Aller au contenu
  • S’inscrire
  • L'université des chèvres


    poseidon2
    • Scenariste: Christian Lax Dessinateur: Christian Lax Coloriste: Christian Lax Editeur: Futuropolis Note :
      Résumé:

       En 1833, dans les Alpes du Sud, Fortuné Chabert est un instituteur itinérant. De village en village, il enseigne avec bonheur lecture, écriture et calcul aux enfants. Ce nomadisme enseignant est appelé «l'université des chèvres». Fortuné devra renoncer à son sacerdoce, et se retrouvera, des années plus tard, chez les Hopis de l'Arizona, aux États-Unis.En 2018, Sanjar parcourt la montagne afghane avec son tableau sur le dos. Lui aussi pratique l'université des chèvres. Chassé par les talibans, il deviendra auxiliaire de l'armée américaine en Afghanistan.Quel est le lien qui unit Fortuné et Sanjar, a priori aussi éloignés que possible par le temps et l'espace? C'est une jeune femme, Arizona Florès. Descendante de Fortuné (cinquième génération), Arizona est journaliste au Phoenix Post. L'un de ses grands combats, c'est la dénonciation de la violence faite à l'école, avec ses tueries récurrentes qui endeuillent les familles américaines. Virulente dénonciatrice du lobby des armes à feu dans son pays, elle est mise à l'écart par son journal, qui l'envoie en reportage en Afghanistan. Elle y rencontre Sanjar. Celui-ci, de plus en plus en danger, ne peut que se résoudre à abandonner, comme Fortuné, sa mission émancipatrice...D'Afghanistan aux États-Unis, du XVIII? siècle à nos jours, l'école a toujours été rejetée par les obscurantistes:par la vertu d'un récit magnifique de colère et de générosité, de beauté et d'amour, Christian Lax prend parti pour une école sanctuarisée, qui émancipe et qui libère.

      Type: BD Europeene L'acheter sur bdfugue Genre: Tranche de vie
     Share

    Un nouveau Lax c’est toujours une bonne nouvelle. Auteur peu prolifique et n’ayant plus besoin de faire ses preuves, il est, à l’instar de Rochette et d’autres auteurs des années 80, l’une des valeurs sûres des auteurs de BD "traditionnelles".

    Après tout un superbe cycle autour du vélo, mais surtout deux albums ayant rencontré un succès aussi bien critique que public ( une maternité rouge et Un certain Cervantes ) il nous revient avec une histoire résolument engagée sur le droit à l’accès,à la culture et la difficulté que rencontrent les défenseurs de ce droit au travers des époques récentes. Que ce soit l’obscurantisme religieux, la peur de la modernité ou l’idéologie Trumpiste, Lax nous montre, au travers d’une saga familiale, que chaque époque possède ses opposants à la libre circulation du savoir.

    Sublimement illustré, que ce soit les Alpes des années 1800 ou l’Afghanistan du 21ieme siècle, cette saga a le seul défaut d’avoir un goût de trop peu. En effet, le passage alpins est très rapide et la conclusion, au demeurant très belle, aurait mérité d'être approfondie.

    Je pense sincèrement qu'une trilogie aurait rendue encore plus hommage aux idées défendues.
    Mais ne boudons pas notre plaisir. Retrouvez Christian Lax et sa patte graphique est toujours une bonne nouvelle pour un amateur de bds et cet album comptera parmi les bons albums de l’année à n'en pas douter. C’est uniquement que, lorsque l’on aime, on a envie d’en avoir plus !

     Share


    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Qui est en ligne   0 membre, 1 anonyme, 84 invités (Afficher la liste complète)

    • Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne
  • Inscription

    Inscrivez vous gratuitement

  • Les previews !

  • Dernières Critiques

    • L'ogre lion t2 : les trois lions
      Note :
      Deuxième tome de la trilogie de Drakoo et tomes qui... me fait me demander comment notre histoire pourra finir en 3 tomes.

      En effet, nos auteurs relancent plus l'histoire qu'ils ne l'avancent. On en apprend énormément sur le passé de  notre Lion et comment sa propre méchanceté l'a conduit la ou il est. Si c'est vraiment intéressant, notre histoire de politique et de succession n'avance pas vraiment.

      On aurait imaginé une plus grande avancée de nos héros dans leur descente vers le sud et sur le combat de notre Lion pour regagner sa place. Et bien tout ceci semble être dédié au troisième et dernier tome.

      Si ce tome deux est au quand même très bon, j'ai un peu peur que la conclusion face beaucoup pour un dernier tome.
      • 0 réponse
    • Les Mantes religieuses - Tome 2 - La stratégie de l'araignée
      Note :
      L'humour et le dessin sont deux choses très personnelles. j'aime plutôt les dessins ronds, mettant en valeur l'humanité des personnages aussi j'ai largement préféré le travail de Christian Paty sur "Le pré derrière l'église" notamment. Ici le dessinateur semble se mettre au service de l'humour choisit par les auteurs, assez incisif, et dont j'ai eu du mal à me régaler à titre personnel. Cette BD mi-humoristique, mi-historique m'a finalement laissé de marbre des deux points de vue. Pourtant la période explorée est plus qu'intéressante, et on ne peut pas dire que le travail n'est pas bien fait. Reste donc les goûts et les couleurs, et si je n'ai pas su être comblé par ces deux premiers tomes, pas mal de lecteurs y ont pourtant succombé, alors complétez donc votre avis par vous même en allant la découvrir en librairie. 
      • 0 réponse
    • Glaise
      Note :
      Glaise est l'adaptation en bande dessinée du roman de Franck Bouysse par le scénariste Fabrice Colin. Ce roman graphique est le deuxième titre des éditions Marabulles dans un format plus petit mais avec une pagination plus importante, avec plus 150 planches. Je ne vais pas pouvoir comparer ou juger de l'adaptation du best-seller comme je ne l'ai pas lu. On retrouve cependant un rythme propre aux romans, avec une intrigue qui prend le temps de se développer autour d'une romance entre un couple de jeunes au démarrage de la première guerre mondiale, dans un petit village du Cantal. Le contexte historique n'est pas très joyeux et les personnages secondaires sont souvent tristes et subissent leur vie à la campagne. On ressent un drame inévitable qui doit arriver avec l'oncle de la jeune Anna depuis son arrivée avec sa mère à la ferme pendant que le mari est sur le front. La partie graphique Loic Godart est de grande qualité, l'auteur réussie très bien à faire ressortir le côté sombre des personnes. La couverture est très représentative des planches intérieures.
      Glaise est une histoire d'amour assombrie par la guerre dans ce drame rural réaliste et très sombre, avec l'attente du retour des hommes ou des courriers annonçant leur décès.
      • 0 réponse

    • Fire force t27
      Note :
      Si la série Fire force était déjà une très bonne série durant son début et son développement, je dois bien avouer que la fin de la série est elle carrément excellente !

      Le 26 était déjà très bon, mais ce 27... fiou je ne trouve rien à y redire ! Plus que de l'action, il nous révèle ce qu'il va se passer avec la fusion des mondes, mais il nous fait surtout nous mordre les doigts sur le piège tendu par le grand prédicateur. Piège dans lequel Shinra fonce tête baissée.

      Entre tension, émotion et pression, ce tome 27 nous transporte comme un des membres de la huitième brigade et nous promet 7 prochains tomes exceptionnels. 

      Il va juste être difficile de les lire un par un 😞
      • 0 réponse
    • Dans les coulisses de HomeRoom tomes 1 et 2 (fin)
      Note :
      Connaissez-vous le terme shipper ? C’est le fait d’imaginer des gens en couple, un phénomène très tendance chez les Fujoshis (les fans de boy’s love). Alors quand il s’agit du groupe HomeRoom composé de Hibiki et Rui, les fantasmes vont bon train, mais les deux jeunes chanteurs ne sont pas forcément au courant. Le jour où Rui tombe sur une fiction le mettant en scène de façon très très coquine avec Hibiki, ses hormones commencent à s’emballer. Et quand en plus, leur manager leur propose de jouer sur cette thématique, la fiction va très vite devenir réalité.

      L’histoire est assez légère, même si on aperçoit des aspects du monde du showbizz japonais avec ses jeunes stars montantes qui doivent faire tout un tas de travaux (représentation, publicité, émissions de télé…) pour répondre à la demande. Et que l’on voit aussi quelques comportements des fans, surtout les fujoshis, comment elles imaginent des histoires et comment cela leur suffit. Le manga reste majoritairement sur l’histoire d’amour entre Hibiki et Rui. Les fan fictions provoquent un déclic chez Rui et peu à peu, il va se rendre compte de ses sentiments. Une histoire d’amour mignonne assez classique en somme, avec de nombreuses scènes érotiques et un peu d’humour, le tout sous les feux des projecteurs !
      • 0 réponse
×
×
  • Créer...