Aller au contenu
  • S’inscrire

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'manga'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Les forums BD
    • Toute la BD
    • Projets participatifs
    • Petites Annonces BD
    • Liens BD vers ailleurs
  • Et si on parlait d'autre chose que la bande dessinée ?
    • Améliorons 1001BD
    • Films et séries TV
    • 1001 Jeux Video
    • Livres - Musique - Spectacles - Théatre - Musées
    • 1001 choses à dire
  • TEAM

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


396 résultats trouvés

  1. Nickad

    Le siège des exilées tome 1

    Ce diptyque d’anticipation sur la survie de l’espèce humaine après la quasi disparition des hommes est original et atypique (thème aussi abordé dans world’s end harem mais pas avec le même objectif) Ici, il s’agit de se poser des questions, comment maintenir l’espèce, comment contrôler l’information, comment faire taire les désirs, comment trouver un sens à sa vie et la motivation pour continuer à exister. Beaucoup d’aspects intéressants qui, en ce qui me concerne, sont desservis par le style de narration. Comme dans son œuvre « en proie au silence » l’auteur utilise une certaine lenteur, un manque d’actions et de rythme. On a l’impression que les personnages subissent leur destin sans pouvoir intervenir. Le lecteur reste spectateur. Ça manque d’une certaine ferveur, et l’auteur a beau avoir des propos importants, des causes à défendre, si le discours est dit sur un ton monotone, il ne marquera pas les esprits et c’est bien dommage.
  2. Titre de l'album : Le siège des exilées tome 1 Scenariste de l'album : TORIKAI Akane Dessinateur de l'album : TORIKAI Akane Coloriste : Editeur de l'album : Akata Note : Résumé de l'album : Depuis plusieurs années, il ne naît presque plus d'hommes, qui sont désormais réduits à leur rôle de partenaire reproducteur. La société s'est instaurée autour d'un système matriarcal. Plus de guerre, plus de conflits, ne viennent perturber le quotidien et l'équilibre. Mais certaines ont décidé de fuir la ville. Elles se sont installées en périphérie, à l'extérieur, dans un bidonville. C'est là que demeure Sanada. Cette dernière possède un secret... un secret qui pourrait bien générer la convoitise de ses congénères. Critique : Ce diptyque d’anticipation sur la survie de l’espèce humaine après la quasi disparition des hommes est original et atypique (thème aussi abordé dans world’s end harem mais pas avec le même objectif) Ici, il s’agit de se poser des questions, comment maintenir l’espèce, comment contrôler l’information, comment faire taire les désirs, comment trouver un sens à sa vie et la motivation pour continuer à exister. Beaucoup d’aspects intéressants qui, en ce qui me concerne, sont desservis par le style de narration. Comme dans son œuvre « en proie au silence » l’auteur utilise une certaine lenteur, un manque d’actions et de rythme. On a l’impression que les personnages subissent leur destin sans pouvoir intervenir. Le lecteur reste spectateur. Ça manque d’une certaine ferveur, et l’auteur a beau avoir des propos importants, des causes à défendre, si le discours est dit sur un ton monotone, il ne marquera pas les esprits et c’est bien dommage. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mandarin-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  3. Nickad

    Banale à tout prix tome 12

    L’idée de départ était innovante, Koiko adolescente vit avec sa mère prolifique en histoires d’amour et sa sœur ainée prônant l’abstinence en la matière, elle décide de ne suivre aucun de ces deux exemples et de mener une vie dans la moyenne, en étant la plus banale possible. Sa rencontre avec « le prince » du lycée va changer la donne. L’auteur fait l’exploit de réussir là où son héroïne soi-disant échoue : la banalité ! Car il faut bien le dire, les ¾ de la série sont du déjà vu, on s’y ennuie ! Le lecteur se retrouve coincé entre cette fille héroïne type de shojo et ce garçon hyper parfait (le prince charmant vraiment qui n’a aucun défaut ou presque), heureusement que l’histoire de la sœur ainée apporte un peu de piquant et d’humour ! L’auteur met en avant la pureté de cet amour mais qu’est-ce que c’est lent, au bout de 11 tomes, ils osent à peine s’embrasser et là, au 12eme ils pensent à se marier ! Pour le coup, ce tome apporte de la nouveauté, il y a une réflexion sur l’engagement du mariage, sur l’importance de se construire un avenir, de trouver sa voie. Banale à tout prix est donc un shojo qui fait le job mais qui ne se démarque pas des autres. (série finie en 14 tomes)
  4. Titre de l'album : Banale à tout prix tome 12 Scenariste de l'album : NANAJI Nagamu Dessinateur de l'album : NANAJI Nagamu Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Sur les conseils du père de Tsurugi, Koiko et lui partent passer la nuit dans un petit chalet de montagne. Alors qu’ils discutent tous les deux, Koiko a l’impression que « l’avenir » de Tsurugi semble ne tourner qu’autour d’elle et lui avoue que c’est un poids trop lourd à porter. Pour la première fois, les deux lycéens se rendent compte des problèmes que pourrait poser un mariage précipité… Critique : L’idée de départ était innovante, Koiko adolescente vit avec sa mère prolifique en histoires d’amour et sa sœur ainée prônant l’abstinence en la matière, elle décide de ne suivre aucun de ces deux exemples et de mener une vie dans la moyenne, en étant la plus banale possible. Sa rencontre avec « le prince » du lycée va changer la donne. L’auteur fait l’exploit de réussir là où son héroïne soi-disant échoue : la banalité ! Car il faut bien le dire, les ¾ de la série sont du déjà vu, on s’y ennuie ! Le lecteur se retrouve coincé entre cette fille héroïne type de shojo et ce garçon hyper parfait (le prince charmant vraiment qui n’a aucun défaut ou presque), heureusement que l’histoire de la sœur ainée apporte un peu de piquant et d’humour ! L’auteur met en avant la pureté de cet amour mais qu’est-ce que c’est lent, au bout de 11 tomes, ils osent à peine s’embrasser et là, au 12eme ils pensent à se marier ! Pour le coup, ce tome apporte de la nouveauté, il y a une réflexion sur l’engagement du mariage, sur l’importance de se construire un avenir, de trouver sa voie. Banale à tout prix est donc un shojo qui fait le job mais qui ne se démarque pas des autres. (série finie en 14 tomes) Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/banale-a-tout-prix-tome-12?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  5. Titre de l'album : L'homme qui tua Nobunaga tomes 1 et 2 Scenariste de l'album : AKECHI Kenzaburo Dessinateur de l'album : TODO Yutaka Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Plongez au cœur des derniers mois d'Oda Nobunaga, éminent seigneur de guerre ayant unifié le Japon au XVIe siècle. Laissez-vous porter par l'amitié qui le liait à Yasuke, le tout premier samouraï noir, et découvrez l'histoire qui mena à son assassinat lors de l'incident de Honnôji. Après plusieurs siècles, le voile est enfin levé sur les mystères qui planaient sur cet événement historique. Critique : Voici l’adaptation manga du livre « l’incident du Honnôji, la vérité dévoilée 431 ans après » de Kenzaburo Akechi qui se prétend être un descendant de Mitsuhide Akechi l’assassin présumé de Nobunaga. Il faut avoir conscience que cela ne reste qu’une thèse de quelqu’un qui aimerait sans doute redorer le blason de sa famille. Il ne faut donc pas prendre le contenu comme étant acquis, et je ne le jugerai donc pas par manque de connaissances. Par contre il est intéressant de voir qu’au cours de sa démarche et des documents que l’auteur a consultés, la manipulation de l’information a toujours existé, difficile alors d’y trouver la vérité. Concernant le manga, l’intérêt historique est bien présent : les batailles mentionnées ont bien eu lieu, les modes de vies, la politique, les règles de l’époque sont authentiques. Ce sont sur les détails des personnages et leurs motivations qu’il y a un flottement. Le graphisme est soigné et réaliste, l’action ne manque pas vu que cela se passe dans une période très troublée. Un rendu plutôt réussi pur une œuvre un peu compliquée car il y a beaucoup de personnages et même aidé des notas de l’auteur, cela reste fastidieux à comprendre, surtout pour ceux qui n’y connaîtraient rien à l’histoire du Japon. Autres infos : série finie en 8 tomes Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/l-homme-qui-tua-nobunaga-tome-2?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  6. Titre de l'album : Moi héroine malgré moi t1&2 Scenariste de l'album : Fuyu Amakura Dessinateur de l'album : Fuyu Amakura Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : hûko est une lycéenne qui a passé toute son enfance à faire du judo. En entrant au lycée, elle se jure de faire autre chose. Elle veut agir et se comporter «comme une fille», pour enfin découvrir l'amour. Inopinément, Shûko rencontre le garçon qui pourrait exaucer son souhait mais, à condition qu'elle devienne... son garde du corps ! Quand prendre en considération le regard que l'autre porte sur vous, vous aide à vous épanouir et aller de l'avant. Critique : Hasard de calendrier de parution en france ? au japon ? Je ne saurais trop dire mais il se trouve que ce héroine malgré moi a un vrai gout de deja vu... récent car sort en ce moment, aussi chez Kana, Yawara de Urasawa sur une jeune fille super forte en judo qui rêverait d'être comme les autres filles... oui oui on est quand meme très proche en terme d'histoire. Ce qui change fondamentalement ici, c'est qu'on est vraiment dans du shojo avec comme base la relation entre notre héroine et un jeune et beau jeune homme, dont toute les autres filles sont forcement amoureuses. Et dont elle tombe forcement amouseurese. On ne traite pas du tout ici l'aspect sportif comme on peut le faire pour l'autre, se concentrant vraiment sur la relation entre les deux personnages. Et l'histoire prend bien... voir un poil trop bien. Je dis un peu trop bien car on a l'impression dès le premier tome qu'ils sont deja amoureux l'un de l'autre et on se demande donc bien ce qui va pouvoir arriver dans les prochaines tomes. Apres on peut se rassurer car cette histoire ne dure que 4 tomes donc meme si on connait deja la fin... on n'aura surement pas le temps de s'ennuyer. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/heroine-malgre-moi-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  7. Voici l’adaptation manga du livre « l’incident du Honnôji, la vérité dévoilée 431 ans après » de Kenzaburo Akechi qui se prétend être un descendant de Mitsuhide Akechi l’assassin présumé de Nobunaga. Il faut avoir conscience que cela ne reste qu’une thèse de quelqu’un qui aimerait sans doute redorer le blason de sa famille. Il ne faut donc pas prendre le contenu comme étant acquis, et je ne le jugerai donc pas par manque de connaissances. Par contre il est intéressant de voir qu’au cours de sa démarche et des documents que l’auteur a consultés, la manipulation de l’information a toujours existé, difficile alors d’y trouver la vérité. Concernant le manga, l’intérêt historique est bien présent : les batailles mentionnées ont bien eu lieu, les modes de vies, la politique, les règles de l’époque sont authentiques. Ce sont sur les détails des personnages et leurs motivations qu’il y a un flottement. Le graphisme est soigné et réaliste, l’action ne manque pas vu que cela se passe dans une période très troublée. Un rendu plutôt réussi pur une œuvre un peu compliquée car il y a beaucoup de personnages et même aidé des notas de l’auteur, cela reste fastidieux à comprendre, surtout pour ceux qui n’y connaîtraient rien à l’histoire du Japon.
  8. poseidon2

    Moi héroine malgré moi t1&2

    Hasard de calendrier de parution en france ? au japon ? Je ne saurais trop dire mais il se trouve que ce héroine malgré moi a un vrai gout de deja vu... récent car sort en ce moment, aussi chez Kana, Yawara de Urasawa sur une jeune fille super forte en judo qui rêverait d'être comme les autres filles... oui oui on est quand meme très proche en terme d'histoire. Ce qui change fondamentalement ici, c'est qu'on est vraiment dans du shojo avec comme base la relation entre notre héroine et un jeune et beau jeune homme, dont toute les autres filles sont forcement amoureuses. Et dont elle tombe forcement amouseurese. On ne traite pas du tout ici l'aspect sportif comme on peut le faire pour l'autre, se concentrant vraiment sur la relation entre les deux personnages. Et l'histoire prend bien... voir un poil trop bien. Je dis un peu trop bien car on a l'impression dès le premier tome qu'ils sont deja amoureux l'un de l'autre et on se demande donc bien ce qui va pouvoir arriver dans les prochaines tomes. Apres on peut se rassurer car cette histoire ne dure que 4 tomes donc meme si on connait deja la fin... on n'aura surement pas le temps de s'ennuyer.
  9. Titre de l'album : Search and destroy tome 1 Scenariste de l'album : KANEKO Atsushi Dessinateur de l'album : KANEKO Atsushi Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : À Hachisuka, ville qui pullule de robots, Doro, petit orphelin chapardeur, est pris en flagrant délit alors qu'il tente de cambrioler l'antre de créatures yakuzas... Une jeune fille, à première vue ni humaine ni créature, apparaît alors devant lui, les yeux injectés de colère. Dotée de quatre membres mécaniques qui cachent des armes surpuissantes, elle assaille sans hésiter Kick, le parrain du gang... Critique : Search & destroy est une revisite / hommage au manga Dororo de Tezuka dont j’ai parlé précédemment, pré-publié également dans le magazine Tezucomi. Ce qui est intéressant, c’est qu’au début de l’œuvre originale, Tezuka parle de son personnage en disant que si on était dans un manga de SF, il serait un robot ou un cyborg. C’est exactement cet aspect qu’a choisi de développer Atsushi Kaneko, on se trouve dans un monde futuriste où humains et robots cohabitent, chaque espèce étant protégée. On retrouve l’histoire de Hyaku, qui s’est vu dérobé 48 parties de son corps par des creech (robots). Là où l’auteur innove et va plus loin c’est dans les motivations des creech, il prend le temps de développer tout un univers autour d’eux, et met en valeur leurs raisons d'être. On voit aussi l’évolution de Hyaku qui peu à peu va retrouver son humanité. On se doute que l’on ne va pas voir les 48 affrontements, vu que la série est finie en 3 tomes. C’est une revisite réussie, qui a son univers propre et le trait très particulier de Kaneko renforce le côté futuriste et sombre de l’histoire. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/search-and-destroy-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  10. Nickad

    Stray cat & sky lemon tome 1

    Une petite ville de province en bord de mer, des adolescents joyeux qui profitent de la vie, une jeune fille qui vit un amour à distance et un jeune comédien à problèmes, voilà le décor est planté. On se doute ensuite de l’évolution des relations, la star va montrer son vrai visage et pouvoir être lui-même, des histoires d’amour et des amitiés vont fleurir… le tout plein de bons sentiments !! Donc pas vraiment de surprise au niveau de l’histoire, par contre c’est bien fait, il y a une certaine fraicheur, on ressent cette ambiance d’été et les rayons du soleil et un souvenir de Wjuliette qui revient… Un shojo agréable pour un moment détente.
  11. Titre de l'album : Stray cat & sky lemon tome 1 Scenariste de l'album : SATONAKA Mika Dessinateur de l'album : SATONAKA Mika Coloriste : Editeur de l'album : Soleil Note : Résumé de l'album : Nagisa vit à Onomichi et profite de sa vie de lycéenne en attendant son premier amour, parti dans une autre ville. Son quotidien est chamboulé par l'arrivée d'un jeune acteur, Yamato, qui aurait frappé son manager et se retrouve mis sur la touche. Ils sont désormais voisins et sont dans la même classe. Si tout semble les opposer, leur proximité va faire naître chez eux des sentiments inattendus. Critique : Une petite ville de province en bord de mer, des adolescents joyeux qui profitent de la vie, une jeune fille qui vit un amour à distance et un jeune comédien à problèmes, voilà le décor est planté. On se doute ensuite de l’évolution des relations, la star va montrer son vrai visage et pouvoir être lui-même, des histoires d’amour et des amitiés vont fleurir… le tout plein de bons sentiments !! Donc pas vraiment de surprise au niveau de l’histoire, par contre c’est bien fait, il y a une certaine fraicheur, on ressent cette ambiance d’été et les rayons du soleil et un souvenir de Wjuliette qui revient… Un shojo agréable pour un moment détente. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/stray-cat-and-sky-lemon-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  12. Nickad

    Tezucomi tome 1

    Tezucomi est un recueil hommage à Tezuca fait par des auteurs du monde entier. Le premier volume fait 400 pages pour 11 histoires (certaines incomplètes). Si je comprends que c’est un bel hommage et qu’il y a un vrai challenge pour les auteurs (il est toujours compliqué de s’attaquer à un tel monument), je reste plus partagée concernant le lecteur. Certains chapitres sont des clins d’œil à l’œuvre originale, sans grand intérêt pour ceux qui ne l’aurait pas lue. Même si cela reste dans l’ensemble sympathique, il n’y a que les inconditionnels du maitre qui pourront vraiment l’apprécier ou les inconditionnels des auteurs qui se sont prêtés à l’exercice (Jean-David Morvan, Bertrand Gatignol, Reno Lemaire ou encore Juan Diaz Canales entre autres). Notons que Delcourt n’a pas l’intention de sortir 18 volumes comme dans l’édition originale et va s’en tenir à 3 ! Les 2 premières histoires de ce volume étant les premiers chapitres de search and destroy et Ayako, l’enfant de la nuit qui sortent en parallèle chez Delcourt (chacun en 3 tomes), je vous les conseille plutôt que de vous lancer dans Tezucomi qui est, à mon avis, plutôt réservé aux fans de Tezuka.
  13. Nickad

    Tezucomi tome 1

    Titre de l'album : Tezucomi tome 1 Scenariste de l'album : Collectif Dessinateur de l'album : Collectif Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Le concept du Tezucomi est simple : des auteurs et illustrateurs du monde entier choisissent leur oeuvre préférée du maître et produisent un chapitre spin-off, mélangeant habilement leur sensibilité à celle du Dieu du manga. Un hommage particulièrement émouvant pour toutes les générations bercées (trop près des cases) par Tezuka ! Critique : Tezucomi est un recueil hommage à Tezuca fait par des auteurs du monde entier. Le premier volume fait 400 pages pour 11 histoires (certaines incomplètes). Si je comprends que c’est un bel hommage et qu’il y a un vrai challenge pour les auteurs (il est toujours compliqué de s’attaquer à un tel monument), je reste plus partagée concernant le lecteur. Certains chapitres sont des clins d’œil à l’œuvre originale, sans grand intérêt pour ceux qui ne l’aurait pas lue. Même si cela reste dans l’ensemble sympathique, il n’y a que les inconditionnels du maitre qui pourront vraiment l’apprécier ou les inconditionnels des auteurs qui se sont prêtés à l’exercice (Jean-David Morvan, Bertrand Gatignol, Reno Lemaire ou encore Juan Diaz Canales entre autres). Notons que Delcourt n’a pas l’intention de sortir 18 volumes comme dans l’édition originale et va s’en tenir à 3 ! Les 2 premières histoires de ce volume étant les premiers chapitres de search and destroy et Ayako, l’enfant de la nuit qui sortent en parallèle chez Delcourt (chacun en 3 tomes), je vous les conseille plutôt que de vous lancer dans Tezucomi qui est, à mon avis, plutôt réservé aux fans de Tezuka. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/tezucomi-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  14. Nickad

    Search and destroy tome 1

    Search & destroy est une revisite / hommage au manga Dororo de Tezuka dont j’ai parlé précédemment, pré-publié également dans le magazine Tezucomi. Ce qui est intéressant, c’est qu’au début de l’œuvre originale, Tezuka parle de son personnage en disant que si on était dans un manga de SF, il serait un robot ou un cyborg. C’est exactement cet aspect qu’a choisi de développer Atsushi Kaneko, on se trouve dans un monde futuriste où humains et robots cohabitent, chaque espèce étant protégée. On retrouve l’histoire de Hyaku, qui s’est vu dérobé 48 parties de son corps par des creech (robots). Là où l’auteur innove et va plus loin c’est dans les motivations des creech, il prend le temps de développer tout un univers autour d’eux, et met en valeur leurs raisons d'être. On voit aussi l’évolution de Hyaku qui peu à peu va retrouver son humanité. On se doute que l’on ne va pas voir les 48 affrontements, vu que la série est finie en 3 tomes. C’est une revisite réussie, qui a son univers propre et le trait très particulier de Kaneko renforce le côté futuriste et sombre de l’histoire.
  15. edo

    Outsiders

    Outsiders est arrivé en France hier avec son un premier tome plein d’action. Une nouveauté Ki-Oon pour un Shojo haut en couleur. L’histoire met en avant Ema, jeune ado fille de policier, qui croisera Tamaki et Taiga respectivement Vampire et Loup-Garou. Ces deux derniers se vouent un combat éternel et la jeune demoiselle va rentrer dans leurs vies.. et semble prête à y rester et les garder l’oeil ! Oui, schéma assez classique mais le gros plus pour l'histoire c'est le coté "policier-enquêteur" car nos deux créatures surnaturelles enquêtent et gères les aléas de ceux de leurs espèces ayant perdu leurs esprits. Tout ça dans la plus grande discrétion possible, dans l’ombre et la complicité d’alliés policiers. J'espère de tout cœur que cet aspect sera encore plus développé dans les prochains tomes. Le duo vampire / loup-garou x ennemies mortel et une héroïne qui prône la justice avant tout promet un trio animé pour la suite de l'histoire. Dans l'ensemble “Outsiders” promet un bon moment de lecture. Des mythes et légendes, du supernaturel, des enquêtes, des enjeux complexes, des histoires sombres et délicates... mélanger le tout à la modernité actuelle et un trio prometteur : Outsiders. Akira Kanou sait ce qu'elle fait et nous transporte dans son histoire. Alors oui, on devine qu'un triangle amoureux se dessine, même si rien n'est trop annoncé (et que je m'emballe peut-être), mais des éléments laissent à deviner que les deux protagonistes auront, en tout cas, un attachement très particulier pour l’héroïne. Le détail dans le dessin est remarquable mais que je trouve, personnellement, que le traitement des trames est trop sombre (probablement voulu pour l’atmosphère de la série) et coupe certains détails sur les planches. On va attendre le prochain volume pour suivre les aventures de ce trio tout frais et les observer cohabiter et avancer ensemble! Disponible dès à présent.
  16. edo

    Outsiders

    Titre de l'album : Outsiders Scenariste de l'album : Akira Kanou Dessinateur de l'album : Akira Kanou Coloriste : Editeur de l'album : Ki-oon Note : Résumé de l'album : Ema est une lycéenne pleine d'énergie et de ressources. Quand sa grande soeur ne donne plus de nouvelles, elle se lance sur sa piste au beau milieu de la nuit... pour la retrouver évanouie dans les bras d'un vampire en plein combat contre un loup-garou ! Repérée, elle est assommée et emportée par le suceur de sang. Mais son kidnappeur n'est autre que Tamaki, un collaborateur de sa soeur ! Plus étonnant encore, celui qu'il affrontait est à la fois son employé et son protégé, Taiga... Les deux créatures surnaturelles cohabitent dans la clandestinité, alors même que leur nature les destine à se détruire mutuellement. Comment peuvent-elles bien vivre ensemble ? Depuis des siècles, le vampire se sert de son pouvoir d'amnésie pour cacher leur identité et se fondre dans la société humaine. Étrangement, sa technique ne fonctionne pas sur la jeune fille... Elle accepte de garder leur secret, mais est bien décidée à les tenir à l'oeil ! Un duo vampire / loup-garou au charme animal et une lycéenne éprise de justice : le cocktail le plus explosif du shojo fantasy est né ! Outsiders revisite les mythes dans une version moderne où l'héroïne ne s'en laisse pas conter. En marge du quotidien, plongez dans un monde aussi fascinant que dangereux ! Critique : Outsiders est arrivé en France hier avec son un premier tome plein d’action. Une nouveauté Ki-Oon pour un Shojo haut en couleur. L’histoire met en avant Ema, jeune ado fille de policier, qui croisera Tamaki et Taiga respectivement Vampire et Loup-Garou. Ces deux derniers se vouent un combat éternel et la jeune demoiselle va rentrer dans leurs vies.. et semble prête à y rester et les garder l’oeil ! Oui, schéma assez classique mais le gros plus pour l'histoire c'est le coté "policier-enquêteur" car nos deux créatures surnaturelles enquêtent et gères les aléas de ceux de leurs espèces ayant perdu leurs esprits. Tout ça dans la plus grande discrétion possible, dans l’ombre et la complicité d’alliés policiers. J'espère de tout cœur que cet aspect sera encore plus développé dans les prochains tomes. Le duo vampire / loup-garou x ennemies mortel et une héroïne qui prône la justice avant tout promet un trio animé pour la suite de l'histoire. Dans l'ensemble “Outsiders” promet un bon moment de lecture. Des mythes et légendes, du supernaturel, des enquêtes, des enjeux complexes, des histoires sombres et délicates... mélanger le tout à la modernité actuelle et un trio prometteur : Outsiders. Akira Kanou sait ce qu'elle fait et nous transporte dans son histoire. Alors oui, on devine qu'un triangle amoureux se dessine, même si rien n'est trop annoncé (et que je m'emballe peut-être), mais des éléments laissent à deviner que les deux protagonistes auront, en tout cas, un attachement très particulier pour l’héroïne. Le détail dans le dessin est remarquable mais que je trouve, personnellement, que le traitement des trames est trop sombre (probablement voulu pour l’atmosphère de la série) et coupe certains détails sur les planches. On va attendre le prochain volume pour suivre les aventures de ce trio tout frais et les observer cohabiter et avancer ensemble! Disponible dès à présent. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/outsiders-tome-1 Voir la totalité de enregistrement
  17. Nickad

    Dororo édition prestige tome 1

    Osamu Tezuka est considéré comme le père du manga, son œuvre est prolifique et compte environ 700 titres, tout amateur de manga se doit d’en avoir lu dans sa vie ! Bien entendu, dans un répertoire aussi large, tout n’est pas du même niveau et bien que Dororo soit un classique ce n’est pas le meilleur. Le début du manga est vraiment très intéressant, le père de Hyakkimaru fait un pacte avec 48 démons pour obtenir le pouvoir et en échange promet une partie du corps de son enfant à naître à chacun de ces démons. L’enfant va survivre, développer d’autres capacités et va partir à l’aventure. La trame ensuite est assez redondante, en chemin, il va rencontrer des esprits, des démons qu’il va combattre et récupérer ainsi des parties de son corps. Tezuka nous épargne quand même les 48 combats puisque l’histoire commence quand Hyakkimaru en a déjà gagné 16. Ceci dit, tout n’est pas non plus orienté sur cette quête et le tout est ponctué des petits apartés habituels de Tezuka avec ses remarques amusantes et anachroniques. Concernant l’édition, Delourt/Tonkam a entrepris de ressortir une grande partie des Tezuka en collection prestige, ce sont des gros volumes (plus de 400 pages ici) en édition reliée et de belle qualité. Concernant Dororo (qui sera donc en 2 volumes), c’est une histoire à connaître, plutôt pas mal mais il faut noter que Tezuka pris sur d’autres projets a négligé sa fin, une information non négligeable si vous voulez vous lancer.
  18. Titre de l'album : Dororo édition prestige tome 1 Scenariste de l'album : TEZUKA Osamu Dessinateur de l'album : TEZUKA Osamu Coloriste : Editeur de l'album : Delcourt Note : Résumé de l'album : Hyakkimaru est né amputé de 48 parties de son corps, chacune ayant été emportée par un démon avant sa naissance. Devenu un jeune homme, il se découvre le pouvoir d'attirer vers lui monstres et démons. Accompagné de Dororo, un petit voleur, il part à la recherche d'un endroit où il pourra enfin vivre en paix. Mais son voyage ne sera qu'une suite ininterrompue de luttes contre des esprits malfaisants... Critique : Osamu Tezuka est considéré comme le père du manga, son œuvre est prolifique et compte environ 700 titres, tout amateur de manga se doit d’en avoir lu dans sa vie ! Bien entendu, dans un répertoire aussi large, tout n’est pas du même niveau et bien que Dororo soit un classique ce n’est pas le meilleur. Le début du manga est vraiment très intéressant, le père de Hyakkimaru fait un pacte avec 48 démons pour obtenir le pouvoir et en échange promet une partie du corps de son enfant à naître à chacun de ces démons. L’enfant va survivre, développer d’autres capacités et va partir à l’aventure. La trame ensuite est assez redondante, en chemin, il va rencontrer des esprits, des démons qu’il va combattre et récupérer ainsi des parties de son corps. Tezuka nous épargne quand même les 48 combats puisque l’histoire commence quand Hyakkimaru en a déjà gagné 16. Ceci dit, tout n’est pas non plus orienté sur cette quête et le tout est ponctué des petits apartés habituels de Tezuka avec ses remarques amusantes et anachroniques. Concernant l’édition, Delourt/Tonkam a entrepris de ressortir une grande partie des Tezuka en collection prestige, ce sont des gros volumes (plus de 400 pages ici) en édition reliée et de belle qualité. Concernant Dororo (qui sera donc en 2 volumes), c’est une histoire à connaître, plutôt pas mal mais il faut noter que Tezuka pris sur d’autres projets a négligé sa fin, une information non négligeable si vous voulez vous lancer. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/dororo-edition-prestige-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  19. Pour nous faire patienter, les éditions doki doki comble les vides entre les tomes de Mushoku tensei par les aventures de Roxy vu que sur celles-ci nous avons un peu de retard (7 volumes au japon). C'est bien car cela nous garde dans l'univers de Mushoku Tensei. Par contre c'est quand même moins prenant... quoi que ce tome soit mis en valeur par l'aspect pauvre du dernier tome de Mushoku tensei et le parallèle qu'on peut faire entre Roxy et son disciple, tous les deux à la même académie. On suite tranquillement l'avancée de Roxy. On aimerait que ça aille plus vite et que l'on se concentre plus sur la magie. Mais on a bien compris que les auteurs cherchaient plus à parler du personnage de Roxy qu'à nous montrer des combats magiques. Donc on prend son mal en patience et... au final cela détends. Il ne se passe pas grand-chose mais les personnages sont sympathiques et l'univers connu. Si on n'espère rien de folichon de ce spin off, on ne finit pas déçu. On espère juste que la série mère se décide à redécoller un bon coup pour trancher avec ce spin off.
  20. Titre de l'album : Mushoku tensei, les aventures de Roxy t5 Scenariste de l'album : Shoko Iwami Dessinateur de l'album : Shoko Iwami Coloriste : Editeur de l'album : Doki-Doki Note : Résumé de l'album : Je ne m'étais peut-être jamais rendu compte que j'aimais la magie à ce point-là !Grâce à la lettre de recommandation de Bloodycount, Roxy fait enfin son entrée à l'académie de magie de Lanoa et esquisse ses premiers pas dans la vie scolaire. C'est aussi la première fois qu'elle partage une chambre avec une camarade. Les jours se suivent, émaillés parfois de confusion, parfois de joie. Seul problème, le porte-monnaie de la jeune démone se vide lentement, mais sûrement... C'est alors que Lanletta, sa camarade de chambre, lui fait une proposition pour le moins inattendue ! Critique : Pour nous faire patienter, les éditions doki doki comble les vides entre les tomes de Mushoku tensei par les aventures de Roxy vu que sur celles-ci nous avons un peu de retard (7 volumes au japon). C'est bien car cela nous garde dans l'univers de Mushoku Tensei. Par contre c'est quand même moins prenant... quoi que ce tome soit mis en valeur par l'aspect pauvre du dernier tome de Mushoku tensei et le parallèle qu'on peut faire entre Roxy et son disciple, tous les deux à la même académie. On suite tranquillement l'avancée de Roxy. On aimerait que ça aille plus vite et que l'on se concentre plus sur la magie. Mais on a bien compris que les auteurs cherchaient plus à parler du personnage de Roxy qu'à nous montrer des combats magiques. Donc on prend son mal en patience et... au final cela détends. Il ne se passe pas grand-chose mais les personnages sont sympathiques et l'univers connu. Si on n'espère rien de folichon de ce spin off, on ne finit pas déçu. On espère juste que la série mère se décide à redécoller un bon coup pour trancher avec ce spin off. Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/mushoku-tensei-les-aventures-de-roxy-tome-5?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  21. poseidon2

    Jardin secret T7

    Titre de l'album : Jardin secret T7 Scenariste de l'album : Ammitsu Dessinateur de l'album : Ammitsu Coloriste : Editeur de l'album : Kana Note : Résumé de l'album : Ran est une fille assez parfaite que beaucoup considèrent comme un modèle à suivre : sérieuse, sportive, intelligente, soucieuse de sa santé, etc. Mais il n'est pas facile de rencontrer un garçon quand ces derniers la considèrent, à son grand dam, comme « l'inaccessible étoile » ! Un jour, elle fait fortuitement la connaissance de Akira, un garçon solaire, naturel, franc et amical et elle découvre également son "secret": il est fils de fleuristes, apprécie beaucoup travailler au magasin de ses parents et sait déjà qu'il deviendra lui aussi fleuriste. Mais il n'ose l'avouer à personne de peur que l'on se moque de lui. Critique : Attention, première critique de ma fille de 12 ans, soignez indulgent Mais étant la cible privilégiée de ce genre de manga, (et moi pas du tout) cela paraissait plus intéressant de faire comme cela Je trouve ce tome 7 de jardin Secret bien car un nouveau personnage arrive et que, grâce à lui, nous en apprenons plus sur le passé (l'enfance) d'Akira. Le fait d'en connaitre plus sur Akira me donnes des doutes sur qui était Akira avant. (Note de la rédaction. Ou sans les répétitions : Le fait d'en savoir plus sur Akira me fait douter de qui il était avant ) . Sinon j'aime toujours autant cette série car elle montre comment c'est compliqué pour certaines personnes de ne pas avoir honte de ce qu'ils aiment (Akira et les fleurs !) Signée, la fillle de poseidon2 Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/jardin-secret-tome-7?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  22. Titre de l'album : Many reasons why tome 1 Scenariste de l'album : TOUTAROU Minami Dessinateur de l'album : TOUTAROU Minami Coloriste : Editeur de l'album : Omaké Note : Résumé de l'album : Himeyama Tsubaki est une jolie lycéenne sans histoire, une élève studieuse et la meilleure de sa classe. À la surprise générale, celle-ci se suicide pourtant dans l'enceinte même du lycée ! Au retour de ses obsèques, tous ses camarades de classe trouvent une lettre sur leur bureau. Elle a en effet rédigé des messages personnels à chacun d'eux. Afin de déterminer et de comprendre ce qui a pu pousser Himeyama à un tel geste, ils décident de lire chacun leur tour le contenu de leur lettre... Critique : Omaké présente son manga entre un mix entre le film 12 hommes en colère et la série 13 reasons why. Et le rapprochement est inévitable quand on voit le titre et le résumé : une jeune lycéenne pour qui en apparence tout allait bien, se suicide un jour au lycée. Chacun de ses camarades ainsi que leur professeur principal va recevoir une lettre d’adieux. Mais Tsubaki n’a pas laissé que des lettres derrière elle, elle a surtout laissé des indices de façon subtile, des sous-entendus, chaque lettre à son tour va être lue, analysée et le puzzle va s’assembler petit à petit. Au travers de ce suicide, l’auteur passe au crible la nature humaine, tous ces comportements qui peuvent paraître anodins mais qui ont leur importance et qui peuvent blesser. Tous ces non-dits qui peuvent engendrer des quiproquos et des incompréhensions. Tout au long du livre, on sent la tension monter, on essaye de comprendre, on participe au débat, la force que l’on sent dans 12 homme en colère est la même ici, on suit des pistes, on s’interroge et on attend impatiemment que la vérité éclate ! Une grande réussite ! Autres infos : Type de l'album : Manga Lien BDfugue : https://www.bdfugue.com/many-reasons-why-tome-1?ref=44 Voir la totalité de enregistrement
  23. poseidon2

    Jardin secret T7

    Attention, première critique de ma fille de 12 ans, soignez indulgent Mais étant la cible privilégiée de ce genre de manga, (et moi pas du tout) cela paraissait plus intéressant de faire comme cela Je trouve ce tome 7 de jardin Secret bien car un nouveau personnage arrive et que, grâce à lui, nous en apprenons plus sur le passé (l'enfance) d'Akira. Le fait d'en connaitre plus sur Akira me donnes des doutes sur qui était Akira avant. (Note de la rédaction. Ou sans les répétitions : Le fait d'en savoir plus sur Akira me fait douter de qui il était avant ) . Sinon j'aime toujours autant cette série car elle montre comment c'est compliqué pour certaines personnes de ne pas avoir honte de ce qu'ils aiment (Akira et les fleurs !) Signée, la fillle de poseidon2
  24. Nickad

    Many reasons why tome 1

    Omaké présente son manga entre un mix entre le film 12 hommes en colère et la série 13 reasons why. Et le rapprochement est inévitable quand on voit le titre et le résumé : une jeune lycéenne pour qui en apparence tout allait bien, se suicide un jour au lycée. Chacun de ses camarades ainsi que leur professeur principal va recevoir une lettre d’adieux. Mais Tsubaki n’a pas laissé que des lettres derrière elle, elle a surtout laissé des indices de façon subtile, des sous-entendus, chaque lettre à son tour va être lue, analysée et le puzzle va s’assembler petit à petit. Au travers de ce suicide, l’auteur passe au crible la nature humaine, tous ces comportements qui peuvent paraître anodins mais qui ont leur importance et qui peuvent blesser. Tous ces non-dits qui peuvent engendrer des quiproquos et des incompréhensions. Tout au long du livre, on sent la tension monter, on essaye de comprendre, on participe au débat, la force que l’on sent dans 12 homme en colère est la même ici, on suit des pistes, on s’interroge et on attend impatiemment que la vérité éclate ! Une grande réussite !
  25. Voici une courte série fort sympathique. Une histoire d’amour dans un lycée qui en soi n’est pas si originale mais qui a des petits détails qui lui donnent un certain charme. Les personnages principaux ont chacun une forte personnalité et un petit côté qui rend le tout assez amusant. La première parce qu’elle écrit ses fantasmes dans un cahier, accompagnés de petites illustrations rigolotes et le deuxième par son aspect « petit démon » qui donne priorité à ses envies sans se poser de question. Ce qui est original aussi c’est la relation mère-fille, assez complexe, qui va déterminer tout le comportement de la fille. Il y a tout ce que l’on attend d’un shojo sans les redondances que l’on trouve parfois dans les séries longues.
×
×
  • Créer...