Aller au contenu
  • S’inscrire
poseidon2

Mattéo Tome 3 : Aout 1936

Messages recommandés

[center][url="http://www.bdfugue.com/matteo-t-3?ref=44"]<img src="http://www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/300x397/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782754801157_1_75.jpg" HEIGHT=320 WIDTH=240/>[/url][/center]

[b]Série :[/b] Mattéo
[b]Scénario :[/b] Gibrat
[b]Dessin :[/b] Gibrat
[b]Genre :[/b] Histoire
[b]Edition :[/b] Futuropolis
[url="http://www.bdfugue.com/matteo-t-3?ref=44"][b]Acheter sur BDfugue[/b][/url]

[b]Résumé :[/b][i]
Mattéo, c’est la destinée singulière d’un homme, entraîné malgré lui et son pacifisme militant, dans toutes les guerres de la première moitié du XXè siècle. Avec une maîtrise totale du verbe et de l’image, Gibrat est au meilleur de son talent. En 1918, à son retour de Russie, sous le coup d’un mandat d’arrêt pour désertion, Mattéo s’était livré aux gendarmes, espérant « juste le bénéfice d’un peloton d’exécution, pour solder sa petite existence. » Il écopait de 20 ans de travaux forcés. Il en fit moins de la moitié car les derniers condamnés de la Grande Guerre furent amnistiés en 29. Il s’installait alors en région parisienne, et après avoir cassé du caillou à Cayenne, devenait tailleur de pierres ! Il retrouvait Paulin, son ami devenu aveugle pendant la guerre de 14, resté un communiste pur et dur, et toujours aussi susceptible, ainsi qu’Amélie, l’infirmière, en couple avec Augustin, un intello socialiste, très chic. Août 36. C’est le temps du Front populaire. C’est le bonheur des premiers congés payés. 15 jours à ne rien foutre, comme maugréaient les patrons ! En tout cas, 15 jours de loisirs. Et Mattéo, Paulin, Amélie embarquent dans l’auto d’Augustin, en route pour leurs premières vacances officielles, direction la mer, le Sud. Collioure, Mattéo n’y a pas mis les pieds depuis très longtemps au grand dam bougon de sa mère. Il ne sait même pas ce que sont devenus Juliette et son fils Louis… Août 1936. C’est la liesse des bains de mer, des pique-niques, des cartes postales, des bals populaires… Tout semble possible, même le meilleur ! Pourtant, de l’autre côté des Pyrénées, dans l’Espagne toute proche, le bruit et la fureur de la guerre civile se font de plus en plus entendre. Depuis le 17 juillet, les légalistes font face à l’insurrection menée par le général Franco. Si Paulin, à qui Mattéo fait la lecture de l’Huma tous les jours, est en rage lorsque le cabinet de Léon Blum décrète l’embargo sur les armes à destinations des Républicains, c’est un pacte de non–intervention qui est signé par les grandes puissances européennes, en revanche Mattéo y semble totalement indifférent. Il préfère lire les pages « Sports », et en particulier celles consacrées au Tour de France qui se termine. Ses années en Russie et au bagne ont détruit sa fibre militante et engagée, il ne croit plus à l’action, à l’investissement collectif. Mais ce fils d’anarchiste espagnol restera-il insensible aux cris de la patrie de son père…[/i]

Une fois n'est pas coutume, je vais faire mon vilain petit canard. Je trouve sincèrement que sur ce tome Gibrat s'est un peu laissé aller.
Et pour une fois sur tous les compartiments de la BD. D'habitude il nous a habitués à des dessins sublimes maintenant souvent le scénario à bout de bras. Un dessin qui nous faisait tomber amoureux de toutes les femmes de ses albums.

Et bien là le dessin est "moyen". Oui ca y est j'ai lâché le mot. Gibrat nous livre ici un copie correct mais assez loin de son habituel niveau. Il suffit de regarder les gros plans pour s'en rendre compte. Surtout les gros plans féminins qui étaient le point fort du maitre. Ici on verra des approximations dans les détails, des problèmes de proportions dans les rires et encore plus qu'avant une ressemblance entre les personnages qui nous fait les confondre.

N'ayant pas ce dessin pour le protéger, les failles du scénario se montrent au grand jour. La réapparition/disparition de Juliette est tout bonnement impressionnante. Mattéo est lunatique comme jamais au tel point qu'on se demande si il pense vraiment à plus de deux secondes devant lui. Amélie est un personnage tout aussi creux. Elle ne sert qu'à nous faire la confondre avec Juliette tellement des visages sont proches.

Du côté de l'histoire, on ne nous parle absolument pas du bagne de Mattéo. C'est comme si il nous manquait un épisode. J'ai dû relire la fin du 2 plusieurs fois pour être sûr de moi. Car c'est comme si cette partie de la vie de Mattéo n’intéressait personne. Là où on se demandait vraiment comment un garçon nonchalant allait pouvoir tenir au bagne....

Bref j'ai été passablement déçu par ce tome et j'espère que le prochain, se passant en Espagne, sera plus vivant et surtout aura une histoire plus chargée.

Pos², déçu...

[b]Ma Note :[/b][img]http://www.1001bd.com/tmp/pic/note/2.5.png[/img]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...