Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Chiruran tomes 1 et 2


    Nickad
    • Scenariste: UMEMURA Shinya Dessinateur: HASHIMOTO Eiji Editeur: Mangetsu Note :
      Résumé:

      Edo, 1859. Le shogunat Tokugawa vit ses derniers instants. Toshiz Hijikata, 24 ans, s'entête à défier tous les samouraïs qui croisent sa route. Son rêve ? Devenir le sabreur le plus puissant de la capitale.Des années plus tard, on le surnommera « le démon du Shinsen Gumi », une milice samouraï légendaire dont il prendra le vice-commandement... À quoi pensait-il ? Que cherchait-il ? Et surtout, quelles vérités Shinpachi Nagakura, l'un des rares survivants de cette époque tumultueuse, révélera-t-il au sujet de son ancien compagnon ?C'est ici que débute la légende d'une bande de vauriens abonnée aux coups d'éclat.

      Type: Manga L'acheter sur bdfugue Genre: Historique

    Pour ceux qui s’intéressent un peu au Japon et à l’époque des samouraïs, difficile de ne pas avoir entendu le nom de Shinsen Gumi, une milice essentiellement composée de rônins qui faisait régner l’ordre à Kyoto à la fin du shogunat Tokugawa. Chiruran revient donc sur les origines de ce groupement et sur ses personnages marquants : Isami Kondo, Toshizo Hijikata, Soji Okita, Hajime Saito, Shinpachi Nagakura parmi les plus connus. On a pu découvrir certains de ces noms dans le manga Kenshin le vagabond.

    Chiruran (comprendre « les pétales dispersées » selon l’auteur) est d’abord un manga historique : nous sommes en 1859, l’arrivée du commodore Matthew C. Perry en 1953 a forcé le Japon à s’ouvrir aux autres pays mais a aussi entrainé de nombreux troubles et luttes politiques au sein du gouvernement, opposant le shogun aux impérialistes (pour faire simple). La révolution Meiji mettra en place un gouvernement tourné vers la modernité qui abolira par la suite l’ancien système des seigneurs féodaux et interdira le port du sabre en 1876 marquant ainsi la fin des samouraïs. Le manga commence en 1912, une jeune journaliste rencontre l’un des survivants du Shinsen Gumi : Shinpachi Nagakura et va lui demander de revenir sur le passé, ce sera donc lui le narrateur. Il oriente le récit autour de Toshizo Hijitaka surnommé « le chien fou du Shieikan ». On verra donc ses rencontres et ses duels, avec les futurs membres de la milice, puis on les suivra au cours de leur évolution et des événements historiques. Et vu que la période était très troublée, il y a de quoi faire, le manga en est d’ailleurs à 29 tomes et est toujours en cours.

    Le récit, certainement en partie romancée, est très ancré dans l’action, ce sont tous des personnages forts avec une vraie « gueule », Eiji Hashimoto se permet de bien marqué les visages d’une part pour les identifier rapidement et ensuite pour leur donner du caractère. Le dessin est d’ailleurs très travaillé, avec une bonne représentation des villes et une bonne dynamique dans les combats. Les deux premiers tomes représentent la mise en place du récit : on apprend à connaître les personnages, leurs caractère et motivations, tout en se recadrant dans le contexte historique.

    Le rythme est soutenu, le dessin réaliste, on plonge vraiment dans l’action et on ne s’ennuie pas un seul instant. Un bon début pour cette série destinée à devenir un titre phare des éditions Mangetsu comme Ao Ashi.

    chiruran chap1.jpg



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    C'est moi ou ca ressemble a.... un manga de samouril comme on en a deja plein ? (Kenshin, samourail deeper kyo, Gamara, Garaman le tournoi ultime,....)

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    disons que celui-ci a un côté un peu plus historique et est centré sur le shinsen gumi, après ça reste des samouraïs qui ont envie de montrer qu'ils sont les plus forts et passent beaucoup de temps à se battre...

    • Like 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 42 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More
  • Dernières Critiques

    • Nanny Mandy intégrale
      Note :
      Voic l'intégrale d'une autre des séries jeunesses de Joris Chamblain, scénariste des Carnets de Cerise. Ici il s'agit de nous presenter une jeune adolescente qui s'essaye à la garde d'enfant avec des enfants differents à chaque tome. Si l'idée est bonne avec à chaque enfant un album et à chaque enfant une situation différente, ces  histoires de Nanny Mandy ne réussissent pas à atteindre le sommet que sont les cahiers de Cerise.

      Les histoires sont sympathiques et bien representatives de notre société actuelle (famille recomposée, arrivée d'un nouvelle enfant, enfant turbulant ou fille trop timide). Elle plairont à n"en pas douter aux jeunes lecteurs de 8 à 12 ans. Par contre ces histoires seront un tout petit peu trop faciles pour un public plus agé. 

      Car tous se passe bien pour Mandy, à un tel point que les problèmes qu'elle "se trouve" donnerons au plus grand l'impression qu'elle se noie dans un verre d'eau. Pour avoir une ados à la maison, j'ai du mal à retrouver la vraie ado dans la description de Mandy. Plutot la description de ce que les jeunes imaginent être une ado.

      Bref une intégrale quand meme généreuse qui plaira aux pré ado mais aura du mal à passionner les plus grands.

      Mais apres tout ce n'est deja pas si mal....
      • 0 réponse
    • Amore
      Note :
      Amore est un recueil composé de neuf histoires courtes autour du thème de l'amour en Italie comme son titre l'annonce. Zidour nous livre plusieurs histoires qui se déroulent bien ou pas, dramatique, amusante, terrible, ou heureuse. En quelques pages, on découvre un nouveau décor dans une ville italienne plus ou moins connue avec des personnes qui s'aiment ou s'aimaient. L'auteur réussi à faire passer des émotions fortes dans ses récits au format court. Les planches de Merveille sont parfaites pour le genre dans un style réaliste. Le dessinateur utilise peu de couleur par histoire mais en change pour chaque nouvelle.
      Les auteurs ne réinventent pas le genre mais les scénarios de Zidrou sont très bien amenés pour que les lecteurs veulent poursuivre l’aventure avec des histoires très réalistes. Même si les histoires sont courtes ont obtient plus de 120 pages de bande dessinée au final. On prend plaisir à lire les histoires qui ne laissent pas indifférentes.
       
      • 0 réponse

    • Si tu insistes...
      Note :
      Shinobu est un employé plutôt discret, assez gaffeur et ringard (grosse lunettes, mal coiffé…), il ne paye pas de mine et passe inaperçu. Mais cette attitude est volontaire car en réalité, dans sa vie privé, Shinobu est plutôt beau gosse, dragueur et un peu la star dans le bar qu’il fréquente le soir ! S’il agit comme ça, c’est pour tenir à distance ses collègues de bureau, d’autant plus que Shinobu est homosexuel et préfère que sa vie privée reste privée. A côté, dans la même entreprise, il y a Hikaru, élégant, séducteur, toujours entouré de femmes qui l’ont surnommé le « prince » ; imbu de lui-même, il a un besoin démesuré de se sentir apprécié et désiré. Un soir, Hikaru, décide de se rendre dans un bar gay pour faire le beau et séduire, bien qu’il ne soit pas homosexuel, il prend ça comme un défi. Les deux hommes vont se croiser par hasard et leurs relations au quotidien va être bouleversée.

      Si tu insistes est un manga bien mené, chacun par jeu veut dominer l’autre et le prendre au piège. Les personnages sont travaillés, avec de forts caractères. Toute l’histoire repose sur ce duo, et si leurs agissements sont dus à leur fierté au départ, que chacun cherche à faire céder l’autre, ils se retrouvent vite pris au piège de leurs sentiments. C’est un livre sympathique, fluide, amusant et érotique !


       
      • 0 réponse
    • Testu et doberman t3 (fin)
      Note :
      Qu'est ce que c'est dommage de conclure la série. On aurait tellement aimé voir les aventures de Testu et Doberman continuer. Surtout que ce tome 3, en plus d'etre très bon, nous aurait permis d'explorer plein de pistes différentes. 

      Car oui ce tome 3 est très bon. En plus de continuer l'exploration du vaisseau abandonné, il nous montre l'évolution de Testu mais aussi ceux des personnages qui gravitent autour d'eux. On comprend qu'a l'instar d'un Naruto, Testu est bon aussi parce qu'il fait changer les gens qui l'entourent. Une équipe très sympa s'est créé, de nouveaux personnages sont arrivés et, au final, tous les ingrédients pour faire une bonne série de shonen sont la.

      Et encore je ne parle pas de la fin.

      L'auteur nous laisse quand meme un espoir, en dernière page, de revenir sur sa série dans quelques années, en faisant veillir ses personnages. De la a ce que cela ne soit qu'un voeux pieu....

      Testu & Doberman restera quand meme une bonne trilogie qui fera donc un bon cadeau pour un amateur de manga ou un jeune lecteur.
      • 0 réponse
    • The Breaker - Ultimate t3
      Note :
      Ce tome 3 est excellent ! Mais vraiment. Excellent n'est pas un mot à sortir à la légère et la ce n'est pas le cas. Ce gros tome 3 nous en fait voir de toutes les couleurs. Apprentissage, montée en puissance exponentielle de Shinwoo, rapprochement avec Sehi, conspiration du Murim ou encore le vrai but de Gunumryong, il y en a pour tout le monde. On passe de combat en revelation en en combat en passant par des scènes d'entrainement et tout ca d'une fluidité impressionnante. 

      Cette fluidité nous hape dans le récit et nous empèche de refermer ce tome trois(pourtant étant un recueil de deux tomes conventionnels) avant la fin.

      The Breaker est en train de devenir, pour moi, la référence de manga combat !

      Je veux la suiteeee !!!
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...