Aller au contenu
  • S’inscrire
poseidon2

Amorostasia

Messages recommandés

[center][url="http://www.bdfugue.com/amorostasia?ref=44"]<IMG SRC="http://www.bdfugue.com/media/catalog/product/cache/1/image/250x320/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/9/7/9782754808880_1_75.jpg" HEIGHT=320 WIDTH=240/>[/url][/center]

[b]Série :[/b] Amorostasia
[b]Scénario :[/b] Cyril Bonin
[b]Dessin :[/b] Cyril Bonin
[b]Genre :[/b] Roman grpahique
[b]Edition :[/b] Futuropolis
[url="http://www.bdfugue.com/amorostasia?ref=44"][b]Acheter sur BDfugue[/b][/url]

[b]Résumé :[/b][i]À Paris, de nos jours. La première victime a été retrouvée figée devant sa fenêtre, une demande de mariage à la main. Puis, ce fût un jeune couple, s'embrassant dans la rue, figé lui aussi. Rapidement, l'information s'est propagée, une nouvelle épidémie sévissait à Paris, baptisée l'Amorastasie. Rigidité, mutisme, les victimes de cette étrange maladie tombent dans un état catatonique. Les autorités médicales, en l'absence de remède, ne peuvent que recommander d'éviter toute manifestation intempestive du sentiment amoureux. Pire, la paranoïa s'installe dans la société, le moindre regard est l'objet d'interprétation fantasmatique. Olga Politoff, journaliste enquêtant sur la maladie, le découvre à ses dépens en figeant Julien Lambert, un collègue secrètement amoureux d'elle. alors même qu'elle et son fiancé ne se sont pas figés. L'état décide d'obliger les femmes « tentatrices » à porter un brassard discriminatoire et sexiste.[/i]

J'avais été un petit peu déçu par le dernier Cyril Bonin. En effet j'avais trouvé "l'homme qui n'existe pas" quelque peu creux. Bonin repartant sur une histoire d'amour, j'avais un peu peur que cet Amorostasia suive le même chemin.

Et pas vraiment. Pas vraiment car, même si on pas la profondeur de la Belle Image ou l’ingéniosité de la Chambre Obscure, on a une atmosphère détendue et fleur bleue qui nous guide tout au long de la lecture. On oublie très rapidement de chercher les causes de cet Amorostasia pour se concentrer sur la vie d'Olga mais surtout sur notre propre conception de l'amour.

Au fur et à mesure qu'avance l'histoire on se rend compte que l'histoire n'est pas tant sur la maladie que sur les différentes façons d'être amoureux.

Là ou Cyril Bonin fait fort sur cet album, c'est qu'il mène tellement bien son histoire qu'il est sûr que la fin qu'il a choisie sera bien comprise et non prise avec frustration. Et effectivement cela marche. On n’imaginerait pas une autre fin à cette grande poésie sur l'amour qu'est Amorostasia.

Pos², très belle lecture de rentrée.

[b]Ma note :[/b][img]http://www.1001bd.com/tmp/pic/note/4.5.png[/img]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...