Aller au contenu
  • S’inscrire
  • Gamaran le tournoi ultime t5


    poseidon2
    • Scenariste: Yosuke Nakamaru Dessinateur: Yosuke Nakamaru Editeur: Kana Note :
      Résumé:

      Les cents meilleurs lames du japon se rapproches les unes des autres pour se battre pour le titre de meilleur sabreur du pays. Les combats prennent de l'importance et les limites de certains se font criants.

      Type: Manga L'acheter sur bdfugue

    Si les mangas de samouraï classiques trustent moins les premiers rôles des sorties manga, c'est tant mieux pour Gamaran le tournoi ultime qui reste décidément bien ancré dans le combat pure de sabreur. Si les sabres en tout genre essaient de diversifier le tout, on reste dans une opposition simple : des combats intenses, des techniques de folie et, pour une fois, une tête de fil qui perd un peu de sa superbe. 

    C'est le gros point de ce tome 5 : les limites de ceux qui se reposent trop sur leurs acquis. Mais pour continuer à se concentrer sur le personnage de Rin, cet album est aussi celui de la grande progression de notre épéiste au féminin. 

    Encore une fois ce manga n'invente pas grand-chose (peut-être la femme épéiste et encore) mais il est super efficace. Les combats nous tiennent en haleine et le champion touché rend toujours autant la lecture intense. 

    On en redemande.



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 1 anonyme, 42 invités (Afficher la liste complète)

    Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne

  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Dernières Critiques

    • La BDtheque de 1001bd : Vauriens
      En voila une série qui s'en bonifiée avec le temps. Ou alors c'est moi qui ai vieillit.... je ne saurais trop dire. Mais il se trouve que lors de ma première lecture, lors de sa sortie, j'avais été moins emballé que lors de cette relecture d'été. Sans trop me souvenir pourquoi. Surement le fait de relire toute la série de trois tomes d'un coup.

      Cette fois ci j'ai été charmé. Charmé par le mélange d'aventure et de mysticisme un peu comme dans une de mes séries fétiches : Gorn. Mais aussi charmé par le coté conte donné par un certain Luc Brunshcwig, à peine connu lors de la sortie du tome 1. Ce coté conte qui nous raconte une histoire.  Une histoire qui parle forcement d'un pauvre garçon à qui il arrive des misères mais un garçon qui reve d'autre chose. Mais une histoire qui, comme dans beaucoup de conte au final, n'en deplaise à Disney, ne se termine pas forcement par un happy end.  C'est en lisant ce genre de BDs que je me rend compte à quel point le manichéisme et l'obligation de fin heureuse imposés par l'industrie disney ont biaisé notre référentiel pour nous imposer le triptyque : Personnage pauvre /  héroisme / fin heureuse.

      Dans une lecture comme vauriens, on découvre un vrai conte moyenâgeux ou le héros est soumis aux "realités"  de son monde plus qu'aux volontés de fin heureuse du producteur.
      Une BD qui ne mérite pas forcement 5 étoiles car pas exempt de tout defaut, surtout graphiquement, meme si c'est un styme année 90 qui ne me deplait pas.
      Mais une série dont la lecture passionne et dont le déroulement suprend et choc le lecteur.

      Un vrai bon conte signé par l'un des scenaristes phares de la décennie qui a suivi.
      Note :
      • 0 réponse
    • Kingdom t35-36
      Alalalala le confinement a eu un impact inattendu pour moi : j'ai zappé de suivre les sortie de Kingdom 🥶🥶
      Oui oui c'est possible et je m'en excuse platement. Pour me faire pardonner.... bam lecture de 6 d'un coup ! Et on recommence cette série deja culte dans un moment crucial : le sauvetage de Sei Kyou par l'unité Hi Shin. Et sur ces tomes ci, on est en fin de "mini arc". On retrouve donc une intensité  de dingue porté par ... et bien autre chose que des combats dantesque pour une fois. En effet Yasuhisa Hara innove en nous présentant une bataille ou les combats importent peu mais ou l'importance est mise sur la timing et l'arrivée de l'unité Hi Shin au bon moment. On suis donc une course contre la montre vraiment rafraissichante qui change notre vision des batailles.

      Avec un tome 36 qui relance l'expansion de l'état de Quin et met bien en avant les jeunes poussent de l'armée, pour une reprise de mes lectures de Kingdom, ces tomes m'ont directment remis dans l'ambiance stressante et intense de la guerre d'unification de la chine. 
      Une série definitivement hors norme !
      Note :
      • 0 réponse
    • Jérémiah chez Hachette Collection
      C’est l’été, pourquoi ne pas lire Jérémiah dans une nouvelle édition enrichie ? Obtenue au fil du temps par des envois postaux ou chez vos vendeurs de journaux préférés ? C’est ce que propose cet été, Hachette avec une jolie édition enrichie de bonus et de nombreux cadeaux. Et qui n’a jamais succombé au plaisir coupable de la collection qui se constitue au fil du temps par le principe proposé ? 😇
       


       

      Toutes les semaines sort 1 album, au début avec des cadeaux et vraiment bon marché (ce qui peut constituer une très bonne affaire pour les 1ers tomes si vous ne connaissez pas cette très bonne série, mais il faut s’abonner). Surtout que les cadeaux semblent bien sympathiques, 3 ex libris, 1 plaque métal, et 3 albums d’Hermann issu de la collection Aire Libre.

      Néanmoins, au delà du prix totale de l’opération, le principe de l’abonnement peut en rebuter plus d’un, la durée totale de l’opération aussi vu le nombre de Jérémiah sortis à ce jour (dans les 35 de mémoire). De même que l’édition qui restera spéciale et si un numéro est manqué restera très complexe à compléter. En bref, même si cette édition me paraît très sympathique, je crois que je ne suis plus dans la cible ^^
      • 3 réponses
    • Les aventures d'Alduin et Léna t1
      Et oui il n'y a pas que les comics et les mangas durant l'été, il y a aussi les petites parutions jeunesses qui profitent de l'été et de l'endormissement des gros éditeurs pour tenter de se faire une place sur les étals. Et les éditions Jungle y arrivent pas mal. Apres le sympathique "Ursula, mon père cet enfer", les voilà cette fois ci avec un titre, toujours jeunesse, mais résolument différents avec une aventure fantastique dans un monde Nordique imaginaire. 

      Et encore plus qu'Ursula, la mayonnaise prend super bien. Bien aidé par le dessin très dynamique (même si certains chicots sont... étranges) et la coloration superbe, cet album est une excellente découverte. L'histoire est dynamique sans être trop exubérante. On s’accroche vitre à nos deux héros et on a tout de suite envie de suivre la petite Lena et son caractère bien trempé. A contrario de beaucoup de lecture jeunesse, cet album se lit lentement ce qui est plutôt un bon point car cela laisse le temps de bien apprivoiser les personnages et l'univers.

      Bref un bon premier tome qui ravira petite fille comme petit garçons.
      Note :
      • 0 réponse
    • Gamaran le tournoi ultime t5
      Si les mangas de samouraï classiques trustent moins les premiers rôles des sorties manga, c'est tant mieux pour Gamaran le tournoi ultime qui reste décidément bien ancré dans le combat pure de sabreur. Si les sabres en tout genre essaient de diversifier le tout, on reste dans une opposition simple : des combats intenses, des techniques de folie et, pour une fois, une tête de fil qui perd un peu de sa superbe. 

      C'est le gros point de ce tome 5 : les limites de ceux qui se reposent trop sur leurs acquis. Mais pour continuer à se concentrer sur le personnage de Rin, cet album est aussi celui de la grande progression de notre épéiste au féminin. 

      Encore une fois ce manga n'invente pas grand-chose (peut-être la femme épéiste et encore) mais il est super efficace. Les combats nous tiennent en haleine et le champion touché rend toujours autant la lecture intense. 

      On en redemande.
      Note :
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...