Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'manga'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


  1. poseidon2

    Boruto t12

    Ca y est ! L'histoire de Boruto commence enfin ! Bon il aura fallu 12 tomes mais là nous sommes enfin dans le vif du sujet à savoir : Une histoire avec des méchants, bien identifiés, qui ont un but et qui sont super balaise plus plus et en veulent à Boruto ! Ça parait con comme ça mais c'est un énorme pas en avant pour une série qui peinait à se sortir du giron de la série mère. Même si Naruto est toujours le personnage emblématique et donc centrale de l'histoire, tout le monde est maintenant conscient de l'ampleur de la menace et du risque encouru par Boruto. Ce manga est vraiment charnière et nous apporte énormément d'information. Un peu comme s'ils nous avaient tenu en haleine le plus longtemps possible avant de lâcher les infos. Bien parsemé de combats pour que l'on ne s'endorme pas, cela fait de ce tome 12 le meilleur de la série.... fallait être patient quand même.
  2. poseidon2

    Boruto t12

    Titre de l'album : Boruto t12 Scenariste de l'album : Masashi Kishimoto Dessinateur de l'album : Ukyo Kodachi / Mikio Ikemoto Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : La VIe Grande Guerre Ninja n'est plus qu'un lointain souvenir et la paix s'est installée. Mais un ennemi ressemblant étrangement à Kaguya fait son apparition et s'attaque à Killer Bee... Sasuke enquête dans l'ombre et rentre pour prévenir Naruto du danger ! À Konoha, on prépare l'examen des ninjas pour passer ninja de moyenne classe. Boruto, le fils de Naruto, doit y participer en compagnie de Sarada et de Mitsuki. Boruto demande alors à Sasuke, le compagnon d'armes de son père, de le prendre comme disciple... Critique : Ca y est ! L'histoire de Boruto commence enfin ! Bon il aura fallu 12 tomes mais là nous sommes enfin dans le vif du sujet à savoir : Une histoire avec des méchants, bien identifiés, qui ont un but et qui sont super balaise plus plus et en veulent à Boruto ! Ça parait con comme ça mais c'est un énorme pas en avant pour une série qui peinait à se sortir du giron de la série mère. Même si Naruto est toujours le personnage emblématique et donc centrale de l'histoire, tout le monde est maintenant conscient de l'ampleur de la menace et du risque encouru par Boruto. Ce manga est vraiment charnière et nous apporte énormément d'information. Un peu comme s'ils nous avaient tenu en haleine le plus longtemps possible avant de lâcher les infos. Bien parsemé de combats pour que l'on ne s'endorme pas, cela fait de ce tome 12 le meilleur de la série.... fallait être patient quand même. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/boruto-tome-12?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. A cause de ses origines à la fois de serdien et de sorcier, Zechs a beaucoup de mal a trouvé sa place même au sein de la forteresse de fer. Sa rencontre avec Aster et son affectation au 75e peloton vont changer la situation, pour la 1ere fois depuis son apprentissage, Zechs va se faire des amis et surtout va pouvoir compter sur leur soutien. Mais les tensions politiques s’intensifient et une guerre pointe à l’horizon. Ah qu’il est agréable de lire ce manga, non seulement il est superbe graphiquement mais il se bonifie avec la progression de l’histoire ! Si en soi, la trame principale n’est pas si originale, c’est tellement bien écrit et bien mené qu’il est difficile de lui trouver des défauts, il a ce petit plus qui en font un très bon manga. A découvrir pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait !
  4. Titre de l'album : Les tisserands de la vérité tome 3 Scenariste de l'album : SATÔ Sakura Dessinateur de l'album : INUZUKA Hiro Coloriste : Editeur de l'album : Komikku Note : Résumé de l'album : Zechs est désormais un membre officiel de la «Forteresse de fer», suite à son intégration au 75e peloton. Pour autant, il éprouve toujours des difficultés à s'entendre et à se lier aux autres sorciers de la plus haute institution magique du pays de Lavarta. Mais sa rencontre avec Aster Hart va tout changer... Les rouages du destin sont en marche ! Critique : A cause de ses origines à la fois de serdien et de sorcier, Zechs a beaucoup de mal a trouvé sa place même au sein de la forteresse de fer. Sa rencontre avec Aster et son affectation au 75e peloton vont changer la situation, pour la 1ere fois depuis son apprentissage, Zechs va se faire des amis et surtout va pouvoir compter sur leur soutien. Mais les tensions politiques s’intensifient et une guerre pointe à l’horizon. Ah qu’il est agréable de lire ce manga, non seulement il est superbe graphiquement mais il se bonifie avec la progression de l’histoire ! Si en soi, la trame principale n’est pas si originale, c’est tellement bien écrit et bien mené qu’il est difficile de lui trouver des défauts, il a ce petit plus qui en font un très bon manga. A découvrir pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-tisserands-de-la-verite-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Nickad

    Mars Red tome 1

    Titre de l'album : Mars Red tome 1 Scenariste de l'album : FUJISAWA Bun'ô Dessinateur de l'album : KARAKARA Kemuri Coloriste : Editeur de l'album : Panini Note : Résumé de l'album : Japon 1923, durant l'ère Taishô, un virus transforme les humains en vampires. Quatre hommes atteints par ce virus intègrent une unité spéciale de l'armée, le « Code Zero », ils sont chargés de « neutraliser » les personnes elles-mêmes contaminées, mais incapables de se contrôler. Aoi Shirase, journaliste d'un quotidien local, enquête sur des meurtres glauques qui surviennent quelquefois la nuit à Tôkyô, ternissant l'image d'une ville sûre et moderne. Au fil de ses recherches, elle découvre l'existence du virus et de ces agents travaillant pour le gouvernement. Un lien va se nouer entre la journaliste et ces vampires, d'autant qu'elle en connait un des membres : Shûtarô Kurusu, déclaré mort pendant la guerre russo-japonaise du début du siècle. Critique : J’avoue, j’avais un peu peur de lire un énième manga sur les vampires mais j’ai été agréablement surprise. Même si on retrouve les codes du vampire : surpuissance, transmission par morsure, besoin de sang et crainte du soleil, l’histoire est tournée de façon à ne pas tomber dans le schéma classique. L’histoire se déroule pendant l’ère Taisho, le Japon est plutôt prospère et se modernise grâce à son ouverture sur le monde. Mais dans l’ombre, un virus se propage et transforme les humains en vampires, le taux de survie à une morsure est faible mais ceux qui s'en sortent sont dotés de capacités supérieures. L’armée a décidé de monter une unité spéciale autour de ces nouveaux soldats afin de lutter contre les vampires « civils » cachés dans la population (dont certains sont violents) mais aussi pour les utiliser comme espions et super soldats. Mars Red est un manga plus complet qu’il n’y paraît car il propose plusieurs histoires en une. Il y a les activités de l’unité « code zéro » avec ses combats et ses activités secrètes, l’histoire de Aoi Shirase jeune journaliste à la recherche de son ami perdu (qui est devenu membre de l’unité) et un fond politico-historique autour de l’importance de la militarisation du pays. Soutenu par un dessin de qualité qui oscille entre les différents aspects du manga, l’auteur prend le temps d’explorer tout un tas de thèmes annexes comme le deuil, la perte de l’humanité, l’immortalité… Une fois n’est pas coutume, cette courte série (3 tomes seulement) est l’adaptation d’une pièce de théâtre, un anime est également disponible depuis 2021 en France. Difficile pour le moment de dire quel est l’objectif final de l’auteur mais en attendant, ce 1er tome est réussi et on ne voit pas le temps passer. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mars-red-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Nickad

    Mars Red tome 1

    J’avoue, j’avais un peu peur de lire un énième manga sur les vampires mais j’ai été agréablement surprise. Même si on retrouve les codes du vampire : surpuissance, transmission par morsure, besoin de sang et crainte du soleil, l’histoire est tournée de façon à ne pas tomber dans le schéma classique. L’histoire se déroule pendant l’ère Taisho, le Japon est plutôt prospère et se modernise grâce à son ouverture sur le monde. Mais dans l’ombre, un virus se propage et transforme les humains en vampires, le taux de survie à une morsure est faible mais ceux qui s'en sortent sont dotés de capacités supérieures. L’armée a décidé de monter une unité spéciale autour de ces nouveaux soldats afin de lutter contre les vampires « civils » cachés dans la population (dont certains sont violents) mais aussi pour les utiliser comme espions et super soldats. Mars Red est un manga plus complet qu’il n’y paraît car il propose plusieurs histoires en une. Il y a les activités de l’unité « code zéro » avec ses combats et ses activités secrètes, l’histoire de Aoi Shirase jeune journaliste à la recherche de son ami perdu (qui est devenu membre de l’unité) et un fond politico-historique autour de l’importance de la militarisation du pays. Soutenu par un dessin de qualité qui oscille entre les différents aspects du manga, l’auteur prend le temps d’explorer tout un tas de thèmes annexes comme le deuil, la perte de l’humanité, l’immortalité… Une fois n’est pas coutume, cette courte série (3 tomes seulement) est l’adaptation d’une pièce de théâtre, un anime est également disponible depuis 2021 en France. Difficile pour le moment de dire quel est l’objectif final de l’auteur mais en attendant, ce 1er tome est réussi et on ne voit pas le temps passer.
  7. Nickad

    Keiji tome 3

    Titre de l'album : Keiji tome 3 Scenariste de l'album : RUY Keiichirô Dessinateur de l'album : HARA Tetsuo Coloriste : Editeur de l'album : Mangetsu Note : Résumé de l'album : Tout semble se passer pour le mieux entre Keiji et Hotaru, littéralement transformée par la gentillesse de ce dernier. Seulement voilà, Shumé étant prêt à tout pour se débarrasser de Keiji, il fait appel à Kômori, ninja commandant aux chauves-souris qui est accessoirement l'ancien mentor de Hotaru. Un combat terrible s'annonce entre les deux hommes !!!Peu après cet affrontement, Keiji doit faire face à une nouvelle épreuve. En effet, son père adoptif, le respecté seigneur Toshihisa est très affaibli et sent que son heure est proche. La force et le courage de Keiji ne pourront malheureusement pas le sauver mais il pourra néanmoins lui faire un cadeau d'adieu magnifique... Critique : Sur les ordres de leur seigneur le clan des ninjas de Kaga monte une opération pour tuer Keiji. Bien que le seigneur du clan Maeda soit l’oncle de Keiji, il déteste son neveu, ayant réussi à le priver de son titre d’héritier du clan, il ne supporte pas le charisme qu’il dégage et le voit toujours comme une menace. Mais bien qu’alliés avec un tueur légendaire, les ninjas de Kaga échouent encore une fois et perd de nombreux membres. Si d’un côté, on a ce côté aventure autour de la vie mouvementée de Keiji, le manga permet aussi de revenir sur des faits historiques et de mieux comprendre les coutumes de l’époque : les comportements d’un membre du clan peuvent apporter le déshonneur sur le chef du clan et dans le pire des cas, l’obliger à se faire seppuku. Le personnage de Keiji, bien que vivant comme il le souhaite, est quand même freiné par ces liens et ne souhaite pas que cela retombe sur ses proches. Il agit toujours de façon à contourner les règles et en limitant les dégâts (pour le clan car pour les ninjas assassins, il n’y a pas de pitié !). Les combats sont rondement menés et bien exécutés. Keiji est un personnage fascinant, on ne sait jamais comment il va réagir. Quant au graphisme, il est détaillé et on se fait à voir la tête de Ken partout. Un manga d’actions toujours aussi intéressant. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/keiji-tome-3?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  8. Nickad

    Keiji tome 3

    Sur les ordres de leur seigneur le clan des ninjas de Kaga monte une opération pour tuer Keiji. Bien que le seigneur du clan Maeda soit l’oncle de Keiji, il déteste son neveu, ayant réussi à le priver de son titre d’héritier du clan, il ne supporte pas le charisme qu’il dégage et le voit toujours comme une menace. Mais bien qu’alliés avec un tueur légendaire, les ninjas de Kaga échouent encore une fois et perd de nombreux membres. Si d’un côté, on a ce côté aventure autour de la vie mouvementée de Keiji, le manga permet aussi de revenir sur des faits historiques et de mieux comprendre les coutumes de l’époque : les comportements d’un membre du clan peuvent apporter le déshonneur sur le chef du clan et dans le pire des cas, l’obliger à se faire seppuku. Le personnage de Keiji, bien que vivant comme il le souhaite, est quand même freiné par ces liens et ne souhaite pas que cela retombe sur ses proches. Il agit toujours de façon à contourner les règles et en limitant les dégâts (pour le clan car pour les ninjas assassins, il n’y a pas de pitié !). Les combats sont rondement menés et bien exécutés. Keiji est un personnage fascinant, on ne sait jamais comment il va réagir. Quant au graphisme, il est détaillé et on se fait à voir la tête de Ken partout. Un manga d’actions toujours aussi intéressant.
  9. poseidon2

    Time Shadows t10

    Attention on se rapproche de la fin de l'histoire il est donc impossible de faire une critique sans un minimum de spoiler...... Surtout que ce tome voit la disparition de ... pfff je ne m'en remets pas encore ! Shinpei est livré à lui-même et est lancé dans sa dernière boucle ! On est donc directement lancé vers les deux derniers tomes (série terminée en 13 tomes) qui devraient être à 200 à l'heure vu que le "début de la fin" a déjà commencé. On apprend dans ce tome ci le passé et la vérité sur Shide mais on voit surtout Heine faire un dernier piège à l'équipe toute entière. Un thriller horrifique décidément bien mené qui, maintenant on n'en doute plus, fera une excellente série en 13 tomes.
  10. Titre de l'album : Time Shadows t10 Scenariste de l'album : Yasuki Tanaka Dessinateur de l'album : Yasuki Tanaka Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Shinpei est de retour sur son île natale pour assister aux funérailles de son amie d'enfance, Ushio, décédée accidentellement en mer. Il se rend vite compte que quelque chose ne tourne pas rond... Certaines personnes agissent bizarrement. Et s'il s'agissait d'une mort accidentelle, pourquoi une autopsie du corps d'Ushio a-t-elle été ordonnée ? Mais avant de pouvoir vraiment enquêter, Shinpei est assassiné par un sosie d'Ushio. Et voilà qu'il se réveille sur le bateau qui le conduit à l'île pour assister à l'enterrement d'Ushio...! Il semble avoir remonté le temps... Parviendra-t-il à comprendre ce qui se passe et à l'enrayer avant qu'il ne soit trop tard ? Critique : Attention on se rapproche de la fin de l'histoire il est donc impossible de faire une critique sans un minimum de spoiler...... Surtout que ce tome voit la disparition de ... pfff je ne m'en remets pas encore ! Shinpei est livré à lui-même et est lancé dans sa dernière boucle ! On est donc directement lancé vers les deux derniers tomes (série terminée en 13 tomes) qui devraient être à 200 à l'heure vu que le "début de la fin" a déjà commencé. On apprend dans ce tome ci le passé et la vérité sur Shide mais on voit surtout Heine faire un dernier piège à l'équipe toute entière. Un thriller horrifique décidément bien mené qui, maintenant on n'en doute plus, fera une excellente série en 13 tomes. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/time-shadows-tome-10?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  11. Nickad

    Entre les lignes tome 2

    Makio propose à Asa d’aller dans la maison de ses parents pour faire le tri et récupérer les affaires auxquelles elle tient. Asa doit après se rendre à la cérémonie de fin d’études, mais l’information sur le décès de ses parents a fuitée, elle qui voulait vivre cette cérémonie normalement, se retrouve être au centre de l’attention, pour la première fois depuis l’accident, elle se laisse aller à ses sentiments. Entre les lignes est un manga qui prend son temps, le temps pour Asa de faire son deuil, d’y aller à son rythme, le temps pour Makio d’accepter la présence de sa nièce, le temps pour chacune de prendre ses marques et de s’apprivoiser. Le passage dans la maison des parents est particulièrement touchant. Pour avoir déjà été dans un logement où les occupants étaient partis du jour au lendemain en laissant tout en plan, j’ai trouvé ça très réaliste, se rendre compte que le temps a été suspendu et qu’il ne reprendra jamais. Les relations entre les deux femmes sont intéressantes car même si elles sont de la même famille, elles sont presque des inconnues. Et le fait que Makio détestait sa sœur propose une approche originale, peut-on aimer l’enfant de quelqu’un qu’on exécrait ? Je trouve juste que le trait est un peu léger parfois mais c’est une histoire à découvrir.
  12. Titre de l'album : Entre les lignes tome 2 Scenariste de l'album : YAMASHITA Tomoko Dessinateur de l'album : YAMASHITA Tomoko Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : À 15 ans, Asa perd ses parents dans un accident de voiture. Elle est recueillie par sa tante Makio, 35 ans, sœur cadette de sa mère. Makio est autrice de romans pour adolescentes, mais elle vit plutôt en recluse, car elle n'est pas à l'aise en société. L'arrivée d'Asa va bouleverser la vie des deux femmes. Asa découvre soudain le monde hors de son cocon familial et n'est pas habituée à quelqu'un comme sa tante, qui lui parle avec autant de franchise, quoique souvent avec maladresse. Makio, de son côté, n'est pas familière d'une cohabitation avec quelqu'un à qui il faut montrer la voie. Chacune va ainsi devoir faire un travail sur soi. L'une pour faire le deuil de ses parents disparus trop soudainement et s'ouvrir au monde. L'autre pour accepter la présence d'une autre personne dans son quotidien et approfondir la question du sens de la famille et des liens qu'elle induit et des sentiments qui s'y rattachent. Critique : Makio propose à Asa d’aller dans la maison de ses parents pour faire le tri et récupérer les affaires auxquelles elle tient. Asa doit après se rendre à la cérémonie de fin d’études, mais l’information sur le décès de ses parents a fuitée, elle qui voulait vivre cette cérémonie normalement, se retrouve être au centre de l’attention, pour la première fois depuis l’accident, elle se laisse aller à ses sentiments. Entre les lignes est un manga qui prend son temps, le temps pour Asa de faire son deuil, d’y aller à son rythme, le temps pour Makio d’accepter la présence de sa nièce, le temps pour chacune de prendre ses marques et de s’apprivoiser. Le passage dans la maison des parents est particulièrement touchant. Pour avoir déjà été dans un logement où les occupants étaient partis du jour au lendemain en laissant tout en plan, j’ai trouvé ça très réaliste, se rendre compte que le temps a été suspendu et qu’il ne reprendra jamais. Les relations entre les deux femmes sont intéressantes car même si elles sont de la même famille, elles sont presque des inconnues. Et le fait que Makio détestait sa sœur propose une approche originale, peut-on aimer l’enfant de quelqu’un qu’on exécrait ? Je trouve juste que le trait est un peu léger parfois mais c’est une histoire à découvrir. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/entre-les-lignes-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  13. Nickad

    KAIJU N°8 tome 1

    Titre de l'album : KAIJU N°8 tome 1 Scenariste de l'album : MATSUMOTO Naoya Dessinateur de l'album : MATSUMOTO Naoya Coloriste : Editeur de l'album : Kaze Note : Résumé de l'album : Enfant, Kafka Hibino rêvait d’intégrer les Forces de Défense pour combattre ces terribles ennemis, mais après de nombreux échecs à l’examen d’entrée, ce trentenaire travaille à nettoyer les rues de leurs encombrants cadavres. jusqu’au jour où une mystérieuse créature s’introduit dans son organisme et le métamorphose en une entité surpuissante mi-humaine, mi-kaiju. Son nouveau nom de code : “Kaiju n° 8”. Critique : Kaiju N°8 est le titre phare de l’année chez Kazé, annoncé fin juin, il bénéficie d’une grande campagne de promotion ! Mais de quoi parle-t-on exactement ? Le début du manga est assez classique : notre bonne vieille Terre est envahie par des monstres (kaiju) qui apparaissent de temps en temps, détruisent tout sur leur passage, croquent de l’humain et surtout on ne sait pas d’où ils viennent ni pourquoi. De braves humains, avec des capacités supérieures à la normale, exterminent ces vilaines bestioles. Jusque-là, on retrouve une thématique assez habituelle, voir green worldz, kanon, world trigger, Q-Kou, VS earth, etc… Après leur passage, des nettoyeurs viennent les dépecer pour récupérer tout ce qui est exploitable. Notre héros est justement l’un d’eux, au cours d’une journée où il forme un petit nouveau, le voilà confronté à un Kaiju ; les deux hommes s’en sortent grâce à l’intervention des forces de Défense et finissent à l’hôpital. Ils décident plus tard de passer les tests pour faire partie de ces forces (c’est d’ailleurs leur rêve ultime !). Raconté comme ça, rien de très original me direz-vous, mais un événement inattendu se produit à la fin du 1er chapitre qui va changer la donne. Je ne vous en dirai pas plus car ce serait gâcher la surprise ! Le manga mêle donc action, combats et une grosse dose d’humour, il y a des moments qui m’ont bien fait rire ! Et c’est là le charme du manga, au déroulé classique du « manga de monstres à combattre » vient s’ajouter l’humour. Non seulement cela apporte de la légèreté mais laisse aussi la place à des situations imprévues. Un excellent 1er tome qui nous laisse vraiment dans l’attente de la suite ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/kaiju-n-8-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Nickad

    Esprits d'ailleurs

    Esprits d’ailleurs est un recueil de trois nouvelles mêlant tranche de vie et fantastique. C’est le dernier ouvrage de l’autrice Maki Kôda, qui a plus de 10 ans e carrière mais encore méconnue en France. La 1ere histoire suit une lycéenne qui par moment peut se rendre dans le monde des invisibles, elle voit les autres mais ne les entend pas et reste transparente à leurs yeux. Elle va y faire une rencontre qui va l’aider à mieux s’intégrer. La 2eme, raconte l’histoire d’un jeune homme qui semble protégée par un ange gardien. La 3eme, un homme dans la vie active qui va recueillir un chat qui parle, ce dernier va le pousser à prendre sa vie en main. Ces 3 histoires, assez courtes, sont écrites sur le même principe : une personne qui a des difficultés dans la vie (intégration à l’école, recherche d’emploi, instabilité…) va être en contact avec un « esprit » qui va l’aider à aller de l’avant. Chaque récit est positif, raconté avec douceur, peut-être pas assez poussé mais vu le nombre de pages, difficile d’en faire plus. Un manga sympathique globalement mais qui a un potentiel de relecture limité.
  15. Nickad

    Esprits d'ailleurs

    Titre de l'album : Esprits d'ailleurs Scenariste de l'album : KODA Maki Dessinateur de l'album : KODA Maki Coloriste : Editeur de l'album : Komikku Note : Résumé de l'album : Une jeune fille si effacée devant les autres qu'elle en est devenue transparente et muette, un mystérieux appartement qui semble protéger ses occupants et un chat autoritaire qui va changer la vie d'un homme indécis. Trois histoires singulières et touchantes sur les esprits qui nous entourent. Une œuvre fascinante. Critique : Esprits d’ailleurs est un recueil de trois nouvelles mêlant tranche de vie et fantastique. C’est le dernier ouvrage de l’autrice Maki Kôda, qui a plus de 10 ans e carrière mais encore méconnue en France. La 1ere histoire suit une lycéenne qui par moment peut se rendre dans le monde des invisibles, elle voit les autres mais ne les entend pas et reste transparente à leurs yeux. Elle va y faire une rencontre qui va l’aider à mieux s’intégrer. La 2eme, raconte l’histoire d’un jeune homme qui semble protégée par un ange gardien. La 3eme, un homme dans la vie active qui va recueillir un chat qui parle, ce dernier va le pousser à prendre sa vie en main. Ces 3 histoires, assez courtes, sont écrites sur le même principe : une personne qui a des difficultés dans la vie (intégration à l’école, recherche d’emploi, instabilité…) va être en contact avec un « esprit » qui va l’aider à aller de l’avant. Chaque récit est positif, raconté avec douceur, peut-être pas assez poussé mais vu le nombre de pages, difficile d’en faire plus. Un manga sympathique globalement mais qui a un potentiel de relecture limité. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/esprits-d-ailleurs?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  16. poseidon2

    Moriarty t11

    Titre de l'album : Moriarty t11 Scenariste de l'album : Ryosuke Takeuchi Dessinateur de l'album : Ryosuke Takeuchi Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Deux frères orphelins sont accueillis dans la famille Moriarty, grâce aux ambitions cachées du fils aîné Moriarty, Albert. Ce dernier abhorre l'aristocratie à laquelle il appartient et le système social qui régit la société britannique. Albert a vu en l'aîné l'intelligence et le charisme dont il avait besoin pour accomplir son rêve de nettoyer la société de ces "êtres inutiles et sales". Albert propose de leur offrir sa richesse et son influence à condition que les garçons mettent leur intelligence au service de son rêve. 13 ans plus tard, à côté de leurs activités officielles, les frères Moriarty sont devenus des "conseillers privés". Avec William à leur tête, ils aident les gens du peuple, victimes d'injustices, à se venger des riches qui les ont fait souffrir. Leur sanction est impitoyable, car la punition qu'ils infligent n'est autre que...la mort ! Critique : A enfin un bon tome de Moriarty après un certain nombre de tomes très moyens. Et un bon tome qui parle... ben de Sherlock Holmes bien sûr. Et oui dans ce tome on ne voit pas du tout Moriarty et cela change tout. On a une vraie enquête justifiée et pas un méchant qui fait semblant de ne pas l'être vraiment. Ce tome n'a donc rien à voir avec le reste de la série. On a une enquête très sympa sur la fiancée du docteur Watson. Une enquête bien rythmée et pleine de rebondissement porté par un coté "exotique" avec un mystère venant d'inde. Un tome qui redonne de la fraicheur à la série et qui nous fait espérer que Sherlock prennes une lace bien plus importante en tant que vrai justicier face à la famille Moriarty. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/moriarty-tome-11?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  17. Titre de l'album : Les couloirs de l'abîme tome 1 Scenariste de l'album : NAGAI Saburo Dessinateur de l'album : NAGAI Saburo Coloriste : Editeur de l'album : Hana Note : Résumé de l'album : Yanagida souffre énormément de son homosexualité. Alors professeur, il commet une tentative de viol sur l'un de ses élèves et finit par fuir inlassablement jusqu'à devenir "Mossan", un homme à l'esprit errant et malheureux qui veut renoncer à toute forme d'humanité. Croyant avoir tout perdu et être contraint de continuer à vivre en faisant une croix sur son identité et son passé, un jeune garçon lui tend la main. Cette histoire se déroule sept ans après "Smells Like Green Spirit", dépeignant à la fois la douceur et la dureté de l'adolescence. On y suit le quotidien d'un des personnages ayant sombré durant cette période. Critique : Cette histoire est la suite de « smells like green spirit » et se passe sept ans après. Personnellement je n’ai pas lu le 1er mais cela ne m’a pas empêché de comprendre la situation et d’apprécier ce manga. Yanagida est un jeune homme perdu, il fuit son passé où il a agressé un de ses élèves, il sait qu’il a un monstre au fond de lui qui ne demande qu’à sortir et qu’il ne peut pas contrôler. Désespéré, il erre à droite et à gauche, se disant qu’il ferait mieux de mourir mais en même temps n’arrivant pas à passer à l’acte. Un jour, contre toute attente, il rencontre un adolescent qui ne semble pas le craindre, peut-être, pour la 1ere fois de sa vie, il arrivera à trouver sa place. Sans être clairement dit, le manga aborde ici la pédophilie comme une maladie, une obsession plus forte que la raison qu’on ne peut pas maitriser. Loin de porter un jugement sur ceux qui en souffrent ni sur le fait que ce soit une maladie ou non. L’auteur dépeint les tourments que cela engendre, la lutte de Yanagida contre ses pulsions et le désespoir où il se trouve. Le traitement graphique du phénomène est très intéressant, les pulsions malsaines prennent vie sous la forme de pensées noires qui s’échappent du corps de Yanagida jusqu’à la recouvrir complétement. Le manga est un drame psychologique fort et sombre, que ce soit pour ce cas de figure ou pour tous ceux qui souffriraient de pulsions incontrôlables (comme la violence, la cleptomanie…) ce qui est intéressant c’est de voir que même si on en est conscient, ce n’est pas facile de s’en sortir seul. Mais le manga semble réserver d’autres aspects et l’adolescent a, lui aussi, une part d’ombre que l’on découvrira par la suite. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/les-couloirs-de-l-abime?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  18. Nickad

    Les couloirs de l'abîme tome 1

    Cette histoire est la suite de « smells like green spirit » et se passe sept ans après. Personnellement je n’ai pas lu le 1er mais cela ne m’a pas empêché de comprendre la situation et d’apprécier ce manga. Yanagida est un jeune homme perdu, il fuit son passé où il a agressé un de ses élèves, il sait qu’il a un monstre au fond de lui qui ne demande qu’à sortir et qu’il ne peut pas contrôler. Désespéré, il erre à droite et à gauche, se disant qu’il ferait mieux de mourir mais en même temps n’arrivant pas à passer à l’acte. Un jour, contre toute attente, il rencontre un adolescent qui ne semble pas le craindre, peut-être, pour la 1ere fois de sa vie, il arrivera à trouver sa place. Sans être clairement dit, le manga aborde ici la pédophilie comme une maladie, une obsession plus forte que la raison qu’on ne peut pas maitriser. Loin de porter un jugement sur ceux qui en souffrent ni sur le fait que ce soit une maladie ou non. L’auteur dépeint les tourments que cela engendre, la lutte de Yanagida contre ses pulsions et le désespoir où il se trouve. Le traitement graphique du phénomène est très intéressant, les pulsions malsaines prennent vie sous la forme de pensées noires qui s’échappent du corps de Yanagida jusqu’à la recouvrir complétement. Le manga est un drame psychologique fort et sombre, que ce soit pour ce cas de figure ou pour tous ceux qui souffriraient de pulsions incontrôlables (comme la violence, la cleptomanie…) ce qui est intéressant c’est de voir que même si on en est conscient, ce n’est pas facile de s’en sortir seul. Mais le manga semble réserver d’autres aspects et l’adolescent a, lui aussi, une part d’ombre que l’on découvrira par la suite.
  19. Titre de l'album : Qu'est-ce qui cloche avec la secrétaire Kim ? tome 2 Scenariste de l'album : GYEONG-YUN Jeong Dessinateur de l'album : MYONG-MI Kim Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Lee Young Joon est l'héritier d'une entreprise prestigieuse qu'il tient d'une main de fer. Il considère qu'il est l'incarnation de la perfection. Alors quand sa secrétaire, Kim Miso, lui annonce qu'elle veut démissionner pour trouver un petit ami, c'est la douche froide ! Qu'est-ce qui lui prend ? Pour la garder auprès de lui il est prêt à tout... Critique : Le directeur Lee fait son possible pour faire plaisir à Kim, il réalise ses envies afin qu’elle tombe amoureuse de lui et ne cherche plus à s’en aller. Après une soirée passée dans un parc d’attractions, Kim se rend bien compte qu’elle le voit à présent comme un homme séduisant mais elle ne cède pas pour autant, obnubilée par la recherche du garçon de son enfance. Si le début du récit était assez léger dans le 1er tome, au point que l’on pouvait croire qu’il ne s’agissait que d’une histoire à l’eau de rose, l’histoire prend à présent de la consistance. Les relations entre Kim et Lee sont toujours entre travail et petites piques mais l’on plonge un peu dans le passé de chacun, avec les traumatismes que cela implique pour se dire qu’au final, leurs passés sont peut-être liés (certainement même). Donc en plus de la comédie romantique qui est assez amusante, on a une intrigue supplémentaire assez bien menée pour avoir envie d’en savoir plus. Vivement le prochain ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/qu-est-ce-qui-cloche-avec-la-secretaire-kim-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  20. Nickad

    Teenage Renaissance tome 1

    Etrange ce manga… son appartenance à la collection WTF donne déjà une première idée, celle de ne rentrer dans aucun moule ! Si l’histoire est assez classique : l’adolescence avec le réveil des hormones et de la sexualité, des garçons à l’imagination débordante qui fantasment et qui regardent des vidéos pour adulte sur internet… C’est la façon de le faire qui est vraiment très originale. Car notre héros n’est autre que le David de Michel-Ange, la fille dont il est amoureux la Vénus de la naissance de Vénus de Boticelli, le père de David, Michel-Ange en personne et on croise dans ses camarades de classe, Mona Lisa, Mannekenpis, Goliath… Outre le graphisme parfois très proche de l’œuvre originale, l’auteur s’amuse à reproduire des œuvres d’art dans le déroulé de l’action, revisitées à sa façon, bien entendu. L’histoire en elle-même n’est pas le véritable intérêt de ce manga, on s’amuse à reconnaître les tableaux, les sculptures, à apprécier la qualité de dessinateur de Yushin Kuroki, il ponctue en plus son manga d’explications artistiques des œuvres et des artistes. Ce manga est donc un divertissement et un livre culturel qui vous fera réviser vos connaissances sur la Renaissance. Si j’ai mis la note de 3.5 c’est que je suis partagée, j’ai plus l’impression d’être en face d’un exercice de style, réussi et intéressant certes, mais je crains que l’histoire ne soit pas à la hauteur. Série finie en 4 tomes. Extrait : Teenage Renaissance T.1 - AKATA (akazoom.fr)
  21. Titre de l'album : Teenage Renaissance tome 1 Scenariste de l'album : KUROKI Yûshin Dessinateur de l'album : KUROKI Yûshin Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Malgré ses airs sculpturaux (et ses pectoraux...), le jeune David est un lycéen comme les autres, c'est-à-dire en pleine puberté ! Et comme tous ses camarades du lycée du Louvre, il est travaillé par ses hormones. Mais le chemin pour obtenir l'amour (ou plutôt la petite culotte ?) de la belle Vénus (de Botticelli ?) sera semé d'embûches... Arrivera-t-il à séduire le cœur de sa dulcinée ? Critique : Etrange ce manga… son appartenance à la collection WTF donne déjà une première idée, celle de ne rentrer dans aucun moule ! Si l’histoire est assez classique : l’adolescence avec le réveil des hormones et de la sexualité, des garçons à l’imagination débordante qui fantasment et qui regardent des vidéos pour adulte sur internet… C’est la façon de le faire qui est vraiment très originale. Car notre héros n’est autre que le David de Michel-Ange, la fille dont il est amoureux la Vénus de la naissance de Vénus de Boticelli, le père de David, Michel-Ange en personne et on croise dans ses camarades de classe, Mona Lisa, Mannekenpis, Goliath… Outre le graphisme parfois très proche de l’œuvre originale, l’auteur s’amuse à reproduire des œuvres d’art dans le déroulé de l’action, revisitées à sa façon, bien entendu. L’histoire en elle-même n’est pas le véritable intérêt de ce manga, on s’amuse à reconnaître les tableaux, les sculptures, à apprécier la qualité de dessinateur de Yushin Kuroki, il ponctue en plus son manga d’explications artistiques des œuvres et des artistes. Ce manga est donc un divertissement et un livre culturel qui vous fera réviser vos connaissances sur la Renaissance. Si j’ai mis la note de 3.5 c’est que je suis partagée, j’ai plus l’impression d’être en face d’un exercice de style, réussi et intéressant certes, mais je crains que l’histoire ne soit pas à la hauteur. Série finie en 4 tomes. Extrait : Teenage Renaissance T.1 - AKATA (akazoom.fr) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/teenage-renaissance-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. Nickad

    Butterfly beast tomes 1 et 2 (fin)

    Au début de l’ère Edo, à la fin du moyen-âge, le Japon profite d’une période un peu plus paisible, les shinobis (ou ninjas si vous préférez) non plus lieu d’être (c’était surtout des espions et assassins de l’ombre). Si certains ont été embauchés par le nouveau gouvernement, que d’autres ont changé de métier, nombreux sont ceux qui n’ont pas trouvé leur place, et ont mis leurs capacités au service du mal. Devenus, brigands, voleurs ou assassins, ce sont à présent des nuisibles pour la société. Pour s’en débarrasser, l’état fait appel à d’ancien shinobis surnommés « les chasseurs ». Ochô est l’une d’entre eux, et se cache derrière une activité de courtisane. Butterfly beast est l’histoire de son nouveau quotidien. Mangetsu poursuit ses mangas historico-romancés, s’appuyant sur des faits réels, ils permettent de mettre en lumière certains aspects méconnus (surtout pour les occidentaux) de l’histoire du Japon. Si les shinobis fascinent les enfants, c’est sans doute pour le côté mystérieux et leur grande capacité physique, (et peut-être aussi à cause de ninjago), mais la réalité n’est pas aussi rose. Un shinobi est dévoué à son maître, quand il n’en a plus c’est tout son clan qui s’effondre. En plus de cela, la formation commence dès l’enfance et est très rude. Le 1er tome de ce dytique est composé de plusieurs petites histoires autour d’Ochô et de son rôle de chasseuse. Le 2eme nous propose une histoire unique autour de son passé et des conflits politiques. Si la fin nous laisse un peu en suspens c’est que l’auteur a changé de maison d’édition. Une suite « butterfly beast 2 » composé de 5 volumes existe et sera publiée par Mangetsu. Le manga dispose d’un dessin très fin, raffiné et rempli de détails qui nous plonge bien dans cette période historique et dans l’ambiance des quartiers de plaisir où se déroule l’action. Le sujet est intéressant et, à ma connaissance, inédit. A découvrir. PS : Par rapport au résumé Ochô est son nom de kunoichi et Kochô son nom de courtisane mais c'est la même personne
  23. Titre de l'album : Butterfly beast tomes 1 et 2 (fin) Scenariste de l'album : NAGATE Yuka Dessinateur de l'album : NAGATE Yuka Coloriste : Editeur de l'album : Mangetsu Note : Résumé de l'album : 1635, en plein cœur de l'ère Edo. Kochô, femme de plaisir, est particulièrement reconnue dans le célèbre quartier de Yoshiwara, haut lieu des plaisirs de la chair de la capitale nippone. Ce que ses clients ne savent pas, c'est que Kochô est également une kunoichi (une shinobi) et poursuit une quête de vengeance qui devrait les pousser à revoir leurs manières et à ne pas lui confier trop de secrets sur l'oreiller. Suivez la passionnante Kochô dans cette double vie sulfureuse, au fil des planches et du scénario magnifiques de Yuka Nagate. Critique : Au début de l’ère Edo, à la fin du moyen-âge, le Japon profite d’une période un peu plus paisible, les shinobis (ou ninjas si vous préférez) non plus lieu d’être (c’était surtout des espions et assassins de l’ombre). Si certains ont été embauchés par le nouveau gouvernement, que d’autres ont changé de métier, nombreux sont ceux qui n’ont pas trouvé leur place, et ont mis leurs capacités au service du mal. Devenus, brigands, voleurs ou assassins, ce sont à présent des nuisibles pour la société. Pour s’en débarrasser, l’état fait appel à d’ancien shinobis surnommés « les chasseurs ». Ochô est l’une d’entre eux, et se cache derrière une activité de courtisane. Butterfly beast est l’histoire de son nouveau quotidien. Mangetsu poursuit ses mangas historico-romancés, s’appuyant sur des faits réels, ils permettent de mettre en lumière certains aspects méconnus (surtout pour les occidentaux) de l’histoire du Japon. Si les shinobis fascinent les enfants, c’est sans doute pour le côté mystérieux et leur grande capacité physique, (et peut-être aussi à cause de ninjago), mais la réalité n’est pas aussi rose. Un shinobi est dévoué à son maître, quand il n’en a plus c’est tout son clan qui s’effondre. En plus de cela, la formation commence dès l’enfance et est très rude. Le 1er tome de ce dytique est composé de plusieurs petites histoires autour d’Ochô et de son rôle de chasseuse. Le 2eme nous propose une histoire unique autour de son passé et des conflits politiques. Si la fin nous laisse un peu en suspens c’est que l’auteur a changé de maison d’édition. Une suite « butterfly beast 2 » composé de 5 volumes existe et sera publiée par Mangetsu. Le manga dispose d’un dessin très fin, raffiné et rempli de détails qui nous plonge bien dans cette période historique et dans l’ambiance des quartiers de plaisir où se déroule l’action. Le sujet est intéressant et, à ma connaissance, inédit. A découvrir. PS : Par rapport au résumé Ochô est son nom de kunoichi et Kochô son nom de courtisane mais c'est la même personne Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/butterfly-beast-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  24. Nickad

    KAIJU N°8 tome 1

    Kaiju N°8 est le titre phare de l’année chez Kazé, annoncé fin juin, il bénéficie d’une grande campagne de promotion ! Mais de quoi parle-t-on exactement ? Le début du manga est assez classique : notre bonne vieille Terre est envahie par des monstres (kaiju) qui apparaissent de temps en temps, détruisent tout sur leur passage, croquent de l’humain et surtout on ne sait pas d’où ils viennent ni pourquoi. De braves humains, avec des capacités supérieures à la normale, exterminent ces vilaines bestioles. Jusque-là, on retrouve une thématique assez habituelle, voir green worldz, kanon, world trigger, Q-Kou, VS earth, etc… Après leur passage, des nettoyeurs viennent les dépecer pour récupérer tout ce qui est exploitable. Notre héros est justement l’un d’eux, au cours d’une journée où il forme un petit nouveau, le voilà confronté à un Kaiju ; les deux hommes s’en sortent grâce à l’intervention des forces de Défense et finissent à l’hôpital. Ils décident plus tard de passer les tests pour faire partie de ces forces (c’est d’ailleurs leur rêve ultime !). Raconté comme ça, rien de très original me direz-vous, mais un événement inattendu se produit à la fin du 1er chapitre qui va changer la donne. Je ne vous en dirai pas plus car ce serait gâcher la surprise ! Le manga mêle donc action, combats et une grosse dose d’humour, il y a des moments qui m’ont bien fait rire ! Et c’est là le charme du manga, au déroulé classique du « manga de monstres à combattre » vient s’ajouter l’humour. Non seulement cela apporte de la légèreté mais laisse aussi la place à des situations imprévues. Un excellent 1er tome qui nous laisse vraiment dans l’attente de la suite !
  25. Nickad

    Bons Plans

    On avait parlé de faire un topic sur le sujet alors voilà : Opération Comics à 4.90 euros chez Urban à partir du 16 Juin 2021 sur les Vilains de l'univers de DC comics Voici la liste (édition souple) : Le Joker de Brian Azzarello et Lee Bermejo Batman - L'Asile d'Arkham de Dan Slott et Ryan Sook Les Sirènes de Gotham, de Paul Dini Suicide Squad Rebirth, la relance de 2016 de l'équipe avec Rob Williams à l'écriture et Jim Lee sur une partie des dessins Justice League vs Suicide Squad, un premier crossover de l'époque Rebirth Justice League : Forever Evil, le grand premier event de l'époque DC Renaissance Batman vs Bane, soit le troisième arc du Batman de Tom King, avec David Finch aux dessins. Batman vs Deathstroke, qui est bien l'arc éponyme du run de Christopher Priest sur Deathstroke Batman vs Pingouin, sous lequel se cache en fait La Splendeur du Pingouin, piloté par Gregg Hurwitz et dessiné par Szymon Kudranski. Harley Quinn Rebirth, d'Amanda Conner et Jimmy Palmiotti,
×
×
  • Créer...