Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'jeunesse'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. Titre de l'album : Les bras armés t1 : les désignés Scenariste de l'album : Pog Dessinateur de l'album : Enrico Orlandi Coloriste : Enrico Orlandi Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Le jeune Fidel vit heureux sur son île, partagé entre ses jeux avec son amie Tima et la pêche en compagnie de son père. Et rien ne semble devoir assombrir ce bonheur ! Car les humains, autrefois asservis par les Anciens Dieux, sont maintenant protégés par les Bras Armés, qui possèdent dans un de leur bras une redoutable puissance volée à leurs anciens maîtres... Mais voilà que la vieille Mako, Bras Armé de l'archipel, arrive en ville afin de désigner cinq adolescents, parmi lesquels elle doit trouver son successeur. Fidel, qui fait partie des désignés, va devoir suivre une étonnante formation, qui fera de sa vie une succession d'aventures, de dangers et de révélations jusqu'à ce que - peut-être - il devienne à son tour un Bras Armé. Mako doit vite trouver celui qui la remplacera... Car au loin pointe déjà la menace des Dieux dégénérés ivres de vengeance prêts à fondre sur l'archipel ! Critique : Il n'y a pas à dire, nos auteurs de BD ont compris que ce qui marchait chez les jeunes, ce sont les aventures typées "Films et séries" Netflix et autres plateformes de streaming. On retrouve dans ces "Bras armés", tout ce qui fait le succès de ces aventures sur les petits écrans, ou en mangas d'ailleurs : une bande de jeunes que le destin force à dévier de leurs objectifs de vie, mais des jeunes qui vont traverser des épreuves qui vont les faire progresser pour qu'ils puissent sauver leur peuple. Et sincèrement... et bien ca marche à fond ! Les enfants sont captivés et même les lecteurs adultes se laissent avoir par cette histoire hyper classique, mais dynamique à souhait. Une très bonne aventure jeunesse et fera rêver les enfants amateurs de grandes sagas fantastiques ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-bras-armes-tome-1-les-designes?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  2. Titre de l'album : La forêt du temps - Tome 2 - Scenariste de l'album : Tristan Roulot Dessinateur de l'album : Mateo Guerrero Coloriste : Amparo Crespo Cardenete Editeur de l'album : Le Lombard Note : Résumé de l'album : Partis à la poursuite de la voleuse qui a brisé la bulle temporelle dans laquelle ils ont toujours vécu, les enfants du village ont atteint le bout de la forêt du temps. Où l'on a bel et bien vu passer la femme qu'ils recherchent... voici plusieurs millénaires ! Elle est devenue une légende, à l'instar de Cernos, le dernier des géants ? dont ils viennent de faire la connaissance ! Le présent semble s'être enfui vers le passé, et le passé est en train d'écrire leur avenir. Et seul le mystérieux et redoutable Mange-temps semble comprendre quelque chose à cette spirale infernale. Critique : Je suis totalement raccord avec l'éditeur Le Lombard qui promet l'une des séries jeunesse les plus ambitieuses et qualitatives de la décennie. Rien que ça. Et bien c'est aussi mon opinion. La forêt du temps c'est intelligent, peut être trop d'ailleurs pour une série jeunesse, mais alors en série adulte c'est juste tout aussi excellent. Le rythme est bien dosé et révélations comme nouvelles questions se dévoilent dans un tempo parfait sans jamais nous perdre ni nous lasser. Avoir appris autant de choses sur cet univers en seulement deux tomes et sans jamais sacrifier les personnages ou l'aventure c'est juste purement remarquable. Le scénario mêle voyages temporels et mondes imaginaires et il risque de furieusement vous rappeler les boucles temporelles de Universal War One, oui oui, carrément. Le dessin de Mateo Guerrero est simple, beau et inspiré, et les regards de ces personnages font tous mouches, servis par l'excellente coloration d'Amparo Crespo Cardenete. C'est clair, les scène d'actions sont lisibles et les paysages merveilleux. J'aime. Bref, un 5/5 amplement mérité, pour une sortie qui intègre dors et déjà mon top de cette nouvelle année 2023 et que je recommande à tous, quel que soit votre âge. Une petite merveille. A noter également que ces deux auteurs rentrent pour moi dans le cercle fermé des auteurs à suivre, et j'attends impatiemment leurs prochains projets (en rêvant pour Mateo Guerrero d'une suite à son Jakob Kayne que j'avais tant aimé) Autres infos : Foncez dessus, grands ou petits ! Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-foret-du-temps-tome-2-les-envoyes-sans-retour?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. poseidon2

    Equinox t1 : cheval de lune

    la première série sur plus de 3 tomes de Drakoo a pour cible les jeunes. Les jeunes filles même pour être exacte. De 9 à 12 ans. Oui, c'est précis et c'est peut-être le problème de cette BD. L'histoire est résolument orientée vers les jeunes fans des Winxs et autres dessinés animés jeunesses pour filles. On a des héroïnes qui se changent en licorne, mais sont aussi toutes très gentilles et se retrouvent prises dans une aventure ou tout les accable. Le tout dessiné à la Kara, avec tout de même quelques soucis de proportions, mais rien de rédhibitoire pour les enfants. Le souci, c'est plus que je ne pense pas que le jeune lecteur d'aujourd'hui sera encore amateur dans 4 ans, avec la sortie du tome 5. Un pari risqué pour Drakoo dont nous verrons le résultat dès l'année prochaine en termes de vente.
  4. Titre de l'album : Equinox t1 : cheval de lune Scenariste de l'album : Aurelie Wellenstein Dessinateur de l'album : Aurora Gate Coloriste : Aurora Gate Editeur de l'album : Drakoo Note : Résumé de l'album : À la pleine lune, quatre jeunes filles se transforment en chevaux fantastiques! Sur Equinox, à la pleine lune, tous les humains se changent en animaux ! Kamara, Ayline, Sohalia et Céliane sont des adolescentes inséparables, de vraies soeurs de coeur. À la pleine lune, elles se métamorphosent en chevaux fantastiques ! Cheval étoilé, Cheval-taureau, Cheval ailé et Licorne fleurie, elles sont fortes, libres et sauvages. Jusqu'au jour où la lune, victime d'une collision céleste, éclate en mille morceaux. La catastrophe est terrible pour Equinox: le climat se dérègle, les gens terrifiés deviennent dangereux, les transformations oscillent entre l'humain et l'animal.Que peuvent faire Kamara et ses soeurs pour sauver ce monde qui s'effondre? Critique : la première série sur plus de 3 tomes de Drakoo a pour cible les jeunes. Les jeunes filles même pour être exacte. De 9 à 12 ans. Oui, c'est précis et c'est peut-être le problème de cette BD. L'histoire est résolument orientée vers les jeunes fans des Winxs et autres dessinés animés jeunesses pour filles. On a des héroïnes qui se changent en licorne, mais sont aussi toutes très gentilles et se retrouvent prises dans une aventure ou tout les accable. Le tout dessiné à la Kara, avec tout de même quelques soucis de proportions, mais rien de rédhibitoire pour les enfants. Le souci, c'est plus que je ne pense pas que le jeune lecteur d'aujourd'hui sera encore amateur dans 4 ans, avec la sortie du tome 5. Un pari risqué pour Drakoo dont nous verrons le résultat dès l'année prochaine en termes de vente. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/equinox-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. The_PoP

    La forêt du temps - Tome 2 -

    Je suis totalement raccord avec l'éditeur Le Lombard qui promet l'une des séries jeunesse les plus ambitieuses et qualitatives de la décennie. Rien que ça. Et bien c'est aussi mon opinion. La forêt du temps c'est intelligent, peut être trop d'ailleurs pour une série jeunesse, mais alors en série adulte c'est juste tout aussi excellent. Le rythme est bien dosé et révélations comme nouvelles questions se dévoilent dans un tempo parfait sans jamais nous perdre ni nous lasser. Avoir appris autant de choses sur cet univers en seulement deux tomes et sans jamais sacrifier les personnages ou l'aventure c'est juste purement remarquable. Le scénario mêle voyages temporels et mondes imaginaires et il risque de furieusement vous rappeler les boucles temporelles de Universal War One, oui oui, carrément. Le dessin de Mateo Guerrero est simple, beau et inspiré, et les regards de ces personnages font tous mouches, servis par l'excellente coloration d'Amparo Crespo Cardenete. C'est clair, les scène d'actions sont lisibles et les paysages merveilleux. J'aime. Bref, un 5/5 amplement mérité, pour une sortie qui intègre dors et déjà mon top de cette nouvelle année 2023 et que je recommande à tous, quel que soit votre âge. Une petite merveille. A noter également que ces deux auteurs rentrent pour moi dans le cercle fermé des auteurs à suivre, et j'attends impatiemment leurs prochains projets (en rêvant pour Mateo Guerrero d'une suite à son Jakob Kayne que j'avais tant aimé)
  6. Kevin Nivek

    Les chats

    Aah , les chats noirs , annonciateurs de malheur en France (mais porte-bonheur au Royaume-Uni) , la faute à cette légende sur leur adoption par les sorcières du moyen-âge , qui pouvaient se transformer en chat noir 9 fois , d'où les 9 vies des chats . Nous sommes donc en France dans un petit village et le jeune Sebasto est en vacances . Très proche de son grand-père , il passe ses journées avec lui à pêcher et s'imprégner de la nature environnante . Lorsque le premier chat fait son apparition , il s'interroge . Puis , un second chat noir identique arrive le lendemain consécutivement à la découverte d'un pigeon mort , vidé de son sang . Le doute s'installe dans l'esprit du jeune Sebasto . Le troisième jour , un autre chat suite à un décès animalier de taille supérieure à un oiseau, est constaté . Consterné , Sebasto en parle à son grand-père "Da" qui va mener son enquête et découvrir une malédiction placée sous le sceau du démon Astaroth ! Il n'est pas question ici du chiffre 9 , mais de 7 , pour sept jours avant le l'apparition du malin . il est clairement question ici de transmission aîné / enfant . Le grand-père accompagne son petit-fils et lui apprend tout son savoir , car que peut lui réserver l'avenir ? Le sujet traite essentiellement de la relation entre ces deux protagonistes , on voit très peu les figures parentales du jeune homme . J'imagine que cette image démoniaque peut tout aussi bien être la maladie ou tout simplement le temps qui file et se montre sévère avec les grands-parents . Mélanie Allag , illustratrice pour livres d'enfants , propose un dessin adapté avec un trait rond tout en douceur . J'avais découvert son travail dans l'excellent " L'anniversaire de Kim Jong II" , qui dépeignait le quotidien d'une jeune nord-coréen . Son trait "enfantin" tranchait avec l'enfer vécu par les habitants . Publiée par le groupe Bayard sous le label "Bande d'ados" , cette adaptation BD d'un roman de Marie-Hélène Delval est recommandée par le ministère de l'éducation nationale . Je ne suis pas la cible , mais il convient parfaitement à des enfants âgés de 9-13 ans .
  7. Kevin Nivek

    Les chats

    Titre de l'album : Les chats Scenariste de l'album : Gwénaëlle Boulet , Marie-Hélène Delval Dessinateur de l'album : Mélanie Allag Coloriste : Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Un chat... C'est l'été. Le jeune Sebasto retrouve son vieil ami Da avec qui il compte passer ses vacances. Deux chats... D'étranges évènements se produisent depuis l'apparition de félins au pelage noir et au regard métallique. Trois chats... Les coïncidences se multiplient, et les nuits de Sebasto virent au cauchemar ! Quatre chats... Combien seront-ils ? Critique : Aah , les chats noirs , annonciateurs de malheur en France (mais porte-bonheur au Royaume-Uni) , la faute à cette légende sur leur adoption par les sorcières du moyen-âge , qui pouvaient se transformer en chat noir 9 fois , d'où les 9 vies des chats . Nous sommes donc en France dans un petit village et le jeune Sebasto est en vacances . Très proche de son grand-père , il passe ses journées avec lui à pêcher et s'imprégner de la nature environnante . Lorsque le premier chat fait son apparition , il s'interroge . Puis , un second chat noir identique arrive le lendemain consécutivement à la découverte d'un pigeon mort , vidé de son sang . Le doute s'installe dans l'esprit du jeune Sebasto . Le troisième jour , un autre chat suite à un décès animalier de taille supérieure à un oiseau, est constaté . Consterné , Sebasto en parle à son grand-père "Da" qui va mener son enquête et découvrir une malédiction placée sous le sceau du démon Astaroth ! Il n'est pas question ici du chiffre 9 , mais de 7 , pour sept jours avant le l'apparition du malin . il est clairement question ici de transmission aîné / enfant . Le grand-père accompagne son petit-fils et lui apprend tout son savoir , car que peut lui réserver l'avenir ? Le sujet traite essentiellement de la relation entre ces deux protagonistes , on voit très peu les figures parentales du jeune homme . J'imagine que cette image démoniaque peut tout aussi bien être la maladie ou tout simplement le temps qui file et se montre sévère avec les grands-parents . Mélanie Allag , illustratrice pour livres d'enfants , propose un dessin adapté avec un trait rond tout en douceur . J'avais découvert son travail dans l'excellent " L'anniversaire de Kim Jong II" , qui dépeignait le quotidien d'une jeune nord-coréen . Son trait "enfantin" tranchait avec l'enfer vécu par les habitants . Publiée par le groupe Bayard sous le label "Bande d'ados" , cette adaptation BD d'un roman de Marie-Hélène Delval est recommandée par le ministère de l'éducation nationale . Je ne suis pas la cible , mais il convient parfaitement à des enfants âgés de 9-13 ans . Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-chats-241561/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Il n'y a pas à dire, nos auteurs de BD ont compris que ce qui marchait chez les jeunes, ce sont les aventures typées "Films et séries" Netflix et autres plateformes de streaming. On retrouve dans ces "Bras armés", tout ce qui fait le succès de ces aventures sur les petits écrans, ou en mangas d'ailleurs : une bande de jeunes que le destin force à dévier de leurs objectifs de vie, mais des jeunes qui vont traverser des épreuves qui vont les faire progresser pour qu'ils puissent sauver leur peuple. Et sincèrement... et bien ca marche à fond ! Les enfants sont captivés et même les lecteurs adultes se laissent avoir par cette histoire hyper classique, mais dynamique à souhait. Une très bonne aventure jeunesse et fera rêver les enfants amateurs de grandes sagas fantastiques !
  9. Décidément j'aime bien cette époque ou les maisons d'édition font en sorte de mettre les moyens dans les livres jeunesses. Cela donne des livres intéressant pour les plus petits, comme ce très bon Mélie et le monster maker club. Des livres qui ont réussi leur mission chez moi : faire que ma fille de huit ans (grande lectrice) n'ait pas encore complètement succombé au manga ! Ça peut paraitre bête, mais c'est bien l'age ou ma grande a, elle, basculé. Et ça se comprend en lisant cette aventure de Mélie. Orientée 6-10 ans, cette aventure est pleine de couleur, de bon sentiment et d'héroïsme, tout en vilipendant les "vieux ado" et leur manque d'imagination. Il n'y a rien à jeter dans ce livre quand on a entre 6 et 10. On a des robots très méchants, des gentils très gentils et une héroïne très forte en caractère. Une BD qui ravira toutes les petites fans de Mortelle Adèle, à n'en pas douter !
  10. Titre de l'album : Mélie et le monster maker club t1 Scenariste de l'album : Carbone Dessinateur de l'album : Thitaume / Gorobei Coloriste : Thitaume / Gorobei Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Mélie mène une vie plutôt cool, malgré le divorce de ses parents. Mais elle le devient encore plus lorsqu'elle rencontre Kréa, craquant fantôme qui lui révèle que dorénavant elle possède un super-pouvoir : donner vie aux dessins issus de l'imagination ! Incrédule, Mélie a maintenant le devoir de protéger des mondes en danger en compagnie des monstres qu'elle va créer. Génial ! Mais afin de compenser une imagination qu'elle juge limitée, Mélie va créer une team de dessinateurs de créatures en compagnie de son petit frère Max : le Monster Maker Club ! La voici prête à affronter mille dangers dans mille mondes étranges, épaulée par l'infinité de monstres qu'elle pourra invoquer ! Thitaume (Les Lapins crétins) et Carbone (La Boîte à musique) s'allient au formidable Gorobei pour une grande série jeunesse, véritable ode interactive à la créativité, à laquelle pourront participer les lecteurs ! Critique : Décidément j'aime bien cette époque ou les maisons d'édition font en sorte de mettre les moyens dans les livres jeunesses. Cela donne des livres intéressant pour les plus petits, comme ce très bon Mélie et le monster maker club. Des livres qui ont réussi leur mission chez moi : faire que ma fille de huit ans (grande lectrice) n'ait pas encore complètement succombé au manga ! Ça peut paraitre bête, mais c'est bien l'age ou ma grande a, elle, basculé. Et ça se comprend en lisant cette aventure de Mélie. Orientée 6-10 ans, cette aventure est pleine de couleur, de bon sentiment et d'héroïsme, tout en vilipendant les "vieux ado" et leur manque d'imagination. Il n'y a rien à jeter dans ce livre quand on a entre 6 et 10. On a des robots très méchants, des gentils très gentils et une héroïne très forte en caractère. Une BD qui ravira toutes les petites fans de Mortelle Adèle, à n'en pas douter ! Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/melie-et-le-monster-maker-club-tome-1-porte-emporte-moi?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Cette bd est l'adaptation d'un conte populaire, que l'on retrouve dans plusieurs cultures et sur plusieurs continents différents. Ce conte a pour originalité de nous présenter une héroïne féminine toute en subtilité et nuances et des personnages masculins peu rusés sans pour autant sombrer dans le ridicule. L'univers présenté s'adapte a beaucoup de cultures et ne présente guère de singularité, mais la représentation graphique réalisée par Sergio Garcia Sanchez est plutôt créative et agréable. Blancaflor est un conte initiatique rafraichissant pour les enfants.
  12. Titre de l'album : Blancaflor - La princesse aux pouvoirs secrets Scenariste de l'album : Nadja Spiegelmann Dessinateur de l'album : Sergio Garcia Sanchez Coloriste : Lola Moral Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Blancaflor est une jeune femme ayant hérité d'extraordinaires pouvoirs de son père, un ogre méchant qui mange ses adversaires pour le dîner. Lorsqu'un prince tombe du ciel et se réveille sur ses genoux, elle tombe immédiatement amoureuse. Sur invitation de l'ogre, celui-ci est venu relever une série d'épreuves à l'issue desquelles il cédera son royaume ou remportera celui de son adversaire. Mais le jeune homme ne se doute pas qu'il s'agit là d'un plan imaginé par l'ogre, qui le mènera irrémédiablement à sa perte. Sans le lui faire savoir, Blancaflor remuera ciel et terre pour lui venir en aide, et donner une chance à leur histoire. Nadja Spiegelman et Sergio García Sánchez réactualisent avec brio un classique latino-américain vantant la force et l'ingéniosité des femmes. Critique : Cette bd est l'adaptation d'un conte populaire, que l'on retrouve dans plusieurs cultures et sur plusieurs continents différents. Ce conte a pour originalité de nous présenter une héroïne féminine toute en subtilité et nuances et des personnages masculins peu rusés sans pour autant sombrer dans le ridicule. L'univers présenté s'adapte a beaucoup de cultures et ne présente guère de singularité, mais la représentation graphique réalisée par Sergio Garcia Sanchez est plutôt créative et agréable. Blancaflor est un conte initiatique rafraichissant pour les enfants. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/blancaflor?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. The_PoP

    Pas de baisers pour maman

    Avouons le d'emblée, je ne connais pas le livre originel de Tomi Ungerer. Dur donc de comparer ce "remake" ou cette adaptation en bande dessinée réalisée par Mathieu Sapin. Et je ne connaissais le travail de Tomi Ungerer que de réputation. Mon mea culpa d'ignare ainsi effectué, profitons de la chance de pouvoir jeter un regard neuf sur cette bd/roman graphique à destination des parents/enfants. En effet cette oeuvre mérite de s'y attarder car elle présente plusieurs grilles de lecture selon que l'on soit dans un cas ou dans l'autre. Elle fera nécessairement sourire et/ou grincer des dents par la justesse de certaines des situations qui se présentent. Le graphisme de Mathieu Sapin me semble pour ma part très très proche de celui de Tomi Ungerer, et personnellement ce n'est pas ce que je préfère. Il a néanmoins le mérite d'être très expressif et parlant et finalement je crois bien que c'est là le plus important.
  14. Titre de l'album : Pas de baisers pour maman Scenariste de l'album : Mathieu Sapin Dessinateur de l'album : Mathieu Sapin Coloriste : Mathieu Sapin Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : S'il y a quelque chose que Jo n'aime pas, c'est d'être embrassé par sa tendre mère - Madame Chattemite - surtout si c'est devant les copains. « Des baisers ! Toujours des baisers ! » hurle Jo. « Je les déteste, je n'en veux pas ! Des baisers pour dire bonjour, bonsoir et merci ! Des baisers humides et poisseux, toujours des baisers ! » Comment Madame Chattemite s'y prendra-t-elle désormais pour témoigner sa grande affection maternelle ? En adaptant Pas de baiser pour maman en bande dessinée, Mathieu Sapin revisite un classique de la bibliographie de Tomi Ungerer, et rend hommage à une oeuvre ayant le plus marqué son enfance et orienté sa carrière. Critique : Avouons le d'emblée, je ne connais pas le livre originel de Tomi Ungerer. Dur donc de comparer ce "remake" ou cette adaptation en bande dessinée réalisée par Mathieu Sapin. Et je ne connaissais le travail de Tomi Ungerer que de réputation. Mon mea culpa d'ignare ainsi effectué, profitons de la chance de pouvoir jeter un regard neuf sur cette bd/roman graphique à destination des parents/enfants. En effet cette oeuvre mérite de s'y attarder car elle présente plusieurs grilles de lecture selon que l'on soit dans un cas ou dans l'autre. Elle fera nécessairement sourire et/ou grincer des dents par la justesse de certaines des situations qui se présentent. Le graphisme de Mathieu Sapin me semble pour ma part très très proche de celui de Tomi Ungerer, et personnellement ce n'est pas ce que je préfère. Il a néanmoins le mérite d'être très expressif et parlant et finalement je crois bien que c'est là le plus important. Autres infos : Adaptation du livre de Tomi Ungerer Type de l'album : Roman graphique Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/pas-de-baiser-pour-maman?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  15. The_PoP

    Séraphine

    Quelle jolie bd/roman graphique que ce Seraphine. Si l'histoire comme le dessin, sont très tendres et finalement peut être pas si marquants, le tout forme une belle histoire sociale dans le Paris d'après la Commune. Touchante, pleine de tendresse et de réalités sociales de ce petit peuple de paris, la réussite des auteurs est de parvenir à nous montrer la misère sans jamais tomber dans le misérabilisme. On y rencontre avant tout des personnages plus humains que jamais, toujours touchants, et souvent juste dans leurs travers comme dans leurs qualités. Le trait d'Edith nous dépeint tout cela à merveille, et cette bd fut un très beau moment de lecture d'avant Noël, puisque je rattrape ici un peu de mon retard.
  16. The_PoP

    Séraphine

    Titre de l'album : Séraphine Scenariste de l'album : Marie Desplechin Dessinateur de l'album : Edith Coloriste : Edith Editeur de l'album : Rue de sevres Note : Résumé de l'album : Que faire de sa vie quand on a treize ans et qu'on est une fille pauvre, pas laide, sachant lire, sans autre protection que celle d'un vieux curé, d'une tante prostituée et d'une veuve ronchon ? Nonne ? Jamais. Séraphine est trop insolente. Couturière ? Non plus. Elle a trop envie de parler et de voir du monde. Peut-être qu'un jour les femmes pourront devenir juges, gendarmes ou avocats et faire de la politique... Peut-être même qu'un jour Dieu Lui-même sera une femme. Mais, pour l'instant, nous sommes en 1885, à Paris, ou plutôt à Montmartre. Le souvenir de la Commune est encore vif chez les uns. Les autres s'occupent de l'enterrer définitivement en bâtissant, là-haut sur la butte, le Sacré-Coeur. Et Séraphine ne voit qu'une solution pour mener la vie libre et sans misère dont elle rêve : s'en remettre à sainte Rita, la patronne des causes désespérées... Critique : Quelle jolie bd/roman graphique que ce Seraphine. Si l'histoire comme le dessin, sont très tendres et finalement peut être pas si marquants, le tout forme une belle histoire sociale dans le Paris d'après la Commune. Touchante, pleine de tendresse et de réalités sociales de ce petit peuple de paris, la réussite des auteurs est de parvenir à nous montrer la misère sans jamais tomber dans le misérabilisme. On y rencontre avant tout des personnages plus humains que jamais, toujours touchants, et souvent juste dans leurs travers comme dans leurs qualités. Le trait d'Edith nous dépeint tout cela à merveille, et cette bd fut un très beau moment de lecture d'avant Noël, puisque je rattrape ici un peu de mon retard. Autres infos : Type de l'album : Roman graphique Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/seraphine?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. Titre de l'album : Les gardiennes d'aether t1 : Un héros improbable Scenariste de l'album : Gay Dessinateur de l'album : Aucomte Coloriste : Editeur de l'album : Drakoo Note : Résumé de l'album : Entre magie et technologie, l'Empire de Valania prospérait, jusqu'à ce qu'il soit envahi par des monstres quasi-invulnérables. Seule une étrange épée peut les blesser mais elle s'est liée à la première personne qui l'a touchée : un jeune serviteur du palais. Le destin du monde dépend désormais de lui. Il a pour l'aider une princesse caractérielle aux puissants pouvoirs magiques ; son amie d'enfance, épéiste de renom ; et une dangereuse pirate aux motivations mystérieuses. Lui, par contre ? Non, il ne sert vraiment à rien... Critique : Ca y est Olivier Gay a trouvé sa marque en tant que scénariste de BD. Et cela se voit dans ce premier tome des Gardiennes d'Aether. Ce tome est, en termes de dialogue, savoureux à souhait. Très caustique et un peu irrévérencieux Olivier Gray nous livre des dialogues de seconds plans tout simplement hilarant. Mais être drôle sur une page c'est une chose, être drôle sur la longueur et inclure comme il faut ces piques d'humour dans une BD d'aventure, c'est autre chose. Et c'est ce qui est extrêmement bien fait ici. Les moments d'humour et les moments très WTF (une attaque par des cafards géant quand même) se marient très bien avec l'aventure de nos trois fille, toute globalement amoureux de Aether, et de notre grand nigaud de service. On se délecte de suivre ces 3 filles aux caractères bien trempés, au rythme de blagues et situation abracabrantesques que leur aventure leur fait vivre. Un grand et excellent moment de détente qui offre suffisamment de niveaux d'humour pour être lu par toute la famille. Bravo monsieur Gay ! Par contre on veut la suite ! Et rapidement serait bien Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-gardiennes-d-aether-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Ca y est Olivier Gay a trouvé sa marque en tant que scénariste de BD. Et cela se voit dans ce premier tome des Gardiennes d'Aether. Ce tome est, en termes de dialogue, savoureux à souhait. Très caustique et un peu irrévérencieux Olivier Gray nous livre des dialogues de seconds plans tout simplement hilarant. Mais être drôle sur une page c'est une chose, être drôle sur la longueur et inclure comme il faut ces piques d'humour dans une BD d'aventure, c'est autre chose. Et c'est ce qui est extrêmement bien fait ici. Les moments d'humour et les moments très WTF (une attaque par des cafards géant quand même) se marient très bien avec l'aventure de nos trois fille, toute globalement amoureux de Aether, et de notre grand nigaud de service. On se délecte de suivre ces 3 filles aux caractères bien trempés, au rythme de blagues et situation abracabrantesques que leur aventure leur fait vivre. Un grand et excellent moment de détente qui offre suffisamment de niveaux d'humour pour être lu par toute la famille. Bravo monsieur Gay ! Par contre on veut la suite ! Et rapidement serait bien
  19. J'ai attendu un petit moment avant de faire cette critique. Tout d'abord parce qu'elle coïncide avec le concours Twitter qui vous permet de gagner ce tome 3. Ensuite parce que ma fille de 8 ans l'a lu 4 fois et l'avait planquée dans sa chambre. Et dernièrement parce que ce tome est une vraie belle histoire de Noël. Une histoire à lire au chaud pendant les vacances. Un beau conte de Noël qui voit Elfie rencontrer d'autres sorcières et surtout une autre jeune sorcière qui a une tendance à la bêtise un peu exacerbée. Arleston nous livre une histoire très bien calibrée. Un nombre de pages important et un format one shot bien maitrisé. Comme à chaque fois, on découvre un nouvel environnement avec des nouveaux personnages. Arleston utilise à merveille l'aspect "journal intime" pour condenser le côté narratif et présentation pour concentrer la partie BD sur les mésaventures de notre petite sorcière. Mésaventures bien pensées et pleines de clin d'œil aux contes classiques. Même si l'on pourrait regretter un petit peu le fait que le crush de Louette ne soit pas plus exploitée, ce tome 3 frise tout de même la perfection du livre jeunesse de noël. Avis à tous ceux à qui il manquait une idée de cadeau pour les 8-12 ans ! Et les éditions Drakoo ont eu le bon gout de ne faire apparaitre nul par "tome 3". Le cadeau parfait en somme.
  20. Titre de l'album : Le grimoire d'Elfie tome 3 : Malaventure en pain d'épice Scenariste de l'album : Arleston Dessinateur de l'album : Mini Ludvin Coloriste : Mini Ludvin Editeur de l'album : Drakoo Note : Résumé de l'album : Un conte de Noël gourmand et mouvementé, qui vient apaiser les secrets du passé. Alors que Noël approche, le bus-librairie d'Elfie et de ses soeurs est immobilisé par une panne, en Alsace. Là, Elfie partage pour la première fois son secret : Faustine, fille de la pâtissière du village, est aussi une petite sorcière ! Mais Faustine est surtout une miss catastrophe qui se fourre dans des situations impossibles et compte sur Elfie pour l'aider à s'en sortir... Entre une tempête de neige et des attaques de bonshommes en pain d'épices, Elfie va découvrir une énigme familiale datant de la seconde guerre mondiale, qui pourrait bien changer la vie du village. Un conte de Noël gourmand et mouvementé, qui vient apaiser les secrets du passé. Critique : J'ai attendu un petit moment avant de faire cette critique. Tout d'abord parce qu'elle coïncide avec le concours Twitter qui vous permet de gagner ce tome 3. Ensuite parce que ma fille de 8 ans l'a lu 4 fois et l'avait planquée dans sa chambre. Et dernièrement parce que ce tome est une vraie belle histoire de Noël. Une histoire à lire au chaud pendant les vacances. Un beau conte de Noël qui voit Elfie rencontrer d'autres sorcières et surtout une autre jeune sorcière qui a une tendance à la bêtise un peu exacerbée. Arleston nous livre une histoire très bien calibrée. Un nombre de pages important et un format one shot bien maitrisé. Comme à chaque fois, on découvre un nouvel environnement avec des nouveaux personnages. Arleston utilise à merveille l'aspect "journal intime" pour condenser le côté narratif et présentation pour concentrer la partie BD sur les mésaventures de notre petite sorcière. Mésaventures bien pensées et pleines de clin d'œil aux contes classiques. Même si l'on pourrait regretter un petit peu le fait que le crush de Louette ne soit pas plus exploitée, ce tome 3 frise tout de même la perfection du livre jeunesse de noël. Avis à tous ceux à qui il manquait une idée de cadeau pour les 8-12 ans ! Et les éditions Drakoo ont eu le bon gout de ne faire apparaitre nul par "tome 3". Le cadeau parfait en somme. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-grimoire-d-elfie-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Autant vous le dire tout de suite, ma nièce est dingue de cette série, autant vous dire que je n'ai pas gardé ce tome 3 très longtemps en main. Son verdict est limpide : elle aime beaucoup. Mon verdict est dans la même lignée, c'est de la très belle BD jeunesse, avec un thème chouette et pas mal de niveaux de lecture. La période historique de la fin de l'apartheid en Afrique du Sud est propice à une belle pédagogie, d'autant plus quand elle est adoucie ici par la présence des enfants et des animaux. Le dessin d'Aurélie Neyret est du tout bon pour ce type de série, simple et riche, expressif, détaillé quand il le faut, j'ai trouvé ça vraiment agréable à lire. Inutile de vous dire d'aller chercher ce tome 3 si vous avez déjà lu les deux premiers tomes, car inévitablement vous attendiez ce tome 3 comme ma nièce. Par contre si vous avez raté cette série jeunesse, je ne peux que vous la recommander, ce tome 3 terminant à merveille cette trilogie.
  22. Titre de l'album : Lulu et Nelson - Tome 3 - La lionne blanche Scenariste de l'album : Charlotte Girard & Jean-Marie Omont Dessinateur de l'album : Aurélie Neyret Coloriste : Aurélie Neyret Editeur de l'album : Soleil - Metamorphoses Note : Résumé de l'album : À leur arrivée en Afrique du Sud, Lulu et son père ont été malmenés : ce dernier s'est fait arrêter pour avoir tenté de défendre un jeune garçon noir, Nelson. Depuis, Lulu a trouvé refuge dans la ferme de Mary, femme militante, de caractère. Sa rencontre avec Danny, qui sait parler aux lions, pourrait l'aider à recréer sa ménagerie, mais les menaces fusent de tous côtés... Critique : Autant vous le dire tout de suite, ma nièce est dingue de cette série, autant vous dire que je n'ai pas gardé ce tome 3 très longtemps en main. Son verdict est limpide : elle aime beaucoup. Mon verdict est dans la même lignée, c'est de la très belle BD jeunesse, avec un thème chouette et pas mal de niveaux de lecture. La période historique de la fin de l'apartheid en Afrique du Sud est propice à une belle pédagogie, d'autant plus quand elle est adoucie ici par la présence des enfants et des animaux. Le dessin d'Aurélie Neyret est du tout bon pour ce type de série, simple et riche, expressif, détaillé quand il le faut, j'ai trouvé ça vraiment agréable à lire. Inutile de vous dire d'aller chercher ce tome 3 si vous avez déjà lu les deux premiers tomes, car inévitablement vous attendiez ce tome 3 comme ma nièce. Par contre si vous avez raté cette série jeunesse, je ne peux que vous la recommander, ce tome 3 terminant à merveille cette trilogie. Autres infos : BD Jeunesse Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/lulu-et-nelson-tome-3-la-lionne-blanche?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. poseidon2

    The elusive samourai T4&5

    Le de notre Kingdom pour enfant continue son petit bonhomme de chemin en progressant dans son futur rôle de leader de l'insurrection. Cette fois-ci, il nous montre ses talents d'orateur dans une joute verbale intéressante avec Sandamune. Il nous montre aussi sa progression en tant que spécialiste de la fuite en servant de messager lors de la dernière escarmouche avant la grande rébellion. Cette série alterne agréablement les scènes de batailles et d stratégie militaire comme son grand frère qu'est Kingdom. Pour rester ouvert à un public enfantin, ces stratégies ne sont pas non plus trop détaillées ou compliquées. Si ces escarmouches sont intéressantes et permettent de découvrir de nouveaux alliés, on a quand même hâte de voir la révolte commencer pour sortir du : qu'est-ce qu'il fuit bien ce garçon, je vais le supporter plus tard.
  24. Titre de l'album : The elusive samourai T4&5 Scenariste de l'album : Yusei Matsui Dessinateur de l'album : Yusei Matsui Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Kiyohara Shinano-no-kami est le nouveau légat que l'empereur Go-Daigo a nommé à Shinano. Son arbitraire se révèle si insupportable que Hoshina Yasaburô, fidèle du dieu de Suwa, organise une rébellion dont il sait ne pouvoir sortir gagnant. Tokiyuki se rend auprès de lui pour le convaincre de renoncer, mais il s'adresse à des guerriers pour qui la mort au champ d'honneur représente un idéal esthétique... Quelle sera l'issue du combat ? Critique : Le de notre Kingdom pour enfant continue son petit bonhomme de chemin en progressant dans son futur rôle de leader de l'insurrection. Cette fois-ci, il nous montre ses talents d'orateur dans une joute verbale intéressante avec Sandamune. Il nous montre aussi sa progression en tant que spécialiste de la fuite en servant de messager lors de la dernière escarmouche avant la grande rébellion. Cette série alterne agréablement les scènes de batailles et d stratégie militaire comme son grand frère qu'est Kingdom. Pour rester ouvert à un public enfantin, ces stratégies ne sont pas non plus trop détaillées ou compliquées. Si ces escarmouches sont intéressantes et permettent de découvrir de nouveaux alliés, on a quand même hâte de voir la révolte commencer pour sortir du : qu'est-ce qu'il fuit bien ce garçon, je vais le supporter plus tard. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-elusive-samurai-tome-4?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. Titre de l'album : Hellblazer - le mystère de la prof sans coeur Scenariste de l'album : Ryan North Dessinateur de l'album : Derek Charm Coloriste : Derek Charm Editeur de l'album : Urban Comics Note : Résumé de l'album : Johnny Constantine, du haut de ses 13 ans, a déjà provoqué le courroux de plusieurs esprits hostiles en Angleterre. Pour s'en extirper, il convainc ses parents de l'envoyer aux Etats-Unis, à l'internat Junior Success de Salem dans le Massachussets. Mais, y faire sa place parmi les autres élèves n'est pas si facile et les soupçons du jeune magicien à l'égard de sa tyrannique professeure principale, Mme Kayla vont bon train. Ne serait-elle pas une sorcière ? C'est aux côtés d'une autre inadaptée nommée Anna et d'un démon fort sympathique que John va tenter de lever le voile sur le mystère qui plane dans cette école. Leur enquête sera épique et semée d'embûches ! Critique : Après une longue pause, voici venu un nouveau tome de la gamme "Kids" d'Urban et un tome bienvenue avant Noel pour les petits jeunes fans de comics. Ce tome nous présente le personnage de John Constantine, quand il était plus jeune bien sur. Un personnage qui permet de présenter aux plus jeunes l'univers magique de DC. En effet, outre John Constantine, on découvre le monde des démons, avec en Guest Star Etrigan mais aussi une certaine magicienne bien connue des grands qui aura un vrai impact dans la vie de John. Si, en tant que fan d'Hellblazer, on peut regretter le fait que l'action se pass aux USA, on comprend que cela permet de ne pas s'encombrer d'historique. Une belle découverte qui fera un beau on shot cadeau pour tous les jeunes amateurs de comics. Autres infos : Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/hellblazer-mystere-prof-sans-coeur?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
×
×
  • Créer...