Aller au contenu
  • S’inscrire
  •  

    Couverture Space punch tome 1Couverture Space punch tome 29791033513568_1_75.jpg

     

    Interview ZD :

    Interview de ZD, l'auteur de Space Punch (2 tomes, troisième à paraitre début octobre) aux éditions Ankama, dans le cadre de la Japan Expo, pour 1001bd.com, part deux lectrices de 13 ans. 

    The Otaku : On voudrait savoir combien de temps vous mettez à faire un manga s'il te plaît 

    ZD : alors ça dépend du nombre de pages et de ton rythme, si tu es plus ou moins rapide. Par exemple mes premiers tomes m'ont pris chacun 1 ans. Donc 2 ans au total. Avec la discipline et l'expérience, on devient plus rapide donc le tome 3, qui fait autant que le 2, ne va me prendre que 8 mois. Egalement parce que sur celui-là je ne suis pas tout seul, je bosse avec deux assistants qui m'aident pour assurer un meilleur rythme

    The Otaku : est-ce que, en dehors du manga, vous faites autre chose ?

    ZD : non rien à part dormir manger et faire des planches je ne fais rien d'autre (rires). C'est mon activité principale à plein-temps. Même à sur plein-temps parce que ça va bouffer aussi un peu sur le weekend mais, non je ne fais que ça. C'est important pour une série parce que sur une série le lecteur attend la suite et donc il faut que je me mette à plein-temps sinon l'attente va être trop longue.

    The Otaku : Est-ce que cela rapporte suffisant pour gagner votre vie correctement ?

    ZD : Là ça va. En fait c'est surtout compliqué dans la période avant la sortie. C'est à dire que les auteurs français, pour combler le manque de rythme qu'on va avoir par rapport aux Japonais, parce que les Japonais ils travaillent par équipe, avec beaucoup d'assistant et donc ils peuvent enchaîner et être hyper rapide. Nous, on est tout seul, en général, les auteurs français, donc pour qu'il n'y ait pas un an entre la sortie du tome à la sortie tome deux et ben on va faire du frigo ! C'est à dire qu'on va faire des tomes en avance. Donc on va faire le tome 1. On ne va pas le sortir tout de suite. On va commencer le 2 et quand on aura avancé sur le 2, par exemple, et ben on va sortir le 1, pendant qu'on est sur le 3. Du coup pendant ces 2 ans ou  l'on fait du frigo il n’y a rien qui est sorti, qui est publié et du coup personne ne nous connaît. On a l'argent des tomes, mais on n’a pas les à côté c'est à de dire on n'est pas invité pour faire des ateliers on n'est pas un invité en festival et cetera donc on n'a pas beaucoup de possibilités de revenus. Mais une fois que les mangas sortent, ça fait son bonhomme de chemin et les possibilités de revenus se multiplient et sur le long terme va mieux.

    The Otaku : Ça doit être une question qui revient souvent mais, d'où vous est venu l'idée de Space Punch ?

    ZD :  c'est venu instinctivement presque. Je me suis inspirée de mes inspirations principales qui sont des mangas de boxe, de mafia ou avec de la science-fiction et je voulais tout simplement mettre toutes les références des mangas que j'aime bien. Mettre tout ça dans un énorme saladier, touiller et..... ça m'a donné Space Punch

    The Otakuqu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

    ZD : J’ai des choses à dire. Des revendications ! (rires)  Non disons que j'adore dessiner et j'avais testé le travail de collaboration avec un scénariste et ça ne m’a pas trop plu parce que je finissais par être co-scénariste. Un peu fatiguant. Moi je voulais être vraiment à l'aise. Ne rien toucher au scénario sauf si je le fais-moi. Du coup tant qu'à faire, autant faire mes propres histoires, celles que j'ai envie de raconter avec mes thèmes propres. Comme ça je suis sûr de de ne m'embrouiller avec personne., a priori, vu que je fais tout. Comme ça c'est un projet 100 % perso et puis je n’ai pas l'impression de perdre mon temps ou de pas faire sur ce que je voudrais.

    The Otaku : Quand est-ce que vous avez commencé à dessiner ?

    ZD : j'ai commencé à dessiner quand j'étais tout petit comme beaucoup. Quand j'avais entre 6 et 7 ans. Ensuite j'ai découvert les mangas et j'ai commencé à recopier les mangas que je lisais, Dragon Ball au début, et puis ensuite au collège j'ai découvert One Piece, Naruto, Bleach, Fullmetal Alchemist, cetera et ça ne s’est pas arrêté voilà. J'ai continué à recopier tous les mangas que je kiffais  puis j'ai commencé à créer mes propres histoires, dessiner mes propres personnages voilà. Depuis tout petit je dessine beaucoup

    The Otaku : J'ai cru comprendre qu'avant vous étiez ingénieur. Pourquoi avoir changé et vous être mis au manga ?

    ZD : Parce que l'ingénierie ne me passionnait pas. J'étais passionné par le dessin et je n’étais pas épanoui dans mon taf. Mêmes à mon taf d'ingénieur on me disait de me lancer. Forcement au taf, le midi, tu discutes avec les collègues :

    - "Ouais tu as fait quoi ce weekend ? etc."

    - " j'ai dessiné ça" et tu montres ce que tu fais des collègues

    - "c'est incroyable ! "

    - "qu'est-ce que tu fais ici ?"

    - "vas t'en, va vivre tes rêves"

    Et du coup ils me faisaient comprendre que je serais mieux dans des métiers plus graphiques et ils avaient raison. Même si je m'entendais bien avec les gens je n’étais pas passionné par le boulot et c'est quand même des boîtes ou il faut être passionné si tu espères monter et vu que je ne l'étais pas, je n’allais pas être ambitieux et je ne pouvais pas rester sur le long terme, ce n’était pas possible. Donc j'ai profité de la fin de mon CDD pour, pendant le chômage, me mettre à fond sur le dossier. J’ai fait ça. J'ai fait mon dossier et s'est passé.

    The Otaku : comment en êtes-vous venus à dessiner du manga plus que du franco-belges ou du comics ?

    ZD : et ben je lisais essentiellement du manga. Je lisais un petit peu de Franco-Belge en école primaire et collège mais uniquement des histoires de gag genre Kit paddle Titeuf Captain Biceps et tout ça. Il y avait quelques d'histoires comme Soda, je ne sais pas s'il y a plusieurs séries qui s'appelle SODA, je crois je crois que c'est chez Delcourt (Note de la rédac : perdu ZD c'est chez Dupuis), mais 90% de mes lectures, c'était du manga et du coup quand je pensais dessin je pensais manga, quand je pensais histoire je pensais format manga, découpage manga, du coup ben logiquement, avec 90 % de manga voir plus, je n'allais pas faire du Franco Belges.

    The Otaku : Du coup en ce moment vous travaillez sur d'autre série ou vous continuez sur celle-ci ?

    ZD  Je continue cette série tant que on me laisse faire des tomes en plus. Là il y aura au moins 5 tomes et si ça marche bien et que l'on me laisse le nombre de tomes que je veux moi j'irai jusqu'à 10 tomes. Et quand j'aurai fini je ferai soit la suite de l'histoire c'est-à-dire le même univers mais genre avec une ellipse quelques années après, soit un autre projet d'un univers qui n’as rien à voir.

    Poseidon2(qui intervient) : Et pour rebondir sur la question comment ça se passe les relations avec Ankama ? Vous leur présenter un projet comme ça, tout près ? Vous aviez  plusieurs éditeurs où c'est spécialement Ankama ?

    ZD : Ce n’est pas tout prêt. Disons que je fais un dossier d'édition ou je vais écrire le synopsis du tome 1. Montrer gros modo ce qu'il se passe, quels sont les enjeux, ce qui va arriver. Donc je raconte un peu le fil rouge de l'histoire : présentation des personnages, quelques planches quelques exprès.  En fait j'ai plusieurs séquences entre 5 pages et une quinzaine de page voir 20.  Ça c'est un dossier pour teaser comme de la pub en fait. Tu le présente à tous les éditeurs. Ensuite avec les envoient des retours, puis je négocie sur ceux qui sont "chauds" et puis je choisis chez lequel je veux aller. Pour la collaboration, ça dépend des auteurs et de comment chacun veut fonctionner. Soit les auteurs, souvent les plus les plus aguerris, ceux qui ont plus d'expériences, qui envoient juste les pages finies à l'éditeur et ca convient à l'éditeur. Soit, dans mon cas à moi, on peux demander des retours. Ça veut dire que quand je vais faire le scénario, je vais l'envoyer pour validation et ils vont vérifier. Ils ne vont pas influencer l’histoire ou la direction mais juste s'assurer que ça reste cohérent que ce n’est pas déconnant, que ça marche bien dans l'univers, que ça ne manque "pas trop de si, qu'il n'y ai pas trop de ça" et voilà. Ils me le valident et ensuite j'envoie le storyboard de tout le tome, ils me ils me disent si ça leur convient, si les scènes qui sont tournés leur conviennent, si ça leur semble cohérent et une fois qu'il valide le storyboard, je lance l'encrage, je me lance les pages sur un "drive" et ils les récupèrent.

    Poseidon2 : Tu as parlé d'encrage. Comment en es-tu venu à travailler avec des collaborateurs en plus, comme tu disais pour le troisième tome ? Surcharge de travail où des délais qui sont un peu raccourci ?

    ZD :  Un peu des deux. Surcharge parce que j'ai trop de pages. Également pour la difficulté de certaines planches Par exemple sur mon tome 3, surtout, c'est là où j'ai deux assistants. Le tome 3 se passe seulement dans un stade, stade de boxe, et devoir redessiner la foule à chaque fois, et les expressions, les tenues, des coupes de cheveux et faire également le ring, toutes les cordes et les projecteurs. Devoir faire tout ça il y a de quoi devenir fou. Du coup je bosse avec des assistants qui sont dédié à ça. Il y a Cynthia Leman, qui fait Wakfu, et qui m'aide à faire la foule. Même si on essaie de faire un maximum de copier-coller d'une page à l'autre et essayer de récupérer des bouts il faut quand même refaire, à chaque fois, souvent, pas mal de foule donc elle m'aide là-dessus, ça me fait gagner un temps fou. Et un autre assistant Alexandre Desmassias qui bosse avec Guillaume Lapeyre pour le manga les légendaires (édition Delcourt), sur la brigade temporelle (Ankama éditions) est sûr d'autre manga avant, qui fait les décor 3D. Il me fait le ring, il fait les projecteurs. Comme ça je n'ai pas besoin de les faire. Je lui envoie les storyboard avec la vue ou je dessine grosso modo les grandes lignes directrices et voilà. Il va me générer la 3D qu'il va me décomposer en traits 2D. il m’envoie ça, moi je l'intègre. Il y a Cynthia qu'il fait la foule derrière et moi ensuite je rajoute mes trames etc... Comme c'est un même décor en 3D et bien il ne l'a fait qu'une fois. Il l'a modélisé une fois et après il a juste à changer l'angle de vue et à reprendre le même décor. C'est hyper pratique parce que ça en 2D ça aurait été impossible. Il aurait fallu tout refaire à chaque fois. C'est pour ça que je bosse avec des assistants. Pour gagner du temps.

    Posiedon2 : On entend beaucoup parler de studio Japonais qui bossent avec une foule d'assistant. Ou en sont les mangakas français en général par rapport à l'industrialisation du manga comme c'est fait au Japon ?

    ZD : alors le manga français c'est un petit marché par rapport au Japon. Déjà de manière générale on est dix fois moins(de lecteurs) qu'au Japon, même si on est deuxième 2e, je crois que c'est cet ordre de grandeur. Il y a moins de moyens en général pour les mangas français. Comme on a 60 ans d'écart, je pense entre le premier manga, quoique faut définir premier manga, et le premier manga français. Il y a 60 ans et du coup il n’y a pas tous les métiers, toutes ces vocations qui sont présentes. Déjà être auteur de manga ce n’est pas commun en France alors être assistant. En fait être assistant c'est compliqué parce qu’autant au Japon c'est classique de passer par le fait d'être assistant, autant en France non. Au Japon il y a beaucoup d'auteurs qui étaient asistants avant et qui sont fait leurs armes comme ça mais en France ça n'existe pas. En fait si tu as le niveau pour être assistant, en général pour les décors, tu as le niveau pour  être auteur directement. En France qu'on n'a pas cette culture de l'assistant. Je croix que ça existe pour le franco-belge mais pour le manga pas trop. Ce n'est pas courant et en général les artistes préfèrent devenir auteur. Direct, pas être assistant. Donc déjà il faut les trouver. Il faudrait limite qu'il y ait 10 assistants pour un auteur. C’est plutôt l'inverse. Moi j'en connais 4 au total et il y en a deux qui bossent avec moi donc je prends la place de mes autres collègues auteur français qui, eux, bossent vraiment tout seul, parce que les assistants pros sont déjà pris. Et encore il y en a un(A. Desmassias) qui est assistant et il bosse sur 3 projets il y en a une(Cynthia Leman) c'est vraiment juste pour m'aider en plus. Peut-être qu'avec le temps ça viendra et qu'il y aura de plus en plus d'assistants.

    Poseidon2 : Pour conclure, en tant que mangaka avec un peu d'expérience, est-ce que vous voyez une nouvelle génération de mangaka français qui arrive ?

    ZD : Oui moi, avec certains potes, on a le même âge et on a nos séries qui arrive là .Alors moi ma série elle est arrivé l'année dernière mais j'ai mon mon pote Jero avec Ripper (criitique à decouvrir ici) qui sort en ce moment,  mon pote Senjiro avec Sweet Konkrete ( également à découvrir sur notre site) qui arrives là. Il y en a pleint chez d'autres éditeurs qui sortent. Plein de nouveautés. En plus on a à peu près le même age. c'est une génération qui a bien ancré les codes du manga donc ce qui fait qu'on a un style qui est vraiment de style japonais. Oui avec le temps ça ne va faire que grossir get rossir même si c'est que quelques titres qui perdure dans le temps. Mais ils vont perdurer quand même et il y en aura de plus en plus c'est cetera et après oin aura des générations d'auteurs qui seront à leur deuxième titre, avec encore plus expérience. Pour nous là c'est beaucoup d'essais. C'est notre premier manga donc on se fait un peu les dents dessus, on tests pleins de choses On a pas des Tantots (NDLR: Responsable éditoriale) qui ont des décénies d'expérience et de technique qu'ils ont pu transmettre de génération de Tantot à Tantot. Nous on observe ce qu'il se fait et on essaie de faire la même chose. Ca a ses propres ses forces quand même. Mais, voilà, on expérimente plein de trucs de toute façon et après il y aura une autre génération qui aura peut-être encore plus digérer les codes du mangas, qui arrivera, qui sera chaud bouillante et qui va tout casser !

    Poseidon2:. en retour de lecteur j'avoue  le manga français a vachement de progresser graphiquement c'est clair. Par contre en terme de scénario ça sort vachement des codes de ce qu'on peut lire au Japon au Japon ou c'est quand même très codifié. La période isekai en ce moment par exemple. Il y a un certain nombre de périodes avec des gros volumes de séries et ça fait plaisir les mangas français parce que les scénarios sont fois c'est une grande claque.  C'est pas ce qu'on lit au Japon et donc continuez comme ça franchement c'est top !  Ca fait plaisir de voir des auteurs francais.

    ZD :Pas mal de lecteur  en dédicace nous disent : "ca j'ai beaucoup aimé parce que ça c'est original" " c'eet pas très courant" "On avait l'habitude de ca mais là tu as fait une direction"

    Poseidon2 : c'est vraiment ce qui fait la force du manga francais

    ZD : exactement

    Poseidon2 : merci beaucoup d'avoir pris du temps.Et bon courage pour la fin de la Japan

    ZD: De rien c'était chouette. Et ouais, il y a plein de fans qui m'attend de pied ferme à 14h pour les dédicaces.

    IMG_20220715_132259.jpg 

    The Otaku, derrière ses cheveux et ZD 

  • Dernières Critiques

    • The midnight order
      Note :
      Quelle bonne idée a eu Mathieu Bablet de s'entourer de nombreuses dessinatrices pour illustrer les aventures des sorcières de Midnight Tales ! Claire Fauvet et sa précision , Daphnée Collignon et ses élégantes rondeurs de traits , composent entre autres  ,les fers de lance de l'équipe d'illustratrices et illustrateurs réalisant ces histoires courtes . En chef d'orchestre , Bablet réalise des planches transitoires et compose le scénario de ce qui pourrait s'apparenter à une conclusion des histoires déjà parues de Midnight tales . Ceci dit , il n'est absolument pas nécessaire de les avoir lues au préalable . On va donc suivre le parcours de Johnson et Sheridan à travers ces nouvelles imprimées par la patte de chacun des dessinateurs . C'est ici que réside le petit défaut de cette oeuvre (selon moi) : en effet la grande diversité d'artistes avec chacun leur style m'a perdu parfois . J'avais du mal à reconnaître les personnages , et à me repérer dans la chronologie . Car il s'agit d'un scénario à tiroirs , bien distillé et entrecoupé de textes relatant l'histoire des sorcières à travers les âges . On y apprend que ces chasses aux sorcières n'étaient ni plus ni moins qu'une façon détournée d'empêcher l'émancipation de la femme . Elle devait rester dans l'ombre du mari , du mâle dominant . Il est intéressant de faire le parallèle avec nos sorcières qui n'auront de cesse de combattre , le " mal " 😉 .

      Mes points positifs : un scénario maîtrisé , une indépendance vis à vis des Midnight tales déjà parues , une qualité éditoriale (couverture superbe reliée et dorée ) , une pagination importante , un enrichissement culturel car les textes portent sur des faits réels , la découverte de Daphnée Collignon et son dessin très élégant .

      Mon point négatif : Trop de styles artistiques différents qui m'ont fait perdre parfois le fil de l'histoire

       
        • Like
      • 2 réponses
    • Paris-Manga et Sci-Fi show - 32e édition
      32e édition du festival qui aura lieu au parc des expositions de Villepinte (au même endroit que la Japan expo) contrairement aux éditions précédentes où c'était à la port des expositions de Versailles dans Paris intra-muros

      Au programme  des animations, du cosplay, des stands, des conférences...

      Voici la liste des invités :

       

       
      • 0 réponse
    • Tsar par accident - Mythes et mensonges de Vladimir Poutine
      Note :
      Difficile de parler de cet ouvrage objectivement au vu de l'actualité notamment de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. 

      Cet ouvrage s'inscrit en plein dans cette actualité pourtant, tentant de nous montrer et de nous expliquer comment Poutine a pu en arriver là. Pour tout passionné de géopolitique il est donc très intéressant, d'autant plus qu'il est écrit par un spécialiste américain de la Russie plutôt reconnu et sérieux. 

      J'ai simplement deux bémols qui m'ont gênés pendant cette lecture pourtant ô combien instructive. Tout d'abord, dans le lien permanent fait à l'amérique et à sa politique intérieure et extérieure, je trouve l'auteur très très mesuré sur les faits reprochables aux américains. Je trouve que sa pertinence s'arrête là où commencent l'auto-critique nécessaire sur les actions de la diplomatie américaine. C'est particulièrement frappant sur les affaires wikileaks, Snowden et Assange. Simplement il vous faudra être bien armés en connaissances factuelles sur ses évènements pour mieux comprendre les limites de cette lecture. Toute enquête sur une personnalité politique finit nécessairement par être teintée du parti pris de l'auteur et cela ne me gêne en rien, mais ici cela manque parfois de nuance, et cela interroge malheureusement sur la crédibilité du reste des informations, tant la légèreté sur ces dossiers contraste avec le propos soutenu sur d'autres dossiers. 

      Mon second grief concerne la chronologie peu claire. C'est dommage car si certains sauts dans le temps sont nécessaires pour comprendre ou interpréter une réaction, d'autres le sont moins et noient un peu le propos et la logique du dénouement.

       

      Ce Tsar par accident reste en tous cas une lecture majeure et passionnante de 259 pages ayant en plus le mérite de citer sa bibliographie et ses sources clairement en fin d'ouvrage. En cette période complexe, il faudra néanmoins je crois le lire avec un oeil critique mais nul doute que vous y apprendrez beaucoup de choses passionnantes sur la société russe et sur Vladimir Poutine.
      • 0 réponse

    • The elusive samourai T4&5
      Note :
      Le de notre Kingdom pour enfant continue son petit bonhomme de chemin en progressant dans son futur rôle de leader de l'insurrection.

      Cette fois-ci, il nous montre ses talents d'orateur dans une joute verbale intéressante avec Sandamune. Il nous montre aussi sa progression en tant que spécialiste de la fuite en servant de messager lors de la dernière escarmouche avant la grande rébellion.

      Cette série alterne agréablement les scènes de batailles et d stratégie militaire comme son grand frère qu'est Kingdom. Pour rester ouvert à un public enfantin, ces stratégies ne sont pas non plus trop détaillées ou compliquées. 

      Si ces escarmouches sont intéressantes et permettent de découvrir de nouveaux alliés, on a quand même hâte de voir la révolte commencer pour sortir du : qu'est-ce qu'il fuit bien ce garçon, je vais le supporter plus tard.
      • 0 réponse
    • The boxer tome 1
      Note :
      Pour être honnête la boxe et moi c’est comme le sport et moi en général… ce n’est pas mon truc ! Mais dans les séries récentes, je me suis quand même fait attrapée ! De cette lecture je n’en attendais rien de précis, une curiosité seulement vu que le titre semblait être apprécié et là, je n’irai pas jusqu’à dire que je me suis pris une claque mais pas loin. Il y a eu une montée en tension qui m’empêchait d’aller voir ailleurs, je n’avais qu’une attente arriver au moment où tout aller basculer !

      The Boxer n’est pas qu’une histoire de boxe, c’est une histoire de vie : des jeunes qui se débattent, qui sont bourreaux ou victimes, et qui vont tous avoir un lien avec ce sport à un moment ou un autre. C’est aussi une réflexion sur ce sport : quel est l’intérêt de taper sur les autres ? Il y a un discours derrière, discutable mais pas inutile. Un manga qui devient plus intense au fur et à mesure des pages et un premier tome qui nous laisse en questionnement : que cherche-t-on à nous montrer, à nous faire comprendre ? On attendra la suite avec impatience…
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...