Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'jeunesse'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Catégories

  • Critiques

Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Calendriers

  • Community Calendar

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


44 résultats trouvés

  1. poseidon2

    La belle endormie t3 (fin)

    La Belle endormie étant une BD exclusivement tournée vers un public jeune (et féminin il faut l'avouer), j'ai encore une fois fais appelle à mon joker de 12 ans et, une fois n'est pas coutume, je n'ai pas eu à la prier pour avoir une critique. Preuve que ce troisième et dernier tome l'a inspiré. Voici donc la critique de mademoiselle ma fille : "J'aime bien ce tome trois parce que c'est le dernier de la série. C'est bien car l'histoire n'est pas trop longue. J'aime bien la façon don M. Aster fini ainsi que son histoire. Je trouve l'homme en blanc et Léonide de plus en plus cools et gentils. Sinon je trouvais au début les dessins un peu bizarre ais avec le temps je m'y suis habitué et je les trouve de plus en plus jolis. Une histoire donc très bien et surtout finie." Pour avoir lu aussi l'album je ne peux qu'être d'accord. Une bonne trilogie pour jeune fille qui se verra être facilement offerte à un anniversaire.
  2. Titre de l'album : La belle endormie t3 (fin) Scenariste de l'album : Karina Dessinateur de l'album : Karina Coloriste : Karina Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Malgré son inexpérience, Oxana va pouvoir accomplir son rêve : incarner la princesse Aurore dans "La Belle au bois dormant" ! Mais elle est loin de se douter que cette nomination n'est qu'une manigance de M. Aster pour la faire détester de toute la troupe. De plus, il a mis la main sur le médaillon, source de l'énergie vitale de la « belle endormie » et élément indispensable pour relancer la malédiction qui l'avait plongée dans ce long sommeil. Isolée, affaiblie, et bientôt maudite, l'avenir d'Oxana s'annonce bien incertain dans cet acte final. Mais Léonide veille... Critique : La Belle endormie étant une BD exclusivement tournée vers un public jeune (et féminin il faut l'avouer), j'ai encore une fois fais appelle à mon joker de 12 ans et, une fois n'est pas coutume, je n'ai pas eu à la prier pour avoir une critique. Preuve que ce troisième et dernier tome l'a inspiré. Voici donc la critique de mademoiselle ma fille : "J'aime bien ce tome trois parce que c'est le dernier de la série. C'est bien car l'histoire n'est pas trop longue. J'aime bien la façon don M. Aster fini ainsi que son histoire. Je trouve l'homme en blanc et Léonide de plus en plus cools et gentils. Sinon je trouvais au début les dessins un peu bizarre ais avec le temps je m'y suis habitué et je les trouve de plus en plus jolis. Une histoire donc très bien et surtout finie." Pour avoir lu aussi l'album je ne peux qu'être d'accord. Une bonne trilogie pour jeune fille qui se verra être facilement offerte à un anniversaire. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-belle-endormie-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. poseidon2

    Passepeur T1 : Rue de la trouille

    C'est marrant car plus ca va plus je me dis que les BDs jeunesses qui ne cherchent pas à plaire aux parents sont souvent de belles réussites. En effet la recherche de double lecture est compliquée et perd souvent l'un des publiques ciblé. La il n'y a pas de questin à se poser : c'est clairement pour enfant. 6-10 ans je dirais. On le voit tout de suite dans l'absolu absence de cohérence dans l'histoire. En tant qu'adulte bien (trop ?) carré dans sa tête, on se dit que c'est n'importe quoi. Mes enfants, eux, ont vraiment bien rit. Pas forcement eu peur comme peu laisser presager le titre, mais plus rigolé. C'est une belle petite histoire sur deux garnements à qui il arrive une histoire incroyable. Cette BD est à mi chemin entre les pyjamasque et Miraculous. SI ces deux noms ne vous disent rien, passez votre chemin. Si cela vous parle car vos enfants sont fans, vous pouvez y aller. Pas de super héros masqués ici mais une bonne dose d'avneture qui, forcement, finie bien. Une bonne BD pour enfant.
  4. Titre de l'album : Passepeur T1 : Rue de la trouille Scenariste de l'album : Marilou Addison / Daniel Bultreys / Richard Petit Dessinateur de l'album : Jean-Marc Krings Coloriste : Jean-Marc Krings Editeur de l'album : Kennes Note : Résumé de l'album : Passepeur n'est pas une petite ville comme les autres. Un florilège de créatures plus horrifiantes les unes que les autres semblent en effet s'y être donné rendez-vous pour s'amuser à effrayer les humains... Résumé: Fredo et Mattéo, deux enfants jumeaux, ont commandé en ligne la Sled-Turbo3000: une motoneige dernier cri, un bolide, un monstre. Mais au moment d'ouvrir le colis, c'est un tout autre monstre qui sort de la boîte: une momie égyptienne vieille de plus de 3000ans! Critique : C'est marrant car plus ca va plus je me dis que les BDs jeunesses qui ne cherchent pas à plaire aux parents sont souvent de belles réussites. En effet la recherche de double lecture est compliquée et perd souvent l'un des publiques ciblé. La il n'y a pas de questin à se poser : c'est clairement pour enfant. 6-10 ans je dirais. On le voit tout de suite dans l'absolu absence de cohérence dans l'histoire. En tant qu'adulte bien (trop ?) carré dans sa tête, on se dit que c'est n'importe quoi. Mes enfants, eux, ont vraiment bien rit. Pas forcement eu peur comme peu laisser presager le titre, mais plus rigolé. C'est une belle petite histoire sur deux garnements à qui il arrive une histoire incroyable. Cette BD est à mi chemin entre les pyjamasque et Miraculous. SI ces deux noms ne vous disent rien, passez votre chemin. Si cela vous parle car vos enfants sont fans, vous pouvez y aller. Pas de super héros masqués ici mais une bonne dose d'avneture qui, forcement, finie bien. Une bonne BD pour enfant. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/passepeur-bd-tome-1-rue-de-la-trouille?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Titre de l'album : Esope le loup : promenons nous dans les bois Scenariste de l'album : Liroy Dessinateur de l'album : Liroy Coloriste : Liroy Editeur de l'album : Kennes Note : Résumé de l'album : Ésope est un jeune loup vivant dans la forêt. Un jour, alors qu'il a très faim, il entend bêler un agneau et il décide de partir en chasse. Parviendra-t-il à assouvir sa faim ? Cette jolie petite BD muette permettra aux enfants de s'initier au fabuleux monde de la bande dessinée. Critique : Alors avant toute chose et pour économiser du temps de lecture à certains, cette BD est une BD première lecture sans parole. Maintenant que la moitié des gens sont partis (les 3/4 ?), entrons dans le vif du sujet : Oui cet album a plu à ma fille de 6 mais elle est quasiment trop vieille pour cela. Cette BD est vraiment une découverte de la bande dessinée. La destination première est bien les 4-5 ans. Des enfants qui commence à prendre soin des livres et veulent faire comme papa et maman. Un vrai concurrent à petit poilu. Ce que cette BD à de plus que petit poilu, c'est qu'elle est ancré dans une modernité qui rend plus facile la transposition entre l'histoire et la vraie vie. Et en plus le personnage d'Esope est vraiment bien pensé. C'est un vrai loup. Un peu comme le coyote dans bipbip, il est aussi attachant que rigolo, tout en restant un "prédateur". Bref une vraie belle réussite qui permettra aux parents de faire agréablement découvrir à leurs marmots à quel point c'est sympa la bd. PS : attention après ce devient des ados accrochés à les mangas et leurs BDs..... j'en sais quelque chose Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/esope-le-loup?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. poseidon2

    Loser Jack

    Vous connaissez Kid Lucky ? Si le Lucky Luke enfant. Et bien loser Jack c'est son reflet. Loser Jack c'est le garçon plein d'envie mais avec deux mains gauches. Et vue que deux mains gauches ne suffisent pas pour conquérir le cœur de la superstar du saloon, il s'essaye au dur métier de chasseur de primes. Je dois bien vous l'avouez, j'ai trouvé ce loser Jack sympa. Un faible nombre de page. Des gags bien trouvé et un tous lisible aussi bien par les adultes que part les enfants. Le personnage de jack est très sympa. Un grand cœur mais d'une bêtise sans nom. Une bêtise qui rend les gags rigolos et un grand cœur qui nous fait continuer à lire ses aventures en espérant qu'il décroche un jour le cœur de Rita. Bref une BD détente pour toute la famille.
  7. poseidon2

    Loser Jack

    Titre de l'album : Loser Jack Scenariste de l'album : Erroc Dessinateur de l'album : Rodrigue Coloriste : Rodrigue Editeur de l'album : Bamboo Note : Résumé de l'album : Dans les grandes plaines de l'Ouest sauvage, les bandits n'ont qu'à bien se tenir : les chasseurs de primes sont de sortie. Et parmi tous ces cadors de la gâchette, il y a Loser Jack. Petit, maladroit, pas très courageux, il a pourtant un rêve chevillé au barillet : mettre les plus grands bandits sous les verrous, empocher bien plus qu'une poignée de dollars et ainsi faire chavirer le coeur de la belle Rita du saloon. Mais la fortune est encore loin quand dans les rues de Pistol Rock on suscite plus les moqueries que la peur. Critique : Vous connaissez Kid Lucky ? Si le Lucky Luke enfant. Et bien loser Jack c'est son reflet. Loser Jack c'est le garçon plein d'envie mais avec deux mains gauches. Et vue que deux mains gauches ne suffisent pas pour conquérir le cœur de la superstar du saloon, il s'essaye au dur métier de chasseur de primes. Je dois bien vous l'avouez, j'ai trouvé ce loser Jack sympa. Un faible nombre de page. Des gags bien trouvé et un tous lisible aussi bien par les adultes que part les enfants. Le personnage de jack est très sympa. Un grand cœur mais d'une bêtise sans nom. Une bêtise qui rend les gags rigolos et un grand cœur qui nous fait continuer à lire ses aventures en espérant qu'il décroche un jour le cœur de Rita. Bref une BD détente pour toute la famille. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/loser-jack?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Alors avant toute chose et pour économiser du temps de lecture à certains, cette BD est une BD première lecture sans parole. Maintenant que la moitié des gens sont partis (les 3/4 ?), entrons dans le vif du sujet : Oui cet album a plu à ma fille de 6 mais elle est quasiment trop vieille pour cela. Cette BD est vraiment une découverte de la bande dessinée. La destination première est bien les 4-5 ans. Des enfants qui commence à prendre soin des livres et veulent faire comme papa et maman. Un vrai concurrent à petit poilu. Ce que cette BD à de plus que petit poilu, c'est qu'elle est ancré dans une modernité qui rend plus facile la transposition entre l'histoire et la vraie vie. Et en plus le personnage d'Esope est vraiment bien pensé. C'est un vrai loup. Un peu comme le coyote dans bipbip, il est aussi attachant que rigolo, tout en restant un "prédateur". Bref une vraie belle réussite qui permettra aux parents de faire agréablement découvrir à leurs marmots à quel point c'est sympa la bd. PS : attention après ce devient des ados accrochés à les mangas et leurs BDs..... j'en sais quelque chose
  9. Titre de l'album : Le grimoire d'Elfie - l'île presque Scenariste de l'album : Arleston et Alwett Dessinateur de l'album : Mini Ludvin Coloriste : Hélène Lenoble Editeur de l'album : Drakoo Note : Résumé de l'album : Depuis la mort de leur mère, Elfie et Magda vivent chez une tante acariâtre. Mais un jour leur sœur aînée revient de Londres : elle a transformé un bus anglais en librairie ambulante pour aller de village en village. Une nouvelle vie commence ! Leur première étape les amène dans une île bretonne où de vieilles rancœurs secouent la population, pour un mystérieux timbre perdu. Mais surtout, Elfie découvre qu’elle a hérité des talents de sorcière de sa mère et d’un grimoire qu’elle doit nourrir de ses écrits… Critique : Attention Cerise, la concurrence arrive et elle ne fait pas de quartier C'est la réaction que j'ai eu en terminant ce Grimoire d'Elfie. Le résumé simpliste serait de dire que c'est ni plus ni moins qu'un Carnet de Cerise fantastique. Et on ne serait pas très loin de la vérité. Car ce Grimoire d'Elfie reprend les bonnes idées de Cerise, c'est à dire une jeune fille qui écrit et n'est pas accrochée à son téléphone et une mise en page dynamique entrecoupant la BD de page "blogesque" avec des photos et des post it en tout genre. Et comme pour les carnets de Cerise, cela fonctionne. Ce système nous fait vraiment entrer dans la vie d'Elfie. Vie qui marque la différence avec les carnets de Cerise. Car Elfie n'a pas eu de chance jusqu’à présent. Ces parents sont décédés et elle vie avec une tante qui ne la comprend pas. Mais cela change quand leur grande sœur d'à peine 18 ans obtient leurs gardes. Cette relation de vie entre sœurs avec deux jeunes sœurs trop jeunes pour être vraiment matures, offre un deuxième niveau de lecture à cette BD qui parlera plus aux parents. Mais les parents ne sont pas les cibles prioritaires de cette BD. Elle est faite pour les enfants. Enfants chez qui elle a rencontré un grand succès... enfin à minima pour les 3 miens Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-grimoire-d-elfie-l-ile-presque?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Attention Cerise, la concurrence arrive et elle ne fait pas de quartier C'est la réaction que j'ai eu en terminant ce Grimoire d'Elfie. Le résumé simpliste serait de dire que c'est ni plus ni moins qu'un Carnet de Cerise fantastique. Et on ne serait pas très loin de la vérité. Car ce Grimoire d'Elfie reprend les bonnes idées de Cerise, c'est à dire une jeune fille qui écrit et n'est pas accrochée à son téléphone et une mise en page dynamique entrecoupant la BD de page "blogesque" avec des photos et des post it en tout genre. Et comme pour les carnets de Cerise, cela fonctionne. Ce système nous fait vraiment entrer dans la vie d'Elfie. Vie qui marque la différence avec les carnets de Cerise. Car Elfie n'a pas eu de chance jusqu’à présent. Ces parents sont décédés et elle vie avec une tante qui ne la comprend pas. Mais cela change quand leur grande sœur d'à peine 18 ans obtient leurs gardes. Cette relation de vie entre sœurs avec deux jeunes sœurs trop jeunes pour être vraiment matures, offre un deuxième niveau de lecture à cette BD qui parlera plus aux parents. Mais les parents ne sont pas les cibles prioritaires de cette BD. Elle est faite pour les enfants. Enfants chez qui elle a rencontré un grand succès... enfin à minima pour les 3 miens
  11. Nickad

    Chasseurs d'aurore

    Parmi les albums Nobi Nobi !, une grande partie est destinée à l’apprentissage des enfants ou comment leur expliquer les petites choses du quotidien. D’autres, sont plus orientés contes avec leur part de philosophie. Ils méritent qu’on s’y attarde car il y a vraiment de très beaux albums. Chasseurs d’aurore est le dernier en date. Dans la ville de Coupelune, la maladie de la mélancolie gagne du terrain, les gens en meurent. L’empereur atteint doit à tout prix être guéri, une rumeur dit que voir une aurore boréale pourrait être un remède ! Mune, petite fille atteinte de cette maladie part avec son chat pour en capturer une, en chemin, elle va faire équipe avec June, fils du plus grand explorateur du pays, qui veut montrer à son père qu’il est à la hauteur. Au travers de ce voyage initiatique, Mune va apprendre à affronter la vie, faire le deuil de sa mère, découvrir le monde et l’amitié… Samantha Bailly raconte cette histoire avec beaucoup de douceur et de bienveillance. Les illustrations de Munashichi apportent de la poésie et sont pleines de détails, on s’y émerveille. Une histoire qui plaira à toute la famille. A partir de 8 ans
  12. Nickad

    Chasseurs d'aurore

    Titre de l'album : Chasseurs d'aurore Scenariste de l'album : BAILLY Samantha Dessinateur de l'album : Munashichi Coloriste : Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Au cœur de vallons verdoyants, rayonne la lumineuse cité de Coupelune. Mais perché dans un palais au dôme étincelant, le jeune empereur Fen, qui a pourtant tout pour être heureux, dépérit. On le dit atteint de la maladie qui se propage depuis des décennies : la mélancolie. Afin de le guérir, la jeune et courageuse Mune, accompagnée de son acolyte Janus et de son fidèle chat Hélios, va tout faire pour tenter de réussir l’impossible : braver le froid et les dangers du Norvif afin de ramener une aurore boréale, phénomène mystérieux aux pouvoirs merveilleux... Critique : Parmi les albums Nobi Nobi !, une grande partie est destinée à l’apprentissage des enfants ou comment leur expliquer les petites choses du quotidien. D’autres, sont plus orientés contes avec leur part de philosophie. Ils méritent qu’on s’y attarde car il y a vraiment de très beaux albums. Chasseurs d’aurore est le dernier en date. Dans la ville de Coupelune, la maladie de la mélancolie gagne du terrain, les gens en meurent. L’empereur atteint doit à tout prix être guéri, une rumeur dit que voir une aurore boréale pourrait être un remède ! Mune, petite fille atteinte de cette maladie part avec son chat pour en capturer une, en chemin, elle va faire équipe avec June, fils du plus grand explorateur du pays, qui veut montrer à son père qu’il est à la hauteur. Au travers de ce voyage initiatique, Mune va apprendre à affronter la vie, faire le deuil de sa mère, découvrir le monde et l’amitié… Samantha Bailly raconte cette histoire avec beaucoup de douceur et de bienveillance. Les illustrations de Munashichi apportent de la poésie et sont pleines de détails, on s’y émerveille. Une histoire qui plaira à toute la famille. A partir de 8 ans Autres infos : Editions Nobi Nobi! Type de l'album : Livre pour enfants Lien BDfugue : http://www.bdfugue.com/?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Titre de l'album : Le mot qui arrêta la guerre Scenariste de l'album : ALWETT Audrey Dessinateur de l'album : Ein LEE Coloriste : Ein LEE Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Au petit matin, quand le soleil étend ses rayons, que les grues s'envolent vers le ciel et que les carpes se réveillent, le lac Yamagata est le plus bel endroit de la Terre. C'est là que Seï y trace ses plus jolies calligraphies, c'est là que son frère Shigeru y fait ses plus vivants origamis. Mais voilà que le daimyô déclare la guerre à son voisin. Tout homme âgé d'au moins seize ans sera contraint de se battre sous sa bannière. Shigeru devra partir et peut-être mourir. Le jeune Seï va alors tout tenter pour convaincre le daimyô de renoncer à cette guerre. En trois jours, il peindra trois calligraphies. Trois mots pour arrêter la guerre, trois mots pour sauver son frère. Critique : Seï et Shigeru sont deux frères qui vivent en paix dans le Japon médiéval, le premier est un artiste calligraphe et le 2eme crée des origamis tellement beaux qu’ils ont l’air vivants. Mais un jour, Shigeru doit partir à la guerre, tandis qu’il se rattache à l’espoir fou de voir son vœu réalisé en faisant 1000 grues en 3 jours, son petit frère va essayer d’arrêter cette guerre, mais que dire pour y arriver et comment le dire ? L’album sorti en 2015 a été écrit par Audrey Alwett qui est notamment co-scénariste avec Arleston sur Sinbad et scénariste de la BD Princesse Sara et il est magnifiquement illustré par Ein LEE. Qu’est-ce qui est assez important dans notre monde pour arrêter une guerre ? La question n’est pas si simple. L’histoire permet de porter un regard différent sur le monde qui nous entoure : qu’est-ce qui mérite d’être sauvé ? Quel argument choisir ? et en même temps, elle souligne l’importance des mots et de la liberté d’expression. C’est un album porteur de paix, qui est (hélas) toujours d’actualité quel que soit le lieu ou l’époque. Et vous ? Qu’auriez-vous dit ? Si je ne devais garder qu’un seul album jeunesse chez Nobi Nobi, ce serait celui-là sans hésiter Autres infos : Editions Nobi Nobi! à partir de 6 ans Type de l'album : Livre pour enfants Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/le-mot-qui-arreta-la-guerre?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Nickad

    Le mot qui arrêta la guerre

    Seï et Shigeru sont deux frères qui vivent en paix dans le Japon médiéval, le premier est un artiste calligraphe et le 2eme crée des origamis tellement beaux qu’ils ont l’air vivants. Mais un jour, Shigeru doit partir à la guerre, tandis qu’il se rattache à l’espoir fou de voir son vœu réalisé en faisant 1000 grues en 3 jours, son petit frère va essayer d’arrêter cette guerre, mais que dire pour y arriver et comment le dire ? L’album sorti en 2015 a été écrit par Audrey Alwett qui est notamment co-scénariste avec Arleston sur Sinbad et scénariste de la BD Princesse Sara et il est magnifiquement illustré par Ein LEE. Qu’est-ce qui est assez important dans notre monde pour arrêter une guerre ? La question n’est pas si simple. L’histoire permet de porter un regard différent sur le monde qui nous entoure : qu’est-ce qui mérite d’être sauvé ? Quel argument choisir ? et en même temps, elle souligne l’importance des mots et de la liberté d’expression. C’est un album porteur de paix, qui est (hélas) toujours d’actualité quel que soit le lieu ou l’époque. Et vous ? Qu’auriez-vous dit ? Si je ne devais garder qu’un seul album jeunesse chez Nobi Nobi, ce serait celui-là sans hésiter
  15. Bon, j'avoue que je ne suis plus vraiment dans la cible, mais vu qu'il me tombe sous la patte, pourquoi ne pas lire ce dernier tome de Boule et Bill (le 41, c'est dire), que je lisais pendant mon enfance ? Ben parce que je ne suis plus dans la cible justement... Du coup autant pour les enfants, ça fonctionne encore pas mal (quoi que pas sur tous visiblement ^^), autant pour les adultes c'est plus compliqué, mais ce n'est pas déplaisant pour autant. C'est juste que le format, identique depuis la reprise, empêche sans doute des innovations vraiment marquantes. Le format 1 gag par planche avec les membres de la famille typique est donc de retour pour de nouvelles aventures, avec un petit air de déjà vu quand même. Et comme je le disais plutôt, c'est loin d'être déplaisant, ça rappelle clairement les albums d'antan avec les runnings gags habituels. Mêmes couleurs, même dessins, mêmes gags en fait. Donc la formule est bien identique à celle de Roba, de mes jeunes années. Mais c'est dommage de ne pas actualiser un peu le format avec des gags plus de notre époque peut-être, au moins dans la vie de tous les jours, même si Boule et Bill fait partie depuis bien longtemps désormais, des BD intemporelles. Au final un album très conforme à ce qu'on attend d'un Boule et Bill, qui fera sourire les adultes de temps à autres. Un album qui ne démérite pas.
  16. Titre de l'album : Boule et Bill - Tome 41 - Bill se tient a Caro Scenariste de l'album : Christophe Cazenove d'après Jean Roba Dessinateur de l'album : Jean Bastide Coloriste : Editeur de l'album : Dargaud Note : Résumé de l'album : Pas facile d'être une tortue ! Caroline est véritablement un membre de la famille à part entière, mais elle ne peut pas toujours participer aux promenades et aux jeux de son Bill adoré au même rythme que les autres. Boule et Bill vont redoubler d'inventivité pour lui faire plaisir et l'impliquer davantage... Attention, Bill n'a qu'à se tenir à Caro et tout ira bien ! Critique : Bon, j'avoue que je ne suis plus vraiment dans la cible, mais vu qu'il me tombe sous la patte, pourquoi ne pas lire ce dernier tome de Boule et Bill (le 41, c'est dire), que je lisais pendant mon enfance ? Ben parce que je ne suis plus dans la cible justement... Du coup autant pour les enfants, ça fonctionne encore pas mal (quoi que pas sur tous visiblement ^^), autant pour les adultes c'est plus compliqué, mais ce n'est pas déplaisant pour autant. C'est juste que le format, identique depuis la reprise, empêche sans doute des innovations vraiment marquantes. Le format 1 gag par planche avec les membres de la famille typique est donc de retour pour de nouvelles aventures, avec un petit air de déjà vu quand même. Et comme je le disais plutôt, c'est loin d'être déplaisant, ça rappelle clairement les albums d'antan avec les runnings gags habituels. Mêmes couleurs, même dessins, mêmes gags en fait. Donc la formule est bien identique à celle de Roba, de mes jeunes années. Mais c'est dommage de ne pas actualiser un peu le format avec des gags plus de notre époque peut-être, au moins dans la vie de tous les jours, même si Boule et Bill fait partie depuis bien longtemps désormais, des BD intemporelles. Au final un album très conforme à ce qu'on attend d'un Boule et Bill, qui fera sourire les adultes de temps à autres. Un album qui ne démérite pas. Autres infos : pas de note car la série est hors compétition ^^ Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/boule-et-bill-tome-41?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. poseidon2

    Studio Danse t12

    Apres deux tomes très sympa de studio danse, on a in peu l'impression que Beka a manqué d'inspiration sur celui-ci. Sans fil rouge sur l'album, Beka essaye de nous accrocher avec un point de vu des adultes sur la danse des enfants. Que ce soit les profs ou les parents. Mais c'est vraiment trop caricatural sur ce coup-là. Ca fait sourire les parents mais laisse un peu de côté les enfants... Bref un album qui est globalement le cul entre deux chaises. Mieux vaut rester concentrer sur les enfants avec un léger fil rouge.
  18. poseidon2

    Studio Danse t12

    Titre de l'album : Studio Danse t12 Scenariste de l'album : Beka Dessinateur de l'album : Crip Coloriste : Crip Editeur de l'album : Bamboo Note : Résumé de l'album : Quand le coeur mène la danse... Julie, Alia et Luce adorent le classique et le moderne. Mais elles aiment aussi aller voir du côté de la salle de hip-hop, s'essayer à la comédie musicale ou tenter le flamenco. Ce qui est sûr, c'est que ces trois copines sont totalement fondues de danse. Les trois amies trouvent dans le Studio Danse comme une seconde maison où partager leur passion. Leurs familles sont forcément aussi de la partie, car l'amour de la danse ne s'arrête pas à la sortie des cours ! Heureusement, comprises et entourées, elles sont encouragées dans leur don... Rien de mieux que Studio Danse pour s'immerger dans le monde des danseuses, entre amitiés, amour de l'art et rivalités. Critique : Apres deux tomes très sympa de studio danse, on a in peu l'impression que Beka a manqué d'inspiration sur celui-ci. Sans fil rouge sur l'album, Beka essaye de nous accrocher avec un point de vu des adultes sur la danse des enfants. Que ce soit les profs ou les parents. Mais c'est vraiment trop caricatural sur ce coup-là. Ca fait sourire les parents mais laisse un peu de côté les enfants... Bref un album qui est globalement le cul entre deux chaises. Mieux vaut rester concentrer sur les enfants avec un léger fil rouge. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/studio-danse-tome-12?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Titre de l'album : Les voyages de Lotta t1 : les renards de feu Scenariste de l'album : Marie Zimmer Dessinateur de l'album : Elena Bia Coloriste : Elena Bia Editeur de l'album : Autres Editeurs/Auto editions Note : Résumé de l'album : Le voyage fabuleux de deux soeurs dans les légendes nordiques ! Depuis la mort de sa femme Esther, Olaf, éleveur de rennes en Laponie, vit seul avec ses deux filles de quinze ans, Lotta et Solveig. Bien que jumelles, elles sont pourtant très différentes. Solveig est d'allure très fragile, mutique, enfermée dans son monde et ne communique quasiment pas avec son entourage. Lotta parle pour deux. Dynamique et déterminée, elle est très attachée à sa soeur et la protège contre les éventuels dangers extérieurs. Lotta veut devenir chamane. Mais une longue et difficile formation attend l'adolescente qui devra affronter plusieurs dangers. Lotta n'espère qu'une chose : entrer en relation avec les esprits et retrouver celui perdu de Solveig. Arrivera-t-elle à mener à bien sa formation ? Et pourra-t-elle ramener facilement l'esprit perdu de sa soeur ? Critique : En voilà une très belle couverture C'est le premier truc qui m'est venu en regardant la BD. Ces aurores boréales sont somptueuses et invitent au rêve. Ça tombe bien car de cela qu'il est question ici : de l'apprentissage difficile d'une nouvelle petite chamane. Difficile car il faut que cette jeune fille apprenne à contrôler ses émotions pour pouvoir discuter avec les esprits. Si l'idée et la couverture sont belles, la bd est, elle, un poil décevante. Alors je sais bien que c'est une bd pour enfant mais je trouve le récit haché. On passe un peu trop rapidement de scénettes en scénettes. Ce manque de fluidité perturbe notre implication dans l’apprentissage de la jeune fille. En effet les scènes avec le chamane sont trop fuguassent pour que nous pussions nous évader avec Lotta. Les enfants y trouveront surement leur compte mais j'ai un peu peur qu'ils soient un peu perdus par qui est l'esprit de qui. On est même surpris car on découvre tres tard le problème de Solveig, la petite sœur. Oui on aurait pu le deviner mais il aurait été mieux de le dire. Et les sous-entendus avec les enfants ça passe souvent mal. Bref une bonne idée sur un peuple que trop peu connu mais pas forcément mis en avant comme il faut. L’expérience venant cela surement mieux au prochain tome. Autres infos : Editions Jungle Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-voyages-de-lotta-tome-1-les-renards-de-feu?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. Titre de l'album : La boite a musique t4 : la mysterieuse disparition Scenariste de l'album : Carbone Dessinateur de l'album : Gijé Coloriste : Gijé Editeur de l'album : Dupuis Note : Résumé de l'album : Grâce à la visite surprise de Siloé et de ses frères dans l'Hexomonde, Nola a appris beaucoup de choses sur Pandorient et sa maman. Mais les questions sans réponse se multiplient avec la découverte d'une drôle de clé, que Nola a déjà vue dans le livre d'Annah. Que peut-elle bien ouvrir ? Pour le savoir, Nola retourne aussitôt à Pandorient. Mais rapidement, une disparition inquiétante mène Nola, Igor et Andréa dans une enquête, qui risque peut-être de bouleverser la vie de Pandorient... Critique : Nola se pose des questions sur sa mère et se désespère de ne pas avoir de réponses claires. Lorsqu'elle tombe sur cette étrange clef..... On espère,après cette intro, que l'histoire avance un grand coup dans ce tome 4 avec un debut d'explication sur la disparition de la mère de Nola. Mais on n'espère pas très longtemps. Car on repart tout de suite dans une aventure standard de Pandorient. Si l'aventure elle même est plutot sympa, on regrette un peu cette mise en bouche non developpée. En fait on le regrette jusqu'à la fin ou cette histoire revient sur le devant de la scène pour nous donner l'eau à la bouche pour le prochain tome. Mais la ou Carbone est bon c'est que cette mise en bouche est vraiment alléchante ! Sans trop en dire elle repond à notre question initiale et en pose des nouvelles qui vont dans le sens d'une vraie évolution de l'histoire. On a donc au final un vraiment bon tome jeunesse, avec un Gijé toujours au top et une histoire standard qui ravira les enfants. L'intro et la conclusion continueront, elles, à accrocher les grands. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/la-boite-a-musique-tome-4-la-mysterieuse-disparition?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. Nola se pose des questions sur sa mère et se désespère de ne pas avoir de réponses claires. Lorsqu'elle tombe sur cette étrange clef..... On espère,après cette intro, que l'histoire avance un grand coup dans ce tome 4 avec un debut d'explication sur la disparition de la mère de Nola. Mais on n'espère pas très longtemps. Car on repart tout de suite dans une aventure standard de Pandorient. Si l'aventure elle même est plutot sympa, on regrette un peu cette mise en bouche non developpée. En fait on le regrette jusqu'à la fin ou cette histoire revient sur le devant de la scène pour nous donner l'eau à la bouche pour le prochain tome. Mais la ou Carbone est bon c'est que cette mise en bouche est vraiment alléchante ! Sans trop en dire elle repond à notre question initiale et en pose des nouvelles qui vont dans le sens d'une vraie évolution de l'histoire. On a donc au final un vraiment bon tome jeunesse, avec un Gijé toujours au top et une histoire standard qui ravira les enfants. L'intro et la conclusion continueront, elles, à accrocher les grands.
  22. En voilà une très belle couverture C'est le premier truc qui m'est venu en regardant la BD. Ces aurores boréales sont somptueuses et invitent au rêve. Ça tombe bien car de cela qu'il est question ici : de l'apprentissage difficile d'une nouvelle petite chamane. Difficile car il faut que cette jeune fille apprenne à contrôler ses émotions pour pouvoir discuter avec les esprits. Si l'idée et la couverture sont belles, la bd est, elle, un poil décevante. Alors je sais bien que c'est une bd pour enfant mais je trouve le récit haché. On passe un peu trop rapidement de scénettes en scénettes. Ce manque de fluidité perturbe notre implication dans l’apprentissage de la jeune fille. En effet les scènes avec le chamane sont trop fuguassent pour que nous pussions nous évader avec Lotta. Les enfants y trouveront surement leur compte mais j'ai un peu peur qu'ils soient un peu perdus par qui est l'esprit de qui. On est même surpris car on découvre tres tard le problème de Solveig, la petite sœur. Oui on aurait pu le deviner mais il aurait été mieux de le dire. Et les sous-entendus avec les enfants ça passe souvent mal. Bref une bonne idée sur un peuple que trop peu connu mais pas forcément mis en avant comme il faut. L’expérience venant cela surement mieux au prochain tome.
  23. poseidon2

    Les Sisters t15

    Je pense que Casenove a une boule de cristal. Car ce qu'il décrit dans ce sisters est ce que l'on pense voir arriver dans les 2 ans à venir ! Et c'est souvent très rigolo Vraiment C'est rigolo pour les parents et les grandes sœurs. Car on a la une casse pieds de base comme petite sœur. Le genre à sortir : - papa les déménageurs ont oublié un paquet ! - lequel ma chérie ? - ils ont oublié de prendre ma sœur ! Que des gentillesses avec, sur ce tome ci, une grande sœur ado qui en prend plein la tête !! Le thème de l'album étant la recherche, par la petite sœur ... d'une sœur de remplacement. Pour un échange standard Bref c'est léger, c'est drôle et pas trop long. Ce qu'il faut pour un premier week end de reconfinement.
  24. poseidon2

    Les Sisters t15

    Titre de l'album : Les Sisters t15 Scenariste de l'album : Christophe Cazenove Dessinateur de l'album : William Coloriste : William Editeur de l'album : Bamboo Note : Résumé de l'album : Les deux tornades font souffler un vent de folie sur la BD ! Lorsque les parents décident de changer de cuisine, Marine se dit que serait une bonne idée pour elle d'en profiter pour changer de Sister, une moins râleuse, plus prêteuse et qui ferait tout ce qu'elle veut. Marine va s'activer pour que son plan aboutisse... Mais en fin de compte, a-t-elle vraiment envie d'avoir une sister si différente que celle qu'elle a déjà ? Car après tout, entre les chamailleries et les gros câlins, les fous rires et les envies de mordre, il n'y a rien de mieux qu'une frangine pour mettre un peu de piment dans la vie. Critique : Je pense que Casenove a une boule de cristal. Car ce qu'il décrit dans ce sisters est ce que l'on pense voir arriver dans les 2 ans à venir ! Et c'est souvent très rigolo Vraiment C'est rigolo pour les parents et les grandes sœurs. Car on a la une casse pieds de base comme petite sœur. Le genre à sortir : - papa les déménageurs ont oublié un paquet ! - lequel ma chérie ? - ils ont oublié de prendre ma sœur ! Que des gentillesses avec, sur ce tome ci, une grande sœur ado qui en prend plein la tête !! Le thème de l'album étant la recherche, par la petite sœur ... d'une sœur de remplacement. Pour un échange standard Bref c'est léger, c'est drôle et pas trop long. Ce qu'il faut pour un premier week end de reconfinement. Autres infos : Type de l'album : BD Europeene Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-sisters-tome-15?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  25. poseidon2

    Lord Jeffrey t2

    Je ne sais pas pourquoi.... mais j'étais partis du principe qu'il n'y aurait que deux tomes à Lord Jeffrey. Peut-être parce que ça aurait été très bien comme ça ? Car oui si ce tome 2 est bon, la fin de celui-ci m'a... surprises et un poil déçu. Mais n'allons pas trop vite. Le premier tome étant un de mes coups de cœurs jeunesse, j'avais beaucoup d'espoir sur cette suite. Espoir qui se sont révélés être globalement au rendez-vous. Pour ne pas être trop déçu, il faut que vous sachiez que l'aventure est moins présente avec notre Lord qui reste enquêter dans son "collège" pour futurs espions. Si le rythme des recherche reste soutenu, on a plus le coté grande aventure du premier. Mais on avance bien sur ce qu'est vraiment cette école et ce qu'il est arrivé au père de Jeffrey. En fait le seul truc qui m'a un peu gêné et légèrement "gâché" la fin de ma lecture... et bien c'est la fin justement. Je n'aime pas trop parler des fins des albums, c'est une des règles ici, pour que vous ailliez quelque chose à découvrir quand même. Reste que cette fin.... ouvre l'histoire vers une tout autre aventure. Mais cette ouverture semble un peu parachutée. Limite en mode: ça marche bien donc on va étendre la série. C'est plus cela qui embête. On va bien sur laisser à nos auteurs le bénéfice du doute et lire le tome 3 avec attentions. J'espère vraiment me tromper et que ce tome 3 se recentre sur l'histoire principale de la disparition du père de Jeffrey
×
×
  • Créer...