Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Bathtub brothers tomes 1 et 2


    Nickad
    • Scenariste: SAKURAI Toshifumi Dessinateur: SAKURAI Toshifumi Editeur: Akata Note :
      Résumé:

      A l’orée de ses dix-sept ans, Haruo espérait enfin perdre sa virginité. Mais le matin de son anniversaire, une surprise de taille l'attend : il se réveille avec sa chambre submergée par les eaux ! Pas le temps de réfléchir, et pour ne pas mourir noyé, il est obligé de se réfugier… dans une baignoire ?! Pire que tout, le voilà coincé dans celle-ci, aux côtés de son grand frère qu'il déteste viscéralement. A deux, pourront-ils survivre à la montée du niveau de la mer, tandis que la terre entière semble en danger ?! Et jusqu'où leur embarcation de fortune les emmènera-t-elle ?

      Type: Manga L'acheter sur bdfugue Genre: Fantastique

    Après Ladyboy vs yakuzas, Toshifumi Sakurai revient avec un nouveau manga tout aussi déjanté. On retrouve son trait caractéristique et son affection particulière pour les personnages paumés, hors norme et souvent puceaux.

    Haruo et Natsuo sont deux frères qui s’ignorent et qui se détestent. Du jour au lendemain, suite à une grosse montée des eaux infestées de requins, ils se retrouvent coincés dans une baignoire à tenter de survivre en attendant les secours. L’histoire suit leur périple, avec leurs rencontres plus ou moins insolites, leurs obsessions et surtout leur cohabitation forcée.

    Comme les personnages, on ne sait pas vraiment ce qui se passe, on ne sait pas où on va et on s’en contrefiche royalement. La situation est comme elle est et il faut faire avec. Les décisions se prennent au fur et à mesure qu’elle se présentent et il n’y a pas lieu de se poser trop de questions.

    Etrangement, on est surpris d’aimer ça, et même si c’est absurde, l’histoire est imprévisible et dynamique. Et finalement, on profite de ces instants auprès de cette fratrie atypique.



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Remarque générale, pas uniquement valables ici: qu'est ce que les couvertures m'attirent pas.......... tu m'étonnes que j'en lise quasiment jamais

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Oui j'aurais tendance a etre d'accord avec toi. Les couvertures de mangas ne s'adressent qu'a des fans de manga....

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Il faut savoir que ce titre fait partie de la collection WTF (What the fuck) d'Akata, la couverture et l'histoire sont donc bien dans l'esprit de la collection !

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 33 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • La belle endormie t3 (fin)
      Note :
      La Belle endormie étant une BD exclusivement tournée vers un public jeune (et féminin il faut l'avouer), j'ai encore une fois fais appelle à mon joker de 12 ans et, une fois n'est pas coutume, je n'ai pas eu à la prier pour avoir une critique. Preuve que ce troisième et dernier tome l'a inspiré. Voici donc la critique de mademoiselle ma fille :

      "J'aime bien ce tome trois parce que c'est le dernier de la série. C'est bien car l'histoire n'est pas trop longue. J'aime bien la façon don M. Aster fini ainsi que son histoire.

      Je trouve l'homme en blanc et Léonide de plus en plus cools et gentils. Sinon je trouvais au début les dessins un peu bizarre ais avec le temps je m'y suis habitué et je les trouve de plus en plus jolis.

      Une histoire donc très bien et surtout finie."

      Pour avoir lu aussi l'album je ne peux qu'être d'accord. Une bonne trilogie pour jeune fille qui se verra être facilement offerte à un anniversaire.
      • 0 réponse
    • La geste des chevaliers dragons - Tome 30 - L'ancienne
      Note :
      Cette chronique a été réalisée à partir du pdf de lecture. Des différences de ressentis et de perception peuvent donc se révéler avec l'édition papier. 

      Voici donc déjà le tome 30 de cette série fleuve. Inutile de faire trainer le suspens : si vous êtes déjà fan, vous pouvez vous précipiter. C'est toujours aussi bon, et si ce tome à travers son héroïne est parfois iconoclaste, il ne l'est pas par son traitement. De l'action, de la politique, et le destin et la vie d'un personnage central de l'ordre balayé devant nous en une grande fresque. Les grincheux feront remarqué que c'est un peu court niveau dialogue, niveau immersion ou empathie. Mais l'oeuvre réalisée sur la Geste n'est pas là. Pour les fans, ce tome 30 va recouper et recroiser quantité d'éléments déjà perçus/vus/lus/suggérés dans les tomes précédents. Si même un profane tel que moi à pu se dire que ça recoupait bien avec d'autres tomes, inutile de vous dire que les fans y trouveront plus que leur compte. 

      Côté cohérence, le dessin fait fort puisque l'on retrouve Vax, qui avait déjà oeuvré notamment sur les tomes 17 et 18 traitant de la guerre des sardes. Guerre des sardes justement "évoquées" lors de ce tome 🙂 Dur de faire mieux, d'autant plus que son style convient ma foi très très bien à l'univers graphique global de la Geste. C'est beau, c'est propre, les scènes d'actions sont fluides et les personnages secondaires aisément identifiables. 

      Ceci étant dit, ce tome 30, en dépit de ses atouts remarquables et de ses belles qualités ne devrait pas faire changer d'avis ceux qui ne portent guère d'intérêt à cette série fleuve. Les autres profiteront encore un peu plus d'un univers et d'histoires formidablement pensées et enchevêtrées, où les petites histoires font les grandes. Et ceci devient quelque part un petit peu la vraie marque de fabrique de la maison d'édition Soleil sur ces dernières années. Il faudra peut être revoir notre jugement souvent dédaigneux à ce sujet car ce qu'ils réalisent sur cette série ou sur les terres d'arran est tout sauf facile, même si parfois on a l'impression d'y avoir perdu en créativité et en fraicheur. 
        • Like
      • 2 réponses

    • Ayako, l'enfant de la nuit tome 1
      Note :
      Difficile de se lancer dans une revisite d’Ayako, d’abord parce que c’est une œuvre emblématique de Tezuka, ensuite parce que l’histoire se situe dans le Japon d’après-guerre sous l’occupation américaine avec toutes les tensions politiques que cela implique.

      L’auteur a gardé la composition de la famille Tengé et a transposé le tout dans l’époque actuelle avec des enjeux politiques beaucoup moins importants qu’à l’époque. Pour vraiment l’apprécier, il faut prendre ce manga comme une histoire indépendante.

      Ayako est donc à la fois l’histoire d’une famille puissante de la ville, avec ses secrets honteux et une histoire autour de magouilles politiques à une échelle régionale. Le dessin de Kubu Kurin est généreux, les paysages sont détaillés, les femmes girondes et le côté érotique non négligeable (le genre de graphisme que l’on retrouve dans les mangas hentai).

      En conclusion, je dirai que c’est un manga intéressant et agréable à lire mais qui pourrait décevoir les fans de Tezuka (on est quand même loin de l’original !).


       
      • 0 réponse
    • Slam dunk star edition T 15-16
      Note :
      Kana continue sa réédition de Slam Dunk et arrive dans la dernière ligne droite. Et cela se voit car ces tomes sont supers denses. Pas de match qui ne se rallonge trop sur plusieurs tomes. Ici on va à l'essentiel et à l'important : du basket, du basket et encore du basket.

      De l'intensité dans les matchs, des individualités de plus en plus forte ais surtout dans ces deux tomes, une montée ne compétence de l'ensemble "équipe".  En effet on s'est beaucoup concentré sur les différentes individualités mais on commence à voir ici qu'un sport par équipe se joue mieux en équipe et que l'on doit pouvoir compter sur tous les membres de l’équipe pour atteindre des sommets.

      Le personnage de Sakuragi évolue lui aussi encore pour être définitivement devenu accro au basket et ne plus ne jouer que pour impressionner les autres. Il commence à comprendre la beauté du dépassement de soi et du sport en général. 

      On se régale toujours autant avec cette référence du basket en manga. 

      Encore 4 tomes à savourer avant la fin !
      • 3 réponses
    • Sexy cosplay doll tome 5
      Note :
      Ce tome met à l’honneur l’évolution de la relation entre nos 2 personnages principaux, en plus de leurs rendez-vous autour du cosplay, ils vont aussi s’organiser des sorties shopping, café manga, fêtes de vacances…

      Comme toujours, leur enthousiasme les entraine parfois dans des situations ambiguës, limite coquines et c’est ce qui fait le charme du manga, Car bien que Marine soit assez osée quand il s’agit de cosplay, elle est plutôt débutante en amour ! Quant à Gojo, jusqu’à récemment, il n’y avait que les poupées dans sa vie. Et si chacun prend conscience de ses sentiments, ils n’en sont pas au point de se les avouer.

      Un tome plus intéressant donc car il y a une vraie avancée dans l’histoire, avec son lot de charme et de bonne humeur. Petite déception concernant le côté cosplay car on ne voit pas le costume de Veronica Chou dont on parlait au tome précédent.
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...