Aller au contenu
  • S’inscrire

Nickad

Members
  • Compteur de contenus

    4 426
  • Inscription

  • Jours gagnés

    98

Tout ce qui a été posté par Nickad

  1. le tote-bag carnets de l'apothicaire c'est obligatoire, il y a aussi le tapis de souris solo leveling qui me fait de l'œil
  2. Nickad

    Visiteur nocturne

    Titre de l'album : Visiteur nocturne Scenariste de l'album : ENRO Dessinateur de l'album : ENRO Coloriste : Editeur de l'album : Hana Note : Résumé de l'album : Shima ne trouve pas de travail. Malgré son honnêteté et ses efforts, il se morfond sur des films érotiques lorsqu'il croise un ancien camarade de classe : Akito. De fil en aiguille, les deux hommes se rapprochent et affrontent leurs propres sentiments. Sorti pour acheter un film érotique, Shima ne s'attendait pas à croiser Akito, son ancien camarade de classe... Mais plus surprenant encore : il est devenu acteur porno. Critique : Shima est un jeune homme ne recherche d'emploi, il enchaine les entretiens d'embauche mais n'arrive pas à se faire recruter. Du coup, pour se déstresser, il regarde des vidéos pour adulte un peu spéciales et c'est en achetant une vidéo dans un magasin qu'il tombe sur un ancien camarade de lycée Akito. Les deux garçons n'étaient pas spécialement proches au lycée mais avaient quand même connaissance de l'existence de l'autre, ils portaient même une sorte d'intérêt sans pour autant vouloir devenir amis. Leur retrouvaille se passe de façon un peu plus joviale et la bière aidant, Shima se laisse aller à des confidences. Le fait qu'Akito soit un acteur prono n'a pas un très grand intérêt à part pour une scène, ce côté-là du scénario n'est pas vraiment exploité, il aurait été un artiste un peu bohème, on aurait presque pu avoir le même développement. L'histoire de leur relation n'est pas très originale : sentiments qui se développent, confrontation avec les blessures du passé, acceptation de l'autre... Peut-être que le vrai plus du récit c'est le caractère de Shima qui a l'esprit très ouvert et qui ne juge pas les autres. Finalement, on obtient une lecture sympathique, pas transcendante et loin de là même mais agréable à lire. Ce n'est pas forcément le livre que j'irai relire. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/visiteur-nocturne?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Nickad

    Visiteur nocturne

    Shima est un jeune homme ne recherche d'emploi, il enchaine les entretiens d'embauche mais n'arrive pas à se faire recruter. Du coup, pour se déstresser, il regarde des vidéos pour adulte un peu spéciales et c'est en achetant une vidéo dans un magasin qu'il tombe sur un ancien camarade de lycée Akito. Les deux garçons n'étaient pas spécialement proches au lycée mais avaient quand même connaissance de l'existence de l'autre, ils portaient même une sorte d'intérêt sans pour autant vouloir devenir amis. Leur retrouvaille se passe de façon un peu plus joviale et la bière aidant, Shima se laisse aller à des confidences. Le fait qu'Akito soit un acteur prono n'a pas un très grand intérêt à part pour une scène, ce côté-là du scénario n'est pas vraiment exploité, il aurait été un artiste un peu bohème, on aurait presque pu avoir le même développement. L'histoire de leur relation n'est pas très originale : sentiments qui se développent, confrontation avec les blessures du passé, acceptation de l'autre... Peut-être que le vrai plus du récit c'est le caractère de Shima qui a l'esprit très ouvert et qui ne juge pas les autres. Finalement, on obtient une lecture sympathique, pas transcendante et loin de là même mais agréable à lire. Ce n'est pas forcément le livre que j'irai relire.
  4. Titre de l'album : Mon voisin flippant est un omega Scenariste de l'album : NIKUYA Inui Dessinateur de l'album : NIKUYA Inui Coloriste : Editeur de l'album : Hana Note : Résumé de l'album : Kôta Enatsu, étudiant en première année d'université, est un alpha qui n'arrive pas à sentir les phéromones des omégas. Habitant en appartement, il croise souvent son effrayant voisin, Miyanaga. Avec son regard noir et ses tatouages, Kôta est persuadé qu'il est lui aussi alpha... jusqu'au jour où il tombe sur Miyanaga en pleine période de chaleurs et se rend compte qu'il s'agit en fait d'un oméga ! Lorsque Miyanaga lui demande de coucher avec lui, il accepte... mais par la suite, il ne peut s'empêcher de tomber amoureux de lui, alors que pour Miyanaga, il ne s'agit clairement que d'un plan cul ! Critique : Voici une romance omegaverse mais avec deux personnages un peu atypiques et heureusement sinon il n'y aurait pas grand intérêt. Il y a d'abord Kôta, un étudiant alpha lambda, qui n'est pas très intéressé par les histoires d'amour ou de sexe et qui ne comprend pas pourquoi ses amis sont devenus de vrais obsédés. La raison en est simple : il ne détecte pas les odeurs des omegas et, il est incapable de les reconnaitre. Son voisin, Miyanaga, est un jeune homme tatoué aux allures de voyou, c'est aussi un étudiant mais qui ne va pas souvent en fac à cause de ses chaleurs qui durent plutôt longtemps et qui ne se suppriment pas facilement même avec des inhibiteurs. Kôta est persuadé que son voisin est un mâle alpha dominant jusqu'au jour où il le rencontre en plein pendant sa période de chaleur. Pour la première fois de sa vie, Kôta va sentir les phéromones d'un omega ! La relation entre les deux personnages est plutôt sympathique et le dessin est agréable à regarder. Il aurait peut-être fallu développer un peu plus la partie où Kôta ignorait la nature de Miyanaga en accentuant le côté flippant. Il y a aussi un point nouveau (pour moi en tout cas car je n'ai pas lu tous les omegaverse) : c'est le style d'alpha qu'est Kôta : c'est un alpha singulier, il ne peut sentir que les odeurs de son âme sœur ! Côté développement de leur relation, il n'y a rien de très original mais le tout est bien écrit et bien dessiné, de quoi passer un bon moment de détente. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mon-voisin-flippant-est-un-omega?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Nickad

    Mon voisin flippant est un omega

    Voici une romance omegaverse mais avec deux personnages un peu atypiques et heureusement sinon il n'y aurait pas grand intérêt. Il y a d'abord Kôta, un étudiant alpha lambda, qui n'est pas très intéressé par les histoires d'amour ou de sexe et qui ne comprend pas pourquoi ses amis sont devenus de vrais obsédés. La raison en est simple : il ne détecte pas les odeurs des omegas et, il est incapable de les reconnaitre. Son voisin, Miyanaga, est un jeune homme tatoué aux allures de voyou, c'est aussi un étudiant mais qui ne va pas souvent en fac à cause de ses chaleurs qui durent plutôt longtemps et qui ne se suppriment pas facilement même avec des inhibiteurs. Kôta est persuadé que son voisin est un mâle alpha dominant jusqu'au jour où il le rencontre en plein pendant sa période de chaleur. Pour la première fois de sa vie, Kôta va sentir les phéromones d'un omega ! La relation entre les deux personnages est plutôt sympathique et le dessin est agréable à regarder. Il aurait peut-être fallu développer un peu plus la partie où Kôta ignorait la nature de Miyanaga en accentuant le côté flippant. Il y a aussi un point nouveau (pour moi en tout cas car je n'ai pas lu tous les omegaverse) : c'est le style d'alpha qu'est Kôta : c'est un alpha singulier, il ne peut sentir que les odeurs de son âme sœur ! Côté développement de leur relation, il n'y a rien de très original mais le tout est bien écrit et bien dessiné, de quoi passer un bon moment de détente.
  6. Titre de l'album : Unlikely lovers tome 1 Scenariste de l'album : HIROKAWA Kou Dessinateur de l'album : HIROKAWA Kou Coloriste : Editeur de l'album : Taifu Note : Résumé de l'album : Kumasawa est un mécanicien taciturne dont le voisin, Kô-ichi, est un Youtubeur donnant des conseils amoureux. Ce dernier, aussi amical qu’un chiot, est entré dans le cœur de Kumasawa à une vitesse fulgurante et l’attire irrémédiablement. À ce rythme, le bon sens de Kumasawa sera vite consumé par la témérité naturelle et insouciante de Kô-ichi ! Critique : Kumasawa est un gars sérieux pas vraiment expressif qui travaille dans un garage. Il ne fait pas de vague et semble avoir une vie bien rangée. A l'opposé, il y a son voisin, un youtubeur qu'il n'a jamais vu mais dont il connaît toute la vie ou presque vu qu'il entend absolument tout : les enregistrements à n'en plus finir autour des conseils de drague et de vie amoureuse. Mais un jour, n'en pouvant plus de ces heures bruyantes à rallonge, il décide d'aller demander à son voisin de la mettre en sourdine, c'est là qu'il rencontre le charmant Kôichi aussi bruyant qu'ignorant en relation sentimentale et sexuelle. Bon, on avait vu venir le fait que le youtubeur qui donne des conseils était totalement inexpérimenté en la matière et que le ténébreux garagiste allait lui donner des leçons. Rassurez vous, on ne saute pas les étapes (ni autre chose d’ailleurs) et les deux garçons commencent par se côtoyer et devenir amis avant d'aller plus loin. J'ai trouvé ce début assez mignon, même si on sait comment le scénario va évoluer, on apprécie les efforts de Kôichi pour pousser Kumasawa à passer à l'action et on attend impatiemment le moment où ce dernier va enfin perdre son sang froid. Une histoire à suivre et à savourer. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/unlikely-lovers?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Nickad

    Unlikely lovers tome 1

    Kumasawa est un gars sérieux pas vraiment expressif qui travaille dans un garage. Il ne fait pas de vague et semble avoir une vie bien rangée. A l'opposé, il y a son voisin, un youtubeur qu'il n'a jamais vu mais dont il connaît toute la vie ou presque vu qu'il entend absolument tout : les enregistrements à n'en plus finir autour des conseils de drague et de vie amoureuse. Mais un jour, n'en pouvant plus de ces heures bruyantes à rallonge, il décide d'aller demander à son voisin de la mettre en sourdine, c'est là qu'il rencontre le charmant Kôichi aussi bruyant qu'ignorant en relation sentimentale et sexuelle. Bon, on avait vu venir le fait que le youtubeur qui donne des conseils était totalement inexpérimenté en la matière et que le ténébreux garagiste allait lui donner des leçons. Rassurez vous, on ne saute pas les étapes (ni autre chose d’ailleurs) et les deux garçons commencent par se côtoyer et devenir amis avant d'aller plus loin. J'ai trouvé ce début assez mignon, même si on sait comment le scénario va évoluer, on apprécie les efforts de Kôichi pour pousser Kumasawa à passer à l'action et on attend impatiemment le moment où ce dernier va enfin perdre son sang froid. Une histoire à suivre et à savourer.
  8. Titre de l'album : Sword of the demon hunter tomes 1 & 2 Scenariste de l'album : NAKANIDHI Motoo Dessinateur de l'album : SATOMI Yu Coloriste : Editeur de l'album : Panini Note : Résumé de l'album : Il y a près de deux siècles, vers la fin de l'ère Edo, un petit village isolé dans les montagnes est la cible régulière d'attaques de démons. Les habitants confient à Jinta, un jeune sabreur vagabond accompagné d'une étrange petite sœur, le soin de défendre la prêtresse de leur sanctuaire. Un jour, Jinta part en forêt pour chasser un démon. Il se retrouve alors face à un adversaire qui lui parle d'un lointain futur... Pour le chasseur de démons en quête de réponses, cette rencontre marque le début d'une errance à travers les âges, guidée par le fil de son épée. Critique : Dès le début du livre, on sait que l'on va suivre la vie peu ordinaire d'un personnage au travers d'une période de 170 ans. Un héros devenu solitaire suite à un destin assez cruel : la perte des deux personnes les plus importantes à ses yeux, l'une ayant entraîné la chute de la seconde. Une vie transformée par l'existence des démons et un affrontement annoncé 170 ans après le jour le plus sombre de sa vie. Les deux premiers tomes se concentre sur le drame et le contexte dans lequel il a eu lieu : une prêtresse, un petit village, un sabre sacré, des gardiens luttant contre les attaques de démon, une petite fille maudite et un lien fraternel. Le manga est l'adaptation d'une série de light novel Kijin Gentosho comportant 14 volumes et son anime sera diffusé à partir de juillet sur ADN. Il est réalisé par Yu Satomi qui avait déjà marqué le public français avec Nuisible ou Bloody Cruise. On retrouve son trait fin et précis qui s'épanouit dès qu'il s'agit de faire des scènes fantastiques et des êtres surnaturels. Le scénario est bien amené et offre de nombreux développements : va-t-on suivre l'évolution de Jinta au travers des siècles ? Sa préparation au combat annoncé ? Sa traque des démons ? Ou passera-t-on directement à l'époque actuelle ? Cette approche est intelligente et permet au lecteur d'avoir un intérêt éveillé sur la suite de l'aventure. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/sword-of-the-demon-hunter-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Dès le début du livre, on sait que l'on va suivre la vie peu ordinaire d'un personnage au travers d'une période de 170 ans. Un héros devenu solitaire suite à un destin assez cruel : la perte des deux personnes les plus importantes à ses yeux, l'une ayant entraîné la chute de la seconde. Une vie transformée par l'existence des démons et un affrontement annoncé 170 ans après le jour le plus sombre de sa vie. Les deux premiers tomes se concentre sur le drame et le contexte dans lequel il a eu lieu : une prêtresse, un petit village, un sabre sacré, des gardiens luttant contre les attaques de démon, une petite fille maudite et un lien fraternel. Le manga est l'adaptation d'une série de light novel Kijin Gentosho comportant 14 volumes et son anime sera diffusé à partir de juillet sur ADN. Il est réalisé par Yu Satomi qui avait déjà marqué le public français avec Nuisible ou Bloody Cruise. On retrouve son trait fin et précis qui s'épanouit dès qu'il s'agit de faire des scènes fantastiques et des êtres surnaturels. Le scénario est bien amené et offre de nombreux développements : va-t-on suivre l'évolution de Jinta au travers des siècles ? Sa préparation au combat annoncé ? Sa traque des démons ? Ou passera-t-on directement à l'époque actuelle ? Cette approche est intelligente et permet au lecteur d'avoir un intérêt éveillé sur la suite de l'aventure.
  10. Titre de l'album : La bête qui voulait être domptée tomes 1 & 2 Scenariste de l'album : Yuitsu Dessinateur de l'album : Yuitsu Coloriste : Editeur de l'album : Hana Note : Résumé de l'album : Arata, étudiant à l'université, est un " grand frère à louer ", un service qu'il propose pour réconforter les gens qui en ont besoin. Un jour, il reçoit une requête d'un dénommé Junta. Il s'attend à voir apparaître quelqu'un de tout mignon, mais l'apparence intimidante de Junta le prend par surprise... ainsi que sa demande : le jeune homme voudrait qu'Arata lui caresse la tête ! En réalité, Junta a toujours pris soin des autres, mais personne n'a jamais pris soin de lui, et il voudrait savoir ce que ça fait... Arata risque d'avoir du mal à résister au charme de l'adorable Junta !! Critique : Mince alors, j'ai lu ce livre il y a 3 jours et j'ai du réfléchir au moment d'écrire cette critique pour me remémorer l'histoire. Souvent je trouve que les yaoi auraient besoin d'un peu plus de développement et que ça va parfois un peu vite, pour celui-là c'est l'inverse, j'ai trouvé qu'il y avait quelques longueurs. Mais l'histoire est plutôt sympathique et offre une situation de départ inédite et originale. Junta est un lycéen qui fait un peu peur : il n'est pas moche mais il est assez refermé sur lui-même et à un regard sombre à tel point que tout le monde le prend pour un voyou et que les bandes de jeunes du coin veulent l'affronter. En plus de cela, il est l’aîné d'une fratrie de 4 enfants avec lequel il a une différence d'âge. Du coup, il a toujours pris soin d'eux et s'occupe également des taches ménagères et de la cuisine. Son seul regret : il aurait aimé que quelqu'un s'occupe de lui de temps en temps et de ne pas toujours être celui sur qui les autres se reposent. C'est pourquoi quand il rencontre Arata et qu'il découvre que celui-ci fait un travail de « grand frère à louer », il fait appel à ses services. Mais très vite la relation entre Arata et Junta évolue sans qu'il sache vraiment si ses sentiments sont réels ou liés au rôle du grand frère. C'est étrange car à la fois l'évolution de leur relation va très vite et en même temps, la prise de conscience de leurs sentiments est assez lente. Malgré quelques longueurs, on a plaisir à suivre Arata et Junta. Ceci dit, la révélation finale ne sert pas à grand chose car elle n'est pas exploitée et il aurait pu y avoir un peu plus de diversité dans les événements qui auraient amélioré le rythme. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-bete-qui-voulait-etre-domptee-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Mince alors, j'ai lu ce livre il y a 3 jours et j'ai du réfléchir au moment d'écrire cette critique pour me remémorer l'histoire. Souvent je trouve que les yaoi auraient besoin d'un peu plus de développement et que ça va parfois un peu vite, pour celui-là c'est l'inverse, j'ai trouvé qu'il y avait quelques longueurs. Mais l'histoire est plutôt sympathique et offre une situation de départ inédite et originale. Junta est un lycéen qui fait un peu peur : il n'est pas moche mais il est assez refermé sur lui-même et à un regard sombre à tel point que tout le monde le prend pour un voyou et que les bandes de jeunes du coin veulent l'affronter. En plus de cela, il est l’aîné d'une fratrie de 4 enfants avec lequel il a une différence d'âge. Du coup, il a toujours pris soin d'eux et s'occupe également des taches ménagères et de la cuisine. Son seul regret : il aurait aimé que quelqu'un s'occupe de lui de temps en temps et de ne pas toujours être celui sur qui les autres se reposent. C'est pourquoi quand il rencontre Arata et qu'il découvre que celui-ci fait un travail de « grand frère à louer », il fait appel à ses services. Mais très vite la relation entre Arata et Junta évolue sans qu'il sache vraiment si ses sentiments sont réels ou liés au rôle du grand frère. C'est étrange car à la fois l'évolution de leur relation va très vite et en même temps, la prise de conscience de leurs sentiments est assez lente. Malgré quelques longueurs, on a plaisir à suivre Arata et Junta. Ceci dit, la révélation finale ne sert pas à grand chose car elle n'est pas exploitée et il aurait pu y avoir un peu plus de diversité dans les événements qui auraient amélioré le rythme.
  12. Nickad

    Le poinçonneur tomes 1 & 2

    Ne vous arrêtez pas aux premières pages pour vous faire une idée du manga car Le Poinçonneur n'est pas qu'une histoire de meurtrier fou armé de ciseaux géants ! Tout commence après le meurtre d'une étudiante, Tsukiko, une autre étudiante plutôt populaire est très affectée par cette nouvelle, elle finit par se confier à son petit ami lui disant qu'elle sait qui est le meurtrier. Ce dernier, Shû, rompt pensant qu'elle se moque de lui mais finit par aller chercher des preuves en espérant pouvoir prendre une photo du meurtrier, cela n'est pas au goût de celui que l'on surnomme à présent « le poinçonneur ». L'horreur, le suspense et le mystique sont les éléments principaux de ce manga. Nous ne sommes pas dans une histoire classique de meurtres en série mais dans un contexte où certaines forces surnaturelles entrent en jeu. D'un côté, il y a un groupe d'étudiants qui cherchent à informer le plus grand nombre de personnes afin de pouvoir arrêter le poinçonneur et de l'autre, un groupe secret, adepte de l'occulte qui veut régler le problème sans informer le public. Si cette traque est plutôt intéressante, on aurait aimé un peu plus de travail dans le graphisme pour nous plonger encore plus dans l'effroi. La terreur ici ne se situe pas que dans le mode opératoire du meurtrier ni dans son apparence mais dans son côté insaisissable qui laisse nos héros quasiment impuissants devant un danger imminent.
  13. Titre de l'album : Le poinçonneur tomes 1 & 2 Scenariste de l'album : SUZUKI Yuhei Dessinateur de l'album : TAKARAI Hakaru Coloriste : Editeur de l'album : Omaké Note : Résumé de l'album : Vous avez intérêt à valider votre ticket ! Un homme à l'allure étrange, habillé comme un agent de compagnie ferroviaire, erre dans les gares et les trains nippons. Quiconque croise le chemin de cet être terrifiant, doté d'une immense paire de ciseaux, meurt à la prochaine gare d'une manière horrible. Tsukiko, une étudiante vivant une vie modeste sur le campus, se trouve avec son petit ami dans le train et pense l'avoir aperçu... Ils doivent donc fuir... et vite ! Critique : Ne vous arrêtez pas aux premières pages pour vous faire une idée du manga car Le Poinçonneur n'est pas qu'une histoire de meurtrier fou armé de ciseaux géants ! Tout commence après le meurtre d'une étudiante, Tsukiko, une autre étudiante plutôt populaire est très affectée par cette nouvelle, elle finit par se confier à son petit ami lui disant qu'elle sait qui est le meurtrier. Ce dernier, Shû, rompt pensant qu'elle se moque de lui mais finit par aller chercher des preuves en espérant pouvoir prendre une photo du meurtrier, cela n'est pas au goût de celui que l'on surnomme à présent « le poinçonneur ». L'horreur, le suspense et le mystique sont les éléments principaux de ce manga. Nous ne sommes pas dans une histoire classique de meurtres en série mais dans un contexte où certaines forces surnaturelles entrent en jeu. D'un côté, il y a un groupe d'étudiants qui cherchent à informer le plus grand nombre de personnes afin de pouvoir arrêter le poinçonneur et de l'autre, un groupe secret, adepte de l'occulte qui veut régler le problème sans informer le public. Si cette traque est plutôt intéressante, on aurait aimé un peu plus de travail dans le graphisme pour nous plonger encore plus dans l'effroi. La terreur ici ne se situe pas que dans le mode opératoire du meurtrier ni dans son apparence mais dans son côté insaisissable qui laisse nos héros quasiment impuissants devant un danger imminent. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-poinconneur-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Titre de l'album : Seventeen again tome 1 Scenariste de l'album : UMEZAWA Marina Dessinateur de l'album : UMEZAWA Marina Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Mao, obnubilée par son ex petit-ami, finit par redoubler sa deuxième année de lycée. Elle se retrouve alors dans la même classe que Hachiya, un garçon très agaçant du club de foot. Alors qu'elle le prenait pour un gamin arrogant, le jeune homme lui fait subitement une déclaration ! Comment Mao va-t-elle vivre cette relation avec ce camarade d'un an plus jeune qu'elle ? Critique : Mais quel titre peu approprié ! Seventeen again soit littéralement « 17 ans à nouveau » ! On s'attend à une histoire un peu fantastique avec un retour dans le temps, une « régression » comme c'est la mode en ce moment. Et bien non, l'héroïne, Mao, n'a pas à nouveau 17 ans. Elle a 17 ans mais recommence à nouveau son année scolaire parce qu'elle a redoublé !! La promesse du titre est une arnaque ! Bon passé cette légère déception qui aurait pu donné une histoire assez drôle, on se rend compte que l'on est dans un scénario de romance au lycée. Heureusement il y a un élément important qui donne toute son originalité au récit : Mao a redoublé parce qu'elle cherchait désespérément son petit ami Izumi qui a disparu avec sa famille du jour au lendemain. Elle était tellement désespérée qu'elle en est tombé malade et a du recommencer son année scolaire. Heureusement son ami d'enfance Hachiya espère bien lui faire oublier toute cette histoire et lui déclare sa flamme. Honnêtement, j'attends de voir la suite pour me faire une opinion plus précise, tout dépendra de l'orientation du récit : romance classique avec Hachiya ou drame avec le retour du petit ami disparu ?? A ce stade tout est encore possible mais il faudra quand même ajouté un peu de dynamisme dans cette histoire pour qu'elle décolle car pour le moment c'est gentillet mais sans plus. A noter que l'autrice est déjà connue pour son titre Lovely Loveless Romance dont vous retrouverez un chapitre inédit en fin de livre. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/seventeen-again-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. Nickad

    Seventeen again tome 1

    Mais quel titre peu approprié ! Seventeen again soit littéralement « 17 ans à nouveau » ! On s'attend à une histoire un peu fantastique avec un retour dans le temps, une « régression » comme c'est la mode en ce moment. Et bien non, l'héroïne, Mao, n'a pas à nouveau 17 ans. Elle a 17 ans mais recommence à nouveau son année scolaire parce qu'elle a redoublé !! La promesse du titre est une arnaque ! Bon passé cette légère déception qui aurait pu donné une histoire assez drôle, on se rend compte que l'on est dans un scénario de romance au lycée. Heureusement il y a un élément important qui donne toute son originalité au récit : Mao a redoublé parce qu'elle cherchait désespérément son petit ami Izumi qui a disparu avec sa famille du jour au lendemain. Elle était tellement désespérée qu'elle en est tombé malade et a du recommencer son année scolaire. Heureusement son ami d'enfance Hachiya espère bien lui faire oublier toute cette histoire et lui déclare sa flamme. Honnêtement, j'attends de voir la suite pour me faire une opinion plus précise, tout dépendra de l'orientation du récit : romance classique avec Hachiya ou drame avec le retour du petit ami disparu ?? A ce stade tout est encore possible mais il faudra quand même ajouté un peu de dynamisme dans cette histoire pour qu'elle décolle car pour le moment c'est gentillet mais sans plus. A noter que l'autrice est déjà connue pour son titre Lovely Loveless Romance dont vous retrouverez un chapitre inédit en fin de livre.
  16. Titre de l'album : Mother parasite tome 2 & 3 Scenariste de l'album : SATO Hirohisa Dessinateur de l'album : SATO Hirohisa Coloriste : Editeur de l'album : Mangetsu Note : Résumé de l'album : Accueilli par les Kasai pour la nuit, Ryôta ne parvient pas à trouver le sommeil. Il est bien trop occupé à résoudre un mystère : comment trouver la mère idéale ? Sa réflexion l'amène finalement à une seule conclusion... Rika Kasai en est la parfaite incarnation... Mais se rapprocher d'elle prend du temps et Ryôta n'en a plus pour Sanae, sa mère adoptive. Terrifiée à l'idée d'être rejetée, Sanae commence à perdre pied, jusqu'à aller trop loin...Dans Mother Parasite, Sato Hirohisa, auteur de Shigahime, nous propose un thriller psychologique où manipulation, folie et liens familiaux sont les maîtres-mots. Critique : Ce deuxième tome était exceptionnel ! Bien que l’histoire soit malsaine avec l’obsession de Ryôta pour trouver une mère idéale, il faut reconnaitre qu’il est très intelligent et même plus que ça ! C’est un roi de la manipulation qui met en place ses pièces petit à petit et lance ensuite un élément déclencheur qui lui permet d’arriver à ses fins. Au fur et à mesure de la lecture, on voit comment il fonctionne, comment il manipule sa mère mais aussi celle de son soi-disant meilleur ami Kasai. Seulement, dans le 3eme tome, il rencontre une autre maman qui semble voir clair dans son jeu. Comprenant qu’il ne pourra pas la duper comme les autres, il tombe une approche plus sincère avec elle et nous montre un nouvel aspect de sa personnalité où l’on approche de la folie. Le 4e tome risque d’être très intense, Ryôta ne maitrise plus la situation comme il le faudrait et une adversaire de taille lui fait face. Que le lecteur soit préparé, il n’a pas dit son dernier mot et nous réserve encore des surprises. Mother parasite est un thriller psychologique où la tension devient de plus en plus intense au fil des tomes. A réserver néanmoins à un public averti. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mother-parasite-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. Nickad

    Mother parasite tome 2 & 3

    Ce deuxième tome était exceptionnel ! Bien que l’histoire soit malsaine avec l’obsession de Ryôta pour trouver une mère idéale, il faut reconnaitre qu’il est très intelligent et même plus que ça ! C’est un roi de la manipulation qui met en place ses pièces petit à petit et lance ensuite un élément déclencheur qui lui permet d’arriver à ses fins. Au fur et à mesure de la lecture, on voit comment il fonctionne, comment il manipule sa mère mais aussi celle de son soi-disant meilleur ami Kasai. Seulement, dans le 3eme tome, il rencontre une autre maman qui semble voir clair dans son jeu. Comprenant qu’il ne pourra pas la duper comme les autres, il tombe une approche plus sincère avec elle et nous montre un nouvel aspect de sa personnalité où l’on approche de la folie. Le 4e tome risque d’être très intense, Ryôta ne maitrise plus la situation comme il le faudrait et une adversaire de taille lui fait face. Que le lecteur soit préparé, il n’a pas dit son dernier mot et nous réserve encore des surprises. Mother parasite est un thriller psychologique où la tension devient de plus en plus intense au fil des tomes. A réserver néanmoins à un public averti.
  18. Dans 3 semaines on sera à la Japan Expo !! Et bien sûr ce sera l'occasion d'aller récupérer des goodies exclusifs auprès des éditeurs ! Ces derniers jours les annonces sont nombreuses, on les regroupe ici pour vous avec les modalités d'obtention également (goodies gratuits, offerts avec l'achat de livres ou à acheter directement)
  19. Nickad

    Spécial "Spider-Man"

    Ah bon ? Il ne colle pas aux murs à cause de nouveaux poils d'araignée qui ont poussé au bout de ses doigts ??
  20. Nickad

    Tsubaken tome 1

    Titre de l'album : Tsubaken tome 1 Scenariste de l'album : ZEN Dessinateur de l'album : ZEN Coloriste : ZEN Editeur de l'album : Vega-Dupuis Note : Résumé de l'album : Outfit City. Dans une société maîtrisée par le pouvoir en place, où la télévision insipide endort les masses, la bonne vieille culture lowtech se vend illégalement par l'intermédiaire de gangs de jeunes proposant des animés interdits sur CD. Parmi eux : Barlog, le caïd du lycée Gloves, où arrive un nouvel élève, Kenrick, coiffé d'une invraisemblable masse de cheveux. Barlog a aussitôt dans l'idée d'humilier Kenrick. Un bizutage, quoi... Sauf que ce dernier, placé dans un foyer, a été renvoyé de très nombreux lycées pour violence... Et malgré sa volonté de ne pas rater sa dernière chance d'être scolarisé - sans quoi il sera jeté à la rue - Kenrick sent vite ses poings le démanger... Il ne se doute pas que cette fois, cela va le mener plus loin que de la baston de cantine, vers de gros problèmes avec les gangs, la police, la vie ! Les poings de Kenrick seront-ils suffisants pour le sortir de là ? Critique : Au premier abord, Tsubaken est le genre de livre dont la couverture ne m’attire pas du tout et que je n’irai pas acheter. Pourtant, sans être un coup de cœur, j’ai passé un agréable moment et je lirai la suite avec plaisir. Kenrick est un orphelin bagarreur avec une énorme coupe afro qui s’est déjà fait renvoyer de plusieurs lycées. C’est sa dernière chance, au prochain renvoi, le foyer ne s’occupera plus de lui et il retournera à la rue. Il essaye donc de faire profil bas en intégrant Gloves high school mais il ne peut rester sans rien faire quand il voit qu’un de ses camarades, Milo, le premier à lui avoir adressé la parole, se fait racketter par un gang. Si Tsubaken est un webtoon de bagarre avec des gangs ce n’est pas la partie la plus intéressante du récit. En effet, l’histoire prend place dans un monde où les médias (livres, CD, DVD, consoles…) ont disparu et font l’objet d’un trafic au marché noir. Ici, les gangs ne vendent pas de la drogue mais des objets devenus collectors ou des copies. L’autre sujet qui sera développé concerne les origines de Kenrick car contrairement aux autres orphelins, il n’y a aucune information sur sa naissance et on sent que c’est un point qui risque d’avoir de l’importance par la suite. Les plus de ce webtoon : les illustrations humoristiques de chaque début de chapitre autour du Courouge Gang et des objets devenus cultes et un historique en fin de tome qui reprend les différentes étapes du parcours de l’auteur et de la création de Tsubaken. Finalement, on a un bon shonen distrayant et agréable à lire qui devrait plaire aux adolescents. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/tsubaken-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Nickad

    Tsubaken tome 1

    Au premier abord, Tsubaken est le genre de livre dont la couverture ne m’attire pas du tout et que je n’irai pas acheter. Pourtant, sans être un coup de cœur, j’ai passé un agréable moment et je lirai la suite avec plaisir. Kenrick est un orphelin bagarreur avec une énorme coupe afro qui s’est déjà fait renvoyer de plusieurs lycées. C’est sa dernière chance, au prochain renvoi, le foyer ne s’occupera plus de lui et il retournera à la rue. Il essaye donc de faire profil bas en intégrant Gloves high school mais il ne peut rester sans rien faire quand il voit qu’un de ses camarades, Milo, le premier à lui avoir adressé la parole, se fait racketter par un gang. Si Tsubaken est un webtoon de bagarre avec des gangs ce n’est pas la partie la plus intéressante du récit. En effet, l’histoire prend place dans un monde où les médias (livres, CD, DVD, consoles…) ont disparu et font l’objet d’un trafic au marché noir. Ici, les gangs ne vendent pas de la drogue mais des objets devenus collectors ou des copies. L’autre sujet qui sera développé concerne les origines de Kenrick car contrairement aux autres orphelins, il n’y a aucune information sur sa naissance et on sent que c’est un point qui risque d’avoir de l’importance par la suite. Les plus de ce webtoon : les illustrations humoristiques de chaque début de chapitre autour du Courouge Gang et des objets devenus cultes et un historique en fin de tome qui reprend les différentes étapes du parcours de l’auteur et de la création de Tsubaken. Finalement, on a un bon shonen distrayant et agréable à lire qui devrait plaire aux adolescents.
  22. Titre de l'album : Luca, vétérinaire draconique tome 1 Scenariste de l'album : HIRASAWA Yûna Dessinateur de l'album : HIRASAWA Yûna Coloriste : Editeur de l'album : Glenat Note : Résumé de l'album : Soins aux créatures magiques dans un monde garanti sans sorciers !Les vétérinaires draconiques soignent des créatures de formes extrêmement diverses appelées "dragons". Luca rêve de pratiquer ce métier afin de suivre les traces de son père, qui était vétérinaire draconique des armées. Avec l'aide de Chloé et de Gilla, ses camarades de promotion à l'institut supérieur des sciences draconiques de Kogniel, où elles sont formées en tant qu'assistantes vétérinaires, Luca soigne les dragons qui souffrent avec tant de passion qu'elle se dispute parfois avec son entourage ! <br>Après Terrarium et ses vaisseaux à l'abandon, Yuna Hirasawa plonge dans un univers tout aussi onirique, la fantasy en plus. Une école, des dragons, des rivalités sans oublier le destin d'un parent disparu... La jeune Luca, vétérinaire draconique vous invite à un voyage d'écailles et de brise ! Critique : Luca est une jeune fille qui rêve de devenir une vétérinaire draconique, il ne lui reste que l’épreuve pratique pour pouvoir accéder à Kogniel, l’institut supérieur des sciences draconiques. Le jour de l’examen pratique, elle doit d’urgence opérer un dragon avec l’aide de deux autres apprenties se mettant par la même occasion en retard pour l’épreuve. L’histoire prend place dans un monde où une guerre était encore en cours 3 ans auparavant, chaque personnage en a souffert. Notre héroïne, Luca, veut de venir vétérinaire pour deux raisons ; la première, c’est qu’elle a grandi avec cette passion étant donné que son père était lui aussi vétérinaire. La seconde, c’est que ce dernier est soi-disant mort en trahissant leur pays, et Luca, ne pouvant y croire, espère prouver l’innocence de son paternel. En plus de nous offrir un joli monde fantastique travaillé et plein de nouvelles créatures, l’histoire met en avant de beaux sentiments comme l’amitié, la persévérance, l’ouverture d’esprit… Il y a en même temps de l’aventure et du suspense car il existe une énigme autour du père de Luca qui permet de maintenir un intérêt plus accru. A découvrir. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/luca-veterinaire-draconique-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. Luca est une jeune fille qui rêve de devenir une vétérinaire draconique, il ne lui reste que l’épreuve pratique pour pouvoir accéder à Kogniel, l’institut supérieur des sciences draconiques. Le jour de l’examen pratique, elle doit d’urgence opérer un dragon avec l’aide de deux autres apprenties se mettant par la même occasion en retard pour l’épreuve. L’histoire prend place dans un monde où une guerre était encore en cours 3 ans auparavant, chaque personnage en a souffert. Notre héroïne, Luca, veut de venir vétérinaire pour deux raisons ; la première, c’est qu’elle a grandi avec cette passion étant donné que son père était lui aussi vétérinaire. La seconde, c’est que ce dernier est soi-disant mort en trahissant leur pays, et Luca, ne pouvant y croire, espère prouver l’innocence de son paternel. En plus de nous offrir un joli monde fantastique travaillé et plein de nouvelles créatures, l’histoire met en avant de beaux sentiments comme l’amitié, la persévérance, l’ouverture d’esprit… Il y a en même temps de l’aventure et du suspense car il existe une énigme autour du père de Luca qui permet de maintenir un intérêt plus accru. A découvrir.
  24. Titre de l'album : Kirin the Happy Ridder Speedway tome 1 Scenariste de l'album : HARUMOTO Shohei Dessinateur de l'album : HARUMOTO Shohei Coloriste : Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Le manga Fast and Furious version moto Employé de bureau le jour, de prime abord, Kirin mène une vie parfaitement rangée dans une ville anonyme, désolée, à l'abandon. Il a 38 ans et est impliqué et sérieux dans son travail. Mais c'est aussi un passionné de moto qui participe à des courses sauvages et dangereuses organisées en pleine ville. Dans un style vivant, majestueux et dynamique, Shohei Harumoto dessine des personnages aux caractères bien trempés, des paysages industriels inquiétants ou seules les motos, plus vraies que nature, et sublimées par des grandes cases où la vitesse se ressent en tournant les pages, apportent une lueur d'espoir à ce monde saisissant. Critique : Kasaï est un nouvel éditeur arrivé sur le marché en novembre dernier, je suis tombée dessus un peu par hasard sans vraiment en avoir entendu parler, il y a pour le moment deux titres à leur catalogue, celui-ci et La randonneuse que je n’ai pas encore lue. Deux séries assez longues car la première fait 11 tomes et la seconde 17 volumes. Donc je me lance dans la lecture, je comprends très vite que les motos et les courses de voitures sont les éléments principaux du récit. On commence par un homme nommé Kirin qui semble faire un essai de moto sur route et qui tombe en rade, il est dépanné par un autre motard en vadrouille qui s’appelle aussi Kirin. Ce dernier est un jeune qui semble voyager au gré de ses envies et qui va se retrouver bloqué dans cette ville. Une ville un peu particulière qui a ses propres lois, qui semble être dirigée à la fois par un gros caïd et en par un flic véreux semblant lui aussi obéir à quelqu’un d’autre. Si vous êtes perdus c’est normal, je l’étais aussi et pour cause : d’abord, on ne comprend l’organisation de la ville qu’à la fin du volume alors qu’en général, le premier chapitre est là pour établir le contexte et après quelques recherches j’ai découvert que cette série Kirin The happy ridder speedway était la suite d’une autre série Kirin (finie en 39 tomes) qui n’a jamais été publiée en France !! On peut donc supposer que tous les manques scénaristiques étaient plus ou moins expliqués dans la 1ère saison !! Côté graphisme, on fait un bond de quelques décennies en arrière, des dessins un peu vides, un design des années 80, rien qui ne donne vraiment envie. En conclusion, on a un scénario peu construit où une grande partie des personnages font tapisserie, un fil conducteur inexistant et un graphisme peu attrayant… Je ne peux que vous recommander de passer votre chemin. Autres infos : Edition Kasaï Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/kirin-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. Kasaï est un nouvel éditeur arrivé sur le marché en novembre dernier, je suis tombée dessus un peu par hasard sans vraiment en avoir entendu parler, il y a pour le moment deux titres à leur catalogue, celui-ci et La randonneuse que je n’ai pas encore lue. Deux séries assez longues car la première fait 11 tomes et la seconde 17 volumes. Donc je me lance dans la lecture, je comprends très vite que les motos et les courses de voitures sont les éléments principaux du récit. On commence par un homme nommé Kirin qui semble faire un essai de moto sur route et qui tombe en rade, il est dépanné par un autre motard en vadrouille qui s’appelle aussi Kirin. Ce dernier est un jeune qui semble voyager au gré de ses envies et qui va se retrouver bloqué dans cette ville. Une ville un peu particulière qui a ses propres lois, qui semble être dirigée à la fois par un gros caïd et en par un flic véreux semblant lui aussi obéir à quelqu’un d’autre. Si vous êtes perdus c’est normal, je l’étais aussi et pour cause : d’abord, on ne comprend l’organisation de la ville qu’à la fin du volume alors qu’en général, le premier chapitre est là pour établir le contexte et après quelques recherches j’ai découvert que cette série Kirin The happy ridder speedway était la suite d’une autre série Kirin (finie en 39 tomes) qui n’a jamais été publiée en France !! On peut donc supposer que tous les manques scénaristiques étaient plus ou moins expliqués dans la 1ère saison !! Côté graphisme, on fait un bond de quelques décennies en arrière, des dessins un peu vides, un design des années 80, rien qui ne donne vraiment envie. En conclusion, on a un scénario peu construit où une grande partie des personnages font tapisserie, un fil conducteur inexistant et un graphisme peu attrayant… Je ne peux que vous recommander de passer votre chemin.
×
×
  • Créer...