Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'vietnam'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


4 résultats trouvés

  1. Kevin Nivek

    Song

    Song , "vivant" en vietnamien , représente bien la vie de cette femme maquisarde dépeinte dans ces pages . A travers les échanges , sur de nombreuses années , entre une mère et sa fille , nous allons suivre le parcours de Linh depuis son enfance jusqu'à la guerre du Vietnam . Née en France , Hai-Anh est en quête d'identité , elle parle les deux langues , a baigné dans les deux cultures et voyage de Paris à Ho Chi Minh-Ville régulièrement . Sa mère , Linh , réalisatrice de films , se montre peu loquace sur sa vie passée . Aussi , lorsque sa propre fille commence à la questionner , la chronologie s'enclenche , les mots déferlent telle la mousson dans la jungle vietnamienne . La dessinatrice peut débuter son travail de restitution graphique : des visages peu expressifs marquants cette réserve de sentiments animant les protagonistes ; une végétation fournie et dense avec des codes empruntant à la ligne claire ; enfin , le choix d'un petit format plus intimiste comme cette conversation mère-fille . Sa formation aux Gobelins confère au dessin un trait "rond" qui conviendrait bien à de la BD adolescente ou enfantine et cela permet d'atténuer l'enfer qu'est la vie dans le maquis . Depuis la combustion de ses papiers d'identité (marquant un engagement total au sein de la résistance ) à la découverte de son père résistant communiste et réalisateur filmant le déroulement du conflit , en passant par le quotidien si particulier d'une vie retranchée dans la jungle , sans faire de bruits où même le feu doit être caché par des moyens astucieux (très bien expliqués à l'aide de croquis) ; c'est une vie dans une autre qui nous est contée . J'ajoute que les auteures ne tombent pas dans le piège d'un portrait trop féminisant car elles rendent les actes de Linh assez "banals" et logiques , alors qu'elle les réalise dans des conditions extrêmes . Au final , à travers ce portrait de femme résistante , c'est le renforcement du lien mère-fille qui se tisse sous nos yeux , ainsi qu'un formidable leçon de vie . Une très belle lecture , qui va peut-être peiner par un "potentiel relecture" amoindri , néanmoins compensé par un enrichissement profond de culture générale
  2. Kevin Nivek

    Song

    Titre de l'album : Song Scenariste de l'album : Hai-Anh Dessinateur de l'album : Pauline Guitton Coloriste : Pauline Guitton Editeur de l'album : Ankama Note : Résumé de l'album : Linh a 16 ans et ne connaît pas son père. En 1969, en pleine guerre du Vietnam contre les Américains, elle fugue pour le rejoindre dans le maquis des révolutionnaires. Là-bas, elle découvre que son père réalise des films documentaires pour le Front National de Libération. Réussira-t-elle à s'adapter à la vie dans le maquis ? Est-il possible de renouer avec son père après tant d'années ? Aujourd'hui, à l'aube de ses 70 ans, Linh, réalisatrice vietnamienne reconnue, transmet à sa fille le récit de ses sept années dans le maquis ainsi que toute une partie de l'Histoire encore très peu racontée. Critique : Song , "vivant" en vietnamien , représente bien la vie de cette femme maquisarde dépeinte dans ces pages . A travers les échanges , sur de nombreuses années , entre une mère et sa fille , nous allons suivre le parcours de Linh depuis son enfance jusqu'à la guerre du Vietnam . Née en France , Hai-Anh est en quête d'identité , elle parle les deux langues , a baigné dans les deux cultures et voyage de Paris à Ho Chi Minh-Ville régulièrement . Sa mère , Linh , réalisatrice de films , se montre peu loquace sur sa vie passée . Aussi , lorsque sa propre fille commence à la questionner , la chronologie s'enclenche , les mots déferlent telle la mousson dans la jungle vietnamienne . La dessinatrice peut débuter son travail de restitution graphique : des visages peu expressifs marquants cette réserve de sentiments animant les protagonistes ; une végétation fournie et dense avec des codes empruntant à la ligne claire ; enfin , le choix d'un petit format plus intimiste comme cette conversation mère-fille . Sa formation aux Gobelins confère au dessin un trait "rond" qui conviendrait bien à de la BD adolescente ou enfantine et cela permet d'atténuer l'enfer qu'est la vie dans le maquis . Depuis la combustion de ses papiers d'identité (marquant un engagement total au sein de la résistance ) à la découverte de son père résistant communiste et réalisateur filmant le déroulement du conflit , en passant par le quotidien si particulier d'une vie retranchée dans la jungle , sans faire de bruits où même le feu doit être caché par des moyens astucieux (très bien expliqués à l'aide de croquis) ; c'est une vie dans une autre qui nous est contée . J'ajoute que les auteures ne tombent pas dans le piège d'un portrait trop féminisant car elles rendent les actes de Linh assez "banals" et logiques , alors qu'elle les réalise dans des conditions extrêmes . Au final , à travers ce portrait de femme résistante , c'est le renforcement du lien mère-fille qui se tisse sous nos yeux , ainsi qu'un formidable leçon de vie . Une très belle lecture , qui va peut-être peiner par un "potentiel relecture" amoindri , néanmoins compensé par un enrichissement profond de culture générale Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/song/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. The_PoP

    The Cape - 1969

    Titre de l'album : The Cape - 1969 Scenariste de l'album : Jason Ciaramella Dessinateur de l'album : Nelson Daniel Coloriste : Nelson Daniel Editeur de l'album : Hi-Comics Note : Résumé de l'album : Découvrez les événements fondateurs de The Cape, le comics nominé aux Eisner Awards et encensé par la critique ! 1969. La guerre du Vietnam fait rage. L'hélicoptère du capitaine Chase, pilote d'Evasan pour l'armée américaine, est abattu en territoire ennemi. Ses hommes et lui sont obligés de fuir, poursuivis par les soldats viêt-Cong... et ils découvriront vite que le mugissement des armes automatiques n'est pas le seul danger dans la jungle. Un comics viscéral aux allures de graphic novel, qui retrace le destin poignant et fantastique du père des enfants découverts dans The Cape. Tiré d'une nouvelle de Joe Hill, The Cape pulvérise le mythe du héros - et du super-héros. Critique : Après la nouvelle édition de The Cape, l'adaptation en comics de la nouvelle fantastique de Joe Hill s'attaquant au mythe du super héros, voici la parution de la réédition du préquel de The Cape sur les origines de la nouvelle principale. On plongera avec ce récit dans l'horreur de la guerre du Vietnam et le combat du père du héros de The Cape. Récit fantastique aux relents d'Apocalypse Now et de Voyage au bout de l'enfer, The Cape est un comics qui comme son grand frère se lit d'une traite à un rythme vraiment soutenu. Reste que le côté remarquable du scénario de l'original est ici du coup un peu éventé ce qui nous retire un peu du plaisir de la découverte et de la fraicheur. Graphiquement le dessin de Nelson Daniel qui s'occupait seulement des couleurs sur The Cape est un peu moins prenant et expressif au niveau des personnages que celui de son homologue Zach Howard mais il reste dans l'ambiance et la lignée directe de The Cape donc pas d'inquiétude de ce côté là. Au final pour ceux qui ont lu et aimé The Cape je ne peux que vous conseiller cette lecture, qui si elle n'est pas un indispensable, permet de renouer sérieusement avec le plaisir du comics original. Pour ceux qui n'ont pas aimé The Cape, inutile de réessayer avec ce one shot préquel, les ingrédients sont sensiblement identiques. Autres infos : D'après une nouvelle de Joe Hill Type de l'album : Comic Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/the-cape-1969-232026?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  4. The_PoP

    The Cape - 1969

    Après la nouvelle édition de The Cape, l'adaptation en comics de la nouvelle fantastique de Joe Hill s'attaquant au mythe du super héros, voici la parution de la réédition du préquel de The Cape sur les origines de la nouvelle principale. On plongera avec ce récit dans l'horreur de la guerre du Vietnam et le combat du père du héros de The Cape. Récit fantastique aux relents d'Apocalypse Now et de Voyage au bout de l'enfer, The Cape est un comics qui comme son grand frère se lit d'une traite à un rythme vraiment soutenu. Reste que le côté remarquable du scénario de l'original est ici du coup un peu éventé ce qui nous retire un peu du plaisir de la découverte et de la fraicheur. Graphiquement le dessin de Nelson Daniel qui s'occupait seulement des couleurs sur The Cape est un peu moins prenant et expressif au niveau des personnages que celui de son homologue Zach Howard mais il reste dans l'ambiance et la lignée directe de The Cape donc pas d'inquiétude de ce côté là. Au final pour ceux qui ont lu et aimé The Cape je ne peux que vous conseiller cette lecture, qui si elle n'est pas un indispensable, permet de renouer sérieusement avec le plaisir du comics original. Pour ceux qui n'ont pas aimé The Cape, inutile de réessayer avec ce one shot préquel, les ingrédients sont sensiblement identiques.
×
×
  • Créer...