Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Justice league Endless winter


    poseidon2
    • Scenariste: Ron Marz / Andy Lanning Dessinateur: Collectif Coloriste: Collectif Editeur: Urban Comics Note :
      Résumé:

      Il y a un millier d'années, un dieu nordique répondant au nom de Frost King a menacé le monde et ses habitants. À l'époque, une équipe de héros composée de Black Adam, la Créature du Marais, Hippolyte et Viking Prince s'était rassemblée pour s'opposer à cette ancienne divinité capable de contrôler des écosystèmes entiers. Le combat s'était alors soldée par une victoire... mais à quel prix ? Aujourd'hui, le géant de glace est de retour de son exil, et un blizzard mortel l'accompagne...

      Type: Comic L'acheter sur bdfugue Genre: Super héros

    En voila un cross over à l'ancienne. Le genre que je ne pensais plus voir et..... que ca ne m'aurait pas derangé de ne plus lire en fait.

    Non pas que ce ne soit pas divertissant. Ca plairait à un ado sur la route des vacances. Mais ce crossover est globalement... vide. Oui Vide. 
    On y retrouve une histoire assez abracabrantesque, plein de personnages secondaires à peine presentés qu'ils sont partsi sans faire grand chose si ce n'est coucou et un méchant très méchant mais venu de nul part et envoyé vers le "on ne te revera jamais" en 3 coup de cuillere à pot sans intervention d'aucun des vrais héros d'ailleurs. 

    En gros un one shot sans grand intérêt ni impact mais surtout presque pas creusé par sa faible pagination. Aucun des points de vue présentés  ne sont vraiment poussés, (batman  a un joli manteau c'est suffisant non ?) les héros font à peine leur showroom et on a oublié cette histoire 3h apres l'avoir lue.

    Bref un crossover que j'appreciais quand j'avais 10 quand je ne cherchais pas de vrai scénario.

    Malheureusement ca a changé depuis et je vais me replonger de ce pas dans DCeased ou la saga Metal....

    Modifié par poseidon2



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 1 anonyme, 40 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • Timed zéro
      Note :
      Timed zero est le premier volume de la série « timed » à paraître chez Shockdom. Ce premier opus est une introduction à l’univers : des gens ordinaires se retrouvent dotés de pouvoirs extraordinaires du jour au lendemain.

      L’univers Timed semble intéressant et prometteur : il va falloir trouver l’origine du phénomène, d’où viennent ces pouvoirs, à qui sont-ils destinés et pourquoi, et ce que cela va changer dans le paysage politique car il y aura forcément des luttes pour s’attribuer ces nouvelles compétences. Ce qui est innovant, c’est la durabilité de ses capacités : non seulement elles ne sont pas éternelles mais en plus elles provoquent la mort de leur utilisateur une fois consommées.

      Si la présentation donne envie, le contenu est un peu léger : certes on introduit deux agents spéciaux qui seront certainement le lien entre les différents volumes, les autres personnages disparaissent aussi vite qu’ils étaient arrivés ! Autant dire qu’il n’y a pas grand-chose dans ce tome, ça a beau être une introduction, on reste sur sa faim. Quant aux dessins, il est assez classique et manque d’originalité.
      • 0 réponse
    • Le printemps des comics chez panini
      Après Urban Comics et ses offre à 4.99 durant l'été, Panini contre attaque avec des albums disponibles en librairie à 5.99. Avant cela ils avaient fait des opérations promotions mais uniquement via leur partenaire carrefour sur des albums de qualité moyenne en contenu autant qu'en terme de contenant.

      La, pour la sortie librairie, ils frappent fort avec de très belles éditions mais surtout des auteurs de renom avec rien de moins que le couple Loeb et Sale deux fois, Aaron, Fraction, Millar …

      C'est beau, ca a l'air très bon et ce n'est pas très cher. Alors certes il n'y a pas le volumes des éditions Urban de l'été mais les albums on l'air plus durables.

      Et si les histoires sont toutes superes, on en se plaindra pas, c'est quand meme beaucoup beaucoup moins cher que le tarif habituel de panini.
      • 0 réponse
    • Urban t5 (fin)
      Note :
      Enfin il est là mon précieux !!! 4 ans après la parution du tome 4 le cinquième et dernier tome d’Urban est enfin disponible. Autant vous dire que pour fêter ca j'ai tout relu. On devrait plutôt dire j'ai tout dévoré.

      Car les 5 d'affilé font de cette histoire une vraie merveille. Cette série prend tout son sens une fois toutes les briques de Brunschwig imbriquées comme il faut. Apres un tome 4 qui nous présentait l'historique du parc et surtout de Springy, ce tome cinq imbrique tous les morceaux. On  a nos réponses à toutes nos questions. Que ce soit l'enfant, que ce soit Springy, que ce soit  Buzz ou même A.L.I.C.E, on a les réponses à toutes nos questions.

      Mais plus que cela on a surtout une très belle fin. Une fin bien meilleur que celle que l'on avait envisagé car elle se permet d'allier la logique avec le bonheur.

      On est donc aussi content pour nos personnages qu'effrayer par le cynisme de cette fin. 

      Un série magnifique encore une fois pour un  Luc Brunschwig peu prolifique mais parmi les scénaristes les plus vrillant de sa génération.
      • 0 réponse
    • La lucha
      Note :
      Lucha, chronique d'une révolution sans armes au Congo est une réédition d'un album depuis quelques temps indisponibles en librairie. Justine Bradant est journaliste de métier et a déjà publié plusieurs titres sur le Congo avant de s'attaquer au scénario de cette bande dessinée documentaire et historique sur la Lucha. Ce témoignage retrace cinq années de lutte sans violence et sans arme des membres de la Lucha pour se faire entendre face à la répression armée et fatale du gouvernement. Les membres de la Lucha demande seulement l'accès à l'eau courante, l'éducation gratuite pour tous et interdire au président de faire un troisième mandat. Ce combat pacifique reçoit beaucoup de violence de la part du gouvernement, violence, maltraitance, enfermement des membres de la Lucha et autres partisans. Les dessins de Annick Kamgang sont en noir et blanc pour dépeindre la réalité que connait ce pays dans un style semi-réaliste.
      Lucha est une œuvre forte par le sujet traité pour faire avancer les choses au Congo et pour la population qui vit dans la misère. Cette bande dessinée a reçu le prix ambassadeur de Conscience, attribué par Amnesty international en 2016.
      • 0 réponse

    • Cinéraire tome 1
      Note :
      Nouvel éditeur de bd et de mangas sur le marché, Shockdom nous propose des œuvres d’auteurs italiens. J’ai trouvé intéressant d’aller voir de plus près leur catalogue et je vous présenterai plusieurs de leurs titres.

      Roberta Rea a remporté un prix au salon manga de Barcelone en 2014, ce qui a lancé sa carrière et Cinéraire est sa première œuvre publiée en France. Elle nous propose un shonen : Kali est une jeune fille pirate qui décide de partir à la recherche des légendaires 12 dagues. Après quelques déboires, elle va être accompagnée d’un apprenti aventurier et d’une princesse magicienne.

      Le graphisme est agréable, on sent bien l’inspiration manga surtout sur le design des personnages, le livre est d’ailleurs dans le sens japonais. Côté histoire, je la trouve par moment un peu confuse, on passe rapidement sur certains éléments, on a l’impression qu’il y a eu un excès de zèle. Une fois les bases posées, l’intrigue se stabilise, les personnages sont sympathiques et l’histoire mêle action et humour.

      Cinéraire est donc un manga d’aventures, avec de jeunes pirates qui partent à la recherche d’un trésor (on est loin de one piece je vous rassure), C’est plutôt un bon début qui mérite de gagner en maturité.
      • 2 réponses
×
×
  • Créer...