Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'comics'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. alx23

    Arrowsmith tome 1

    Les éditions Delcourt proposent une réédition de la série Arrowsmith déjà parie en France en 2004 aux éditions USA. Cette nouvelle mouture est agrémentée de nombreux bonus avec des explications de Kurt Busiek, où il décrit en détails l'univers de la série ainsi que les différentes factions. De plus, une galerie d'illustrations et de recherches graphique s'ajoutent à cette édition complète. Dans Arrowsmith, Kurt Busiek mélange plusieurs genres en prenant en référence la première guerre mondiale qui aurait eu lieu sur une Terre parallèle, puisque de nombreux monstres participent mais aussi des sorciers et tout le folklore de l'heroic fantasy. Busiek nous livre une histoire tenant la route avec un héros qui rejoint les forces de l'Unité d'élite aérienne qui utilisent des dragons pour voler. On reste proche du déroulé du conflit de la première guerre mondiale et l'on suit le jeune héros qui passe à l'âge adulte en participant aux batailles et autres atrocités de la guerre. La partie graphique est très bien gérée par Carlos Pacheco qui s'amuse à mélanger les éléments réels et fantaisiste pour construire ses planches dans un style comics classique. Les dessins sont de qualité et même vingt ans après ils sont proches des réalisations actuelles. La construction de l'histoire est assez classique dans le genre récit de guerre mais la partie fantastique apporte de l'originalité dans un juste milieu.
  2. alx23

    Walking Dead - Clementine tome 1

    La série principale Walking dead est terminée depuis quelques années, mais d'autres auteurs reviennent sur cette saga pour apporter leur vision dasn des spin-offs. Tillie Walden récupère Clémentine, un des personnages principaux de série de jeux vidéo The walking dead par Telltale pour construire son histoire. Ce premier tome assez imposant avec plus de deux pages de comics, débute avec Clémentine qui prend la route seule et en béquille. Le monde est toujours peuplé de zombies mais les derniers survivants sont tout autant dangereux que ces monstres pour la plupart. Tillie Walden a pensé son histoire en trilogie et gère également la partie graphique. On retrouve des dessins dans un style réaliste et en noir et blanc avec des dégradés de gris pour rester dans la charte de la série mère. L'album se termine sur des bonus, avec recherches graphiques et crayonnés des personnages et couvertures en couleurs des comics vo. Les fans de walking dead seront content de pouvoir retrouver l'univers des zombies avec le regard d’une autrice qui réserve encore pas mal d’aventure et d’action pour Clémentine en territoire zombie.
  3. Titre de l'album : Dans les yeux de Billie Scott Scenariste de l'album : Zoe Thorogood Dessinateur de l'album : Zoe Thorogood Coloriste : Zoe Thorogood Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : L’art peut-il changer le monde ? C’est le cri du cœur de la jeune peintre Billie Scott qui, à l’approche de sa première exposition, apprend qu'elle va perdre la vue. Quelle pire nouvelle peut toucher une artiste dont la carrière démarre ? Déterminée à ne pas laisser tomber son rêve et sa passion, Billie a quinze jours pour réaliser 10 portraits, quinze jours pour chercher l’inspiration... Critique : Une critique de @nicokino : Zoe Thorogood fait partie des étoiles montantes du monde de la bd. Gagnante du Russ Manning Best Newcomer Award (meilleur espoir) lors des Eisner de 2023, elle a également été nominé 5 fois - pour Rain et It's Lonely at the Centre of the Earth, deux titres, paru ou à paraitre, chez HI Comics - on peut dire que cette jeune femme, encore dans sa vingtaine, est plutôt très bien parti pour devenir une étoile dans le milieu. Dans les yeux de Billie Scott est son premier roman graphique. Billie Scott est une jeune femme artiste d’une vingtaine d’années et une personne solitaire. Recluse dans sa chambre, elle s’est mise en tête de ne pas en sortir avant d’être reconnue. Très peu sociable, utilisant l’alcool pour se désinhiber, elle ne connaît que peu le monde extérieur. Sélectionné par concours pour exposer dans une galerie d’art, un malheureux accident va la rendre aveugle. Elle n’a que deux semaines avant que la cécité soit complète. Elle décide donc de partir en quête d’inspiration, en chasse de 10 portraits qui composeront sa proposition pour la galerie. C’est le point de départ d’une aventure dans les rues de Londres, de rencontres humaines, et de recherche de soi-même. Elle sera amenée à croiser une galerie de personnages hétéroclites, ex-soldat vivant en foyer, mariée malheureuse et bien d’autres. L’art est un des sujets du livre. Le complexe de l’artiste, l’inspiration, la légitimité de créer sont des thématiques qui sont énoncés. L'œuvre se veut assez personnelle, on navigue entre les etat d'âmes de Billie Scott, avec ce compte a rebours inéluctable qui l’attend et l’angoisse. Mais sous tous ses doutes, chagrin et désespoir, cette BD déborde de positivité et de bienveillance. Les personnages que Billie va croiser, aux vies cassées et marginales pour certaines, vont la soutenir et la pousser de l’avant dans la concrétisation de sa quête. Le trait de Zoé est sensible et vibrant, très expressif. Les planches sont composées de couleurs en aplat uniquement sur certains éléments et accompagnées de jeux de motifs tramés. Un dessin en noir et blanc avec des ambiances colorées. Dans les yeux de Billie Scott est une lecture douce et heureuse, avec un message simple et sincère. Thorogood nous livre ici une vision de vie pleine de positivité à travers les yeux de Billie Scott, une très belle première œuvre. On attend de pied ferme It's Lonely at the Centre of the Earth prévu pour le début d’année 2024 chez Hi Comics. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : http://www.bdfugue.com/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. poseidon2

    Dans les yeux de Billie Scott

    Une critique de @nicokino : Zoe Thorogood fait partie des étoiles montantes du monde de la bd. Gagnante du Russ Manning Best Newcomer Award (meilleur espoir) lors des Eisner de 2023, elle a également été nominé 5 fois - pour Rain et It's Lonely at the Centre of the Earth, deux titres, paru ou à paraitre, chez HI Comics - on peut dire que cette jeune femme, encore dans sa vingtaine, est plutôt très bien parti pour devenir une étoile dans le milieu. Dans les yeux de Billie Scott est son premier roman graphique. Billie Scott est une jeune femme artiste d’une vingtaine d’années et une personne solitaire. Recluse dans sa chambre, elle s’est mise en tête de ne pas en sortir avant d’être reconnue. Très peu sociable, utilisant l’alcool pour se désinhiber, elle ne connaît que peu le monde extérieur. Sélectionné par concours pour exposer dans une galerie d’art, un malheureux accident va la rendre aveugle. Elle n’a que deux semaines avant que la cécité soit complète. Elle décide donc de partir en quête d’inspiration, en chasse de 10 portraits qui composeront sa proposition pour la galerie. C’est le point de départ d’une aventure dans les rues de Londres, de rencontres humaines, et de recherche de soi-même. Elle sera amenée à croiser une galerie de personnages hétéroclites, ex-soldat vivant en foyer, mariée malheureuse et bien d’autres. L’art est un des sujets du livre. Le complexe de l’artiste, l’inspiration, la légitimité de créer sont des thématiques qui sont énoncés. L'œuvre se veut assez personnelle, on navigue entre les etat d'âmes de Billie Scott, avec ce compte a rebours inéluctable qui l’attend et l’angoisse. Mais sous tous ses doutes, chagrin et désespoir, cette BD déborde de positivité et de bienveillance. Les personnages que Billie va croiser, aux vies cassées et marginales pour certaines, vont la soutenir et la pousser de l’avant dans la concrétisation de sa quête. Le trait de Zoé est sensible et vibrant, très expressif. Les planches sont composées de couleurs en aplat uniquement sur certains éléments et accompagnées de jeux de motifs tramés. Un dessin en noir et blanc avec des ambiances colorées. Dans les yeux de Billie Scott est une lecture douce et heureuse, avec un message simple et sincère. Thorogood nous livre ici une vision de vie pleine de positivité à travers les yeux de Billie Scott, une très belle première œuvre. On attend de pied ferme It's Lonely at the Centre of the Earth prévu pour le début d’année 2024 chez Hi Comics.
  5. alx23

    Pill Hill

    Titre de l'album : Pill Hill Scenariste de l'album : Nicholas Breutzman Dessinateur de l'album : Nicholas Breutzman Coloriste : Nicholas Breutzman Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Après un divorce, un père et son fils doivent apprendre à vivre ensemble. Alors que le père devient obsédé par un mystérieux colleur de chewing gums sur les arbres d'un parc voisin, le récit entraîne le lecteur dans une réalité hallucinée où cohabitent reptiliens, conspirationnistes et ... trous noirs. Mais Pill hill est avant tout une histoire bouleversante sur les relations père/fils. Critique : Pill Hill est un roman graphique très étrange de Nicholas Breutzman et pourtant l'auteur relate que des anecdotes de sa vie en compagnie de son fils. Cet album regroupe quatorze chapitres où l'on découvre un homme divorcé et perdu dans sa vie quotidienne. Alors qu'il se promène avec son fils, il voit des chewing-gums collés sur tous les troncs d'arbre dans un parc, à partir de ce moment sa vie prend une autre dimension. Ce père de famille se met en quête de trouver l'auteur et cela empiète sur sa vie personnelle et le hante même durant le travail. En parallèle, on suit sa vie amoureuse avec sa nouvelle compagne, les délire de son ex-femme alcoolique et dépressive, mais aussi l'apparition de reptiliens dans son entourage. Toutes ces thématiques participent à une ambiance très particulière, entre humour et drame. Les dessins alternent entre des planches classiques en bichromie et des chapitres en noir et blanc hachurée dans un style plus réaliste. Pill Hill est un roman graphique très dur à définir où le lecteur est emmené dans les délires, la parano de cet homme lambda. Parce que l'histoire de fond reprend la vie de nombreux adultes divorcés mais la partie fantastique est surprenante sans jamais trouver de réponse. Autres infos : Type de l'album : Roman graphique Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/pill-hill/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. alx23

    Pill Hill

    Pill Hill est un roman graphique très étrange de Nicholas Breutzman et pourtant l'auteur relate que des anecdotes de sa vie en compagnie de son fils. Cet album regroupe quatorze chapitres où l'on découvre un homme divorcé et perdu dans sa vie quotidienne. Alors qu'il se promène avec son fils, il voit des chewing-gums collés sur tous les troncs d'arbre dans un parc, à partir de ce moment sa vie prend une autre dimension. Ce père de famille se met en quête de trouver l'auteur et cela empiète sur sa vie personnelle et le hante même durant le travail. En parallèle, on suit sa vie amoureuse avec sa nouvelle compagne, les délire de son ex-femme alcoolique et dépressive, mais aussi l'apparition de reptiliens dans son entourage. Toutes ces thématiques participent à une ambiance très particulière, entre humour et drame. Les dessins alternent entre des planches classiques en bichromie et des chapitres en noir et blanc hachurée dans un style plus réaliste. Pill Hill est un roman graphique très dur à définir où le lecteur est emmené dans les délires, la parano de cet homme lambda. Parce que l'histoire de fond reprend la vie de nombreux adultes divorcés mais la partie fantastique est surprenante sans jamais trouver de réponse.
  7. Titre de l'album : Batman Killing time Scenariste de l'album : Tom King Dessinateur de l'album : David Marquez Coloriste : David Marquez Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Gotham City, 4 mars, 16h46. Banque centrale. Un étrange client fait son apparition. Personne ne le sait, mais le braquage du siècle est sur le point d'avoir lieu, dans cette banque précisément. Trois malfrats ? Catwoman, le Pingouin et le Riddler ? s'associent pour mener à bien leur mission, juste histoire de tuer le temps... Critique : Une histoire de Batman avec Tom King aux manettes , on en redemande tant il magnifie ses histoires . Il peut les complexifier aussi ! Le pitch mentionne un braquage de banque , quoi de plus naturel à Gotham city avec autant de vilains sillonnant les rues ,sauf que ! Sauf que l'ami Tom King intègre des éléments nouveaux tels la mythologie et surtout , il décompose sa narration en plusieurs lignes de temps ! Je ne parle pas de mythologie grecque liée à Wonder woman, mais plutôt la véritable légende hellène . Et lorsque je mentionne plusieurs timelines , attendez-vous à sauter les jours voire les heures , d'avant en arrière et inversement ! On peut éprouver une certaine difficulté à rester dans le récit , il est nécessaire de brancher son cerveau 😉 Mais c'est indéniablement bien réalisé , avec un suspens terrible et un souffle de renouveau dans l'approche narrative des super-héros , tellement bienvenu ! L'ancien analyste de la CIA s'entoure d'un dessinateur correspondant bien à ses standards , David Marquez et son trait "comics" dans la lignée d'un David Finch et autres collaborateurs de son Batman rebirth . Un dessin net , en rondeur , lumineux et détaillé . Le découpage cher à King en 6 petites cases , toujours aussi cinématographique , se retrouve ça et là en cours de lecture . Il s'agit clairement d'un one-shot de très bonne facture , avec un mais : une complexité exacerbée . Vous refermerez ce livre avec un sentiment de satisfaction mêlé à de l' incompréhension . Un fait regrettable certes , mais invitant à d'autres lectures réjouissantes, car les pages se tournent de façon compulsive dans ce polar "Gothamien" . On a hâte de le voir à l'oeuvre dans ce "DCU" que James Gunn veut mettre en place pour concurrencer de façon plus efficace le MCU ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-killing-time/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Kevin Nivek

    Batman Killing time

    Une histoire de Batman avec Tom King aux manettes , on en redemande tant il magnifie ses histoires . Il peut les complexifier aussi ! Le pitch mentionne un braquage de banque , quoi de plus naturel à Gotham city avec autant de vilains sillonnant les rues ,sauf que ! Sauf que l'ami Tom King intègre des éléments nouveaux tels la mythologie et surtout , il décompose sa narration en plusieurs lignes de temps ! Je ne parle pas de mythologie grecque liée à Wonder woman, mais plutôt la véritable légende hellène . Et lorsque je mentionne plusieurs timelines , attendez-vous à sauter les jours voire les heures , d'avant en arrière et inversement ! On peut éprouver une certaine difficulté à rester dans le récit , il est nécessaire de brancher son cerveau 😉 Mais c'est indéniablement bien réalisé , avec un suspens terrible et un souffle de renouveau dans l'approche narrative des super-héros , tellement bienvenu ! L'ancien analyste de la CIA s'entoure d'un dessinateur correspondant bien à ses standards , David Marquez et son trait "comics" dans la lignée d'un David Finch et autres collaborateurs de son Batman rebirth . Un dessin net , en rondeur , lumineux et détaillé . Le découpage cher à King en 6 petites cases , toujours aussi cinématographique , se retrouve ça et là en cours de lecture . Il s'agit clairement d'un one-shot de très bonne facture , avec un mais : une complexité exacerbée . Vous refermerez ce livre avec un sentiment de satisfaction mêlé à de l' incompréhension . Un fait regrettable certes , mais invitant à d'autres lectures réjouissantes, car les pages se tournent de façon compulsive dans ce polar "Gothamien" . On a hâte de le voir à l'oeuvre dans ce "DCU" que James Gunn veut mettre en place pour concurrencer de façon plus efficace le MCU !
  9. Sept années après Patience, Daniel Clowes revient avec un roman graphique une fois de plus surprenant qui mélange les genres entre récit de guerre, de science-fiction, thriller, horreur et dramatique. En effet, cet album est sous la forme d'un recueil de neuf histoires dans des genres différents avec une trame de fond les reliant toutes entre elles autour de la vie du personnage central Monica. Daniel Clowes explore plusieurs décennies des Etats-Unis depuis la guerre du Vietnam, le mouvement hippies et Monica souvent en décalage avec sa vie jusqu’à notre époque. L'histoire est complexe mais prenante et l'on souhaite en apprendre davantage sur Penny et Monica. On enchaine les histoires mais les nombreux dialogues perturbent un peu la lecture notamment sur l'histoire The opening the way, mais ce n’est qu’un détail aux vues de l’œuvre dans sa globalité. La partie graphique de Daniel Clowes est parfaite, on reconnait bien son style. Clowes s'amuse sur les différents genres de ce titre surtout sur les récits thriller horreur ou science-fiction. Les angles de vues sont bien travaillés comme les ambiances souvent étranges pour former un récit fantastique proche de la réalité. Daniel Clowes est un auteur majeur de la bande dessinée indépendante américaine. Il explore toujours de nouvelle méthode pour raconter des histoires avec une qualité graphique irréprochable. Au final, Clowes fait parti de ces auteurs capables de rendre étrange ou d’instaurer une atmosphère particulière à des tranches de vie bien réelle.
  10. Titre de l'album : Gotham city - année un Scenariste de l'album : Tom King Dessinateur de l'album : Phil Hester Coloriste : Phil Hester Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Deux générations avant Batman, le détective privé Slam Bradley se retrouve mêlé au "kidnapping du siècle" lorsque l'enfant héritier des Wayne disparaît dans la nuit... Lancé à sa recherche, il découvre vite que les faux-semblants se multiplient, et que les justes ne sont peut-être pas ceux que l'on croit. Ainsi débute l'histoire brutale d'une Gotham devenue moderne, cité d'abord radieuse abritant en son sein le vice, la violence et la corruption, et prête à déverser le chaos sur ses habitants. Critique : C'est le mois de Tom King chez Urban. Après Killing time (qui divise pas mal la redac) et avant sa reprise de Human Target, voici venir son Gotham City année un. Qui dit Gotham city dit forcement polar... mais un polar à la Tom King. Un polar qui voit revivre l'un des premiers enquêteurs de l'univers DC en la personne de Sam Bradley. A son habitude, Tom King nous propose un personnage torturé dont les réflexions sur lui-même rythme le récit. Notre Sam Bradley n'est pas un mauvais bourge, mais vit à une époque ou les hommes parlaient avant tout avec leurs points... et ca, il sait faire. Le personnage principal est une vraie réussite. King nous livre un personnage hommage aux polars des années 50 et réussit à le rendre attachant. L'histoire en elle-même est superbe. Elle oscille entre une trame historique de Gotham avec un lien fort avec la famille Wayne, et une trame polar sombre ou l'argent et le pouvoir pousse à toutes les folies. C'est sombre, c'est fort et violent. Un polar qui ravira les amateurs du genre Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/gotham-city-annee-un?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. poseidon2

    Gotham city - année un

    C'est le mois de Tom King chez Urban. Après Killing time (qui divise pas mal la redac) et avant sa reprise de Human Target, voici venir son Gotham City année un. Qui dit Gotham city dit forcement polar... mais un polar à la Tom King. Un polar qui voit revivre l'un des premiers enquêteurs de l'univers DC en la personne de Sam Bradley. A son habitude, Tom King nous propose un personnage torturé dont les réflexions sur lui-même rythme le récit. Notre Sam Bradley n'est pas un mauvais bourge, mais vit à une époque ou les hommes parlaient avant tout avec leurs points... et ca, il sait faire. Le personnage principal est une vraie réussite. King nous livre un personnage hommage aux polars des années 50 et réussit à le rendre attachant. L'histoire en elle-même est superbe. Elle oscille entre une trame historique de Gotham avec un lien fort avec la famille Wayne, et une trame polar sombre ou l'argent et le pouvoir pousse à toutes les folies. C'est sombre, c'est fort et violent. Un polar qui ravira les amateurs du genre
  12. Titre de l'album : Dark knights of steel tome 1 - Au loin l'orage Scenariste de l'album : Tom Taylor Dessinateur de l'album : Yasmine Putri Coloriste : Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Un monde médiéval se voit bouleverser à jamais lorsqu'un vaisseau spatial s'écrase sur une planète condamnée. Des années plus tard, le Royaume des Tempêtes confronte le tout-puissant Royaume des El et rassemble des alliés pour le défier. Mais les El peuvent compter sur un allié de poids en la personne de Bruce Wayne, l'impitoyable et dévoué chef de la garde, bien décidé à éradiquer la magie de ses terres... Les alliances se noueront et se briseront, les monarques tomberont, les royaumes s'élèveront, et ce qui semblait être la fin du monde pour beaucoup... n'était que le début d'une nouvelle ère. Critique : Dans la catégorie "what if", voici le dernier venu : une croisé entre nos personnages principaux de l'univers DC avec un univers de chevalerie. Un peu comme le 1602 de Marvel mais 400 ans encore plus tot. Et surtout avec le twist secondaire qui veut que les parents de Clark... soient venus avec lui dans la capsule ! On se retrouve avec un monde complètement re-balancé.... mais un monde ou il existe un contre-pouvoir. Les différents personnages de l'univers DC voient leurs rôles bien repartis avec une mention très bien au personnage de Batman qui a un rôle qui le change radicalement de son positionnement habituel. Porté par un dessin très sympa et très "Murphy-sant", ce nouvel univers se trouve être une lecture accessible à tous et super agréable à découvrir. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/dark-knights-of-steel-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Dans la catégorie "what if", voici le dernier venu : une croisé entre nos personnages principaux de l'univers DC avec un univers de chevalerie. Un peu comme le 1602 de Marvel mais 400 ans encore plus tot. Et surtout avec le twist secondaire qui veut que les parents de Clark... soient venus avec lui dans la capsule ! On se retrouve avec un monde complètement re-balancé.... mais un monde ou il existe un contre-pouvoir. Les différents personnages de l'univers DC voient leurs rôles bien repartis avec une mention très bien au personnage de Batman qui a un rôle qui le change radicalement de son positionnement habituel. Porté par un dessin très sympa et très "Murphy-sant", ce nouvel univers se trouve être une lecture accessible à tous et super agréable à découvrir.
  14. poseidon2

    Hitman tome 1

    Titre de l'album : Hitman tome 1 Scenariste de l'album : Garth Ennis Dessinateur de l'album : John McCrea Coloriste : John McCrea Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Agressé par un parasite extraterrestre, le tueur à gages de Gotham, Tommy Monaghan obtient deux dons surhumains : une vision à rayons-X et la capacité de lire dans les pensées. Désormais, entre deux parties de billard au bar Chez Noonan, Tommy remplit des contrats placés sur la tête des métahumains. Au cours, de ces expéditions périlleuses qui mettent en danger la vie de ses proches, celui qui se fait appeler Hitman croise la route d'Etrigan le Démon, de Batman et du Joker, et même d'animaux aquatiques zombies ! Critique : Quand Garth Ennis décide de donner à DC un Punisher... on obtient un héros qui oscille entre la violence du Puiser et l'irrévérence de John Constantine. En gros un régal pour tout amateur du genre du comics à l'anglaise. C'est irrévérencieux comme rarement, surtout vis-à-vis du personnage de Batman qui prend cher et passe pour un idiot, mais aussi sur tout l'univers de Gotham qui prend un vrai coup de fouet de la part du maitre Garth Ennis. C'est frais, c'est rigolo, mais aussi sans pitié et violent à souhait. Comme il a pu le faire sur son Hellblazer, il n'épargne pas non plus son héros qui voit ses pouvoirs se transformer en une malédiction qui va toucher les rares proches qu'il peut avoir. Amateur de comics des années 90/00 à la sauce Ennis, ne passez pas a coté de cette réédition ! Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hitman-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. poseidon2

    Hitman tome 1

    Quand Garth Ennis décide de donner à DC un Punisher... on obtient un héros qui oscille entre la violence du Puiser et l'irrévérence de John Constantine. En gros un régal pour tout amateur du genre du comics à l'anglaise. C'est irrévérencieux comme rarement, surtout vis-à-vis du personnage de Batman qui prend cher et passe pour un idiot, mais aussi sur tout l'univers de Gotham qui prend un vrai coup de fouet de la part du maitre Garth Ennis. C'est frais, c'est rigolo, mais aussi sans pitié et violent à souhait. Comme il a pu le faire sur son Hellblazer, il n'épargne pas non plus son héros qui voit ses pouvoirs se transformer en une malédiction qui va toucher les rares proches qu'il peut avoir. Amateur de comics des années 90/00 à la sauce Ennis, ne passez pas a coté de cette réédition !
  16. Contre pied complet de Blue Beetle sur ce WW HIstoria. Ici, on est dans du roman graphique pure. Un roman graphique qui raconte l'histoire des amazones, de leurs créations par les déesses à leur exclusion sur Themiscyra. Cette histoire n'a "rien" à voir avec Wonder Woman, autant vous le dire. c'est l'histoire d'Hippolyte et de la rébellion des déesses devant le sort qui est réservé aux femmes sur terre. C'est, toujours a contrario de Blue Bettle, subliment bien dessiné et détaillé. Le découpage est original, le parti prix graphique étonnant et exigeant pour nous fournir une œuvre assez hors norme qui... ne trouvera peut-être son public dans les fans classiques de super héros. Car ici on est plus dans de la mythologie que dans du super héroïsme. N'attendez pas d'autres héros, ou de lasso de la vérité ou de bracelet magique ou de fille qui vole.... On est définitivement plus proche de l'odyssée que d'une crise à la DC. Loin de moi l'idée de dire que ce n'est pas bien, j'ai adoré. C'est juste pour que vous sachiez à quoi vous attendre.
  17. Titre de l'album : Wonder woman historia - The amazons Scenariste de l'album : Kelly Sue DeConnick Dessinateur de l'album : Gene Ha | Phil Jimenez | Nicola Scott Coloriste : Collectif Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Il y a des millénaires, la reine Héra et les déesses du panthéon olympien se sont montrées très insatisfaites de leurs homologues masculins. Loin de leur regard, elles mirent un plan à exécution : une nouvelle société était, une société jamais vue sur Terre, capable de choses merveilleuses et terribles : les Amazones. Mais leur existence ne pouvait rester secrète éternellement, si bien que lorsqu'une femme désespérée du nom d'Hippolyte croisa leur chemin, une guerre totale entre le ciel et la Terre débuta, et sans que personne ne puisse l'imaginer, allait mener à la naissance de la plus grande gardienne de la Terre ! Critique : Contre pied complet de Blue Beetle sur ce WW HIstoria. Ici, on est dans du roman graphique pure. Un roman graphique qui raconte l'histoire des amazones, de leurs créations par les déesses à leur exclusion sur Themiscyra. Cette histoire n'a "rien" à voir avec Wonder Woman, autant vous le dire. c'est l'histoire d'Hippolyte et de la rébellion des déesses devant le sort qui est réservé aux femmes sur terre. C'est, toujours a contrario de Blue Bettle, subliment bien dessiné et détaillé. Le découpage est original, le parti prix graphique étonnant et exigeant pour nous fournir une œuvre assez hors norme qui... ne trouvera peut-être son public dans les fans classiques de super héros. Car ici on est plus dans de la mythologie que dans du super héroïsme. N'attendez pas d'autres héros, ou de lasso de la vérité ou de bracelet magique ou de fille qui vole.... On est définitivement plus proche de l'odyssée que d'une crise à la DC. Loin de moi l'idée de dire que ce n'est pas bien, j'ai adoré. C'est juste pour que vous sachiez à quoi vous attendre. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/wonder-woman-historia-the-amazons?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. alx23

    Night fever

    Titre de l'album : Night fever Scenariste de l'album : Ed Brubaker Dessinateur de l'album : Sean Phillips Coloriste : Jacob Phillips Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : En voyage d'affaires en Europe, Jonathan Webb n'arrive pas à dormir. Au lieu de cela, il se retrouve à errer la nuit dans une ville étrangère, avec son nouvel ami, le mystérieux et violent Rainer comme guide. Rainer montre à Jonathan le monde caché de la nuit, un monde sans règles ni limites. Mais lorsque le plaisir se transforme en danger, Jonathan risque de se retrouver piégé dans le noir... Critique : Pour faire une pause dans leur série Reckless, le duo Brubaker et Phillips réalise night fever, un one shot percutant et efficace. Brubaker change légèrement de registre pour écrire un thriller très prenant autour d'un homme de 45 ans menant une vie calme avec sa petite famille. En voyage d'affaire à Paris, cet éditeur de romans rencontre un homme étrange possédant une grande prestance et se laisse embarquer dans une nuit de folie et d'excès à en oublier son quotidien. Dès lors, la vie du héros se transforme et dévoile la part sombre qui sommeillait en lui depuis longtemps. Sean Phillips est très en forme sur cet album se déroulant en France à la fin des années 70. Les scènes d'action sont bien rythmées avec course poursuite en voiture dans les rues de Paris ou soirées privées dans des luxueuses demeures. Jacob Phillips gère les couleurs comme souvent sur les productions du duo avec beaucoup de maitrise. Night fever est encore une réussite à ajouter au duo devenu trio avec le fils de Phillips, puisqu'il colorise pratiquement toutes leurs productions maintenant. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/night-fever/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. alx23

    Night fever

    Pour faire une pause dans leur série Reckless, le duo Brubaker et Phillips réalise night fever, un one shot percutant et efficace. Brubaker change légèrement de registre pour écrire un thriller très prenant autour d'un homme de 45 ans menant une vie calme avec sa petite famille. En voyage d'affaire à Paris, cet éditeur de romans rencontre un homme étrange possédant une grande prestance et se laisse embarquer dans une nuit de folie et d'excès à en oublier son quotidien. Dès lors, la vie du héros se transforme et dévoile la part sombre qui sommeillait en lui depuis longtemps. Sean Phillips est très en forme sur cet album se déroulant en France à la fin des années 70. Les scènes d'action sont bien rythmées avec course poursuite en voiture dans les rues de Paris ou soirées privées dans des luxueuses demeures. Jacob Phillips gère les couleurs comme souvent sur les productions du duo avec beaucoup de maitrise. Night fever est encore une réussite à ajouter au duo devenu trio avec le fils de Phillips, puisqu'il colorise pratiquement toutes leurs productions maintenant.
  20. Titre de l'album : Batman - One bad day - Ra's al Ghul Scenariste de l'album : Tom Taylor Dessinateur de l'album : Rodrigo Ivan Dos Reis Coloriste : Rodrigo Ivan Dos Reis Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Depuis des siècles, Ra's al Ghul a tenté de sauver la Terre de son pire ennemi : la corruption humaine. Sans jamais y parvenir. De nombreux obstacles se sont dressés sur sa route, parmi lesquels le Chevalier Noir. Ra's a pourtant offert à Batman de se rallier à sa cause, mais en vain. Aussi n'a-t-il d'autre choix que d'éliminer le détective de Gotham de l'équation. S'il faut en passer par là pour remodeler le monde à son image et apporter paix et prospérité à cette Terre en perdition, alors il n'hésitera pas... Critique : Ces tomes de one bad day de Urban sont aussi différents que le niveau est hétérogène... mais globalement avec un niveau très moyen. Celui-ci ferait partie du haut du panier de mon point de vue. En effet, déjà graphiquement, c'est très beau. En plus, nos auteurs se risquent à faire l'opposé de celui sur Catwoman : une histoire impactante pour le monde entier. Forcement quand on parle de Ra's al Ghul on ne pouvait faire les choses à moitié et Tom Tailor l'a bien compris. Cependant, cette idée demanderait, évidemment, bien plus de page pour être vraiment intéressante mais marque une vraie prise de risque et se trouve être, au final, rafraichissante dans cette série de "One Bad Day". Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/batman-one-bad-day-ra-s-al-ghul?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Ces tomes de one bad day de Urban sont aussi différents que le niveau est hétérogène... mais globalement avec un niveau très moyen. Celui-ci ferait partie du haut du panier de mon point de vue. En effet, déjà graphiquement, c'est très beau. En plus, nos auteurs se risquent à faire l'opposé de celui sur Catwoman : une histoire impactante pour le monde entier. Forcement quand on parle de Ra's al Ghul on ne pouvait faire les choses à moitié et Tom Tailor l'a bien compris. Cependant, cette idée demanderait, évidemment, bien plus de page pour être vraiment intéressante mais marque une vraie prise de risque et se trouve être, au final, rafraichissante dans cette série de "One Bad Day".
  22. Titre de l'album : Supergirl : Woman of tomorrow Scenariste de l'album : Tom King Dessinateur de l'album : Bilquis Evely Coloriste : Bilquis Evely Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Kara Zor-El a vécu bien des aventures épiques mais elle cherche aujourd'hui un sens à son existence. Témoin de la destruction de sa planète, elle fut envoyée sur Terre avec pour mission de protéger un petit cousin qui finira par ne plus avoir besoin d'elle. A quoi tout cela a-t-il servi ? Où qu'elle aille, l'ombre de Superman semble la suivre jusqu'à la faire douter de sa propre légitimité. Perdue dans ses questionnements existentiels, Kara taquine la bouteille le soir de son 21e anniversaire lorsque sa trajectoire percute celle de Ruthye, jeune extraterrestre en quête de vengeance... Contenu vo : #1-8. Critique : Tom King continue sa mainmise sur les one shot de l'univers DC en s'emparant de Supergirl. Et encore une fois, il transforme le personnage pour nous en présenter une version que l'on a jamais vue. Mais cette fois, il laisse de côté sa narration typique Tom King pour nous livrer... un vrai roman graphique. On pourrait même aller jusqu'au roman illustré en fait. En effet, ce "Supergirl : Woman of Tomorrow" nous est raconté du point de vue de Ruthye, jeune extraterrestre, et cela, au travers... d'une lecture de ses mémoires. On se retrouve donc avec, à peu près, 90% du texte qui est de la voie off décrivant les illustrations, comme si on lisait un livre illustré. Bien sûr, Tom King jouant avec les codes, il s'amuse à nous faire étudier les différences entre la narration et les images, images montrant réellement ce qu'il s'est passé là ou la narration ne décrit est le compte rendu biaisé de l'aventure écrit dans les mémoires de Ruthye. Cet ensemble forme une très belle histoire, très émouvante, nous montrant une Supergirl plus fragile et plus "humaine" que la superhéroïne que l'on connait. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/supergirl-woman-of-tomorrow?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. poseidon2

    Supergirl : Woman of tomorrow

    Tom King continue sa mainmise sur les one shot de l'univers DC en s'emparant de Supergirl. Et encore une fois, il transforme le personnage pour nous en présenter une version que l'on a jamais vue. Mais cette fois, il laisse de côté sa narration typique Tom King pour nous livrer... un vrai roman graphique. On pourrait même aller jusqu'au roman illustré en fait. En effet, ce "Supergirl : Woman of Tomorrow" nous est raconté du point de vue de Ruthye, jeune extraterrestre, et cela, au travers... d'une lecture de ses mémoires. On se retrouve donc avec, à peu près, 90% du texte qui est de la voie off décrivant les illustrations, comme si on lisait un livre illustré. Bien sûr, Tom King jouant avec les codes, il s'amuse à nous faire étudier les différences entre la narration et les images, images montrant réellement ce qu'il s'est passé là ou la narration ne décrit est le compte rendu biaisé de l'aventure écrit dans les mémoires de Ruthye. Cet ensemble forme une très belle histoire, très émouvante, nous montrant une Supergirl plus fragile et plus "humaine" que la superhéroïne que l'on connait.
  24. Titre de l'album : Skull and bones - Savage storm Scenariste de l'album : John Jackson Miller & James Mishler Dessinateur de l'album : Christian Rosado Coloriste : Roshan Kurichiyanil Editeur de l'album : Black River Note : Résumé de l'album : Un navire marchand en haute mer est pris à d'assaut par une bande de terribles pirates, mais l'affrontement est interrompu par un typhon dévastateur. Lorsque la tempête s'abat, elle laisse les deux factions coincées sur une île perdue dans l'océan Indien. Ils vont devoir s'allier pour survivre. Critique : Skull and Bones est le prochain jeu vidéo de chez Ubisoft, dont la sortie à été repoussé pour permettre de finaliser le jeu, d'ailleurs une version bêta était disponible l'été dernier. En parallèle, l'univers étendu est déjà en place avec ce premier one shot intitulé Savage storm. Les deux John Jackson Miller et James Mishler s'inspirent de l'histoire du jeu et introduisent des protagonistes dans leur intrigue. On découvre plusieurs capitaines dans la société des pirates œuvrant dans l'océan indien. Les batailles en mer sont fréquentes mais il y a également toute une parie d'exploration et aventure sur les îles sauvages et chasse aux trésors. Savage storm est un one shot d'action très dynamique avec des combats très intenses. La partie graphique est dans un style réaliste avec beaucoup d'encrage comme vous pouvez le voir sur la couverture, très représentative des dessins des planches intérieures. Les joueurs pourront patienter avant la sortie du jeu vidéo avec une première immersion avec l'univers étendu en comics de Skull and Bones. Mais il n'est pas nécessaire de jouer aux jeux vidéo pour apprécier cette histoire de piraterie où tous les pirates veulent se massacrer pour la suprématie. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/skull-bones-savage-storm/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. alx23

    Skull and bones - Savage storm

    Skull and Bones est le prochain jeu vidéo de chez Ubisoft, dont la sortie à été repoussé pour permettre de finaliser le jeu, d'ailleurs une version bêta était disponible l'été dernier. En parallèle, l'univers étendu est déjà en place avec ce premier one shot intitulé Savage storm. Les deux John Jackson Miller et James Mishler s'inspirent de l'histoire du jeu et introduisent des protagonistes dans leur intrigue. On découvre plusieurs capitaines dans la société des pirates œuvrant dans l'océan indien. Les batailles en mer sont fréquentes mais il y a également toute une parie d'exploration et aventure sur les îles sauvages et chasse aux trésors. Savage storm est un one shot d'action très dynamique avec des combats très intenses. La partie graphique est dans un style réaliste avec beaucoup d'encrage comme vous pouvez le voir sur la couverture, très représentative des dessins des planches intérieures. Les joueurs pourront patienter avant la sortie du jeu vidéo avec une première immersion avec l'univers étendu en comics de Skull and Bones. Mais il n'est pas nécessaire de jouer aux jeux vidéo pour apprécier cette histoire de piraterie où tous les pirates veulent se massacrer pour la suprématie.
×
×
  • Créer...