Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'jeunesse'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Si je regarde pas mal d'animé, j'avoue que l coté loufoque des séries animés DC m'a toujours laissé de marbre. Étant plus lecteur, j'ai voulu essayer la version papier… et je n'aurai pas dû. Je n'aurais pas dû parce que, premièrement, c'est la suite directe de la série. Donc, je n'ai pas compris le début. En plus la version papier est surement très fidèle au dessin animé ce qui fait que j'ai retrouvé ce qu'i ne me plaisait pas : les blagues potache pour enfants, Gordon en méchant débile, les méchants pas vraiment méchants..... Bref ce comics n'était pas pour moi. Mais je pense qu'il ravira les fans de la série animé. Je les laisserai donc juger à ma place
  2. Titre de l'album : Harley Quinn the animated series tome 1 - The eat. bang ! kill. tour Scenariste de l'album : Tee Franklin Dessinateur de l'album : Max Sarin Coloriste : Max Sarin Editeur de l'album : Urban Link Note : Résumé de l'album : Harley & Ivy ont pris la route pour la virée du siècle ! Fuyant Gotham City après une cérémonie de mariage particulièrement désastreuse, Harley Quinn et Poison Ivy doivent impérativement semer un commissaire Gordon particulièrement à cran. Alors qu'Ivy se prend à regretter d'avoir laissé Kiteman au pied de l'autel, Harley promet à sa partenaire un remède radical à son état "post-marium" ! Contenu vo : HARLEY QUINN: THE ANIMATED SERIES—THE EAT. BANG. KILL TOUR #1-6. Critique : Si je regarde pas mal d'animé, j'avoue que l coté loufoque des séries animés DC m'a toujours laissé de marbre. Étant plus lecteur, j'ai voulu essayer la version papier… et je n'aurai pas dû. Je n'aurais pas dû parce que, premièrement, c'est la suite directe de la série. Donc, je n'ai pas compris le début. En plus la version papier est surement très fidèle au dessin animé ce qui fait que j'ai retrouvé ce qu'i ne me plaisait pas : les blagues potache pour enfants, Gordon en méchant débile, les méchants pas vraiment méchants..... Bref ce comics n'était pas pour moi. Mais je pense qu'il ravira les fans de la série animé. Je les laisserai donc juger à ma place Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/harley-quinn-animated-series-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Titre de l'album : Les contrées salées Scenariste de l'album : Hope Larson Dessinateur de l'album : Rebecca Mock Coloriste : Rebecca Mock Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Lorsque Elber, le frère aîné de Vonceil, revient à la ferme familiale de l'Oklahoma après avoir servi sur les lignes de front de la Première Guerre mondiale, les choses ne se passent pas comme elle l'espérait. L'expérience traumatisante de la guerre l'ont transformé en homme austère et responsable qui n'a plus de temps à lui consacrer. Alors qu'il vient d'épouser la fille qu'il avait laissée derrière lui, surgit une femme en blanc mystérieuse et captivante qui accuse Elber de l'avoir abandonnée en France. Lorsqu'il refuse de quitter sa femme, elle jette un sort au puits familial, qui transforme les réserves d'eau pure de la ville en eau salée. Qui est cette dame en blanc, qu'a-t-elle fait à la ferme et que sait le vieil oncle Dell de Vonceil à son sujet ? Pour le savoir, Vonceil va devoir affronter le monde de la sorcellerie peuplé de parents dangereux, d'animaux métamorphosés, d'une capricieuse sorcière du sucre et de la Dame en blanc, la sinistre sorcière du sel. Au cours de ce voyage épique qui va la transformer, la jeune fille en apprendra beaucoup sur l'amour et sur ce que cela signifie de grandir. Les Contrées salées est un conte de fées graphique magnifiquement illustré par Rebecca Mock sur un scénario de Hope Larson, autrice de All Summer Long, nominé pour le prix Eisner, et de A Wrinkle in Time: The Graphic Novel, lauréat du prix Eisner. Critique : Ne tournons pas autour du pot, il y a un parfum de magicien d'Oz dans ces Contrées salées à destination des enfants et jeunes ados que les adultes dévoreront en cachette également ! Chose étonnante, la très belle couverture cache je trouve un dessin tout aussi harmonieux mais dans un style moins éthéré à l'intérieur de cet album. Si Hope Larson nous livre un conte envoutant aux multiples leçons et niveaux de lecture, peuplé de personnages attachants, sensibles et intéressants, la mise en image de Rebecca Mock vient nous sublimer l'ensemble dans un style qui n'a pas été sans me rappeler le travail du studio ghibli sur leurs productions. C'est clair, expressif, enjoué et inspiré, bravo. Je ne peux que vous en conseiller la lecture, c'est indéniablement un de ces ouvrages dont la magie déborde pour infuser le cœur de ses lecteurs, des plus jeunes aux plus anciens. Autres infos : Eisner Awards 2022 : Meilleure publication pour enfants (9-12 ans) Type de l'album : Roman graphique Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/contrees-salees?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. The_PoP

    Les contrées salées

    Ne tournons pas autour du pot, il y a un parfum de magicien d'Oz dans ces Contrées salées à destination des enfants et jeunes ados que les adultes dévoreront en cachette également ! Chose étonnante, la très belle couverture cache je trouve un dessin tout aussi harmonieux mais dans un style moins éthéré à l'intérieur de cet album. Si Hope Larson nous livre un conte envoutant aux multiples leçons et niveaux de lecture, peuplé de personnages attachants, sensibles et intéressants, la mise en image de Rebecca Mock vient nous sublimer l'ensemble dans un style qui n'a pas été sans me rappeler le travail du studio ghibli sur leurs productions. C'est clair, expressif, enjoué et inspiré, bravo. Je ne peux que vous en conseiller la lecture, c'est indéniablement un de ces ouvrages dont la magie déborde pour infuser le cœur de ses lecteurs, des plus jeunes aux plus anciens.
  5. Titre de l'album : Les enfants de la résistance - Tome 8 - Combattre ou mourir Scenariste de l'album : Vincent Dugomier Dessinateur de l'album : Benoît Ers Coloriste : Benoît Ers Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Les enfants de la Résistance ont maintes fois manqué mourir pour leurs idées. Cette fois, ils devront risquer leur vie pour la libre circulation de l'information. Ou plutôt la circulation de l'information libre ! En cet été 1943, la nouvelle mission du Lynx est de livrer un stock de papier qui servira à imprimer les journaux de la Résistance... à 250 km de chez eux. Pour cela, ils vont devoir monter tout un réseau. Ce qui implique de prendre le plus grand des risques : faire confiance... Critique : Qu'est ce que j'aime les bd jeunesses du Lombard. Cette année j'y ai trouvé vraiment de belles choses, aussi agréables à lire pour l'adulte que je suis qu'intéressantes pour les enfants. Ce tome 8 de la série les enfants de la résistance nous confirme que c'est bien une très belle série jeunesse. L'histoire avance bien, le réalisme est toujours de mise, situations et personnages sont complexes et quelques fausses pistes sont agréablement posés, les dilemmes ont le temps de s'installer et on suit nos jeunes héros sur ce chemin Ô combien délicat. Le dessin de Benoît Ers est toujours plein de justesse et de rondeurs sans pour autant trop céder aux facilités, c'est vraiment chouette et propre. J'ai beaucoup aimé. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-enfants-de-la-resistance-tome-8-combattre-ou-mourir?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Qu'est ce que j'aime les bd jeunesses du Lombard. Cette année j'y ai trouvé vraiment de belles choses, aussi agréables à lire pour l'adulte que je suis qu'intéressantes pour les enfants. Ce tome 8 de la série les enfants de la résistance nous confirme que c'est bien une très belle série jeunesse. L'histoire avance bien, le réalisme est toujours de mise, situations et personnages sont complexes et quelques fausses pistes sont agréablement posés, les dilemmes ont le temps de s'installer et on suit nos jeunes héros sur ce chemin Ô combien délicat. Le dessin de Benoît Ers est toujours plein de justesse et de rondeurs sans pour autant trop céder aux facilités, c'est vraiment chouette et propre. J'ai beaucoup aimé.
  7. poseidon2

    Le jardin secret t2 (fin)

    Suite et fin de notre conte fleuri pour jeune public. Maintenant que tous les personnages sont en places et se sont rencontrés, cet album se préoccupe du rétablissement de Colin et de la nécessité de sortir de chez soi. Maud Begon présente habilement le besoin de grand air qu'à l'être humain. Cette ode au printemps et aux fleurs est aussi une invitation à redécouvrir nos extérieurs et la nature en général. Une nature qui s'offre à tous les amateurs et ce peu importe leur statu social. Une belle histoire qui n'est pas sans parallèle à des jeunes colériques qui passent la plupart de leur temps chez eux enfermés, sans profiter du monde qui les entoure. Une très bonne lecture pour nos jeunes enfants !
  8. Titre de l'album : Le jardin secret t2 (fin) Scenariste de l'album : Maud Begon Dessinateur de l'album : Maud Begon Coloriste : Maud Begon Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Le printemps arrive et il se passe enfin des choses positives au manoir des Craven ! Mary continue de s'ouvrir à la vie et au monde, et Colin, le petit garçon cloîtré et maladif, a été "découvert" par sa cousine qui va bientôt s'employer à lui redonner le goût de vivre... Elle sera aidée en cela par son premier véritable ami Dickon, le petit paysan qui sait tout sur les animaux et les plantes de la lande, et aussi par ce fantastique Jardin secret, qui s'apprête à renaître et ne sera bientôt plus un secret... Critique : Suite et fin de notre conte fleuri pour jeune public. Maintenant que tous les personnages sont en places et se sont rencontrés, cet album se préoccupe du rétablissement de Colin et de la nécessité de sortir de chez soi. Maud Begon présente habilement le besoin de grand air qu'à l'être humain. Cette ode au printemps et aux fleurs est aussi une invitation à redécouvrir nos extérieurs et la nature en général. Une nature qui s'offre à tous les amateurs et ce peu importe leur statu social. Une belle histoire qui n'est pas sans parallèle à des jeunes colériques qui passent la plupart de leur temps chez eux enfermés, sans profiter du monde qui les entoure. Une très bonne lecture pour nos jeunes enfants ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-jardin-secret-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  9. Titre de l'album : La longue marche des dindes Scenariste de l'album : Léonie Bischoff Dessinateur de l'album : Léonie Bischoff Coloriste : Léonie Bischoff Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Missouri, été 1860. Après avoir quadruplé son CE1 à 15 ans, Simon diplômé d'office par Miss Rogers se voit refuser l'entrée en CE2 et doit gentiment déployer ses ailes. Aussi, le soir même de cette mauvaise nouvelle, lorsqu'il apprend que les dindes sur pattes valent 20 fois plus à Denver que chez lui, il décide d'acquérir 1000 têtes pour les convoyer sur 1000 kilomètres et prouver ainsi qu'il a le sens des affaires. Il recrute pour l'escorter une équipe improbable avec laquelle il va devoir traverser le désert, affronter les rocheuses et négocier avec les Indiens ! Ces derniers accepteront-ils de laisser passer cette étrange caravane qui doit atteindre Denver pour y faire fortune ? Le magnifique roman de Kathleen Karr adapté par l'autrice du brillant Anaïs Nin : sur la mer des mensonges, Léonie Bischoff, qui signe son premier titre jeunesse Critique : Encore une note à plus de 4 The PoP ? Tu radotes non ? Pas vraiment, c'est juste que nous avons en face de nous une très belle rentrée littéraire en bd. Il faut le reconnaitre, les mois de septembre deviennent de plus en plus difficiles en termes de choix pour les amateurs de bd. Cette adaptation d'un roman jeunesse à succès, par l'auteur du très remarqué Anaïs Nin sorti il y a deux ans, en est un parfait exemple. Pour l'amateur d'histoire que je suis c'est une réussite à tous les niveaux tant ce gentil conte un brin désuet réussi à ne jamais verser dans l'excès d'humanisme ou de naïveté, écueil pourtant parfois fatal à de nombreuses bd jeunesse. C'est juste, touchant, désarmant de facilité sans jamais nous sembler hors de notre réalité, le message véhiculé est simple et beau, et l'aventure palpable. Le dessin, parfois simple, reste beau et inspiré, expressif, et l'on dévore littéralement ce roman graphique de 144 pages pourtant destiné au plus jeunes. Une réussite à tous points de vue. L'une des belles surprises que je n'ai pas vue venir de la rentrée. Autres infos : Adapté du roman éponyme de Kathleen Karr Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-longue-marche-des-dindes?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. The_PoP

    La longue marche des dindes

    Encore une note à plus de 4 The PoP ? Tu radotes non ? Pas vraiment, c'est juste que nous avons en face de nous une très belle rentrée littéraire en bd. Il faut le reconnaitre, les mois de septembre deviennent de plus en plus difficiles en termes de choix pour les amateurs de bd. Cette adaptation d'un roman jeunesse à succès, par l'auteur du très remarqué Anaïs Nin sorti il y a deux ans, en est un parfait exemple. Pour l'amateur d'histoire que je suis c'est une réussite à tous les niveaux tant ce gentil conte un brin désuet réussi à ne jamais verser dans l'excès d'humanisme ou de naïveté, écueil pourtant parfois fatal à de nombreuses bd jeunesse. C'est juste, touchant, désarmant de facilité sans jamais nous sembler hors de notre réalité, le message véhiculé est simple et beau, et l'aventure palpable. Le dessin, parfois simple, reste beau et inspiré, expressif, et l'on dévore littéralement ce roman graphique de 144 pages pourtant destiné au plus jeunes. Une réussite à tous points de vue. L'une des belles surprises que je n'ai pas vue venir de la rentrée.
  11. poseidon2

    Rosamée t1

    Rosamée st une enfant qui rêve de liberté comme beaucoup d'enfant de son âge dès qu'on leur interdit quelque chose. Elle pense que cette interdiction est surfaite..... jusqu'à ce que son meilleur ami disparaisse à la recherche des chimères de Rosamée. Etrange BD jeunesse que ce Rosamée. Si le dessin autant que le récit sont tournés vers un jeune public, il y a quelque chose de bien plus adulte qui semble planer au-dessus de la tête de notre famille qui communique avec les animaux. Quelque chose de plus sombre... Alors je me fais peut-être des idées. Il n'empêche que la fin va dans mon sens. Et c'est ce qui m'empêche de mettre une meilleure note à une histoire pourtant très originale comme je les aime. Je ne saurai faire autre chose que de vous conseiller d'attendre le tome 2 si vous destinez cette lecture à un jeune public (ce qui semble quand même être la cible)
  12. poseidon2

    Rosamée t1

    Titre de l'album : Rosamée t1 Scenariste de l'album : Ingrid Chabbert Dessinateur de l'album : Berny Coloriste : Berny Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Sur une île au beau milieu de l'océan, vit une petite fille, Rosamée, et ses parents. Elle passe une grande partie de son temps à jouer avec son ami Gaspy, un oiseau majestueux. Mais Rosamée est intriguée par une autre île que l'on aperçoit au loin, sur laquelle il est interdit de s'y rendre. Rosamée confie à Gaspy qu'elle veut braver l'interdit. Incapable de l'en dissuader, Gaspy lui propose de s'y rendre et, qu'à son retour, s'il n'y a aucun danger, ils feront le voyage ensemble. Rosamée s'inquiète de plus en plus car Gaspy ne revient toujours pas... Elle décide alors d'y aller et découvre que l'île s'avère particulièrement dangereuse... Critique : Rosamée st une enfant qui rêve de liberté comme beaucoup d'enfant de son âge dès qu'on leur interdit quelque chose. Elle pense que cette interdiction est surfaite..... jusqu'à ce que son meilleur ami disparaisse à la recherche des chimères de Rosamée. Etrange BD jeunesse que ce Rosamée. Si le dessin autant que le récit sont tournés vers un jeune public, il y a quelque chose de bien plus adulte qui semble planer au-dessus de la tête de notre famille qui communique avec les animaux. Quelque chose de plus sombre... Alors je me fais peut-être des idées. Il n'empêche que la fin va dans mon sens. Et c'est ce qui m'empêche de mettre une meilleure note à une histoire pourtant très originale comme je les aime. Je ne saurai faire autre chose que de vous conseiller d'attendre le tome 2 si vous destinez cette lecture à un jeune public (ce qui semble quand même être la cible) Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/rosamee-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. poseidon2

    Les mondes d'Arven t1

    Dargaud se lance dans la bataille des BDs d'aventures jeunesse avec une nouvelle série nommée "Les mondes d'Arven". Comme le titre le laisse pensée, cette série est une série d'aventures fantastiques et, comme le dessin le laisse penser cette fois, c'est une série radicalement pour enfants. C'est en partie ce que je lui reprocherais : prendre de trop grosse facilité. Si le thème est assez innovant dans la BD et cherche intelligemment à se rapprocher actuelle de l'Isekai (voir l'excellente description de Nickad pour plus d'info) dans le manga, certains raccourcis scénaristiques sont trop faciles et cela peu provoquer des incohérences et donc une frustration chez les plus grands. Les enfants ne se poseront eux surement moins de questions et apprécieront cette BD pleine de couleur et de vie. Attention donc à ne pas se tromper de bibliothèque.
  14. Titre de l'album : Les mondes d'Arven t1 Scenariste de l'album : Éric Stoffel / Serge Scotto / Yvon Bertorello Dessinateur de l'album : Cédric Fernandez Coloriste : Amélie Vidal Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : En Auvergne, de nos jours, Blandine crée avec son ami Marco un jeu vidéo en partie géré par une IA, le Monde d'Arven. Une société utopique aux décors inspirés par sa région et l'antiquité gréco-romaine, et dont l'organisation est basée sur les énergies renouvelables. Mais lorsque Blandine explore le jeu, elle constate que sa création lui a échappé : des PNJ y sont autonomes et un monstre inconnu se met à semer le chaos ! La clé du mystère peut se trouver aussi bien dans le monde virtuel que réel... Critique : Dargaud se lance dans la bataille des BDs d'aventures jeunesse avec une nouvelle série nommée "Les mondes d'Arven". Comme le titre le laisse pensée, cette série est une série d'aventures fantastiques et, comme le dessin le laisse penser cette fois, c'est une série radicalement pour enfants. C'est en partie ce que je lui reprocherais : prendre de trop grosse facilité. Si le thème est assez innovant dans la BD et cherche intelligemment à se rapprocher actuelle de l'Isekai (voir l'excellente description de Nickad pour plus d'info) dans le manga, certains raccourcis scénaristiques sont trop faciles et cela peu provoquer des incohérences et donc une frustration chez les plus grands. Les enfants ne se poseront eux surement moins de questions et apprécieront cette BD pleine de couleur et de vie. Attention donc à ne pas se tromper de bibliothèque. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-mondes-d-arven-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. poseidon2

    Krypto et les super-animaux

    Votre enfant a adoré le film Krypto et les super animaux (toujours à l'affiche d'ailleurs !) et c'est bientôt son anniversaire ? Et bien ne chercher plus, offrez lui... la suite ! Et oui les éditions DC et Urban Comics ont eu l'intelligence de ne pas sortir un comics relatant l'histoire du film, mais de bien sortir une aventure faisant suite au film !! Et c'est vraiment intelligent. Car il n'y a aucune redondance dans ce comics. Juste le plaisir, pour les enfants, de retrouver leurs super-animaux favoris dans de nouvelles aventures délirantes. Aventure qui monte en puissance avec l'arrivée du délirant Mxyzplik. Cette BD fut le livre de chevet de ma fille de 8 ans durant ces vacances ! Une belle réussite d'une collection Urban kids au final suffisamment sélective pour ne pas avoir beaucoup de déchets.
  16. Titre de l'album : Krypto et les super-animaux Scenariste de l'album : Corson Heath Dessinateur de l'album : Corson Heath Coloriste : Corson Heath Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Il n'y rien que les super-animaux aiment plus que de sauver le monde aux côtés des plus grands super-héros, mais difficile de prouver sa valeur et de compter dans l'équipe lorsqu'on est incompris de ses maîtres ! Alors qu'un mystérieux lutin débarque à Métropolis et piège la Ligue de Justice, Krypto et sa bande devront s'unir pour l'empêcher de détruire la ville et montrer à tous que les plus grands héros peuvent aussi se tenir sur quatre pattes. Critique : Votre enfant a adoré le film Krypto et les super animaux (toujours à l'affiche d'ailleurs !) et c'est bientôt son anniversaire ? Et bien ne chercher plus, offrez lui... la suite ! Et oui les éditions DC et Urban Comics ont eu l'intelligence de ne pas sortir un comics relatant l'histoire du film, mais de bien sortir une aventure faisant suite au film !! Et c'est vraiment intelligent. Car il n'y a aucune redondance dans ce comics. Juste le plaisir, pour les enfants, de retrouver leurs super-animaux favoris dans de nouvelles aventures délirantes. Aventure qui monte en puissance avec l'arrivée du délirant Mxyzplik. Cette BD fut le livre de chevet de ma fille de 8 ans durant ces vacances ! Une belle réussite d'une collection Urban kids au final suffisamment sélective pour ne pas avoir beaucoup de déchets. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/krypto-super-animaux?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. Titre de l'album : Masques - Tome 1 - Le masque sans visage Scenariste de l'album : Kid Toussaint Dessinateur de l'album : Joël Jurion Coloriste : Joël Jurion Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Al, Siera et Hector n'avaient rien en commun jusqu'à ce que des masques fassent irruption dans leurs vies. Des masques antiques qui leur confèrent des pouvoirs défiant l'imagination. Comment gérer un tel don quand on a quinze ans et d'autres problèmes en tête ? Pourquoi ont-ils été choisis ? Pas le temps de se poser trop de questions, un masque puissant est tombé dans de mauvaises mains. Il va falloir s'allier et le récupérer avant qu'il ne soit trop tard…. Critique : Quand le scénariste de Elles s'associent au dessinateur de Klaw on ne peut que s'attendre à une nouvelle série jeunesse de qualité. Et disons le tout de suite, Masques assume sans fausse note. Le dessin de Joël Jurion est au niveau de ce qu'il a fait sur Klaw avec peut être une colorisation plus subtile qui n'est pas pour me déplaire même si j'ai toujours un peu de mal avec ses visages parfois un peu trop appuyés. Mais c'est une question de style, et sincèrement difficile d'imaginer un jeune ado ne pas aimer ce dessin. Le scénario de Kid Toussaint est lui très efficace, finalement assez sobre, ne nous perdant pas dans des mystères trop opaques ou des explications trop fouillies, le dosage est indéniablement bon, et signe de grande maitrise. Alors pourquoi je ne suis pas plus emballé que cela ? Simplement car l'histoire a pour le moment un peu trop air de déjà lu. Je n'ai pas ressenti l'excitation que j'ai pu avoir en lisant la forêt du temps par exemple, sur le même type de bd jeunesse fantastique. Reste que la base de ce tome 1 de Masques peut permettre au tout de prendre un peu plus d'ampleur et de nous réserver des surprises. Ce Masques est indéniablement une des séries jeunesse avec lesquelles il faudra compter. Autres infos : Bd fantastique jeunesse Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/masques-tome-1-le-masque-sans-visage?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Quand le scénariste de Elles s'associent au dessinateur de Klaw on ne peut que s'attendre à une nouvelle série jeunesse de qualité. Et disons le tout de suite, Masques assume sans fausse note. Le dessin de Joël Jurion est au niveau de ce qu'il a fait sur Klaw avec peut être une colorisation plus subtile qui n'est pas pour me déplaire même si j'ai toujours un peu de mal avec ses visages parfois un peu trop appuyés. Mais c'est une question de style, et sincèrement difficile d'imaginer un jeune ado ne pas aimer ce dessin. Le scénario de Kid Toussaint est lui très efficace, finalement assez sobre, ne nous perdant pas dans des mystères trop opaques ou des explications trop fouillies, le dosage est indéniablement bon, et signe de grande maitrise. Alors pourquoi je ne suis pas plus emballé que cela ? Simplement car l'histoire a pour le moment un peu trop air de déjà lu. Je n'ai pas ressenti l'excitation que j'ai pu avoir en lisant la forêt du temps par exemple, sur le même type de bd jeunesse fantastique. Reste que la base de ce tome 1 de Masques peut permettre au tout de prendre un peu plus d'ampleur et de nous réserver des surprises. Ce Masques est indéniablement une des séries jeunesse avec lesquelles il faudra compter.
  19. poseidon2

    Dino Park t2

    Titre de l'album : Dino Park t2 Scenariste de l'album : Arnaud Plumeri Dessinateur de l'album : Bloz Coloriste : Bloz Editeur de l'album : Bamboo Note : Résumé de l'album : Partez à la découverte des dinosaures dans une BD à grand spectacle ! Bienvenue au Dino Park, un parc d'attractions hors du commun où tous vos dinosaures préférés sont revenus à la vie ! Vous voulez du lourd ? Le gigantesque Argentinosaure et ses 80 tonnes vont vous ravir ! Vous avez besoin de sensations fortes ? Admirez la charge du Carnotaurus, le dinosaure "taureau carnivore" ! Vous préférez contempler un beau sourire ? Le T. rex se fera un plaisir de vous dévoiler le sien... Et pour vous rafraîchir les idées, ne manquez pas la toute nouvelle zone aquatique du parc, consacrée aux reptiles marins du mésozoïque. Mais attention : la pêche y est interdite, sinon vous risqueriez de devenir un bel appât ! Inclus : des fiches signalétiques des dinosaures et un dossier paléontologique. Critique : Le retour d'une des BDs préférée de .... ma fille de 7 ans. Que voulez vous elle aime bien les dinosaures et a encore du mal à se concentrer plus que 10 minutes sur de la lecture. Alors le format bamboo lui va bien. L'enchainement de blagounettes avec des descriptifs informatifs sur ce que l'on sait sur les différents types de dinosaures. Si un adulte aura du mal à lire plus de 3 pages d'un coup, un enfant y trouvera lui de la détente et des vraies infos sur ses dinosaures préférés. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/dino-park-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. poseidon2

    Dino Park t2

    Le retour d'une des BDs préférée de .... ma fille de 7 ans. Que voulez vous elle aime bien les dinosaures et a encore du mal à se concentrer plus que 10 minutes sur de la lecture. Alors le format bamboo lui va bien. L'enchainement de blagounettes avec des descriptifs informatifs sur ce que l'on sait sur les différents types de dinosaures. Si un adulte aura du mal à lire plus de 3 pages d'un coup, un enfant y trouvera lui de la détente et des vraies infos sur ses dinosaures préférés.
  21. poseidon2

    Héliotrope t1

    Titre de l'album : Héliotrope t1 Scenariste de l'album : Joann Sfar Dessinateur de l'album : Joann Sfar / Benjamin Chaud Coloriste : Joann Sfar / Benjamin Chaud Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Elle a le nom d'une couleur, un bleu spécial. Comme la note bleue du Blues. Un jour d'école comme les autres, notre héroïne nous invite dans son quotidien qui n'a pourtant rien de banal. Héritière d'une famille de cambrioleurs d'objets magiques, elle croque la vie à pleines dents, ne s'embarrasse pas forcément des bonnes manières et surtout, ne s'en laisse conter par personne, pas même son excentrique grand-mère ! Aventurière et casse-cou sur les bords, elle va découvrir à ses dépens que la curiosité est un vilain défaut lorsqu'un hasard des circonstances l'affuble d'une jolie couleur, bleu héliotrope... Héliotrope s'adresse à la jeunesse au sens large mais ça ne l'empêche pas d'être parfois grave et lyrique comme du Baudelaire. Féroce comme Moriarty, intrépide comme Indiana Jones et aussi puissante que Sabrina l'apprentie-sorcière, elle franchit tous les obstacles avec fougue et passion. Joann Sfar et Benjamin Chaud composent ici une oeuvre audacieuse, novatrice et enlevée ! Critique : Le combat de la BD pour la publique jeunesse/ado continue avec une nouvelle série de Joann Sfar résolument tournée vers les adolescents. Sur le graphisme reste celui de Sfar, les dialogues et l'histoire sont eux complètement tournés en direction des jeunes. Joann Sfar réussi parfaitement à se mettre dans la tête d'une jeune lycéenne écervelée qui réagit à l'instinct.. Ce que Sfar fait très bien, c'est nous faire comprendre que l'aspect Magie et fantastique n'est qu'un vecteur pour nous parler des amours d'Héliotrope et de sa vie lycéenne. On s'amuse bien à suivre cette jeune file qui n'en fait qu'à sa tête dans un monde déjanté dont Joann Sfar a le secret. Une lecture sympathique qui plaira aux ados qui passeront outre les graphismes spéciaux de monsieur Sfar. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/heliotrope-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. poseidon2

    Héliotrope t1

    Le combat de la BD pour la publique jeunesse/ado continue avec une nouvelle série de Joann Sfar résolument tournée vers les adolescents. Sur le graphisme reste celui de Sfar, les dialogues et l'histoire sont eux complètement tournés en direction des jeunes. Joann Sfar réussi parfaitement à se mettre dans la tête d'une jeune lycéenne écervelée qui réagit à l'instinct.. Ce que Sfar fait très bien, c'est nous faire comprendre que l'aspect Magie et fantastique n'est qu'un vecteur pour nous parler des amours d'Héliotrope et de sa vie lycéenne. On s'amuse bien à suivre cette jeune file qui n'en fait qu'à sa tête dans un monde déjanté dont Joann Sfar a le secret. Une lecture sympathique qui plaira aux ados qui passeront outre les graphismes spéciaux de monsieur Sfar.
  23. Titre de l'album : Princesse Sara - Tome 14 - Toutes les aurores du monde Scenariste de l'album : Audrey Alwett Dessinateur de l'album : Nora Moretti Coloriste : Claudia Palescandolo Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Sara et Lavinia sont arrivées au Japon à bord de l'Université volante. Mais l'Ambassadeur croit Sara responsable d'une entourloupe qui met le Japon en danger. Comme réparation, il lui propose un marché. Sara et Lavinia sont contraintes de se jeter à l'eau. Tout ce qu'elles peuvent, c'est compter l'une sur l'autre et se tenir la main... ce qui ne déplaît pas à Lavinia. Pas du tout, même... Critique : Je n'avais jamais ouvert un Princesse Sara jusqu'à présent. Aussi quand l'occasion s'est présentée je n'ai pas été particulièrement emballé. Soyons clair, je ne suis pas vraiment le coeur de cible visé par cette série, et démarrer une série inconnue au tome 14 c'est souvent un bon moyen de passer à côté purement et simplement. Toutefois je dois bien reconnaître que j'ai aimé lire ce tome, et que si l'intrigue ne m'a pas plus emballé que cela, les interactions entre les personnages et surtout la très belle mise en image du duo Moretti - Palescandolo de ce Japon utopique à l'ère des Automates. Certes il ne faut pas être allergique au style manga puisque la dessinatrice y puise une bonne partie de son style, mais lorsque cela est bien fait, et qu'un supplément d'âme y est distillé comme dans ce Princesse Sara, on ne peut qu'apprécier je crois. L'intrigue m'a un peu laissé sur ma faim car si elle est lisible, avec des enjeux clairs et des personnages bien pensés, elle n'avance au final que peu durant ces 48 courtes pages, renforçant d'ailleurs l'impression "manga" au passage C'est souvent l'un des défauts de ces séries jeunesse fleuve, parfois un peu trop diluées. Ceci étant dit Princesse Sara est une vraie belle bd pour ado. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/princesse-sara-tome-14?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. Je n'avais jamais ouvert un Princesse Sara jusqu'à présent. Aussi quand l'occasion s'est présentée je n'ai pas été particulièrement emballé. Soyons clair, je ne suis pas vraiment le coeur de cible visé par cette série, et démarrer une série inconnue au tome 14 c'est souvent un bon moyen de passer à côté purement et simplement. Toutefois je dois bien reconnaître que j'ai aimé lire ce tome, et que si l'intrigue ne m'a pas plus emballé que cela, les interactions entre les personnages et surtout la très belle mise en image du duo Moretti - Palescandolo de ce Japon utopique à l'ère des Automates. Certes il ne faut pas être allergique au style manga puisque la dessinatrice y puise une bonne partie de son style, mais lorsque cela est bien fait, et qu'un supplément d'âme y est distillé comme dans ce Princesse Sara, on ne peut qu'apprécier je crois. L'intrigue m'a un peu laissé sur ma faim car si elle est lisible, avec des enjeux clairs et des personnages bien pensés, elle n'avance au final que peu durant ces 48 courtes pages, renforçant d'ailleurs l'impression "manga" au passage C'est souvent l'un des défauts de ces séries jeunesse fleuve, parfois un peu trop diluées. Ceci étant dit Princesse Sara est une vraie belle bd pour ado.
  25. Troisième (et dernier ?) tome des Soeurs Gremillets sur la troisième sœur : Lucille. Après la sportive et la romantique, voici venu le moment de se pencher sur la petite dernière et la plus introvertie des trois. Quoi de mieux que de prendre comme contexte une colonie, l'endroit typiquement fui par les enfants introvertis ? Cela permet à nos auteurs de bien marquer la différence entre les deux grandes sœurs, bien dans leurs bottes et pleines d'envies, et la petite dernière qui préfère rester avec ses amis les animaux. Si ce troisième tome est aussi guidé par une enquête, sur fond de mystère familiale, il porte surtout sur l'acceptation de la différence et la tolérance. Une belle leçon d'ouverture d'esprit pour nos jeunes lecteurs porté par un dessin toujours aussi bien léché.
×
×
  • Créer...