feidna élabore un piège ayant pour but d'anéantir les sentiments liant Yin et Lele. Ces derniers pourront-ils traverser, main dans la main, cette épreuve ? Critique : Critique de @TheOtaku : Mais quelle série ! Lele et Andre commencent enfin leur colocation. Yin devient jaloux. Dame Manda veut se venger. Long est toujours en relation sous contrat. Feidna veut séparer nos tourtereaux et détruire la carrière de Lele. Le couple craque. Yin lui court après. Long pète un câble. ---> conclusion : il se passe encore plein de choses dans ces 2 tomes. Ces deux tomes sont tout simplement trop bien, les dessins, le scénario, les sentiments des personnages, le travail de mannequin et puis l'HISTOIRE qui avance et qui se rapproche de la fin car et oui dans 2 tome The one, notre série sur le mannequinat sera complète, certains diront "enfin !" d'autres seront tristes, mais moi tout ce que j'espère c'est une conclusion digne de ce nom ! Enfin nous n'y sommes pas encore 😝 Pour conclure, je vous conseille vraiment cette romance de 18 tomes sur le mannequinat, passer outre des dessins de couvertures et de la différence de style, le changement fait du bien parfois ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-one-tome-15?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Nickad

    My happy marriage tome 4

    Ce 4eme tome est un tome de transition ; le conflit avec la famille Saimori (le père de Miyo) s’est terminé, le domaine familial a brûlé, son père a déménagé et sa sœur est partie travailler dans une autre famille. Miyo reprend ses cours avec la sœur de Kiyoka afin d’acquérir l’éducation et les connaissances dont elle a été privée. Seulement voilà qu’un nouveau personnage fait son apparition, Arata Tsuruki, un homme qui semble connaître Miyo et en savoir beaucoup sur les cauchemars dont elle souffre. L’histoire avance donc sur plusieurs plans. Il y a la relation entre Miyo et Kiyoka, leurs doutes et surtout l’évolution de leur comportement l’un vis-à-vis de l’autre afin de former un couple uni. Mais il y a aussi une partie fantastique avec l’existence de familles détentrices de pouvoirs particuliers utilisés au sein du gouvernement et forcément des luttes entre elles. Et puis il y a aussi une partie historique à l’heure où le Japon se trouvait entre deux cultures, la traditionnelle et l’occidentale. L’œuvre est fournie, elle se lit à différents niveaux et sait se renouveler. Le lecteur a de quoi faire et ne risque pas de s’y ennuyer. A suivre.
  24. Titre de l'album : My happy marriage tome 4 Scenariste de l'album : AGITOGI Akumi Dessinateur de l'album : KOHSAKA Rito Coloriste : Editeur de l'album : Kurokawa Note : Résumé de l'album : Ils redoutaient leur union, elle sera la clé de leur bonheur... Miyo Saimori descend d'une longue lignée de nobles dotés de pouvoirs surnaturels dont elle n'a elle-même pas hérité. Elle est envoyée dans la famille kudô pour épouser leur chef Kiyoka, réputé cruel et sans coeur. Mais en constatant que Miyo n'a rien d'une jeune noble élevée dans l'opulence, Kiyoka est intrigué et se prend d'affection pour elle. Notre jeune couple est désormais fiancé. N'ayant reçu aucune éducation digne de ce nom, Miyo craint de ne pas être une épouse à la hauteur de son mari. Elle recommence alors son apprentissage avec Hazuki, la grande soeur de Kiyoka. Alors que nos deux amoureux subissent tous deux des journées éprouvantes, un homme mystérieux du nom d'Arata Tsuruki fait son apparition... Miyo et Kiyoka apprendront le bonheur d'aimer et d'être aimé, mais aussi la souffrance qui accompagne ce bonheur... Critique : Ce 4eme tome est un tome de transition ; le conflit avec la famille Saimori (le père de Miyo) s’est terminé, le domaine familial a brûlé, son père a déménagé et sa sœur est partie travailler dans une autre famille. Miyo reprend ses cours avec la sœur de Kiyoka afin d’acquérir l’éducation et les connaissances dont elle a été privée. Seulement voilà qu’un nouveau personnage fait son apparition, Arata Tsuruki, un homme qui semble connaître Miyo et en savoir beaucoup sur les cauchemars dont elle souffre. L’histoire avance donc sur plusieurs plans. Il y a la relation entre Miyo et Kiyoka, leurs doutes et surtout l’évolution de leur comportement l’un vis-à-vis de l’autre afin de former un couple uni. Mais il y a aussi une partie fantastique avec l’existence de familles détentrices de pouvoirs particuliers utilisés au sein du gouvernement et forcément des luttes entre elles. Et puis il y a aussi une partie historique à l’heure où le Japon se trouvait entre deux cultures, la traditionnelle et l’occidentale. L’œuvre est fournie, elle se lit à différents niveaux et sait se renouveler. Le lecteur a de quoi faire et ne risque pas de s’y ennuyer. A suivre. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/my-happy-marriage-tome-4?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. Une critique de @TheOtaku: Nous voilà avec un bon tome, bien qu'assez muni de flashbacks, qui bien sur nous offrent des explications, en premier du côté de Haru et de sa mère. A l'approche de son anniversaire, Haru reçoit depuis toujours une invitation de la part de sa mère mais cette fois c'est Kitake, son demi-frère qui lui en envoie une, tout ça dans le but de discuter avec lui de leur mère mais aussi de Miku. De son côté Miku officialise avec Yves bien que dans le secret étant donné que celle-ci redoute la réaction de sa mère qui considérait Haru comme un membre à part entière dans sa famille. Aussi Yves fait part de sa situation familiale à sa nouvelle petite amie. Comme dit plus haut, ce tome plein d'explications est globalement bien même si je vous avouerais qu'il me laisse sur ma faim. En savoir plus sur Yves et sa famille est une bonne chose tout comme le fait d'avoir l'avis de Haru sur sa relation avec sa mère et son ex petite amie, mais personnellement j'attends avec impatience que Miku fasse face à sa mère et son comportement assez dérangeant je cite "les études que font les enfants sont aussi importantes pour les parents", "je n'accepte pas cette rupture" ou même son coup de "tu n'es pas une fille, et ton maquillage ?". Enfin ce tome se lit toujours aussi bien, les dessins sont toujours aussi beaux et on sent la fin arriver (8 tomes en tout).
×
×
  • Créer...